Navigation – Plan du site
2003

Lepetit B., Topalov C., 2001, La ville des sciences sociales, Belin, 409 p.

Nathalie Blanc

Texte intégral

1Quand il s’agit de ville, on croit toujours savoir de quoi l’on parle, mais l’on oublie à quel point la ville est un objet construit, l’objet des sciences sociales, mais aussi des sciences de l’ingénieur et d’autres encore.

2C’est cet objet aux multiples facettes que nous invitent ainsi à découvrir les coordonnateurs de ce volume par l’exploration d’œuvres essentielles, souvent des classiques – à quel prix et comment ont-ils acquis ce statut ?- qui ont contribué à son élaboration sur le plan scientifique.

3Les auteurs considérés sont Maurice Halbwachs et les villes par Christian Topalov avec la lecture de Les expropriations et le prix des terrains à Paris (1909), Max Weber, la ville bourgeoise et l’émergence du capitalisme moderne par Hinnerk Bruhns, Die Stadt (1913/1914-1921), Marcel Poëte : forme urbaine, institution, pionnier de l’urbanisme, militant de l’histoire des villes par Donatella Calabi, Une vie de cité (1924-1931), le ghetto de Louis Wirth  par Catherine Rhein, avec The ghetto (1928), Walter Christaller et la théorie des lieux centraux par Marie-Claire Robic, Die zentralen Orte in Süddeutschland (1933), Le Paris dangereux de Louis Chevalier : un projet d’histoire utile par Paul-André Rosental et Isabelle Couzon, Classes laborieuse et classes dangereuses (1958), Un livre extrême, Manuel Castells et Francis Godard : Monopolville (1974) par Dominique Lorrain, à la recherche de l’histoire urbaine, Jean-Claude Perrot : Genèse d’une ville moderne (1975) par Isabelle Backouche.

4Ainsi, nous lisons un livre au moins double : il a tout à la fois comme objet l’espace urbain, les sciences sociales et la ville, mais aussi différentes œuvres, exceptionnelles, et que les contributions explorent dans leur singularité. Chaque contribution concernant des auteurs comme Marcel Poëte, Louis Chevalier ou encore Manuel Castells et Francis Godard, maîtres de l’analyse marxiste, montre à quel point l’œuvre est le produit de son auteur mais aussi le fruit de rencontres et d’opportunités liées au contexte de l’époque. Souvent l’incompréhension qui suivit la réception de ces textes ménagea d’ailleurs leur fortune ultérieure.

5Du coup, on peut se demander si les stratégies de légitimation mises en évidence dans le domaine littéraire par Pierre Bourdieu concernent également le champ scientifique ou si, au contraire, ce que tendraient à prouver ces contributions, les productions scientifiques échappent à ces processus. Il semble plus juste de se demander s'il n’eût pas été possible, dans le domaine littéraire, de trouver des œuvres qui échappent elles aussi à ces stratégies de légitimation.

6Ces interrogations toutes passionnantes fussent-elles ne rendent pas compte de l’intérêt de ce recueil : celui de permettre la relecture de certains grands textes urbains et de s’interroger sur leur pertinence.

7Cependant la découverte stimulante de ces minutieuses enquêtes ne peut dissimuler un certain désappointement ; désappointement associé au caractère érudit de l’interrogation à l’origine de l’élaboration du recueil. Finalement, au-delà de l’intérêt d’une telle lecture de textes anciens et des informations qu’elle apporte, on peut se demander si l’objet de l’ouvrage, à savoir l’historiographie des lectures de la ville, contribue à la revalorisation du champ de recherche spécifique qu’est l’urbain. Or ce projet même s’il n’est pas celui du livre parait aujourd’hui essentiel. La ville, lieu d’habitat de l’essentiel des populations humaines, demeure un objet d’étude marginal des sciences sociales (encore plus des sciences de l’univers et de la matière et de la vie) voire aux mains le plus souvent des techniciens de l’aménagement et des sciences de l’ingénieur. Considéré comme un objet territorial, la ville requiert pour son étude des techniques et des méthodes d’étude ; elle ne fait pas l’objet, du point de vue de sa production comme milieu de vie, de travaux théoriques qui permettraient d’en rendre compte. Cependant, un tel projet théorique ne peut faire l’économie d’un retour véritablement critique sur l’histoire des sciences sociales et de la ville. Ce que réalise La ville des sciences sociales.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Nathalie Blanc, « Lepetit B., Topalov C., 2001, La ville des sciences sociales, Belin, 409 p. », Cybergeo : European Journal of Geography [En ligne], Revue de livres, mis en ligne le 15 décembre 2003, consulté le 11 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/cybergeo/799

Haut de page

Auteur

Nathalie Blanc

Chargée de recherches CNRS/UMR LADYSS 7533

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© CNRS-UMR Géographie-cités 8504

Haut de page