Navigation – Plan du site
Méditerranée nord-occidentale

Une stèle gravée de cercles sur le site de Tholon (Martigues)

Michel Rétif et Sandrine Duval
p. 241-245

Entrées d’index

Keywords :

Iron Age, stele, stela

Chronologique :

âge du Fer
Haut de page

Texte intégral

1. Introduction

1Sur la rive occidentale de l’étang de Berre, au nord de la ville de Martigues dans le quartier de Ferrières, le service archéologique municipal a depuis 1998 révélé l’existence d’une agglomération d’époque gallo-romaine, fondée vers le milieu du Ier s. av. n. è. et définitivement abandonné à la fin du IVe s. (fig. 1) (Chausserie-Laprée, Rétif 2003).

Figure 1 et 2 : Localisation de la stèle découverte au sein de l’espace 3b de l’îlot I de l’agglomération de Tholon

Figure 1 et 2 : Localisation de la stèle découverte au sein de l’espace 3b de l’îlot I de l’agglomération de Tholon

Rel. : M. Rétif

  • 1 Sur cette problématique et la liste des sources antiques, voir Gascou 2003.
  • 2 L’anthroponyme vebro... connu à Saint-Blaise se retrouve également sur une coupe campanienne découv (...)

2Le site de ce vicus, identifié à titre d’hypothèse à la Maritima Avaticorum évoqué par Pomponius Mela et Pline1 et qui succède sur ce territoire aux oppida de l’Île de Martigues et de Saint-Blaise2, a pour particularité la présence de sources pérennes d’eau douce à proximité immédiate de l’étang, vaste réservoir de ressources naturelles et espace de circulation capital pour la région.

  • 3 Étude des peintures murales par S. Groetembril (CEPMR), étude en cours.

3En 2003, la fouille d’un îlot d’habitation a permis la découverte, dans les décombres de l’effondrement d’un mur, d’une stèle fragmentaire d’aspect fruste qui tranche avec les éléments architecturaux habituellement mis au jour sur ce site (enduit mural peint, fût de colonne en calcaire rose, plaque de marbre blanc…) (fig. 2 et 3). Ce mur, monté en moellons bruts ou équarris, et enduit sur sa paroi intérieure d’une peinture monochrome rouge à filet blanc et bandeau bordeaux ou vert dans la tradition du IIIe style pompéien, a été bâti dans la seconde moitié du Ier s.3. L’habitation a ensuite été utilisée comme entrepôt de matériaux avant d’être définitivement détruite au IIIe s.

Figure 3 : La stèle décorée découverte posée sur le sol de l’habitation, contre le mur MR4106 et prise dans les déblais de la destruction

Figure 3 : La stèle décorée découverte posée sur le sol de l’habitation, contre le mur MR4106 et prise dans les déblais de la destruction

Cl. : M. Rétif

2. Une stèle gravée de cercles

2.1. Matériau et morphologie

4Taillée dans un calcaire coquillier de couleur rosé à beige, de type Burdigalien, cette stèle fragmentaire se présente actuellement comme un petit bloc de section rectangulaire (fig. 4). Il mesure 34,4 cm de haut sur 31,5 cm de large et 11 à 14 cm d’épaisseur. Réalisé dans une roche exogène au site, mais disponible dans les environs, à une quinzaine de kilomètres plus à l’ouest dans le secteur des étangs de Saint-Blaise, ou vers le sud, sur la Côte Bleue, le bloc est retaillé sur ses quatre côtés, vraisemblablement lors de son remploi. On observe en surface des traces linéaires d’outils, peut-être de burin, et les quatre angles sont marqués d’épaufrures.

Figure 4 : Relevé (1), frottis (2) et clichés de la stèle gravée de Tholon

Figure 4 : Relevé (1), frottis (2) et clichés de la stèle gravée de Tholon

Rel. et cl. : S. Duval

5Bien que cette stèle soit de type morphologique indéterminable, tous les éléments distinctifs ayant été bûchés, elle revêt l’intérêt de porter des décors de rainures circulaires sur les deux faces principales.

2.2. Un décor original

6La face A porte trois grands cercles (de 11,5 à 13 cm de diamètre) disposés en triangle, et deux autres cercles de plus petits diamètres (de 6,5 à 7 cm). En bordure de bloc se dessine le départ d’un sixième cercle, à peine ébauché ou très abîmé, de petit diamètre, qui pourrait former un second triangle imbriqué dans le premier. Le motif est incisé avec un outil à pointe étroite. Les incisions sont larges de 1 à 1,5 cm pour les plus grandes et de 1 cm pour les plus petites, sur une profondeur de 0,5 à 1,1 cm. Si certains impacts semblent indiquer un premier piquetage, on dénote en revanche un polissage final du tracé et un égrisage de la surface.

7La face B est ornée d’un large cercle de 11 cm de diamètre, profondément incisé sur 0,8 à 1 cm. Un motif plus énigmatique, de facture différente, à peine ébauché comme semble l’indiquer la moindre profondeur de l’incision (seulement 3 mm), se développe en un arc de cercle clairement identifiable, relié à un tracé de forme indistincte par un trait médian. Ce dessin couvre une surface de 8,5 cm de largeur sur 8 cm de hauteur.

8Sur le plan stylistique, le cercle possède une forte valeur symbolique. De la simple figuration géométrique aux représentations célestes – disque solaire ou lunaire –, parfois forme simplifiée de la cupule ou évocation d’éléments métalliques, eux-mêmes vecteurs de symbolisme, ces gravures revêtent un sens difficile à interpréter sur un bloc à connotation rituelle ou cultuelle. La représentation de cercles tend, au cours de l’âge du Fer, à se faire plus fréquente dans le corpus ornemental. Les représentations attestées sur les stèles de l’aire culturelle de l’ouest de l’étang de Berre, sont le plus souvent de type chevrons, comme à Saint-Blaise ou Saint-Pierre-les-Martigues. Plus rares, les cercles apparaissent de manière isolée ou sont associés à d’autres figures géométriques à Saint-Pierre-les-Martigues (fig. 5).

Figure 5 : Représentation de cercles sur trois stèles découvertes à Saint-Pierre-les-Martigues

Figure 5 : Représentation de cercles sur trois stèles découvertes à Saint-Pierre-les-Martigues

1. SPLM 98.st06 ; 2. SPLM.st.08 ; 3. SPLM.20

DAO et cl. : C. Auburtin et C. Durand, CCJ

9Dans le domaine de la statuaire de l’âge du Fer en Gaule méridionale, la représentation d’éléments circulaires trouve un exemple remarquable, bien qu’issu d’un contexte étrusque, avec le « guerrier de Lattes » et ses deux disques cardiophylax (Py 2011, 65). Gravé sur des stèles, ce motif de cercle, interprété comme la figuration d’élément de cuirasse, est attesté dès le Bronze final à Buoux ou à Castelnau-le-Lez et associé à un décor de rouelles (Py 2011, 12‑13). C’est à ce type de représentation schématisée de guerrier qu’appartient la stèle de Saint-Pierre-les-Martigues avec son décor de cercles, associé à des croisillons, à l’instar des représentations concentriques comme celle du site de la Ramasse (Garcia 1992 ; 2009, 58 ; Py 2011, 50). Au Pègue, on retrouve également le motif de cercles concentriques profondément incisés, mais l’interprétation de guerrier schématisé est ici plus difficile (Lagrand 1982, 124, fig. 2‑12).

10Avec ces figurations de guerriers et leur schématisation réduite à quelques éléments caractéristiques, c’est bien l’influence du registre du mobilier métallique de l’âge du Fer qui transparaît. La forme circulaire est usitée d’abord pour sa fonctionnalité (anneaux de suspension...) mais aussi et surtout pour son caractère ornemental et symbolique (disques perlés ou rouelles). On la retrouve ainsi sur divers objets de parure tels que des fibules annulaires hispaniques connues à Saint-Pierre-les-Martigues au Ve s. (Chausserie-Laprée 2005, 222), ou le décor d’un bracelet du second village de l’Île, comparable à celui découvert à Calas (Py 2011, 159), et également avec le torque de l’Île du IIe s., parure emblématique s’il en est (Rétif 2000, 170‑171).

  • 4 Voir les foyers décorés de cercles, dès le Bronze final aux Gandus (Nin 1999, 230), pour des contex (...)

11En contexte domestique, si le motif du cercle revêt la forme d’une simple ornementation, à la manière des décors des céramiques non tournées du premier âge du Fer (Bessac, Chausserie-Laprée 1992, 140 ; Roux 2005, 112‑113), la comparaison la plus probante avec les représentations de notre stèle se trouve certainement dans les décors de cercles imprimés sur la sole de foyers (fig. 6)4. À Tamaris, un cercle d’une dizaine de centimètres orne encore l’angle nord-est de la bordure verticale d’un foyer. Les foyers de Substantion et du Castellan présentent des séries de cercles à deux modules, avec respectivement un rapport de 1 à 3 et de 1 à 2.

12Sur ces foyers, les moyens mis en œuvre dans la réalisation de ces décors avec des tracés digitaux, des cordelettes et des instruments métalliques, en particulier des clés, dénotent plus qu’une simple volonté ornementale mais l’expression de croyances dans une ambiance prophylactique, où la forte valeur symbolique du cercle prend tout son sens.

13L’analyse du deuxième type de décor de la stèle de Tholon apparaît plus hypothétique. Peut-on y voir une représentation en forme d’arc, la schématisation d’un archer, d’un mors de cheval ou l’esquisse d’une rouelle ? Sur cette stèle, le caractère inédit des motifs gravés et soigné de la facture ne semble pas rappeler une volonté figurative. Si on ne peut avancer d’hypothèse réelle sur les deux types de représentations, soulignons cependant le parallèle avec les foyers décorés qui pourrait nous inciter à replacer initialement cette stèle dans un contexte domestique.

Figure 6 : Exemples régionaux de foyers décorés de cercles, au VIe s. av. J.‑C. à Tamaris (Martigues) (a) ou au IIe s. av. J.‑C. sur le site du Castellan (Istres) (b)

Figure 6 : Exemples régionaux de foyers décorés de cercles, au VIe s. av. J.‑C. à Tamaris (Martigues) (a) ou au IIe s. av. J.‑C. sur le site du Castellan (Istres) (b)

a : Cl. : S. Duval) ; b : Cl. : J. Chausserie-Laprée

14Comme toute stèle en remploi, le seul élément de chronologie correspond à son usage en position secondaire, ici dans un contexte du Ier s. de n. è. Sur le plan stylistique, elle diffère très nettement des stèles funéraires romaines comme celle découverte sur le site et dédiée à Monisata (Gascou 2003). Ses motifs et sa facture nous permettent de supposer pour cette stèle une origine plus ancienne, vraisemblablement à l’âge du Fer, période où le décor de cercle semble davantage représenté en contexte domestique.

15La nature pétrographique de la stèle laisse à penser qu’il y eut non seulement extraction et fabrication sur un site voisin, comme Saint-Blaise, mais peut-être aussi un usage initial sur ce site primaire avant que ce bloc ne soit rapporté à Tholon. L’intérêt de cette stèle réside d’abord dans son décor original.

Haut de page

Bibliographie

Bessac, Chausserie-Laprée 1992 : BESSAC (J.‑C.), CHAUSSERIE-LAPRÉE (J.) – Documents de la vie spirituelle et publique des habitats de Saint-Pierre et de l’Île à Martigues (B.-du-Rh.). In : GARCIA (D.) dir. – Espaces et monuments publics protohistoriques de Gaule méridionale (dossier). DocAMérid, 15, 1992, pp. 134‑157.

Chausserie-Laprée 2005 : CHAUSSERIE-LAPRÉE (J.) – Martigues, terre gauloise. Entre Celtique et méditerranée. Paris, Errance, 2005, 255 p. (Coll. Hauts lieux de l’histoire).

Chausserie-Laprée, Rétif 2003 : CHAUSSERIE-LAPRÉE (J.), RÉTIF (M.) – Villa et vicus sur le territoire de Martigues durant le Haut Empire. In : Villa et vicus en Gaule Narbonnaise (dossier). RANarb, 35, 2003, pp. 163‑194.

Garcia 1992 : GARCIA (D.) – Les stèles de la Ramasse à Clermont-l’Hérault (Hérault). In : GARCIA (D.) dir. – Espaces et monuments publics protohistoriques de Gaule méridionale (dossier). DocAMérid, 15, 1992, pp. 158‑165.

Garcia 2009 : GARCIA (D.) – Approche des modalités de destruction et de remploi des stèles et statues protohistoriques méridionales. In : GRUAT (P.) avec la collaboration d’AGOGUÉ (O.), GARCIA (D.) dir. – Stèles et statues des Celtes du Midi de la France (VIIIe-IVe s. av. J.‑C.). Pré-actes de la table-ronde internationale « Stèles et statues du début de l’âge du Fer dans le Midi de la France (VIIIe - IVe s. avant J.‑C.) : chronologies, fonctions et comparaisons » (Rodez, 24‑25 avril 2009). Rodez, 2009, pp. 57‑59.

Gascou 2003 : GASCOU (J.) – Une inscription de Martigues et le statut de Maritima Avaticorum. In : Villa et vicus en Gaule Narbonnaise (dossier). RANarb, 35, 2003, pp. 195‑198.

Lagrand 1982 : LAGRAND (C.‑H.) – Les stèles cultuelles protohistoriques du Pègue (Drôme). RAE, 32, 3‑4, 1982, pp. 121‑130.

Marty 2002 : MARTY (F.) avec la collaboration de DEL CORSO (M.) – L’habitat de hauteur du Castellan (Istres, B.-du-Rh.) à l’âge du Fer. Étude des collections anciennes et recherches récentes. DocAMérid, 25, 2002, pp. 129‑169.

Nin 1999 : NIN (N.) – Les espaces domestiques en Provence durant la Protohistoire. Aménagements et pratiques rituelles du VIe s. av. n. è. à l’époque augustéenne. DocAMérid, 22, 1999, pp. 221‑278.

Py 2011 : PY (M.) – La sculpture gauloise méridionale. Paris, Errance, 2011, 198 p.

Rétif 2000 : RÉTIF (M.) – Le mobilier métallique de l’habitat protohistorique de l’Île de Martigues, B.-du-Rh. (Ve-IIe s. av. J.‑C.). DocAMérid, 23, 2000, pp. 157‑208.

Roux 2005 : ROUX (J.‑C.) – Relecture du foyer décoré de cercles de Substantion, Castelnau-le-lez, Hérault (2ème moitié du VIe s. av. n. è.). Exemples de l’emploi du motif circulaire sur les mobiliers en terre cuite antiques dans le Midi méditerranéen. DocAMérid, 28, 2005, pp. 105‑114.

Roux, Raux 1996 : ROUX (J.‑C.), RAUX (S.) – Les foyers domestiques dans l’habitat lattois du IIe Age du fer (IVe-Ier s. av. n. è.). Lattara, 9, 1996, pp. 401‑432.

Haut de page

Notes

1 Sur cette problématique et la liste des sources antiques, voir Gascou 2003.

2 L’anthroponyme vebro... connu à Saint-Blaise se retrouve également sur une coupe campanienne découverte à Tholon (Chausserie-Laprée 2005, 107).

3 Étude des peintures murales par S. Groetembril (CEPMR), étude en cours.

4 Voir les foyers décorés de cercles, dès le Bronze final aux Gandus (Nin 1999, 230), pour des contextes du VIe s. av. J.-C., à Tamaris (voir fig. 6) et sur l’oppidum de Substantion à Castelnau-le-Lez (Roux 2005, 107), à Lattes au IVe s. av. J.‑C. et plus largement à partir du IIe s. av. J.‑C., à Entremont, les Baux de Provence, Olbia (Roux, Raux 1996, 421), au Castellan (Marty 2002, 153).

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1 et 2 : Localisation de la stèle découverte au sein de l’espace 3b de l’îlot I de l’agglomération de Tholon
Crédits Rel. : M. Rétif
URL http://journals.openedition.org/dam/docannexe/image/2722/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1,5M
Titre Figure 3 : La stèle décorée découverte posée sur le sol de l’habitation, contre le mur MR4106 et prise dans les déblais de la destruction
Crédits Cl. : M. Rétif
URL http://journals.openedition.org/dam/docannexe/image/2722/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 768k
Titre Figure 4 : Relevé (1), frottis (2) et clichés de la stèle gravée de Tholon
Crédits Rel. et cl. : S. Duval
URL http://journals.openedition.org/dam/docannexe/image/2722/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 828k
Titre Figure 5 : Représentation de cercles sur trois stèles découvertes à Saint-Pierre-les-Martigues
Légende 1. SPLM 98.st06 ; 2. SPLM.st.08 ; 3. SPLM.20
Crédits DAO et cl. : C. Auburtin et C. Durand, CCJ
URL http://journals.openedition.org/dam/docannexe/image/2722/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 496k
Titre Figure 6 : Exemples régionaux de foyers décorés de cercles, au VIe s. av. J.‑C. à Tamaris (Martigues) (a) ou au IIe s. av. J.‑C. sur le site du Castellan (Istres) (b)
Crédits a : Cl. : S. Duval) ; b : Cl. : J. Chausserie-Laprée
URL http://journals.openedition.org/dam/docannexe/image/2722/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 921k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Michel Rétif et Sandrine Duval, « Une stèle gravée de cercles sur le site de Tholon (Martigues) », Documents d’archéologie méridionale [En ligne], 34 | 2011, mis en ligne le 08 novembre 2017, consulté le 11 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/dam/2722

Haut de page

Auteurs

Michel Rétif

Archéologue de la Ville de Martigues

Articles du même auteur

Sandrine Duval

Assistant de conservation principal, archéologue de la Ville de Martigues

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page