Navigation – Plan du site
2003

Grison L., 2002, Figures fertiles. Essai sur les figures géographiques dans l´art occidental, Nîmes: Editions Jacqueline Chambon, Collection Rayon Art, 271 p.

Olivier Milhaud

Texte intégral

1Géographie et art : fertilisations croisées

" On demande trop peu à l´image quand on la réduit à une apparence.
On lui demande trop quand on y cherche le réel lui-même "

Georges Didi-Huberman, 2000

2Ce livre, " fruit du bonheur stendhalien d´unir un métier, celui de chercheur, et une double passion, celle de l´art et de la géographie " (p9), se situe assurément à un carrefour disciplinaire. L´ouvrage est édité dans une collection d´art, mais par un philosophe (Yves Michaud), et il est néanmoins issu des recherches doctorales en géographie de Laurent Grison. Sans verser dans le dialogue transdisciplinaire superficiel, ce livre exigeant et ambitieux propose une nouvelle méthode géographique d´analyse des œuvres d´art, à partir des figures géographiques utilisées dans les oeuvres de la Renaissance à nos jours. Cette approche géographique se situe de manière originale à l´intérieur même de l´espace des œuvres. Et Laurent Grison se montre prudent et méticuleux, tout en nourrissant la rigueur de la démonstration par une culture artistique et littéraire particulièrement immense.

3L´auteur peut légitimer son objet autant que sa démarche de géographe en précisant d´emblée que " l´art est écriture créative de l´espace " et que " la figure géographique aide aussi à voir et à concevoir le monde " (p.10). La figure géographique est capitale : à la fois modèle et forme fondamentale de l´espace, " objet du réel et source de métaphores ", " elle détermine le sens des représentations " (p.12) et elle garde ses caractéristiques quelle que soit l´échelle de représentation. Elle peut alors être définie comme un lieu de passage à l´espace, à la jonction entre espace réel et espace imaginaire. Tout en se limitant aux figures géographiques de l´échange – essentiellement le carrefour et la bifurcation –, l´auteur travaille à une " morphologie de l´art " (p.14), à une étude de la configuration des structures externes de ces figures géographiques dans les œuvres. Entre sémiologie et structuralisme, le géographe considère " les figures géographiques comme l´ossature de la pensée représentative ou créatrice " (p.15). S´il en traque leurs formes et leurs sens dans une optique structuraliste et chorématique, il les aborde aussi dans leurs dynamiques spatiales et temporelles.

4Laurent Grison a choisi un corpus immense, peut-être trop large, touchant à la peinture et à la littérature, mais aussi à la photographie, au cinéma, à la musique... Ses choix d´un corpus " raisonné, limité et arbitraire, mais diversifié et révélateur " (p.22) ne sont malheureusement pas assez explicités. En revanche ils lui permettent de conclure qu´il existe de réelles constantes dans l´usage des figures géographiques du carrefour et de la bifurcation dans tous ces arts et quel que soit le siècle. Choisissant une écriture sensible, par paragraphes courts et titrés, Laurent Grison adopte une exposition parfaitement conforme à son sujet, scientifique et poétique à la fois, mais cela donne parfois, il est vrai, un sentiment d´accumulation, voire de vertige, face à l´avalanche de citations et l´ampleur des références culturelles.

5*

6L´ouvrage se présente comme un polyptique en quatre parties, entouré d´une introduction et d´une brève conclusion. La première partie (pp27-96), titrée avec humour " X, Y ", porte sur les figures du carrefour, de la bifurcation (symbolisées par ces deux lettres), et du rond-point. Laurent Grison montre avec finesse comment le carrefour et la bifurcation ne sont jamais des lieux d´accueil, mais toujours des seuils et des ouvertures. La notion d´échelle de représentation permet de rappeler que si des croisements (dans un sous-bois et sur une autoroute par exemple) n´ont pas la même valeur géographique, ils peuvent avoir des caractéristiques symboliques identiques. Et la confrontation perpétuelle entre la réalité des figures et la symbolique des formes se révèle aussi prudente qu´exaltante, notamment dans l´analyse de la photographie de Robert Doisneau Quai du port, rue Denfert-Rochereau, Saint-Denis (1945). La bifurcation géométrique, riche de sens symboliques, sert de support de construction de l´image autant que d´invitation au voyage et au choix.

7La deuxième partie (pp.97-175) se place sous le signe de Georges Perec et de ses " tentatives d´épuisement d´une figure " et présente des expériences d´analyse et de description raisonnée de la figure du carrefour. Laurent Grison se penche d´abord sur un passage de Madame Bovary de Flaubert (1857) où le carrefour réel de l´action renvoie au carrefour d´une destinée autant qu´à un carrefour intérieur d´Emma Bovary, qui mène à un désespérant excès de convergence. La figure du carrefour est alors " épuisée ", le lieu de rencontre est transformé en un lieu de clôture. L´auteur décompose aussi le tableau de Poussin Paysage avec un homme se lavant les pieds à une fontaine (1648) pour montrer comment la figure du carrefour peut être idéalisée, évoquant alors un espace idyllique. Ces tentatives d´épuisement de figure permettent assurément des rapprochements certes fascinants mais pas toujours légitimes. Le tableau de Segui Parc aux aveugles (1978) présente ainsi l´anti-carrefour de l´incommunicabilité. Il est rapproché du célèbre tableau de Bruegel l´Ancien La Parabole des aveugles (1558) et de sa copie par Bruegel le Jeune devant laquelle Baudelaire imagine son poème " Les Aveugles ". Le problème, c´est que les configurations géométriques ne sont pas comparables malgré l´unité de thème. Chez Bruegel, l´instabilité de la ligne oblique des aveugles l´emporte largement, chez Baudelaire c´est la verticalité des yeux levés au ciel qui domine, alors que chez Segui ce sont les horizontales qui structurent le tableau… La notion d´anti-carrefour semble trop large. C´est sans doute l´une des très rares imprudences de l´ouvrage : l´immense culture de l´auteur et l´opérationnalité de sa démarche poussent parfois à des rapprochements insuffisamment légitimés.

8La troisième partie (pp.177-224) présente " le principe d´orbialisation ", en s´appuyant principalement sur la Renaissance italienne. L´étude de la Place Navone souligne magistralement comment la place urbaine est théâtralisée et le carrefour mis en scène. La Fontaine des Quatre Fleuves au centre de la place relie symboliquement les quatre continents évoqués par les fleuves, et l´obélisque centrale crée une cinquième direction vers le ciel. La Place Navone est mise en scène comme un carrefour au centre de Rome, et Rome est le centre du monde pontifical de la Contre-Réforme. Ce triple emboîtement d´échelle (la place, la ville, l´univers) souligne cette théâtralisation géographique et allégorique qui construit un discours de puissance pontificale et catholique. Ce processus de mise en abîme est qualifié d´orbialisation par Laurent Grison. " Notre hypothèse est qu´à l´époque moderne, parallèlement à la réalisation de cartes géographiques qui visent à une représentation rationnelle du monde, subsistent et évoluent, dans les mentalités collectives, les actions politiques et les expressions artistiques, d´autres manières de voir le monde. Loin d´être laissées à la seule imagination, elles sont fondées sur un usage des figures géographiques qui révèle une vision symbolique et systémique de l´espace-monde dans une approche rhétorique récurrente " (p.193).

9La quatrième et dernière partie (pp.225-250) fait du polyptique un livre ouvert. Elle fonctionne en effet comme une ouverture, intitulée " L´Atelier des figures ", une sorte de synthèse des recherches de Laurent Grison et un exposé programmatique du travail qu´il compte poursuivre sur l´usage des figures dans l´art occidental. C´est l´une des parties les plus fascinantes du livre, foisonnante et méticuleuse à la fois. Tout d´abord l´auteur rappelle l´opérationnalité du concept d´interspatialité qu´il propose. L´interspatialité se fonde sur le postulat qu´un " espace représenté, dit, écrit, est toujours relié, de diverses manières, à d´autres espaces " (p.227). Dès lors les citations spatiales, les usages et détournements d´usage de figures géographiques, tout comme le référent spatial réel, doivent être repérés et analysés par les spectateurs. C´est ce que fait brillamment Laurent Grison dans son analyse du tableau New York City 1 (1942) de Mondrian, où il mène constamment le dialogue entre espace urbain réel, espace pictural représenté, et espace réticulaire archétypal de ce carrefour mondial. L´interspatialité sert à traquer la figure géographique qui sert de métaphore, et elle permet une nouvelle herméneutique des œuvres. Laurent Grison fait preuve d´une judicieuse prudence historique quand il rappelle que les figures géographiques sont aussi des produits culturels et idéologiques, que l´œuvre d´art est " une transfiguration du temps dans l´espace " (p.239), et que les spectateurs aussi ont un certain nombre d´images mentales dont il faut tenir compte pour l´interprétation.

10*

11Les mérites de cet essai sont multiples et les pistes de recherche absolument foisonnantes. Laurent Grison envisage par exemple l´élaboration d´une géographie du regard occidental à partir d´une réflexion sur l´esthétique de la réception des figures géographiques en Occident. Il montre qu´une typologie spatio-temporelle de l´usage des figures géographiques dans les oeuvres peut être élaborée, tout comme une typologie des fonctions de ces figures. Il fait l´hypothèse qu´il " existe des systèmes combinatoires de figures géographiques dans l´art occidental " (p.247) qui pourraient enrichir son protocole de recherche. Il propose une grammaire des formes et une description raisonnée tout au long de son travail.

12Pour ce qui est de l´apport conceptuel, on pourra retenir, outre l´orbialisation et l´interspatialité déjà mentionnées, la distanciation. L´auteur reprend le terme de Brecht mais pour désigner " une forme d´éloignement volontaire et mesuré de l´artiste par rapport au poids conventionnnel du symbolique et de la métaphorisation qui pèse sur l´usage de la figure géographique " (p.75). Ce procédé de distanciation est illustré par l´étude de la toile d´Hobbema L´Allée de Middelharnis (1689). Le peintre représente un carrefour qui est en fait une invitation à circuler dans le tableau : le regard du spectateur demeure libre de ses mouvements malgré les indications de la figure géographique. Qui plus est, la théâtralisation du carrefour permet à Hobbema de donner au spectateur une image géométrique d´un espace maîtrisé et ordonné. Le carrefour se fait alors peut-être synecdoque du paysage hollandais. Mais devant la multiplicité des interprétations géographiques et artistiques possibles, devant la polysémie fondamentale des figures géographiques, on pourra admirer la prudence de Laurent Grison, l´humilité d´un chercheur qui propose un tel concept de distanciation pour nuancer son propre système d´interprétation.

13Enfin, l´intérêt de cet essai transdisciplinaire est de souligner l´ampleur des fertilisations croisées que permettent l´art et la géographie. La géographie est décrite comme " une dialectique du combinatoire, comme une herméneutique qui a pour objet l´interprétation des lieux, des symboles et des signes, une science à la recherche de l´épissure entre l´espace réel et l´espace imaginaire " (p.9). On aurait du reste aimé une définition du terme épissure, utilisé par Lacan en 1976, pour désigner la mise en continuité du symbolique et de l´imaginaire, puis du symbolique et du réel, et enfin du sens et de la jouissance.

14" Les artistes sont des producteurs d´espaces tout autant que des utilisateurs d´espaces ", entre autre parce que " la figure géographique permet d´imaginer, au sens propre, c´est-à-dire de reproduire sous la forme d´une image qui participe, dans des proportions variables, du réel, de l´imaginaire et du sensible " (p.10). Le géographe se fait déchiffreur de signes et Laurent Grison nous propose ainsi une géographie chorématique et sensible des oeuvres d´art, une logique des figures géographiques dans l´art. L´un de ses plus grands mérites est de construire un pont entre plusieurs approches de la spatialité. Au final, un essai important pour la réflexion sur l´art et la géographie, sur l´usage de la description dans notre discipline, sur les liens entre géographie, géométrie, structuralisme et symbolique, et plus largement sur la place des images, des œuvres et de leur interprétation dans les sciences sociales.

Haut de page

Bibliographie

Bachelard G., 1957, Poétique de l´espace, Paris, PUF.

Brecht B., 1963, Ecrits sur le théâtre, Paris, L´Arche.

Brunet R., 1980, " La composition des modèles dans l´analyse spatiale ", L´espace géographique, Vol. 9, No. 4, 253-265.

Didi-Huberman G., 2000, Devant le temps. Histoire de l´art et anachronisme des images, Paris, Editions de Minuit. La phrase de Didi-Huberman en exergue de ce compte-rendu est citée par Laurent Grison p246.

Knafou R., 2003, Article " Arts (Géographie et) ", in Lévy J., Lussault M. (eds) Dictionnaire de la géographie et de l´espace des sociétés, Paris, Belin.

Lacan J., 1976, Le Séminaire, livre 23 " Le Sinthome ", Séminaire du 13 Janvier 1976, non publié.

Perec G., 1982, Tentative d´épuisement d´un lieu parisien, Paris, Christian Bourgois.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Olivier Milhaud, « Grison L., 2002, Figures fertiles. Essai sur les figures géographiques dans l´art occidental, Nîmes: Editions Jacqueline Chambon, Collection Rayon Art, 271 p. », Cybergeo : European Journal of Geography [En ligne], Revue de livres, mis en ligne le 27 juin 2003, consulté le 13 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/cybergeo/814

Haut de page

Auteur

Olivier Milhaud

oliviermilhaud@yahoo.fragrégé de géographie Université de Stockholm (Suède)

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© CNRS-UMR Géographie-cités 8504

Haut de page