Navigation – Plan du site
2001

Graham, B., Ashworth G.J., Turnbridge, J.E., 2000, A Geography of heritage, London : Arnold, 284 p.

Jean-Pierre Chevalier

Texte intégral

1" A Geography of heritage, Power,Culture & Economy ", ce livre de Brian Graham, G.J. Ashworth et J.E. Tunbridge est un livre qu´il faut lire.

2Il est rédigé de façon fort didactique, articulé autour de trois thèmes :

3le caractère multiforme de la consommation du " patrimonial ", à la fois culturelle, économique et politique,

4les conflits d´usage du " patrimonial " autour de la question de " Qui décide de ce qui est patrimonial ? "

5les relations entre le patrimonial et la construction des identités.

6Ces études sont menées à différentes échelles : locales et régionales, nationales et mondiale. Une interrogation particulière est portée sur l´existence éventuelle d´un patrimonial à l´échelle de l´Europe.

7L´étude s´appuie sur de nombreux exemples concrets pris souvent dans le monde anglo-saxon (Canada, Australie, Afrique du Sud…). Les auteurs connaissent bien aussi l´identité patrimoniale de la France ou des Pays-Bas. On regrettera, mais nul ne peut être exhaustif, que le sentiment patrimonial et celui des hauts lieux n´aient pas été évoqués dans le cas des sociétés asiatiques. Dans un ouvrage aussi systématique dans sa démarche, les travaux d´Augustin Berque auraient pu trouver quelques échos.

8Puisque l´on en est au stade des critiques après le moment de l´éloge, il est permis aussi de regretter que la cartographie ne soit pas toujours à la hauteur du texte et du reste de l´iconographie : tracés de frontières approximatifs p.63, fautes d´orthographe sur les noms propres des régions françaises p.87, erreurs de détail p.186. Plus fondamentalement, le lecteur pourra aussi s´interroger sur le modèle politique implicitement défendu par les auteurs : celui de l´intégration " mosaïque " à la grand canadienne : " une nation, plusieurs peuples, plusieurs cultures. ", par opposition à trois autres modèles :  " l´intégration melting-pot ", " l´intégration absorption ", " la hiérarchisation des cultures ". L´on pourrait alors poser ces questions qui structurent leur livre " Who decides ? ", " Whose heritage is it ? ".

9Mais les auteurs savent aussi décrire les tensions, les caractères contradictoires du " patrimonial ". On retiendra en particulier le concept de " polyvocalisme " (qui n´est pas polyphonie) qu´ils mobilisent pour décrire les objets patrimoniaux et celui de " discordance " qu´ils transposent de la géologie à la géographie du patrimonial.

10Un livre qui fécondera les réflexions les plus diverses, en particulier celles de la géographie culturelle et celles des géographies des utilisations économiques et politiques des représentations. Avec Geography of heritage la géographie ne fait pas un inventaire notarial, elle apporte des éclairages précieux sur le monde contemporain.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean-Pierre Chevalier, « Graham, B., Ashworth G.J., Turnbridge, J.E., 2000, A Geography of heritage, London : Arnold, 284 p. », Cybergeo : European Journal of Geography [En ligne], Revue de livres, mis en ligne le 16 janvier 2001, consulté le 12 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/cybergeo/965

Haut de page

Auteur

Jean-Pierre Chevalier

jpchevalier@wanadoo.frMaître de conférences Université de Versailles-Saint-Quentin-en-Yvelines

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© CNRS-UMR Géographie-cités 8504

Haut de page