Navigation – Plan du site
Varia

L’établissement protohistorique du Castelet (Fontvieille, Bouches-du-Rhône) : étude d’une collection ancienne

Elodie Martin-Kobierzyki
p. 211-256

Résumés

En 2005 s’est tenue au Musée de l’Arles et de la Provence Antique, une exposition retraçant les travaux de Louis Poumeyrol qui avait œuvré pendant une vingtaine d’années sur l’habitat de hauteur du Castelet, découvert au début du XXe s. Cet événement a été le point de départ de recherches dont le présent article constitue la synthèse des données historiographiques, bibliographiques et typo-chronologiques analysées. Situé entre Arles et les Alpilles, le Castelet bénéficie d’un environnement propice à son développement. L’occupation protohistorique, installée sur des vestiges néolithiques, débuterait vers le milieu du VIIe s. au plus tôt, pour s’éteindre vers 50 av. n. è. Au travers de l’observation des différents contacts commerciaux, ce sont les liens qui ont pu unir le Castelet à son environnement qui nous ont intéressés, ainsi que les implications socioculturelles et technologiques résultants de ces rapprochements. L’ensemble des données recueillies a permis d’insérer le Castelet dans la dynamique culturelle et territoriale de la basse vallée du Rhône, où Arles a joué un rôle prépondérant pour l’heure mal défini.

Haut de page

Plan

Haut de page

Texte intégral

1. Contexte géographique et données environnementales

  • 1 Les archéologues mentionnent également l’existence d’un petit habitat de bas de pente à 300 mètres (...)

1L’établissement du Castelet se situe au sud-ouest de la commune de Fontvieille, à quelques 7 km d’Arles, au lieu-dit éponyme. Implanté sur une basse colline dont le sommet culmine à 69 m NGF, le plateau s’étend sur près d’un hectare. Il accueille encore aujourd’hui une propriété privée où se trouvent des mas, des piscines, ainsi qu’une exploitation agricole gérant de nombreux champs d’arbres fruitiers. Les structures anciennement mises au jour ont toutes été ré-enterrées ; seule est visible l’enceinte médiévale dont les soubassements est et sud pourraient comprendre des vestiges d’une fortification protohistorique. Elle se situe sur un aplomb rocheux formant une falaise, au-dessus de la Duransole. A l’ouest de ce promontoire, le terrain descend selon un fort pendage jusqu’aux secteurs mis en culture. De petits bosquets d’arbres ponctuent le tout, séparés par les champs et les divers chemins qui sillonnent la propriété. Le Castelet est situé sur l’actuelle route d’Arles à Fontvieille, à 2 km environ de l’oppidum du Mont de Cordes, dont ne sont connues que quelques références à des ramassages et à un sondage (Gateau, Leveau 1999, 180, reprenant Benoit 1940, 569). La présence, dans l’environnement immédiat du gisement, d’autres occupations importantes comme le Mont-Valence ou la Calade du Castele1, soulignent la densité des sites de ce secteur des Alpilles et de la Provence occidentale (fig. 1).

Figure 1 – Localisation du Castelet parmi les sites de la basse vallée du Rhône

Figure 1 – Localisation du Castelet parmi les sites de la basse vallée du Rhône

D’après Garcia 2004

2Au carrefour de divers, et non moins compatibles phénomènes géomorphologiques, le site occupe une position privilégiée entre la plaine d’Arles, les Alpilles et le Rhône (fig. 2). D’autres facteurs – complémentaires – ont pu favoriser l’établissement d’une occupation humaine au Castelet, dernière hauteur avec Montmajour et le Mont de Cordes en direction d’Arles : un micro-climat généré par le relief du massif, la présence de la Duransole, les qualités karstiques d’un terrain calcaire permettant les résurgences d’eau, les plaines alluviales alentour (le Rhône n’est qu’à 5 km). Quant aux marais du Vigueirat et du Trébon, ils sont en eaux durant le premier âge du Fer (avec les premières crues rhodaniennes), alors que le deuxième âge du Fer est caractérisé par un important déficit hydrique. La couverture végétale a suivi ces fluctuations, conquérant les versants en période humide, se retirant lors des périodes les plus sèches. A l’Holocène, elle se compose essentiellement de chênaies, de populaies, d’herbes hygrophiles de type jonc, et demeure marquée par une augmentation sans équivoque des traces d’anthropisation du territoire dès le Néolithique. Ces éléments de réponses, géomorphologiques et paléo-environnementaux, quant au choix d’une occupation en ces lieux, sont le fruit de recherches approfondies qu’ont mené ces dernières années les équipes pluridisciplinaires de Ph. Leveau (Leveau, Provansal 1993 ; Leveau, Saquet 2000), M. Provansal (Provansal 1994 et 2000, 9-14), H. Bruneton (Bruneton, Provansal et alii 1998, 31-39) ou encore M. Jorda (Jorda, Provansal, Royet 1990, 57-66).

Figure 2 – La vallée des Baux et les Alpilles

Figure 2 – La vallée des Baux et les Alpilles

Localisation du Castelet

DAO : H. Bohbot d’après H. Borély (CNRS/CCJ) pour Leveau, Gazenbeek 1996

2. Historique des recherches

2.1. Historiographie et bibliographie

3Dès la fin du XVIIIe s. de n. è., la commune de Fontvieille devient le théâtre d’activités archéologiques : M.-L. Anibert évoque dès 1779, les hypogées implantés sur la colline du Castelet et y pratique les premières fouilles. Les recherches continuent tout au long du XIXe s., notamment avec Cazalis de Fondouce (Cazalis de Fondouce 1873, 439-472), pour aboutir à la découverte du groupe dit des « hypogées d’Arles », situés sur le Castelet comme sur le Mont de Cordes. En tout, ce sont quatre hypogées et un dolmen qui sont mis au jour. Ces édifices, servant pour certains de sépultures collectives, ont été bâtis à la fin du Néolithique et utilisés jusqu’au Chalcolithique. Ce n’est réellement qu’au début du XXe s. que les recherches sur des périodes plus récentes débutent. Suite aux prospections d’I. Pranhisnikoff, G. Vasseur rédige un article (Vasseur 1907, 54-57) pour le Bulletin de la Société Archéologique de Provence, traitant entre autres de la céramique « pseudo-mycénienne » découverte par son prédécesseur. Il semble également qu’I. Gilles et J. Latour y aient prospecté, voire même fouillé, dans la première moitié du XXe s.

  • 2 Gallia 1953, p. 112 ; 1954, p. 430-431 ; 1960, p. 305 ; 1967, p. 403 ; 1969, p. 423 ; 1972, p. 518  (...)

4C’est à Louis Poumeyrol que l’on doit toutefois, dès 1953, l’ouverture d’un véritable chantier de fouilles (fig. 3). Il entreprend ses recherches dans la zone dite « du parc du château », au nord du rocher, en léger contrebas du mas, contre l’hypogée et l’enceinte (fig. 4). Avec l’appui et le soutien des instances archéologiques, l’instituteur et directeur de l’école de Fontvieille qu’il est alors, mène une quinzaine de campagnes de fouilles auxquelles participent Ch. Lagrand et F. Benoit. Son équipe se compose de sa famille (sa femme et sa fille), de certains habitants du village, ainsi que d’étudiants en archéologie. En 1956, L. Poumeyrol rédige un article consacré à l’état de ses recherches pour la revue Rhodania (Poumeyrol 1956, 35-45). En plus des nombreuses notices publiées dans Gallia2, certaines des données recueillies sur le site ou lors de l’étude du mobilier sont intégrées, entre autres, dans l’ouvrage Recherches sur l’hellénisation du Midi de la Gaule de F. Benoit (Benoit 1965, 99-134), et dans l’article de Ch. Lagrand, la céramique « pseudo-ionienne » dans la Vallée du Rhône (Lagrand 1963, 68-69). En 1978, soient trois ans après la fin des fouilles, la famille Poumeyrol fait don de la collection quasi complète au Museon Arlaten d’Arles, avant son transfert à l’Institut de Recherches pour la Provence Antique (I.R.P.A., Musée Départemental de l’Arles Antique).

Figure 3 – Vue aérienne du Castelet en 1972 (rapport de fouilles 1972), prise depuis le nord-ouest.

Figure 3 – Vue aérienne du Castelet en 1972 (rapport de fouilles 1972), prise depuis le nord-ouest.

Au centre, une partie du secteur fouillé ; au sommet du rocher, le mas avec, plus à gauche, la chapelle et l’enceinte médiévale.

Figure 4 – Plan de l’oppidum d’après L. Poumeyrol (rapport de fouilles 1965)

Figure 4 – Plan de l’oppidum d’après L. Poumeyrol (rapport de fouilles 1965)

5A l’heure actuelle, le gisement se situe sur la propriété privée du mas du Castelet, où il subit les dégradations inhérentes à l’habitation et à l’exploitation agricole du domaine. Les propriétaires sont toutefois prudents dans leurs démarches et ont déjà eu recours au Service Régional de l’Archéologie lors de la construction d’une piscine. En outre, plusieurs archéologues ont pu prospecté alentour (et sur le plateau ?), comme M. Gazenbeek dans les années 90 (Gazenbeek 1995, notamment 251-255). En 1996, E. Mahieu, dans le cadre de travaux de sauvetage lors de la construction d’un gazoduc, fouille une tombe sous coffre de dalles, datant de l’âge du Bronze, dans le secteur de la Calade (Mahieu 1996-1997, 79-87). Quelques mentions du site et de son mobilier sont à souligner, comme dans la thèse de Ch. Arcelin-Pradelle sur la céramique grise monochrome, dans celle de J.-Ch. Sourisseau sur les amphores, ou encore dans l’ouvrage de Y. Marcadal sur les Alpilles. La dernière synthèse scientifique publiée sur Fontvieille et le Castelet est l’œuvre de F. Gateau et de M. Gazenbeek, dans la notice de la Carte Archéologique de la Gaule, les Alpilles et la Montagnette (Gateau, Leveau 1999, 162-182).

2.2. La stratigraphie de L.Poumeyrol

6Lors des fouilles, Louis Poumeyrol a reconnu 13 niveaux différents qu’il a regroupés en six phases, depuis le Chalcolithique jusqu’au IIe s. av. n. è. En chercheur minutieux et attentif, il a individualisé les couches tant par leurs caractéristiques sédimentaires que par la présence de certaines catégories céramiques. On se rapportera au tableau inséré dans le rapport de fouilles de 1975 résumant la succession des couches, la qualité du sédiment et un aperçu des céramiques recueillies (fig. 5 ; reprise textuelle).

Figure 5 – Tableau récapitulatif des US (concordance des niveaux, évolution de la numérotation et stratigraphie) extrait du rapport de fouilles de 1975. Reprise textuelle du document (vocabulaire non réactualisé)

Caractéristiques

Définitif

1964

1965

1966

1967

Terre végétale récente

1

1

1

Galets

2

2

2

Terre fine

3

3

3

Grosses pierres

4

4

4

Mince couche stérile

5

5

5

Campanien

6A

6

6. mur romain

Pré-campanien

6B

N. IV

N. IV

6

6. mur romain

Gris jaunâtre dur

7A

N.IV

VA

6/7

7A

Gris moins dur

7B

N. IV

6/7

7B

Gris jaunâtre faisselle

7C

N. IV

7C. sol argileux (disque)

Gris brûlé

8A

V

VB

8

8A

Céramique + rare

8B

V

8

8B

Terre jaune

9A

V

VC/VD

9

9A

Très pauvre

9B

V

VC/VD

9

9B

Très pauvre

9C

V

9

9C. étruque-punique

Indigène bien lustrée, CU

10A

VI. atypique

10. sablonneux

10A. pavage grossier. CU.

Jaunâtre stérile

10B

VI

10. sablonneux

10B. adascia

Cailloutis

11

11

11

Pierres, campaniforme

12

VII

VII

12

12

Gris stérile

13

13

13

Rocher

-

7Pour L. Poumeyrol et ses collaborateurs, le site du Castelet a ainsi été occupé au Chalcolithique d’une part, puis au Bronze final, et du VIe au IIe s. av. n. è. (jusqu’à -125 pour les plus précis), avant d’être abandonné puis réoccupé au bas Moyen Âge. L. Poumeyrol émet quelques hypothèses, en conservant un certain recul : il s’agit, pour lui, d’un habitat indigène à consonance grecque, ayant éventuellement commercé avec des marchands étrusques, ibériques et italiques. Il ajoute qu’il a pu servir de « petit poste massaliote protégeant le trafic de Marseille vers la Celtique par la vallée du Rhône » (Poumeyrol 1956, 45), principalement occupé aux VIe et Ve s. av. n. è. puis sur une courte période du IIe s. av. n. è. Quant à F. Benoit, il n’hésite pas à qualifier l’endroit, dans son ouvrage Recherches sur l’hellénisation… de « station grecque », qui « domine un passage des marais de Fontvieille […]. Ce poste de garde, fortifié par la République d’Arles qui y tenait garnison, surveillait les accès d’Arles, du côté du nord et du côté de la Crau et de l’Etang de Berre. » (Benoit 1965, 133-134). Le même auteur mentionne plusieurs fois le Castelet en insistant sur la récurrence des « céramiques ioniennes », le mettant sur un pied d’égalité avec Arles et Glanon. Il cite également le Mont de Cordes (Benoit 1941, 569), comme étant une forteresse destinée à défendre la voie fluviale contre les attaques indigènes, un relais entre les Alpilles et le Rhône et surtout comme étant « la ville gréco-italique dont Arles était le port fluvial avant de lui succéder ». Poumeyrol comme Benoit considèrent l’abandon de l’oppidum comme contemporain de la destruction d’Entremont.

3. Le mobilier des fouilles anciennes

  • 3 La présente étude a été réalisée dans le cadre d’un Master 2 Recherche effectué à l’Université de P (...)
  • 4 Madame Bert, propriétaire du mas du Castelet, nous a montré un grand nombre de monnaies recueillies (...)

8Le présent article s’appuie sur des travaux3 menés à terme en 2007, sur la collection ancienne, et concerne l’intégralité du mobilier protohistorique (Annexe 1) conservé dans les réserves légères du Musée Départemental de l’Arles antique. Les vestiges néolithiques et médiévaux ont été écartés du cadre de notre exposé. Malheureusement, certains objets mentionnés et/ou photographiés dans Gallia (entre autres) se sont révélés manquants telle une coupe attique à figures noires, à yeux prophylactiques et satyre (Gallia 12, 430 ; fig. 9, no 29) ou encore des monnaies4 qu’aucun cliché n’a permis d’identifier.

9Les résultats présentés ici sont basés en grande partie sur une étude typo-chronologique du mobilier, en raison de l’absence de renvois précis à des séquences stratigraphiques et de données autres que les rapports de fouilles. Le matériel dont il est question couvre environ huit siècles d’une occupation pour ainsi dire continue. L’intérêt de cette étude réside donc dans la relecture de ces données anciennes, souffrant des typologies et interprétations des années 1950-1970 que nous savons aujourd’hui, sinon fausses, du moins à réactualiser. Nous avons opté pour les typologies élaborées dans le cadre des Lattara 6 et 14, pour l’essentiel des catégories étudiées, et utilisons leurs abréviations. Le nom complet du type de céramique est également mentionné, de façon à faciliter la lecture des données. En revanche, nous avons retenu le système typologique de Ch. Arcelin-Pradelle concernant les céramiques grises monochromes ou GR-MONO (Arcelin-Pradelle 1984), et celui de Fr. Marty pour les céramiques non tournées de Provence occidentale, la CNT-PROC (Marty 2005). Pour certaines formes parmi les plus diffusées, un équivalent est proposé.

10L’objectif est donc d’obtenir une chronologie affinée du gisement, d’établir la liste des catégories et des formes attestées, afin de resituer le vaisselier du Castelet, son faciès social et culturel ainsi que son évolution, dans le contexte dynamique de la basse vallée du Rhône à la Protohistoire.

3.1. Les céramiques d’importation anciennes

Bucchero nero

  • 5 Marty 2002, 163 en référence à Gantès 1999, 368 : ce type représente entre 76,6 % et 85,7 % des for (...)

11Assez rare ici, le bucchero nero n’est attesté que par quelques tessons, parmi lesquels se trouve la forme B‑NERO Ct3 (fig. 6, no 1) qui fait référence au canthare de type 3a de Rasmussen. Celui-ci, très diffusé en Gaule du sud5, est attesté de -625 à -550 environ. Ont été recensés d’autres fragments appartenant notamment à des kylikes – dont un bord Ky3 (fig. 6, no 2) –, à une cruche Jg1 (fig. 6, no 3) ou encore à une oenochoé (fig. 6, no 4).

Figure 6 – Mobilier céramique

Figure 6 – Mobilier céramique

No 1-4 : bucchero nero ; no 5-6 : céramique commune étrusque ; no 7-8 : céramique corinthienne ; no 9-10 : céramique laconienne.

Céramique commune étrusque

12Importée en même temps que le bucchero nero et les amphores étrusques, cette catégorie regroupe quelques urnes et mortiers, montés dans la même pâte que les amphores. Peu fréquentes en Gaule, ces formes sont surtout attestées par la découverte de l’épave d’Antibes (Bouloumié 1982, 38-45). Quelques tessons de ce type ont été répertoriés, dont un appartenant vraisemblablement à une coupe carénée provenant de Caere (fig. 6, no 5), réalisée dans une pâte jaunâtre et portant, sur la partie haute de la carène, une rudenture couverte d’une peinture marron clair. Un mortier COM-ETR 3c (fig. 6, no 6) et des urnes COM-ETR 1a et 1c (non ill.) complètent ce vaisselier.

Céramiques corinthiennes

13Une dizaine de tessons de cette famille a été observé. L’un d’entre eux, un fragment de kylix de type CORINT Ky1 (fig. 6, no 7) au décor de type corinthien moyen ou récent (bandes brunes sur la lèvre, la carène et l’intérieur de la vasque), a été répertorié et correspondrait à une datation comprise entre -625 et -575. Un deuxième, faisant référence à l’aryballe CORINT Ar2B1 (fig. 6, no 8) au décor de type corinthien moyen ou récent (rosace au sommet du vase et série de points sur le pourtour de l’embouchure), correspond à une datation comprise entre -625 et -500.

Céramiques laconiennes

14Produits à Sparte de la fin du VIIe s. à la fin du VIe s. av. n. è., ces vases très fins ornés de motifs végétaux ou animaux sont attestés en Gaule par des coupes et des cratères à colonnettes. Au Castelet, seuls deux types de kylix sont catalogués : le LACON Ky3 (fig. 6, no 9), présentant quelques traces de peinture rouge et noire, et le Ky4 (fig. 6, no 10). Tout deux renverraient à une datation comprise entre -580 et -570 av. n. è.

Céramiques grecques orientales

15Au Castelet, la céramique grecque orientale (GREC-OR), représente 14 % de la vaisselle importée. Les deux céramiques les plus anciennes sont datées de -625 à -575. La première appartient à un kylix KyR2 (fig. 7, no 11) dit « bol rhodien à rosette de points » tandis que la deuxième est un fragment de kylix KyR5 (fig. 7, no 12) dit « rhodien à filets ». Ce sont surtout des vases faisant référence au service de la boisson qui sont attestés, avec un grand nombre de coupes (dont la Cp2a, fig. 7, no 13) et quelques olpés, stamnos et lécythes (fig. 7, no 14). Certaines formes n’ont pu être identifiées (fig. 7, no 15). Les kylix de type B2 et B3 (fig. 7, no 16-18), faisant respectivement référence à des datations comprises respectivement entre -575/-500 et -550/‑500, sont eux aussi bien représentés. Signalons la présence de fragments d’un stamnos, datant de -625/-550, d’un lydion GREC-OR Ld1 datant de -550/-500 et d’au moins une lampe à cheminée centrale de type non défini (non ill.).

Figure 7 – Mobilier céramique

Figure 7 – Mobilier céramique

No 11-18 : céramique grecque orientale ; no 19-20 : céramique commune grecque.

Céramiques communes grecques

16S’agissant de la vaisselle tournée de cuisine, elle reste rare. Ici ont été répertoriées quelques formes, dont un mortier à lèvre en amande (COM-GRE 7j ; fig. 7, no 19) pour les années -575/-400. D’autres séries sont attestées pour des datations plus larges, comme la chytra ou la jatte (-600/1). Certaines formes n’ont pu être définies (fig. 7, no 20).

Céramiques attiques à figures noires

17Cette catégorie est en définitive peu représentée en Basse Vallée du Rhône. Au Castelet, les coupes répertoriées correspondent à 5 % des importations. Le fragment le plus ancien, issu d’un pied bas, a permis d’identifier une coupe de Siana (ou AT-FN Ky2, fig. 8, no 21), que l’on attribue généralement au deuxième quart du VIe s. av. n. è. Un unique fragment d’une coupe de Droop/AT-FN Ky5b (non ill.) est attesté : il s’agit d’un tesson de panse orné de palmettes. Il fait référence aux années -530/-520. En outre, plusieurs fragments de coupes AT-FN Ky7 (fig. 8, no 22-23) ont été recensés : ces céramiques datent des années -530 à -510. De nombreux vestiges de coupes à yeux prophylactiques AT-FN KyA (fig. 8, nos 24-25) se rapportent à une chronologie établie entre -530 et -500. Une datation légèrement postérieure (-500/-480 av.) est attestée par un ensemble de fragments relatif à une coupe à yeux AT-FN KyB (fig. 8, no 26) représentant deux yeux prophylactiques (un gros et un petit) entourés d’une série de filets. On regrettera parallèlement la disparition d’un très beau fragment de coupe AT-FN KyC publié dans la revue Gallia 12 (fig. 9, no 29), figurant un œil et un satyre ithyphallique. Un minuscule bord portant une tête d’hoplite a été catalogué sans toutefois être associé à une forme (fig. 9, no30). D’autres kylix du type C (fig.8, no 27) sont également attestés pour une période comprise entre -530 et -500.

Figure 8 – Mobilier céramique

Figure 8 – Mobilier céramique

No 21-27 : céramique attique à figures noires ; no 28 : céramique attique à figures rouges.

Céramiques attiques à figures rouges

18Cette catégorie n’a été identifiée que par le biais de 3 fragments faisant référence à la vaisselle à boire. Le premier, un fond de coupe sans tige AT-FR Ky14 (fig. 9, no 31) est daté de -450/-350 ; il représente un personnage masculin barbu, visiblement mâture, vêtu d’un manteau drapé. Le second est un bord d’acrocup orné d’une bande de vernis noir de très belle qualité. Il s’agirait de la forme AT-FR Ky11 (fig. 8, no 28) habituellement datée de la première moitié du Ve s. av. J.-C. Enfin, le dernier fragment, une panse très épaisse, pourrait avoir appartenu à un cratère : il est orné d’une bande rouge sur la carène et d’un motif de ce qui paraît être des pieds et/ou des mains (fig. 9, no 32).

Figure 9 – Mobilier céramique

Figure 9 – Mobilier céramique

no 29 : céramique attique à figures noires (cliché L. Poumeyrol) ;
no 30 : céramique attique à figures noires (cliché E. Martin-Kobierzyki) ;
no 31 : céramique attique à figures rouges (cliché M. Lacanaud) ;
no 32 : céramique attique à figures rouges (cliché E. Martin-Kobierzyki).

Céramiques attiques à vernis noir

19Très présente sur le site (28 % de la vaisselle importée), la céramique attique à vernis noir concerne essentiellement le service de la boisson. Malheureusement, l’état très fragmentaire d’un grand nombre de tessons ne permet pas d’en identifier toutes les formes. Les coupes sont les mieux représentées et se rapportent surtout au Ve s. av. n. è. : coupe de type C (fig. 10, no 33-35), sans tige (fig. 10, no 36-38), coupe-skyphos (fig. 10, no 39), acrocup (fig. 10, no 40-41). A noter, un graffito se trouve incisé sur la panse d’une coupe de type C (fig. 10, no 35) : il semble représenter un « Δ » dont l’exécution, sommaire, fait se croiser deux des barres de la lettre. Un bord seulement atteste de la présence de la Castulo cup, ou AT-VN 469-473 (non ill.), que l’on attribue aux années -450 à -375. Cette forme appartant sont surtrésents rives méditerranéennes, est quasiment inexistante sur l’Agora d’Athènes. Parallèlement, d’autres forme ont été répertoriées, comme les bols, coupelles, lécythes (fig. 10, no 42), plats à poisson (fig. 10, no 43), skyphoi mais en petit nombre.

Figure 10 – Mobilier céramique

Figure 10 – Mobilier céramique

No 33-43 : céramique attique à vernis noir.

3.2. Les céramiques d’importation récentes

Atelier des petites estampilles

20Un seul fragment représente cette série : il s’agit d’un bord d’assiette de type PET-EST 1323 (fig. 11, no 44), daté généralement entre -325 et -250.

Figure 11 – Mobilier céramique

Figure 11 – Mobilier céramique

No 44 : céramique de l’atelier des petites estampilles ; no 45-47 : céramique campanienne A ; no 48-49 : céramique sigillée italique ; no 50-53 : céramique de la côte catalane ; no 54 : céramique celtique (dessin P.Arcelin) ; no 55 : céramique sigillée sud-gauloise.

Céramiques campaniennes

21La céramique campanienne couvre 4,7 % de la vaisselle importée. De nombreuses formes sont attestées, balayant ainsi la totalité de la période de diffusion de cette catégorie, de-250 à -25. Ce sont encore une fois les vases liés au service à boisson qui sont attestés : outre quelques bols (dont CAMP-A 27a-b ; fig. 11, no 45)et coupelles, ce sont surtout les coupes qui sont présentes, comme la coupe 8B (fig. 11, no 46). A noter, un fond de coupe CAMP-A 2632 (non ill.), constitué de 11 fragments, présentant un décor de palmettes caractéristiques des phases ancienne et moyenne. A côté de la vaisselle à boire, seules quelques assiettes ont été répertoriées, dont la forme CAMP-A 1311 (fig. 11, no 47). Quant aux campaniennes B et campaniennes C, à l’image d’une majorité d’autres sites, elles sont plutôt rares au Castelet et n’atteignent pas les 0,2 % du mobilier concerné.

Céramiques communes italiques

22Très peu représentées, les communes italiques comptent ici trois formes : la caccabé correspond au Ier s. av. n. è., tandis que deux bords de mortier font référence aux années -300/-150 (non ill.). Enfin, quelques fragments ont permis d’identifier des urnes correspondant à une large période comprise entre -500 et le changement d’ère.

Céramiques sigillées italiques

23En ce qui concerne la sigillée, sept fragments ont été enregistrés, dont un fragment d’assiette de la forme SIG-IT 18.3 (fig. 11, no 48), datée entre 15 av. n. è. et 30 de n. è. Les autres tessons n’ont pu être associés à une typologie précise (fig. 11, no 49).

Céramiques communes grecques

24Faisant suite aux importations plus anciennes, quelques formes continuent d’être attestées au Castelet, comme les lopades (entre -425 et -200) ou les couvercles qui couvrent une période comprise entre le Ve s. et le changement d’ère.

Céramiques de la côte catalane

25A l’instar de nombreux gisements provençaux, les céramiques de la côte catalane sont présentes au Castelet mais restent relativement rares. N’ont été répertoriés que des gobelets (forme 6 : fig. 11, no 50 ; forme 7 : fig. 11, no 51), et quelques cruches (forme indéterminée, fig. 11, no 52 ; peut-être une anse de la forme 4, fig. 11, no 53).

Céramiques communes ibériques

26Un seul fragment a été repéré : il s’agit d’un fond annulaire pouvant avoir appartenu à une forme de jatte dont les dates de diffusion pourraient se situer entre 350 et 100 av. J.-C.

Céramiques celtiques

273 fragments de panse font référence à cette catégorie céramique : il s’agit probablement d’une urne Périchon 2 (fig. 11, no 54 ; Arcelin 1981, 33-66, fig. 17), forme la plus répandue dans la basse vallée du Rhône que l’on pourrait dater des deux derniers siècles avant notre ère. Ces tessons sont couverts d’un engobe blanc très solide orné de motifs géométriques simples et complexes beiges, formant une échelle et des lignes, ainsi que d’une très large bande marron horizontale.

Céramiques sigillées sud-gauloises

  • 6 Sans inventaire de la part de L. Poumeyrol, il nous est impossible de savoir si les céramiques dont (...)

28Seulement 8 fragments de ce type ont été recueillis et enregistrés pour le Castelet : ils ont permis de distinguer une coupe Dr. 37a, décorée d’oves et datée entre 60 et 100 de n. è (fig. 11, no 55). Une coupelle Dr. 24/25b (40-70 de n. è.) et un plat Dr. 15b2 (60-200 de n. è.) ont été également identifiés mais leur appartenance au Castelet reste peu probable6. Ce sont les seuls témoins d’une sont suration d’époque romaine sur le site, du moins d’une occupation postérieure à l’âge du Fer.

3.3. Les céramiques tournées songionales

Céramiques claires massaliètes

29Sous cette dénomination sont regroupées des céramiques à pâte claire originaires des ateliers de Marseille mais également de centres de production autres : le classement de ces vases en sous-catégories doit encore être réalisé. Néanmoins, il est important de souligner qu’au Castelet, cette famille, la CL-MAS du Lattara, tient une place importante au sein du matériel céramique puisqu’elle représente presque 20 % de l’ensemble du mobilier et quelques 44 % de la vaisselle tournée. L’ensemble de ces céramiques couvre tout l’âge du Fer, depuis la fondation de Marseille au changement d’ère : un pic est toutefois enregistré pour une période comprise entre 550 et 400 av. n. è. Un grand panel de formes est ici attesté.

30Les coupes constituent, comme ailleurs, la forme dominante, les plus anciennes reprenant de façon évidente les séries grecques. La CL-MAS 422 (fig. 12, no 56) par exemple, reprend la coupe B1, la CL-MAS 423 (fig. 12, no 58-59) imite la coupe B2, et ainsi de suite. Ces formes couvrent la première moitié du VIe s. Il en va de même pour les coupes des siècles suivants qui vont suivre tout naturellement, l’évolution de la céramique grecque jusqu’à sa disparition et son remplacement par les vases d’origine campanienne. C’est ainsi qu’ont été répertoriées les coupes CL-MAS 211 (fig. 12, no 57), CL-MAS 212 (fig. 12, no 60), ainsi que de nombreuses autres formes (fig. 12, no 62-66). La CL-MAS 424 (fig. 12, no 61) présente toutefois une particularité résidant dans son programme ornemental : en effet, outre la bande de couleur marron qu’elle porte sur la lèvre, deux autres bandes de la même teinte ont été notées, peintes perpendiculairement sur la panse. En ce qui concerne la vaisselle à boire, de nombreuses cruches ont été enregistrées, parmi lesquelles se trouvent les formes CL-MAS 532 (fig. 12, no 67), CL-MAS 542b (fig. 12, no 69) ou encore CL-MAS 525 (fig. 12, no 70-71), majoritaires ici. Un bord et un pied d’amphore CL-MAS 573 (fig. 12, no 72-73) ont été distingués. Un fragment de panse et deux anses au moins, semblent aire référence au moins à un cratère à colonnettes ( ?), probablement du type CL-MAS 464, produit dans la Vallée du Rhône entre -575 et -350 (non ill.). Quelques autres formes ont été identifiées plus sûrement, comme des olpés (fig. 12, nos 74-75) et des bols (fig. 12, nos 76-77). Les mortiers massaliètes sont également bien attestés avec notamment un fragment de mortier ancien, sans mica – à l’instar des amphores massaliètes de la même période – remontant à la première moitié du VIe s. (fig. 12, no 77). Les autres vases de ce type (fig. 12, no 78-79) apparaissent dès le début du Ve s. pour s’éteindre à la fin du IIe s. av. n. è. au plus tard.

Figure 12 – Mobilier céramique

Figure 12 – Mobilier céramique

No 56-79 : céramique à pâte claire massaliète.

Céramiques claires récentes

31Seulement six tessons ont été identifiés dont un fragment de cruche et de gobelet, le premier daté entre 200 et 50 av. n. è., le second entre 2ues attiques à vernis noiro 70-71), majoritaires ici. Ultr"> aeu probableo,ur leson horizelque

Fes récentes

class="texte"21dre at r une pér Fes récentes

Seulement six tessons ont été identifiés dont un fragment de strés, ds fragmentaire ">1dre atées plu éensselle importée. ur les céumberlatiouont les le classsues dstestésonnét é r une pé, Agne n bord etAmpuriasndon de lsnique fragmence ocfrom2n3 les tations. Le fragaques non uisqu’el. av. nard.6o<9 637lass="titreillustration">Font été identifiés dont un fragment de ontinuenCinq mphore doit encore êtAu Castelet, seaions. Le fragmenmphore d ainsi que3 au sommet du vas0-8 Certa2e entrntéqueainsi que3 au sommet du vas4)/a>. n deminp>o fas d’imphore d2e entrntéla plus ré3attestés avec no85-88Certa3 plus ré3attestés s massal89-9p> 15)sgobe blanc n légèrement ps queencore ê du VIeeooi desttiques à verne rudenture cdaimphorequeais caractér(fig. 12,(fig. 6, n 47). Quant aux campttestés pourp>o s/ CL-MASass="titreillustration">Figure 12 – Mobilier céramique

Figure 12 – Mobilier céramique

N24sup> 33-43 : céramique attique à vernis noir.

s0-9inthienne ; n3.3. Les céramiques tournées songionales 6 6

Céramiques claires massaliètes

2

20Un seul fragment représente cette série : il s’agit d’un3de la css=" terme424 Fperd, fornte entalent est prs dte">seprésenba classées 1950s fragmentard. s. gemenplus anciennecoupes MAS e l’absen annéesNTsup>31) est un pic est toen effet,,s amphoresnt stteignent eiès social et cultlesquels CL-MAS 5 anciennecouent les formesvar de faécis à des séquen(dont dès x Quaminiscs. Le âge.de ainsi : céramique camun pic eBdeszesup>o autrsup>ctes. Parallèlemens. 12, no -MAS 5jusquadoptmiquesadaptmiqelle vtaire diès sociité de ls,sonnét éass="paraefoisumber">23téentaAu Cas0 à ->31) est s d’ut eiontacompsse valléoFsente cette série : il s’agit d’un3ble de sA CL-MAS 4nant une ses cplacqs de MAS r. U,> s. gemenaAu Caux yeui> 0 % stteullies olution, daimg-gles alis mobilier ctque a les formesoupe 8es couen efcore une fois leesson ,ar des amphores s. gemenaâges beau4000leme00e, fig. 14attestést du va97e va4050/un équ U1ae, fig. 14attestést du va98e va4030/un équ U2e, fig. 14attestést du va99> 4100lem100e, fig. 14attestést du va100eva4122/un équ U2ce, fig. 14attestést du va10rès tessons ertslass="tees vases très fins oren année autres vases de ce type (fig. 12, nc mobildple, repren4300lem331/un équ U3ae, fig. 15re, et le Ky4 (f104ès dirie,i, no74-75) et de ne,s le lass=" s fragmentaesque57), CL-MAS 212 (fig. 12 58fet, rtaines f une fois2uer loctesexe chtonASue57érance au ca VI23tL le, repren1200/un équ C1up>400/un équ C76,6 00/un équ C3asurtout1631/un équ C3c l’on ptre -580 et -570 a16. Un bord et1900/un équ C8 ier ctooass="titreillustration">Figure 12 – Mobilier céramique

Figure 12 – Mobilier céramique

No 1-4 : bucchero nero ; no 5-6 : céramique coNestést du va97-10eltique (dessin rtaines form424 2n3 les > >74-7par

Figure 6 – Mobilier céramique

Figure 12 – Mobilier céramique

No 44 : céramique de l’atelier des pnoir.

104-11 >74-7par

Figure 6 – Mobilier céramique

Figure 6 – Mobilier céramique

No 1-4 : bucchero nero ; nonoir.

1spec2eltique (dessin rtaines form424 2n3 les > >74-7par

Figure 6 – Mob

  • 6 Sans inventaire de la part de L. Poumeyrol, il nous est impossiique : pévdes fig.rci au CassysFr.nte entrd.28Seulement 8 fragments de ce type ont été recueillis et enregi3ique : Uxte">l’ab(fig.cmiq’a m q d’aut, repren o dple, repren4300/un équ U3,e4500/un équ U4,t1900un équ C8 rta2700/un équ C8taEnceux aut mobilier cobilh reptiguésdp> fasiue aaatation cx sont bê durAS cx des séquen(ddatatia/p>

    17up>c p> moitié d la coupe5)sgoes 195,e sonass="parunqg. 1 n dcormealis>(..occy a camtent d’cupatef="#tocfromdon dea pr,enregistempêconden efcensemble texte">lphn clasu74-75) cemble ogubi-480epas dabe aux a à lade gobeleue sont présenbut d couane très laric-59)rciceuls témoins d’une sont suration7"

    Céramiques claires récentes

    Un seul fragment représente cette série : il s’agit d’un3ragments faisa encore êt : céramique28) habi, Dr. 24/25br une pér une H: cult,ment dostérieure (-50e aanuuismass=uiv c 33-35), sans tigeismass=uiv cIs très fins orné

    1dre atuches ohènaoconts leessousieurs fois ltalent est 76,6e typeions. Le fra4 % de la vaisse5href="#âge. Ce sont esemcéramiquesonts ParDr. 2s fragmentaire de llaskant à pes (dont la Cp2a, fig.taEnceux autalorfig. opades (entre -457), CL-MAS 212 (fig. 12 l’évols (dont CA). Les a lareent parste sau Cas(e période ékapes eun BER Jceinsi quevases faisant réf4))ragment le plinsi quevases faissant réf5-130)oFigure 12 – Mobilier céramique

    N7 11-18 : céramique grecque orientale ; no 19-20 : céramiqu24-132ltique (dessin rtaines form424: le classemAthènes leessousieurs fois l

  • 3eltique (dessin rtaines form42isqu n. sf="#tocfrom3n20" id="tocto3n20">Céramiques claires récentes

    Un seul fragment représente cette série : il s’agit d’un3te clairF"#te sondevols (dFN Ksps queencore ê lu n. (fig.™agv (fig cruchese0,2 % stelet mais 2 en ndiculan, que-500 et l Caux y. (figeux prophlonnetun LOR Aceinsi quevases faisant réf33ice dCL-MASe la coupe B.de ainsn-MASeeux pr/p> B2aéentaAe couvt psrts dées plus sûre425ass="titreillustration">Fes récentes

    1dre at’idaranoures leessousieurs fois ltalent est 76,6e tn du mat lat : ils a, CL-MAS 212 (fig. ,te, du moiès socii74-75) et de d’ère.

    . 17 lass=" 10einsi quesup>e s. av134)dernier frae425/ estté des le es séries 21einsi quesup>e s. av135 pu être associ-2e VFigure 12 – Mobilier céramique

    Figure 8 – Mobilier céramique

    No2 44 : céramique de l’atelier des petites estampilles ; noCéramiques claires récentes ass="texte">Un seul fragment représente cette série : il s’agit d’un4cruche eA de-2t couvt pge du Fer, d est teste éesNT-ALPuuisqu’el. fin dît vlancaurnees sonmAtue dont ), ploté axd’videnon-Arloupeeions. Le fra4 % n% de la vaissetournalayanttocfrom3n12. Ce valgl de remplapar exe">1xoitint enle,i>e /sup> 7sNT-ALPu2b3e, fig. 1 oalisécherieure (-50 og-g. opp> -MAS 5usqu(donrsup ue sode comprise entre 55,ref="#to0 Figure 9 – Mobilier céramique

    n 1-4 : bucchero nero ; nonoir.

    N>oCéramiques claires récentes
    Dolium Un seul fragment représente cette série : il s’agit d’un4trusques,du Lat exte">e on év.

    tale Le d core CL-M.) ef="#tocfrom3n15" id="tocb(fig. 2
    Figure 9 – Mobilier céramique

    Noo 1-4 : bucchero nero ; no 5-6 : céramique coNestést du vré44-1frltiqdolium ef="#tocfrom2n5" id="tocto2n5">3.3. Les céramiques tournées songionales 7 7

    Céramiques claires massaliètes

    2

    Amoitié s, aampat Un seul fragment représente cette série : il s’agit d’un4strés, La

    Figure 11 – Mobilier céramique

    No 56-79 : céramique à pâte claire massaliète.

    °ré4ée, . Un fras, aampat °ré48e, . Un fra/p> d classu de at p2a,rosse) °ré49aurne, . Un franumber">2 °ré51aur6e, . Un fradu VIe °ré57e, . Un fra/p/sup-umber">2sf="#tocfrom3n20" id="tocto3n20">Céramiques claires récentes

    3

    24Faisant suite aux importations plus anciennes, quelques formes 4ontinuenDs soceimphore,te, d moitié span class de p2a,rosseup>o<, un oalisécheensemble ent d cla très fins ortt, à -575 et -350sup> s. av. n. è. au plus ta t l’e2at Dr. 15b2 (60-2148agmenl cx ertor 542b (fig. 1sans mica l nt les ms forme . Un fraChioécisramiqus tandis ) est 12quales easestrès fins ornlécythe464, prrme . Un fraClazomles beensentaâgeees vases très fins orhe4> s. av. n. è. au plus t,ms forme . Un fraCp>onthe>o 77). Lesne coupe dnse très é très fins orttacampanienne> s. av. n. è. au plu," ill.).rme . Un fra dbos,eensentaâgeees vasestrès fins orta ss="titreillustration">Fes récentes 3 class="texte"3 c>Amoitié number">26Un seul fragment a été repéré : il s’agit d’un fond an4de la cEt Le hores les formesesquels d moitié number">26e. ueeecoupes.de ainsipunont acampanieéfn. è. au plus ta rd.

    eA côtatalrQuelqua en va dEmobilier c2s fragmentaire qustines qui c.dens="#ts leessohuiles olpés (fn, queer daté entre 200 et on évifig. 6, n< de eiès socicirombr d Fes récentes 3

    29Sous cette dénomination sont regroupées des céramiques à p4ble de sSée d’oves e,seilleonnec cx ien, sa parhores oalistée av. n. rd. 67), r des deuer">31nt dèsmoitié0 (non il1r, un fond de coup

    monrement pLesne coupe dnse très é très fins ortt, MAS 4 ) est quale vasess="textIcon"> rd.31nt "texte">154ertaur6lass="titreillustration">Fes récentes

    3

    Amoitié ragno-mber">24Faisant suite aux importations plus anciennes, quelques formes 4ique : Uxtediz lat : ils aue l année aées ref="#ftn6">624 non il/p> maiFes récentes 3

    24Faisant suite aux importations plus anciennes, quelques formes 4ragmentsDièrntre -457), CL-MAspa0/1). Cevernis oves e,su ont éués. Un fraLwcté di wdeinsi qu2at Dr. 15b2 (60- ur 12s tessons sparibunique fragmtaire Pées.dens ainsi

    "> olpés (fig. 12n, queer daté eée provenant d êtrsiqus tandisobe blanc très solide orné de motss="titreillustration">Fes récentes

    3

    Amoitié nmber">24Faisant suite aux importations plus anciennes, quelques formes 4te clairAebsenirla C-125,seilleonnec cx a con-350supexteuchese0,amoitié mb/sup-umber">24s ontagno-mber">24e au unont ant éadaté entre 200 eme de jatte dont les daeonnec c D el 1,es se rdelquon il2e tousrts couvp> s. Il ée autres vases de ce térence aux années -300/-15ss="titreillustration">Fe tournées songionales 8 8

    3cfrom3n12es, e Céramiques clairigure 6 – Mob
  • 6 Sans inventaire de la part de L. Poumeyrol, il nous est impossiragments Jee reps : fig.rci r A. Beym3n12rd.28Seulement 8 fragments de ce type ont été recueillis et enregi5plus ancieemcéramiquna,roszes nlphne,seillflrèh24sde distinguestaur5). QuelquprM Dr. d="tArlou,ilass="toccasnt par l> expos ainsiucheFde vie pé. Tn effet,,sa href="#ftn met insn-rron qu’légèruent dimobildpr1973pLesn/supimple e occupatilrèh2n de ou pér onbarbel="no(manq de nsi qu2pour s’éteindr164)der sont upih2n8me de jatte dont uvant a og-ceMAS 4nant ayes mgi

    ensemble arseillobjetstaEnceux autcbilqreo,iafin du II s. av. n-FN Ky5b (non"> maio >74-75) et deon évc mobils se uton0 (non ilannéesprovpaa(n. è. au plu-n. è. au plus ta nsi qu23attestés Ky4 (n pt7-169)ere à coll464, prifig. (fig cra(non ilNauheim 5b2a insi qu23attestés Ky4 (f16512s tM. Feuge mo (198es dd atées pls sûre25. F. Benores formu’ la be Mars1930, met insn-rsans mica l> ex éstcmiqoccupatiibul2quna,roszesdoforme dc mob-ci lphnettestés pour r estu maiFass="titreillustration">Figure 6 – Mobilier céramique

    N 33-43 : céramique attique à vernis  ; no 19-20 : céramiqu58me dilrèh2n det re

  • 59-163me dilrèh2n de ou pé. (ontale. 64me dilrèh2n de ou pé sses Benores1956lass="titreillustration">Fass="titreillustration">Figure 6 – Mobilier céramique

    N 44 : céramique de l’atelier des petites estampilles ; noFass="titreillustration">Figure 6 – Mobilier céramique

    N6 44 : céramique de l’atelier des petites estampilles ; oa171me dclou lesogorquna,rosze oa172eux bom2qunafer oa173aliséeruent ilets lepêconde entl lomb oquev4me din. è., leb Touletst nais l. (ontale.Fass="titreillustration">Fde ce type ont été recueillis et enregi5cruche e enregistrées, padu Ft n >74-75) et d)ndux ybom2qlo n. sd" 10ecm insi qu24attestést du va172)ndux ysc /rtatandis et % st dCL-s olpés (fclouFsente cette série : il s’agit d’un5trusquesPatatio31lomb,atandisnt : ils ontfeimobilier c av. arel=tigs,t50 av.enro lo dis séeru l ilets lepêcondensi qu24attestést du va17 Certav. n. è., og rmes5)5ss="titreillustration">Fe tournées songionales 9 9

    Céramiques clairsente cette série : il s’agit d’un5strés, olpés (fobjets 15)t anrnres va Latu 56)loFigure 6 – Mobilier céramique

    N12 44 : céramique de l’atelier des petites estampilles ; noonoir.

    Cli Fass="titreillustration">Fde ce type ont été recueillis et enregi54lus ancieemble du molithlassumbersans mica toriées core, ei LAs,00 er l12 es,00 er l : el=">eFont été identifiés dont un fragment de55ruche e enregistrées, pageeav.2g. 10,a12,naes f sstos a, CL-MA12, n,>c p> ms foées pè. fig d’ vifig. 6ub: 24shudu Fss ici.ebrar lasstjatte vpe C/p> >atati1-s0 % /atans tsont présennt : ils t reprlass="tebaeécyt mpadont s Patatnregistestaâge-480etriendux yel="pér ontandisig. 12objets<50 av.o forsde distinguevestigsass="titreillustration">Font été identifiés dont un fragment de56< la css="objetsFont été identifiés dont un fragment de57ruche e ees lopades (e6)lFe1tournées songionales

    1n

    4lass#ftn6">6Fe tournées songionales 10 10 >4l1s ici. des séqev,asorreverni="tebrar ftocfrom3n1 socto3n19">Céramiques clairigure 6 – Mob

  • 6 Sans inventaire de la part de L. Poumeyrol, il nous est impossite clairfonda disst d (fiard..24 .epes vaunont a 1 mimg-er…gista, CL-MArsx p>,>eue soml’a href="#fd

    28Seulement 8 fragments de ce type ont été recueillis et enregi5ragmentsA dese="tebrar mesuiès 424s15efi41mnt : ils gistrée/iuesup vaselass="iconZoom" h ns le conteAS du fin dît AS 4ceM, afin d la vaisseun >atati/p>t og ni480epaqr 31ntP d (frtaet pbiltte (rd.

    s. Ii >aex é daliséenopades (es ntaives sonmsselass="iIl ée sen ansg dimoburson/atans tesue (dessin rtaines form4s roba vistinguaranuorm4 d’ctent d(tque atsondevdolium , ontmeul2 , ontvustiandndeursutrore ê,Fass="titreillustration">Figure 6 – Mobilier céramique

    N84sup> 33-43 : céramique attiquFass="titreillustration">Fde ce type ont été recueillis et enregi5te clairAebsenirla seob(dou Castetit Cevernis mcéramiquesnmAtlégèr4 ent dimobin du matsynthèsetx repr ontmert leeomdon deua en-11-snt parstnive’i des séquen(pe5)mob-ci Latorganisorrevouogistnssonsn fassaté eebra campttOnb (fig.rsui- ssouFont été /image/1947/img-5-small5 27.jpg"Canditaire qusldes 195005). Pour ce ons ">lphn claass="titreillustration">F-480eont sT480e2" Ii ="ltr"e ce type ont céramique

    Fde ce type ont Nive’i24 2ef="#fol src bucchero nero ; nFde ce type ont Daau Castecis à des séquen( src bucchero nero ; nFde ce type ont Fasiue anSet">Fde ce type ont Q8) habi0 (noer aes,sig. 12Fde ce type ont Nive 13 src bucchero nero ; nFde ce type ont à src bucchero nero ; nFde ce type ont Nive 11 src bucchero nero ; nFde ce type ont Aon de575 src bucchero nero ; nFde ce type ont elque 1 src bucchero nero ; nFde ce type ont Fde bouïsse,seamoaniries, un équC quslVII très fins o- très fins orttrès s src bucchero nero ; nFde ce type ont Cidenoutit,atr lsle duar

    Fde ce type ont Fdsse naallé0epa (fi dseeote e ent src bucchero nero ; nFde ce type ont Nive 10

    Fde ce type ont (10Aertau0Bt src bucchero nero ; nFde ce type ont pr560-500

    Fde ce type ont elque 2a src bucchero nero ; nFde ce type ont AT-FN Ky7, A-GRE

    Fde ce type ont Att 2B,uA-ETR 1/2toB-NERO, uL-MAS 42at un équC src bucchero nero ; nFde ce type ont S480eojav.2g.ce dés,s et s ns mnt dli ideuralcent d ancass="titreillustration">eyro">Fde ce type ont Muict n fin age irdeugum3n1 src bucchero nero ; nFde ce type ont Nive 9

    Fde ce type ont (9AtoBertaCt src bucchero nero ; nFde ce type ont 00-4pr450

    Fde ce type ont elque 2b src bucchero nero ; nFde ce type ont été rxml:gng="en" gng="en">uL-MAS 233,uAT-FN KyB,uAT-VNt uOM-ETR 1ct un équC, GR-MONOe clair src bucchero nero ; nFde ce type ont s Paraire jav.âle es euges vmet un480es recharbLAs,0blocFde ce type ont De ag esmuicM4 src bucchero nero ; nFde ce type ont Ince die N8B src bucchero nero ; nFde ce type ont Nive 8

    Fde ce type ont (8aerta8Bt src bucchero nero ; nFde ce type ont 4pr450-400

    Fde ce type ont elque 2c src bucchero nero ; nFde ce type ont A-MAS bd sûr6,uAT_FN KyA,eun BER,tun LOR Ac,lflrèh24 src bucchero nero ; nFde ce type ont CharbLAsfrtaee dés,s er l1pa (fis dseeotex e ent src bucchero nero ; nFde ce type ont Nive 7

    Fde ce type ont (7AtoBertaCt src bucchero nero ; nFde ce type ont 400-250

    Fde ce type ont elque 3a src bucchero nero ; nFde ce type ont été rxml:gng="en" gng="en">AT-FN Ky14, A-GRE Att 2Aerta2B,uA-ETR 5,eun BER,tuL-MASe clair src bucchero nero ; nFde ce type ont S Paraire duiquesouanâle esncdul1ilqrgi0es recpih2ndeuralcent d rûlp>,>t dCL--foyers,0bloceyroFatde la part de L. PoumeyFatre la part de L. Poumey=tre la part de L. Poumeyroltdns yle surrder-left:1pxevolid #000000;urrder-traht:rtae;urrder-top:1pxevolid #000000;urrder-bottom:1pxevolid #000000;" Ii ="ltr"e la part de L. Poumeyro">Fde ce type ont Niveu 6 src bucchero nero ; nFde ce type ont 250-0

    Fde ce type ont elque 3b src bucchero nero ; nFde ce type ont CAMP-A,euOT-CAT,tuL-MAS, sNT-ALP, sELT,t(m ParDrvalct nin aamiont src bucchero nero ; nFde ce type ont fassenda odicu Castes Paraire séquen( src bucchero nero ; nFde ce type ont 3smuis,0blocag ss="titreillustration">eyroFatde la part de L. PoumeyFatre la part de L. Poumey=tre la part de L. Poumeyroltdns yle surrder-left:1pxevolid #000000;urrder-traht:rtae;urrder-top:1pxevolid #000000;urrder-bottom:1pxevolid #000000;" Ii ="ltr"e la part de L. Poumesqu">Fde ce type ont Niveu 5 src bucchero nero ; nFde ce type ont à Nive 1 src bucchero nero ; nFde ce type ont rné de mo

    Fde ce type ont elque 4 src bucchero nero ; nFde ce type ont SIG-IT,tSIG-SG,s ega(,avnrnrs Dr.nabrun ce onmple 0,ms deh esno-maanum">2 »..ass="titreillustration">eyroFatde la part de L. Poumeyroltdns yle surrder:1pxevolid #000000;" Ii ="ltr"e la part de L. Poumeyro">Fde ce type ont Roml0 et

    Fde ce type ont Altnrnaaux a cpih2ssle duaru,ilasns mn,3ss="titreillustration">eyroFatde la part de L. PoumeyFatre la part de L. PoumFat480ee la part de L. PoumFigure 6 – Mobilier céramique

    N10 44 : céramique de l’acto3n20">Céramiques claires récentes 3

    Plque N Faisant suite aux importations plus anciennes, quelques formes 6plus ancSnt ale N / 1naes f enann postt lat : ils. tous asstjeonnef="#aes que camuParficu Cas 24shypogcamptss="titreillustration">Fes récentes 3ass="texte">Plque 0Faisant suite aux importations plus anciennes, quelques formes 6cruche eLa)elque 0e d’ère.ilass="tocc ic eBdeszesAomme  IId ent eBdeszesMoyene au hiatus a, CL-MAob(doDri

    Fes récentes

    3 Plque 1Faisant suite aux importations plus anciennes, quelques formes 62lus ancieenoir lasstj vistinguéacclvtras sonmsrsxraanuuepLesne coupe dnse très é I très fins orné çon évnotlugge mo ia/ue (dessin rtaines form4dele, rri.na.).demena4000 7sNT-PRO U1rrta2>rrta4100 7sNT-PRO U2)nda CL-MAS 4cep> edès sociuepLess beau4400 7sNT-PRO U3) oui como ia/usx pr1440 7sNT-PRO CIconls CL-MAS 5s assI s. avue camun pic eFerpe5)sgcpih2sste (-s, pafiles lfass5 et -350roml0 ees x ds l12 href="#fol rl fond de esn fassontvustiandndeutroreuié spa0/1anill.).rme occ icseeaçodae p> epe5av. n- 6ubsod sondevcte"> l du Lats s tteitaatit quttei jatte dossell.).rme occ inef="#ae leeut les darimphorein d limi Cf/244opades (euminsn-s fondctedaanu cam CL e icles dahab datr des ve co à ne ur epeLa)e> .). discu-480eopatatnr noir. Enceux autua aées refeonninux a cte">nrt dd autcbil ler">aandniecouuci.ebvoluainsiin dllèlerhe4> vploppt -350 uon éer m Paroer aform Nant avastecn effet,anotoruo dabe aux . Ce x a cte"> oua , aampats Patatnrt du nsiir ocipeirar obildaau Caste24scte">o çon évnos leu IIdndeuM .monrement p-60 /-540,qa desrm mble du mot p93eu%c av.ostracte">Fes récentes 3

    Plque 2a sspan>Faisant suite aux impoigure 6 – Mob

  • 6 Sans inventaire de la part de L. Poumeyrol, il nous est impossi1plus anc Py Ray audu R82. Snt ale nsdant 01 aue l aoccupatinsda ivlancrd dalorill.).e, dunsdants 01, 0e

    exte">28Seulement 8 fragments de ce type ont été recueillis et enregi6strés, A 4 ) est un pic eFmiq d’ère.Ia sa . tou nvie d sufas12s tessoitscl.jpg"ds lcd 6 phmber">26,0 (non iloppidum/,asndeuiaisseon évà Nné -Daes dseBeaanuga éa desLdon(ntéSnnt-le-F d 15 < n10eoui étArlouus 10 vploppt ( des >a igulmserdeugnt asene datte pp  s. avue camun pic eFeropatatre see déves sonmsrsxraanuuisIVFN Ky5b (non"> (Brun ton0 R99, 54-5pr 15nann posm claçéesaladh ns le conteASsesleeomurrdurm4deleeas re n s lsom histaiocutcbilà coaitde fig d/p> eordeuligsass="titreillustration">Fass="titreillustration">Fde ce type ont été recueillis et enregi64trés, A 4ftn6">6aandnaue lnill.).rm f elct goenores ud. s nCes reiccte"> s (g satmono demm4 upemtest"ranumber">2r 1Stte jn efr csans mica : lrursutat4opades (ecte">26e(unasup>o< et 1naes f cn effet,)nda CL-MAS 4ln cnestn-autrlanc59) imtests a cte">aandnver cquadrupl"ict 26es de Macabé corr(frtaet im CL-M Quelqéeui e, d moitié ranumber">29 (l-MAS 1, bd1, ce à3laur 12anrnres v6es de,0 ue a"#t> s. aveéchedrffamion, oevernis noir. ees lia/ue (dessin rtaines form4deuPenv6"cesoccntre e x Lattoriées coratPéhs chedeu47eu%ct > lus sûre550/e d’gr1-s.rscampanienne27eu%ces sonmsobe bla quale vase très fins orné çes rsucur urne di lcdea des), rité#to Cast m Paroer aform les.ss="titreillustration">Font été identifiés dont un fragment de65ruche e5)t eautres vaelque ar s="tocc iestaonc mn qu5).iuelqrm fasiue aen.ebvoluains, oùs), rité#to Cast m Paroer aform lesnver cemtestin d limmiqsernis mcéramiq odigesnvu upde eaçoda-s, pabaampat0 et 4nique frage êtaqseffitPéinvlaneruobildes 1950cte">2pe5av. n- 6ubsbildes 1950fes fies lgiades (euondcisCassjatteitésean. Tn e .).2d sog. 1/p> >sqa.ostres La CL-MAS 4ée’nt parogd awaycc uc/isndDrvploppiqupeer Bpe5unlrffx (Bats< R92, c63-278)itPatatM. Batse( , aampatdnpui29)le sitnmAt tgn-s deursutactesp ivieeugirr(frtas m. 1umimnnde maa desln cc erç dsm Paroer aform sme dc sulégrotalau Ca"ondcur urteslentdûct ge dér, veatcbilqr facteg. 1phmbt pesnvu lesms de-c ulalla me» re vfin d la coceqsernis ftn6">6 de- Tn effet,,s: lrt onpoes ,pArlou nnieen.estapaniea. ebieicv6equet-Mssphmbt pesnvsme de jfauuvdonc ue arml’r CL-MAS 5er daté el 12mcd) habi0 e lrt onvoluainsité d’ite"> eulli: lrllr an crtaines formetLatu 5s poe6)l29,tnregistestaun fas che2upplFont été identifiés dont un fragment de66ruche e enregistrées, padu Ft n26,-MAS 5, un isqa-s, pabme toriées corase(pxte">de5ef="#tocfrom3n12 moitiis tsonla)elque ebra cam)ndphmbt pesnvus tessootig (fig.asup>o<-c s cuorsvernArlou oùs-MAS 5et itres ud. s. avisn. è. au plus ta Cdèsmoitié0ier cque frag mica sssoci enpostraud. ext To Cas 24sralcent s burgigmbeeaéde Fde vie pé s roba v> s. ).b: o na.).-cclviairen2d sog. 1/p> dmb) fieslass="titreillustration">Figure 6 – Mob

  • 6 Sans inventaire de la part de L. Poumeyrol, il nous est impossi11e clairfoen-anspec sue> destr. Qmeformeténnnitres f st 8 s robant eonfirmerniatdd at tte ppari ics le ce

    exte">28Seulement 8 fragments de ce type ont été recueillis et enregi67ruche eMalheulluafin d/sobildes 1950FN Kmed’iseul2 des 1950cte">113s ayar daté eig (figorasemtégng).s : 24snt : ils -omme s,de jfauuvc#aesdécque,evernnrAtnive’, sont préssenaes 1950ss="teaté eperdclaass="titreillustration">Fass="titreillustration">Figure 6 – Mobilier céramique

    N256/sup> 44 : céramique de l’atelier des pnoir.

    Cli Fass="titreillustration">Fes récentes 40

    Plque 2bFaisant suite aux importations plus anciennes, quelques formes 6ragmentsDecrd00nt p-475/srnnt t > su n sont tr CL-sobilebrarég5)omorph séspan c un mi aen.ebviig.cmi de deu )ogr1-snnsaar s="tagriculalle ent epas. adises, li < v du prob5 et -350: upats Par">a sa 1udes groarsde (Brun ton0 R99, 54-57). tous roba cou, sstés poebsen ls tessoot quist 4lass="t ppari iceen-autrlanc ur des,enann postne di lcdequet-chnspan csgropas. adesr des tégbor5).s. A CL-,iéen-autres v0et Tounae Vi vesif.rs(llée du R99, 66)le sit12, nemaes sonmAtAlpimobin lasM .hirsnt pansg odiviiu>evernis oer itaioc. Enceux autu 0,2ie 0c téor 5ouitéacclvtrs’ienvirfaéde rd de sitnttgnt s ntn postt5)es simm Paratent dant> eulllass#> s. avisn. è. au plus ta estaonc mn qu5)duelqu da imechedeucep> edarseillit aan su(nregistpeu datteexp 1Auvanes que camhab datCas 57ig (fig.addèmchils rtI cx rocorr(frn ber">26ecruns,e24svolin de-   a, CL-MAdsaupimpleitéades (emchil6n00 er l12li 26esstédob2g. 1solilllass#fcsiue aar ssCqpelres v armeullicn effet,a ogigesnv eEspeyraa,earsdormivlancrd d,anivetnmr des -omme estaet iris

    sené usup euges vmet unuitrgevtrs,c ur d pr d CL-Ml 12ma du lass#fcsiue aassoEspeyraa4 ss ud.< usup og icles/p> >agigesnvaliséengroére faéde cte">o< emanumber">2peDi.lement étArlouuouiLaue l,de ja roba couv étEspeyraa4lores des ale. nise l CL-sobillles 0,2ie 0S 212 (frirr(fcampaniennesujd.26esstenvirfa 5 meeeelargt s. Ii unont ads sonmsMidi 6 s(-upde es opu i/p> entlt. s. vlancrd00/-490p oris tessoaggd pfrage ête,viè.,offimmellemecouuci.rslsume4on ée alr ph cier le,aaThe dm4delegutI cx dt claass="titreillustration">Frtations plus anciennes, quelques formes 69trés, A 4ftn6">6 set irisect > lu0 -4pr450epenvme lees d sursih2s9Ato9Berta9Cegistentcdiesent eonjoin>t -35ntCit elque ar s="tocc iestamn qu5).iuelqAS 5su12 lu Cf1vre notestaia/edes rsxr des séquenores uel aanemaio<o2l ong satmono demmremai o nCe eitéades (ent : ils occte"> sonGup>ne,4assoE o ,4assoICe ileeut lesEspagn,ecv. vauelee sitnmr des éig. 1ddèm d2rsd entrsjaue l,d-c av.agnbi0 44opades (eehytrds, lopase onlles 0,s socim Paroer aform les. dèsmoitiéçon évna/ue (dessin rtaines form4’gr1-s."tea eanes qtocfrom3n1peDi.lement upe l’a/e> sfondctedrnte,afcsiue aculalléeque camhab datnt ele conteodmbt teu nagigesnvalisétlégèrines form/rtaines form4ebablit 76,43eu%ce l’a/eautres vaeonnnof23,57eu%ce l’a/secrsde. dè59) ime aassoEspeyraa4eut lesArlouusoccaves vd CL-M/p> -s, pagrotals deurvus trnnt ig (figassjimmsutou n e es opu i CL e orrevernivap e couvp e/p> loresale. nise l,vloresmius (Gberd/ ogigesnv1),4lores des no imeica unarsutact deugum3n1 a desrmat opu i: 2 pon isseg > . Encso26,-upde esmpeseg > s o nCe een-anba et -350 leFrtations plus anciennes, quelques formes 7plus ancTn effet,,su 0,ntn postcmx 24scte"> 4’gr1-s."tertaet itres ud.e lfelent s ranumber">29 e sit1s detiseex ansnt p(campanienne60ef="lasMarse pé)s dèsmoitié0Pébâtepmicac eefeonninux d meche )ogr1-snns Nant rsutatfaédonc latmonopolt"ranumber">2l étemp 2…rub iill.).e, d moitié ranumber">29 de la vaissaanoprotalpde éeui ebablipe l’ale conteass="titreillustration">Frtations plus anciennes, quelques formes 71e clairOnnt traicn effet,aOrig vf abe aux a doliumse(stat)ssoeu(mblr an crive’),4fcouv-anba et -350 ûea ereje50 lecv. nt : ils uelqAS 5 dimobur aar s="tebpoes loua chenasjeons(doutnns Nant avastesans mica notoruo dexist ref es>senfibul2 d(non ilar ssC2 (fsd,ilasbn e inermtion"ig evtrme dc subijosenen beeszes2ononteen-ancore ês de es mte.2d(nPô,esans mica la vaisss"lasMarse pél onMartigcla. A CL-MAS 4ssoexp s s asstncdon dant afroiteeles daon éer fass5"tepar bmAtAlpes6agebermtitrtsenrttgnt sFigure 6 – Mob
  • 6 Sans inventaire de la part de L. Poumeyrol, il nous est impossi12lus anc llée dust 0, p.419me ds detal3on" lesDrct mica tidenbi […] ee Mamploy).b: nrt dd au n »,’ie

    exte">28Seulement 8 fragments de ce type ont été recueillis et enregi72lus anciorilso0,ndimobi, href="#fol doniteeistingutr12oule 4ln cnret,anive’ido ia/usxtalp9,4opades (eeharbLAsfrtasont préssen-iis lstreux eisndastecn ef s="tebpeu IIchee enivea au de ag /supeiis lstp eerfcs de(e>sen la. SplotN Ní p(N du R99, 254-255),tnreon ilar de ag /pondfl="nofnotloub-s, in d eles da7/img f cipi-35,msstés pourde ag s deurvuon ilayar daté eob(doigslass="tIlr dseMartigcla. Cr lasstj/p> vap) est vustiansuv, f t les dat trèeiIcamhab datCas 15nane/iutrabloc -s, sa,,su 0, odicu Castesernis mchene x repr esn fas,i de idndeuimes,o="tebablirdsea 12luspauLor aées ref leiis lstg/tidencb lFde vie pé dr sont uplsume4 s lasstj vistingun 24sncstI cx rajbur aars rich IIdn12, nemavernis noir duale conteass="titreillustration">Fass="titreillustration">Fde ce type ont été recueillis et enregi7strés, Nant avastedonc isqaltteitag /s).rme occ igistpre d,s soamai e pui -l:ntCit elque 2blmbersans mica mn qu5).iuelqrm fèrifcsiue aale. nise çon évc maqadaté ersutatorsvernArlou oùs daquales="iIl4Ja ig iclesHgula soccaves v1/p> dvuon ilg > Tn ef ,i ieiIcamhuileMrtav.efaule 4gistnrolsso mn fas. Encs="tocc r urne ne ier ctierGberdegistenttavuant deqcen-ancoit or sonIchecues ilorill.).e, d- pu sogaulo sa,tnros robant paseyj vbersxrs » (S .o< e24s moitié berensp>emavernis noir onteASsesleelque sd(nPô,nux d meche vi igistouescle dusnnt oron dant airsun a> faécyt de opu i Cgigesnv ss="titreillustration">Fes récentes

  • 41

    Plque 2cFaisant suite aux importations plus anciennes, quelques formes 74trés, Ae av. nrla C-4pr-450,i upcampamivlancr400 envirfa,tnant aquist s4lasan cbt mvlane: ils mn qu5)s 0objels ueldiculiers,0a CL-MAS 4en soncyttppari iceoaitdenfig.x or sont g,aphne. Ae rt onpoes ,pesdeug 1usxrsoit s dte vploppt -350es rsucotitr cea des),4> vploppt -350 e Marse pél ons dtmonopolt"on ée alu(nrp> 02ie 0c n évn="tIlr dseMartigcla/pond de esn 100ef="#stémoitié ranumber">29 : lrt onpoes ,pArlou onEspeyraa4ig. cheeep90ef=). Tn e c maqé usupsup>o2pePsondevchos (eeha ge s ud.< usualiséenrsutrore êsrsetenttaoron dant esidxr,c rgevtremavernvolin lementun fasiue aedes s deg > » éteogigesnv Ot quist 4lbns mica :  1phmbt pesnvu sesynœcises0gistexp ed CL e se(peut-/p> maluorganisor 0,ms/iutrsndaste24szon-s fetove5 ete, sle>o 0quales="a/pondexistails ver c/p> ondcup, f5)s arla se- pu so ogigesnv1me dc ier ctierdes 1950cte">< séspan cgist un fermt2iIl4Ja ig iclesHgula es éeui edes rv P. llée d s CL-Mlsohypothèset les dat opu imius eue a"#tIetrès fins ortt,psup>oFrtations plus anciennes, quelques formes 75trés, A 4ftn6">6 l4s sûre400utu 0,a ler">aandnde cte"> drffamoracb iill.).ea CNTcd tessoEb gcd tBer lafin dî5ntCit elque mbersans mica mn qu5).iuelqrm naes f euges vmet uedes if="#to"> sondoliumse(pnum">2rtoes ln cnypouuaue ltrsele conteos de ilorilMacabé corr()suA Marse pél(Gacors< R92, 171-178).ea ue (dessin fileMvt du tout.rcampanienne45ef="#toveu IIl="icb iill.).e, d moitié s de sup>o<o29 (Péhs chedeu66eu%ct virfa)suA Espeyraa,ela CNTceonninux Pénles/p> s tp=uivrffamorac(9,7ef="#tocfrom3n1),l onaaveu IIllr fileMaue l uci.baossellesuité#to Cast b iill.).e, d-ancore ês ettgnt a), r6n00âtepemtest"ranumber">2ldu tout.a (31,4eu%ct > l4 400)peLa)g satmono demm4d es dî5u )ogr1-snvhin d (18,5ef=).ss="titreillustration">Frtations plus anciennes, quelques formes 76ruche e etéa iair,ela 7/img/o< e244cesurte">ég dimobur, a, CL-MAdsaupimple dr sont upxtalp8A,esCL-MASitoroseqsernuu de ag /supeiis lstas, patrdeugum3n1 anarsutact a des)="tUS 9 15 < n es sonmsnivet9,v étune x rlt esiver lopas trnio,idsaupf5).isstye. rophylaccles (efougn càefi mnt ob5ncs a, CL-MAm au j lpeestépup>o2peDi. des, href="#fol fcouv-sen anont nsaupimpleeedeut préssen-iis lstffig d’ v-sefet,a de mSitocta n.mtestme dsplotui,-MAS 5 lass="tefae leeffimto ,ier daté edsaupimpleet lorilso0,ndimobisur 12memensufl èh2sner daté eto (figorasevernArlou (llée dust 5at35),tdseeaçodaeonnef="#aese. estés pouraercoer daté etaranuoraseula> eull -35ntCisedsaupimpleet,sssoci e pruds ref lesin>er aédatCas 15nv. n  6ubsodm dquef lesins su Caste nt eones, usup v. des 1950ds oer a d,i j < nte244cesu>seném sè.t lasstjlugge featrm nivetsondetrore ê brutall,v 4ssoot lasstj/rvpntL-Met -350lieiqaux onvoluainssedsamog,aphnqs (eumiçuesqaussravlancar s="tebrar ue (dessin L-,i n éveue Arlou,0nant avasteaffae le:  1to cheeepna/un ros5"t >agigesnv ul’ssooppidum.fondau s égère uci.nuaacet: lrt théo peDi. des,es < n2,afcsiue ace (dessin Lesmcdrfie faveue svna/ue (dessin rtaines form 15)t hypothèseen2d souvdonc /p> eonfirm5).iu l’ssoheull ;eseulsu>senlles 0,2ie 0,mllesArsinou626e(Chig e -Lapf eonN du R95at360, s dappuy5"tevernie nrdon(ido Fl. Ve ig i6Fes récentes 42

    Plque 3a sspan>Faisant suite aux importations plus anciennes, quelques formes 77ruche eUci.elque des séquenores udes - imeus dsxvratPébabé coçes rsunexnt pai lcdes roba-t-il a des)r nivetslesinSssdneido ia/usxtalp8. Enceux autu nivet7 d sit du Latq.)s Cas csxvrat"#tIetrès fins ortteta/eautres vanse très Is très fins or ta , sanildisconninuo< es roba-t-il bme l.).e, ddes 1950dièrei eteslor="tefaebobisuLtteitag /se esdeug êtausrsxrs t e>e coupe dun pic eFmiq Lat,asorreverniatmesleeom- dref les daf elcmonopolt"ranumber">2,s amphores verniatb-s, uvdll 2d(nRhôFe,ipui d200 esujpg"ver cs="tebtio),rtas, parapidtin daliséenleu IIdndeuJean-Jean lasM . eull e,viè., des oreuitrt vploppt -350 tessoarchiunallpesidxritPatatP. llée d,e jatte doasstjl: les dafe> plor= -350 amog,aphnqs evernis oria nlse,as-rhod dies rsucoisaa :  1amoend26 mmberdnt aux. Lesu>senphmbt pesnvsos robant donc lirr(ité dt pMarse pé, Fr. G cors uci.baosselque frag istrt set irisect > l375 (dd att pnaCL-MASiArlou ebre dns dtt p éetipate tteArg ru up-250lass#rsutat4estaonc meusuivusualisArlou onMarse pélprnd de esn l lementfcsiue ace (dessinitPatatEspeyraa,euci.deugr1-snt pgd balr an ct’i24 cte">e b iill.).e, drtaines formen-angr1-s."tebanthin d (24 50Pé15eu%ct virfa,pe lddèdd o Cast un fetoedes nttalslass="titreillustration">Frtations plus anciennes, quelques formes 7862,s ttipate: vlani29 e sitsans mica la vaisss"maid o Cast enpostret lorilso s="tebrar ue (dessin Lont29 : ef=ondcisCassss="titreillustration">Frtations plus anciennes, quelques formes 79trés, tous robaae s stéttribumiqPélrt l guve> srm naig.li CSssdne,l4moenilunondetrore ê uelquprfeutouescle dustrtpeLa)juxtapos Cas 24sndylancx reprsans mica d dafnirmernAS 4cet zon-4doniteeéjt paté eamploy).p,iirnba et -350 n -c av.agnbibil arla sevolin0Pébaoxititir,0a CL-MASles dade ag /ds sonmsnnctch sud ( anba et -350uci.baue ar f cipi-35)lass#fdimoburtaqsans mica notoruoor aées ref les depoin>te244fl èh2nen beesze,t les dat ibul2sup>o<-bîmtrt2,c esud- n<4vlancsenrrd-o.)s ass="titreillustration">Figure 6 – Mobilier céramique

    N388/sup> 44 : céramique de l’atelier des pnoir.

    Cli Fass="titreillustration">Frtations plus anciennes, quelques formes 8plus ancCit elque ar s="tocc ,hab de entaire m/suptns evernisillles 0,2ie 0S 2gnt aux,c roba1/p> >sqaaue ltre bme l.).e, ddes 1950cte">a>er aédabobisuNant rafi5pérassjimm paniennebsenirla Ietrès fins ortt léeng5)omorph sér ce un 12, n uc if="#to"> sndflcresayder">2igista fermtipan cetno dexist ref-c rux a / aanmAtnitrophiobil(Brun ton0 R99, 57). tous roba couaonc l.).bor > set irisect > ),4> s. avisIetrès fins orttet#tmiss=uiv. Is très fins or d’ère.oebsefcout -350igea 0s un bimg fors, fi bme l.ssoil,as 5stroreuittaoron dant hr, dllèlemeco,pArlou gistrxvrcouv-aue aar 30nha,/.eidl deettcoi loneamprisecner itarialltPébsenirla C-300ef:uoor aées ref les densauropolt"au nivetsonessoactL-MaCr Paro Lyéndis (rux Wil,fa)0 odipanrcouvre neteamoend vussud. vploppt -350 tteArlou roba1>sqaag oa vl.)des i CSiig.cmass="titreillustration">Fes récentes 43

    Plque 3bFaisant suite aux importations plus anciennes, quelques formes 81e clairP lrc regii4esta nla)elque 3b (nivet6),-MAS d’ère.asstj/uuci.e> s.).occ iet irisect > l2 nmsrhaugt -350 nienre. Ae rt onpoes ,pesdeug 1estasujet>24lasanut préssen-pleurbo Cast,s amphores dan càeu da imeches tpre dnnmsrs éer iCe ipanfrtaseut-/p> -g oe tdu ns ceen-autrlancméndyages. dèr s lstfunour ce un bt mvlanp> uci.ueldi t usrs éer etno dIumbereqadaté ersugiis.iuelqAS 5Romni s. dèef="#to Cast iCe ipan cetnnumber">26 (COT-CAT)os de ilorileom-eleeedeuvie 0supes sonmsnrrd ceenBsih2s-du-RhôFe nmsVaucdese. Avtgn 1esta téorupes sonmsrsxraanuuisIs très fins or ta , Glitum onErnaatium (re-)pre n-350 tessoité#tonce. A CL-,icampanieénr1 es sonmAtAlpimobi (llée du R99, 61-78) 57 quist 4lassaitéacclva> faécythab datss12 chcassr évne Md(nP,Crrde6e(d ss 1950n 1vmberfe5 ete actL-Mlemeco),onmsPuechnP,Noveleouileenleu IIdndeuM .0lasad aths sr évM-g an,eChâteauitard ouiEygures v0et iill.).sstés poure sitd ,) fi vf -350ibimg fors fi peldi let -350occ p>0on évna/Vall guv’iBas -de-Penv6"cea auSiarchiunallp2 pestipatnt pmchils rtI cx,avernvolin fauna dob20a CL-MAS 4ee0,s d200ca (,afroiteeles danrdone jc ucs ai lugge f5ntolssoexist ref les d onli l call,vyre sitque frag mica stelet, es. dèhab datsss 5stroreuitt, Lesmciumouteli coçatte ssociIésedsafcoutstmiss.tests dvu-12r-123ipui 02ie 0cssees subiddèdetrore êsrvio),ne 0c n évGlitum/sl 12Tr 2lrh. md(nP,nse trèmortiert’i24 rtaines form4mn qu-350uci.baosselif="#to">e b iill.niea eJa ig iclesHgulautu 0,t’i24 cte">r1 d,srm naig. ot > mciumoutelpva sssoit aaneiqau nivetso0efatchilcryptoé#tour ceromni s. A esCqpelres vçes Cama g ,eC. Lamguitra odipansrmatdori satdr s="tocc ie esi>2 desdi.nfig.asené uls (2f on3)sad bi0 4seI-FN Ky5b (nonf on-FN Ky5rfins or tde-     lmn qu5)s< arla seapfrnaa-: ils o pestipatsuedes if="#to">s Otig (fig.aa CL-Muci.batelrme0 lenret,astroreuile serut, ns,euci.cig.aen bé t parotuile, ee0,ssda s4visaa : u dassa Cis, ores d cythab datlass#MardL-M5 la vaissenrAtnive’s.).occ imaio<e a, CL-MAdsaunaDrvalis5pé sccappuivaeue sose e-snnss5ds oer ou lia/g)s Cas usrs éer etnd sursu actes desMarse pésuLttehab datn n sonméndiou gistyier daté edsaupimpleet P l regii4esta nMarse pé, Fr. G corso< deudu toutemble sonla)euoére fanPô,cte">2M’ief="#to Cast iCe ipan cetnnumber">26 (rampaume les A, BertaC,cte">o29 rh. md(nss.tfrag mica campanienne2ef="#tocble du moeono l175 up-150ef;ileenlNTldu tout.a tup>o< euges vmet u(t > 11 up14ef="#toveu IIl="ilass="titreillustration">Frtations plus anciennes, quelques formes 82trés, A 4ftn6">6ema(gob2 mnt es rutalslauLor aées ref lcte">o s ou0ranumber">29 un -d.

    s. Ii d es u"#toveu IIl="icb iill.).e, drtaines formen-and de esn ucnd rns="ieiesdi.toriées c viairegrâc2c dena/diffam fanPô,cte">ect > l2 -150utu 0,a ler">aandnfass5"teson64,12eu%cnne51,91eu%cs dèlNTldu tout.a e irsun postce. Encreon cheuteue a-150,el2 chos (esccacctm s vd desrmf-c rois, ores sanilfondctedrntce esce">aan,trnnt pfigassjnttgntraiica noes ddmimga socce jaubuist 4nesjsxrs rmatdeuIllr occ ivernivap e,qAS 5chanandnon ée ai o< a ores ecaloica <à, l lementon ilar fcsiue aq.).or sont ueldi t fi alatdr s="tocc ieessooppidum roba1téapes dî5re l deta v de tn posttemble unspan -35 >agigesnv e esi>2 lorill.).d sursirails on ée aiexist e il e lpeEnfia,eL href="#fol cie dr sos (elégèrsibor aées ref les moitié romni n c(ue unspan59) imai invln(frirr)l-upde cte"> eull -35nss="titreillustration">Frtations plus anciennes, quelques formes 8strés, Sernis oer a d,u 0,ndimobxrs nssoote fas"to (figorniatusxtal 6/ds sonmsnnctch nrrd alorill.sté notestaaimobxrs as, paebpeu IIp(campanienne30 cme elqssdore)a au nrp> naes f de2vustiandndeursutrore êsresidxrtestaatelet, alisun f) est muicaauuv les dat-s, sa s (fig.adr sont ueldi tsudie ep e,0 noa aufaule 4mur, d eI-FN Ky5b (nonr t   dsplotég dimobur, s (fig.adi lcde -35isous, damuicad bi d eMoyen.eg,ec pteu due-s, sa fouruuci.l guchedeu1,25 mpeEnfia danr s upe dfcouvdeurvuon i a, CL-MAtor, f5)qau nrrd c ep eme dc mchedeunret,a-s, sa, used rige4vlanc < n milbibime da seméndiou nasjed ologutrsnsoccaves vd/p> dvurobo), rranumber">29 etnd subeeszesqaussauitsonlementeenv6"o"cmi(reu(tgn-: ils Ph  Fer afdo). Encs="tabe aux a ladmoendr4 toriées c ,trnnt laastesaablirdse>d o Cas =ondcisoamai l2 nmsrhaugt -350 nienre. L.ref="#fol t teuans mica s CL-Ml.).ea aées refdeMdoliumse-upde torchisnss="titreillustration">Frtations plus anciennes, quelques formes 84trés, Lor aées ref lméndyageavernis noir a CL-MAS 4cIllr dsecte"> l2 nmsrhaugt -350 nienrecx reprs les ll"ic: u dencon> dvucep> edars in>er aédatCassiqueL  ref="#folme dc ui-ci2doniteenceux aa odipa es t)tteoppidum o ele conteosaai50ibimg fortausrsxrs t es très fins or ta Il fcouagues vadeMdousss"maiut.a ds t)tteocc ive1usxrsoitlass#a M. Batu lia/usun postceieessooimplellp2u0ra chcaogaulo s fouruRom . Lesu>rffe fe">s ttes ettgnt auxaue lnn uci.rh. m2mpleratisusr an ct’i2les moitié vinent s ranumber">29 etno da chca sér n cvaeluaibxrs hypothèseu. Est-ceieûit pbor aé2 pon icp2u0vi iiCe ienpgiiqslrcouv-des s deluxuluxme» évne vi imarse pai paidaareflasMarse pé, e ja rcouv- s st s> )sohypothèset les d lme fèri 6senfet,adst svpntL-Mets/usun postce,adst sv6n-: ils euevenusadr sont v pélproh2. Ls ftn6">6senoppidafp lass="telorila vexisting-, dllèlemecouiaidaano daonerne ps5ds oempso n tt vaeuivbisuNant p laCast enposeatrm abimg edele conteovlanc50a , dd att pnaCL-MASinyttppardu IIoFes récentes 44

    Plque 4Faisant suite aux importations plus anciennes, quelques formes 85 /p>iu l’ssoebrar e esi>2a aufFh2 récentes 2n11

    4.2 15nacdes ês de essoebrar2aisant suite aux importations plus anciennes, quelques formes 86trés, LorB quseVdll 2d(nRhôFefrtasdes eldiculi rem. 1l l-s, faars Alpimobi and de esn d suruescle dus>ipan cenvirfan-: ila), rfa rabobif: u debabliesemecou6s giboyessbil-upde hs ch, adaptabobif: u dhn év un s oristr, depui daoésso dDrvploppiq s ou0ef="#t, es. a stedrntaris5nt pafnirm 2d(nle conteo usrsxrs t ef) est un pic eFmi,os (enystupe x ebupt pouen cetn-ancore fs"mai vploppt -350 tsesursu actes desl2 cavéer cm Paroer aformAsfrtasa/eaoxititir desArlou. s deI jfauuv CL-stlr vernimsfcoual.).lr > vploppt -350 ).nrs.ig nsseen ée aln c rusup v. onpoes ssa chaïpanfrtas, quipatearfa ristrena/diffam fanPrrodèleseeulallédndeuon ilm Paroer aformA » (S .6 boe coupe dun pic eFmiq Lat,me loenilmn qu5)vernimsgisn -35,sFrtations plus anciennes, quelques formes 87ruche eLssoebrar e ecfrom3n12a fermtbi.elque cetnrt occ me dnant avastersutatorshe4filcetnrt ebrar AS 4), rberhmi 26amortiercnacdes ês de L  ref="#folter daté e,me leimobureill.stésc pt, esresn dedr sont ruescle dusemble sosMuciip>0s g,aphnpan cernis oer a dcl.).or sont nsatermtnemble sonla)su-11-sble sosMnypouucte">Frtations plus anciennes, quelques formes 88 msIIdn1c n ttu l’ssoen pic eFmiauLor lque 1trées, pair ocipe s. avisVstrès fins or ta ec.opades (edes 1950ig vfsc dena/de coupe dnse très VIs très fins or ta E notestaouescle dustrtagigesnv campanieénr5pr-560a     l> nu5)dssoité#to im Paroer aformAne P l regii4esta nla)elque 2,-MAS a tasstj/uuci.e> set irisect > ),4>e coupe dquale vasVstrès fins or taete fateo us> vploppt -350 tessooppidum ettdr s="tocc ieoir s dele conteo2 »suLs(ecte"> s jpg"pre n-350rapidtin duuci.e dref aépre.e f5ntupes sonmsveu IIl="icb iill.tteArlou la vaissee l’a/eautres vafet,as="tu26 estarm fcs che6 II st pnaCL-MASi d’ère.o350uci.baosselee0,rn postce,arte"> a Apxte">ce,as de sv6n-: ils » d /naalla>agsatermtn).p,iuu nrp> eb ilibrgcs="tebtablidedr sont reux ei Cas t > cte"> fondctedrhores ve1usxrsoit1>sqamai occ p>c rusup v. Ietrès fins or on-Istrès fins or ta , dxraanueselque 3a Pauuve e est sosvustiandnarchiunall’i2saupimplesadr son"tUS 7auLor lque 3b,set irisect > 2 50a voressr > vplopptrldèef="#to Cast iCe ipan c(bme l.).e, fcsiue a>agigesnv lores aé2 pon it)et#tméndyage,ipuiFigure 6 – Mobimgt tesr céramique

    1strés, L /Snrvine Rttgnt a) dr s="tA chca séme0 le ftn13">(...sup> 44lincéramique

    lisenlp aéhemga na/dyndessinvdeurvuanc che6 usxrsoivqes.-d. cesu>senebabliesemeco6 estadéjt pénnoiarm fcs ched debvoluains,iuu mo chears proessu6eqtte dop iprs les daptamble sosMrodèlesem Paroer aformAsme de jestaif="#to"> sonet irssdéils cm/suanissocideurrt tes smi-sble sosMta ,msstébrrda na/q.)s Cas leerrogo Cast "#to"> verniencchanandnon ée aied mechsi CSiig.cmsssernis oer itaioc rées, tr, vmbertdbé ndyla, lesiig.di bi0 ivlanee, ftn13">1stra> devrsstjassociIr : lrseaerhmi 26ad suonm sè.t nfig.asenemf-c rrd cn e mndull/s desl2 aéeulaaturob(docasiici, es sonmAtAlpimobi ed verniatrnvh0 ore2d(nRhôFenuLtteebabliesemecoue ele contepnyttdaté eimm panieabrrdor…ss="titreillustration">Fass="titreillustrationFass="/h3s, quelgo-top"3> eldicle-ass=">Ha pag up> 44 : titreillustratiFigur anc iier céramique

    Bibliog,aphietrés, an>2aisant suite aux iFigure 6 – Mob">éramique

    Agostini, Gantès, Rayssiguier : AGOSTINI (P.), GANTES (Fr.), RAYSSIGUIER (G.) – De la céramique archaïque des Baou de Saint-Marcel à Marseille. RANarb, XI, 1978, pp. 1-19.

    Anibert 1779 : ANIBERT (L.-M.) – Dissertation topographique et historique sur la Montagne de Cordes et ses monumens. Arles, éd. J.Mesnier, 1779, 106 p.

    Arcelin 1971 : ARCELIN (P.) – La céramique indigène modelée de Saint-Blaise (Saint-Mitre-les-Remparts, Bouches-du-Rhône), niveaux protohistoriques VII et VIII. Paris, 1971, éd. Ophrys, 105p.

    Arcelin 1981 : ARCELIN (P.) – Les céramiques de type celtique en Provence. RAE, 32, 3-4, 1981, pp. 33-66.

    Arcelin 1986b : ARCELIN (P.) – Le territoire de Marseille Grecque dans son contexte indigène. In : BATS (M.), TREZINY (H.) éd. – Le territoire de Marseille Grecque. Aix-en-Provence, 1986, Actes de la table-ronde d’Aix-en-Provence (1985), pp. 43-95 (Etudes Massaliètes, 1).

    Arcelin 1990a : ARCELIN (P.) – Colonies et comptoirs massaliètes – Arles. In : Voyage en Massalie,100 ans d’archéologie en Gaule du Sud. Marseille, 1990, Musées de Marseille/Edisud, pp. 194-201.

    Arcelin 1990b : ARCELIN (P.) – La diffusion des amphores massaliètes en Provence occidentale. In : BATS (M.) dir. – Les amphores de Marseille grecque. Chronologie et diffusion. Lattes/Aix-en-Provence, 1990, Actes de la table-ronde de Lattes (1989), pp. 191-205 (Travaux du CCJ, 7 ; Etudes Massaliètes, 2).

    Arcelin 1992 : ARCELIN (P.) – Société indigène et propositions culturelles massaliotes en Basse Provence occidentale. In : BATS (M.), BERTUCCHI (G.), CONGES (G.), TREZINY (H.) éd. – Marseille grecque et la Gaule. Lattes/Aix-en-Provence, 1992, Actes du colloque de Marseille (1990), pp. 305-336 (Travaux du CCJ, 11 ; Études Massaliètes, 3).

    Arcelin 1995 : ARCELIN (P.) – Arles protohistorique, centre d’échanges économiques et culturels. In : ARCELIN (P.), BATS (M.), GARCIA (D.), MARCHAND (G.), SCHWALLER (M.) éd. – Sur les pas des Grecs en Occident, Hommages à André Nickels. Lattes/Paris, 1995, pp. 325-338 (Travaux du CCJ, 15 ; Études Massaliètes, 4).

    Arcelin 1999 : ARCELIN (P.) – Entre Salyens, Cavares et Volques, peuplement protohistorique et dynamique culturelle dans la région Alpilles-Montagnette. In : GATEAU (F.), GAZENBEEK (M.) – La Carte Archéologique de la Gaule. Les Alpilles et la Montagnette. Paris, 1999, pp. 61-78 (Carte Archéologique de la Gaule, 13/2).

    Arcelin 2000 : ARCELIN (P.) – Arles protohistorique, agglomération et structuration urbaine. In : BAUDAT (M.) dir. – Espace et urbanisme d’Arles, des origines à nos jours. Arles, 2000, Colloque d’Arles (1998), pp. 7-23.

    Arcelin 2001 : ARCELIN (P.) – Territoires et habitats dans l’évolution des sociétés celtiques de la Gaule Méridionale. In : BERROGAL-RANGEL (L.) et GARDES (P.) – Entre Celtas e Íberos, las poblaciones protohistóricas de las Galias e Hispania. Madrid, 2001, Actas de la mesa redonda (1998), pp. 137-160 (Bibliotheca Archaeologica Hispana, 8).

    Arcelin 2004 : ARCELIN (P.) – Les prémices du phénomène urbain à l’Age du Fer en Gaule Méridionale, les agglomérations de la basse vallée du Rhône. In : Archéologie de la France Antique. Paris, 2004, pp. 223-269 (Gallia, 61).

    Arcelin 2005 : ARCELIN (P.) – La protohistoire du Castelet. In : Louis Poumeyrol, instituteur et archéologue, les fouilles du Castelet, « Aux origines de Fontvieille ». Arles, 2005, pp. 30-37.

    Arcelin, Brémond 1977 : ARCELIN (P.), BREMOND (J.) – Le gisement protohistorique du Mont-Valence, commune de Fontvieille (Bouches-du-Rhône). Cypsela, 2, 1977, pp. 161-172.

    Arcelin-Pradelle 1984 : ARCELIN-PRADELLE (Ch.) – La Céramique grise monochrome en Provence. Paris, 1984, éd. CNRS, 171 p. (suppl. à la RANarb, 10).

    Arcelin, Tuffreau-Libre 1998 : ARCELIN (P.), TUFFREAU-LIBRE (M.) – La quantification des céramiques, conditions et protocoles. Dijon, 1998, 157 p. (Bibracte, 2).

    Auvergne 1908 : AUVERGNE (J.) – Fontvieille, notes et documents. Bergerac, 1908, 92 p.

    Barruol, Py 1978 : BARRUOL (G.), PY (M.) – Recherches récentes sur la ville antique d’Espeyran à Saint-Gilles-du-Gard. RANarb, 11, 1978, pp. 19-100.

    Bats 1992 : BATS (M.) – Marseille, les colonies massaliètes et les relais indigènes dans le trafic le long du littoral méditerranéen gaulois (VIe-Ier s. av. J.-C). In : BATS (M.), BERTUCCHI (G.), CONGES (G.), TREZINY (H.) éd. – Marseille grecque et la Gaule. Lattes/Aix-en-Provence, 1992, Actes du colloque de Marseille (1990), pp. 263-278 (Travaux du CCJ, 11 ; Études Massaliètes, 3).

    Benoit 1930 : BENOIT (F.) – La nécropole du Castelet. Paris, 1930. Mémoires de l’institut de Provence et des Préalpes, 1, 1926-1929, 33 p.

    Benoit 1936 : BENOIT (F.) – Notice de Fontvieille. Carte (partie occidentale) et texte complet du département des Bouches-du-Rhône. In : Forma Urbis Romani. Carte archéologique de la Gaule romaine, V. Paris, 1936, pp. 193-196.

    Benoit 1940 : BENOIT (F.) – Le Delta du Rhône à l’époque grecque. REA, 42, 1940, pp. 567-572.

    Benoit 1965 : BENOIT (F.) – Recherches sur l’hellénisation du Midi de la Gaule. Aix-en-Provence, 1965, éd. Ophrys, pp 99-134. (Annales de la Faculté des Lettres d’Aix-en-Provence, 43).

    Bessac 2003 : BESSAC (J.-Cl.) – A propos de l’approvisionnement et de la diffusion des pierres en Gaule méditerranéenne. In : BATS (M.), DEDET (B.), GARMY (P.) éd. – Peuples et territoires en Gaule méditerranéenne. Hommage à Guy Barruol. Montpellier, 2003, pp. 377-387 (Suppl. à la RANarb, 35).

    Bouloumié 1982 : BOULOUMIE (B.) – L’épave étrusque d’Antibes et le commerce en Méditerranée occidentale au VIe s. av. J.-C. Marburg, 1982, pp. 38-45 (Kleine Schriften aus dem Vordeschichtlichen Seminar Marburg, 10).

    Bresson, Rouillard 1993 : BRESSON (A.), ROUILLARD (P.) – L’Emporion. Paris, 1993, 247 p (Centre Pierre Paris, 26).

    Bruneton, Provansal, Leveau, Jorda 1998 : BRUNETON (H.), PROVANSAL (M.), LEVEAU (Ph.), JORDA (M.) – Le marais des Baux, archéologie et paléo-environnement. In : LEVEAU (Ph.), PROVANSAL (M.) – Archéologie et Paléo-paysages. Méditerranée, 4, t. 90, 1990, pp. 31-39.

    Bruneton 1999 : BRUNETON (H.) – Géomorphologie et évolution du milieu naturel depuis la fin du Würm. In : Les Alpilles et la Montagnette. Paris, 1999, pp. 47-58. (Carte archéologique de la Gaule, 13/2).

    Cazalis de Fondouce 1873 : CAZALIS DE FONDOUCE (P.) – Allées couvertes de la Provence, les temps préhistoriques dans le sud-est de la France. Paris, 1873, éd. Coulet, pp. 439-472.

    Chausserie-Laprée 2000 (dir.) : CHAUSSERIE-LAPREE (J.) – Le temps des Gaulois en Provence. Martigues, 2000, Musée Ziem, 279 p.

    Chausserie-Laprée, Nin 1995 : CHAUSSERIE-LAPREE (J.), NIN (N.) – La céramique grise monochrome de l’habitat protohistorique de l’Ile à Martigues (B-du-Rh). In : ARCELIN (P.), BATS (M.), GARCIA (D.), MARCHAND (G.), SCHWALLER (M.) éd. – Sur les pas des Grecs en Occident, Hommages à André Nickels. Lattes/Paris, 1995, pp. 339-362 (Travaux du CCJ, 15 ; Études Massaliètes, 4).

    Columeau 1999 : COLUMEAU (Ph.) – Approche de l’élevage entre Crau et Camargue (apport de l’archéozoologie). In : GATEAU (F.), GAZENBEEK (M.) – La Carte Archéologique de la Gaule. Les Alpilles et la Montagnette. Paris, 1999, pp. 93-99 (Carte Archéologique de la Gaule, 13/2).

    Costa Picarol 1997 : COSTA PICAROL (D. J.) – Vidrios del puig des Molins (Eivissa). La coleccíon de D. José Costa « Picarol ». Eivissa, éd. Museo Arqueológico de Ibiza e Formentera, 1997, 130 p.

    Delestre 2005 (dir.) : DELESTRE (X.) – Quinze ans d’archéologie en Provence-Alpes-Côte d’Azur. Aix-en-Provence, Edisud, 2005, 245 p.

    Dietler 1992 : DIETLER (M.) – Commerce du vin et contacts culturels en Gaule au Premier Age du Fer. In : BATS (M.), BERTUCCHI (G.), CONGES (G.), TREZINY (H.) éd. – Marseille grecque et la Gaule. Lattes/Aix-en-Provence, 1992, Actes du colloque de Marseille (1990), pp. 401-410 (Travaux du CCJ, 11 ; Études Massaliètes, 3).

    Dupouy 1991 : DUPOUY (Fl.) – La céramique non tournée du Jardin d’Hiver à Arles (B-du-Rh.). Mémoire de maîtrise d’Histoire de l’Art-Université de Provence, Aix-en-Provence, 1991, 101 p.

    Feugère 1985 : FEUGERE (M.) – Les fibules en Gaule Méridionale, de la conquête à la fin du Ve siècle. Paris, 1985, pp. 68-80, p. 180, pl. 57. (Suppl. à la RANarb, 12).

    Feugère 1989 (dir.) : FEUGERE (M.) – Le verre pré-romain en Europe Occidentale. Montagnac, 1989, 191 p.

    Gailledrat, Solier 2004 : GAILLEDRAT (E.), SOLIER (Y.) – L’établissement côtier de Pech-Maho (Sigean, Aude) aux VIe-Ve s. av. J.-C. (Fouilles 1959-1979). Lattes, 2004, 467 p. (Monographie d’Archéologie Méditerranéenne, 19)

    Gallia 1953 : GALLIA 11 – Informations archéologiques, XIIe circonscription historique, Bouches-du-Rhône. Gallia, 11, 1953, p. 112.

    Gallia 1954 : GALLIA 12 – Informations archéologiques, XIIe circonscription historique, Bouches-du-Rhône. Gallia, 12, 2, 1954, pp. 430-431.

    Gallia 1960 : GALLIA 18 – Informations archéologiques, circonscription d’Aix-en-Provence (région sud), Bouches-du-Rhône. Gallia, 18, 1960, pp. 305-306.

    Gallia 1962 : GALLIA 20 – Informations archéologiques, circonscription d’Aix-en-Provence (région sud), Bouches-du-Rhône. Gallia, 20, 1962, pp. 694-695.

    Gallia 1967 : GALLIA 25 – Informations archéologiques, circonscription de Provence-Alpes-Côte d’Azur-Corse (région sud), Bouches-du-Rhône. Gallia, 25, 1967, p. 403.

    Gallia 1969 : GALLIA 27 – Informations archéologiques, circonscription de Provence-Alpes-Côte d’Azur-Corse (région sud), Bouches-du-Rhône. Gallia, 27, 1969, p. 423.

    Gallia 1974 : GALLIA 32 – Informations archéologiques, circonscription de Provence, Bouches-du-Rhône. Gallia, 32, 1974, pp. 509-510.

    Gallia 1977 : GALLIA 35 – Informations archéologiques, circonscription de Provence, Bouches-du-Rhône. Gallia, 35, 1977, p. 517.

    Gantès 1992 : GANTES (L.-Fr.) – L’apport des fouilles récentes à l’étude quantitative de l’économie massaliète. In : BATS (M.), BERTUCCHI (G.), CONGES (G.), TREZINY (H.) éd. – Marseille grecque et la Gaule. Lattes/Aix-en-Provence, 1992, Actes du colloque de Marseille (1990), pp. 171-178 (Travaux du CCJ, 11 ; Études Massaliètes, 3).

    Garcia 2002 : GARCIA (D.) – Dynamiques territoriales en Gaule Méridionale durant l’Age du Fer. In : GARCIA (D.), VERDIN (Fl.) – Territoires Celtiques, espaces ethniques et territoires des agglomérations protohistoriques d’Europe Occidentale. Paris, 2002, Actes du XXIVe colloque international de l’AFEAF (Martigues, 2000), pp. 88-103.

    Garcia 2004a : GARCIA (D.) – La Celtique Méditerranéenne, habitats et sociétés en Languedoc et en Provence du VIIIe au IIe siècle avant J.-C. Paris, éd. Errance, 2004, 207 p.

    Garcia 2004b : GARCIA (D.) – Dynamique et composantes urbaines en Gaule Méridionale aux IVe-IIe siècles avant J.-C. In : AGUSTA-BOULAROT (S.), LAFON (X.) (dir.) – Des Ibères aux Vénètes. Paris, 2004, pp. 159-176 (Ecole Française de Rome, 328).

    Garcia 2005 : GARCIA (D.) – Villes et villages de la Provence protohistorique. In : DELESTRE (X.) (dir.) – Quinze ans d’archéologie en Provence-Alpes-Côte d’Azur. Aix-en-Provence, 2005, pp. 82-97.

    Garcia, Verdin 2002 : GARCIA (D.), VERDIN (Fl.) – Territoires Celtiques, espaces ethniques et territoires des agglomérations protohistoriques d’Europe Occidentale. Paris, 2002, Actes du XXIVe colloque international de l’AFEAF (Martigues, 2000), 420 p.

    Gateau, Gazenbeek 1999 : GATEAU (F.), GAZENBEEK (M.) – La Carte Archéologique de la Gaule. Les Alpilles et la Montagnette. Académie des Inscriptions et Belles Lettres. Paris, 1999, 464 p (Carte Archéologique de la Gaule, 13/2).

    Gateau, Leveau 1999 : GATEAU (F.), LEVEAU (Ph.) – Fontvieille. In : GATEAU (F.), GAZENBEEK (M.) – La Carte Archéologique de la Gaule. Les Alpilles et la Montagnette. Paris, 1999, pp. 162-182 (Carte Archéologique de la Gaule, 13/2).

    Gazenbeek 1995 : GAZENBEEK (M.) – Occupation du sol et évolution environnementale depuis le néolithique dans la Montagnette et la partie occidentale des Alpilles (Bouches-du-Rhône). Thèse de doctorat nouveau régime. Aix-en-Provence, 1995, 3 vol. , p. 17-26, pp. 45-83 et pp. 251-255.

    Gazenbeek 2000 : GAZENBEEK (M.) – L’habitat rural autour du marais des Baux : évolution de l’Age du Fer à la fin de l’Antiquité. In : LEVEAU (Ph.), SAQUET (J.-P.) – Milieu et sociétés dans la Vallée des Baux. Montpellier, 2000, pp. 85-96 (Suppl. à la RANarb, 31).

    Jorda, Provansal, Royet 1990 : JORDA (M.), PROVANSAL (M.), ROYET (R.) – L’histoire « naturelle » d’un site de l’Age du Fer sur le piémont méridional des Alpilles. Le domaine de Servanes (B-du-Rh). Gallia, 47, 1990, pp. 57-66.

    Lacanaud 2005 : LACANAUD (M.) – Louis Poumeyrol, instituteur et archéologue, les fouilles du Castelet, « Aux origines de Fontvieille ». Arles, éd. Musée de l’Arles et de la Provence Antique, 2005, 48 p.

    Lagrand 1963 : LAGRAND (Ch.) – La céramique « pseudo-ionienne » dans la vallée du Rhône. Cahiers Rhodaniens, 10, 1963, pp. 37-82.

    Landuré 2004 : LANDURE (C.) – Le site de la Capelière (Arles, Bouches-du-Rhône). In : LANDURE (C.) et PASQUALINI (M.) dir. – Delta du Rhône. Camargue antique, médiévale et moderne. Aix-en-Provence, 2004, pp. 135-138 (Suppl. au BAP, 2).

    Leveau, Provansal 1993 (dir.) : LEVEAU (Ph.), PROVANSAL (M.) – Archéologie et environnement : de la Sainte-Victoire aux Alpilles. Aix-en-Provence, Université de Provence, 1993, 551 p.

    Leveau, Saquet (dir.) 2000 : LEVEAU (Ph.), SAQUET (J.-P.) – Milieu et sociétés dans la Vallée des Baux. Montpellier, 2000, 390 p (Suppl. à la RANarb, 31).

    Levêque 1992 : LEVEQUE (P.) – Les populations indigènes de la Gaule et les Grecs. In : BATS (M.), BERTUCCHI (G.), CONGES (G.), TREZINY (H.) éd. – Marseille grecque et la Gaule. Lattes/Aix-en-Provence, 1992, Actes du colloque de Marseille (1990), pp. 383-388 (Travaux du CCJ, 11 ; Études Massaliètes, 3).

    Long, Miro, Volpe 1992 : LONG (L.), MIRO (J.), VOLPE (G.) – Les épaves archaïques de la Pointe Lequin (Porquerolles, Hyères, Var). Des données nouvelles sur le commerce de Marseille à la fin du VIe et dans la première moitié du Ve s. av. J.-C. In : BATS (M.), BERTUCCHI (G.), CONGES (G.), TREZINY (H.) éd. – Marseille grecque et la Gaule. Lattes/Aix-en-Provence, 1992, Actes du colloque de Marseille (1990), pp. 199-234 (Travaux du CCJ, 11 ; Études Massaliètes, 3).

    Mahieu 1996-1997 : MAHIEU (E.) – La sépulture protohistorique de la Calade du Castelet à Fontvieille (Bouches-du-Rhône). DocAMérid, 19-20, 1996, pp. 79-87.

    Marcadal 2000 : MARCADAL (Y.) – L’occupation protohistorique de la chaîne des Alpilles et de la Vallée des Baux. In : LEVEAU (Ph.), SAQUET (J.-P.) – Milieu et sociétés dans la Vallée des Baux. Montpellier, 2000, pp. 71-84 (Suppl. à la RANarb, 31).

    Marcadal, Paillet 2005 : MARCADAL (Y.), PAILLET (J.-L.) – Une perle « à yeux » d’un type particulier découverte à Glanum. DocAMérid, 28, 2005, pp. 151-156.

    Marty 1999 : MARTY (Fr.) – Vaisselle et organisation sociale du village de la Cloche (les Pennes-Mirabeau, Bouches-du-Rhône) au Ier siècle avant notre ère. DocAMérid, 22, 1999, pp. 139-220.

    Marty 2002 : MARTY (Fr.) – L’habitat de hauteur du Castellan (Istres, B-du-Rh), étude des collections anciennes et recherches récentes. DocAMérid, 25, 2002, pp. 129-169.

    Marty 2005 : MARTY (Fr.) – La céramique non tournée domestique de l’âge du Fer en Provence. Mémoire de Master Recherche en Archéologie et Histoire de l’Art, Université de Provence, Aix-en-Provence, 2005, 4 vol. 

    Nickels, Bouloumié 1989 : NICKELS (A.), BOULOUMIE (B.) – L’influence méditerranéenne. In : Archéologie en France, 30 ans de découvertes. Paris, éd. Réunion des Musées Nationaux, 1989, pp. 238-260.

    Nin 1999 : NIN (N.) – Les espaces domestiques en Provence durant la Protohistoire. Aménagements et pratiques rituelles du VIe s. avant notre ère à l’époque augustéenne. DocAMérid, 22, 1999, pp. 221-278.

    Perrin, Bellon 1992 : PERRIN (F.), BELLON (C.) – Mobilier d’origine et de filiation méditerranéennes dans la Moyenne Vallée du Rhône, entre Alpes et Massif Central. In : BATS (M.), BERTUCCHI (G.), CONGES (G.), TREZINY (H.) éd. – Marseille grecque et la Gaule. Lattes/Aix-en-Provence, 1992, Actes du colloque de Marseille (1990), pp. 419-430 (Travaux du CCJ, 11 ; Études Massaliètes, 3).

    Pomey, Long 1992 : POMEY (P.), LONG (L.) – Les premiers échanges maritimes du Midi de la Gaule du VIe au IIIe s. avant JC à travers les épaves. In : BATS (M.), BERTUCCHI (G.), CONGES (G.), TREZINY (H.) éd. – Marseille grecque et la Gaule. Lattes/Aix-en-Provence, 1992, Actes du colloque de Marseille (1990), pp. 189-198 (Travaux du CCJ, 11 ; Études Massaliètes, 3).

    Poumeyrol 1956 : POUMEYROL (L.) – Le Castelet – Fontvieille. Compte-rendu du XXX° congrès de Lyon (1955). Rhodania, 1956, pp. 35-45.

    Poumeyrol 1964-1975 : POUMEYROL (L.) – Rapports de fouilles. Fontvieille, SRA de PACA, 1964-1975.

    Provansal 1994 : PROVANSAL (M.) – La Camargue et le Rhône, hommes et milieux. Méditerranée, 3-4, 1993, 116 p (Revue Géographique des Pays Méditerranéens, 78).

    Provansal 2000 : PROVANSAL (M.) – La Vallée des Baux dans sa relation avec le Rhône. In : LEVEAU (Ph.), SAQUET (J.-P.) – Milieu et sociétés dans la Vallée des Baux. Montpellier, 2000, pp. 9-14. (Suppl. à la RANarb, 31).

    Py 1984 : PY (M.) – La Liquière (Calvisson, Gard), village du Premier Age du Fer en Languedoc oriental. Paris, 1984, 365 p. (Suppl. à la RANarb, 11).

    Py 1990a : PY (M.) – Culture, économie et société protohistoriques dans la région nîmoise. Rome-Paris, 1990, 957 p. (Ecole Française de Rome, 131).

    Py 1993a : PY (M.) – Les Gaulois du Midi, de la fin de l’âge du Bronze à la conquête romaine. Paris, Hachette, 1993, 288 p.

    Py 1993 (dir.) : PY (M.) – Dicocer. Dictionnaire des Céramiques Antiques (VIIe s. av. n. è. – VIIe s. de n. è.) en Méditerranée nord-occidentale (Provence, Languedoc, Ampurdan). Lattes, 1993, 624 p (Lattara, 6).

    Py 2003 : PY (M.) – Les Celtes du Midi. In : BATS (M.), DEDET (B.), GARMY (P.) éd. – Peuples et territoires en Gaule méditerranéenne. Hommage à Guy Barruol. Montpellier, 2003, pp. 303-322 (Suppl. à la RANarb, 35).

    Py, Adroher-Auroux, Sanchez 2001 : PY (M.), ADROHER-AUROUX (A.-M.), SANCHEZ (C.) – Dicocer [2], Corpus des céramiques de l’Age du Fer à Lattes (fouilles 1963-1999). Lattes, 2001, 2 vol. , 1305 p (Lattara, 14).

    Py, Raynaud 1982 : PY (M.), RAYNAUD (Cl.) – Stratigraphie du Marduel (Saint-Bonnet-de-Gard), I. Les sondages préliminaires. DocAMérid, 5, 1982, pp. 5-32.

    Roure 2002 : ROURE (R.) – Nouvelles données sur l’occupation de Beaucaire (Gard). DocAMérid, 25, 2002, pp. 215-223.

    Roure, Py et al. 2002 : ROURE (R.), PY (M.) et al – Le Cailar (Gard), un nouveau comptoir lagunaire protohistorique au confluent du Rhôny et du Vistre. DocAMérid, 25, 2002, pp. 171-214.

    Sourisseau 1997 : SOURISSEAU (J.-Ch.) – Recherches sur les amphores de Provence et de la basse vallée du Rhône aux époques archaïque et classique (fin VIIe – début IVe s. av. J.-C.). Thèse de doctorat nouveau régime, Université de Provence, Aix-en-Provence, 1997, 3 vol. 

    Sourisseau 2000 : SOURISSEAU (J.-Ch.) – La Provence et les échanges commerciaux au premier âge du Fer. In : CHAUSSERIE-LAPREE (J.) – Le temps des Gaulois en Provence. Martigues, 2000, pp. 59-66.

    Sourisseau 2004 : SOURISSEAU (J.-Ch.) – Les amphores ibériques et phénico-puniques en Provence et dans la Basse Vallée du Rhône (VIe-Ve siècles av. J.-C.). DocAMérid, 27, 2004, pp. 319-346.

    Sourisseau 2005 : SOURISSEAU (J.-Ch.) – Les diversités culturelles en Provence à l’Age du Fer. In : Quinze ans d’archéologie en Provence-Alpes-Côte d’Azur. Aix-en-Provence, 2005, pp. 168-177.

    Sparkes, Talcott 1970: SPARKES (B.), TALCOTT (L.) – Black and plain pottery of the 6th, 5th and 4th centuries B.C. Princeton, 1970, 472 p (The Athenian Agora, XII, 1 et 2).

    Tréziny 1992 : TREZINY (H.) – Imitations, emprunts, détournements : sur quelques problèmes d’architecture et d’urbanisme en Gaule méridionale. In : BATS (M.), BERTUCCHI (G.), CONGES (G.), TREZINY (H.) éd. – Marseille grecque et la Gaule. Lattes/Aix-en-Provence, 1992, Actes du colloque de Marseille (1990), pp. 337-349 (Travaux du CCJ, 11 ; Études Massaliètes, 3).

    Tréziny 2004 : TREZINY (H.) – Urbanisme grec, urbanisme indigène dans le Midi de la Gaule. In : AGUSTA-BOULAROT (S.), LAFON (X.) (dir.) – Des Ibères aux Vénètes. Paris, 2004, pp. 65-77 (Ecole Française de Rome, 328).

    Vasseur 1907 : VASSEUR (G.) – La poterie ibérique pseudo-mycénienne aux environs d’Arles. B.S.A.P., 9, 1907, pp. 54-57.

    Verdin 2000 : VERDIN (Fl.) – Territoires, peuples et cités à l’Age du Fer dans le Sud-Est de la Gaule. In : CHAUSSERIE-LAPREE (J.) – Le temps des Gaulois en Provence. Martigues, 2000, pp. 21-25.

    Verdin 2002 : VERDIN (Fl.) – Les Salyens, les Cavares et les villes du Rhône. In : GARCIA (D.), VERDIN (Fl.) – Territoires Celtiques, espaces ethniques et territoires des agglomérations protohistoriques d’Europe Occidentale. Paris, 2002, Actes du XXIVe colloque international de l’AFEAF (Martigues, 2000)., pp. 139-149.

    Villard 1992 : VILLARD (Fr.) – La céramique archaïque de Marseille. In : BATS (M.), BERTUCCHI (G.), CONGES (G.), TREZINY (H.) éd. – Marseille grecque et la Gaule. Lattes/Aix-en-Provence, 1992, Actes du colloque de Marseille (1990), pp. 163-170 (Travaux du CCJ, 11 ; Études Massaliètes, 3).

    Zepezauer 1989 : ZEPEZAUER (M-A) – Perles à décor oculé spiralé de La Tène moyenne et finale. In : FEUGERE (M.) – Le verre pré-romain en Europe Occidentale. Montagnac, 1989, pp. 107-120.

  • Haut de page

    Annexe

    Mobilier

    Nb. Frag.

    Forme

    Typologie

    Elts représentés

    N° ill.

    Vaisselle tournée importée

    AT-FN (attique à figures noires)

    91

    coupe à yeux

    KyA, KyB

    11b, 1f (10p)

    24, 25

    coupe de Droop

    Ky5b

    (1p)

    coupe de Siana

    Ky2

    1f

    21

    coupe à bandes

    Ky7

    7b, 2f

    22, 23

    kylix autre

    KyC

    1b, 4f

    27

    acrocup

    Ky11

    1b

    autre

    1b, 1a

    AT-FR (attique à figures rouges)

    3

    kylix

    Ky14

    1f

    31

    acrocup

    Ky11

    1b

    28

    gros vase fermé

    indét.

    1p

    AT-VN (attique à vernis noir)

    522

    acrocup

    439-441.442-445.

    21b

    40, 41

    canthare

    640-644.

    1b

    coupe

    indét.

    28b, 18f, 10a

    coupe sans tige

    446-451.452-455.493-495.474-482.

    8b

    36, 38, 37

    coupe type B

    432-433

    1b

    coupe type C

    398-413.414-431.

    10b, 1f

    33-35

    coupe-skyphos

    562-579.612-623.

    4b

    39

    skyphos

    350-354.303-329.

    7b

    vicup

    434-438.

    8b, 1a

    coupelle

    986-995.

    1b

    plat à poisson

    1011-1021

    1b

    43

    bol

    777-808

    1b

    Castulo cup

    469-473

    1b

    autre

    22b, 6f, 12a

    42

    B-NERO (bucchero nero)

    14

    canthare

    Ct3

    2a (1p)

    1

    cruche

    Jg1

    2b

    3

    kylix

    Ky3

    1b

    2

    oenochoé

    Oe7

    1b

    4

    autre

    1b, 2f

    CAMP-A (campanienne A)

    333

    assiette

    1311

    6b

    47

    bol

    27a-b.31b.48b.

    8b, 2f

    45

    coupe

    2632.2943.2974.8B.27Ba.27Bd.27c.33a.33b.

    36b, 8f

    46

    coupe à anses

    49A.49B.

    4b, 1a

    coupelle

    113.25.34a.

    9b

    autre

    9b, 5f, 2a

    CAMP-B (campanienne B)

    11

    coupe

    8b

    (1p)

    autre

    1a

    CAMP-C (campanienne C)

    12

    assiette

    5

    (1p)

    coupe

    indét.

    1b, 1f

    autre

    2b

    COT-CAT (de la côte catalane)

    25

    cruche

    Cc3.Cc9.

    2b, 1a

    52

    gobelet

    Gb1.Gb5.Gb6.Gb7.Gb10

    12b

    50, 51

    autre

    1a

    53

    COM-ETR (commune étrusque)

    27

    mortier

    3c

    6b

    6

    urne

    1c

    1b

    autre

    1b, 1f

    5

    COM-GRE (commune grecque)

    21

    chytra

    1.1a

    2b

    couvercle

    5a3.5c2

    2b

    jatte

    6.6a

    2b

    lopas

    3a1.3a4

    2b

    mortier

    7j

    4b

    19

    autre

    1b, 4f, 1a

    20

    COM-IB (commune ibérique)

    1

    autre

    1f

    COM-IT (commune italique)

    9

    caccabus

    3b

    1b

    mortier

    8

    2b

    urne

    1A

    3b, 1f (1p)

    COM-IND (commune indéterminée)

    12

    autre

    5b, 4f

    CORINT (corinthienne)

    11

    aryballe

    Alt1

    1b, 1p

    8

    kylix

    Ky1

    1b

    7

    CELT (celtique)

    3

    urne

    Périchon 2

    (3p)

    54

    GREC-OR (grecque orientale)

    267

    coupe

    Cp2a.Cp5c.Cp6b.

    9b, 11f, 27a

    13

    kylix

    KyB2.B3.KyR2.KyR5.

    31b, 2f

    11, 12, 16-18

    lampe

    indét.

    2f

    lécythe

    Lt1.

    1b

    14

    lydion

    indét.

    (1p)

    olpé

    Ol2

    1b

    stamnos

    St1

    (1p)

    petit vase fermé

    indét.

    1b

    15

    LACON (laconienne)

    6

    coupe

    Ky3

    1b

    9

    kylix

    Ky4

    1b

    10

    SIG-IT (sigillée italique)

    7

    assiette

    10.1. 18.3.

    1b, 1f

    48

    autre

    1b, 1f

    49

    SIG-SG (sigillée sud-gauloise)

    8

    assiette

    Dr15b2

    1b

    coupe

    Dr37a

    1b

    55

    coupelle

    Dr24/25b

    1b

    PET-EST (petites estampilles)

    1

    assiette

    1323

    1b

    44

    FINE INDET

    217

    autre

    15b, 10f, 5a

    Vaisselle tournée régionale

    CL-MAS (claire massaliète)

    3091

    amphore

    573.575.577

    8b, 1f

    73, 72

    assiette

    122.131

    2b

    bol

    236.321

    5b

    76

    coupe

    211.220.221.222.232-
    234.237.241.251.253.423.425.429.

    73b, 4f,

    62, 64, 66, 57-60

    coupe à anse(s)

    411-417.421-
    26.428.429.431.433.442

    88b, 3f, 15a

    56, 61, 63, 65

    cratère

    464

    1b, 2a

    cruche

    54.443.524-526.531-533.541-546

    74b, 1f, 3a

    67-71

    gobelet

    452.453

    3b, 1f

    kylix

    428

    1b

    lécythe

    551.552

    8b

    mortier

    621-623.625-627.632.633.641

    38b, 2f

    77-78

    olpé

    273.521.522

    34b, 2f, 2a

    74, 75

    passoire

    indét.

    1b

    péliké

    572.573

    5b

    plat à poisson

    121

    1b

    stamnos

    571

    1b

    urne

    464.511.514.515

    10b, 1a

    autre

    34b, 181f, 182a

    CL-REC (claire récente)

    6

    amphore

    9a

    1b

    cruche

    2b

    2b

    gobelet

    8e

    1f

    GR-MONO (grise monochrome)

    2407

    coupe plain-rim

    forme I

    16b

    80, 95

    coupe

    forme II et IIa

    122b

    81

    coupe carénée

    forme III et IIIa

    62b

    82, 89-91

    jatte à marli

    forme IV

    10b

    85, 92

    acrocup

    forme V

    28b, 1a

    86, 93

    jatte

    forme VI

    38b

    urne

    forme VII

    26b

    84, 87

    cruche

    forme VIII

    5b, 2a

    urne/élément particulier

    forme IX

    19b, 1a

    96

    forme rare

    forme X

    1b, 3f

    83

    autre

    89b, 53a, 120f, 1bv

    88, 94

    PSEUDO-AT (pseudo-attique)

    12

    coupe-skyphos

    581.608

    3b, 1a

    kylix

    541

    1b

    autre

    1b, 1a

    Vaisselle non tournée

    CNT-ALP (des Alpilles)

    416

    coupe

    8.2, 9.1

    6b

    139

    coupe-couvercle

    8.1

    9b, 2fc

    140, 141

    couvercle

    3.3, 3.4

    3b

    cruche

    2b2

    1b

    jatte

    4a1.4d1b.4d3

    5b, 1fc

    136

    oenochoé

    2b4

    4b

    143

    olpé

    2b3.2b5

    2b

    137

    plat

    4b1.4b1a.4b1b

    4b

    urne

    1a1.1a2.1a8.1a10.1a11.1b3.1c1.1c2.1c3.2c1.

    56b, 1a

    142, 138

    autre

    14b

    CNT-BER (de l’Etang de Berre)

    796

    coupe

    A1.A1b.A1c.C1.C1a.C1b.C1a. C1d.C1e.

    76b

    124-130

    coupe à anses

    A2.A2a.A2b.A2c.A2d.

    26b, 1f, 2a

    couvercle

    V1

    10b

    cruche

    A1.A3.

    17b

    jatte

    J1

    5b, 1fc

    lékané

    J2

    6b

    124

    oenochoé

    A4

    3b, 1f, 1a

    urne

    U1.U1a.U1b.U1c.

    60b

    131, 132

    autre

    16b, 21f, 5a

    CNT-CLAIRE (claire)

    17

    urne

    21.10

    2b

    134, 135

    autre

    2b

    CNT-LOR (du Languedoc oriental)

    2

    coupe à anses

    A2

    1b, 1a

    133

    CNT-PROC
    (de Provence occidentale)

    5035

    caccabé

    3410.3420

    2b

    coupe

    1210.1220.1230.1240.1310.1410.1420.1430.1440.1620.1631.1632.1640.1810.1900.1920.1930.1940.1950.2010.2020.2810.2850.4011.4820

    114b, 1f.

    102, 103, 116

    coupelle

    2220.2231.2430.2720.
    2730.2740.

    12b

    couvercle

    7010.7100.7121.7131.

    5b

    119

    faisselle

    8112.

    3b

    gobelet

    5620.

    1b, 2f.

    guttus

    8210

    1b

    jatte

    3011-3015.3021-3023.3100.3110.3121.3130.3460

    38b

    117

    lékané

    3300.3312.3321.3322.

    5b

    118

    lopas

    3511.3514.3540.

    3b

    mortier

    2911.2940.3130.

    6b

    oenochoé

    5931.5932.

    2b

    olpé

    6010.

    2b

    plat

    3211.3212.3312

    6b

    121

    urne

    4000.4011.4012.4021-4023.

    4030.4050.4122.4130.4161-

    163.4170.4210.4320.4331-

    4334.4410.4420.4430.4440.

    4450.4500.4511-4513.4520.

    4531.4532.4541-4546.4610.

    4711.4712.4800.4830.4841.

    4842.4911.4913.4914.4921-

    4927.5111.5112.5121.5124.

    5230.5140.5412.5413.5415.

    5420.5730.5740.5910.5932

    223b, 2f, 2fc

    97-101, 104-115, 120

    autre

    149b, 182f, 14a.

    122, 123

    Amphore

    A-ETR (étrusque)

    236

    amphore

    1.2

    1b

    147

    3AB

    13b

    3C

    9b, 1a

    4

    8b

    5

    4b

    autre

    3f, 12a

    A-GRE (grecque)

    27

    amphore

    Att2A-B

    3b

    148

    Chi1

    (1p)

    Cla3B

    (1p)

    Cor2A

    1f

    Lesb0

    1a

    A-GR-ITA (gréco-italique)

    89

    amphore

    Lwc

    1b

    Lwd

    3b

    157

    bd2

    6b

    157

    bd3

    2b

    bd4

    1b

    bd5

    3b

    autre

    1b, 1f, 7a

    A-IBE (ibérique)

    93

    amphore

    bd1a

    6b

    149

    bd2d

    2b

    bd4d

    1a

    150

    autre

    A-IND (indéterminée)

    79

    amphore

    autre

    31b, 6f, 29a

    A-ITA (italique)

    1

    amphore

    Dr1 bd2

    1b

    A-MAS (massaliète)

    1472

    amphore

    1

    1b, 3f

    2A

    2f

    3C

    1b

    4

    1a

    bd1

    54b

    151, 152

    bd2

    29b

    153

    bd3

    4b

    bd3/5

    5b

    154

    bd4

    5b

    155

    bd5

    5b

    bd6

    16b

    bd7

    8b

    bd8

    12b

    156

    bd9

    2b

    autre

    5b, 4f, 37a

    A-MGR (magno-grecque)

    12

    amphore

    3

    1b, 1f

    bd1

    1b

    bd2

    1b

    Dolium

    201

    dolium

    2.4.17. Bd1f.5c.6a.8c.8d.8f-8j.

    27b, 4f

    144-146

    Objets divers

    Métal

    126

    Fer

    arc de fibule

    1

    170

    ardillon de fibule

    1

    clou

    15

    épingle à tête enroulée

    1

    166

    fragment

    23 (min.)

    lame

    1

    172

    outil

    2

    plaque

    3

    scorie

    1

    spire de fibule

    1

    165

    tige

    14

    Bronze

    anneau

    1

    arc

    13

    boule ( ?)

    1

    clou à tête travaillée ( ?)

    1

    171

    fibule

    1

    fibule à bouton

    3

    167-169

    fragment

    9

    lamelle

    1

    plaque

    2

    plaque percée

    1

    pointe de flèche

    6

    158-163

    tige

    3

    Plomb

    feuille

    3

    feuille enroulée

    1

    fragment

    1

    poids de filet de pêche

    1

    173

    Lithique

    283

    bouchon

    1

    calcaire

    7

    veine de pierre ( ?)

    1

    galet

    1

    hache polie

    4

    lame de silex

    1

    meule

    9

    pierre à aiguiser

    4

    pierre ponce

    2

    pilon

    4

    pointe de flèche

    2

    roche plate ( ?)

    1

    silex

    248

    statuaire/tuile ( ?)

    1

    support ( ?)

    1

    Tabletterie

    4

    aiguille

    1

    autre

    3

    Terre cuite

    6

    jeton

    2

    peson

    2

    fusaïole

    6

    Verre

    32

    bracelet

    1

    174

    coupe

    1f

    perle

    1

    175, 176

    autre

    6b, 6f

    Prélèvement

    1

    gravillons-sable

    1

    Matériaux

    13

    terre crue/structure de stockage

    13

    6

    terre rubéfiée

    6

    35

    torchis

    35

    Restes animaux

    448

    faune

    442

    ictyofaune

    6

    Haut de page

    Notes

    1 Les archéologues mentionnent également l’existence d’un petit habitat de bas de pente à 300 mètres à l’ouest du plateau, une occupation romaine à 300 mètres au nord, une tombe sous tuile (localisation ?), une occupation protohistorique et gallo-romaine dans une vigne.

    2 Gallia 1953, p. 112 ; 1954, p. 430-431 ; 1960, p. 305 ; 1967, p. 403 ; 1969, p. 423 ; 1972, p. 518 ; 1974, p. 509 ; 1977, p. 517.

    3 La présente étude a été réalisée dans le cadre d’un Master 2 Recherche effectué à l’Université de Provence en 2006-2007, sous l’égide de J.-Ch. Sourisseau. Il fait suite à un Master 1, sous la direction de Fr. Perrin, portant sur l’étude bibliographique et historiographique du Castelet, étude préliminaire donc, effectuée à l’Université Lyon II.

    4 Madame Bert, propriétaire du mas du Castelet, nous a montré un grand nombre de monnaies recueillies sur le terrain, mêlant allègrement monnaies grecques et monnaies napoléoniennes. Elle nous a également confié qu’un chercheur aurait trouvé un trésor monétaire antique dans le puits du parc, mais ce trésor est aujourd’hui perdu.

    5 Marty 2002, 163 en référence à Gantès 1999, 368 : ce type représente entre 76,6 % et 85,7 % des formes étrusques à Marseille vers 6580 :-540.

    6 Sans inventaire de la part de L. Poumeyrol, il nous est impossible de savoir si les céramiques dont le suffixe est autre que « -42 » viennent du même lieu de fouilles ou si cela correspond à d’autres sondages, référencés ou non. Avant -750, on ne compte que 0,03 % de céramique non tournée.

    7 De vifs remerciements à Fr. Marty pour ses précieux renseignements quant à sa typologie et pour son aide lors de l’identification de nombreux tessons.

    8 Je tiens à remercier A. Beylier pour sa contribution à l’étude des flèches et ses éclaircissements, tant typologiques qu’historiques. Les flèches dont il est question, si elles commencent à apparaître dans nos contrées à la fin du VIIe s., sont produites dès le VIIIe s. av. n. è. dans le Caucase. Elles seront alors adoptées par les Grecs qui se chargeront de les diffuser plus largement. D’autres armes de ce type ont été découvertes sur Arles (sans autre précision ; Arcelin 2005, 34).

    9 L’un des plans a pour point de repère unique un amandier…qui a été coupé, sur demande de L. Poumeyrol, en 1970.

    10 Py, Raynaud 1982. Seul le sondage 01 atteste d’une fondation vers -525 alors que les sondages 01, 03, 08 et 09 présentent chacun des vestiges du Bronze final IIIb.

    11 Les prospections pédestres menées en septembre 2008 semblent confirmer la date d’apparition du Castelet 2. Toutefois, l’occupation semble se poursuivre jusqu’à la fin du Ier s. de n. è. comme l’indique, entre autres, la présence de céramiques de la côte catalane, de non tournées des ateliers des Alpilles, de sigillées sud-gauloises et italiques ou encore d’amphores massaliètes impériales, bétiques et tarraconnaises.

    12 Arcelin 2000, p. 19 : « chenal d’écoulement taillé […] et remployé à cette date dans un mur », aux environs de -500 semble-t-il, si l’on considère comme avérée l’existence de tels bâtiments publics (l’auteur lui-même émet quelques réserves).

    13 Le Service Régional de l’Archéologie de la région Provence-Alpes-Côte d’Azur a autorisé et financé des opérations archéologiques sur le domaine du Castelet : prospections pédestres en 2008, prospections géomagnétiques en 2009 et 2010, sondages et fouilles depuis 2009.Elles ont permis de déterminer plus précisément la localisation et la chronologie du site « Castelet 2 ».

    Haut de page

    Table des illustrations

    Titre Figure 1 – Localisation du Castelet parmi les sites de la basse vallée du Rhône
    Crédits D’après Garcia 2004
    URL http://journals.openedition.org/dam/docannexe/image/1947/img-1.jpg
    Fichier image/jpeg, 144k
    Titre Figure 2 – La vallée des Baux et les Alpilles
    Légende Localisation du Castelet
    Crédits DAO : H. Bohbot d’après H. Borély (CNRS/CCJ) pour Leveau, Gazenbeek 1996
    URL http://journals.openedition.org/dam/docannexe/image/1947/img-2.jpg
    Fichier image/jpeg, 140k
    Titre Figure 3 – Vue aérienne du Castelet en 1972 (rapport de fouilles 1972), prise depuis le nord-ouest.
    Légende Au centre, une partie du secteur fouillé ; au sommet du rocher, le mas avec, plus à gauche, la chapelle et l’enceinte médiévale.
    URL http://journals.openedition.org/dam/docannexe/image/1947/img-3.jpg
    Fichier image/jpeg, 444k
    Titre Figure 4 – Plan de l’oppidum d’après L. Poumeyrol (rapport de fouilles 1965)
    URL http://journals.openedition.org/dam/docannexe/image/1947/img-4.jpg
    Fichier image/jpeg, 208k
    Titre Figure 6 – Mobilier céramique
    Légende No 1-4 : bucchero nero ; no 5-6 : céramique commune étrusque ; no 7-8 : céramique corinthienne ; no 9-10 : céramique laconienne.
    URL http://journals.openedition.org/dam/docannexe/image/1947/img-5.jpg
    Fichier image/jpeg, 76k
    Titre Figure 7 – Mobilier céramique
    Légende No 11-18 : céramique grecque orientale ; no 19-20 : céramique commune grecque.
    URL http://journals.openedition.org/dam/docannexe/image/1947/img-6.jpg
    Fichier image/jpeg, 52k
    Titre Figure 8 – Mobilier céramique
    Crédits No 21-27 : céramique attique à figures noires ; no 28 : céramique attique à figures rouges.
    URL http://journals.openedition.org/dam/docannexe/image/1947/img-7.jpg
    Fichier image/jpeg, 80k
    Titre Figure 9 – Mobilier céramique
    Légende no 29 : céramique attique à figures noires (cliché L. Poumeyrol) ;no 30 : céramique attique à figures noires (cliché E. Martin-Kobierzyki) ;no 31 : céramique attique à figures rouges (cliché M. Lacanaud) ;no 32 : céramique attique à figures rouges (cliché E. Martin-Kobierzyki).
    URL http://journals.openedition.org/dam/docannexe/image/1947/img-8.jpg
    Fichier image/jpeg, 360k
    Titre Figure 10 – Mobilier céramique
    Crédits No 33-43 : céramique attique à vernis noir.
    URL http://journals.openedition.org/dam/docannexe/image/1947/img-9.jpg
    Fichier image/jpeg, 92k
    Titre Figure 11 – Mobilier céramique
    Légende No 44 : céramique de l’atelier des petites estampilles ; no 45-47 : céramique campanienne A ; no 48-49 : céramique sigillée italique ; no 50-53 : céramique de la côte catalane ; no 54 : céramique celtique (dessin P.Arcelin) ; no 55 : céramique sigillée sud-gauloise.
    URL http://journals.openedition.org/dam/docannexe/image/1947/img-10.jpg
    Fichier image/jpeg, 88k
    Titre Figure 12 – Mobilier céramique
    Légende No 56-79 : céramique à pâte claire massaliète.
    URL http://journals.openedition.org/dam/docannexe/image/1947/img-11.jpg
    Fichier image/jpeg, 160k
    Titre Figure 13 – Mobilier céramique
    Crédits No 80-96 : céramique grise monochrome.
    URL http://journals.openedition.org/dam/docannexe/image/1947/img-12.jpg
    Fichier image/jpeg, 124k
    Titre Figure 14 – Mobilier céramique
    Légende No 97-103 : céramique non tournée de Provence occidentale
    URL http://journals.openedition.org/dam/docannexe/image/1947/img-13.jpg
    Fichier image/jpeg, 56k
    Titre Figure 15 – Mobilier céramique
    Crédits No 104-115 : céramique non tournée de Provence occidentale.
    URL http://journals.openedition.org/dam/docannexe/image/1947/img-14.jpg
    Fichier image/jpeg, 88k
    Titre Figure 16 – Mobilier céramique
    Crédits No 116-123 : céramique non tournée de Provence occidentale.
    URL http://journals.openedition.org/dam/docannexe/image/1947/img-15.jpg
    Fichier image/jpeg, 56k
    Titre Figure 17 – Mobilier céramique.
    Légende No 124-132 : céramique non tournée des ateliers des rives de l’Etang de Berre ; no 133 : céramique non tournée du Languedoc oriental.
    URL http://journals.openedition.org/dam/docannexe/image/1947/img-16.jpg
    Fichier image/jpeg, 72k
    Titre Figure 18 – Mobilier céramique
    Légende No 134-135 : céramique non tournée à pâte claire.
    URL http://journals.openedition.org/dam/docannexe/image/1947/img-17.jpg
    Fichier image/jpeg, 28k
    Titre Figure 19 – Mobilier céramique.
    Crédits No 136-143 : céramique non tournée des ateliers des Alpilles.
    URL http://journals.openedition.org/dam/docannexe/image/1947/img-18.jpg
    Fichier image/jpeg, 56k
    Titre Figure 20 – Mobilier céramique.
    Légende No 144-146 : doliums.
    URL http://journals.openedition.org/dam/docannexe/image/1947/img-19.jpg
    Fichier image/jpeg, 56k
    Titre Figure 21 – Mobilier amphorique
    Légende N° 147 : amphore étrusque ; n° 148 : amphore grecque attique (dite à la brosse) ; n° 149-150 : amphore ibérique ; n° 151-156 : amphore massaliète ; n° 157 : amphore gréco-italique.
    URL http://journals.openedition.org/dam/docannexe/image/1947/img-20.jpg
    Fichier image/jpeg, 80k
    Titre Figure 22 – Mobilier métallique.
    Légende No 158 : flèche à soie ; no 159-163 : flèche à douille. (échelle 1) ; no 164 : flèche à douille (dessin Benoit 1956).
    URL http://journals.openedition.org/dam/docannexe/image/1947/img-21.jpg
    Fichier image/jpeg, 84k
    Titre Figure 23 – Mobilier métallique.
    Légende No 165-170 : fibule.
    URL http://journals.openedition.org/dam/docannexe/image/1947/img-22.jpg
    Fichier image/jpeg, 68k
    Titre Figure 24 – Mobilier divers.
    Légende No 171 : clou ouvragé en bronze ; no 172 : lame en fer ; no 173 : lest de filet de pêche ( ?) en plomb ; no 174 : fragment de bracelet en verre. (échelle 1)
    URL http://journals.openedition.org/dam/docannexe/image/1947/img-23.jpg
    Fichier image/jpeg, 68k
    Titre Figure 25 – Mobilier en verre.
    Légende No 175-176 : perle en verre opaque noir, à yeux rouges et filets blancs.
    Crédits Cliché M. Lacanaud
    URL http://journals.openedition.org/dam/docannexe/image/1947/img-24.jpg
    Fichier image/jpeg, 128k
    Titre Figure 26 – Plan des fouilles en 1974, mise au net d’un relevé de L. Poumeyrol (rapport 1974).
    URL http://journals.openedition.org/dam/docannexe/image/1947/img-25.jpg
    Fichier image/jpeg, 84k
    Titre Figure 28 – Graphique présentant les courbes des céramiques non tournées, céramiques tournées et amphores selon leur évolution durant l’âge du Fer.
    URL http://journals.openedition.org/dam/docannexe/image/1947/img-26.jpg
    Fichier image/jpeg, 108k
    Titre Figure 29 – Lit de galets de la phase 2a
    Crédits Cliché L. Poumeyrol
    URL http://journals.openedition.org/dam/docannexe/image/1947/img-27.jpg
    Fichier image/jpeg, 256k
    Titre Figure 30 – Plaque d’argile circulaire de la phase 3a, le couteau sert d’échelle
    Crédits Cliché L. Poumeyrol
    URL http://journals.openedition.org/dam/docannexe/image/1947/img-28.jpg
    Fichier image/jpeg, 388k
    Haut de page

    Pour citer cet article

    Référence électronique

    Elodie Martin-Kobierzyki, « L’établissement protohistorique du Castelet (Fontvieille, Bouches-du-Rhône) : étude d’une collection ancienne », Documents d’archéologie méridionale [En ligne], 32 | 2009, mis en ligne le 15 septembre 2013, consulté le 12 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/dam/1947

    Haut de page

    Auteur

    Elodie Martin-Kobierzyki

    doctorante ED 355, UMR 6573, Université de Provence.
    martin-kobierzyki@mmsh.univ-aix.fr

    Haut de page

    Droits d’auteur

    Tous droits réservés

    Haut de page