Navigation – Plan du site
Méditerranée nord-occidentale

Une tête coupée gravée sur bloc de calcaire (oppidum du Castellar, Cadenet, Vaucluse)

Delphine Isoardi
p. 263-269

Entrées d’index

Keywords :

Iron Age, oppidum
Haut de page

Texte intégral

1. Un oppidum de la fin de l’âge du Fer en bordure de la Durance

1Le site perché du Castellar de Cadenet, sis au sud du Luberon et dominant la Durance sur sa rive droite, fait l’objet de fouilles programmées depuis 2007, dirigées par D. Isoardi. L’étude de nombreux aspects de ce site (fortification, modalités d’occupation intra-muros, cultuel) s’intègre aux problématiques du laboratoire du Centre Camille Jullian (UMR 6573, Aix-en-Provence).

2Le Castellar est connu au moins depuis le XVIIe s., en particulier pour ses découvertes épigraphiques (en gallo-grec et latines) et lapidaires. C’est notamment grâce aux inscriptions à Dexiva que sa renommée a été construite (Agusta-Boularot, Golosetti, Isoardi 2013), mais d’autres particularités ont fait jour depuis (notamment la complexité de son système de fortification : fossé, courtine, talus de renfort interne et chemin de ronde cf. Isoardi, Mocci, Walsh 2009), révélant une évolution beaucoup plus complexe. Nos derniers travaux sur le site ont permis de circonscrire son occupation entre le IIe s. av. J.‑C. (voire fin du IIIe s.) et le IIe s. ap. J.‑C.

3L’objectif de cet article est de porter à la connaissance un bloc gravé totalement inédit (malgré les nombreux travaux d’amateurs locaux réalisés sur ce site depuis la période moderne), venant enrichir une documentation lapidaire déjà fort intéressante, autant pour l’âge du Fer que pour la période romaine. Ce bloc nous a été signalé tout récemment lors d’une visite de site (en mars 2011), par la présidente de l’association des Amis du Castrum Vetus de Châteauneuf-les-Martigues (13). Après enquête auprès de l’inventeur du bloc, il a été établi que ce vestige avait été découvert fortuitement dans les années 1979‑1981, sur le site et hors de l’enceinte. Ce bloc a ensuite été conservé une vingtaine d’années dans le jardin de ce particulier, puis a été déposé au musée du Castrum Vetus, qui l’a conservé dans ses réserves jusqu’à ce jour (fig. 1).

Figure 1 : Photographies du bloc

Figure 1 : Photographies du bloc

Cl. : D. Isoardi, juin 2011

2. Un bloc inédit avec une tête coupée gravée

2.1. Analyse du bloc

4La pierre utilisée est un calcaire coquillier de coloration jaune. Cette même matière première a été utilisée sur ce site pour l’élévation du rempart et pour les blocs inscrits en gallo-grec et les blocs taillés à entailles céphaloïdes anciennement signalés (que nous détaillerons plus bas). Des lieux d’extraction potentiels pour ce type de pierre sont localisés tout autour du promontoire du site (dans la couche de molasse calcaire du Miocène, qui supporte la nappe de conglomérat de Valensole sur laquelle l’oppidum a été installé).

5Le bloc en lui-même, taillé, est globalement parallélépipédique, avec un sommet « en pointe ». La partie parallélépipèdique mesure 27 cm environ de haut d’un côté, 27 à 28 cm de l’autre. Sa hauteur totale (jusqu’au sommet « en pointe ») est de 44 à 45 cm. La partie parallélépipèdique est large de 31 à 32 cm à la base et de 35 à 38 cm en haut. Son épaisseur est irrégulière (entre 19 à 20 et 23 à 24 cm) ; elle se réduit en allant vers le sommet. La face principale de ce bloc est légèrement convexe dans le sens de la hauteur ; la face arrière, légèrement concave et bombée dans le sens de la largeur. Par contre, la base est rectiligne, bien que l’axe de la tête gravée ne lui soit pas perpendiculaire (fig. 2).

6On remarque la présence d’une excroissance sous cette base inférieure : il s’agit probablement d’un reste de tenon. Il n’est pas placé parfaitement au centre de la face inférieure du bloc. Dans le plan vertical, il n’est pas non plus centré par rapport à la base du bloc, mais se trouve dans l’axe de la partie inférieure de la tête gravée. Ce reste de tenon est saillant de 5 cm environ, pour environ 18 à 20 cm de long sur 12 à 14 cm de large (dimensions originales inconnues puisque retaillé). La présence de ce tenon est à noter, car à ce jour c’est un élément rarement attesté dans le Midi. Des exemples sont connus pour des phases anciennes (dès le VII-VIe s. av. J.‑C.) à Glanum (Saint-Rémy-de-Provence, 13), aux Caisses de Saint-Jean (Mouriès, 13), au Marduel (Saint-Bonnet-du-Gard, 30) et sur un buste de Corconne (34). Des exemples plus tardifs sont à Roquepertuse (Velaux, 13).

7Ce bloc a été retaillé non seulement au niveau du tenon, mais aussi sur ses deux faces latérales. La retaille du côté droit est assez grossière (traces d’outils) ; celle du côté gauche est plus régulière. Le sommet ne semble pas avoir été retouché.

2.2. Caractéristiques du visage gravé

8Situé sur la face principale du bloc, ce visage en bas relief n’est ni parfaitement vertical, ni centré. Par contre, le reste de tenon se situe approximativement dans l’axe du cou. La rainure fait environ 1 à 1,5 cm de large, pour une profondeur inférieure à 1 cm. Elle n’est pas régulière sur le côté droit, un peu plus épaisse au niveau de l’œil (fig. 2). La tête est schématisée : ont été gravés le contour externe, la bouche, le nez et les yeux. Le menton est marqué par un trait plus rectiligne. La bouche apparaît fermée, les yeux sont inexpressifs : aspect sévère, expression figée, qui peut évoquer le visage d’un mort.

Figure 2 : Croquis du bloc

Figure 2 : Croquis du bloc

D. Isoardi, juin 2011

  • 1 Toutes les mesures sont prises sur le bord externe de la rainure.

9Le contour du visage mesure 28 cm de long pour 21 cm de large au niveau des yeux et 10,5 cm au niveau du menton1. La bouche fait environ 7,5 cm de long. Le nez mesure environ 8 cm de long pour une largeur de 4,8 cm en bas, environ 3,5 cm en haut. Les yeux font environ 2,5 cm de long et sont espacés d’environ 3,5 cm. On retiendra encore la distance base de la tête-bouche (5 cm) et la distance ligne des yeux-sommet de la tête (environ 8,7 cm). En conclusion, le visage est globalement grandeur nature.

3. Un faisceau de données lapidaires au nord-est du site, extérieur à l’enceinte

10Si, en soi, cette découverte rejoint incontestablement le corpus des têtes sculptées de l’âge du Fer dans le Midi méditerranéen, elle prend encore plus de sens replacée parmi les découvertes lapidaires protohistoriques de ce site, qui proviennent d’ailleurs de la même zone (fig. 3). Car ce bloc inédit vient rejoindre deux autres trouvailles intéressantes faites antérieurement : deux fragments de piliers ou stèles à entailles céphaloïdes (actuellement conservés au Musée de Cavaillon, 84, fig. 4).

Figure 3 : Localisation des découvertes lapidaires sur le plan général du site

Rel. : V. Dumas, 2006‑2011 ; compléments DAO : D. Isoardi, 2011

Figure 4 : Piliers ou stèles à entailles céphaloïdes du Castellar (conservés au Musée de Cavaillon, 84)

Figure 4 : Piliers ou stèles à entailles céphaloïdes du Castellar (conservés au Musée de Cavaillon, 84)

À gauche, bloc découvert en 1963 (Gallia 1964, 559, fig. 20) ; à droite, bloc de 1963 et bloc de 1956 (Vève 2005, fig. 20).

11Le bloc découvert en 1963 provient très exactement de l’angle nord-est de la courtine, à l’extérieur, trouvé en position secondaire dans le fossé. D’une hauteur de 1,12 m (large de 32 cm en haut, 37 cm en bas et d’une épaisseur de 40 cm), il comporte deux entailles céphaloïdes superposées, en partie supérieure (30 cm de haut et 16 cm de large pour la plus haute, 28 cm de haut et 17 cm de large pour la plus basse, avec une profondeur de 8 à 10 cm). Une cassure, en partie basse, a été restaurée. Au sommet du bloc, une protubérance, assimilable à un tenon, fait 8 cm de haut pour 9 à 10 cm de large et 11 à 12 cm de profondeur. Un des côtés de ce pilier n’est pas rectiligne.

  • 2 Pour ces blocs, voir encore Gallia 1964, 2, 22, 559‑560 ; Vève 2005 ; Guiliani, 2001, 24 et 29.

12Le lieu de découverte du second bloc, trouvé en 1956, n’est pas précisé. C’est aussi une portion de stèle ou pilier à entaille céphaloïde (h. : 0,95 m ; l. : 0,28 m et ép. : 0,44 m), taillé toujours dans le même calcaire coquillier jaune. L’unique entaille mesure 24 cm de haut et 16 cm de large. Par rapport au bloc taillé inédit, les dimensions des logettes céphaloïdes sont assez proches en hauteur et largeur de celles du visage gravé (notion de tête en grandeur réelle). On note également l’existence d’un tenon (même système utilisé)2.

13En conclusion, on a au Castellar un ensemble lapidaire composé d’un, voire deux piliers ou stèles à entailles céphaloïdes, et du bloc à tête gravée. Doit-on envisager, dans cette zone hors agglomération, un ensemble monumental ? On retrouverait le cas de figure de Glanum (ensemble lapidaire sous portique extérieur à la courtine mais situé juste à proximité), peut-être celui de Roquepertuse (le portique se trouvant en haut du site mais hors agglomération), ou encore la découverte du linteau des Castels à Nages (30), voire également l’habitat 1 d’Entremont, si le groupe sculpté ne trouve pas de place au sein de la trame urbaine serrée, à ce jour plutôt bien connue ?

  • 3 Est-ce qu’un usage secondaire comme blocs de construction du rempart n’est donc pas à exclure ? On (...)

14Au niveau de la datation, ces blocs sont malheureusement tous hors stratigraphie. À ce jour, la première phase d’occupation du site, comprenant le système défensif et une trame urbaine lâche, est mise en place dès le IIe s. av. J.‑C. (voire fin du IIIe s.). Une seconde phase, romaine, est attestée, caractérisée par des découvertes hors contexte de nature plus cultuelle (avec les dédicaces votives à Dexiva notamment ; voir Agusta-Boularot, Golosetti, Isoardi 2013) et des réfections du rempart3.

4. Association tête coupée gravée et blocs à entailles céphaloïdes : des comparaisons régionales

15Parmi les vestiges lapidaires de l’âge du Fer de France méridionale, nous avons retenu quelques exemples particulièrement proches de ce bloc, voire associant têtes gravées et entailles céphaloïdes, notamment en ce qui concerne le style de gravure : en bas-relief, avec une tête simplement dessinée par une rainure. Seuls le contour du crâne, la bouche, le nez et les yeux sont figurés, et globalement à l’échelle 1/1. La bouche est toujours fermée, le nez est de même forme (trapézoïdal ou rectangulaire), les yeux comme des points ou des petits traits obliques, le tout figurant le visage d’un être sans vie. Certaines de ces découvertes sont malheureusement hors contexte, d’autres en remploi. Sachant que ces têtes gravées sont très souvent figurées sur des blocs plus ou moins allongés, fréquemment superposées sur des piliers ou colonnes, l’hypothèse a été émise de blocs architecturaux en relation avec un portique.

16Une première comparaison doit être faite avec le bloc à têtes gravées de Badasset (Vernègues, 13), en raison d’un style très proche de celui de la tête gravée du Castellar (fig. 5). Il s’agit d’un bloc de calcaire équarri sur lequel figure une représentation schématique de têtes coupées. Le bloc, incomplet, est de taille modeste (l30 cm ; h. : 20 cm ; prof. : 28 cm). Il porte, sur l’une de ses faces, les images simplifiées en bas-relief de quatre têtes alignées deux par deux et opposées mais reliées par leur menton (celle du bas à l’envers ; seules les deux têtes du haut sont intactes). Les têtes qui sont bien conservées sont figurées, via une rainure, par le contour externe du visage, des yeux en creux et un nez massif trapézoïdal, avec un menton rectiligne, donc très similaires à celle du Castellar. Ce bloc a été trouvé en remploi dans un site gallo-romain, mais non loin d’un oppidum de type « éperon barré » (sur la commune de Lambesc, 13), à une distance de trois kilomètres du village de Vernègues. Il semblerait que ce bloc calcaire ait été réemployé sur ce site tardif : il pouvait appartenir à l’origine à un édifice à mettre en relation avec l’oppidum tout proche. Il semblerait que nous soyons en présence d’une partie droite de linteau ou de piédroit de porte (Bringer, Dumont-Castells 2000).

Figure 5 : Bloc à têtes gravées de Badasset (Vernègues, 13)

Figure 5 : Bloc à têtes gravées de Badasset (Vernègues, 13)

Bringer, Dumont-Castells 2000

17On rapprochera ensuite la découverte du Castellar de celle de Saint-Pierre-les-Martigues (13) : sur une colonne en calcaire rose de La Couronne, figure une tête sculptée en bas-relief (fig. 6). Dans ce secteur a également été trouvé un petit bloc portant une encoche ovale correspondant sans doute à une alvéole céphaloïde creusée dans une sorte de linteau (Chausserie-Laprée 2009). Il y a là association, via des éléments architecturaux, d’une tête gravée et d’un bloc à entaille céphaloïde.

Figure 6 : Tête gravée en bas-relief sur une colonne calcaire, oppidum de Saint-Pierre de Martigues (13)

Figure 6 : Tête gravée en bas-relief sur une colonne calcaire, oppidum de Saint-Pierre de Martigues (13)

Chausserie-Laprée 2009, 52

18Mais le parallèle le plus intéressant doit être fait avec Entremont (Aix-en-Provence, 13).

19On retrouve l’association d’un bloc à tête gravée et de blocs à entailles céphaloïdes. En effet, en remploi dans les constructions de l’habitat 2 (150‑100 av. J.‑C.), bâties sur ou à proximité immédiate de l’ancienne ligne de défense du premier habitat, se trouvent plusieurs éléments architecturaux ayant appartenu à un ou des édifices cultuels antérieurs. Ces édifices ont évidemment été démantelés au moment de l’édification de l’habitat 2, ils peuvent donc provenir de l’habitat 1 (mis en place vers 175 av. J.‑C.) ; voire d’une phase encore antérieure non identifiée sur le site. Il s’agit d’éléments de piliers et de linteaux en calcaire fin, appartenant à un ou plusieurs portiques cultuels, décorés d’entailles céphaloïdes, mais aussi de gravures, de basreliefs, et sans doute de motifs peints. Ils sont réutilisés pour l’essentiel comme stylobate de façade, bases de pilier et banquette dans l’aménagement de la salle hypostyle de l’habitat 2. D’autres fragments sont intégrés dans le radier de la voie 6 et dans les murs de proximité, ces derniers provenant d’un groupe sculpté en ronde bosse. À ces éléments de portiques s’ajoutent des fragments de stèles quadrangulaires, non chanfreinées et à base rustique. Nous retenons en particulier le pilier à têtes gravées remployé en stylobate de la salle hypostyle (fig. 7). Le type de gravure diffère un peu de celui du Castellar (ce n’est pas une simple rainure), mais le style est très proche : tête gravée schématique avec nez trapézoïdal, bouche droite, menton rectiligne (les yeux sont seulement figurés par un trait ici).

Figure 7 : Pilier à tête gravée, Entremont (Aix-en-Provence, 13)

Figure 7 : Pilier à tête gravée, Entremont (Aix-en-Provence, 13)

© CNRS – CCJ

5. Conclusion

20Piliers et stèles sont les éléments caractéristiques d’aménagements cultuels dans le Midi méditerranéen, principalement dans la basse vallée du Rhône au cours du premier âge du Fer voire au début du second. Ils sont mis en situation au sein de portiques. Les entailles céphaloïdes sont destinées à recevoir des crânes humains ou des éléments de ceux-ci, et les gravures sont également là pour les évoquer. On perçoit aujourd’hui ces expositions non comme des trophées guerriers exhibés, mais comme des porte-reliquaires intégrant une partie des crânes de personnages honorés. En effet, ce développement d’édifices monumentaux pose plus précisément l’hypothèse de pratiques héroïques (valorisation des ancêtres héroïsés ?), chargées de sens sur le rôle politique et cultuel du lieu (dernièrement, Garcia 2003 ou 2004, 103‑119). Enfin, ces ensembles architecturaux auraient pour vocation d’abriter et de mettre en valeur des éléments de statuaire en ronde bosse, les fameux « accroupis » ou « guerriers » (peut-être chronologiquement plus anciens que ces bâtiments).

21Nous pouvons donc envisager, pour l’oppidum du Castellar, l’existence d’une petite structure de ce type. La datation de ces découvertes ne peut pas être précisée, mais rien n’exclut un rattachement à la phase du II-Ier s. av. J.‑C., caractérisée par un programme défensif complexe (cumulant fossé, courtine et talus de renfort), protégeant cependant un bâti peu dense et de courte durée d’occupation. Pourquoi pas un ensemble bâti extra-muros à proximité de la partie la plus complexe de l’enceinte, qui est aussi la zone la plus facilement accessible ?

Haut de page

Bibliographie

Agusta-Boularot, Golosetti, Isoardi 2013 : AGUSTA-BOULAROT (S.), GOLOSETTI (R.), ISOARDI (D.) – La déesse Dexiva du Castellar (Cadenet, 84). RANarb, 2011, env. 20 pages.

Bringer, Dumont-Castells 2000 : BRINGER (G.), DUMONT-CASTELLS (A.) – Le bloc aux têtes coupées de Badasset. In : CHAUSSERIE-LAPRÉE (J.) dir. – Le temps des Gaulois en Provence. Martigues, Musée Ziem, 2000, p. 105.

Chausserie-Laprée 2009 : CHAUSSERIE-LAPRÉE (J.) – Stèles et statues des sites gaulois de la région de Martigues. Bilan des découvertes anciennes et données nouvelles. In : GRUAT (P.), avec la collaboration d’AGOGUÉ (O.), GARCIA (D.) dir. – Stèles et statues des Celtes du Midi de la France (VIIIe-IVe s. av. J.‑C.). Pré-actes de la table-ronde internationale : « Stèles et statues du début de l’Âge du Fer dans le Midi de la France (VIIIe-IVe s. avant J.‑C.) : chronologies, fonctions et comparaisons » (Rodez, 24‑25 avril 2009). Rodez, 2009, pp. 50‑56.

Gallia 1964 : ROLLAND (H.) – Informatisations archéologiques. Circonscription d’Aix (nord). Gallia, 22, 2, 1, 1964, pp. 557‑568.

Garcia 2003 : GARCIA (D.) – Espaces sacrés et genèse urbaine chez les Gaulois du Midi. In : BATS (M.) et al. dir. – Peuples et territoires en Gaule méditerranéenne. Hommage à Guy Barruol. Montpellier, 2003, pp. 223‑232 (Suppl. à la RANarb, 35).

Garcia 2004 : GARCIA (D.) – La Celtique méditerranéenne. Habitats et sociétés en Languedoc et en Provence du VIIIe– IIe siècles av. J.‑C. Paris, Errance, 2004, 206 p. (Collection des Hespérides).

Guiliani 2001 : GUILIANI (Y.) – Recherches sur l’occupation humaine dans la région de Cadenet depuis l’Age du Fer jusqu’au Haut Moyen-Age. Contribution au pré-inventaire de la Carte Archéologique du département de Vaucluse. Mémoire de Maîtrise, Université d’Avignon, 2001, 1 vol. , 964, 2001, pp. 557‑568.

Isoardi, Mocci, Walsh 2009 : ISOARDI (D.), MOCCI (F.), WALSH (K.) avec la collaboration de DUMAS (V.), DAMELET (L.) – Un rempart à agger dans le sud de la France ? L’oppidum du Castellar (Cadenet, Vaucluse). DocAMérid, 32, 2011, pp. 121‑147.

Vève 2005 : VÈVE (B.) – L’oppidum du Castellar de Cadenet (Vaucluse). Mémoire de Master I, archéologie, sous la direction de D. Garcia. Aix-en-Provence, Université de Provence (Aix-Marseille I), 2005, 28 p., 22 fig. h. t.

Haut de page

Notes

1 Toutes les mesures sont prises sur le bord externe de la rainure.

2 Pour ces blocs, voir encore Gallia 1964, 2, 22, 559‑560 ; Vève 2005 ; Guiliani, 2001, 24 et 29.

3 Est-ce qu’un usage secondaire comme blocs de construction du rempart n’est donc pas à exclure ? On sait notamment que celui-ci a été ponctuellement restauré à la période romaine.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1 : Photographies du bloc
Crédits Cl. : D. Isoardi, juin 2011
URL http://journals.openedition.org/dam/docannexe/image/2727/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M
Titre Figure 2 : Croquis du bloc
Crédits D. Isoardi, juin 2011
URL http://journals.openedition.org/dam/docannexe/image/2727/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 268k
URL http://journals.openedition.org/dam/docannexe/image/2727/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M
Titre Figure 4 : Piliers ou stèles à entailles céphaloïdes du Castellar (conservés au Musée de Cavaillon, 84)
Légende À gauche, bloc découvert en 1963 (Gallia 1964, 559, fig. 20) ; à droite, bloc de 1963 et bloc de 1956 (Vève 2005, fig. 20).
URL http://journals.openedition.org/dam/docannexe/image/2727/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 448k
Titre Figure 5 : Bloc à têtes gravées de Badasset (Vernègues, 13)
Crédits Bringer, Dumont-Castells 2000
URL http://journals.openedition.org/dam/docannexe/image/2727/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 460k
Titre Figure 6 : Tête gravée en bas-relief sur une colonne calcaire, oppidum de Saint-Pierre de Martigues (13)
Crédits Chausserie-Laprée 2009, 52
URL http://journals.openedition.org/dam/docannexe/image/2727/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M
Titre Figure 7 : Pilier à tête gravée, Entremont (Aix-en-Provence, 13)
Crédits © CNRS – CCJ
URL http://journals.openedition.org/dam/docannexe/image/2727/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 109k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Delphine Isoardi, « Une tête coupée gravée sur bloc de calcaire (oppidum du Castellar, Cadenet, Vaucluse) », Documents d’archéologie méridionale [En ligne], 34 | 2011, mis en ligne le 09 novembre 2017, consulté le 14 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/dam/2727

Haut de page

Auteur

Delphine Isoardi

Chargée de recherche, Centre Camille Jullian, UMR 7299 du CNRS (Aix-en-Provence)

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page