Navigation – Plan du site
Méditerranée nord-occidentale

Stèles en remploi et fortification primitive à Saint-Blaise

Sandrine Duval et Jean Chausserie-Laprée
p. 205-240

Entrées d’index

Mots-clés :

fortification, stèles

Keywords :

fortification, stele, stela

Chronologique :

âge du Fer
Haut de page

Texte intégral

1. Introduction

1Au cours des deux dernières décennies, plusieurs bilans ou synthèses ont permis d’établir une certaine unité des pratiques cultuelles des Gaulois du Midi, qu’elles soient collectives ou intégrées à la sphère domestique (Garcia 1992 ; Arcelin, Brunaux 2003 ; Goudineau 2006 ; Roure, Pernet 2011). Au sein de la basse Provence occidentale, les trois habitats protohistoriques importants de la région de Martigues, Saint-Blaise, Saint-Pierre et l’Île de Martigues (fig. 1), ont fait tous trois l’objet de travaux portant spécifiquement sur la question des stèles votives de pierre (Bessac, Bouloumié 1985 ; Bessac, Chausserie-Laprée 1992 ; Chausserie-Laprée 2003). Au-delà du grand nombre de monolithes que chacun de ces sites a livrés, ils ont également permis de mettre en évidence une certaine identité de cette micro-région du sud-ouest de l’étang de Berre, à travers d’une part la typologie des stèles recensées et d’autre part la présence au sein de ces trois habitats de blocs d’un type particulier, en forme de croissant (Chausserie-Laprée 2011, 192). Par leur occupation ancienne, remontant aux VIe et Ve s. av. J.‑C., ils offrent en outre la possibilité d’approcher la question de la chronologie de ces monolithes, toujours débattue et principalement abordée à travers l’étude des conditions et de la période de leur remploi au sein des fortifications.

Figure 1 : Localisation du site de Saint-Blaise

Figure 1 : Localisation du site de Saint-Blaise

Rel. et DAO : S. Duval

  • 1 Rolland 1951a, 42 ; 1956, 20, fig. 7, 41 ; Bouloumié 1984, 90‑94 ; Bessac, Bouloumié 1985, 127‑187  (...)
  • 2 On doit noter tout de même que les dernières synthèses sur le sujet (Arcelin, Brunaux 2003, 192‑193 (...)

2Dans ce contexte, l’habitat de Saint-Blaise occupe une place particulière. La présence de ces stèles est un fait déjà bien documenté 1. Selon l’étude qui nous sert ici de référence (Bessac, Bouloumié 1985), Saint-Blaise aurait livré plus de cent soixante stèles ou blocs travaillés assimilés à des stèles. Toutes découvertes en position de remploi, elles apparaissent concentrées dans quatre secteurs privilégiés des fortifications ou de leur environnement immédiat : le bastion méridional de la ville haute, l’environnement de la poterne est de la ville haute, la porte principale de l’agglomération dans la ville basse, la partie nord-est de la muraille dans la ville basse (fig. 2). Jusqu’à une époque récente et malgré quelques mentions, rares mais explicites, dans les archives et rapports de fouilles d’une situation de ces blocs en relation avec des vestiges de la phase archaïque, leur remploi a généralement été associé à la construction de l’imposante fortification grecque ou d’habitations contemporaines, soit le IIe s. av. J.‑C. (Bouloumié 1984, 92 ; Bessac, Bouloumié 1985, 144 ; Arcelin 1992, 23‑24) 2.

Figure 2 : Plan du site de Saint-Blaise

Figure 2 : Plan du site de Saint-Blaise

Topographie : OPSIA, DAO : S. Duval

3Ainsi, en l’absence d’une étude exhaustive des vestiges encore en place, et visibles en maints secteurs, d’une ou de plusieurs fortifications antérieures au rempart grec, nous nous proposons ici seulement de montrer, à partir de quelques zones clefs du site, que le remploi de l’immense majorité des stèles et autres piliers de Saint-Blaise ne doit pas être mis en relation avec cette phase ultime de l’occupation préromaine du site, mais renvoie presque systématiquement à une période bien antérieure, contemporaine des premiers temps de l’installation d’une agglomération protohistorique sur le site. Nous procèderons en suivant une logique topographique qui, du sud vers le nord, permet de distinguer désormais cinq secteurs, situés dans des espaces particuliers de la muraille, où le regroupement de stèles, de quelques unités à des ensembles beaucoup plus considérables, a été mis en évidence et mieux interprété.

2. Le bastion sud de la ville haute

  • 3 La totalité des stèles mises au jour dans ce secteur du site l’a été lors des premières recherches (...)

4C’est à l’extrémité méridionale du site, où la fortification forme ce qui est dénommé tantôt « éperon sud », tantôt « bastion sud », que se trouve réuni le plus grand nombre de stèles, entières ou fragmentées, extraites lors des fouilles ou laissées en place dans les maçonneries 3.

2.1. Contexte des découvertes

5Il n’est pas inutile ici de revenir sur les conditions précises qui ont présidé à la mise au jour et à l’extraction (trop rapide) de ces stèles, qui expliquent pour une bonne part la mauvaise interprétation initiale qui en a été faite. Si l’on se réfère aux rapports de fouille et surtout aux fiches journalières rédigées par H. Rolland, c’est en mai et juin 1936, lors de l’exploration du mur E du bastion polygonal qui marque l’extrémité sud du rempart grec et de l’oppidum de Saint-Blaise, qu’Henri Rolland a exhumé et extrait plus de la moitié des stèles découvertes sur le site (fig. 3‑4).

Figure 3 : Stèles excavées du saillant, « retirées du contre-mur » en 1936

Figure 3 : Stèles excavées du saillant, « retirées du contre-mur » en 1936

Cl. : H. Rolland, nº 2838, classeur 8, SRA PACA

Figure 4 : Détail des stèles excavées du saillant en 1936

Figure 4 : Détail des stèles excavées du saillant en 1936

Cl. : H. Rolland, boîte 6

  • 4 Extraits du journal de fouilles de 1936 : 29 mai : « Avant de dégager les substructions du mur A (n (...)
  • 5 « l’existence d’un portique, du type de celui de Roquepertuse, est aujourd’hui attestée à Saint-Bla (...)

6Voici plus précisément ce que H. Rolland indique dans son rapport de fouilles de l’année 1936 (page 21) : « Ces stèles ont été retrouvées dans le mur doublant à 2,20 m l’un des parements du grand saillant méridional ; quelques-unes proviennent du remblai en débris de carrières tassé à la base de la courtine est, d’autres enfin ont été retrouvées disséminées dans les déblais, principalement à l’est de la construction » 4 (fig. 5‑6). H. Rolland poursuit l’exploration de ce secteur en 1951, dans le « contre-mur » du saillant (fig. 7‑8), mais aussi près de la poterne est d’où il extrait un pilier à encoche céphaloïde, le deuxième exemplaire qu’il mentionne pour le site 5.

Figure 5 : Plan et coupe du saillant et du « contre-mur »

Figure 5 : Plan et coupe du saillant et du « contre-mur »

Extrait du journal de fouille H. Rolland 1936, 11.

Figure 6 : Coupe du « contre-mur »

Figure 6 : Coupe du « contre-mur »

Extrait du journal de fouille H. Rolland, 4 juillet 1936, 16.

Figure 7 : Coupe réalisée par H. Rolland dans le saillant en 1951, mettant en évidence le parement du rempart primitif, dit « contre-mur dans lequel sont incorporées les stèles »

Figure 7 : Coupe réalisée par H. Rolland dans le saillant en 1951, mettant en évidence le parement du rempart primitif, dit « contre-mur dans lequel sont incorporées les stèles »

Cl. : H. Rolland, saillant, vue vers l’est : Gallia 1951, 217, fig. 82

Figure 8 : La coupe du « contre-mur » du saillant en 1951, vue vers l’ouest, avec les stèles en remploi

Figure 8 : La coupe du « contre-mur » du saillant en 1951, vue vers l’ouest, avec les stèles en remploi

Cl. : H. Poupée, 1951

7Ainsi, pour H. Rolland toutes ces stèles proviennent de la construction de la fortification grecque, de son blocage intérieur, des contre-murs associés ou de ses fondations (Rolland 1951a, 41‑42). Au cours de ces premiers travaux, l’existence d’une enceinte antérieure dite « primitive », quoique supposée, n’est identifiée par le chercheur ni en cet endroit de la ville haute ni ailleurs sur le site (Rolland 1951a, 77). Ce n’est qu’à l’occasion de travaux ultérieurs, en particulier dans le secteur de la porte principale de la ville basse, qu’un premier système de défense est succinctement décrit, sans que toutefois ni les stèles ni les vestiges de maçonnerie révélés au sein du saillant sud n’y soient associés (Rolland 1956, 11‑17 et 43).

  • 6 Malgré leur caractère inédit, ces plans semblent avoir servi de base à tous les travaux postérieurs (...)
  • 7 Photographie du parement, pourtant identifié comme « mur à stèles de l’éperon sud » dans Bouloumié (...)

8La campagne de relevé systématique des fortifications de Saint-Blaise, menée en 1969‑1970 sous la direction de Julien Bruchet, dessinateur au Bureau d’Architecture Antique de Provence, fait enfin figurer, parmi divers tronçons de ce rempart primitif, repérés à l’arrière du mur grec en grand appareil, les vestiges d’une construction curviligne à double parement conservée à l’intérieur du bastion polygonal 6. Cette maçonnerie très imposante de pierres liées à la terre est préservée sur plus de 4 m de haut puisqu’elle émerge à l’arrière des murs C et D du bastion grec 7. Bien que de nombreuses stèles fragmentées en remploi soient visibles dans son parement, elle n’est pas alors formellement associée au fameux « contre-mur » remployant les stèles indigènes, en partie démantelé par H. Rolland, qui figure aussi sur le plan de J. Bruchet, à l’arrière des murs E et F du bastion hellénistique (fig. 9).

Figure 9 : Relevé des fortifications par J. Bruchet

Figure 9 : Relevé des fortifications par J. Bruchet

Le contre-mur, comportant des « stèles indigères », est indiqué sans continuité avec la tour du rempart primitif et rattaché à la fortification en grand appareil.

J. Bruchet, 1969‑1970

9Ainsi, malgré la proximité de ces deux ensembles, et suite aux interprétations d’H. Rolland, les portions de murs réutilisant les stèles sont considérées soit comme des renforts « d’époque hellénistique ancienne » (sic) d’une fortification archaïque, soit comme de simples structures techniques de la muraille grecque elle-même (Bouloumié, Tréziny 1985, 109). Cette dernière hypothèse est privilégiée dans la synthèse sur les stèles déjà mentionnée (Bessac, Bouloumié 1985, 144‑146).

2.2. La place des stèles au sein des fortifications de l’éperon sud de Saint-Blaise

10La meilleure connaissance des contextes de découverte et/ou de remploi des stèles sur de nombreux habitats et sites gaulois du Midi comme la reprise de l’investissement scientifique sur le site de Saint-Blaise nous permettent ici de préciser la place et la signification chrono-stratigraphique de ces stèles en remploi au sein du bastion sud. Leur quasi-totalité doit être associée à la construction d’une muraille primitive qui, dans ce secteur, sert de socle ou d’appui aux enceintes grecque et tardo-antique bien postérieures.

  • 8 Autorisation de prospection thématique nº 2011‑498, dossier 10108 en date du 6 octobre 2011 du Mini (...)

11Un relevé de l’ensemble des vestiges bâtis conservés dans cette partie du site a été dressé durant l’automne 20118 (Chausserie-Laprée, Duval 2011) (fig. 10‑11), complété d’un inventaire de toutes les stèles entières ou fragmentées nouvellement découvertes ou remises au jour après nettoyage, qu’elles aient été laissées en place ou retirées des déblais ou décombres où elles se trouvaient (Annexe 1).

Figure 10 : Le saillant méridional, vue vers le nord

Figure 10 : Le saillant méridional, vue vers le nord

Cl. : J. Chausserie-Laprée

Figure 11 : Le saillant méridional

Figure 11 : Le saillant méridional

1. Fortification hellénistique en grand appareil ; 2. Seuil à crapaudine de la poterne ouest ; 3. Assise de fondation de la fortification hellénistique ; 4. Talon présents aux quatre angles du saillant ; 5. Repentir dans l’axe d’implantation du parement ; 6. Avant-mur hellénistique ; 7. Substrat aplani ; 8. Crête rocheuse ; 9. Rempart archaïque ; 10. Décrochement dans le parement de la fortification archaïque ; 11. Structure interne habillée par la fortification archaïque (construction primitive ou raidisseur ?) ; 12. Fortification tardo-antique ; 13. Négatif d’un arrachement dans la maçonnerie tardo-antique ; 14. Tronçon en petit appareil mis en oeuvre sans mortier, au-dessus des blocs taillés (maçonnerie postérieure) ; 15. Murs de terrasse moderne pour oliveraie ; 16. Négatif, vraisemblablement d’une ornière, repérée par H. Rolland, sous la maçonnerie héllénistique ; 17. Vestige lié à la porte du rempart archaïque ? ; 18. Bordure de la falaise à une distance de 9,70 m. ; 19. Sondage A de B. Bouloumié (1981).

  • 9 Stèles nº 09, 047 à 056, 079 à 082.

12Notre zone d’investigation peut être circonscrite par les limites extérieures de la muraille hellénistique en grand appareil, dans un triangle compris entre la pointe de l’éperon polygonal au sud (angle des murs D et E), la poterne flanquée de sa tour en forme de L renversé à l’ouest, le long mur de courtine H et son doublage de soutènement H’ côté est. Au nord, les limites de notre intervention sont données par la fortification tardo-antique, dont l’élément le plus remarquable est ici une puissante tour assise sur les vestiges des deux remparts protohistoriques. L’excavation ouverte par H. Rolland permet ainsi une lecture en plan et en coupe de ces trois fortifications qui se sont succédées dans cette partie du site (fig. 11 à 16). La réutilisation ou la présence de ces vestiges lapidaires d’un type particulier ne s’avèrent que marginales au sein de l’enceinte tardo-antique ou de la muraille de type grec en grand appareil 9. L’objet de notre propos ne concernant ici que les stèles, nous ne présenterons que succinctement les structures et modalités de construction de ces deux dernières. Seule la fortification protohistorique la plus ancienne, d’époque archaïque, fera ici l’objet d’une description détaillée mettant en évidence l’importance et la place des stèles.

Figure 12 : Le rempart en grand appareil vient habiller le parement des stèles du rempart archaïque et la structure interne 20.025

Figure 12 : Le rempart en grand appareil vient habiller le parement des stèles du rempart archaïque et la structure interne 20.025

Cl. : J. Chausserie-Laprée

Figure 13 : Les trois fortifications successives : le rempart archaïque habillé par l’édifice en grand appareil et surmonté par la maçonnerie tardo-antique

Figure 13 : Les trois fortifications successives : le rempart archaïque habillé par l’édifice en grand appareil et surmonté par la maçonnerie tardo-antique

Cl. : J. Chausserie-Laprée

Figure 14 : Coupe est au sein du saillant méridional avec les trois fortifications successives et la structure interne 20.025

Figure 14 : Coupe est au sein du saillant méridional avec les trois fortifications successives et la structure interne 20.025

Cl. : J. Chausserie-Laprée

Figure 15 : Coupe est au sein du saillant méridional

Figure 15 : Coupe est au sein du saillant méridional

Si l’on distingue nettement le parement externe de la fortification archaïque avec la superposition des stèles, le parement de la structure interne est percuté par la tranchée de fondation de la fortification tardo-antique.

Cl. : J. Chausserie-Laprée

2.2.1. Le rempart tardo-antique

13La muraille tardo-antique se limite ici à la tour 1 de plan semi-circulaire (13 m de diamètre extérieur), et au départ de la première courtine, d’axe sud-nord, qui surmonte les murs H et H’ de la muraille grecque, en direction de la tour 2 (fig. 11, nº 12). La tour 1 a été dégagée sur une hauteur maximale d’environ 3,50 m, rendue visible par l’excavation ouverte en mai 1936 par H. Rolland (voir la note 4). Cette maçonnerie de pierres de petits et moyens modules est liée au mortier de chaux, avec à sa base un soubassement un peu élargi de blocs également enrobés de mortier de chaux (20.016), conservé sur 2,50 m de haut. Ce secteur ne comporte que très peu de remploi des murailles précédentes. Plusieurs détails architecturaux attirent l’attention : cet ouvrage s’appuie directement sur les restes d’une construction antérieure de pierres (20.025), elle aussi très massive et arrondie, dont le parement sud disparaît sous la tour à l’est ; vers l’ouest, le soubassement de la tour 1 a largement recoupé le blocage interne de cette construction première, comme l’indique une caractéristique tranchée de fondation en V (20.018), remplie de pierres et de terre meuble (20.009), visible sur la coupe laissée à nu par les fouilles d’H. Rolland (fig. 16). L’élévation de la tour (20.017), un peu en retrait vers le nord, n’est conservée que sur une hauteur de 0,70 m. Dernier point notable concernant son parement extérieur : sur sa face ouest, la marque d’un possible arrachement d’une maçonnerie, aujourd’hui disparue et d’une interprétation difficile. On n’observe pas de stèles préromaines dans cette tour et dans les tronçons de la fortification tardo-antique de cette partie sud de la ville haute.

des forng>.le-mme lalstrong>. Murs de te; 1 Rolland 1951a, 42 ; 1956, 20, fig. tes">
  • 9 Stèles ngager leOcettee émerge à lsites g class="t lare« d9">9<016ro des prde la tour (le trè0.jpg"ervsparaaphique qu reil lus pr92 ; Chausserie-n class="pad la marquern>Ainsi, en="paranumbera poinorte qr
  • d deestme lals de qu’à l ieuxte"> tde lc permis dexe/i="parané de quatre ae Saint-n> Sge lion oue aCBlaise nousappuie assive re m0,8fig.)s coe tement class, ractiee">fon cla ni piebservspara norde ice ces edu mur grec en grandomérat ssrces tions du mur A eur intecall"g. 7‑éréehuvgeens mo pies.ss, lefs dvrts de floe lastirss mm de diaussi a’ex dans lustration">

    8»archatration"fère asières , la ( permet8) basnentérie .e « 

  • nigure remploi au seines préromaines dans cette tour et dans les tronçons de la fortification tardo-antique de cette partie hrefTt">Fart primitif, dit « contre-mur dans lequel sont incorporée1s les stèles »

    Cl. : J. Chausserie-Laprée

    8. Murs de te

    Fontre-mur » du saillant en 1951, vue vers l’ouest, avec 1les stèles en remploi

    8. Murs de te/image/2719/img-16-small480.jpg" alt="Figure 16 : Coupes stratigraphiques du saillant méridional et l les stèles en remploi" />

    8»archaaximale d’envocage > te qehitectelairhistorrmérat anta r0.ificatiogonal  Hnt nat auc edu mur grec en grand( permet9i les3urtiEentairmg-1araceyftrnanp stèlifiquet zone daîtg stèles indigères(lass="9ernière hypothèse est pri

    Cl. : J. Chausserie-LapréeF

    Figure 9 : Relevé des fortific1ations par J. Bruchet

    stIcon">

    Le c

    Sge lion oue amètrement, elle n’est pas alors formellemeté fnannexe/t, dont17), un peu en retr> permis egendeillustratie/2719/img-ans son peervstèles sur dppuie di mur grec en grand’H. Rolland,e, n’ese.)  :qoment externgenderprétation d do intvspaiq secteuit des énière hypothèse est pri

    Si lde Julien Blles d’H. Rollan3 son r,e-smne, n’fn> tté alr une un invntonr nordrieure de pierrte dn1 lclanqule secteur cl

    . Bllr une ( permet3). Il  : lit> permis egendo.

    d>. Substrat aplanie">vrtous les trav>Origina201 a lcla miseres.2 ;ouloum la première co0rnière hypothèse est pri

    (lass=" ainsi0719010ext/a><022, 02text31exta0), is grec en n8">8. B ne posignificatnstrudes stèles, le parementi

    Cl. : J. Chausserie-Laprée2

    Figure 10 : Le saillant méridio2al, vue vers le nord

    Agrandir . Murs de telaraceyftalr une daîtgpitxe/de ces naœ>»archaaximale ddeestocannexe/iem>frontclreappareil un ple hauteapparide la ns du580.pinterveeagéetiorventio). Cedeillustratide rempl. Repent(nïque (coaîge à un peubl35). Il  :sta" relle ha"ddnsvp se/27des qui s elle-mtroque se(Uspeubl32ainsieubl34énistiille tardes. te 4aîtg 15Cl. : J. Chausserie-Laprée2

    Figure 11 : Le2saillant méridional

    Agrandir Cl. : J. Chausserie-Laprée2 habiller le parement des stèles du rempart archaïque et la str2cture interne 20.025

    Agrandir Cl. : J. Chausserie-Laprée2illé par l’édifice en grand appareil et surmonté par la maç2nnerie tardo-antique

    Agrandir Cl. : J. Chausserie-Laprée2t méridional avec les trois fortifications successives et la str2cture interne 20.025

    Agrandir Cl. : J. Chausserie-Laprée2

    Figure 15 : Coupe est au sein du2saillant méridional

    Agrandir Cl. : J. Chausserie-Laprée2igure 16 : Coupes stratigraphiques du saillant méridional et lo2alisation de stèles

    rve pas de 025),,1)urribdappaoncphaà lVIIa,drieur60, aavmarJ.‑C. sup> s. (Arcelé,lPrades d, Rigagé1983). C2rnière hypothèse est pri

    Cl. : J. Chausserie-Laprée2art primitif, dit « contre-mur dans lequel sont incorporée2s les stèles »

    Cl. : J. Chausserie-Lapréevrtoue ou raidisseur ?)aux at, de re qdes dl loenésue trèsyeexterngenderprétation

    2ontre-mur » du saillant en 1951, vue vers l’ouest, avec 2les stèles en remploi

    Cl. : J. Chausserie-Laprée2

    Figure 9 : Relevé des fortific2ations par J. Bruchet

    s2Icon">

    8n8" href enme enapp a»0 Hmarquable enaiseiranneutshui di nigure ,m> La c(onp="paupectylo> La , 216)g. 7‑ex2).amd perme3‑4)s coppuie asplutratidoyftunotable concee pdue, dPntionA  concceyftalext , Boulououest, lcs o»autsmall580.jpg" rel="iclrvstèles sur ionnéeutratidoyftRol’arss nn8">8<, le soubasseme10emgpe dte qu 11tifnin sud (e lastirsacou norouputgût.que laem>clamp

    Cl. : J. Chausserie-Laprée3

    Figure 10 : Le saillant méridio3al, vue vers le nord

    Cl. : J. Chausserie-Laprée3

    Figure 11 : Le3saillant méridional

    Rel. et DAO : S. Duval

     09, 0plie à 0/a quiet d1985tme lalsdroit de la vilonctilndeillr le site deue ou ra norde ipeilles i mur g"num">1 2Rolland 1951a, 42 ; 1956, 20, fig. tes">
  • 9 Stèles n2 Nque oà 0/a quieu de lre ,m>w" clas mrondiee. On ns da>. B tion regur), un poelle-mpubmblab(B" aa Bouloumture198519127-187)ddiv di/img-3 un poelle-madopt, d(Arcelée1992, 23‑2 hauMuvellcoese. Bet">1 2Ro  a>,shal erteerie de le soubreftypo des prsCl. : J. Chausserie-Laprée< cde rempollan(1hres=2) na mule soubrefss">rs temps ds>w" clasmd3hres=4numberdt mement Hs olatiféféd (vyendem/i="pa re m5hres=6

    3 habiller le parement des stèles du rempart archaïque et la str3cture interne 20.025

    rs temps ds>w" clasmd3hres=4numberdt mement Hs olatiféféd (vyendem/i="pa re m5hres=6/image/2719/img-16-small480.jpg" alt="Figure 16 : Coupes stratigraphiques du saillant méridional et 3ructure interne 20.025" /> stIcon">

    < cd perme33).gLt mgûts oontclresetre prelc g

    < cdo. B H.mm cde baract (lapidIII bl H.mm coote;lapi I bl H.mm cpfre des ereilndeilaoncart lousoule lasts précédgorare0.018),35 n 16)le soubrefees"> sussi rloi en. H.

  • < eication tioe tar-layscpSaintç><, em>Glhref (B" aa Bouloumture1985)s coGrnexsiè(ArceléeFpparndo 200319 perme12texprme224 n  h, is cojhr;rArcelée200tex46, perme5rnière hypothèse est pri

    Cl. : J. Chausserie-Laprée3illé par l’édifice en grand appareil et surmonté par la maç3nnerie tardo-antique

    5 Un>fre des ee cesedv clfésss 0ursoups,>pSaintrn peeet smnouveldjet de notre proenm"num">1 5Rolland 1951a, 42 ; 1956, 20, fig. 
  • 6ié < eicatifs"num">1 6Rolland 1951a, 42 ; 1956, 20, fig. tes">
  • 9 Stèles n27 Quels ds>, Boulououeste/2 sne csotifégéo<016rps d s(lt">eurvr ts,>l;oul qui )c, l’habitat de Saint-Blaise occupe5"m">1 5Ro 5 a>. Av58. Bmis esg>tardo-lobation pté bru=e ouged(, Boulclass=20.Tne de pierr096,r perme35 n 2). Il  : lit>(maçonnerie postée quese/27des oll bru=appuie asr inter"iff rtous se/27des s= aracrn p, l’habitat de Saint-Blaise occupe6"m">1 6Ro 6ixtraites lors des fouilles ou laissées en place danstIcon">

    Rel. et DAO : S. Duval

  • 7 nquable e195caon42‑43n0.0 class=sthr;rB" aa Bouloumture198519.018),3n(OB 2 B016yibs=?)s coOB 145pas de "num">1 7Rolland 1951a, 42 ; 1956, 20, fig. tes">
  • 9 Stèles n2mié 1 7Ro 7 a>. Rela uvre ,m> href=bann16-small580,>pStionA entoerar ?)Ghique quh="#f dimage/2719e,tem>fre des ereisive r, Boulca somm carooteis coaoncart lou271nf.  lai s class="ftironcnlc a lupr l( dres34 n 5).gLaesetre prputgûtseulen"pézoïdane.gLt mglc  Ahres=B2ques. eme dm/divemgpe dstl. Cdécoussi peg, Boulclass=20.12.05 

    Rel. et DAO : S. Duval

  • mié et">1 8Rolland 1951a, 42 ; 1956, 20, fig. tes">
  • 9 Stèles n29ié 1 8Ro mia>. Undn 11p>clamp

    i/tolithl e-mtrcubst c( dres36).gLtisen s u, lesncl’e.gLaeollaneieune. On nrputgûtsoyftt del> ci qL"pgûtsla dcon /sftlresetre prpeSaint-doubsig. Il /sftbr pclsaennsvp res rércubst,c e> Sîftjpgnuists25),z bann1e ou raH. Rolluisen s qL"psle nt leo stsdrobD ei Cen1e ou ra conièmto ventioarchaaximale d’envhangende/2719/img-( perme20f=12-37) qUntde flansutgûts sud-norf=bû, compintet 3( dres38f=12-39).gLaecavr leuc-impleof laea rv 3 cm,indul a dexu re n> "ns dtt del> c rv hrcv.mstgsive re /sftlre12 cmhaennsvp resadcan uraen. H.eentsurporet  :emeiveirts= e"grels ds>ceyfimèant m1e ou ra On nrn p détailsn0.0t del> ce dcmis eSnordmblaeféd "igxation ne, n’omme l1e ou ra On nrt del> ceLt ma,gersrputgûtsoyftt71nf.  lagraites lors des fouilles ou laissées en place dan

    Cl. : J. Chausserie-Laprée3

    Figure 15 : Coupe est au sein du3saillant méridional

    AgrandirCl. : J. Chausserie-Laprée3igure 16 : Coupes stratigraphiques du saillant méridional et lo3alisation de stèles

    AgrandirCl. : J. Chausserie-Laprée8illustratie/2719/img

    3art primitif, dit « contre-mur dans lequel sont incorporée3s les stèles »

    8illustratie/2719/img/image/2719/img-16-small480.jpg" alt="Figure 16 : Coupes stratigraphiques du saillant méridional et 3porées les stèles »" />

    Cl. : J. Chausserie-Laprée3ontre-mur » du saillant en 1951, vue vers l’ouest, avec 3les stèles en remploi

    Cl. : J. Chausserie-LapréendigSîft8ilde flansut le parement su

    3

    Figure 9 : Relevé des fortific3ations par J. Bruchet

    ndigSîft8ilde flansut le parement su/image/2719/img-16-small480.jpg" alt="Figure 16 : Coupes stratigraphiques du saillant méridional et 3cations par J. Bruchet" />
  • 9 Stèles n3 des fortamolla,cd

    Rel. et DAO : S. Duval

  • 9ié . Si aplanie"pubmbcrres et d1951f="d« aau-a mguha" num">1 9Rolland 1951a, 42 ; 1956, 20, fig. tes">
  • 9 Stèles n31ié tassé u en retr> resacprationeà la ba pas de H. , Hmarquable edivèvcoem>ire nrotahistorps d orps=">tassé tioe tar 1sgrels lanresveloppcoem>sive r le paremblabféentnstruauLlousou025), ellisparue et d’une interprétation sue trèsll580sur ceur m distingu,tul="#fment pe sts décoem>itr> resouton p elltiEnullladeem>d>.iotagé« anexe/castrn se, n’accumulé dref=l=aaximale d’, l’habitat de Saint-Blaise occupe9"m">1 9Ro 9ia>. Lon pe de ces n ironc ndeillr le site deféentollanrs20.017), un pne, n’pasi e our e. moaea rv>vrto
  • < ussi prlustration">Le c,a)Saint-Blaismall580.e ipet> resacpre pluite (Roll rve pas de 025),ouest,l notable concev5Le c pud reutrus /27tie onA ceur mp déoaeaes. Sun pmi. 10‑11planicte ni ailraites lors des fouilles ou laissées en place dan

    Cl. : J. Chausserie-Lapréetassé u en retr> resacprationeà

    4

    Figure 10 : Le saillant méridio4al, vue vers le nord

    tassé u en retr> resacprationeà /image/2719/img-16-small480.jpg" alt="Figure 16 : Coupes stratigraphiques du saillant méridional et 4

    s2Icon">

    4.1.gLae nçade>-xnt sud diirangende ces 2 Anti6

    Le c planie"as de 025),ouDemu concngensc if, og deuie as"sefq sea resacpre p,shaldiirangende cese ntocannexe/is= neur ml580sur empapparid qUntitr> redogonal r drieur)»clefa resac"sefq sea upollaen coaion"orpet da rte o class="ne intsymboli rv).mergarse trouvetles trav>Originaacldes da>. Bbtrucomme lautecne, n’g. 7.009), succinre la atrouvetcouloie Cl. : J. Chausserie-Laprée4

    Figure 11 : Le4saillant méridional

    Agrandir ou laissées en place dan

    Cl. : J. Chausserie-Laprée resacpre pluite (Roll rve pas de 025),ouAScun"p, Boulc le site dene, sud-nor>4 habiller le parement des stèles du rempart archaïque et la str4cture interne 20.025

    resacpre pluite (Roll rve pas de 025),ouAScun"p, Boulc le site dene, sud-nor>

    Rel. et DAO : S. Duval

    2 des forgue laem>llantoshui di (jd lustratim. Ddref=lpasi notable concereilndeillr le site djpg"dicatifest "num">120Rolland 1951a, 42 ; 1956, 20, fig. tes">
  • 9 Stèles n33 Or,rue et d’une inte/2719/img-seale soubassee. On o s deensc120Ro2 dea>. P11)St580,>ost,l 9 Stèles n3 Il /sften eff  (maçonnerie grec en aximale donA ceur mngendnedsoyftpasi tri=" et ar dresitoarideha"ddeutrus n secteusmobul> . Ptéieenscur :se/27etemallaoncpintrre de t rl"#ftnsa)Saint-Blarue et d’une inte/2719/img.test n0tcesgrec ee17), un ponnon distinguement sud> : lit-Se="

    4.2 qL"pcouloie

    4.2 1. Cdn a"dd se

    Rel. et DAO : S. Duval

  • 21des forguee deersrpirieurcltte ouetoà 0/a quiaongrels B="dBouloumturese, n’livrla,srondieas e marquationisnum">121Rolland 1951a, 42 ; 1956, 20, fig. 

    2 09, 0guee deeadn 11p c z>.mee/ition nelantoadopt, /ie trM="dViere (anoten 2010 ussi z>.me lcr ceu122Rolland 1951a, 42 ; 1956, 20, fig. 
    23 Dconc tionntrus nlulououestins Si iao regur), 1 : 0/a quie(« aseBoulca somm carootei a» n 847,d« a123Rolland 1951a, 42 ; 1956, 20, fig. 
    24 Un"p On nrn0.0ndeglugerie un ce mlndeill,c oyftnransr leuussi ryesudehae trptéieenscliconc n po"num">124Rolland 1951a, 42 ; 1956, 20, fig. tes">
  • 9 Stèles n35ié tassé tioe tar 1esacpre pluite (Roll rve pas de 025), if, og deu ra conièmtozone>e/27f de "ns dtde se121Ro21dea>. Si ). BetronA  conccastrgdeha"cannecdbl. Ee1946, etronAsefouestis siau appao e lace ces sslie deglur dA rve pas de 025), , l’habitat de Saint-Blaise occup22"m">122Ro2 a>,s>tassé e ces ssl123Ro23ia>. Lsefouestis ioneui iee1968 tasn 11)Saao e lace ces sslie deglur dA rve pas de 025), e trAexe/imoulenniré vent. te,réemarquable ,>meur yfts=eévieurc neufls, resac, Bouloun8">8Le c nexe/ site deun lndeilljp»0é dres43‑44rtiCemu conccastrgdehaues. e oudo. , ao oinr droit del t-Boll 0ourt del> ao d>.ie fjzu>sé 9/ime/27reoudes preun Mt degulou, l’habitat de Saint-Blaise occup24"m">124Ro24ixtraites lors des fouilles ou laissées en place dan

    Cl. : J. Chausserie-Laprée4illé par l’édifice en grand appareil et surmonté par la maç4nnerie tardo-antique

  • 9 Stèles n39ié Le c,asetilduis te,réab la e trron lad ciconsive rz>.mormuveldje1,40hrfé1,50hrmouDevesacvoies> recirculation 3i les4)( dres46).gLae nçade>orps="aleudrsn. H.onisue trle lco des mls7), un ponne tre ( 125Ro25ia>. Ln o 01="ge,a)Saint-Blarue, n fc B3 naréc nsvp reoe=mundeun ptéieenscjpgnuiles de oomer 1es s cr ceur md tor tar hyiothtioft( dres49rnière hypothèse est prijpeg, 944k)
  • Cl. : J. Chausserie-Laprée4igure 16 : Coupes stratigraphiques du saillant méridional et lo4alisation de stèles

    Cl. : J. Chausserie-Laprée4art primitif, dit « contre-mur dans lequel sont incorporée4s les stèles »

    Cl. : J. Chausserie-Lapréetassé u pe 19704ontre-mur » du saillant en 1951, vue vers l’ouest, avec 4les stèles en remploi

    tassé u pe 1970

    Cl. : J. Chausserie-Laprée4

    Figure 9 : Relevé des fortific4ations par J. Bruchet

    stIcon">

    Le c nexe/ site deun lndeilljp»

    l. Crvmre seale soubassee. décoemjet de notre prfésoubvetles trav>Ott le parement su,dmblaeféd se/27des e/gilo-limoneoncbru=e< Oriar retr,lde flanvoie, eulue l><,rputgai"oorvterppe de ces nsa dexteerie m’ar retr,lde flan>équtioeéarcmaor tar somm

    eulmarqomee0sur empapparidie trel0ndegae c pe0spoline int(Us 3150rnière hypothèse est pri

    Cl. : J. Chausserie-LapréeOriginalulustratie/2719/img,haennsvp utcouloie 5

    Figure 10 : Le saillant méridio5al, vue vers le nord

    Cl. : J. Chausserie-Laprée5

    Figure 11 : Le5saillant méridional

    Rel. et DAO : S. Duval

    26ié 126Rolland 1951a, 42 ; 1956, 20, fig. tes">
  • 9 Stèles n41ié . Bz>.mergarss.gLaemajor970, Boulououestrle site de des mls7), un pOrigina,aongrelifsl fua ajoute11)Sr oinr est ; clamp

    126Ro26ia>. Lse, BoulouSB),148,eSB),149,eSB),150,>dv lou« apSaintrn pe »0B" aa Bouloumture198519141)20e 11tift11tides det ar dtruipondrrdféce8 cijsoyftreas7dess inonmoy Original (jpeg, 920k) stIcon">

    Rel. et DAO : S. Duval

    27ié railclaneslnum">127Rolland 1951a, 42 ; 1956, 20, fig.  2mié j"num">128Rolland 1951a, 42 ; 1956, 20, fig.  29ié 129Rolland 1951a, 42 ; 1956, 20, fig. tes">
  • 9 Stèles n4 09, 0Sdes.onr e flan rps="al">tas2,60hrmusscteitr,chavoie charr, r tar (r d 1) /sftb la, /ie tron distingue .mem, /i« aet"ttagéd l»0, l’habitat de Saint-Blaise occup27"m">127Ro27 a>. Cetcjpgnuiles d sstr 128Ro28 a>. Ceplowrn phamorsholdesel de lt"ttagé(TR 3115), a rauieironcmarchlou t fai"odree : le ce un ponnptéieenscldexteerie maonca,gersrt71nf.  lag (lesasen s imguha"réc p="sib motèt ar ulldes ?) naiff tar bp e un> resaceatinguebtrucsuccisomm

    129Ro29ixtraites lors des fouilles ou laissées en place dan

    Cl. : J. Chausserie-Laprée5 habiller le parement des stèles du rempart archaïque et la str5cture interne 20.025

    Cl. : J. Chausserie-Laprée5illé par l’édifice en grand appareil et surmonté par la maç5nnerie tardo-antique

    Cl. : J. Chausserie-Laprée5t méridional avec les trois fortifications successives et la str5cture interne 20.025

  • 9 Stèles n43 Ost n0tceson i en tudenA ceteerie m le site denexe/veouti2s ese, Bouloumavenv s 3101.09hres=010 lllc sne trouvetire e/2719/img RP3100 lp cextmet arz>. Si . Cdéco md toree marqocoue nro dex, un penvhangend ccieursalg,=on< el"#fest )yiothtiof,rceur m distingueif, id d, /i ljpgnuiles d es. bli1ptionterphllannr">Le varaites lors des fouilles
  • 9 Stèles n44 P tr s deens,cteioaea rv>vrtone, n’pasi e our e. em>ljpgnuiles d sp cvfps d n8

    5. Un"ptgendaulustratie/2719/img-planie"as de 025), 1

  • 9 Stèles n45 Il s : lit 1sd/27tie oposemeslla. B4hrmue-mmg-c la t( dres55).gPllc sr décolp cextmet areref=l=rtlustratintèles indigères(ire ∏ aismall580.Σ)1eie aset d’une intnalasochpe g.els ds>ement Hs a tbucbstro e do,rceur mpre consad ojeur mpr11en reresa rc, un penvhamuhique sg e=on ,rd27tinap1tastscngueson olidiflansutsmall580.Σ (Bouloumture1984, 33).ière hypothèse est pri

    Cl. : J. Chausserie-Laprée5

    Figure 15 : Coupe est au sein du5saillant méridional

  • 9 Stèles n46 09, 0Sdesifest eiaventis notable concevrec .mergco nctif8">88sive rzje1hrfé1,7 cm,ldje0,7 cmun srof laere e un srofress="p czoïdal.ière hypothèse est pri

    Cl. : J. Chausserie-Laprée5igure 16 : Coupes stratigraphiques du saillant méridional et lo5alisation de stèles

  • 9 Stèles n47ié tassé tioe tar 1esacpOn nr<01=idialoll rvsaedogonal rфs( dres57i les60rnière hypothèse est pri
  • 9 Stèles n4mié em mp, resn dBoulcenulestru d»0lpaintrn peu itr> reso èn trav>eslesfouestis emarquable  :oitr>X/ф,r9 aaoût 1938,f°70 ;n 384, f°42f=do regur), 1 : 0/a qui6)coll roncbrie maearesa rc, un  »0atrouvetoonnerinenX(A 377, f°41 a ogur), 1 : 0/a quieeu ioben s ) qUntcroqncstml58ialeui pierres dun"p, Boulcatrouvet le pare (j aset d’une int que tmur d( dres57B).dAexe/imoulen-snd ee’attsac"se(2.09.1964,edoun /1964‑1966,edogonal rф,rboî pe14, fichl 25).ière hypothèse est pri

    Cl. : J. Chausserie-Lapréefichls0‑1lole tars,edogonal hr;aite

    5art primitif, dit « contre-mur dans lequel sont incorporée5s les stèles »

    fichls0‑1lole tars,edogonal hr;/image/2719/img-16-small480.jpg" alt="Figure 16 : Coupes stratigraphiques du saillant méridional et 5porées les stèles »" />
  • 9 Stèles n49ié 8ement Hs t-Boll 0aeaeique smoy Rel. et DAO : S. Duval

    30ié Ens nçade>1mmg-c gonal rфsn nomavinonabstvastlr arqui et arclletojns ie dassé u pe 1970num">130Rolland 1951a, 42 ; 1956, 20, fig. tes">
  • 9 Stèles n50ié esfouestis e unllaeféd "i marquare prpcsd/27tie o,otessc ie ilouoer class="t arenu2012, pntiond cin rn aeslipntione sidrrne tars sbstrchloudmpapparidieffemalastse troucte ni ail20e pux ase>meurpae : pg"n ude rptéieenscio’sainapdreop 1mmg-c gonal rфslé ’t upicon. noi penvhamuhique sg e=on tiCemuement Hs a hi Ce’ vrird afstienrres deu subss="idrobstux,nmuveliloupintrret arenupe ol stdudigtntirféd "ie de notre pra msestruisseasatveloppas drieur)e sud,/ppuie"ailuvetles trav>ment su,dde flan ces, eulif, l> qUntcei, com cissen/1964 p trAexe/imoulen/e pux ase liva/a tssé >yiothtioft ie il s : lit ici drseel oloutntiona h str envhamuhique snr">Le van( dres58).dN nomyven upte qlroit de la vileui dpte-rlowuspruis 1us remarquable epsde vaoncioneui s ici us r se rdjo’, fai"odetatparlie e/rabsttrav>eréc ire retntrn puyt le par, o mu conccdrestrn pptéieensc, Boulou, l’habitat de Saint-Blaise occup30Rm">130Ro30ixtraites lors des fouilles ou laissées en place dan
  • 9 Stèles n51ié 9 Stèles n52 Ost,O pici emje nans e prpcsd, Boulo,>me elanimpapmps 1sde vaonc ersatauiBoul un pauplustratin/2719/imgs=? Ou fua-il supLe vanes. St armci d reutrn pptéaccesec

    7. Cdnctéion9/ 1 h2Icon">

    7.1.dÉent Hs a thr/toldese9/ 2re hypothèse est pri

  • 9 Stèles n53 CdécotasstèlePestru, , Boulouaeastèles sur andigSi Ce’sy, Btation res d)Saint-Blasrsuccine ( spded’up c ourledil1ve : lglo<01="icon,t ie il s : li5),idrvlustrat o re. H.oni. FeutenA caleSîff=l=ru clicouarécdte qu ">Le c,aseulnnentp déoaeadrvluste deun ccsd, Boulourstime l’une vanorv=ru cre ( 1mmoesque de notre pranvhamuhique sg e=on urefr t lllc srSr o un pa(j ie de e="e prauplustratie/2719/img-peastèles sur ,luet1)Sr oinr )SrVIa sup> s.avresJ.‑C.ière hypothèse est pri
  • 9 Stèles n54 Ostrela uvBess1 site donA possibleplani ansuctrati1sde "hui ds arquistr envceplustratie/2719/img,. eufrenLe c r. 10‑11planiree"mall580.iud>etc des t mdeentvne inonA entr 88t uite (Roll rve pas de 025),,1sdes.onr e flanOriar retr.ière hypothèse est pri
  • 9 Stèles n55ié . ale oubaes 1sdcdte onA entr pulations=? Notr caleSiscrncieeu iotèt ar/sften btruce "pencun quiepr11rationdrrdfécette) 27tion.ière hypothèse est pri

    Rel. et DAO : S. Duval

    31ié 131Rolland 1951a, 42 ; 1956, 20, fig.  32ié 132Rolland 1951a, 42 ; 1956, 20, fig. tes">
  • 9 Stèles n56ié maH.onrnr">Le va »0ls remarquable , e unn aximale dsienviralern es. Crv esecteui dtruipondrrdféem mphllanrjet de notre prena sup> s.etioo nar retr aennsvp regaes wuspconièmtoqutitraupVIa sup> s.avresJ.‑C.u, l’habitat de Saint-Blaise occup31Rm">131Ro31ia>. Eue sferrels sféd p, rennsvp  :a ndieqncevre’scelllrd >. Bobul> urefonieel olten féce soubasseeru, l’habitat de Saint-Blaise occup32"m">132Ro32ia>. Ma ourlelie detatacldesa"dd aleasts, rps= neae nomb pux a notable conceré tscoci tssé udte qssac, Boulounexe/cetchLe craites lors des fouilles ou laissées en place dan
  • 9 Stèles n57ié osea sup> etcVa sup> s.(j tcrelifo 1les). Ceplowrn , moe céa thtvr tsjsoyft pierres dfréqus="ou des esr e1="m sioael sne csacet-Blarue, âgieeu Br tze. L ioben s r>aeastèles sur ae : osehtvr tsj(Labst-al 2010,l167‑168). Q.rn paunc, Bouloufécupul o, elifr e.lt ar)Sattirsasia s ulldesulouaeaildie intee ( eré ribu tssé uten sne intnr">

    01=idialol, vagpa csacet-Blarue, âgieeu Br tze.ière hypothèse est pri

  • 9 Stèles n58 P trson o r  leusattascesuloua10nstritagpaenviralern iem, dia , jns ie dassé Îll rvMt deguloruest,é yti 11rpasvenoit de la vileuci o class="ne inontypion ne csac/27ge prpcsdAlpestis,enexe/veouosehtvaon,uc van s etc ymboveouoiries,sqncefp>esM1itione0.GlStè,rrefonieudigt( drret arp gonrn e-mmg-mne  p déoaeadrvsé u pee  et-Blarue, âgieeu Br tzecx asuposebutnA ue, âgieeu Fs .ière hypothèse est prih2Icon">

    7.2.gLé onexe/ csd, Boulour phavanru crlldes duorv=ru cluste d9/ 2re hypothèse est pri

  • 9 Stèles n59ié . stmineéeanle pluraiconu–t iuveouaccreall5St armnie ierres . Eue snearesdn dbab det ar dpte) 2rpcolavaar  leustseeieonc er=ru ceref=pe furovisoiar,a)Sapied snvhamuhique ,d décomanar r x fé r,indulrt71nderd ti2s e"alere seasatveloppas dindulrlinap quiedjepluispar450hrmouCdécolé d eelere mergc, ccsd, BoulouigSi Ce’ nciul un pananonc "#ftntseee plrres . Onet de at"ptgetefisclere etc des 9 Stèles n60ié uten sne intmarqocs -ilouao dref

    etc deto lt uite (Rolpded’upuif dece c ne d, dun ccsd lglo<01="icons, lustrati(Ge/2ia 200619141). Eeeffes, rlres x a e. Sllass,ceteerie me 11tift1o estrrsasia se dlesrgl olousubioue trcettsudehaoffi2s esed ioben s r( e1="m s rlrelo,d9 Stèles n61 P tmi o muccsdtase re img,haengrelouo uifnf tar so11tifemjefoncle prsacr">u,dmblaeenoit de la vilféd ulle h ro9/img-d gèn . Ma ouici, dref

    9 Stèles n62ié

    7.3ouDesasia srlldes dsnAomer sven psuraocèt a cs9/ 2re hypothèse est pri

  • 9 Stèles n63 Si , Boulouatvo apcs ici dtruipondt ar/sseuiies da>. Bàude1 site donAtrouvetoontratie/2719/img-o e cproxim970a sup> s.avresJ.‑C. (Bouloumture1979, 233)lee une., Boulcqoadi2sgul

    nsup>en/sup> siècl  »,c lanie"f uestimenappeLe c lanideoucou27a leu VIa sup> s.avresJ.‑C.u(quable e1961, 3 ;nBouloumture19921956)ceoi11tif e oudgete t llute fment pe stss déco1sd/27tie oprelae cédassé >9 Stèles n64 Drcmaor tar p us g tm01="lr, o eessveouautrus sia srlldes ds,lp gonrn sive et ar) poiohltorps ds lesrsuccisrobstse décostèlePestru-ulo-Mt degulouo lé Îll rvMt deguloj(Lati2s 1979 ;nNin 1999)"soyftpsuraocèt a cs.gLt msatie fsjsoyftrar27 :oon x satie fsjd1mgaes (Bouloumture1984, 95 ;n19921958).gPlé anecdo sven sos dlesrfment Hs oben s imolass,tesscun mtr xsperorleusatX/ aф,rf°48)uo les s Sipicons ,des :sinon t-t udigtntrn pe-m1sdvasesasatduneonrlo. Q.els ds>objes mdetall s,enoit de la vilune. a pe-mempiler xlebr tzecdé onexe/ hallpoal a sup> s.avresJ.‑C.u(S1is cau 2003,l64)tiCemanar reloo mmg- 27tionsd 9 Stèles n65 09, 0Sdesceaio’,c one dnotare prrlldes duou fmn x « aeumuluisparcesdrus »0/sfta)r">vseer. Eeeffes, e sidrrneeesde vaonc tn nomavinonmenapleplanicte ni ail1ve pas de heuten Bte lHnAu de soubtar Aomer udesrnsvp x s p dieens, trouveogrelouo unetrela uvBescocist)detall uo ce1="m it de la vi, dref

    Lnunrlou mp,pux trav>pluisp : 9 Stèles n66 Si s ncition ulldrel-d gèn adu sllauaeastèles sur aeulmairestrn pbtrucc/ tasTamarvel , dsl esllepid, H sitelclane trel >.meèn ,ven psuraocèt a otasstèles sur ,lue lH emjesrof lae, l’habigo-top"m">1HautnA pageg-9-small5e hypothèse esi laiseibliolephyxtIconAccse="e p S. Duval

    ih2Icon"> se="e p S="num">9Bibliolephse9/ 2re hypothèse est i "> hypothèse est prrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrre hypothèse est pr

    Arcelin 1971 : ARCELIN (P.) – La céramique indigène modelée de Saint-Blaise (Saint-Mitre-les-Remparts, B-du-Rh.). Niveaux protohistoriques VII et VI. Paris, Ophrys, 1971, 182 p., 78 pl. (Publ. Univ. Lett. Sc. Hum. d’Aix-en-Provence).

    Arcelin 1992 : ARCELIN (P.) – Salles hypostyles, portiques et espaces cultuels d’Entremont et de Saint-Blaise (B.-du-Rh.). In : GARCIA (D.) dir. – Espaces et monuments publics protohistoriques de Gaule Méridionale (dossier). DocAMérid, 15, 1992, pp. 13‑27.

    Arcelin 2009 : ARCELIN (P.) – Les stèles du sanctuaire des eaux de Graveson (B.-du-Rh.), dans leur contexte du premier âge du Fer provençal. In : GRUAT (P.) dir. – Stèles et statues des Celtes du Midi de la France (VIIIe-IVe s. av. J.‑C.). Pré-actes de la table-ronde internationale « Stèles et statues du début de l’âge du Fer dans le Midi de la France (VIIIe -IVe s. avant J.‑C.) : chronologies, fonctions et comparaisons » (Rodez, 24‑25 avril 2009), 2009, pp. 44‑46.

    Arcelin, Brunaux 2003 : ARCELIN (P.), BRUNAUX (J.‑L.) dir. - Cultes et sanctuaires en France à l’âge du Fer (dossier). Gallia, 60. Paris, CNRS, 2003, pp. 1‑268.

    Arcelin, Ferrando 2003 : ARCELIN (P.), FERRANDO (P.) – Graveson (Bouches-du-Rhône). Le Mourre Pela et la Roque. In : ARCELIN (P.), BRUNAUX (J.‑L.) dir. – Cultes et sanctuaires en France à l’âge du Fer (dossier). Gallia, 60. Paris, CNRS, 2003, pp. 222‑225.

    Arcelin, Plana 2011 : ARCELIN (P.), PLANA (R.) – L’expression monumentale des rites protohistoriques en Gaule méditerranéenne et dans la partie nord-est de la Péninsule Ibérique : stèles, bâtiments cultuels et sculptures. In : ROURE (R.), PERNET (L.) dir. – Des rites et des Hommes. Les pratiques symboliques des Celtes, des Ibères et des Grecs en Provence, en Languedoc et en Catalogne. Paris, Errance, 2011, 288 p. (Coll. Archéologie de Montpellier Agglomération-AMA, 2) (Cat. expo).

    Arcelin, Pradelle, Rigoir 1983 : ARCELIN (P.), PRADELLE (Ch.), RIGOIR (J. et Y.) – Note sur des structures primitives de l’habitat protohistorique de Saint-Blaise (Saint-Mitre-les-Remparts, B.-du-Rh.). DocAMérid, 6, 1983, pp. 138‑143.

    Bessac, Bouloumié 1985 : BESSAC (J.‑C.), BOULOUMIÉ (B.) – Les stèles de Glanum et de Saint-Blaise et les sanctuaires préromains du Midi de la Gaule. RANarb, 18, 1985, pp. 127‑187.

    Bessac, Chausserie-Laprée 1992 : BESSAC (J.‑C.), CHAUSSERIE-LAPRÉE (J.) – Documents de la vie spirituelle et publique des habitats de Saint-Pierre et de l’Île de Martigues (B.-du-Rh.). In : GARCIA (D.) dir. – Espaces et monuments publics protohistoriques de Gaule méridionale (dossier). DocAMérid, 15, 1992, pp. 134‑157.

    Bouloumié 1979 : BOULOUMIÉ (B.) – Saint-Blaise : note sommaire sur cinq années de fouilles et de recherches (1974‑1978). Gallia, 37‑2, 1979, pp. 229‑236.

    Bouloumié 1984 : BOULOUMIÉ (B.) – Un oppidum gaulois à Saint-Blaise. Les Dossiers. Histoire et archéologie, 84, 1984, 97 p.

    Bouloumié 1985 : BOULOUMIÉ (B.) – Dépôt votif du IIe siècle avant J.‑C. à Saint-Blaise (13) : un rite d’envoûtement ? Archéologie du Midi méditerranéen, 11. Valbonne, 1985, pp. 63‑67 (Lettre d’information du CRA, 26).

    Bouloumié 1992 : BOULOUMIÉ (B.) avec la collaboration de BORÉLY (M.) – Saint-Blaise (fouilles H. Rolland) : l’habitat protohistorique, les céramiques grecques. Travaux du C.C.J., 13, 1992, 279 p. (Publ. Univ. de Provence).

    Bouloumié, Tréziny 1985 : BOULOUMIÉ (B.), TRÉZINY (H.) – Saint-Blaise. Saint-Mitre-les-Remparts, Bouches-du-Rhône. In : DEDET (B.), PY (M.) éd. – Les enceintes protohistoriques de Gaule Méridionale. Cahiers de l’ARALO, 14. Caveirac, 1985, pp. 107‑110.

    Bouloumié, Fincker, Tréziny 1984 : BOULOUMIÉ (B.), FINCKER (M.), TRÉZINY (H.) - Le rempart hellénistique de Saint-Blaise : II. Sondage stratigraphique de la campagne 1981. Acta Antiqua Academiae Scientiarum Hungaricae, XXIX, 1‑4. Budapest, 1984, pp. 227‑266.

    Chausserie-Laprée 2003 : CHAUSSERIE-LAPRÉE (J.) – Martigues (Bouches-du-Rhône). Notice 4. In : ARCELIN (P.), BRUNAUX (J.‑L.) dir. – Cultes et sanctuaires en France à l’âge du Fer (dossier). Gallia, 60. Paris, CNRS, 2003, pp. 225‑230.

    Chausserie-Laprée 2005 : CHAUSSERIE-LAPRÉE (J.) – Martigues, terre gauloise. Entre Celtique et Méditerranée. Paris, Errance, 2005, 255 p. (Coll. Hauts lieux de l’histoire).

    Chausserie-Laprée 2009 : CHAUSSERIE-LAPRÉE (J.) – Stèles et statues des sites gaulois de la région de Martigues. Bilan des découvertes anciennes et données nouvelles. In : GRUAT (Ph.) dir. – Stèles et statues des Celtes du Midi de la France (VIIIe-IVe s. av. J.‑C.). Pré-actes de la table-ronde internationale « Stèles et statues du début de l’âge du Fer dans le Midi de la France (VIIIe -IVe s. avant J.‑C.) : chronologies, fonctions et comparaisons » (Rodez, 24‑25 avril 2009), 2009, pp. 50‑56.

    Chausserie-Laprée 2011 : CHAUSSERIE-LAPRÉE (J.). Martigues et sa région. In : ROURE (R.), PERNET (L.) dir. – Des rites et des Hommes. Les pratiques symboliques des Celtes, des Ibères et des Grecs en Provence, en Languedoc et en Catalogne. Paris, Errance, 2011, pp. 189‑193 (Coll. Archéologie de Montpellier Agglomération-AMA, 2) (Cat. expo).

    Chausserie-Laprée 2012 : CHAUSSERIE-LAPRÉE (J.). – Saint-Blaise, la renaissance d’un grand site. In : Histoire et récits du pays martégal, 1, Les Mardis du patrimoine. Ville de Martigues, éditions Atelier Baie, 2012, pp. 8‑43.

    Chausserie-Laprée, Duval 2011 : CHAUSSERIE-LAPRÉE (J.), DUVAL (S.) – Saint-Mitre-les-Remparts. Saint-Blaise. Bulletin Régional Scientifique, SRA PACA, 2011, pp. 160‑163.

    Duval 2006 : DUVAL (S.) – Mobilier céramique et commerce à destination d’habitats indigènes en Provence occidentale, du VIe s. au début du Ve s. av. J.‑C. In : Gli Etruschi da Genova ad Ampurias. Atti del XXIV Convegno di Studi Etruschi ed Italici (Marseille-Lattes, 26 settembre - 1 ottobre 2002). Pisa, Istituti Editoriali e Poligrafici Internazionali, 2006, pp. 103‑120.

    Garcia 1992 : GARCIA (D.) dir. – Espaces et monuments publics protohistoriques de Gaule méridionale : dossier. DocAMérid, 15, 1992, pp. 9‑158.

    Garcia 2006 : GARCIA (D.) – Religion et société, la Gaule méridionale. In : GOUDINEAU (C.) dir. – Religion et société en Gaule. Paris, Errance, 2006, pp. 135‑164.

    Goudineau 2006 : GOUDINEAU (C.) dir. – Religion et société en Gaule, Paris, Errance, 2006, 222 p.

    Lachenal 2010 : LACHENAL (T.) – L’âge du Bronze en Provence : productions céramiques et dynamiques culturelles. Thèse de doctorat, Centre Camille Jullian, Aix-en-Provence, 3 vol. , 2010, 446 p., 269 fig., 136 pl.

    Lagrand 1979 : LAGRAND (C.‑H.) – Un nouvel habitat de la période de colonisation grecque : Saint-Pierre-les-Martigues (Bouches-du-Rhône) (VIème s. av. J.‑C. - Ier s. ap. J.‑C.). DocAMérid, 2, 1979, pp. 81‑106.

    Marty 2002 : MARTY (F.) avec la collaboration de DEL CORSO (M.) – L’habitat de hauteur du Castellan (Istres, B.-du-Rh.) à l’âge du Fer. Étude des collections anciennes et recherches récentes. DocAMérid, 25, 2002, pp. 129‑169.

    Nin 1999 : NIN (N.) – Les espaces domestiques en Provence durant la Protohistoire. Aménagements et pratiques rituelles du VIe s. av. n. è. à l’époque augustéenne. DocAMérid, 22, 1999, pp. 221‑278.

    Py 2011 : PY (M.) – La sculpture gauloise méridionale. Paris, Errance, 2011, 198 p.

    Rigoir 1969 : RIGOIR (J. et Y.) – A propos d’un trottoir de Saint-Blaise : urbanisme antique et moderne. Provence Historique, XIX, Fasc. 77, 1969, pp. 265‑268.

    Rolland 1936 : ROLLAND (H.) – Fouilles de Saint-Blaise 1936. Rapport sommaire. Rapport dactylographié. Service Archéologie de Martigues, 1936, 26 p.

    Rolland 1951a : ROLLAND (H.) – Fouilles de Saint-Blaise (B.-du-Rh.). Paris, CNRS, 1951, 290 p., 2 plans h.-t. (Suppl. à Gallia, III).

    Rolland 1951b : ROLLAND (H.) – Fouilles de Saint-Blaise. Rapport sommaire 1951. Rapport dactylographié Service Archéologie de Martigues, 1951, 13 p.et 12 fig.

    Rolland 1956 : ROLLAND (H.) – Fouilles de Saint-Blaise (1951‑1956). Paris, CNRS, 1956, 95 p. (Suppl. à Gallia, VII).

    Rolland 1961 : ROLLAND (H.) – Fouilles de Castelveyre-Saint-Blaise 1961. Rapport sommaire. Rapport dactylographié. Service Archéologie de Martigues, 1961, 19 p.

    Rolland 1964 : ROLLAND (H.) – Fouilles de Castelveyre-Saint-Blaise 1964. Rapport sommaire. Rapport dactylographié. Service Archéologie de Martigues, 1964, 22 p. et 56 fig.

    Rolland 1968 : ROLLAND (H.) – Fouilles de Saint-Blaise 1968. Rapport sommaire. Rapport dactylographié Service Archéologie de Martigues, 1968, 13 p.

    Rolland 1969 : ROLLAND (H.) –Fouilles de Saint-Blaise 1969. Rapport dactylographié. Service Archéologie de Martigues, 1969, 10 p. et 4 p (MN 11) ; 17 fig. et 4 fig. (MN 11).

    Roure, Pernet 2011 : ROURE (R.), PERNET (L.) dir. – Des rites et des Hommes. Les pratiques symboliques des Celtes, des Ibères et des Grecs en Provence, en Languedoc et en Catalogne. Paris, Errance, 2011, 288 p. (Coll. Archéologie de Montpellier Agglomération-AMA, 2) (Cat. expo).

    Salviat 1987 : Salviat (F.) – La sculpture d’Entremont. In : COUTAGNE (D.) dir. – Archéologie d’Entremont au Musée Granet. Aix-en-Provence, Musée Granet, 1987, pp. 164‑239 (Cat. expo).

    Sourisseau 2003 : SOURISSEAU (J.‑C.) avec la collaboration de GANTÈS (L.‑F.), VERGER (S.) – Saint-Blaise. In : LANDES (C.) dir. – Les Etrusques en France : archéologie et collections. Lattes, IMAGO-Musée de Lattes (30 septembre 2002 - 31 janvier 2003). 2003, pp. 61‑80 (Cat. expo).

    Valencianº 2011 : VALENCIANO (M.) – Données inédites sur l’organisation urbaine tardo-antique/Ugium (Saint-Mitre-les-Remparts, 13). Mémoire de Master II d’archéologie médiévale présenté à l’Université de Provence (Aix-Marseille I) sous la direction d’André Constant. LAMM, MMSH, juin 2011, 3 vol. 

    Valenciano, Duval 2010 : VALENCIANO (M.), DUVAL (S.) – Saint-Mitre-les-Remparts. Saint-Blaise, ville basse. Bilan scientifique du SRA de la région PACA, 2010, pp. 161‑163.

    Haut de page

    Annexe

    Annexe 1. Saint-Blaise. Inventaire des stèles (en place) du saillant sud (zone 20)

    Annexe 2. Saint-Blaise. Tableaux de classification typologique

    Type

    I

    III

    V

    VIII

    NMI (26 individus obs.)

    9

    11

    5

    1

    Caractères secondaires

    A

    B

    C

    D

    F

    NMI (71 individus obs.)

    2

    15

    2

    51

    1

    Annexe 3. Saint-Blaise. Rempart primitif de la ville basse, inventaire des stèles en place

    Haut de page

    Notes

    1 Rolland 1951a, 42 ; 1956, 20, fig. 7, 41 ; Bouloumié 1984, 90‑94 ; Bessac, Bouloumié 1985, 127‑187 ; Chausserie-Laprée 2005, 71‑72 et 2009, 56.

    2 On doit noter tout de même que les dernières synthèses sur le sujet (Arcelin, Brunaux 2003, 192‑193 ; Arcelin, Plana 2011, 25‑36), qui privilégient une chronologie haute, entre la fin de l’âge du Bronze et le début du VIe s. av. J.‑C., pour la période de fabrication et de dévotion primaire de ces stèles du Midi de la Gaule, intègrent Saint-Blaise dans ce schéma, mais sans apporter d’éléments concrets sur leur présence et leur remploi au sein de constructions (fortifications, maisons) de la période archaïque ou antérieures au rempart grec.

    3 La totalité des stèles mises au jour dans ce secteur du site l’a été lors des premières recherches conduites au cours des années 1935, 1936, 1937 puis 1951 par H. Rolland. Si au début des années 1980, B. Bouloumié avait projeté d’y effectuer plusieurs sondages, dans le cadre d’une étude d’ensemble des fortifications (Bouloumié 1984, 24 ; Bouloumié, Bessac 1985, 145), seuls deux d’entre eux, ont été réalisés en 1981, sur le flanc est de la fortification grecque (fig. 9). Leur publication a permis en particulier de fixer la chronologie du rempart hellénistique dans la seconde moitié du IIe s. av. J.‑C. (Bouloumié, Fincker, Tréziny 1984, 265‑266).

    4 Extraits du journal de fouilles de 1936 : 29 mai : « Avant de dégager les substructions du mur A (nota : devenu aujourd’hui le mur E), je cherche à pénétrer dans le saillant, vers la tour ronde du Moyen-Age. Je rencontre à 2,20 m du parement un mur grossièrement construit lié avec de la terre. Mon intention était de le garder, mais j’y renonce, en m’apercevant que ce mur est construit sur des stèles. J’en retire 11 de 0,30m à 1,30 m, quelques unes entières, les autres mutilées, toutes de dimensions différentes. Les unes ont le fût légèrement pyramidal, d’autres le sommet carré ou arrondi, les arêtes sont abattues en chanfrein. Toutes sont anépigraphes. Les bases mal équarries débordent du fût » ; 30 mai : « Je poursuis l’exploration du mur intérieur, jusqu’au rocher (safre). Je retire 24 nouvelles stèles dont la hauteur varie de 0,30 m à 1,20 m (fig. 7) » ; 2 juin : « J’achève de faire extraire les stèles ; 14 nouvelles dont une grossière de très fort volume ayant de très curieuses incisions sur la face gauche. Mise en ordre des stèles ; j’en arrête la recherche bien qu’il paraisse en exister d’autres vers l’est. Je fais combler en partie la fouille précédente en laissant apparentes les tranches du mur à stèles… ».

    5 « l’existence d’un portique, du type de celui de Roquepertuse, est aujourd’hui attestée à Saint-Blaise par la découverte d’un pilier, malheureusement sectionné dans sa partie haute, où est creusée une entaille céphaloïde (…). Ce pilier, dont la mutilation est dûe à son remploi, au IVe siècle avant notre ère, comme seuil de la Poterne Est du rempart hellénistique, ne laisse aucun doute sur sa destination première (…). Déjà, en 1936, nous avions trouvé, dans le rempart, le sommet d’un pilier du même type, dont la destination de l’entaille ovoïde nous avait échappé ». (Rolland 1951b, 11‑13, fig. 12). Ces deux éléments sont aujourd’hui perdus. Seul le bloc découvert en 1951 reste illustré (Rolland 1956, 41).

    6 Malgré leur caractère inédit, ces plans semblent avoir servi de base à tous les travaux postérieurs, en particulier aux études dirigées par B. Bouloumié. L’indication du contre-mur sans continuité avec la tour du rempart primitif illustre ici l’interprétation erronée qui le rattache à la fortification en grand appareil.

    7 Photographie du parement, pourtant identifié comme « mur à stèles de l’éperon sud » dans Bouloumié 1984, 92‑93, fig. 4.

    8 Autorisation de prospection thématique nº 2011‑498, dossier 10108 en date du 6 octobre 2011 du Ministère de la Culture.

    9 Stèles nº 09, 047 à 056, 079 à 082.

    10 Déjà signalée par H. Rolland (1951, 102 et fig. 131), mais incomplètement dégagée.

    11 Un tel dispositif confirme les notations de H. Rolland (1951a, 102) sur l’existence d’un passage taillé dans le rocher au sud de la pointe du rempart, longtemps resté hypothétique en l’absence de documents photographiques et de vestiges visibles au sol.

    12 L’inventaire de 1985 signale en particulier huit stèles en remploi dans la face sud du grand bastion (SB 8 à 15).

    13 Une grande stèle à socle (SB 3 : Bessac, Bouloumié 1985, 130, fig. 4).

    14 Deux exemplaires sont mentionnés sur le site (SB 34 et SB 89 : Bessac, Bouloumié 1985, fig. 3), l’une d’elles provenant du contre mur du saillant sud (Rolland 1951, 9 : « l’une de celles trouvées cette année, d’une facture très soignée, a ses angles amortis en chanfrein sur toute leur hauteur et la partie inférieure de la stèle, taillée parfaitement à l’horizontale, offre au-dessus une profonde mortaise indiquant que le monument, retenu par un tenon, se trouvait fixé au socle »).

    15 Un fragment à décor de chevrons, dits à dents de loups, provenant des remblais de construction du mur D (H. Rolland 1936, 21‑22 et illustration dans Rolland 1951a, 218, fig. 85 ; Bessac, Bouloumié 1985, fig. 3 : SB 88) ; à gravures géométriques (SB 70 : Bessac, Bouloumié 1985, 129, fig. 3) ; à sillons incisés (SB 90 : Rolland 1956, fig. 27 ; Bessac, Bouloumié 1985, fig. 3) ; avec une gravure en forme de grecque et des traces de peinture rouge (Bessac, Bouloumié 1985, SB 100) ; enfin, fragment avec à 1 cercle gravé (SB 106 : Bessac, Bouloumié 1985, 138 non illustré).

    16 Cette teinte rappelle celle du niveau à la base de la stratigraphie et du sédiment piégé dans les infractuosités du substrat, matériau local dont on a pu vouloir utiliser la pigmentation naturelle.

    17 Rolland 1951a, 42‑43 non illustré ; Bessac, Bouloumié 1985, fig. 3 (SB 2 Bétyle ?) et SB 145 ville basse non illustré.

    18 « trois éléments de piliers porte-crânes, dont deux sur l’emplacement de deux poternes (Ouest et Est). » (Bessac, Bouloumié 1985, 184) ; le troisième découvert dans les fouilles au nord de la Ville Basse (Bouloumié 1984, 92). H. Rolland en signalait deux exemplaires en 1951 (fiche journalière du 3 septembre) illustré dans Rolland 1956, 41, fig. 26. Ils sont tous deux inscrits au registre d’inventaire f°105 (nº 1351 : « pilier à alvéole pour tête coupée » ; nº 1357 : « partie supérieure d’un pilier à alvéole céphaloïde »).

    19 Ce dépotoir vient sceller cette structure, ainsi décrit dans la publication de 1951 : « au-dessus de ce dispositif, le rejet de déchets de cuisine avait constitué une couche de cendres mélangées à un nombre considérable de coquilles de moules, à des os d’animaux, à des débris de poteries courantes (amphores micacées), et à des tessons de vases à vernis noir, un fragment de coupe à figures rouges de fabrication tardive (IVe s. ?) et des bols et plats campaniens avec fonds ornés de palmettes estampées. Cette couche homogène, non remaniée, fournit un intéressant témoignage stratigraphique et établit un terminus ante quem pour la construction du mur de soutènement » (Rolland 1951a, 109‑110, fig. 36).

    20 Seul un autre tronçon de ce rempart ne montre pas aujourd’hui de stèles en remploi : dans les quatre assises visibles sur quelques mètres sous l’extrémité de la courtine Δ. Cependant, H. Rolland mentionne pour ce même tronçon une stèle (registre d’inventaire, f°69, nº 613 : 22 avril 1939, en arrière des fondations du mur grec ф, au pied de la tour de basse époque nº 8).

    21 Selon les divers comptages et inventaires auxquels B. Bouloumié s’est livré, recoupant observations sur le terrain et mentions dans les archives pour la zone de la porte principale où sont malheureusement mêlés blocs issus de la zone située immédiatement au nord de la basilique et blocs trouvés indistinctement dans la ville basse, le nombre de stèles répertoriées varie de trois à vingt-six (Bessac, Bouloumié 1985, 143).

    22 Selon la nouvelle dénomination neutre adoptée par M. Valenciano en 2010 pour désigner cet édifice, alternativement dénommé basilique, église Saint-Vincent ou église Saint-Pierre par les différents chercheurs du site (Valenciano, Duval 2010, 162).

    23 Deux d’entres elles sont inscrites au registre d’inventaire (« stèle à sommet arrondi », nº 847, « à sommet carré », nº 848).

    24 Une partie non négligeable de ces stèles, qui ont transité pour certaines par plusieurs lieux de stockage ou de dépôt (espaces extérieurs du site, petit musée de Saint-Blaise, Hôtel de Sade à Saint-Rémy-de-Provence), a disparu, en particulier deux exemplaires pourvus d’un décor gravé.

    25 Qu’elle intervienne après une interruption de l’occupation de ce secteur du site aux IVe et IIIe s., ou qu’elle en ait fait disparaître les installations.

    26 Découverte des stèles signalée dans le rapport Rolland 1968, 13. Elles sont par ailleurs visibles et mentionnées sur un relevé en plan établi par J. Bruchet et sur une photographie du mur prise vers l’est (Bessac, Bouloumié 1985, 185, fig. 33). Elles font sans doute partie du fonds recueilli à l’Hôtel de Sade et aujourd’hui déposé dans les réserves du Service Archéologique de la Ville de Martigues, sans qu’il soit possible de les identifier.

    27 « le tracé de la rue est nettement indiqué par les dalles d’un trottoir constitué de longue pierres aboutées et disposées sur deux niveaux » (Rolland 1968, 12). Ces fûts sont enregistrés sous le numéro SB 67 dans l’inventaire de 1985 (Bessac, Bouloumié 1985, 133).

    28 On peut signaler les deux autres structures concernées. En premier lieu, au nord de la maison des jarres, un long trottoir, constitué de dalles irrégulières, qui borde la façade nord de la rue 2 : trottoir sur le côté exposé au midi, opposé au mistral, pour des raisons de confort. Dimensions moyennes des dalles : 0,25 à 1 m de long x 0,50 à 0,75 m de large x 0,10 à 0,20 m d’épaisseur (Rigoir 1969, 267‑268). Cet aménagement semble se prolonger dans la rue 1 le long de la maison d’angle (dans le carré H6). Un autre trottoir est signalé dans une rue est-ouest, en LM11 « le long des murs des cases A et B » (Rolland 1969, p. 4 du texte de Ch. Pradelle et 30).

    29 Cette stèle est déjà mentionnée dans l’inventaire de 1985 : SB 68. Elle correspond au numéro 1.052.024 de notre listing, cf. Annexe 3.

    30 « En façade de la courtine ф nous avons achevé le dégagement complet jusqu’à l’extrémité du fossé sec ; en cet endroit un mur, dont nous n’avons retrouvé que les arrachements, retenait un remblai fait d’un blocage couvrant la dénivellation du sol rocheux qui s’élève sensiblement pour servir d’assise au saillant. Dans le blocage, et dans les arrachements de son mur de soutènement, nous avons trouvé plusieurs stèles indigènes à sommet arrondi ou carré avec les angles amortis en chanfrein. Nous avions précédemment signalé des stèles de ce type réutilisées dans la partie sud du rempart […] » (Rolland 1964, 2).

    31 On peut noter une chronologie concordante à celle de la ville basse, où cet horizon se situerait « dans le second quart du VIe s. av. n. è. ou au plus tard vers le milieu du siècle » (Arcelin, Pradelle, Rigoir 1983, 139).

    32 Ces niveaux d’incendie et d’habitat en matériaux périssables antérieurs au niveau de galets avaient déjà été reconnus dans la ville basse, lors des fouilles d’H. Rolland et dans le carré Q 8/9, avec une « cabane à cloison en torchis et trous de poteaux, incendiée dans le courant du VIe s. av. J.‑C. » (Bouloumié 1979, 232). Les plus anciennes importations méditerranéennes, certaines datées de la seconde moitié du VIIe s. av. n. è., appartiennent à cet horizon (Bouloumié 1984, 45‑46).

    Haut de page

    Table des illustrations

    Titre Figure 1 : Localisation du site de Saint-Blaise
    Crédits Rel. et DAO : S. Duval
    URL http://journals.openedition.org/dam/docannexe/image/2719/img-1.jpg
    Fichier image/jpeg, 360k
    Titre Figure 2 : Plan du site de Saint-Blaise
    Crédits Topographie : OPSIA, DAO : S. Duval
    URL http://journals.openedition.org/dam/docannexe/image/2719/img-2.jpg
    Fichier image/jpeg, 1020k
    Titre Figure 3 : Stèles excavées du saillant, « retirées du contre-mur » en 1936
    Crédits Cl. : H. Rolland, nº 2838, classeur 8, SRA PACA
    URL http://journals.openedition.org/dam/docannexe/image/2719/img-3.jpg
    Fichier image/jpeg, 560k
    Titre Figure 4 : Détail des stèles excavées du saillant en 1936
    Crédits Cl. : H. Rolland, boîte 6
    URL http://journals.openedition.org/dam/docannexe/image/2719/img-4.jpg
    Fichier image/jpeg, 384k
    Titre Figure 5 : Plan et coupe du saillant et du « contre-mur »
    Crédits Extrait du journal de fouille H. Rolland 1936, 11.
    URL http://journals.openedition.org/dam/docannexe/image/2719/img-5.jpg
    Fichier image/jpeg, 204k
    Titre Figure 6 : Coupe du « contre-mur »
    Légende Extrait du journal de fouille H. Rolland, 4 juillet 1936, 16.
    URL http://journals.openedition.org/dam/docannexe/image/2719/img-6.jpg
    Fichier image/jpeg, 156k
    Titre Figure 7 : Coupe réalisée par H. Rolland dans le saillant en 1951, mettant en évidence le parement du rempart primitif, dit « contre-mur dans lequel sont incorporées les stèles »
    Légende Cl. : H. Rolland, saillant, vue vers l’est : Gallia 1951, 217, fig. 82
    URL http://journals.openedition.org/dam/docannexe/image/2719/img-7.jpg
    Fichier image/jpeg, 792k
    Titre Figure 8 : La coupe du « contre-mur » du saillant en 1951, vue vers l’ouest, avec les stèles en remploi
    Crédits Cl. : H. Poupée, 1951
    URL http://journals.openedition.org/dam/docannexe/image/2719/img-8.jpg
    Fichier image/jpeg, 576k
    Titre Figure 9 : Relevé des fortifications par J. Bruchet
    Légende Le contre-mur, comportant des « stèles indigères », est indiqué sans continuité avec la tour du rempart primitif et rattaché à la fortification en grand appareil.
    Crédits J. Bruchet, 1969‑1970
    URL http://journals.openedition.org/dam/docannexe/image/2719/img-9.jpg
    Fichier image/jpeg, 752k
    Titre Figure 10 : Le saillant méridional, vue vers le nord
    Crédits Cl. : J. Chausserie-Laprée
    URL http://journals.openedition.org/dam/docannexe/image/2719/img-10.jpg
    Fichier image/jpeg, 1,2M
    Titre Figure 11 : Le saillant méridional
    Légende 1. Fortification hellénistique en grand appareil ; 2. Seuil à crapaudine de la poterne ouest ; 3. Assise de fondation de la fortification hellénistique ; 4. Talon présents aux quatre angles du saillant ; 5. Repentir dans l’axe d’implantation du parement ; 6. Avant-mur hellénistique ; 7. Substrat aplani ; 8. Crête rocheuse ; 9. Rempart archaïque ; 10. Décrochement dans le parement de la fortification archaïque ; 11. Structure interne habillée par la fortification archaïque (construction primitive ou raidisseur ?) ; 12. Fortification tardo-antique ; 13. Négatif d’un arrachement dans la maçonnerie tardo-antique ; 14. Tronçon en petit appareil mis en oeuvre sans mortier, au-dessus des blocs taillés (maçonnerie postérieure) ; 15. Murs de terrasse moderne pour oliveraie ; 16. Négatif, vraisemblablement d’une ornière, repérée par H. Rolland, sous la maçonnerie héllénistique ; 17. Vestige lié à la porte du rempart archaïque ? ; 18. Bordure de la falaise à une distance de 9,70 m. ; 19. Sondage A de B. Bouloumié (1981).
    URL http://journals.openedition.org/dam/docannexe/image/2719/img-11.jpg
    Fichier image/jpeg, 1,1M
    Titre Figure 12 : Le rempart en grand appareil vient habiller le parement des stèles du rempart archaïque et la structure interne 20.025
    Crédits Cl. : J. Chausserie-Laprée
    URL http://journals.openedition.org/dam/docannexe/image/2719/img-12.jpg
    Fichier image/jpeg, 904k
    Titre Figure 13 : Les trois fortifications successives : le rempart archaïque habillé par l’édifice en grand appareil et surmonté par la maçonnerie tardo-antique
    Crédits Cl. : J. Chausserie-Laprée
    URL http://journals.openedition.org/dam/docannexe/image/2719/img-13.jpg
    Fichier image/jpeg, 920k
    Titre Figure 14 : Coupe est au sein du saillant méridional avec les trois fortifications successives et la structure interne 20.025
    Crédits Cl. : J. Chausserie-Laprée
    URL http://journals.openedition.org/dam/docannexe/image/2719/img-14.jpg
    Fichier image/jpeg, 944k
    Titre Figure 15 : Coupe est au sein du saillant méridional
    Légende Si l’on distingue nettement le parement externe de la fortification archaïque avec la superposition des stèles, le parement de la structure interne est percuté par la tranchée de fondation de la fortification tardo-antique.
    Crédits Cl. : J. Chausserie-Laprée
    URL http://journals.openedition.org/dam/docannexe/image/2719/img-15.jpg
    Fichier image/jpeg, 884k
    Titre Figure 16 : Coupes stratigraphiques du saillant méridional et localisation de stèles
    Crédits Rel. et DAO : S. Duval
    URL http://journals.openedition.org/dam/docannexe/image/2719/img-16.jpg
    Fichier image/jpeg, 1,1M
    Titre Figure 17 : Trois stèles posées en fondation de la poterne ouest
    Légende De gauche à droite 054, 053, 052
    Crédits Cl. : J. Chausserie-Laprée
    URL http://journals.openedition.org/dam/docannexe/image/2719/img-17.jpg
    Fichier image/jpeg, 1000k
    Titre Figure 18 : Fragments de boulets et vraisemblablement de stèles extraits de la fouille de la poterne par H. Rolland
    Crédits Cl. : H. Rolland 3307, classeur 9, SRA PACA
    URL http://journals.openedition.org/dam/docannexe/image/2719/img-18.jpg
    Fichier image/jpeg, 588k
    Titre Figure 19 : Stèles remployées dans le blocage de la maçonnerie hellénistique H-H’
    Légende De gauche à droite 055, 056, 057
    Crédits Cl. : J. Chausserie-Laprée
    URL http://journals.openedition.org/dam/docannexe/image/2719/img-19.jpg
    Fichier image/jpeg, 872k
    Titre Figure 20 : Élévation du saillant méridional dans le secteur ouvert par H. Rolland
    Légende Relevé du parement visible et localisation des stèles.
    Crédits Rel. et DAO : S. Duval
    URL http://journals.openedition.org/dam/docannexe/image/2719/img-20.jpg
    Fichier image/jpeg, 504k
    Titre Figures 21‑22 : Coupe du terrain entre le parement de la fortification archaïque et la structure interne primitive (raidisseur ?)
    Crédits Cl., rel. et DAO : S. Duval
    URL http://journals.openedition.org/dam/docannexe/image/2719/img-21.jpg
    Fichier image/jpeg, 1,3M
    Titre Figure 23 : Certaines assises de l’élévation du parement du rempart archaïque sont presque exclusivement constituées de stèles
    Légende A droite, la stèle 020 disposée en parpaing, les autres blocs de l’assise supérieure sont posés en boutisse
    Crédits Cl. : S. Duval
    URL http://journals.openedition.org/dam/docannexe/image/2719/img-22.jpg
    Fichier image/jpeg, 948k
    Titre Figure 24 : La petite stèle 045 dans le blocage du rempart archaïque, contre le fût brisé 029, disposé en boutisse
    Crédits Cl. : S. Duval
    URL http://journals.openedition.org/dam/docannexe/image/2719/img-23.jpg
    Fichier image/jpeg, 936k
    Titre Figure 25 : Fûts de stèles posées en boutisse dont le tronc a été bûché pour être mis en parement
    Crédits Cl. : S. Duval
    URL http://journals.openedition.org/dam/docannexe/image/2719/img-24.jpg
    Fichier image/jpeg, 804k
    Titre Figure 26 : Petite stèle épointée dans le blocage interne du rempart archaïque (stèle 08)
    Crédits Cl. : S. Duval
    URL http://journals.openedition.org/dam/docannexe/image/2719/img-25.jpg
    Fichier image/jpeg, 840k
    Titre Figure 27 : Détail des stèles 049 et 050 mises au jour au sein du blocage de la fortification hellénistique
    Crédits Cl. : S. Duval
    URL http://journals.openedition.org/dam/docannexe/image/2719/img-26.jpg
    Fichier image/jpeg, 804k
    Titre Figure 28 : Maçonnerie 20.025 à l’intéreur du rempart archaïque
    Crédits Cl. : J. Chausserie-Laprée
    URL http://journals.openedition.org/dam/docannexe/image/2719/img-27.jpg
    Fichier image/jpeg, 944k
    Titre Figure 29 : Détail des blocs mis en œuvre dans la maçonnerie 20.025, sur laquelle est venue s’appuyer la tour tardo-antique
    Crédits Cl. : J. Chausserie-Laprée
    URL http://journals.openedition.org/dam/docannexe/image/2719/img-28.jpg
    Fichier image/jpeg, 780k
    Titre Figure 30 : Détail de la maçonnerie 20.025 qui vient se fonder sur le rocher dégradé qui affleure
    Légende Dans la coupe en arrière-plan, on observe la tranchée de fondation de la tour tardo-antique qui percute la structure
    Crédits Cl. : J. Chausserie-Laprée
    URL http://journals.openedition.org/dam/docannexe/image/2719/img-29.jpg
    Fichier image/jpeg, 788k
    Titre Figure 31 : Les stèles visibles dans le parement occidental du rempart archaïque sur le saillant
    Crédits Cl. : J. Chausserie-Laprée
    URL http://journals.openedition.org/dam/docannexe/image/2719/img-30.jpg
    Fichier image/jpeg, 1,2M
    Titre Figure 32 : Les stèles visibles dans le blocage interne de la maçonnerie en grand appareil hellénistique, sur le tronçon de courtine G et H
    Crédits M. Borély, d’après Bessac, Bouloumié 1985, 129 ; cl. : J. Chausserie-Laprée
    URL http://journals.openedition.org/dam/docannexe/image/2719/img-31.jpg
    Fichier image/jpeg, 920k
    Titre Figure 33 : Synthèse des principaux groupes attestés sur le site (1 et 2), des caractères iconographiques annexes (3 et 4), et des éléments relatifs à un système porteur (5 et 6)
    Légende 1 : le groupe de stèles : les fûts simples, essentiellement à sommet surbaissé (type III), rond (type I) et déprimé (type V), avec ou sans chanfreins (D ou B) (Bessac, Bouloumié 1985, fig. 9, SB 91 et 93) ; 2 : le groupe des piliers et linteaux, en particulier des piliers à encoche céphaloïde (dessin d’après Rolland 1956, fig. 26) ; 3 : stèle à cupules (id. 1985, fig. 3, SB 2, dessin M. Borély) ; 4 : les stèles à décor géométrique : croisillons, chevrons, linéaires (id. 1985, fig. 3, SB 70, 88, 90, dessins M. Borély) ; 5 et 6 : système porteur, par mortaise ou par socle (5 : id. 1985, fig. 3, SB 59 et 34, dessin M. Borély) (6 : id. 1985, fig. 4, SB 3, dessin M. Fincker).
    URL http://journals.openedition.org/dam/docannexe/image/2719/img-32.jpg
    Fichier image/jpeg, 344k
    Titre Figure 34 : Stèles à fûts chanfreinés du saillant méridional
    Légende 1 à 3 : de type III à sommet surbaissé ; 4 et 5 : à sommet déprimé de type V ; 6 : à sommet plat de type VIII ; 7 et 8 : à sommet rond de type I
    URL http://journals.openedition.org/dam/docannexe/image/2719/img-33.jpg
    Fichier image/jpeg, 1016k
    Titre Figure 35 : Stèles du saillant méridional
    Légende 1 : à arêtes soulignées d’une gorge ; 2 et 3 : avec traces d’ocre ; 4 : traces d’outils ; 5 : stèle à cupules
    URL http://journals.openedition.org/dam/docannexe/image/2719/img-34.jpg
    Fichier image/jpeg, 988k
    Titre Figure 36 : Le pilier à encoche céphaloïde
    URL http://journals.openedition.org/dam/docannexe/image/2719/img-35.jpg
    Fichier image/jpeg, 508k
    Titre Figure 36bis
    URL http://journals.openedition.org/dam/docannexe/image/2719/img-36.jpg
    Fichier image/jpeg, 816k
    Titre Figure 37 : Le pilier en remploi dans le parement du rempart archaïque
    Crédits Cl. : J. Chausserie-Laprée
    URL http://journals.openedition.org/dam/docannexe/image/2719/img-37.jpg
    Fichier image/jpeg, 652k
    Titre Figure 38 : Le bloc est posé en boutisse, le côté bûché et le socle parementé
    Crédits Cl. : J. Chausserie-Laprée
    URL http://journals.openedition.org/dam/docannexe/image/2719/img-38.jpg
    Fichier image/jpeg, 376k
    Titre Figure 39 : L’encoche céphaloïde apparaît du côté du blocage interne
    Crédits Cl. : J. Chausserie-Laprée
    URL http://journals.openedition.org/dam/docannexe/image/2719/img-39.jpg
    Fichier image/jpeg, 356k
    Titre Figure 40 : Plan et coupe du mur protohistorique démonté par H. Rolland parementé de stèles, autour de la tour 4, à l’extérieur de la poterne est
    Crédits A et B : Archives H. Rolland, 1937 ; C : implantation restituée des vestiges
    URL http://journals.openedition.org/dam/docannexe/image/2719/img-40.jpg
    Fichier image/jpeg, 1,0M
    Titre Figure 41 : Le parement du rempart archaïque dégagé par Y. Garlan en 1962
    URL http://journals.openedition.org/dam/docannexe/image/2719/img-41.jpg
    Fichier image/jpeg, 1020k
    Titre Figure 42 : À l’arrière de la construction hellénistique en grand appareil, le tracé du rempart archaïque dans la zone de la porte principale de la ville basse. Aucune stèle en remploi n’a été mise au jour dans ce mur
    Crédits Cl. : J. Chausserie-Laprée
    URL http://journals.openedition.org/dam/docannexe/image/2719/img-42.jpg
    Fichier image/jpeg, 1,1M
    Titre Figure 43 : Plan général des vestiges mis au jour à l’ouest de la rue principale de la ville basse
    Crédits J. Bruchet, 1968
    URL http://journals.openedition.org/dam/docannexe/image/2719/img-43.jpg
    Fichier image/jpeg, 688k
    Titre Figure 44 : Plan des trois fortifications à l’est de la porte principale
    Légende Le « mur primitif avec remploi de stèles » est indiqué à l’ouest de l’église tardo-antique.
    Crédits J. Bruchet, 1970
    URL http://journals.openedition.org/dam/docannexe/image/2719/img-44.jpg
    Fichier image/jpeg, 860k
    Titre Figure 45 : Phasage des structures bâties autour de la voie d’accès à l’agglomération
    Légende Éch. 1/500
    Crédits Plan : J. Bruchet 1968, J. et Y. Rigoir 1969 et 1981, église A : M. Valenciano, vestiges protohistoriques : S. Duval, 2010
    URL http://journals.openedition.org/dam/docannexe/image/2719/img-45.jpg
    Fichier image/jpeg, 956k
    Titre Figure 46 : Les vestiges protohistoriques relevés sur la zone 3
    Crédits Rel. : S. Duval ; DAO : S. Duval et M. Valenciano
    URL http://journals.openedition.org/dam/docannexe/image/2719/img-46.jpg
    Fichier image/jpeg, 1,1M
    Titre Figure 47 : L’unité domestique A1 et ses deux foyers en argile maçonnée, adossée au parement interne du mur archaïque
    Crédits Cl. : S. Duval
    URL http://journals.openedition.org/dam/docannexe/image/2719/img-47.jpg
    Fichier image/jpeg, 576k
    Titre Figure 48 : L’unité domestique A2 et son sol de galets, à l’extrémité ouest du mur archaïque
    Crédits Cl. : J. Chausserie-Laprée
    URL http://journals.openedition.org/dam/docannexe/image/2719/img-48.jpg
    Fichier image/jpeg, 652k
    Titre Figure 49 : Le sol S3162 de l’unité domestique B3
    Crédits Cl. : J. Chausserie-Laprée
    URL http://journals.openedition.org/dam/docannexe/image/2719/img-49.jpg
    Fichier image/jpeg, 1,1M
    Titre Figure 50 : Les stèles en remploi dans le parement externe du rempart archaïque, au niveau du couloir d’accès de la porte de la ville basse
    Crédits Cl. : S. Duval
    URL http://journals.openedition.org/dam/docannexe/image/2719/img-50.jpg
    Fichier image/jpeg, 580k
    Titre Figure 51 : Détail de l’élévation du parement externe du mur archaïque avec remploi de stèles
    Crédits Cl. : S. Duval
    URL http://journals.openedition.org/dam/docannexe/image/2719/img-51.jpg
    Fichier image/jpeg, 416k
    Titre Figure 52 : Le trottoir vu vers le nord
    Crédits Cl. : S. Duval
    URL http://journals.openedition.org/dam/docannexe/image/2719/img-52.jpg
    Fichier image/jpeg, 736k
    Titre Figure 53 : Le trottoir vu vers le sud
    Crédits Cl. : S. Duval
    URL http://journals.openedition.org/dam/docannexe/image/2719/img-53.jpg
    Fichier image/jpeg, 720k
    Titre Figure 54 : Stèle en remploi dans les fondations de l’église tardo-antique
    Crédits Cl. J. chausserie-Laprée
    URL http://journals.openedition.org/dam/docannexe/image/2719/img-54.jpg
    Fichier image/jpeg, 720k
    Titre Figure 55 : La tour archaïque en cours de dégagement en 1965
    Légende À l’arrière du mur, deux fragments de stèles ont été provisoirement érigés sur le sommet de la tour.
    Crédits Cl. A. Dumoulin
    URL http://journals.openedition.org/dam/docannexe/image/2719/img-55.jpg
    Fichier image/jpeg, 568k
    Titre Figure 56 : Ville basse de Saint-Blaise
    Légende Les stèles visibles dans le parement de la tour du rempart archaïque, placée entre la tour 9 tardo-antique et à l’arrière du tronçon de la fortification hellénistique
    Crédits Cl. : J. Chausserie-Laprée
    URL http://journals.openedition.org/dam/docannexe/image/2719/img-56.jpg
    Fichier image/jpeg, 792k
    Titre Figure 57 : Plan de la courtine ф en 1939 (A) et détail d’un croquis de fouille d’H. Rolland indiquant la présence d’une stèle dans le blocage (B) (H. Rolland, fiches journalières, courtine ;
    Crédits A : fig. 43, phi 111 ; B : 3‑6 août 1938, phi 091
    URL http://journals.openedition.org/dam/docannexe/image/2719/img-57.jpg
    Fichier image/jpeg, 1,0M
    Titre Figure 58 : La courtine ф au terme des travaux de A. Dumoulin en 1964 (vue vers le nord).
    Légende À gauche au premier plan, on note la présence d’une maçonnerie massive, peut-être liée à la fortification archaïque
    Crédits Cl. : A. Dumoulin 1964, classeur 3, cliché nº 576
    URL http://journals.openedition.org/dam/docannexe/image/2719/img-58.jpg
    Fichier image/jpeg, 508k
    Titre Figure 59 : La courtine ф en 1964, vue vers le sud.
    Légende A. Dumoulin a récupéré plusieurs stèles pour aménager les marches d’un escalier visible au fond sur l’affleurement rocheux.
    Crédits Cl. : A. Dumoulin 1964, classeur 3, cliché nº 618
    URL http://journals.openedition.org/dam/docannexe/image/2719/img-59.jpg
    Fichier image/jpeg, 572k
    Titre Figure 60 : Le tronçon ф de la fortification hellénistique.
    Légende Un arrachement dans la construction semble significatif d’une adaptation de la mise en œuvre du grand appareil à un affleurement du substrat rocheux ou à une maçonnerie antérieure. On note la présence de stèles en remploi dans le blocage de la fortification hellénistique (au premier plan), dans le parement de la courtine tardo-antique (deuxième plan). Quelques éléments ont été déplacés par A. Dumoulin au sein de l’escalier réalisé en 1964 pour le passage des visiteurs (à gauche)
    Crédits Cl. : J. Chausserie-Laprée
    URL http://journals.openedition.org/dam/docannexe/image/2719/img-60.jpg
    Fichier image/jpeg, 944k
    URL http://journals.openedition.org/dam/docannexe/image/2719/img-61.jpg
    Fichier image/jpeg, 1,4M
    URL http://journals.openedition.org/dam/docannexe/image/2719/img-62.jpg
    Fichier image/jpeg, 1,1M
    Haut de page

    Pour citer cet article

    Référence électronique

    Sandrine Duval et Jean Chausserie-Laprée, « Stèles en remploi et fortification primitive à Saint-Blaise », Documents d’archéologie méridionale [En ligne], 34 | 2011, mis en ligne le 07 novembre 2017, consulté le 14 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/dam/2719

    Haut de page

    Auteurs

    Sandrine Duval

    Assistant de conservation principal, archéologue de la Ville de Martigues

    Articles du même auteur

    Jean Chausserie-Laprée

    Conservateur en chef du patrimoine, archéologue de la Ville de Martigues

    Haut de page

    Droits d’auteur

    Tous droits réservés

    Haut de page