Navigation – Plan du site
Chronique de Protohistoire

À propos des recherches sur l’âge du Bronze en France orientale et occidentale (1996-2000)

Claude Mordant
p. 267-272

Résumé

Bronze Age archaeological research in eastern and western France

Haut de page

Entrées d’index

Keywords :

France
Haut de page

Texte intégral

Introduction

1Avant de développer cette rapide chronique, il convient de rappeler l’importance des rencontres thématiques bi-annuelles sur l’âge du Bronze. Cette initiative née en 1984 à Dijon se poursuit depuis lors avec une fréquence de réunions plus marquée au Nord de la Loire, mais ce déséquilibre se trouve compensé maintenant par l’organisation en alternance depuis 1994 des Rencontres méridionales de Préhistoire récente. Pour ces cinq dernières années, il s’agit :

2• du colloque de Neuchâtel et Dijon (mai 1996) sur le thème de « L’atelier du bronzier en Europe » dont les actes publiés en co-édition Universités de Neuchâtel et Dijon / CTHS sont sortis en 1998 (Mordant, Pernot, Rychner 1998) ;

3• de la table ronde de Sens-en-Bourgogne (juin 1998) consacrée aux « Pratiques funéraires à l’âge du Bronze en France » en cours d’édition (Société archéologique de Sens / Université de Bourgogne / CTHS) ;

4• du colloque de Lille (avril 2000) sur « L’âge du Bronze du Nord-Ouest de la France » organisé dans le cadre du Congrès des Sociétés historiques et scientifiques de Lille 2000.

5La tenue régulière, depuis 1995, des séances annuelles d’information sur les recherches de l’âge du Bronze organisée dans le cadre des séances déconcentrées de la Société préhistorique française a activé aussi la circulation des informations et stimulé la publication d’études sur cette période dans le BSPF par exemple. Ces sessions se sont tenues à St-Germain-en-Laye (1995), Besançon (1996), Compiègne (1997 en relation avec une réunion du Bronze Age Studies Group), Bayeux (1998), Toulouse (1999), Saintes 2000, Chalons-en-Champagne (2001). Lors de la rencontre de Bayeux, il a été décidé de créer l’Association pour la Promotion des Recherches sur l’âge du Bronze (APRAB).

6Il faut rappeler aussi que durant les années 1994-1997, le Conseil de l’Europe a lancé et soutenu une campagne internationale de promotion de l’âge du Bronze européen. Celle-ci s’est matérialisée par la tenue de colloques internationaux dont les résultats concernent plus ou moins directement l’âge du Bronze de France : celui de Dijon-Neuchâtel (1996) se place dans cette série mais il faut mentionner aussi :

7• celui de Vérone (1995) tourné vers l’examen et la validation des chronologies absolues et relatives de l’âge du Bronze européen et dont les actes fournissent un cadre chronologique essentiel (Randsborg 1996) ;

8• celui de Lisbonne (1995) plus théorique et consacré à la notion de Bronze atlantique (Jorge 1998) ;

9• et la rencontre conclusive de Berlin (1997) (Hänsel 1998).

10Il est dommage que l’exposition programmée dans ce cadre et présentée à Paris au Grand Palais en 1999-2000 « L’Europe au temps d’Ulysse » ait été si peu ancrée dans les perspectives actuelles de la recherche sur cette période (Catalogue d’exposition, RMN 1999) ; la place faite au monde méditerranéen oriental (« Ulysse ») dans la dynamique de l’âge du Bronze en Europe apparaît tout à fait contestable, en particulier pour l’espace nord-alpin.

11Dans ce domaine des expositions, il convient de signaler l’exposition rétrospective consacrée aux nécropoles de l’étape ancienne du Bronze final du confluent Seine-Yonne et du Nogentais « L’âge d’or de l’âge du Bronze » aux musées de Nogent-sur-seine et de Nemours en 1999-2000 (Piette et al. 1999) ainsi que l’exceptionnelle présentation des recherches subaquatiques faites en Saône depuis plus de 30 ans par Louis Bonnamour, « Le fleuve gardien de la mémoire » à l’Espace des Arts de Chalon fin 2000 (Bonnamour 2000). Le thème développé était diachronique par excellence, mais les témoins de l’âge du Bronze y étaient éminemment présents.

12Au cours de ces dernières années, trois thèses de doctorat consacrées totalement (ou pour partie) à l’âge du Bronze doivent être signalées :

13• Pierre-Yves Milcent, « Recherches sur le premier âge du Fer en France centrale » (Université de Paris I, 1999), dont la première partie traite de l’extrême Bronze final et de la transition Bronze-Fer ;

14• Isabelle Kérouanton, « Les stations littorales du lac du Bourget (Savoie) à l’âge du Bronze final. Les groupes culturels et la question du groupe du Bourget » (Université de Paris I, 1999). Grâce à ce travail, on dispose pour la première fois d’un inventaire et d’une présentation « exhaustive » et synthétique du spectaculaire mobilier issu du lac du Bourget ;

15• Anne Balquet, « Les débuts de la métallurgie et la Civilisation des Tumulus armoricains » (Université de Rennes I, 1999). Ce travail très analytique fournit une documentation précise et validée de la très célèbre « Première Série des Tumulus Armoricains » du Bronze ancien.

16On ne peut que souhaiter une publication rapide de tous ces travaux.

17La thèse d’Émilie Gauthier « Évolution de l’impact de l’Homme sur la végétation du massif jurassien au cours des quatre derniers millénaires. Nouvelles données palynologiques », récemment soutenue à Besançon (Université de Franche-Comté 2001) fournit d’utiles précisions sur l’environnement de l’âge du Bronze en Franche-Comté, cadre valide pour une large part de la France orientale. On peut remarquer et regretter que les études paléoenvironnementales centrées sur l’âge du Bronze ne soient pas encore aussi nombreuses qu’il le faudrait.

18Parmi les projets structurants en cours de développement qui concernent l’âge du Bronze en France orientale et occidentale, on peut citer :

19• le PCR « Habitats et occupation du territoire à l’âge du Bronze et au début du Premier Âge du Fer en Basse-Normandie » (coordinateurs Cyril Marcigny et Antoine Verney, 1999-2001) ;

20le PCR « Le Troisième Millénaire avant J.-C. dans le Centre Nord de la France : définitions et interactions des groupes culturels » (coordinateur Laure Salanova, 2001-2003) ;

21• le PCR « Les dépôts de l’âge du Bronze en Bourgogne et la consommation sociale du bronze en Europe du XXIIIe au IXe siècle avant notre ère » (coordinateur Claude Mordant, 1999-2001).

22En ce qui concerne les découvertes essentielles ou majeures réalisées ces toutes dernières années, on ne dispose le plus souvent que d’informations fort partielles ; aussi, sans prétendre à une quelconque exhaustivité, on peut mentionner par exemple :

23• les nécropoles du Bronze final de la région de Colmar (Ensisheim BF I-IIa ; Kunheim BF IIb-IIIa), celle de Metz-Les Intendants Joba (incinérations BF II-III), les nécropoles de La Saulsotte-Courtavant (inhumations BF I-IIa) ;

24• les habitats de Basse-Normandie, en particulier ceux de Tatihou à Saint-Vaast-La Hougue (Marcigny et Ghesquière (dir.), à paraître dans les DAF) ;

25• les dépôts de bronzes de Biederthal (Haut-Rhin) (BF I), Soufflenheim (Haut-Rhin) (BF IIIb) (Jeudy et Piningre à paraître BSPF, Evans (Jura) (Piningre et al. 1999), Cerizy-la-Salle (Manche) (BF IIIb) (Verney et al. 2000 ; les dépôts de la Forêt de Compiègne (Oise) (BF IIIb) (Blanchet, à paraître Mélanges J. Briard).

26À noter aussi, parmi les ouvrages de synthèse ou monographiques publiés au cours de ces cinq dernières années mais basés sur des travaux plus anciens : les actes du colloque 1992 de Clermont-Ferrand qui fournissent une somme remarquable sur le Bronze ancien (Mordant, Gaiffe 1996), et la publication attendue mais tant de fois différée des ensembles de l’âge du Bronze dégagés à l’occasion des travaux du TGV Nord et de la liaison trans-Manche enfin effective grâce à un bulletin spécial de la SPF ! (BSPF, 1992, n° 10-12). Un rappel aussi pour la France en général et ses régions orientales en particulier : la publication des collections de l’âge du Bronze du musée de Berlin qui conserve entre autre la collection Forrer acquise par ce grand protohistorien alsacien pour une large part dans l’Est de la France (Gerloff, Hansen, Oehler 1993).

Approches chrono-culturelles

27En ce domaine, pour la France septentrionale, c’est assurément sur le Bronze ancien et moyen que des avancées ont été enregistrées mais aussi où subsistent beaucoup d’interrogations. Pour le Bronze ancien, les actes de Clermont-Ferrand proposent la synthèse la plus récente et le Bronze nord occidental vient de profiter d’une réactualisation des données grâce à la rencontre de Lille 2000 qui renouvelle les connaissances présentées lors de celle de 1984 (Les relations entre le Continent et les Îles britanniques à l’âge du Bronze, Blanchet dir., 1987). Un autre volume sous presse « Archéologie préventive en vallée de Canche » présente les sites protohistoriques fouillés sur le tracé de l’autoroute A16 (avec en particulier l’habitat enclos de type « ring fort » d’Etaples - le Mont Bagarre) qui datent pour la plupart du Bronze ancien et moyen (Desfossés dir., 2001).

28La question du début du Bronze ancien pose de facto celle de la fin du Néolithique final et du Chalcolithique (s.s.) et, si la plage de temps durant laquelle ces transitions prennent place (2300-2000 av. J.-C.) est fixée, il est sûr que les groupes humains et leur culture matérielle sont bien moins perceptibles (Chambon, Salanova 1996 ; Lichardus 1999). Ces sujets ne sont bien sûr pas indépendants des questionnements relatifs à la Culture campaniforme, à son extension spatiale au sein du Bassin parisien, à sa dynamique et à ses relations avec les groupes proches et / ou contemporains : Artenac / Gord, Urnes à décor plastique. Ces questions ont été abordées dans les actes du colloque de Clermont-Ferrand (en particulier dans l’article de J.-L. Voruz sur les datations absolues ou les synthèses de Billard, Blanchet, Talon pour le N-O de la France ou de Blouet, Koenig, Vanmoerkerke pour la Lorraine), mais aussi dans la thèse sur le Campaniforme récemment publiée de L. Salanova (Salanova 2000) : c’est aussi tout l’enjeu du PCR qu’elle anime sur les cultures du IIIe millénaire dans le Bassin parisien. Les contraintes principales résident dans la déficience documentaire générale pour cette large plage de temps, lacunes nées de difficultés multiples de reconnaissance des sites, souvent profondément enfouis (en bordure de chenaux colmatés) ou à l’opposé érodés (sur plateaux ou versants) et réduits parfois à des séries lithiques mélangées. Une attention toute particulière pour la recherche des sites du IIIe millénaire et de la première moitié du IIe doit être mobilisée pour les années à venir. Notons le fort investissement sur le lithique de l’âge du Bronze ancien/moyen de la France nord-occidentale : E. Martial (1995), E. Ghesquière (Ghesquière et al. 1997), P. Feray et P. Lefèvre (in Desfossés dir., 2001) ; ces investigations sont novatrices et indispensables pour renouveler nos approches de ces premiers temps de l’âge du Bronze durant lesquels le métal est rare, avec des objets de « prestige » fréquemment déposés ou rejetés dans les cours d’eau et milieux palustres et donc recueillis isolés ou en petites séries aux contextes mal connus.

29Assurément la question du Campaniforme dans le Bassin parisien reste largement ouverte tout comme celle de la genèse du Bronze ancien. Pour cette période, la série des tombes tumulaires d’Armorique demeure la seule source d’ampleur, mais la thèse de A. Balquet en montre bien aussi les limites documentaires qui existent compte tenu des conditions de fouilles souvent anciennes et malgré les recherches d’envergure conduites dans les années 1970-1980 par J. Briard et l’équipe de Rennes. Pour ce Bronze ancien armoricain, l’approche chrono-culturelle reste celle proposée par J. Briard dans sa synthèse « Les Tumulus d’Armorique » de 1984. Une reprise de la « Seconde Série des Tumulus armoricains » et de la transition vers le Bronze moyen mériterait d’être engagée.

30À ce jour, en France orientale et occidentale et pour le Bronze ancien, on s’accorde à reconnaître une étape ancienne (2300-1800 av. J.-C.) correllée au Bronze ancien A1 de Reinecke suivie d’une seconde (1800-1600) parallèle au Bronze A2. Comme en Europe moyenne et centrale, la première montée en puissance de la production et consommation du bronze se place dans la seconde moitié du Bronze A1 (Première Série de Tumulus armoricains) ; une certaine diversification et amplification de la circulation du métal s’accentue seulement à partir du Bronze moyen ; ces schémas ne semblent pas remis en cause.

31Pour le Bronze moyen de France orientale, la synthèse élaborée lors du colloque de Strasbourg-Haguenau en 1988 est encore pour l’essentiel valide (Dynamique du Bronze moyen 1989) ; la rencontre de Lille 2000 renouvelle les données relatives au Bronze moyen nord occidental. Ces sites livrent des séries de matériel limitées, exception faite de l’habitat de l’Île de Tatihou (commune de Saint-Vaast-la-Hougue, Manche) connu déjà grâce à quelques notes de présentation (Marcigny et al. 2000). Un système orthogonal de fossés (parcellaire vrai, limites et drainage ?) daté de la fin du Bronze ancien et du début du Bronze moyen structure l’espace occupé et un abondant et significatif mobilier céramique et lithique a été recueilli dans les remplissages. Les affinités de la céramique sont nettement atlantiques et les meilleurs parallèles se retrouvent dans le Nord de la France mais surtout dans le Bronze ancien et moyen du Sud de l’Angleterre : Urns, Trevisker Group et Deverel-Rimbury Complex. Ces connexions avec ce dernier groupe culturel apparaissent essentielles pour le Bronze moyen de la façade atlantique dont on ne connaît que trop peu encore les corpus ; d’évidentes comparaisons ont déjà été notées par les auteurs avec certains aspects de la céramique des Duffaits.

32La définition des groupes culturels du Bronze final en France orientale n’a pas fait l’objet de remise en cause fondamentale avec une tripartition (depuis longtemps utilisée) validée depuis le Colloque de Nemours (1986) (Brun, Mordant dir. 1988). Cependant, les deux thèses de P.-Y. Milcent et I. Kérouanton ont permis une meilleure approche de la fin du Bronze final et de la transition Bronze-Fer ; les auteurs ont bien montré les connexions essentielles entre la Savoie et le Centre / Centre-Ouest de la France : ils ont à cette occasion introduit le concept de France centrale ou moyenne, zone médiane d’influence Est-Ouest bien sûr mais aussi Nord-Sud. Pour la transition Bronze final / premier Âge du Fer, les travaux conduits par D. Simonin dans le Gâtinais occidental (Boulancourt, Gironville) ont mis en place les éléments d’une périodisation fine et d’une meilleure compréhension de la dynamique d’occupation du sol (Simonin 2001) ; cette phase charnière est aussi mieux perçue dans l’Aisne grâce aux récents travaux conduits sur le site d’Osly-Courty (Brun et al. 2000).

Habitats et occupation de l’espace

33En France orientale, même si les découvertes se sont poursuivies en Lorraine et Champagne, peu de données ont été publiées récemment et aucune synthèse novatrice n’a été proposée depuis le colloque de Lons-le-Saunier (Mordant, Richard 1993) : le modèle de la ferme isolée et ouverte reste valide pour l’essentiel de l’âge du Bronze. Le très grand chantier « Toyota » à Onnaing (Nord) a fourni l’opportunité d’un test sur 250 ha ; les vestiges de plusieurs habitats ouverts de type ferme du Bronze final ont été identifiés à cette occasion ; une publication synthétique est annoncée.

34Les nouveautés existent pour la zone occidentale, mais les sites restent encore largement inédits : parcellaires, fours et greniers de Tatihou (cf. supra), ring fort d’Etaples - le Mont Bagarre (Desfossés 2001) mais encore habitats fossoyés fermés de Basse-Normandie (Nonant, Thaon, Mondeville) (Marcigny et al. 2001). Les affinités de toutes ces architectures se tournent nettement en direction du sud de l’Angleterre. Les monographies de tous ces sites sont attendues avec intérêt.

35Pour le Bronze ancien d’Armorique, l’approche spatiale un peu minorée jusqu’alors s’est développée avec les études modélisantes de S. Léon (1997) et celles de P. Brun présentées dans le cadre du colloque de Lisbonne sur l’âge du Bronze atlantique (Brun 1998). L’image de territoires d’envergure somme toute modeste (10-40 km de rayon maximum) contrôlés par les « princes de l’Armorique » transparaît de ces études.

Dépôts et production métallique

36Parmi les découvertes de dépôts de bronze, la première place revient assurément à celui d’Evans (Jura) (Piningre et al. 1999). Il s’agit du plus grand dépôt de vaisselle de bronze connu actuellement en France mais aussi en Europe nord alpine ; il contenait au moins une quarantaine de vases : coupes et tasses carénées (apparentées type Jenisovice-Kirkendrup), de tasses hémisphériques, de deux passoires, de fiasques à col et panse bitronconique, d’un grand vase bitronconique à col, d’un chaudron. Les comparaisons les plus évidentes s’établissent avec le dépôt de Blanot (Côte-d’Or, Thevenot et al. 1991) mais aussi avec des ensembles homologues d’Allemagne, de Bohème ou de Hongrie. La remarquable qualité de l’ensemble fait d’autant plus regretter le contexte de découverte, lors de terrassements mécaniques en périphérie d’une doline.

37D’autres ensembles ont été découverts de façon fortuite ou suite à des prospections électromagnétiques (plus ou moins autorisées parfois au départ mais ensuite « contrôlées »). Les dépôts de Biderthal (Haut-Rhin) se placent dans ce contexte : ils regroupent des éléments fragmentés d’épées, pointes de lance, de haches de parure (épingle et bracelets) du début du Bronze final mais surtout d’un stock tout à fait remarquable de lingots plano-convexes de cuivre sub-entiers ou fragmentés. La présence de lingots n’est pas en soi un fait extraordinaire, mais il est rare qu’un tel stock ait été recueilli récemment dans un dépôt : des comparaisons ont été établies avec des produits équivalents connus en Hongrie (Czalik 2000, à paraître).

38Le petit ensemble de Soufflenheim (Haut-Rhin) est bien représentatif de cette catégorie des petits assemblages d’objets de l’étape moyenne et finale du Bronze final ; il faut aussi souligner que les dépôts sont rares en Alsace (Jeudy et Piningre, à paraître BSPF).

39En domaine atlantique, le dépôt de Cerizy-la-Salle (Manche) appartient à l’étape finale (BF IIIb) (Verney et al. 2000) ; il est très représentatif de l’horizon métallique des épées à langue de carpe avec une très grande diversité des catégories et types présents (épées, pointes de lances, haches, bijoux, lingots…) et une fragmentation élevée. Les dépôts de la Forêt de Compiègne (BF IIIb) (Blanchet, à paraître Mélanges J. Briard) appartiennent au même horizon chronologique et culturel ; les comparaisons immédiates se tournent vers les ensembles contemporains et homologues de la Somme (Le Plainseau en particulier).

40L’intérêt pour les dépôts de l’âge du Bronze ne faiblit pas évidemment, il s’agit d’un type privilégié d’ensembles pour appréhender la production, la circulation et la consommation du métal bronze. Les 3 tomes des Actes du Colloque 1996 de Dijon-Neuchâtel (Mordant, Pernot, Rychner 1998) présentent un large panorama des études consacrées à ces ensembles : tome 1, tourné vers la question des analyses, de la question récurrente des origines des matériaux ; tome 2, consacré aux structures d’extraction et de traitement du minerai mais aussi à l’atelier au sens complet du terme (lieu, structures de transformation) ; tome 3, dévolu aux questions de consommation sociale du bronze où la place et l’importance des dépôts sont à juste titre développées.

41Nos recherches sur l’organisation spatiale et technique de l’atelier du bronzier demeurent toujours fortement limitées par une documentation lacunaire et des efforts doivent être poursuivis dans la recherche et l’étude de ces contextes. Des progrès remarquables ont été enregistrés en France et en Europe dans le domaine de l’extraction et du traitement des minerais.

42Un renouvellement sensible des problématiques d’étude est aussi perceptible dans l’étude des objets métalliques avec une orientation marquée vers une quantification plus rigoureuse des masses ainsi qu’un intérêt plus fort pour la nature et « l’état » des objets regroupés : variation des catégories fonctionnelles présentes, fragmentation, dénaturation volontaire. Ceci est perceptible dans les études récentes de dépôts ou des productions métalliques (Verney et al. 2000 ; Gabillot 2000a et 2000b ; Pennors 2000). Le travail conduit sur les lingots et demi-produits de cuivre (ou d’alliage à base de cuivre) de France par Z. Czajlik est aussi original et novateur pour la circulation de la matière brute (Czajlik 2000, à paraître).

43Les approches métallographiques et techniques se poursuivent aussi avec un croisement de méthodologies complémentaires : analyses et observations, expérimentations. Les recherches conduites sur le dépôt de Villethierry (Yonne) (Armbruster et Pernot à paraître ; Pernot 1998) ou Farébersviller (Moselle) (Véber, Pernot 2000) sont représentatives de cette orientation.

44Pour clore ce propos, dans la catégorie des découvertes exceptionnelles (à plus d’un titre), mentionnons le repêchage en mer, au large des falaises de Haute-Normandie par des pêcheurs, de deux remarquables torques en or à jonc torsadé et embout conique du type de Tara-Yeovill de la fin du Bronze moyen - début du Bronze final (Billard et al. 2000) ; le contexte est bien sûr étonnant : par 30 m de fond environ et à 5-6 km des côtes au large de Sotteville-sur-Mer. S’agit-il du résultat d’un naufrage ancien (contemporain des objets) ou plus récent ? Aucun indice ne permet de trancher définitivement à l’heure actuelle.

Haut de page

Bibliographie

Balquet 1999 : Balquet (A.) – Les débuts de la métallurgie et la Civilisation des Tumulus armoricains. Thèse de doctorat, Université de Rennes I, 1999, 3 vol.

Billard, Eluère, Jézégou 2000 : Billard (C.), Eluère (C.), Jézégou (M.-P.) – Découverte de torques en or de l’âge du Bronze en mer de Manche. In : Table ronde L’âge du Bronze du Nord-Ouest de la France dans le contexte européen occidental, Lille, CTHS, 2000, prétirages, 4 p.

Bonnamour 2000 : Bonnamour (L.) – Archéologie de la Saône. Le fleuve gardien de la mémoire. Paris, Errance, 2000.

Blanchet 1987 : Blanchet (J.-C.) dir. – Les relations entre le continent et les Îles britanniques à l’âge du Bronze. Actes du colloque de Lille 1984. Amiens, Revue archéologique de Picardie et Société préhistorique française, 1987.

Briard 1984 : Briard (J.) – Les tumulus d’Armorique. Paris, Picard, 1984 (L’âge du Bronze en France, 3).

Brun, Mordant 1988 : Brun (P.), Mordant (C.) dir. – Le groupe Rhin-Suisse-France orientale et la notion de civilisation des Champs d’Urnes en France. Nemours, APRAIF, 1988 (Mémoires du Musée de Préhistoire d’Île de France, n° 1).

Brun 1998 : BRUN (P.) – Le complexe culturel atlantique : entre le cristal et la fumée. In : Oliveira Jorge (S.) éd. – Existe uma Idade do Bronze Atlântico ? (Actes du colloque de Lisbonne, 12-14 octobre 1995). Lisbonne, 1988, pp. 40-51 (Trabalhos de Arqueologia, 10).

Brun et al. 2000 : Brun (P.), Cathelinais (C.), Chatillon (S.), Guichard (Y.), Le Guen (P.), Nérée (E.) – L’âge du Bronze dans la vallée de l’Aisne. In : Table ronde L’âge du Bronze du Nord-Ouest de la France dans le contexte européen occidental, Lille 2000, prétirages, 1 p.

Chambon, Salanova 1996 : Chambon (P.), Salanova (L.) – Chronologie des sépultures du IIIe millénaire dans le bassin de la Seine. BPrHistFr, 93, 1, 1996, pp. 103-119.

Czajlik 2000 : Czajlik (Z.) – De la mine au bronzier : formes de la distribution des métaux des origines aux Celtes. In : Actes du Colloque de Tende, La métallurgie dans les Alpes occidentales des origines à l’an 1000, à paraître.

Desfossés 2001 : Desfossés (Y.) dir. – Archéologie préventive en vallée de Canche. Les sites protohistoriques fouillés dans le cadre de l’autoroute A16. Nord-Ouest Archéologie, n° 11, 2001.

Dynamique du Bronze moyen en Europe : Actes du colloque de Strasbourg-Haguenau 1988. Paris, Comité des travaux historiques et scientifiques, 1989.

Gabillot 2000a : Gabillot (M.) – Les dépôts complexes de la fin du Bronze moyen et du début du Bronze final en France du Centre-Est. Nouvelle approche. BPrHistFr, 97, 3, 2000, pp. 459-476.

Gabillot 2000b : Gabillot (M.) – La fragmentation des objets en bronze : critère d’étude des dépôts métalliques. In : Congrès préhistorique de France, Nanterre 2000, prétirages, p. 37, à paraître.

Gauthier 2001 : Gauthier (E.) – Évolution de l’impact de l’Homme sur la végétation du massif jurassien au cours des quatre derniers millénaires. Nouvelles données palynologiques. Thèse de doctorat, Université de Franche-Comté, 2001.

Gerloff, Hansen, Oehler 1993 : Gerloff (S.), Hansen (S.), Oehler (F.) – Die Funde der Bronzezeit aus Frankreich. Berlin, Museum für Vor- und Frühgeschichte, 1993, 177 p., 53 pl.

Ghesquière et al. 1997 : Ghesquière (E.), Marcigny (E.), Desloges (J.), Le Gaillard (L.) – Le silex à l’âge du Bronze. L’industrie lithique de l’âge du Bronze sur le site de Tatihou à Saint-Vaast-la-Hougue (Manche). Revue archéologique de l’Ouest, 14, 1997, pp. 27-47.

Habitats et nécropoles à l’âge du Bronze sur le transmanche et le TGV nord : BPrHistFr, 1992, 89, 10-12, pp. 291-489.

Hänsel 1998 : Hänsel (B.) dir. – Mensch und Umwelt in der Bronzezeit Europas. Oetker-Voges, Kiel, 1998.

Jorge 1998 : Jorge (S.) dir. – Existe uma Idade do Bronze Atlântico. Lisbonne, 1988 (Trabalhos de Arqueologia, 10).

Kérouanton 1999 : Kérouanton (I.) – Les stations littorales du lac du Bourget (Savoie) à l’âge du Bronze final. Les groupes culturels et la question du groupe du Bourget. Thèse de doctorat, Université de Paris I, 1999.

Léon 1997 : Léon (S.) – Nouvelles données sur les tumulus à pointes de flèche de l’âge du Bronze ancien. BPrHistFr, 96, 4, 1997, pp. 265-274.

L’Europe au temps d’Ulysse : Catalogue d’exposition, Grand Palais Paris 1999, Réunion des Musées nationaux.

Lichardus-Itten 1999 : Lichardus-Itten (M.) – L’âge du Bronze en 2300 av. J.-C. ? BPrHistFr, 96, 4, 1999, pp. 563-569.

Marcigny, Ghesquière, Diazzon 2000 : Marcigny (C.), Ghesquière (E.), Diazzon (D.) – L’âge du Bronze en Basse-Normandie, définition par les matériaux céramiques. In : Table ronde L’âge du Bronze du Nord-Ouest de la France dans le contexte européen occidental, Lille, CTHS, 2000, prétirages, 4 p.

Martial 1995 : Martial (E.) – L’industrie lithique à l’âge du Bronze dans le Nord-Pas-de-Calais. Cahiers de Préhistoire du Nord, n° 15, 1995.

Milcent 1998 : MILCENT (P.-Y.) – Recherches sur le premier âge du Fer en France centrale. Thèse de doctorat, Université de Paris I - Panthéon-Sorbonne, Préhistoire-Anthropologie-Ethnologie, 1998, 2 vol., 836 p., 33 tabl., 152 fig., 248 pl.

Mordant, Richard 1993 : Mordant (C.), Richard (A.) éd. – L’habitat et l’occupation du sol à l’âge du Bronze en Europe. Paris, Comité des travaux historiques et scientifiques, 1993 (Documents préhistoriques, n° 4).

Mordant, Pernot, Rychner 1998 : Mordant (C.), Pernot (M.), Rychner (V.) éd. – L’atelier du bronzier en Europe du XXe au VIIIe siècle avant notre ère. Actes du colloque international de Dijon-Neuchâtel 1996. Paris, Comité des travaux historiques et scientifiques, 1998, 3 vol. (Documents préhistoriques, n° 10).

Pennors 2000 : Pennors (F.) – Fonction des objets en bronze, In : Congrès préhistorique de France, Nanterre 2000, prétirages, p. 37, à paraître.

Pernot 1998 : Pernot (M.) – Quelques réflexions à propos du décor d’objets métalliques. Cahier technique de l’AARAAFU, n° 5, 1998, pp. 40-41.

Piette, Simonin, Leclerc 1999 : Piette (J.), Simonin (D.), Leclerc (S.) dir. – L’âge d’or de l’âge du Bronze. Les vallées de la Seine et de l’Yonne aux XIIIe et XIIe siècles avant J.-C. Catalogue d’exposition Nogent-sur-Seine et Nemours, 1999.

Piningre, Mosca, Bonvalot 1999 : Piningre (J.-F.), Mosca (P.), Bonvalot (N.) – Une découverte exceptionnelle dans la vallée du Doubs : le dépôt de vaisselle en bronze de l’âge du Bronze final d’Evans (Jura) : présentation préliminaire. BPrHistFr, 96, 2, 1999, pp. 241-247.

Randsborg 1996 : Randsborg (K.) éd. – Absolute Chronology. Archaeological Europe 2500-500 BC. Acta Archaeologica Supplementa, vol. 1, Copenhague, 1996.

Salanova 2000 : Salanova (L.) – La question du Campaniforme en France et dans les Îles anglo-normandes. Productions, chronologie et rôles d’un standard céramique. Paris, co-édition Comité des Travaux historiques et scientifiques et Société préhistorique française, 2000 (Documents préhistoriques 13).

Simonin 2001 : Simonin (D.) – Le Bronze final IIIb et le Hallstatt ancien dans le Gâtinais : données récentes. In : Actualités du Bronze, Journée d’information Société préhistorique française - Association pour la Promotion des recherches sur l’âge du Bronze, Châlons-en-champagne 10 mars 2001, prétirages, pp. 23-25.

Thevenot 1991 : Thevenot (J.-P.) dir. – L’âge du Bronze en Bourgogne. Le dépôt de Blanot (Côte-d’Or). Dijon, 1991 (supplément à la Revue archéologique de l’Est).

Véber, Pernot 2000 : Véber (C.), Pernot (M.) – Étude technique de cinq objets de Farébersviller (Moselle). Revue d’Archéométrie, 24, 2000, pp. 5-12.

Verney, Desloges 2000 : Verney (A.), Desloges (J.) – Le dépôt du Bronze final III de la Roche Bottin à Cerisy-la-salle (Manche). Actes de la Journée archéologique du 15/12/97, Etudes et documents, Société d’Archéologie et d’Histoire de La Manche, Saint-Lô.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Claude Mordant, « À propos des recherches sur l’âge du Bronze en France orientale et occidentale (1996-2000) », Documents d’archéologie méridionale [En ligne], 24 | 2001, mis en ligne le 05 janvier 2007, consulté le 11 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/dam/1004

Haut de page

Auteur

Claude Mordant

Professeur, Université de Bourgogne UMR 55964, 6 bd Gabriel – 21000 Dijon

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page