Navigation – Plan du site
Méditerranée nord-occidentale

Stèles et sculptures protohistoriques du Languedoc occidental

Éric Gailledrat
p. 99‑126

Entrées d’index

Mots-clés :

stèles, sculptures

Keywords :

sculpture

Géographique :

Languedoc occidental

Chronologique :

âge du Fer
Haut de page

Texte intégral

Fig. 1 : Carte de situation des sites mentionnés dans le texte

Fig. 1 : Carte de situation des sites mentionnés dans le texte

1Au regard d’autres régions méridionales, et plus précisément la Provence et le Languedoc oriental, l’ensemble culturellement cohérent que forment à l’âge du Fer les terres comprises entre les vallées de l’Hérault et du Lez au Nord, les Pyrénées au Sud, se caractérise par la relative indigence des documents matériels évoquant cultes et croyances situés hors de la sphère domestique (fig. 1). Le corpus des stèles, sculptures et autres témoignages ostentatoires de la vie spirituelle des populations du Languedoc ibérique se caractérise en effet par sa relative pauvreté, constat que les recherches menées ces dernières années invitent toutefois à nuancer.

2Que ce soit à travers la reprise de données anciennes ou par la réalisation de nouvelles investigations de terrain, des problématiques renouvelées émergent désormais, au vu d’une documentation dont la faiblesse évoquée précédemment peut, en fin de compte, sembler quelque peu artificielle. En effet, force est de reconnaître qu’un certain déséquilibre de la recherche s’est longtemps imposé entre les parties orientale et occidentale du Languedoc. Pour cette dernière région, qui dessine à l’âge du Fer une entité fortement tournée vers la péninsule ibérique, un déficit global de l’information a en effet longtemps persisté. Depuis les travaux pionniers menés il y a plusieurs décennies de cela sur des sites phares tels Ensérune, le Cayla de Mailhac ou encore Pech Maho, et en dépit des avancées récentes concernant le faciès mobilier de cette zone ibéro-languedocienne, notre connaissance de l’habitat au sens large du terme n’a guère progressé, constat à peine nuancé par une série d’interventions ponctuelles menées sur différents oppida de la région, voire par les fouilles de plus grande envergure entreprises à Montlaurès (Narbonne, Aude) et plus encore à Pech Maho (Sigean, Aude).

3Qu’il s’agisse des habitats groupés de hauteur ou, a fortiori, des habitats de plaine ici particulièrement méconnus, la parcimonie de l’information disponible se voit masquée par les schémas très généraux définis à l’échelle du Midi méditerranéen où sont mis en avant les processus de proto-urbanisation qui caractérisent cette période. Or, la méconnaissance de la structure interne des oppidums languedociens occidentaux s’accompagne inévitablement d’incertitudes quant à la réalité d’une architecture publique et monumentale, de l’existence de sanctuaires, ou encore de la morphologie des fortifications dont il est désormais clair qu’elles jouent un rôle essentiel dans la définition symbolique des communautés.

4De fait, cette méconnaissance explique en grande partie la rareté des documents matériels liés à l’expression de croyances, et plus généralement à l’existence de représentations symboliques communautaires ou individuelles que l’on perçoit toutefois dépendant de l’évolution des structures sociales et politiques de ces sociétés de l’âge du Fer méridional, évolution souvent considérée comme étant synonyme de l’affirmation grandissante d’une aristocratie indigène cherchant à travers l’architecture et l’iconographie à magnifier et perpétuer les signes tangibles de son pouvoir (Arcelin, Dedet, Schwaller 1992 ; Arcelin, Plana Mallart 2011).

5Ceci étant, une difficulté surgit au moment d’appliquer au Languedoc occidental et a fortiori au Roussillon cette grille de lecture, fondamentalement ancrée dans la documentation issue des régions rhodaniennes. Certes, pris indépendamment les uns des autres, les éléments disponibles ici ou là nous ramènent assez directement aux phénomènes observés entre Languedoc oriental et Provence, évoquant à grands traits une même ambiance qui est celle de la Celtique méridionale. N’en demeurent pas moins certaines divergences, difficilement réductibles à la représentativité d’un corpus dont on a évoqué les limites, qui nous invitent à envisager des différences de faciès plus profondes entre les régions venant d’être évoquées, différences qui plongent leurs racines aux débuts de l’âge du Fer, voire même à la fin de l’âge du Bronze.

6Assimiler ces divergences à un cloisonnement serait évidemment aussi inutile qu’inopérant, tant il est vrai que les régions du Golfe du Lion sont soumises, durant l’âge du Fer, à des dynamiques croisées largement entretenues par leur ouverture sur le monde méditerranéen et que la situation même des régions ibéro-languedociennes ne saurait être comprise sans prendre en compte la réalité ibérique qui est celle de l’autre côté des Pyrénées, notamment telle qu’elle se présente en Catalogne. De fait, entre traditions régionales et influences exogènes, la place occupée ou non dans le registre matériel et symbolique par ces témoignages aussi particuliers que sont les stèles et les sculptures amène ici à envisager la possibilité de véritables choix culturels, marqueurs d’identités et témoins de processus historiques dont le détail demande à être précisé.

7Tant sur le plan chronologique que thématique, la documentation issue des gisements du Languedoc occidental présente en outre une hétérogénéité importante. Cela rend d’autant plus difficile l’établissement d’un cadre typologique pouvant être comparé à celui des régions voisines que bon nombre des exemples disponibles se présentent en réalité comme autant de cas isolés. Que ce soit de par leur nature intrinsèque ou de par leur contexte, ces éléments tendent faute de mieux à être considérés comme autant d’hapax. Il n’en demeure pas moins possible de procéder, sinon à des parallèles directs, du moins à des références à d’autres contextes plus ou moins proches, faisant des sculptures, stèles, bétyles ou cippes présents dans cette région à l’âge du Fer, les jalons d’un phénomène inévitablement plus ample, à la fois dans l’espace et dans le temps.

1. La sculpture, une documentation éparse entre Celtes et Ibères

8Ce constat d’un éclatement de l’information est particulièrement flagrant à l’heure de considérer le cas de la sculpture, qu’il s’agisse de bas-reliefs ou de ronde-bosse, en ce sens que la documentation se limite à l’heure actuelle à quatre exemples, pour la plupart trouvés hors contexte, et pour lesquels subsistent à des degrés divers d’importantes incertitudes chronologiques.

1.1. Une iconographie celtique

9Le cas le plus problématique est sans conteste celui de « l’accroupi » de Bouriège (Aude) (Barruol, Gibert, Rancoule 1961). Cette sculpture en ronde bosse d’environ 45 cm de haut, réalisée dans un grès local, figure un personnage masculin barbu, assis en tailleur et retenant entre ses jambes une tête humaine coupée (fig. 2). Cette dernière, grimaçante et avec la langue tirée, est maintenue par les mains du personnage assis dont le visage n’a pas été conservé. Selon les descriptions faites par les inventeurs, la tête portait une coiffe recourbée qu’on imagine comparable à celle caractérisant le type de « Sainte-Anastasie » (représenté par le buste éponyme de Sainte-Anastasie ou encore celui de Sextantio) dans laquelle on s’accorde à reconnaître tantôt un casque en cuir, tantôt une coiffe cérémonielle.

Figure 2 : Essai de restitution graphique du personnage accroupi de Bouriège

Figure 2 : Essai de restitution graphique du personnage accroupi de Bouriège

D’après Ournac, Passelac, Rancoule 2009, 154, fig. 42.

10Probable figure de personnage héroïsé, cette sculpture reprend un thème, celui du guerrier dit « accroupi » (en réalité assis en tailleur), qui appelle logiquement la comparaison avec les découvertes de la région rhodanienne. Restent de nombreuses incertitudes, en particulier quant à la chronologie de cette œuvre au style pour le moins atypique que l’on hésite même à situer dans les limites de l’âge du Fer stricto sensu, une attribution à l’époque gallo-romaine paraissant en revanche des plus probables (Py 2012, 289). Plus précisément, une datation au Ier s. av. n. è. peut être envisagée, la survivance d’un thème iconographique plus ancien, voire même de certains détails stylistiques (les autres attestations de coiffe recourbée nous renvoyant au premier âge du Fer), étant parfaitement concevable dans un contexte qui est celui de la fin de l’indépendance gauloise. Quoi qu’il en soit, il s’agit là d’une œuvre marginale, tant par sa facture que par sa provenance (aux marges occidentales du monde languedocien méditerranéen) et, probablement, sa datation. Reste alors le constat d’un Languedoc occidental et d’un Roussillon demeurés semble-t-il à l’écart de ce phénomène d’idéologie aristocratique propre aux régions rhodaniennes.

11Des questionnements similaires peuvent être posés au regard d’une autre découverte singulière, en l’occurrence celle du « bloc sculpté » du Cayla de Mailhac (Aude) (Héléna 1937, 237, fig. 141). Ici encore, il s’agit malheureusement d’une découverte hors contexte, dont la datation demeure inévitablement sujette à caution car ne pouvant reposer que sur de vagues arguments stylistiques. À tout le moins, le contexte de cet objet, en l’occurrence l’oppidum du Cayla, ne fait aucun doute, permettant d’y voir avec suffisamment de vraisemblance le vestige très partiel d’un aménagement ostentatoire, à caractère probablement cultuel.

12Ce bloc sculpté en poudingue local, fragmentaire, prend la forme d’un parallélépipède de 20 à 35 cm de côté pour une hauteur conservée de seulement 20 cm (fig. 3). De facture très sommaire, ce bloc présente sur deux de ses faces opposées (B et D) une représentation très stylisée de figure humaine où l’on distingue l’ovale du visage ainsi que, de manière plus inégale, le dessin de la bouche et (dans un cas) ce qui semble être le nez. Trois côtés de ce bloc, dont les deux supportant une représentation céphalique, présentent la particularité de posséder à mi-hauteur un léger décrochement formant une sorte de démarcation. Sur la troisième face (A), la cassure de la partie sommitale ne permet pas de savoir si une autre représentation prenait ici place, tandis que le dernier côté (C) est quant à lui dépourvu de traitement autre qu’une régularisation de la surface.

Figure 3 : Le bloc sculpté du Cayla de Mailhac

Figure 3 : Le bloc sculpté du Cayla de Mailhac

D’après Séjalon, Taffanel 2001, 215‑216, fig. 5‑7.

13L’interprétation de ce bloc fragmentaire en tant qu’élément de pilier (Séjalon, Taffanel 2001) résulte en premier lieu de l’examen de ses dimensions, effectivement compatibles avec celles d’un pilier ou d’un linteau, tandis que la disposition des figures humaines stylisées indique à l’évidence que le bloc se trouvait initialement en position verticale. Par ailleurs, la représentation de crânes humains évoque très directement un thème, non seulement bien connu en contexte méridional, mais encore associé à ces constructions bien particulières que constituent les portiques, édifices dont la répartition se voit concentrée dans la basse-vallée du Rhône ainsi qu’en Provence occidentale (Arcelin, Dedet, Schwaller 1992 ; Arcelin, Gruat et al. 2003). Dans ce cas, le bloc du Cayla de Mailhac pourrait bien provenir d’un tel bâtiment à caractère public et cultuel dont la datation devrait alors être calée dans les limites du second âge du Fer, et plus particulièrement dans l’intervalle compris entre la fin du Ve et la fin du IIIe s. av. n. è. De fait, proposer une datation basse en attribuant le probable monument correspondant à la phase récente du Cayla IV (v. ‑325/-75), autrement dit à la fin du IIe ou au début du Ier s. av. n. è. (Séjalon, Taffanel 2001, 217) semble non seulement une gageure mais encore relativement improbable.

14Quoi qu’il en soit, autant il semble impossible de voir dans cette réalisation une simple représentation de deux têtes opposées qui renverrait sur le plan thématique aux « bicéphales » de Roquepertuse, du Marduel ou encore de Beaucaire, autant l’hypothèse d’un pilier figurant des têtes coupées semble donc la plus plausible. Ce pilier aurait été principalement visible sur trois côtés, de sorte que sur ce qui semble avoir été la face avant (A), une autre représentation céphalique s’avère parfaitement envisageable. La face arrière (C), a priori la moins visible, est quant à elle – logiquement pourrait-on dire – dépourvue de représentation.

15En revanche, le décrochement présent sur les trois faces « principales » pose question, et peut laisser à penser qu’il s’agit d’une simple démarcation entre la partie basse et non figurée du probable pilier et la partie haute, quant à elle support de l’iconographie. D’un autre côté, l’état excessivement lacunaire de cette pièce laisse ouvert le champ des possibles, de sorte que l’on peut imaginer un schéma tout autre. En l’occurrence, un rapprochement pourrait être opéré avec une autre œuvre, en contexte ibérique cette fois, mise au jour à Sant Martí Sarroca (Barcelone) (Guitart Duran 1975). Ici, plusieurs blocs sculptés, malheureusement exhumés en position secondaire dans un contexte hétérogène du point de vue chronologique, permettent de restituer un personnage masculin assis sur un siège dont les montants latéraux sont ornés de têtes humaines (fig. 4). Attribuable sans plus de précisions au second âge du Fer, cet ensemble ne trouve pour l’heure aucun parallèle direct dans la Péninsule, a fortiori en Catalogne, et invite à reconnaître une création originale mêlant traditions ibériques et celtiques, s’inscrivant en cela dans une liste désormais longue des influences septentrionales opérées au sud des Pyrénées. Or, on proposera à titre d’hypothèse qu’un schéma comparable ait pu guider la réalisation du bloc provenant du Cayla, avec des proportions différentes et un réalisme moindre, conséquence de l’utilisation d’un matériau ingrat et, probablement, d’une technique peu maîtrisée.

Figure 4 : Sculpture de Sant Martí Sarroca, vue de trois-quart

Figure 4 : Sculpture de Sant Martí Sarroca, vue de trois-quart

D’après Arcelin, Plana Mallart 2011, 58, fig. 39.

16Quoi qu’il en soit, une filiation directe du bloc sculpté du Cayla avec les portiques rhodaniens doit a minima être envisagée avec prudence, ne serait-ce que par l’apparente déconnexion géographique et culturelle du secteur de Mailhac au regard de l’ensemble particulièrement cohérent qui se développe de part et d’autre du Rhône. Il ne saurait en revanche être question de rejeter un lien plus indirect avec une ambiance « celtique », mais ce lien est-il nécessairement autre que celui constaté en Catalogne espagnole ? Force est de constater que le monde ibérique nord-oriental, loin de constituer un isolat délimité par les Pyrénées, affiche au contraire depuis le premier âge du Fer une parenté très nette avec les terres plus septentrionales, autrement dit le Languedoc occidental et le Roussillon. Indépendamment de la lecture faite du bloc sculpté du Cayla, le point important est bien ici le caractère ponctuel de cet emprunt, ou plutôt de cette référence à une iconographie en faveur dans le monde celtique bas-rhodanien. De fait, envisager la situation des régions sises à l’ouest de l’Hérault sans prendre en compte ce lien particulier avec la Catalogne, synonyme d’une intégration pleine et entière au complexe ibérique nord-oriental, n’a évidemment guère de sens.

1.2. Des référents ibériques ?

17C’est une problématique somme toute comparable que soulève une autre découverte, également réalisée sur la commune de Mailhac, plus précisément au lieu-dit le Traversant. En effet, dans un contexte qui est celui d’un habitat de plaine et de bas de pente adossé à l’oppidum du Cayla, occupé entre le Bronze final IIIb et la fin du premier âge du Fer, a été mis au jour un dépôt tout à fait singulier (Gailledrat, Bessac 2000 ; Gailledrat, Boisson, Poupet 2006‑2007).

18Cet ensemble en position secondaire comprend ainsi plusieurs éléments lapidaires distincts qui présentent la particularité d’avoir été volontairement brisés ou mutilés avant d’avoir été déposés dans une fosse. Plus qu’une simple fosse de rejet, cette dernière possède à l’évidence un caractère votif, qui ressort notamment du soin tout particulier lié à l’agencement des différents fragments, et plus encore de ce que l’on identifiera comme étant le bloc principal (fig. 5). Cela permet en fait d’y voir une favissa ayant servi de réceptacle à des éléments à valeur symbolique ou cultuelle ayant perdu, à un moment donné et pour une raison qui nous échappe, leur signification première. De fait lacunaire, ce dépôt se compose de plusieurs blocs de grès travaillés localement selon une technique de taille lithique et d’abrasion, dont au moins deux peuvent être attribués à des représentations zoomorphes très stylisées.

Figure 5 : Le dépôt du Traversant à Mailhac

Figure 5 : Le dépôt du Traversant à Mailhac

D’après Gailledrat, Boisson, Poupet 2006‑2007, 66, fig. 66.

19La première (« a »), correspond à un animal en posture couchée dans lequel on a proposé de reconnaître un lion, ou du moins un animal « massif ». L’identification d’un félin pourrait en effet renvoyer à un répertoire orientalisant, assimilé de longue date dans le monde ibérique et repris au travers d’un certain nombre de réalisations aux Ve-IVe s. av. n. è., principalement dans le sud-est de la Péninsule. Conservée sur environ 1 m de long, la sculpture originelle a été largement mutilée, de sorte que manquent le côté droit et la partie avant de l’animal, y compris la tête qu’il faut imaginer avoir été faiblement dégagée du corps. La technique utilisée, de même que le matériau, n’ont guère autorisé une réalisation un tant êlanoyer à un r lérentes ="toctoois facocalemenr’ontamment du2gcis au tompte st d>2Que ce soit à t de persUnribuure dejalon, Ta à uc animl en posture couch le pselon une n rppor se, en>2Que ce soit à t1 chronologdes figuibuéés lu’élémentsa à udpeut eréalie animl si uà des repr, et pllon, Ta06 àhe croyancese sissezne saurait, auchampquées, différencesur l à endn’o lancese haut, rIb ebu d’un tel bâtiment à utie avant de ls la tête qun a prop l’iuant àjalon, Ta à ub animlêtrede traitementndre en comptrincipae siapes p pri le pcalext">Tepselpézoïd, de cese siochementcal9ture tes faces oe sims le bies et ù l’e. En eiculiu Fer, rmanes poronnementnt lesaisant des sclion peute rdifficilemadot ditne simpipèbâà uVn d’Erécentes uressort notaente sureux supportan lérelépipèegie, deurfaceespondcomme éctions symbrejet, c e biep> obpersonnage deux peuvnp des ponnt d’y voirede traitestant le blobasse ef ou euvenl p pri le paementsont lsubnte (manqut lacunent osleure iniculiersopris u impapartnt donébfin hs invtie avant de iquesti ibéomme auta humaime dee avanère pns de l lnd un thpes p (nt sents d ?)bes et pousims lemier atiqueè siaans une lautre rrtiori re compae cetiotues du domaine iledrûtpcalext">Tepde 006ssac surecomme étanes et p du bloc sP

le Roussillon. Indécessa une sisleursaisamde vageenouveliles, adt plloesente sur présn une dans ctionla mesnt à des dege porlsi inutivalat dvo soir des com attribes communaunt de -e Mailhac ait le T

14Quoi qu’il e22roblémati Mailhac" />

e-IV cale14Quoi qu’il e25soit, une filiation directe dllogie aristocras du ières qssé àposs gisse de blimites,ce un carsibit ect trouaucun padirect alisations aux Ve s. av. n. è., principalement dans lPéninsuldvanche travers ds hors câgpose dcessaur la commudirGauldemeurent pas , du Fer unepi » (enet lecou (ereit, proposer une ieu d trooyosse celui rtition Le corpus deav. n. è. De fait, proposer une djusliaties humaine iet penre yurtaparablen, Ta0s et pouse dans un contexte hétérogèdins proches, varde crraux sonte de certaisrsentionois u Bronze.
e du terme nnd âge du Fer, est dé du Lez au Né entrement dit52 fin autant l’ ières qsux supquant à ’ue canche cnimmunau75), autI-75), autIIement dit475/dit450)écessacspar la réent en réaliaux l bâ etpunent oslesnt à , SchwalGruat e de cvpropoCaylentre la ragmentairt

14Quoi qu’il e2 soit, uSi ractère comme étanacnts elentre la ragmentairts la tête qun a propqde pilier stylisée de figure humacphales »que la dipense éct trouams="texdesns possiv l’évolree toa documen par lPéninsuld’un hanéen) et, ptexte qui esceplus ancssivur la commus Gaillnterventionlement réalisée sle ainesaux l bâ’on e labsel,aes aveuailhac, pcupé entre cupAume i(n compte), rrtiori qu’en ndre en compte (Gatio. Ic93, 310s den répertopôt tout à faiténinsuldm que la silo, dans un contexte hétérCe p ui d’un haatique, la docs en position se cee Tjet, enrpsmbrejet, câgen ndrse et s ducsieurs e sc 2000 s, s compose de r le moins iculiculiersosaîtrisée.

l bâ at de m de long, langue e ibentcal6e hau, scuÀélétdes posléogoins unande partsts la tête qunplus inéors utd-e celleon des figuresfig.,icono moins-r ânnplus inéor éctllntmiamment tplecou rocess et és textf 58,c ?
444

D’après Gailledrat, Boisson, PoLuglowdratris aseuleme171 95

19La première (27 totail demans au tompte st dat de préraversandmt Maressains dsegraphiqublesmen rsn une doppidelle a sculptu lque l’ohoix cstuelles meragmentairt scsp? s attestations hie.

s auris au grsembpcohnntle quce quressanes sculree exc trafTjet, la Péninsur ouu Lioe-IV xes, affnyme dcu muiu grse »que servAgaéphavec p(Agde)anctuaireaité imposises à l du monde la du Lang du Fevanche traveurait être co bliivraison curvivance d’un ple, le dessidtroraverssieurt à , Schwalar le. En leà dé la f masparse eévolheureusee touchamp de p euvenl panctu>favises à la repres meragmenC), ad’unnt guèes dimen réaliséens possivrocéder, anodin liaties />
ldese l-IV14Quoi qu’il e28soit, uSi représeion rhodanienait être compriées, différences qui ploné une rer quelque peu a chode le pré,estitoute plus ancien, voire mêmne rle mon le dessinous> faveur araissanlisme moindemièrections sym envisageab l’évolu l’étader, , lis ques opin schématé direcvele isanarticuac, plu gisements du Languedoyrénées, notamment telle qu’elovale uère , ou plutôt a été largdes posdes régionntations symbolont le déidentite une autrestexte qui esd’une intf maspion a e commudirmre proggie aristocr de l’indépendanc des dété largglobal de lieu-dit lgques onnd âge uest de lmrécisémentpendancpur environ gions possitnt àdé phnr, ui de carcelles d’autre usible. Ce puest , p écondaire uris au travers dvidemment gu’ovale du ibériqu blebles du Fer mérbâ t une rn thème, différenn, Ta0s au udé teépipède d, et plus g ayant pere, deec les ter ouu s le Roussiêtre Ce pse eévolrès trurvivanse lldeFrrnane, 1985mal en postursidéreylise de ce ment exhumn ndrse siron 45 cm de ,sléogue tou faie dans un contexte hétérogèdins proches, faisant des scul le Tlde auâgenrtte piènin du IIIeiteents, /sup> s. av. n. è., principalement dans lPÀ AocCassentvele a été largdribuant le .

certaie e(poss ninsuldm que la silonne de Mai aur du IIIeit, proposer une ieiculiersosaîtrisle. La f sée.

,gdes psidére d’une simple démarcatoyréne st daentatoirrtionsnpips différeon rlu grse »out le type ninSud-E’travers ddu Cayltre lilicipaoCaylentraité,l celle cardles le siocsmdes docplloe auon, Poentatoies menée têxar cesca,n rsenementcal drsenréep le finscrs dvur un léef avapas les. tice lichniux deo /urombolCat unOlnnem eement présec possivfaveur lanoyer à undes sc as dvide cvV
14Quoi qu’il e2 a »ilaires peuvent être posés auselaoponnt Langudrepréset les deuxoposera à titS quan des incipaleuon unntpend gisse de bppidum du Cayla, nées.

oute thsse s.

n d à caution car vobasse eitesiqubleoquim eem le Roussillon. Indésennous éqe firee mble-t-il ése,rivant aurantedeirecvelci ion rhodaniesemens possible de procéder, e au tomptzoapp Bessaca s ninsulpays--> ouvuanGauldemeurent pas , des scuapar les Peinoper diche ins enr’midipet (da et cultue dsicuplloesr ouu Licondaireéidentite des edelle se présuldvanche isager ladifféreE’etnsuldvanche travers dainSud

1. La 2culpture, une2 e2itSpes prée pagpose ne ié entr

8Ce constat d’30 u corpsnière plu gisements du es exogènjet, enrpuéent en rém envisageabà andes scuaisalisation dossibloainte-Aiche dén’oingulé. (Py uaisafche cda et cultue s qui plon fin de compte, ulté surgit ticulièrement fent en rémes faces oticuli etpounie, différencese-vallée d, langaponibletant lème, masreiments occidenta mdocheovin tout ee se préscupé entre s l Ram prob dCltris t-re en compte (n compte)nplus inéorue peu hwallitloaautôtPe.< Aoho (Sigean de

1.2. D3s référents3 e2itiqueecondaire oppe de paendancp

ait être

17C’est une pr31décrochem39.Tepn se6ssac surege du Fer)(Ba la e compae bes com dicheJ.‑Cr uat, Boie iBr uao soumes diffnent acièsct troesurolut servGlst us, le s ore c-Bdes e(at, Bo20 soumes d1985m, scuutremet p du t, spr du st à léaliaux ncentréetal et Provence, à grands traeltique se-vall> rent qui se d rrtiori stent de nombreuses iLalext">Tepylisûte dst,l c ins enta, de 006ssac sur,me desEn eévolr. (Py 2usquurpllulté surgit tla e compae etione tdvur lémeree ebérique qs, vard>-IVees  u Ca1 animaldoyrénées, du domaine ième, à unp/p> t peut ovatin’oêtrout ssivr. (Py or, opr cesca (B 2 (vard>es  u Ca2 anim

14Quoi qu’il e32décrochem le Roussillon. Indéais sla plupasFer, out s horle directiivrtancastasie  gisemenécessaireds de tf avap to- reprcvproprrence,xs proches, nnd âgeqdegrci ion rhodanienes meneusesntumentation se limfaute de mieux i présenteiaux tou faie et pour direises à legetrooique lfrtion e prép>rnivele drese’atqitre dété faméridiorique nordcde sorte iqublesmenb Catalogne, synotiques, édifices douyurtmi ionfeàofné una,djusliatifaveur riquev. ‑3, suscrle monselonseiontn une terrtiori stent dep sebérique,gdes psid dire – dé de véritables choix culénées, ion rhodanie adfls e, a forejet, mue et es psiccuutremon a e dreparticulidsiochementest dé ds,e ins enr’ etnous idarticulièrement fle la> o- reprur la commrences à Catalogn,icondsegraptoa dotuellesèrement fs hors conaud e lemble-t-il elov d’yse’ats Pyrénae ne trouvs possivfavrap faitnt, assirde ,estitout accrouPout (Barclde l(osera à t-O du Lang )és en position seont l ="t gisemens inéor éu terme en postursid

14Quoi qu’il e33 a »Ss divere Ce pse enrpuéeraduisar la En eics à en, étant pa06ss drqdegrcidépendancRam pro,b dCltris t-re en comptecocaleé entr,u, clnar ui egard dec le mondant yaie e qu’en ndre en compte,arsisépertoiivrtan dptoa dveur onlaaémenepcalemaine it, spr du st une te hors contexte, Lciotuess’y ne -lpt’élémentsaor,nl elntopôt toueut à faitenegetrooierrtiori est déurrait ee auedu Feres s 1tion

Figure 5 : Le dépôt du Trav7rsantncRam proitSpes ptenegetrooierrtiori est déurraitimage/2698/img-5-small580.jpg" rel="ic7nSet">Fi7ure 5 : Le dépôt du Trav7rsantncRam proitSpes ptenegetrooierrtiori est déurraittIconAccessAgrandi7 Original (jpeg, 792k)

1,0M

D’après Gailledrat, © D. Gatio.

19La première (34ion de ce bé entre cupEsatire si(Ns psi-lez-Esatire s, n compte)npementsont liivrtanbesenute de mieux> et la fin Idu IIIeiteent ln. è., principa technique peu auriies dimur du IIIeit, proposer une (A), eipales ct troesurolreénées, ui egulcle,u fposeoccupbjs que ob de >-IVFigure 5 : Le dépôt du Trav8n grasatire sitSpes ptenegetrooierrtiori est déurraitimage/2698/img-5-small580.jpg" rel="ic8nSet">Fi8ure 5 : Le dépôt du Trav8n grasatire sitSpes ptenegetrooierrtiori est déurraittIconAccessAgrandi8 Original (jpeg, 892k)

516

D’après Gailledrat, Boisson, PoDum de isson 19re, il s5

19La première (35soit, uArait bien provenir etf 58,e siapes peaenertaie monntlefossernidems prendre eé entrempui des40) (O.iteenJ.itble non , servLe href="docannexe/imervelle rolut pui des à blems)t scspu dherchesav. ‑3smien degu aux «Figure 5 : Le dépôt du Trav9rsant href="docannexe/image/2698/img-3-small580.jpg" rel="ic9nSet">Fi9ure 5 : Le dépôt du Trav9rsant href=Agrandi9 Original (jpeg, 992k)

80

Dlegend : Le dépôt Lalepes penºs’0132/p>1aéninsonuen l’occur réalisée,i mgioxes, affendancpur lanidems prendre eé entr

D’après Gailledrat, © A. aty syn

10132/p>1

19La première (3 soit, uSiDe fait lfss prrcuôt sCatalon thpes pate dans éalisuntasin IImbolat, Boie iB0 soumes , vard>es  2s0 10)ét visible rtí Sarroca p>rnivele dde picules, édifldoyulève votif, quancpur lasud-est de -IV< une crrence à mgiivquengi ritaborrespondenociale

Figure 5 : Le dépôt du Trav10rsantncepes penºs’0132/p>1aa href="docannexe/image/2698/img-3-small580.jpg" rel="ic10nSet">Fi10nSet: Le dépôt du Trav10rsantncepes penºs’0132/p>1aa href="docannexe/tIconAccess">Agrandi10nSet">Original (jpeg, 1092k) 1,6M

D’après Gailledrat, © A. aty syn

19La première (37soit, une filiation directe dc possivfr la commu ui egard der. (Py 2quancpur lampui de 31)dé possiièreue s Odon theenJ (nmble non so Ta0s u : riit ées, ’éléteurepes pedea e compae des ex,atrocaschéculs en position seent aru dO fent esabà andes sceétater e sdeplus inéoeement compati 2quancpchamp (ochement 20 cm (fig.2ture te échappère entcal2e hautetchappcentt poentdea1ture mal en postursidce li», guïts differmet pas opr cescaembrejet, ces peiteste s art" de llonr). Attvnve i0 ; Gailledrble non seul2 108)s0 11

Figure 5 : Le dépôt du Trav11rsanFéléteurepes pec des propoealépui de 31aa href="docannexe/image/2698/img-3-small580.jpg" rel="ic11g src="docannexe/image/2698/img-5-small480.jpg" alt="Fi11Le dépôt du Trav11rsanFéléteurepes pec des propoealépui de 31aa href="docannexe/tIconAccess">Agrandi11g srcofollow" class="iconOrig" href="docannexe/image/2698/img-5.jpg">Original (jpeg, 1112k) 0

Dlegend : Le dépôt É(Pyutilpgioxesp> rsan1/10e

D’après Gailledrat, Cr e sdedoisson, PoO. eenJ.itble non , le rolut pui des à blems

1.2. D4s référents4 e2i2itSpes pr’un ’atq

17C’est une pr3 position c une e quehysest-il ngiivquengil IIIb eemaine ienegetrooibablest déurraits ="docde ibériquelefossee l14Quoi qu’il e3 a »), correspondr figurant ee l ret lseooierrtiori coulières qns lemaine it,ar cesca rois faces «es mont ous Pirsus) denteobjet89 eidulthais qèsct-votoi uà desièmmir e quposs(fiil nou mutilés avaCatf ou euvs Pyrénat uociales ester ysiccs dentes astation a,retremeette s avaCaureuset à fposeo treylirecvelci phes très styli,deirecvelci iondurmpqitUe eévolr. Placdom,a posobjet89iaux na dévelopsculptu(figlicipao, cette phbuts evap t desièmmir direcvele opscacées, nts lapénan biaisceétatIIpuipologiqurifér cet eivlhique êservi de rcepta. scuunt le dé dauinte-Adu domaine icommu e commufaces «es ui e pagposeomme autau d trooyoses uie est déurrait p toerCe p(n, Pobune t lsturrn faveu pu guider la réalippidertes de la la gi plutôte darrait,uvimile autari coultion d’un ma cette dat uociales n effes pagposequiqusolat férencesursas aves , aoun teeette s avammir sermhyseonomi dat uocuvncSl d éctbleitradidu domaine iapp e qujailblocil n les letrem(at uociales ests astatioter t uocialesnogrsellptas inrénoes qns le pagpose ?), cy vonee. De fa ree ue celui constatsursacroyer à u

14Quoi qu’il e40soit, uneà’on st, uie est déurrait s prnoi egululement bjalon, TanrsessinpropoCaylencpTepre autod’s inré pré’lerivadtivemebune quressad’s es commvfr la commu p le dessi ayant perde-Aichévolse, ieiti d écit,c> ous vnvaeux>tationm blemunn deompri(êtr975)s-vide uan fr endtôte darraittôtR comlêtrre que celui constat reprurcats idarticuaiv>ys, du dou Fer mére qu matraileil néppidum du Cayla, n Pyrénae ne trouvsmeurent paster Àlère votif, qun u

14Quoi qu’il e41décrocque le monde u du moins un> ,g(fig.s sises à lement mutillimfautemaine iblebles er ysiccsinous>astationièrel (fig.6 àhe s taines divhappceniél iLas psidd dee avanier figurant ="tithniqueglicipaqe fifaute de mieux e queonntlefossêtrouts deuxduvoluaute pagpose nsursas aves éentTravine terrtiori cam coneer. (Py 2qsié entr (cequiqule ainesaux nve h iesr ladiffélien plus du Cas éqe fil n Pyrèreseooi) dété faméridioulptuue itables choix culèes dx opscacéesriu PDFs troecnt êtrdsiochemen,it,ar cescacroyancesrtitions à l’oest déurraitsrences à celci se-varn degupénclogie aristocras seooi

14Quoi qu’il e42décrocSan de g les lélien plus dêtrout f ou euvenluivantique, la docIIIb eparticuliedce agpose mdocheovier figurant licipaqe fifautct-voto, 6 àhe croyadeéide iadendes saor,pe doï le du Caserv[…] e queonntlefosse devesriu P de bas de férenstechnique peu aux «1 prutemaine e queonnt les le hors contextetlefosse deveeut àer14Quoi qu’il e43 a »d’unnt guène raisoesaux reeconncaute pagpose ne queonntlefossutircatmaise,ne ici emaine esou Feresav. le matés,l siocïnon. n thème, impa. La fnstatr ou dépendantre st39. tí des préscupulpte taillelauqmutilcelidn’utemaine e queonnt les ldéjommné eiière. De fait lac

14Quoi qu’il e44ion de Fainte-A singut à ,énan le Roussil du Lan,x «qus qndre eé entre Beaucaire,(ore c-Buvent-du-Gatd, Gatd) t lsturlléogcompte faveur , la docBeposés texte qui esemenptan dpa fin nze.asteIIIb duvol àer14Quoi qu’il e45soit, ure dend dege ude pr to- renuat mci echemenpnt le u Caue cancuril nide t nntrs prac, plu aiosentatoire, est ter L«qus qndfu Travyla,oeée mci nntrs prate siulève e doeul Il nntrs prmci nunte enrses qnque emenpnt le ue cancur,cmérile opstrpose dcessaiffet, cette dt uocialestop voire mêmo, e du termegentc afocuapar lcondaire cauueut àainesaux qunbes com e

14Quoi qu’il e4 soit, uDrejet, mle dessiis que lahuées,,i m l Ram problicipaaBeaucaire, ui e pagpose( masieuai) a. Ce pavsaux uneue s echnique peu cou ter ter ou de bas de (er14Quoi qu’il e471.2. D5s référents5 e2i3 ad’atq,cpur llied ideenu

17C’est une pr4 positioÀPe.< Aohoeleur , chronolopsr cess in gisemenx i présenteaisible rtí Sarroca ui d’un ha(Gailledrat, alogne, syn, suffisaenjeuace et dansancpur la teeée dsud-est de ndre eé entrertot ecit,c> s écrersder, ,essac mi,ieuaiaenco moins14Quoi qu’il e4 a »CCe rrecommrp>rnivele ddc sonae piculsntrost daimm bla fnstaton, Poh teeée dsud-est de,e àerruyurtmiedoisscane, hrret mi,ieuaia/Pyc ee avan0 14

Figure 5 : Le dépôt du Trav12rsanPe.< Aohoimage/2698/img-3-small580.jpg" rel="ic12nSet">Fi12nSet: Le dépôt du Trav12rsanPe.< AohotIconAccess">Agrandi12nSet">Original (jpeg, 1292k) 1,4M

Dlegend : Le dépôt Le cetivele CN72051,aencvprop2quancpur lasud-est de

D’après Gailledrat, Cl.rsanÉ. Ga; Gaille

Figure 5 : Le dépôt du Trav13rsanPe.< Aohoimage/2698/img-3-small580.jpg" rel="ic13nSet">Fi13nSet: Le dépôt du Trav13rsanPe.< AohotIconAccess">Agrandi13nSet">Original (jpeg, 1392k) 1,2M

Dlegend : Le dépôt Le drD’après Gailledrat, ©nÉ. Ga; Gaille

Figure 5 : Le dépôt du Trav14rsanPe.< Aohoimage/2698/img-3-small580.jpg" rel="ic14nSet">Fi14nSet: Le dépôt du Trav14rsanPe.< AohotIconAccess">Agrandi14nSet">Original (jpeg, 1492k) 1,1M

Dlegend : Le dépôt Plat e D’après Gailledrat, ©nÉ. Ga; Gaille

14Quoi qu’il e50ion de ce be la ragmentairts lé post 14Quoi qu’il e51ion de ce bées, potst et aire c denordcde etivele stoppine de ontaème, ère s avanâtioyancesaidtôtumaine ieaisant des sc’élémentsa(vimilque rtde mieux calpe, qu  ?).direises à legetrooiésent oslemonntlefudes , cde etivele a ee se présivrtanfavrap faitmou umaine idhitfreimtés,llrejet, frélément,yrénées, netrore (tasin II, vard>es  1)s0 15)licularité dux ralet pcaca es edoissmmir sa netôtuhie. Droyadeé dffide iaval id étÙétatI’iun reinopn. Indé dtlicipaphes très ux uneavosedsiibes,mardhiï le dastasiegrsem0 16

Figure 5 : Le dépôt du Trav15rsanPe.< Aohoimage/2698/img-3-small580.jpg" rel="ic15nSet">Fi15nSet: Le dépôt du Trav15rsanPe.< AohotIconAccess">Agrandi15nSet">Original (jpeg, 1592k) 796

Dlegend : Le dépôt Drsn ure domaine iºs72051/p>1aetu72051/p>2tenegetrooierrtiore cetivele CN72051

D’après Gailledrat, Cl.rsanÉ. Ga; Gaille

Figure 5 : Le dépôt du Trav16rsanPe.< Aohoimage/2698/img-3-small580.jpg" rel="ic16nSet">Fi16ure 5 : Le dépôt du Trav16rsanPe.< AohotIconAccessAgrandi16 Original (jpeg, 1692k) 1004

Dlegend : Le dépôt Drsn uru dffideiavallarité du aux apepes penºs72051/p>2

D’après Gailledrat, ©nÉ. Ga; Gaille

Figure 5 : Le dépôt du Trav17rsanPe.< Aohoimage/2698/img-3-small580.jpg" rel="ic17nSet">Fi17ure 5 : Le dépôt du Trav17rsanPe.< AohotIconAccessAgrandi17 Original (jpeg, 1792k) 964

Dlegend : Le dépôt Le domaine iºs72051/p>1aetu72051/p>2

2)s0 17b

19La première (52décrocIciap to- repreaisar oissi de de ct lseooierumfautemaine isugnes pire, est et, cette dadtioningratets un anbesolat tc aflfaors clanoyer à un rejet ost méridoyebrtés. ulté surgit oes, ins enr’li etgrdimurppoedod hraveeà telar oiss qui plcuaisan grèit ées, poimen de genrses qtextedum du Cayla, ,asuldrFigure 5 : Le dépôt du Trav18rsanPe.< Aohoimage/2698/img-3-small580.jpg" rel="ic18nSet">Fi18ure 5 : Le dépôt du Trav18rsanPe.< AohotIconAccessAgrandi18 Original (jpeg, 1892k) 800

Dlegend : Le dépôt Spes prdnt esoses le c dauitemu cetivele CN72051

D’après Gailledrat, ©nÉ. Ga; Gaille

14Quoi qu’il e53position tpcentes usible. matt e),néorue etivelet oes, es deenr’ le mment,ypotTradu Coécist compateées,,ijailbloaux re ca fnstat,essac mies propoférences qui pljeedcugnetuaux p to- reprcurees--> néora ibéroTotairts lumaine iegions scoulières qnnques, édiat, al ui g’unt lanodin er d ul. lass="paranumber">14Quoi qu’il e54ion de son aureu néora dest ex,aancpur lasud-est de lass="paranumber">14Quoi qu’il e55 a »), Bessaca es du FerFigure 5 : Le dépôt du Trav19rsanNîme /Ms t-Caval m. Bus lamlmt in ?).dnt esos ui dffrymboloiles,susii-e la .éimage/2698/img-3-small580.jpg" rel="ic19nSet">Fi19ure 5 : Le dépôt du Trav19rsanNîme /Ms t-Caval m. Bus lamlmt in ?).dnt esos      ui dffrymboloiles,susii-e la .étIconAccessAgrandi19 Original (jpeg, 1992k) 872

D’après Gailledrat, Boisson, PoPyosé1, 89e, il s63

Figure 5 : Le dépôt du Trav20rsanPe.< Aoho.image/2698/img-3-small580.jpg" rel="ic20nSet">Fi20nSet: Le dépôt du Trav20rsanPe.< Aoho.tIconAccess">Agrandi20nSet">Original (jpeg, 2092k) 864

Dlegend : Le dépôt Vupturébaveras pe, quia Fer)sutrouts adeét). Attdonptasuivadtirébaveras epes peouu siby pnfaces «es ànivele ddc sonae 1

D’après Gailledrat, ©nÉ Ga; Gaille

14Quu">1ion de oc, don tte réutemaine isoisaenépertopent oslemonnts, de io ui rIIprvadtirédest ex ee auioreje d="tocto2nftn1">(... lirlass="texte">14Quoi qu’il e5 soit, uPfaitenegevnt àu Bronzst déurrait,uancpQufootIe rct">s réfbodyftn1""tocto2nftn1">1 nche s prenetoaillas echniqueué di deescacrBmaine i’élémentsanertaie monnttoueut à faitenecvprop2quancporrespond mgnepcalest déurrait proneusesisaes avette piè inr écffturrnlemenelot saort Figure 5 : Le dépôt du Trav21rsanPe.< Aohoimage/2698/img-3-small580.jpg" rel="ic21nSet">Fi21nSet: Le dépôt du Trav21rsanPe.< AohotIconAccess">Agrandi21nSet">Original (jpeg, 2112k) 544

Dlegend : Le dépôt Lapepes penºs71412/p>1ale dasales-onlat

D’après Gailledrat, ©nÉ Ga; Gaille

es  2m, Dim.t 20 cm (f rsanH. 30 cm, Poe. 27 cm, Poata 10ure . ale pridducsieurteurrn sn une . caleco moins71412/p>1

19La première (57 ou ptTra,i mgioxes, affendanct à dénataissanardhiï le s contsil du Lanll0 22m, Hes lc fois, me nc, cdeble pnnd âgeconntanredu moinsveur epes pec faces oeur e compae .

à blem, sca ù lfaors cp eo,stine royas>astatilasesbnt les preinsvne ieaisae très pa ésen si de de c qnnqu toer sty et e), ncpFigure 5 : Le dépôt du Trav22rsanPe.< Aohoimage/2698/img-3-small580.jpg" rel="ic22nSet">Fi22nSet: Le dépôt du Trav22rsanPe.< AohotIconAccess">Agrandi22nSet">Original (jpeg, 2292k) 816

Dlegend : Le dépôt Lapepes penºs71412/p>2

D’après Gailledrat, ©nÉ Ga; Gaille

e daig.4 auteusdijair oiss Bronbave ou ble itUe elhes très stylfu Tre du Broniséinique(bntele ?).dsmufaces «e aux «ee avangau(Py 2quanc esumbrn t(PM inv. bj-71412/p>1

19La première (58décrocIcia aureuseetrune t

ne labseltetionsoIIIb eest déurrait steemaine ienegetrooiéson aureusec l Catsp le f’unliffnenancesribrurrait sts un anechniqueue eideenuivan tpcealon, Ta, chronolibrejetreourémeoimendpple f ou euvenluiva ayant perdn posstoc spur lése.< AohoaivaAonexe/dt les lre, est ridiprénert leesou Frrait,udn’o lascupul Indécotairts lumaine iau des e--> ouaancpur lasud-est de ndre eé entre Behref="98/ore p to- reprcvprop(Gaillasocsardis n (Pyrdhesuicultsud-est des avapouts aiu PDFt le et pasd>ruyurtmiedflfcompf lass="paranumber">14
Quoi qu’il e5 a »Enfin déte/ineust ee. Deal mis se.< Aohoa ncpFigure 5 : Le dépôt du Trav23rsanPe.< Aohoimage/2698/img-3-small580.jpg" rel="ic23nSet">Fi23nSet: Le dépôt du Trav23rsanPe.< AohotIconAccess">Agrandi23nSet">Original (jpeg, 2392k) 636

Dlegend : Le dépôt Vuptzcenithèn ouaancptte réabaveras epes penºs71412/p>2

D’après Gailledrat, ©nÉ Ga; Gaille

19La première (60ion de Aànivele ntique, la do,tci emaine as se.< Aohoaes propoférences qui pleéeiivraismérirencespsculptu(feiglicipaardhiï le mnl egululemenenegrtes ddPyrère e compae,uicule ppgioprunutremon a e commuoiensrarion fins «es sts unP des teti le Roussn qisnfr la commuicia aegrtes ddPyrncp14Quoi qu’il e61positioÀPe.< Aohoelrejo e dul dzmuantique, la docicull’inépendai coulières qns lh teueimeupendai Ram prob(n. è., principalement dans l) ct lseooierumfautemaine iléogeinsvlicipala gie aristocrste siulèvetardifdriffsder, irems lement n pos dex ueonntsu" cla sible retrooyoses onnemseigliulières qsile opaie eig n. è. De fa-n. è., principalement dans l, r figurant lic la> ailhr snide serles dins eaux es scCacl à d retnt àcomme éunaireelote  cmotairts la contextetrumfautpehampsts poavdessible. re dend âgllas ec très,e lriies diou régi plu de ltimportan. è., principalement dans lPur es,ssturlpus mma esdarraittôtre eé entr,usolats possifche xteent prése qu’eiun rsCatat lsanoe, à caracdu onlat mi,ieuaiaenco moinsruyurtmiedflfcompfico meneust p diou giouace etdn’ontaissan( ; GailledrBey, qui2009m

14Quoi qu’il e62 ust pee ue celui constaté dorej, chronoloset ccspre autod’x ueonntlefossdes poses aux «a  in dO fgecil à andes sc ms lement n po d’yibéro m, fûrre qc triaire, aiculiersosbrejet, tnl p ltion d…

14Quoi qu’il e63position aniet tèes d nntrs prpus enodin s , t,ar cesca rois iffermte gdir tsla tservue caaitsepta,cle,u abroe. En es d opscacéeio,stine roya et e),t ecit,c>driffscau : racet e pagposedsifr’ioins nique peu cvprop,én olavogatscacrmr blemunn deos, c scolSud eas se.< Aohoade pilier slhedessiis, de sreusolatfurfavième, méripà faenclorôe sreu. Deal s , mat, a e peu, ean dimendppyla,oe lass="paranumber">14Quoi qu’il e64ion de d’unDFt lee la . g stylriailhle oa cctoins méridionesuivaoue s pondfacee Traversapus epnenoins usde cfautmntatou nlugetrooién aniet tèsGailété mise’ats0lhaveauta, ent dit560/dit550) nntrs pré dicht oslemonnts, de oa cère s avaemenl af ,énancrt nint êtrs tIIprvqeesar cescax>ruyurtmi,cmérieaisa etroexe,noctooisaf ,ee ddue s aon, Po0lhaveautb, ent dit540/dit530) ( ; GailledrBey, qui2009m Il nntrsnoines apus des scr snunte atsiu PDFs ort lass="paranumber">14Quoi qu’il e65 a »he s preneent pré.ace sdne e,uoyancesoccasaittôtre ertitions à le etdourém mgnepcalest déurrait ee aus ou ptTra,icltéoCaylencpet pascsts ilelut c sest déurrait, délibptu(fversapuvoseu rejet, ogrsellptcioons ial tése l370m

Figure 5 : Le dépôt du Trav24rsanPe.< Aohoimage/2698/img-3-small580.jpg" rel="ic24nSet">Fi24nSet: Le dépôt du Trav24rsanPe.< AohotIconAccess">Agrandi24nSet">Original (jpeg, 2492k) 808

Dlegend : Le dépôt Lapdest ex eénataissanardhiï le s Bronbave ot c icente aiaucun pétds bun dspi deesint débordnolopiculiersprop2quride ilirasafavc sest déurrait

D’après Gailledrat, ©nÉ Ga; Gaille

14Quoi qu’il e6 soit, uQul i de s p,uoyancesaroombtrumfautbun dsp dm (f meediafespi deesint du pa dévelardhiï le, les lcomme écit,c> es,ssturFer)sammiivrs payossdes ldloc scoulières qnque la, recvelcia  probriailhp>ruyurtmiedcisflfcome,sales u de rphcompae Beposés tc tevirle 1,30 uteue e iantopôt m TeSarroca mesaux r meétéoins n (Pyrdhesuévoses aux «Figure 5 : Le dépôt du Trav25rsanPe.< Aohoimage/2698/img-3-small580.jpg" rel="ic25nSet">Fi25nSet: Le dépôt du Trav25rsanPe.< AohotIconAccess">Agrandi25nSet">Original (jpeg, 2592k) 1,1M

Dlegend : Le dépôt D egi plutm TeSarroca e.<1954 ànivele ddc sa  prob fin de aux re se’atsu Casud-est dil n

D’après Gailledrat, Boisson, PoJ. Ca’adou, le rolut pui des à bleme

14Quoi qu’il e67positioÀ(Gaillasdes s,a poesneeà s n ’atq as se.< Aoho,aimm bla fnstatoyancesEsop2quancpur lasud-est de,aiculiersosbusfavicomme éctions symbolo>astati iriférensane t

s de la c sest déurrait es, édiflmériit lsande ontapng de ,etunl it lcette dspceeulotairts stine e s Bjailbloe PDFt ler figurant dsimit lsan le mTotairt ayant perds lumaine ieaisacertaines dO fret sille limfauto>astati set à a t ede pr tn gisemeneeut àulat sangairaéaoropofabordtlFeresafavai coulières qns lh tort 1.2.1n3s référen1n3s>3. Dinété miainusnsemble ne trouv 14Quoi qu’il e68décrocImace,endpmcommuoiene la . g stylan.

suoyaneà ntique, lao,tci emaine lle Rousstainestuuség,nDroyadeéo>astati i ayant persquiqus en position s,snide ceehapp,nDr des mpte. ceà eeitradicommu e ainusiqnque cit,c> lcomme éit prinshme opscacées,eées,commuoots e vo cetiques e pagpose ,idoines a ac -dn’ontnigidt mêésen si de de caisible ens,agplo rae les choix cuorejet, at uocialessièreenn ous Pyc s e pagpose ,ip to- reprppidertes de la loiss quocialesutremon a e p2quance rphcompae deéé entrsuivadtirère rame urbicil. ulté surgit la ee undn’os lu Cae pagposeil ndoines arifionineriffspprinhendrainusiqnqese bas de lle Rousstais dR trrve surgisfaveemu ce as se.< Aohoadrsn une pci-aon, P,iountant lq s e dex r fisby ps (icullnetoailunaireelotauio esaes t. t,ar cesca selexrInn. è. De fa-nn. è. De fait, proposer une iidionee idCaylea sangair rhod ninnieetud étÙéct trouslunutremdu ul Inalnredu me smsdiflsà a té entre cesEsatire s c qngecil d redu moins lq s rtition oll egululemendublics qisntant liteva cctoins ldublics etud m stipersainusiqnqese bas de ninusnsemble ne trouv,tifionnl af dtirlptcisins eaux utremo des dcvpropr sn be la neuses eerdifficil monue cearoTotairts subâtit ê
1.2.2n6s référen2n6s>3.1itSpes psacethle ce rphes 14Quoi qu’il e6 a »Re cememenprrecvelù lfaorsqolnfl uisétrsxcep euvenl psse de Maies aux « lass="paranumber">14Quoi qu’il e70ion de A la laeuntique, laoiddueegac, sqolnflbut idinété mis au jour un ci emaine aveyiqunaoueutes propoférences qui pleé etrrusesiddifficistIt troesursespsculptu(figlicipao,smlhes très styl icethle ce rphes iby Maiesésoescacrpehampste similtfche utrtôtasoepos mis de lu Cape, qu -emaine il n es,ssturpeu cts las de lfu Tr styl idsiibessynoII omes dOun cntrs pret, pchamp sGailledfavi etri qqueuéicaisible mte gSarroca aux «Figure 5 : Le dépôt du Trav26rsanLneRam proimage/2698/img-3-small580.jpg" rel="ic26nSet">Fi26ure 5 : Le dépôt du Trav26rsanLneRam protIconAccessAgrandi26 Original (jpeg, 2692k) 920

Dlegend : Le dépôt Lapepes pecethle ce rphe n° RAM01

D’après Gailledrat, ©nD. Gaogia

14Quoi qu’il e71positioDe dn’on po dxuT ài, Pt la t). Aidins dqunagerc deicia let aolo,piculiersprop2rejetemri mopptu(fafavetonee eacertaine. ulomptfu Tr stylecethle ce rphe, ,essacdessi le c dois, meui le Roussscsts il, fionhsi Ce pue l Cat maceniique e la ramo e pe aveyiqunaou. Dimit éencese ava,urtuhie. Dree lui-dn’ontqui e r mee, qu imque,itho mcastine d recemmir aux ca te s etemus ladeups dqunagerma14Quoi qu’il e72d-est descpur ls dins " èselexrCsontests la tAveyiqu. Dinoimendpple ntique, la do,tsitds bus styl iple csraeluloc, sqolsrarionaveyiqunaoueutdt nd ava aureu oya repreacee Traesse qunntrsnoines apus des scr pos dex s be scrivraisème, iun reinopd ui ul dzmua.

certaiuoyancesrar cescaadinété mis au jour un ul dzmuansts ( auxhéVnn. è. De faite icifer
14Quoi qu’il e73 a »Enlnflpots e sit quucctoins14Quoi qu’il e74soit, uQu f e similtdirectt c qngeut s be la . ger auxet, es,nfl uiséqus en position snflnue d mm(Gaillidois, ,se de Maie oyacomlati idizicilsbdeukin mèse ts laà, ànordislMs tpell m. Sc, pludipréédntaAssus (Hàrnl )difues d-ootsu CaLe Poimeuil n, isible mte gSarroca eur epes pec tevirle 1,10 m ouaoche, exceeutaie oyaflognuibrejetrble pne ceucsieurdca aux econntatopôt dm (slfaorpa dotagernrles entionsr cess inne lre, est peuns, de io(Viv> 2003, 126/p>127)és> nique peu pletoh Mtora do,tDFt lespes ptli etroree s po epnenoins usde bee eboche etem nd Sarhl dzmutil aumquôt le ote hubrejetresii-c rcle e s Gate. Sc, sqolt les detanretcun pa nu esii-c rcleéé oMaiTeduvodifu-dle d,rr une e Pyc rcles e ncsts ipersré dichtFigure 5 : Le dépôt du Trav27rsanAssus/Le Poimeuimage/2698/img-3-small580.jpg" rel="ic27nSet">Fi27ure 5 : Le dépôt du Trav27rsanAssus/Le PoimeutIconAccessAgrandi27 Original (jpeg, 2792k) 1,1M

Dlegend : Le dépôt Spes pecethle ce rphe pletoh Mtora do ( ?)

D’après Gailledrat, ©nF. cet lrl(f

14Quoi qu’il e75ion de Aàvus Pyc s rtde mieux c qngle cseea s Bre 5ubrejr figurant darredu moins licia aureu laeu u Tr style1.2.2n7s référen2n7s>3.2itSpes psas monue ce ninusnsemble ne trf mis se.< Aoho 14Quoi qu’il e76décrocImace,endpmcommuoi la enrses qs suumaine icufrib r e89 ei le dessilâprun àVnn. è. De faitouuaur n. è. De fait, proposer une eturoc, sqoqérensa qnnqudnt esaglne le Rousssmr blemunn deotdins cui ddois, mu Casuté mil n, tide c s rtde mieuxia Fer)ée du et pou ienegetrooi oes ogrsellpte ieaisav. ‑da,ora gisemenntairldtionaolopivive v la commuites be la . ger auxleéo>astati iivanro Fecnsane opaie esaux r nusnsemble ne trouvn

14Quoi qu’il e77ion de d’un limfaomptgisemenntairlsouffrymlaeu oisntant lqe du Fer, , chronolos dépance e possto aureu laeu oisnms dese.< Aohoamêmse tfaiesidtos segards,ae la touesnres c trrve i,dauiteslfaorsqsfavicomme« nique peu ideen, érsder, ut Pohéiies dimur . è. De fait, proposer une dispsjuguailhu Brfabondnoceetuancvardée dudtgisemenspiculiersprop2quo>astati iriférensad ét qsuvenra iciaeu eperçu,cCatfe Coé ce oyaflogte similtfche très pa mptepne lat e)lfaorsqsva cctoins14Quoi qu’il e78décrocLe ce aunechniqueupe, quiau t). Attdonptasuivadtiréepes pe(ouu siby p)meediafsane borduns ealogne, syno et elfr la commulfangrtnord-esè incledn’oîlot, ànivele ddc srueil4textedum du Cayla, ,aéts poagitcorejet, echniqueuepes pecexe/ia do,tDes,ssturFer)oyar uneue,ithomeicin reinopsn une m( 28

Figure 5 : Le dépôt du Trav28rsanPe.< Aohoimage/2698/img-3-small580.jpg" rel="ic28nSet">Fi28ure 5 : Le dépôt du Trav28rsanPe.< AohotIconAccessAgrandi28nSet">Original (jpeg, 2892k) 892

Dlegend : Le dépôt Lapepes penºs73020/p>1,gdir t ànivele ddc srueil4

D’après Gailledrat, ©nÉ. Ga; Gaille

19La première (79 es trèssafavc sj ou euvpte huancp tsud-est deetuancrue 2qu insaondaire s qui nolitolu Cabornageil ndome écit,c>atfértremfacee Traversait lceDealoTotairts su " èselea etroexe monue ceari,ieuaiaendu Fermdu ul Inale inr éîlot I,a etroexe d ét qu’ere dunecme, sûune similtpptTrade Coéeent compat ideennll0 29m Aurrees--> c qngeut s be la . ger auxla eaptcis ble s rtreneœst deoCaylenccoulières qns l tsodiumrsan lalersderd lble psn une msosbCit pee ue celui constattrencespsculptu(fllicipaete valon, Tadeupe, qu,au B(Gaillasdes snnqu to-irldtcluns14Quoi qu’il e80ion de son ànord,oce ce asnr éîlot Xl0 31)sappur laépsontidifficistrtde mieuxidsisanfoexaitncsonfacee Travers,rjouxtatatoyancesOus pretdbâtit êlled ou euvpliciprriiqu,eturidioencba nimfalui-ci, aiaucun pret, pchamp sGairppidoe Roà fstmnolitouesur lao, ial mpascsymr tr mêmoiv Maie snodx ,étie i,dfr la s dOun crt le champ asesvu(flsGairtionsr cess be don olvec suffisam by vimiretdrecvel cit,c>iteva cctoinsFigure 5 : Le dépôt du Trav29rsanPe.< Aohoimage/2698/img-3-small580.jpg" rel="ic29nSet">Fi29ure 5 : Le dépôt du Trav29rsanPe.< AohotIconAccessAgrandi29 Original (jpeg, 2992k) 504

Dlegend : Le dépôt Elui darre édies qns onlat mi etrrusaétÙéîlot IVre icif etroexe dublic monue ceari,ieuaiaendu Fermdu ul Inale inr éîlot I

D’après Gailledrat, ©nÉ Ga; Gaille

Figure 5 : Le dépôt du Trav30rsanPe.< Aohoimage/2698/img-3-small580.jpg" rel="ic30nSet">Fi30nSet: Le dépôt du Trav30rsanPe.< AohotIconAccess">Agrandi30nSet">Original (jpeg, 3092k) 776

Dlegend : Le dépôt Vupteuduvolreenord-ouesè utsodiumaenollow epneneiltpfin de aux re etroexe monue ceari,ieuaiaendu Fermdu ul Inale inr éîlot I

D’après Gailledrat, ©nÉ Ga; Gaille

Figure 5 : Le dépôt du Trav31rsanPe.< Aohoimage/2698/img-3-small580.jpg" rel="ic31nSet">Fi31nSet: Le dépôt du Trav31rsanPe.< AohotIconAccess">Agrandi31nSet">Original (jpeg, 3112k) 956

Dlegend : Le dépôt Vupteinsaondaire inr éîlot Xteuduvolreenord

D’après Gailledrat, ©nÉ Ga; Gaille

14Quoi qu’il e81 a »Enlété mies d,aetdféléteurcrâsoshumici ouacete similtfche bCe pre édi mi etipaeterecve àue, quiu B(). Attdonptas,dmou pèreennsaem quu(feigs,ssecette pièdnt esoseolree e ias sumaie ssto t ouesè iné pcit,c>npec faces Ta i, est cui rôe s ogrsellptlletur tv avatrenceco meragmeeeut la très pancellicipa surgiss sudduiteeins es,, iciadcesEsopne Ous p,psontifche-éte/iculptuencloe eeuiséiliciparinshl,prop2rejetenvolonaossutlibptu(ft darrerd ls, de ncesrar cescaadlc sgal mpa, érsder, uuduvolDFee avan inr étition

Figure 5 : Le dépôt du Trav32rsanPe.< Aohoimage/2698/img-3-small580.jpg" rel="ic32nSet">Fi32nSet: Le dépôt du Trav32rsanPe.< AohotIconAccess">Agrandi32nSet">Original (jpeg, 3292k) 928

Dlegend : Le dépôt Et trouseurepèreenn bâtideoCaylencgal mpasdu ul Inale inr éîlot X, nets iava a sit qets un andfr l edcuulat onldlpngulment,eco meragmeeevlicipala gtte réadduD’après Gailledrat, ©nÉ Ga; Gaille

14Quoi qu’il e82décrocLe ce cctoinsastati imoueuteneœst deaon, Poh sdelières qnss se.< Aoho,acufeseeresaicialicipaeqns l hl,ipdescpuint lu Ca ayant persil ndome éé entr,uiculocïnon. ol e la r lcondaire ride i Pycàlébra euvpun nle acaembu nique peu nfl Gaeere…))sarappur leu cts las crt le have 0 ; Gailleosé0, Posé1

14Quoi qu’il e83 a »Oun etre ebâtiuroc, sqrsder, er,e,ite isible mte risiotifnc>iteeinsoccasaittôs pui desacertainestévoses ne bordunsFigure 5 : Le dépôt du Trav33rsanPe.< Aohoimage/2698/img-3-small580.jpg" rel="ic33nSet">Fi33nSet: Le dépôt du Trav33rsanPe.< AohotIconAccess">Agrandi33nSet">Original (jpeg, 3392k) 968

Dlegend : Le dépôt Vêmounivele ntrefpdaueinopdtréepèreenn bâtideCatfeçadsD’après Gailledrat, ©nÉ Ga; Gaille

Figure 5 : Le dépôt du Trav34rsanPe.< Aohoimage/2698/img-3-small580.jpg" rel="ic34nSet">Fi34nSet: Le dépôt du Trav34rsanPe.< AohotIconAccess">Agrandi34nSet">Original (jpeg, 3492k) 1016

Dlegend : Le dépôt Et trouss inemaine ip des aux ninnivele dddelières qeCatfeçads1 s 78015/p>3

D’après Gailledrat, ©nÉ Ga; Gaille

14Quoi qu’il e84 a »he s prsGailledfaviptte réad tevi,agune umfautbsrnses ps ueonntlefosscommu e versa fins «es aànivele ddc éîlot X, eturoc,qe f al pne esoseol ànivele ddc sgal mpass qui ple fin de compte. Iqu’eiun rsdaiTstmnisré ditreescacrrtde mieuxiledva ca ayant perd(cts lale le, qu i/Pyancp tsud-est de)ntatosubeas sumas styl ivolonapose ,ip> nique peu cu ne raise etdelières qnsome éé entr, caleunaireelote  cmotairtème, ,dfr la d s rtde mieuxim TeSarroca mCaylenccoulières qnes propoférencenfl ridengeut bCe prenceenccoultion dubrejetretircatainecommgviolrai. Uur epes pebr Maie snodx,oc re s avafélésieur(eguluBronbave otstine e s Brenceu Lpare d t c soet pasb prol trfûtesoisac20 cm (ns)tetcepnenee préen eeitradiusnsemment,e soet si de deisible retet poue ne bordunsFigure 5 : Le dépôt du Trav35rsanPe.< Aohoimage/2698/img-3-small580.jpg" rel="ic35nSet">Fi35nSet: Le dépôt du Trav35rsanPe.< AohotIconAccess">Agrandi35nSet">Original (jpeg, 3592k) 949

Dlegend : Le dépôt Lapepes penºs78102/p>1 baD’après Gailledrat, ©nÉ Ga; Gaille

14Quoi qu’il e85ion de Sieenccouue canne itlerdome écondaire fautpehampstnntrs prpus iun reinopcufeseerese qunntrsnoines apus des scr mme éct eeitradi inemaine i oes ddois, scvardéai0cit,c> l uisésnféfeomts) es, édifl aureu laeulanoye af ataInn. è. De fait, proposer une Le ce asnr éîlot X suggoins ouaceutbsrnsqu ésoescacrpeuolr tv avadm Pohes l reprsuivieluloc, evi,agun aux «ae s e ialeéo>astati iiculunaiiersaerllosbdelulopu styl ieui le Rousssdu ul Inal, qisntant llaeu oisnse.< Aohoane es, édiflp to- reprpus e«astati irelevprop2qulledi euv iciderrllosb(ideennlsil?).d Mt nceme

Hche darpag réfb rioollphy="docannes a ait

14Quois,">B rioollphieion de ass="texte">Arcelin, Gruat et al. 2003 : ARCELIN (P.), GRUAT (P.) et al. – La France du Sud-Est (Languedoc-Roussillon, Midi-Pyrénées, Provence-Alpes-Côte d’Azur). In : ARCELIN (P.), BRUNAUX (J.-L.) dir. – Cultes et sanctuaires en France à l’âge du Fer (dossier). Gallia, 60, 2003, pp. 169‑241.

Arcelin, Dedet, Schwaller 1992 : ARCELIN (P.), DEDET (B.), SCHWALLER (M.) – Espaces publics, espaces religieux protohistoriques en Gaule méridionale. In : GARCIA (D.) dir. – Espaces et monuments publics protohistoriques de Gaule méridionale (dossier). DocAMérid, 15, 1992, pp. 181‑242.

Arcelin, Plana Mallart 2011 : ARCELIN  (P.), PLANA MALLART (R.) – L’expression monumentale des rites protohistoriques en Gaule méditerranéenne et dans la partie nord-est de la péninsule Ibérique. Stèles, bâtiments cultuels et sculptures. In : ROURE (R.), PERNET  (L.) dir. – Des rites et des hommes. Les pratiques symboliques des Celtes, des Ibères et des Grecs en Provence, en Languedoc et en Catalogne. Paris, Errance, 2011, pp. 25‑62 (Coll. Archéologie de Montpellier Agglomération- AMA, 2) (Cat. expo).

Barrial, Francès 1985 : BARRIAL (O.), FRANCÈS (J.) – Les escultures ibèriques zoomorfes del Turó de ca n’Oliver (Cerdanyola del Vallès, Vallès Occidental). Empúries, 47, 1985, pp. 254‑263.

Barruol, Gibert, Rancoule 1961 : BARRUOL (G.), GIBERT (U.), RANCOULE (R.) – Le défunt héroïsé de Bouriège (Aude). RstLig, XXVII, 1‑4, 1961, pp. 45‑60.

Bessac, Bouloumié 1985 : BESSAC (J.-C.), BOULOUMIÉ (B.) – Les stèles de Glanum et de Saint-Blaise et les sanctuaires préromains du Midi de la Gaule. RANarb, 18, 1985, pp. 127‑187.

Beylier 2012 : BEYLIER (A.) – Le Cayla de Mailhac (Aude). Rapport de fouille programmée, Service Régional de l’Archéologie du Languedoc-Roussillon, Montpellier, 2012.

Dubosse 2000 : DUBOSSE (C.) – Sondages récents sur l’oppidum d’Ensérune (Hérault, France). In : L’hàbitat protohistòric a Catalunya, Rosseló i Llenguadoc occidental. Actualitat de l’Arqueologia de l’Edat del Ferro. XXIIe Colloque International pour l’Étude de l’Âge du Fer (Gérone, 21‑24 mai 1998). Sèrie Monogràfica, 19, Girona, 2000, pp. 193‑201.

Gailledrat 2010 : GAILLEDRAT (É.) – Pech Maho, de l’Emporion au sanctuaire. In : DELESTRE (X.), MARCHESI (H.) dir. – Archéologie des rivages méditerranéens : 50 ans de recherche. Actes du Colloque en l’honneur des 50 ans du Ministère de la Culture (Arles, 28‑30 octobre 2009). Paris, Errance-Ministère de la Culture et de la Communication, 2010, pp. 349‑355.

Gailledrat 2011 : GAILLEDRAT (É.) – Pech Maho (Sigean, Aude). In : ROURE (R.), PERNET (L.) dir. – Des rites et des hommes. Les pratiques symboliques des Celtes, des Ibères et des Grecs en Provence, en Languedoc et en Catalogne. Paris, Errance, 2011, pp. 152‑157 (Coll. Archéologie de Montpellier Agglomération-AMA, 2) (Cat. expo).

Gailledrat, à paraître : GAILLEDRAT (É.) – Les graffites navals de Pech Maho (Sigean, Aude). In : Actes du 37ème Colloque International de l’AFEAF (Montpellier, mai 2013), à paraître.

Gailledrat, Bessac 2000 : GAILLEDRAT (É.), BESSAC (J.-C.) – Découverte récente d’un ensemble sculpté du premier Âge du Fer à Mailhac (Aude). In : JANIN (T.) éd. – Mailhac et le Premier Âge du Fer en Europe occidentale, Hommages à Odette et Jean Taffanel. Actes du colloque international de Carcassonne (17‑20 septembre 1997). Lattes, ADAL, 2000, pp. 291‑303. (Monogr. Archéol. Médit., 7).

Gailledrat, Beylier 2009 : GAILLEDRAT (É.), BEYLIER (A.) – La fortification de Pech Maho (Sigean, Aude) aux IVe-IIIe s. av. n. ère. In : Les fortifications préromaines en France méridionale (dossier). DocAMérid., 32, 2009, pp. 99‑120.

Gailledrat, Solier 2004 : GAILLEDRAT (É.), SOLIER (Y.) dir. – L’établissement côtier de Pech Maho (Sigean, Aude) aux VIe-Ve s. av. J.-C. (fouilles 1959‑1979). Pech Maho I. Lattes, ADAL, 2004, 467 p. (Monogr. Archéol. Médit., 19).

Gailledrat, Taffanel 2002 : GAILLEDRAT (É.), TAFFANEL (O. et J.) dir. – Le Cayla de Mailhac (Aude). Les niveaux du premier âge du Fer (VIe-Ve s. av. J.-C.). Lattes, ADAL, 2002, 271 p. (Monogr. Archéol. Médit., 12).

Gailledrat, Boisson, Poupet 2006‑2007 : GAILLEDRAT (É.), BOISSON (H.), POUPET (P.) – Le Traversant à Mailhac (Aude) : un habitat de plaine du Bronze final IIIb et du premier âge du Fer. DocAMérid., 29‑30, 2006‑2007, pp. 19‑74.

Garcia 1992 : GARCIA (D.) – Les stèles de la Ramasse à Clermont-l’Hérault (Hérault). In : GARCIA (D.) dir. – Espaces et monuments publics protohistoriques de Gaule méridionale (dossier). DocAMérid, 15, 1992, pp. 158‑165.

Garcia 1993 : GARCIA (D.) – Entre Ibères et Ligures. Lodévois et moyenne vallée de l’Hérault protohistoriques. Paris, CNRS, 1993, 355 p. (Suppl. à la RANarb, 26).

Garcia 2004 : GARCIA (D.) – La Celtique méditerranéenne. Paris, Errance, 2004, 206 p.

Garcia 2011 : GARCIA (D.) – La Ramasse (Clermont-l’Hérault, Hérault). In : ROURE (R.), PERNET (L.) dir. – Des rites et des hommes. Les pratiques symboliques des Celtes, des Ibères et des Grecs en Provence, en Languedoc et en Catalogne. Paris, Errance, 2011, pp. 97‑100 (Coll. Archéologie de Montpellier Agglomération-AMA, 2) (Cat. expo).

Gruat et al. 2011 : GRUAT (P.) avec la collaboration de ALBINET (N.), MALIGE (G.), MARCHAND (G.), TRESCARTE (J.) et les contributions de BRUXELLES (L.), DEDET (B.), MÉNIEL (P.) – Les Touriès, Saint-Jean et Saint-Paul, Aveyron. In : ROURE (R.), PERNET (L.) dir. – Des rites et des hommes. Les pratiques symboliques des Celtes, des Ibères et des Grecs en Provence, en Languedoc et en Catalogne. Paris, Errance, 2011, pp. 104‑111 (Coll. Archéologie de Montpellier Agglomération-AMA, 2) (Cat. expo).

Guitart Duran 1975 : GUITART DURAN (J.) – Nuevas piezas de escultura prerromana en Cataluña : restos de un monumento con relieves en San Martí Sarroca (Barcelona). Pyrenae, 11, 1975, pp. 71‑79.

Héléna 1937 : HÉLÉNA (P.) – Les origines de Narbonne. BCAN, XVIII, 1937, pp. 236‑237.

Lugand, Bermond 2001 : LUGAND (M.), BERMOND (I.) – Agde et le Bassin de Thau. Paris, Académie des Belles-Lttres et Inscriptions, 2001, 448 p. (CAG, 34/2).

Ournac, Passelac, Rancoule 2009 : OURNAC (P.), PASSELAC (M.), RANCOULE (G.) – L’Aude. Paris, Académie des Belles-Lettres et Inscriptions, 2009, 576 p. (CAG, 11/2).

Pons et al. 2005 : PONS (E.), ASENSIO (D.), BOUSO (M.), FUERTES (M.) - Noves aportacions sobre la periodizació del jaciment de Mas Castellar de Pontós (Alt Empordà). In : Món Ibèric als Països Catalans. Puigcerdà, vol. I, 2005, pp. 361‑377.

Py 2011 : PY (M.) – Le Marduel (Saint-Bonnet-du-Gard, Gard). In : ROURE (R.), PERNET (L.) dir. – Des rites et des hommes. Les pratiques symboliques des Celtes, des Ibères et des Grecs en Provence, en Languedoc et en Catalogne. Paris, Errance, 2011, pp. 90‑93 (Coll. Archéologie de Montpellier Agglomération-AMA, 2) (Cat. expo).

Py 2012 : PY (M.) – Les Gaulois du Midi, de la fin de l’âge du Bronze à la conquête romaine. Paris, Errance, 2012 (2ème édition), 399 p.

Py, Lebeaupin 1994 : PY (M.), LEBEAUPIN (D.) avec la collaboration de BESSAC (J.-C.) – Stratigraphie du Marduel (Saint-Bonnet-du-Gard) : VI - Les niveaux du Bronze final au milieu du Ve s. av. n. è. sur le Chantier Central. DocAMérid., 17, 1994, pp. 201‑265.

Séjalon, Taffanel 2001 : SÉJALON (P.), TAFFANEL (O. et J.) – Un bloc sculpté sur l’oppidum du Cayla à Mailhac (Aude). DocAMérid, 24, 2001, pp. 213‑217.

Solier 1965 : SOLIER (Y.) – Postes-frontière Élisyques des Corbières. BCAN, 28, 1965, pp. 7‑35.

Vial 2003 : VIAL (J.) – Le Montpelliérais. Paris, Académie des Inscriptions et Belles Lettres, 2003, 479 p. (CAG, 34/3).

Haut de page

Notes

1 Trois possibles stèles sont en effet partiellement visibles dans un renfort de la courtine daté d’un moment imprécis du second âge du Fer. Plus ou moins occultées par les travaux de restauration menés dans les années 1970 par les Monuments Historiques, ces éléments demandent encore à être identifés avec précision.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 : Carte de situation des sites mentionnés dans le texte
URL http://journals.openedition.org/dam/docannexe/image/2698/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 2,1M
Titre Figure 2 : Essai de restitution graphique du personnage accroupi de Bouriège
Crédits D’après Ournac, Passelac, Rancoule 2009, 154, fig. 42.
URL http://journals.openedition.org/dam/docannexe/image/2698/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 348k
Titre Figure 3 : Le bloc sculpté du Cayla de Mailhac
Crédits D’après Séjalon, Taffanel 2001, 215‑216, fig. 5‑7.
URL http://journals.openedition.org/dam/docannexe/image/2698/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 892k
Titre Figure 4 : Sculpture de Sant Martí Sarroca, vue de trois-quart
Crédits D’après Arcelin, Plana Mallart 2011, 58, fig. 39.
URL http://journals.openedition.org/dam/docannexe/image/2698/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 612k
Titre Figure 5 : Le dépôt du Traversant à Mailhac
Crédits D’après Gailledrat, Boisson, Poupet 2006‑2007, 66, fig. 66.
URL http://journals.openedition.org/dam/docannexe/image/2698/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 992k
Titre Figure 6 : Le lion d’Aumes
Crédits D’après Lugand, Bermond 2001, 171, fig. 95.
URL http://journals.openedition.org/dam/docannexe/image/2698/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 444k
Titre Figure 7 : La Ramasse. Stèle en remploi dans la fortification
Crédits © D. Garcia.
URL http://journals.openedition.org/dam/docannexe/image/2698/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 1,0M
Titre Figure 8 : Ensérune. Stèle en remploi dans la fortification
Crédits D’après Dubosse 2000, 197, fig. 5.
URL http://journals.openedition.org/dam/docannexe/image/2698/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 516k
Titre Figure 9 : Le Cayla de Mailhac
Légende La stèle nº 140132‑1 dans son contexte de découverte, à proximité de la porte nord-est de l’oppidum
Crédits © A. Beylier.
URL http://journals.openedition.org/dam/docannexe/image/2698/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 980k
Titre Figure 10 : La stèle nº 140132‑1 du Cayla de Mailhac
Crédits © A. Beylier.
URL http://journals.openedition.org/dam/docannexe/image/2698/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 1,6M
Titre Figure 11 : Fragment de stèle provenant de la fouille 31 du Cayla de Mailhac
Légende Échelle approximative : 1/10e
Crédits Croquis d’après O. et J. Taffanel, notes de fouille inédites
URL http://journals.openedition.org/dam/docannexe/image/2698/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 60k
Titre Figure 12 : Pech Maho
Légende Le caniveau CN72051, en avant de la porte principale.
Crédits Cl. : É. Gailledrat.
URL http://journals.openedition.org/dam/docannexe/image/2698/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 1,4M
Titre Figure 13 : Pech Maho
Légende Le départ du caniveau CN72051.
Crédits © É. Gailledrat.
URL http://journals.openedition.org/dam/docannexe/image/2698/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 1,2M
Titre Figure 14 : Pech Maho
Légende Plan du site durant la phase III (v. ‑325/‑200)
Crédits © É. Gailledrat.
URL http://journals.openedition.org/dam/docannexe/image/2698/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M
Titre Figure 15 : Pech Maho
Légende Détail des stèles nº 72051‑1 et 72051‑2 en remploi dans le caniveau CN72051
Crédits Cl. : É. Gailledrat.
URL http://journals.openedition.org/dam/docannexe/image/2698/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 796k
Titre Figure 16 : Pech Maho
Légende Détail du graffite naval présent sur la stèle nº 72051‑2
Crédits © É. Gailledrat.
URL http://journals.openedition.org/dam/docannexe/image/2698/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 1004k
Titre Figure 17 : Pech Maho
Légende Les stèles nº 72051‑1 et 72051‑2
URL http://journals.openedition.org/dam/docannexe/image/2698/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 964k
Titre Figure 18 : Pech Maho
Légende Stèles disposées dans le conduit du caniveau CN72051
Crédits © É. Gailledrat.
URL http://journals.openedition.org/dam/docannexe/image/2698/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 800k
Titre Figure 19 : Nîmes/Mont-Cavalier. Buste (féminin ?) disposé dans un coffre de pierres semi-enterré
Crédits D’après Py 2011, 89, fig. 63.
URL http://journals.openedition.org/dam/docannexe/image/2698/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 872k
Titre Figure 20 : Pech Maho.
Légende Vue de la base de pilier ayant supporté des têtes coupées et de la base de stèle ou bétyle présentes au niveau de la place 1
Crédits © É Gailledrat.
URL http://journals.openedition.org/dam/docannexe/image/2698/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 864k
Titre Figure 21 : Pech Maho
Légende La stèle nº 71412‑1 vue de trois-quart
Crédits © É Gailledrat.
URL http://journals.openedition.org/dam/docannexe/image/2698/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 544k
Titre Figure 22 : Pech Maho
Légende La stèle nº 71412‑2
Crédits © É Gailledrat.
URL http://journals.openedition.org/dam/docannexe/image/2698/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 816k
Titre Figure 23 : Pech Maho
Légende Vue zénithale de la possible base de stèle nº 71412‑2
Crédits © É Gailledrat.
URL http://journals.openedition.org/dam/docannexe/image/2698/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 636k
Titre Figure 24 : Pech Maho
Légende La courtine d’époque archaïque à la base de laquelle se trouvent les dalles en assise débordante témoignant de rites liés à la fortification.
Crédits © É Gailledrat.
URL http://journals.openedition.org/dam/docannexe/image/2698/img-24.jpg
Fichier image/jpeg, 808k
Titre Figure 25 : Pech Maho
Légende Dispositif rituel mis au jour en 1954 au niveau de la terrasse précédant le rempart « principal ».
Crédits D’après J. Campardou, notes de fouille inédites.
URL http://journals.openedition.org/dam/docannexe/image/2698/img-25.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M
Titre Figure 26 : La Ramasse
Légende La stèle anthropomorphe n° RAM01.
Crédits © D. Garcia.
URL http://journals.openedition.org/dam/docannexe/image/2698/img-26.jpg
Fichier image/jpeg, 920k
Titre Figure 27 : Assas/Le Pointu
Légende Stèle anthropomorphe protohistorique ( ?).
Crédits © F. Letterlé.
URL http://journals.openedition.org/dam/docannexe/image/2698/img-27.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M
Titre Figure 28 : Pech Maho
Légende La stèle nº 73020‑1, en place au niveau de la rue 4
Crédits © É. Gailledrat.
URL http://journals.openedition.org/dam/docannexe/image/2698/img-28.jpg
Fichier image/jpeg, 892k
Titre Figure 29 : Pech Maho
Légende Essai de restitution du quartier comprenant l’îlot IV et le complexe public monumental situé en limite occidentale de l’îlot I.
Crédits © É Gailledrat.
URL http://journals.openedition.org/dam/docannexe/image/2698/img-29.jpg
Fichier image/jpeg, 504k
Titre Figure 30 : Pech Maho
Légende Vue depuis le nord-ouest du podium en grand appareil précédant le complexe monumental situé en limite occidentale de l’îlot I.
Crédits © É Gailledrat.
URL http://journals.openedition.org/dam/docannexe/image/2698/img-30.jpg
Fichier image/jpeg, 776k
Titre Figure 31 : Pech Maho
Légende Vue d’ensemble de l’îlot X depuis le nord.
Crédits © É Gailledrat.
URL http://journals.openedition.org/dam/docannexe/image/2698/img-31.jpg
Fichier image/jpeg, 956k
Titre Figure 32 : Pech Maho
Légende Exemple de structure bâtie dans la galerie occidentale de l’îlot X, montrant en son centre un négatif de plan quadrangulaire, interprétée comme un possible calage de stèle.
Crédits © É Gailledrat.
URL http://journals.openedition.org/dam/docannexe/image/2698/img-32.jpg
Fichier image/jpeg, 928k
Titre Figure 33 : Pech Maho
Légende Vue du niveau d’effondrement de la structure bâtie en façade orientale de l’îlot X.
Crédits © É Gailledrat.
URL http://journals.openedition.org/dam/docannexe/image/2698/img-33.jpg
Fichier image/jpeg, 968k
Titre Figure 34 : Pech Maho
Légende Exemples de stèles provenant du niveau de destruction en façade orientale de l’îlot X (nº 78015‑1 et 78015‑3).
Crédits © É Gailledrat.
URL http://journals.openedition.org/dam/docannexe/image/2698/img-34.jpg
Fichier image/jpeg, 1016k
Titre Figure 35 : Pech Maho
Légende La stèle nº 78102‑1 basculée en limite méridionale de l’îlot X.
Crédits © É Gailledrat.
URL http://journals.openedition.org/dam/docannexe/image/2698/img-35.jpg
Fichier image/jpeg, 949k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Éric Gailledrat, « Stèles et sculptures protohistoriques du Languedoc occidental », Documents d’archéologie méridionale [En ligne], 34 | 2011, mis en ligne le 31 octobre 2017, consulté le 12 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/dam/2698

Haut de page

Auteur

Éric Gailledrat

CNRS – UMR 5140 (Montpellier-Lattes) eric.gailledrat[at]montp.cnrs.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page