Navigation – Plan du site
Chronique de Protohistoire européenne

Unité ou pluralité de la sculpture celtique hallstattienne et laténienne en pierre en Europe continentale du VIIe au Ier s. av. J.-C.

Armelle Duceppe-Lamarre
p. 285-318

Entrées d’index

Keywords :

Europe, sculpture

Géographique :

Europe continentale

Chronologique :

Hallstatt, La Tène
Haut de page

Texte intégral

1. Introduction

1Les nouvelles découvertes de statues au Glauberg en Allemagne (Frey, Hermann 1997), à Saint-Symphorien en France (Menez et coll. 1999), ainsi que la reprise des études comme à Roquepertuse (Lescure, Gantès 1991 ; Boissinot, Lescure 1998 ; Boissinot 2000 ; Rapin 2000), ou la publication d’un ouvrage de réflexions autour de la statuaire hallstattienne (Bonenfant, Guillaumet 1998) et les différentes contributions à cette chronique des Documents d’Archéologie Méridionale sont autant d’indices et de raisons qui marquent un nouvel intérêt pour un artisanat marginal de la culture hallstattienne et laténienne. Peu nombreuses, à la différence de ses voisines grecques et romaines, les sculptures celtiques méritent toutefois une étude à part entière. L’idée d’une synthèse étant encore prématurée, il n’est cependant pas vain d’évaluer le potentiel d’étude de la sculpture en pierre hallstattienne et laténienne à travers les prémices d’un corpus1. L’inventaire montre une diversité iconographique le plus souvent limitée dans l’espace et le temps. Ce phénomène s’explique par l’individualité créatrice de chaque région concernée et de l’aptitude des artisans à traduire leur spécificité. Six grands groupes ont été déterminés, sans corrélations évidentes. Ce découpage suit une logique géographique et chronologique, reflet de la régionalisation des sculptures celtiques en pierre.

Commentaires généraux

2Le classement présenté à la fin de l’inventaire selon que l’on possède ou non une datation montre bien le faible pourcentage de sculptures provenant de contextes bien datés. On peut être optimiste en y ajoutant les sculptures dont l’étude iconographique permet une attribution quasi certaine. Cependant, il reste la moitié des sculptures recensées pour lesquelles l’attribution à l’âge du Fer est incertaine. La publication récente des sculptures de Paule démontre l’importance de la découverte d’exemplaires en contexte bien daté et bien étudié. Elle a permis à Y. Menez de regrouper un ensemble de sculptures en grande partie non datées, mais qui présentent les mêmes caractéristiques morphologiques, et de proposer de les attribuer à La Tène finale (Menez et coll. 1999, 399). Cette méthode présente toutefois le risque d’une attribution chronologique trop rapide, un type de sculpture pouvant persister pendant plusieurs décennies voire plusieurs siècles. C’est d’ailleurs le cas pour le groupe des personnages assis en tailleur, qui est connu durant toute la période laténienne.

3La cartographie de la sculpture celtique en pierre met en évidence son caractère disparate. Les zones les plus importantes sont le sud de l’Allemagne et plus exactement le Bade-Wurtemberg, la Bohême, l’Armorique, le sud de la France et le nord de l’Espagne et du Portugal. En dehors de ces régions, le reste de l’aire culturelle celtique continentale n’est pas ou peu concerné, pour l’instant, par la sculpture. On dénombre toutefois dans les régions délaissées quelques sculptures le plus souvent datées de la fin du second âge du Fer. Il est difficile de raisonner sur la disparité des sculptures en pierre, des découvertes sont toujours susceptibles de modifier ce tableau, mais à titre indicatif on constate que les sculptures de l’âge du Bronze (Briard 1987, 44 carte) ont une répartition assez identique à celle de l’âge du Fer en Europe continentale2. La présence de sculptures sur les côtes atlantique et méridionale indique peut-être une tradition de la pierre plus ancrée que dans d’autres régions. Cet argument ne constitue en aucun cas l’unique solution puisque le sud de l’Allemagne a livré les plus anciennes sculptures hallstattiennes en pierre. Là où la sculpture en pierre est inexistante, cela ne signifie pas une inaptitude des artisans locaux à utiliser la sculpture comme moyen d’expression. Grâce à quelques découvertes, on suppose l’existence d’un artisanat en bois d’excellente qualité en Europe protohistorique : figurines d’animaux de Fellbach-Schmiden (Planck et al. 1982), statue de divinité du port de Genève (Bonnet 1991, 522) et autres découvertes en Suisse (Brunetti 2001). Bien sûr, les conditions particulières de préservation qu’exige le bois ne permettent pas d’apprécier suffisamment cet artisanat. Dans l’hypothèse d’une sculpture importante en bois chez les Celtes, la sculpture en pierre apparaîtrait comme une manifestation originale et sporadique de la culture celtique hallstattienne et laténienne. Sporadique, puisqu’elle existe çà et là à des périodes différentes, et originale par son répertoire iconographique qui laisse une place importante à la figuration humaine, un sujet assez peu privilégié dans l’art celtique.

répartition des sculptures préromaines en Europe continentale

4Dans l’état actuel des recherches, on distingue six grands groupes.

Le groupe des stèles et statues hallstattiennes

5Les sculptures les plus anciennes datent du VIIe et VIe s. av. J.-C. (n° inv. 01D Birkach ; n° inv. 15-16D Rottenburg-am-Neckar, fig. 1B ; n° inv. 20D Stockach, fig. 1A ; n° inv. 09D Hirschlanden, fig. 2B ; n° inv. 18D Stammheim, fig. 2A ; n° inv. 21 à 23D Tübingen-Kilchberg, fig. 2C). Elles proviennent essentiellement du sud de l’Allemagne. Cette région est bien connue sur le plan archéologique par le développement qu’y connaît la culture hallstattienne, caractérisée par la forte présence culturelle et économique des « princes celtiques ». Le mobilier précieux de fabrication locale ou importé du milieu cisalpin, découvert dans les tombes de ces princes, témoigne de cette réussite. Dans ce contexte, l’importation des stèles n’est pas attestée – les pierres utilisées étant d’origine locale – mais le sujet traité trouve des analogies avec la sculpture méditerranéenne.

6Les sculptures hallstattiennes représentent l’homme sous la forme d’une stèle dont le sommet est taillé en cercle de manière à évoquer une tête. La bouche et les yeux sont indiqués par des incisions (Stockach fig. 1A). Sur d’autres stèles, plus grandes, la représentation des membres inférieurs et supérieurs s’ajoute à celle du visage (Stammheim fig. 2A). La plupart des détails anatomiques sont gravés, excepté sur la sculpture d’Hirschlanden qui est traitée en partie en bas-relief pour les bras mais surtout en ronde-bosse pour le reste du corps (fig. 2B). Il n’est donc pas excessif de parler de statue dans ce cas et non pas de stèle.

7La découverte des sculptures hallstattiennes en contexte funéraire laisse penser qu’à l’origine les stèles ou la statue trônaient au sommet du tumulus pour marquer la tombe du défunt, à l’instar de nos pierres tombales3. La question de l’identité du personnage représenté est latente à ce type de situation. S’agit-il d’une représentation divine, d’une image symbolique du personnage inhumé ? La deuxième solution est la plus vraisemblable. L’image pétrifiée du défunt rappellerait à ces congénères son bon souvenir et éventuellement son rôle dans la communauté. L’apport des stèles et des sculptures à la compréhension des rites funéraires voire des cultes funéraires est important, en plus de compléter le répertoire iconographique de l’art hallstattien.

8Les stèles funéraires ou cippes sont connues en Italie au premier âge du Fer, leur style varie selon les régions : les stèles de la Lunigiana (Kruta 1992, 193, fig. 161), de Bologne (Kruta 1992, 214-215, fig. 182-184) ou de la Daunie (Kruta 1992, 195-197, fig. 162-164) ; les stèles allemandes gravées, bien que plus récentes, sont comparables à ce phénomène péninsulaire. Elles procèdent d’une même conception : simplification du support, réduction à sa plus simple expression des parties anatomiques. Les analogies entre la sculpture de Capestrano (Kruta 1992, 197-198, fig. 165-167), de Nesactium (Fischer 1984 pl. 6-7) et de Hirschlanden incarnent clairement les influences des populations des côtes adriatiques : même frontalité et nudité ithyphallique qui ne sont pas sans rappeler le canon des kouroï grecs (Beeser 1983 ; Bonenfant, Guillaumet 1998). On peut se demander dans le cas de Hirschlanden, quel en est le sculpteur ? Un artisan celtique connaissant la sculpture méridionale ou un artisan méditerranéen travaillant à la solde d’un personnage celtique ? Il est difficile de répondre. En revanche, la statue de Hirschlanden témoigne de l’impact des cultures méditerranéennes sur la culture hallstattienne qui ne se contente pas d’importer du mobilier mais véhicule aussi des idées et du savoir faire que les Celtes assimilent et adaptent à leur goût. Si la statue de Hirschlanden présente de fortes similitudes avec le monde méditerranéen, son appartenance à la culture hallstattienne se reconnaît à ses attributs : son torque, son épée et son chapeau.

9Les sculptures hallstattiennes allemandes forment un ensemble assez homogène qui ne trouve pas d’équivalent dans le reste de l’Europe celtique. La découverte fortuite en Suisse en 1961 d’une stèle anthropomorphe gravée, éventuellement datable de la période hallstattienne, constitue le seul exemple existant à ce jour hors de la région sud de l’Allemagne (n° inv. 204 CH, fig. 1C).

10Le groupe de sculptures qui suit chronologiquement les sculptures allemandes hallstattiennes sont les stèles armoricaines à décors géométriques et curvilignes dont les récentes découvertes permettent de dater les plus anciennes des débuts de la Tène ancienne.

1 A : stèle de Stockach (Bade-Wurtemberg), dessin d’après Kimmig 1987 ; B : stèle de Rottenburg-am-Neckar (Bade-Wurtemberg), dessin d’après Kimmig 1987 ; C : stèle de Lumbrein, dessin d’après Kimmig 1987

2 A : stèle de Stammheim (Rhénanie), dessin d’après Kimmig 1987 ; B : statue de Hirschlanden (Bade-Wurtemberg), dessin d’après Zürn 1964 ; C : stèle de Tübingen-Kilchberg (Bade-Wurtemberg), dessin d’après Kimmig 1987

Le groupe des stèles armoricaines à décors géométriques et curvilignes

11Les stèles armoricaines, nombreuses, sont de formes hautes (tronconiques, fig. 3A-C) ou basses (fig. 3D), lisses, cannelées, décorées de motifs géométriques, curvilignes ou de cupules (fig. 4). M.-Y. Daire et P.-R. Giot ont travaillé sur le recensement de ces stèles dans la région du Léon (Finistère) mais elles sont connues également dans le Morbihan et en Côtes-d’Armor (Daire, Giot 1989 ; Daire, Villard 1996, 138, fig. 11). Parfois en relation avec le milieu funéraire, elles sont le plus souvent hors contexte archéologique ou en remploi. Dans cette multitude de stèles, l’intérêt se porte en particulier sur les stèles ornées de décors curvilignes et géométriques (fig. 4). Pour le moment, onze stèles ou fragments décorés sont connus en Armorique. L’article de M.-Y. Daire et de A. Villard fait le point sur ces découvertes anciennes et nouvelles (Daire, Villard 1996 ; Milcent, Gomez dans ce volume). Le répertoire décoratif rappelle les décors des céramiques peintes ou les mosaïques grecques et surtout celui des motifs des céramiques estampées armoricaines du VIe-Ve s. av. J.-C.4 (Cherel 1996, 58, fig. 27 ; Daire, Villard 1996, 147-148, fig. 17). Mais sur les stèles et les céramiques armoricaines, les décors géométriques et curvilignes sont les thèmes décoratifs principaux à la différence des objets méditerranéens où ils occupent une position secondaire. Il est difficile pour le moment de distinguer avec rigueur le chemin emprunté par les motifs géométriques et curvilignes. Bien que les grecques, les esses et les svastikas soient utilisées depuis longtemps dans l’art, il faut admettre que les Grecs et les Romains les ont abondamment utilisé, excepté les svastikas. L’idée d’une influence méditerranéenne peut être proposée en raison des liens possibles engendrés grâce au commerce de l’étain qui est attesté entre les régions méridionales et la péninsule armoricaine. Une influence venue de l’Europe celtique occidentale et orientale est également envisageable (Daire, Villard 1996, 151). Dans les deux cas le manque de preuve est patent. En effet, la faible présence de mobilier méditerranéen (par exemple la situle et son couvercle de type grec ou étrusque du tumulus du Rocher au Bono dans le Morbihan ; Giot 1995, 223) n’étaye pas suffisamment l’hypothèse des relations directes. Il est possible, comme le suggèrent M.-Y. Daire et A. Villard, que des objets périssables : étoffes, objets en bois…, qui aujourd’hui ont disparu, aient servis à véhiculer le répertoire décoratif (Daire, Villard 1996, 151). L’existence de liens avec les régions celtiques occidentale et orientale est tout aussi obscure, d’autant plus que les régions intermédiaires entre ces ensembles sont pauvres en vestiges de la fin du premier et du début du second âges du Fer. La céramique estampée armoricaine présente un répertoire iconographique proche de celui des stèles : c’est peut-être par l’analyse de ce type de matériel que se résoudra le problème des influences puisque le nord de l’Italie et les régions orientales de l’Europe ont produit de la céramique estampillée.

12Grâce aux quelques stèles découvertes récemment en contexte archéologique, il est possible de les dater globalement de La Tène A5. La stèle de Kermaria datée jusqu’à présent du début du IVe s. av. J.-C. pourrait être plus ancienne en raison d’un décor plus proche du répertoire iconographique hallstattien que laténien5.

13Ce type de stèle décorée, non anthropomorphe, n’a pas d’équivalent dans le domaine continental. C’est en Irlande, sur les pierres de Turoe (Duignan 1976, 202, fig. 1 ; 205, fig. 2), de Castlestrange, de Killycluggin ou de Derrykeighan dont les décors linéaires imitent ceux des objets en métal insulaire, qu’il est possible d’établir un lien avec les stèles armoricaines (Raftery 1993, 255-258, fig. 2-5). Ce lien ne concerne pas les décors mais l’acte de sculpter en très faible relief des blocs de pierre dure dans le but de signaler un endroit, un espace : une sépulture, un point géographique important… Cette pratique est connue un peu partout en Europe depuis l’âge du Bronze, à la différence que les stèles sont anépigraphes et aniconiques6. On ne peut pas exclure, cependant, la possibilité d’une ornementation réalisée avec de la peinture. En Allemagne et en Italie, de grandes stèles en pierre ou même des piliers de bois sont attestés pour l’indication des tombes (Kimmig 1987, 255-256, fig. 2-3 ; 275, fig. 23). Cependant, les stèles armoricaines, en dehors de leur fonction signalétique, conservent grâce à leur décor le témoignage d’une syntaxe symbolique et religieuse dont le sens nous échappe complètement aujourd’hui.

3 Silhouettes de stèles armoricaines d’après Daire, Villard 1996. A : Melgven, Kerviguérou (Finistère) ; B : Pont l’Abbé, Keralio (Finistère) ; C : Tréguennec (Finistère) ; D : Pont l’Abbé, Kermaria (Finistère)

4 Décors en développé de stèles armoricaines d’après Daire, Villard 1996. A : Melgven, Kerviguérou (Finistère) ; B : Pont l’Abbé, Keralio (Finistère) ; C : Tréguennec (Finistère) ; D : Pont l’Abbé, Kermaria (Finistère)

14Pour conclure sur ces deux premiers groupes, la sculpture sur pierre est parfois influencée par la figuration et les éléments décoratifs des pays méditerranéens et plus particulièrement par le milieu italique. Le groupe allemand et le groupe armoricain qui n’ont aucune parenté stylistique se confondent, cependant, sur le plan fonctionnel. Il est intéressant de constater la différence de traitement des stèles funéraires pour une même culture à une date presque similaire ; ceci est le résultat des particularismes culturels de chacune des régions celtiques. Sur ce dernier point, le cas de la stèle de Bormio (n° inv. 181I) et celui des deux statues de Vix (carte n° 1, n° inv. 176 et 177F) illustrent bien la diversité des sculptures ainsi que la difficulté de les attribuer avec certitude à la culture celtique, leur figuration étant inhabituelle. Le fragment de la stèle de Bormio est sculpté en bas-relief et représente deux guerriers dont un sonneur de cor habillé d’une tunique, vu de profil, qui pour jouer a planté sa lance devant lui et y a accroché son bouclier rond décoré de motifs géométriques. Le second est un fantassin en armes, vu de face, tenant dans sa main droite une enseigne et dans sa main gauche un bouclier rectangulaire à décor de spirales et de losanges qui lui cache tout le torse et le bassin. Il est coiffé d’un casque qui semble surmonté de deux cornes ou d’un panache. Le niveau du sol est indiqué par une frise sculptée de losanges, dessous on distingue le début d’un décor non identifiable. Le sommet est bordé d’une frise de zigzags. Bien que trouvée hors contexte, l’étude stylistique menée par L. Pauli conclut à la datation de la stèle de Bormio dans le courant du Ve s. av. J.-C. (Pauli 1973). Mais le réalisme et l’éventuel caractère narratif distingue le bas-relief de Bormio des stèles allemandes et armoricaines. La proximité de l’aire culturelle de Golasecca, d’où provient la stèle de Bormio, avec la culture du peuple des Vénètes qui ont pratiqué dès le début des âges du Fer un art figuratif et narratif, notamment sur les situles, explique peut-être la particularité de la stèle de Bormio. La présence de cette stèle dans l’aire culturelle de Golasecca reste un cas isolé et énigmatique : s’agit-il d’une importation ou d’une pièce plus récente ? Les mêmes doutes apparaissent au sujet des deux statues de Vix. L’une représente une femme assise dont la tête a disparu, aucun détail anatomique n’est évoqué et elle porte au cou un torque à tampon, l’ensemble s’inscrit dans un volume cubique (n° inv. 176F). La seconde est plus réaliste, toujours inscrite dans un volume cubique, il s’agit de la partie inférieure d’un guerrier assis avec les genoux ramenés vers la poitrine (n° inv. 177F). Il est habillé d’une cuirasse à lambrequins. Il tient devant lui un bouclier et une épée à son côté droit. Ces deux sculptures ont été retrouvées dans un fossé quadrangulaire situé à 200 m de la riche tombe de la Dame de Vix. Malgré la faible quantité d’objets qu’a livré la fouille, la datation de ces sculptures est située vers la fin du VIe s. av. J.-C (Ha D2). L’existence de ces deux statues à cette période est tout à fait exceptionnelle. Elles pourraient représenter un couple défunt faisant partie de l’élite celtique, thème inconnu jusqu’à maintenant à cette date et dans ce contexte.

15Ces deux exemples montrent la difficulté d’interpréter les sculptures dont le contexte archéologique est inexistant ou faible et dont la particularité iconographique ne facilite pas leur insertion dans des ensembles. Dans le troisième groupe des problèmes similaires ont été rencontrés mais la spécificité du sujet des sculptures permet de créer des groupes qui englobent également des pièces de la toreutique.

carte régionale : Bretagne

Le groupe rhénan : manifestation de l’originalité celtique

16Un des motifs les plus intrigant de l’art celtique est celui d’un visage entouré d’une couronne de feuilles dite « feuilles de gui ». Son apparition résulte de la transformation de la frise classique de palmettes et de fleurs de lotus ou de lyre (Duval 1974 ; Verger 1987). Sur la garniture de Schwarzenbach apparaît la fleur de lotus aux feuilles bouletées et recourbées vers l’intérieur, formant un motif de corbeille. C’est au cœur de ce motif que sera placé un visage ou un masque, comme sur l’applique en or provenant également de Schwarzenbach (Duval 1977, fig. 8) ou sur la phalère en bronze et fer de Horovicky (Kruta 1975, pl. III n° 1, pl. IV ; Duval 1977, fig. 42). Cette couronne végétale associée au thème de l’homme aura un succès important dans le premier style de l’art celtique. On le retrouvera également plus tard dans la création des images monétaires. Les exemples les plus monumentaux de ce nouveau thème iconographique sont traduits dans la pierre. Le pilier de Pfalzfeld en Rhénanie (n° inv. 13D, fig. 5A) associe quatre visages ou masques en bas-relief à couronne de « feuilles de gui » à un décor d’éléments végétaux. À Heidelberg dans le Bade-Wurtemberg, la partie supérieure d’un visage, traitée en ronde-bosse, présente les mêmes caractéristiques (n° inv. 07D, fig. 5B). L’association de l’image humaine et du végétal est très bien exprimée par la découverte sur le site du Glauberg, d’une sculpture de guerrier mesurant 1,86 m de haut (n° inv. 05D). Il est représenté debout, portant une cuirasse de type souple (Rapin 1999, 37, fig. 3B). Il est muni d’une épée à son côté et tient un bouclier ovale sur son ventre avec sa main gauche, alors que le bras droit est ramené sur la poitrine, dans un geste identique à celui de la statue de Hirschlanden. Son cou est orné d’un torque à pendeloques dont un exemple en or fut retrouvé dans une tombe du tumulus (Frey, Hermann 1996, fig. 111-116). Sa tête est complète et ressemble fortement aux exemples de Pfalzfeld et de Heidelberg. On peut d’ailleurs se demander si ces trois sculptures ne proviennent pas d’un même atelier, voire si elles n’ont pas été réalisées par le même sculpteur.

5 A : pilier de Pfalzfeld (Rhénanie), d’après Joachim 1993 ; B : tête de Heidelberg (Bade-Wurtemberg), dessin d’après Joachim 1989 ; C : stèle de Holzgerlingen (Bade-Wurtemberg), dessin d’après Kimmig 1987

17La couronne et le visage en forme de poire, qui relève plus du masque, sont considérés comme pouvant être de caractère divin (fig. 5). S’agirait-il donc d’un guerrier héroïsé, d’un prince héroïsé ou d’une divinité humanisée cachant son véritable visage ? La statue du Glauberg découverte dans le fossé du tumulus était probablement placée à l’origine au sommet du tumulus. Cette proximité avec les tombes abonde dans le sens de la représentation d’un défunt héroïsé et non d’une divinité. Dans l’hypothèse que la statue du Glauberg représente le héros guerrier, choisi par la collectivité et les dieux, la présence d’un masque expliquerait l’impossibilité à l’homme de se présenter à visage découvert devant les divinités du panthéon celtique. Sur la statue d’Hirschlanden (fig. 2B) on remarque également l’apposition d’un objet plat sur le visage.

18Quant à la datation du thème du masque surmonté d’une couronne de feuille, elle est située dès les débuts de La Tène ancienne. Son utilisation dans la toreutique a beaucoup aidé la datation de Pfalzfeld et de Heidelberg, leur contexte archéologique étant imprécis. Bien sûr, la statue du Glauberg est un maillon important qui permet de confirmer la chronologie de ce thème iconographique inscrit dans la pierre. Sur le plan géographique la répartition de ce sujet se concentre, tous supports confondus, en particulier en Rhénanie ainsi qu’en Bohême. C’est sur le site de Závist dans la fouille de la porte D qu’un fragment de couronne de feuilles, s’il s’agit bien de cela, fut découvert en position résiduelle (n° inv. 200CZ). En Gaule, il n’est attesté pour le moment que par deux fibules à masques provenant du gué de Port-à-Binson à Dormans (Marne) et du tumulus des Bossus sur la commune de Dompierre les Tilleuls dans le Doubs (Kruta 1989, fig. 1A-B ; Bichet, Milotte 1992, fig. 9, fig. 17 n° 6).

19L’association de l’homme et du signe végétal est un leitmotiv dans l’art laténien. Le pilier de Steinenbronn (n° inv. 19D) était occupé dans sa partie supérieure par un buste d’homme, c’est du moins ce que suggère le bras gauche conservé, tandis que la base est décorée de séquences de frises de rinceaux celtisés (Kruta 1982, 49, fig. 3) qui caractérisent le style végétal continu du IVe s. av. J.-C. La tête de Msecké Zehrovice relève aussi de cette conception végétalisante ; pièce unique, elle perpétue tardivement (entre le IIIe et Ie s. av. J.-C.) ce goût : ses sourcils et sa moustache se terminent en volutes alors que ses oreilles évoquent une palmette stylisée (n° inv. 203ZC, fig. 6C).

6 Barbet 1991 ; B : tête d’Entremont (Bouches-du-Rhône), dessin d’après Salviat 1987 ; C : tête de Msecké Zehrovice (Bohême), dessin d’après Duval 1977

20Depuis le VIIe s. av. J.-C., l’image humaine fait partie du répertoire iconographique de la sculpture en pierre celtique hallstattienne et laténienne, sous les traits des guerriers parfois héroisés associés à un registre végétal. Jusqu’à présent, on pouvait penser que la représentation des guerriers connaissait un renouveau dans le courant du IIIe s. av. J.-C., particulièrement dans le sud de la Gaule. Mais les dernières recherches démontrent une continuité de la représentation des guerriers depuis la période celtique hallstattienne. Pour le moment, les précurseurs de cet ensemble sculptural, dominé par les statues de Roquepertuse et d’Entremont, sont constitués par le buste de Grèzan (n° inv. 135F) et les deux de Sainte-Anastasie (n° inv. 155 et 156F). Ils sont remarquables par leur casque-capuchon et portent une armure traitée en bas-relief dans le cas du buste de Grèzan et gravée sur un des bustes de Sainte-Anastasie. Grèzan est daté du IVe s. av. J.-C. grâce à l’identification de la boucle de ceinture, d’un type identique à celui qui a été découvert dans une tombe de Mailhac dans l’Aude (Taffanel 1960, fig. 39 n° 34). Mais A. Rapin remet en cause cette attribution chronologique et propose une datation au premier âge du Fer en révisant justement la datation de la boucle. Quant aux sculptures de Sainte-Anastasie découvertes hors contexte archéologique, elles sont habituellement datées sans véritable raison, du IIIe s. av. J.-C. ; d’ailleurs A. Rapin propose également une datation plus haute vers le VIIe-VIe s. av. J.-C.

Le groupe languedocien et provençal : les personnages assis en tailleur

21La représentation de personnage assis en tailleur est particulièrement concentrée dans le Languedoc oriental et dans la Provence occidentale. Roquepertuse et Entremont sont les deux ensembles les plus importants de ce groupe autant par la qualité de la sculpture que par leur mise en scène hypothétique sur le site (choix du site et architecture protectrice). L’étude de P. Arcelin, B. Dedet et M. Schwaller (1992, 223, tableau 1) a permis de distinguer deux groupes se fondant sur la différence de l’équipement mais aussi sur le style de la sculpture.

22Le premier groupe est constitué par les sculptures de Roquepertuse (n° inv. 167-174F). Les deux statues restituées ont les épaules larges et la taille mince7. Elles sont habillées d’une cuirasse courte et d’un pectoral à degrés et à dossière. Elles sont parées de torque et de brassards (n° inv. 168F et 169F, fig. 7A). Tous les vêtements sont décorés de motifs essentiellement géométriques, gravés puis peints. Cette polychromie étudiée par A. Barbet (Barbet 1991) joue un rôle important dans la mise en scène du sanctuaire puisqu’elle accentue la valeur de ces héros-guerriers ou héros-défunts, richement vêtus de cuirasses souples (Rapin 1999, 37). Le type de sculpture de Roquepertuse est attesté par des fragments à Rognac (n° inv. 153F), Glanum (n° inv. 117-119F, fig. 7B), Nîmes (n° inv. 136F), Castelvielh (n° inv. 157F), Constantine (n° inv. 122F) et aux Baou Saint-Marcel (n° inv. 129F) ; malheureusement ces exemples sont soit découverts en position résiduelle dans des niveaux du IIe et Ier s. av. J.-C., soit hors contexte. Les sculptures de Roquepertuse étaient datées jusqu’à maintenant du IIIe s. av. J.-C., mais la reprise de l’étude du site de Roquepertuse et de l’ensemble de la statuaire (Lescure, Gantès 1991 ; Boissinot, Lescure 1998 ; Boissinot, Gantès 2000 ; Rapin 1999, 37) a permis le recollement d’un fragment qui prolonge au niveau du cou la partie dorsale de la cuirasse (protège nuque) sur la statue la mieux conservée (n° inv. 168F, fig. 7A). Il forme ainsi un protège-nuque. Le type de cuirasse portée par les sculptures de Roquepertuse est du même type que celle du personnage assis au bord de la cruche en bronze du Glauberg (Herrmann, Frey 1996, fig. 47, fig. 83, fig. 74, fig. 98 à 103) et de la sculpture en pierre.

7 A : statue de Roquepertuse (Bouches-du-Rhône), dessin d’après Gantès, Lescure 1993 ; B : statue de Glanum (Bouches-du-Rhône), dessin d’après Barbet 1991 ; C : statue d’Entremont (Bouches-du-Rhône), dessin d’après Salviat 1987

23Au vu de ces nouveaux éléments, il est possible de vieillir les sculptures de Roquepertuse d’un siècle ou deux. Cette nouvelle datation correspondrait à celle de la fabrication, le contexte dans lequel les statues furent découvertes restant bien du IIIe s. av. J.-C (Boissinot, Lescure 1998, 87-88). Les traces d’occupation de la seconde moitié du Ve s. av. J.-C. et du IVe s. av. J.-C. ont été repérées sur le site (Boissinot, Lescure 1998 ; Boissinot 2000 ; Boissinot, Gantès 2000). Il n’est donc pas impossible d’imaginer plusieurs états au lieu d’exposition des statues de Roquepertuse. Dans cette hypothèse, plusieurs générations auraient connu ces statues.

24Le deuxième groupe est constitué par les sculptures d’Entremont (n° inv. 77-114F). Les bustes sont plus au moins complets, un seul indique la position assise en tailleur (n° inv. 77F, fig. 7C) et aucune des têtes découvertes n’a pu être raccordée. Les statues d’Entremont sont, sans aucun doute, équipées d’une cuirasse descendant à mi-cuisse avec un pectoral orné d’une agrafe de type différent (n° inv. 77-81F). Elles portent parfois un torque au cou (n° inv. 78, 80 et 81F) ou une épée au côté (n° inv. 77 et 80F). La nature guerrière de ce costume est incontestable. Cet ensemble, par rapport à celui de Roquepertuse, présente la particularité de posséder des sculptures féminines. Bien qu’aucune ne soit complète, il est possible de restituer leur silhouette d’après les divers fragments (n° inv. 94-96F). Elles sont assises et portent une cape à bordure ornée de carreaux, avec une partie dorsale frangée correspondant certainement à la continuité du tissu qui recouvre la tête. Elles sont parées de collier et de boucles d’oreilles dont le modèle en argent, presque identique, fut retrouvé sur le site (Willaume 1987, 108, fig. 83, 136, fig. 175 n° c).

25Des torses protégés par une cuirasse furent découverts également sur les sites de La Cloche (n° inv. 144F) et de Fox-Amphoux (n° inv. 116F). La datation des sculptures d’Entremont est plus récente par rapport à celle de Roquepertuse, elle est fixée en fonction de la date de destruction de l’oppidum survenue en 124 av. J.-C., événement au cours duquel les sculptures auraient été cassées. Leur présence sur le site remonte donc au moins au début du IIe s. av. J.-C. Mais ici encore l’étude de l’équipement et des accessoires renouvelle la datation (Rapin 2000, 83). Les statues de guerriers sont à placer à la charnière du IVe et du IIIe s. av. J.-C.

26Le style de ces deux groupes est remarquable par leur réalisme, plus poussé à Entremont qu’à Roquepertuse. Il suffit d’observer les visages d’Entremont sur lesquels on perçoit parfois les cernes sous les yeux, les coiffures très complexes et la puissance des guerriers évoquée par leurs épaules larges et robustes (n° inv. 82-86F, fig. 6B). L’appartenance à la culture celtique de ces sculptures ne fait pas de doute en ce qui concerne les accessoires qu’elles arborent. On ne peut pas s’empêcher d’effectuer un rapprochement avec les sculptures du monde méditerranéen. En effet, les visages de la sculpture bicéphale de Roquepertuse avec les yeux en amande, les pommettes et le menton saillants qui est le seul témoignage du type facial existant sur ce site, sont proches des statues étrusques (n° inv. 167F, fig. 6A). Tandis que les statues d’Entremont semblent plus imprégnées du classicisme hellénistique. La proximité géographique des Celtes laténiens de la partie méridionale de la Gaule avec le monde méditerranéen a pu contribuer à la création de ce style. On constate ainsi l’originalité de ces populations qui face aux puissances méditerranéennes ont gardé leur individualité culturelle, empreinte de mixité.

27La représentation de personnages assis en tailleur est un thème important dans le sud de la France. Mais quel sens donner aux ensembles sculpturaux ? L’homme assis sur le bord de la cruche du Glauberg est un exemple bien daté et ancien (seconde moitié du Ve s. av. J.-C). Il est par ailleurs accompagné par deux monstres hybrides (sphinx celtiques) dans une composition qui évoque le thème oriental du dompteur ou maître des animaux. À Roquepertuse d’après les dernières recherches, les statues ne seraient pas de simples guerriers mais des guerriers-défunts dont la mémoire était vénérée en raison de leur rôle passé dans la collectivité. L’éventualité d’un abaissement de la date des sculptures de Roquepertuse et d’un prolongement de leur utilisation renforce bien cette idée. Pour Entremont, F. Salviat privilégie une interprétation plus individuelle, à savoir la représentation de l’élite, de l’aristocratie qui vivait à Entremont et qui expose les symboles du statut social (parure), de la force (armure) et du pouvoir (têtes coupées) (n° inv. 88-93F ; Salviat 1987, 238). Ces interprétations sont bien sûr dans le domaine du possible mais ne doivent pas être considérées comme acquises. En revanche, l’importance qu’a pris la position assise dans la sculpture ainsi que sur d’autres supports à la fin de la période laténienne en Gaule et au début de l’époque gallo-romaine est indéniable. En effet, sur des potins figurent des petits personnages coiffés de tresses assis en tailleur, tenant un torque dans la main, comme le potin LT 8145 (La Tour 1892-1992, pl. XXXII) ou le bronze de Bouray (Duval 1977, 189, fig. 195). Cette posture est reconnue également dans la statuaire du début de l’époque romaine. L’exemple de la statue de Saint-Marcel (Indre) illustre bien l’adaptation du modèle laténien. Le personnage porte sur les genoux un plateau pour recevoir des offrandes, indiquant un caractère divin. Cet aspect est inexistant à la période laténienne. À Saint-Marcel, il est confirmé par le contexte de découverte de la statuette : un lieu de culte de type fanum (Deyts 1992, 17-18).

carte régionale : Languedoc-Provence

Le groupe ibérique : les verracos et les guerriers

28(carte n° 1d, 5)

29La culture celtique du nord de l’Espagne et du Portugal qui se serait développée dès le VIIe s. av. J.-C. de façon autonome par rapport au reste de l’Europe celtique continentale (Almagro-Gorbea 1994 et 1995), a laissé une sculpture qui se distingue par sa monumentalité. Les ensembles les plus importants sont les verracos statues représentant en majorité des taureaux, des sangliers ou des cochons – et les statues de guerriers8. On trouve aussi une quantité de têtes très stylisées qui portent parfois un torque, ou de frustres statuettes ithyphalliques. En dehors de la zone celtibérique, des sculptures, par le simple fait qu’elles représentent une tête dite « coupée », sont qualifiées de celtiques. Ces attributions sont dans le domaine du possible mais l’absence de contexte archéologique rend l’attribution définitive difficile. Bien que la chronologie du groupe des verracos et des guerriers soit aussi sujette à discussion, leur appartenance à la culture celtique est reconnue par les chercheurs.

30L’aire de répartition des verracos s’oriente autour des villes de Zamora, de Ségovie, de Tolède et d’Avila, ainsi qu’au sud de la Galicie et au nord du Portugal (n° inv. 30-33S, 34-36S, 42S). L’inventaire de G. López Monteagudo (1989) recense 280 sculptures dont certaines sont sans doute encore sur leur emplacement d’origine. Leur poids (elles sont taillées dans du granit) et leur taille (en moyenne 1m de long sur 0,90 m) rendent leur déplacement difficile. Elles se répartissent entre 144 taureaux et 128 porcins. Le volume de ces statues s’inscrit approximativement dans un parallélépipède, le mouvement est parfois indiqué par une avancée de la patte (type A-1 de Francisca Hernandez Hernandez 1982) et la tête légèrement baissée. L’importance accordée aux détails anatomiques varie selon les bêtes, le corps est correctement décrit ou il est très schématisé. La tête, en particulier, se transforme parfois en cylindre, c’est le cas du taureau de Charmatín de la Sierra (n° inv. 36S). Sur les flancs de ces porcins et taureaux, on perçoit parfois des inscriptions latines qui interférent la datation de ces statues. Les plus anciennes pourraient dater du Ve s. av. J.-C. mais leur production ou leur utilisation aurait continué jusqu’à l’époque romaine. La détermination de la fonction de ces sculptures n’est pas aisée, certaines semblent être en liaison avec la protection des habitats (cf. les exemples du site de Las Cogotas n° inv. 30S, fig. 8), ou avec le milieu funéraire (cas de Charmatín, n° inv. 36S). Jesus R. Álvarez Sanchís propose, dans une étude sur les verracos de la vallée de Amblés (province d’Avila), la fonction de démarquage et/ou de délimitation des ressources en pâturage pour l’élevage du bétail (Álvarez Sanchís 1990). Ce serait en quelque sorte le moyen d’affirmer son pouvoir économique (plus les zones de pâturage sont grandes plus le bétail est abondant) mais aussi sa force, par le marquage d’un territoire considéré à partir de ce moment inviolable par des étrangers.

8 Verracos de Cardeñosa (Avila), dessin d’après López Monteagudo 1989

31Les statues de guerriers du Portugal, quant à elles, proviennent essentiellement de la région du Minho et un peu du Trás-os-Montes (n° inv. 182-184P, 187-195P, 198P, 199P, fig. 9). Elles sont souvent très grandes et représentées debout. Elles peuvent mesurer jusqu’à 208 cm (n° inv. 195P, Santo Combo de Basto), voire plus (n° inv. 193P, Sanfins). Taillées dans le granite, elles ont les épaules carrées et robustes. Elles sont traitées en ronde-bosse mais les bras et les accessoires sont figurés en haut-relief, ce qui leur donne une impression générale de statue-colonne, aspect amplifié par des jambes puissantes, souvent soudées jusqu’aux genoux. Elles sont habillées d’une tunique à encolure échancrée et à manche courte descendant jusqu’à mi cuisse. Elle est resserrée à la taille par une large ceinture décorée, dans certains cas, avec un médaillon à rosette dans le dos (n° inv. 197P Santo Ovídio de Fafe, fig. 9B). L’habit est parfois orné de dessins gravés géométriques ou curvilignes, qui renvoient à des motifs de tissus de l’âge du Fer ainsi qu’aux décors des vêtements des statues de Roquepertuse. Toutes les statues portent au moins un brassard (simple ou à plusieurs ondulations) et/ou un bracelet au poignet. Elles sont armées d’une rondache ou caetra tenue sur le ventre avec la main gauche et un poignard dans la main droite ou accroché à la ceinture (fig. 9A et B).

9 Statues de guerriers ibériques d’après Silva 1986. A : Lezenho (Trás-os-Montes) ; B : Santo Ovídio (Fafe)

32Comme pour les verracos, des inscriptions en latin sont parfois gravées sur les rondaches, posant le problème de datation pour ces guerriers trouvés hors contexte archéologique. Ils peuvent dater aussi bien de la période augustéenne – d’après la nature des inscriptions – que du IIIe-IIe s. av. J.-C comme le propose A.C.F. da Silva (1986). Sur le plan stylistique, les guerriers du Portugal forment un ensemble homogène, certains sont peut-être de la main du même sculpteur ou du même atelier (n° inv. 187P Lezenho, fig. 9A ; n° inv. 182-183P Campos ; n° inv. 185P Cendufe ; n° inv. 198P São Julião ; n° inv. 190P Mozinho et n° inv. 189P Meixedo). Leur fonction est difficile à définir, seule la statue de Saõ Julião fut trouvée dans un remblai de fouille ancienne près de la ville de Citânia de Saõ Julião. On peut supposer que les statues de guerriers se situaient à proximité des agglomérations et jouaient un rôle apotropaïque.

33Le groupe des verracos est une manifestation originale de la culture celtique en Ibérie, dans laquelle le taureau a déjà une valeur symbolique forte. Les guerriers quant à eux sont à rapprocher du guerrier de Hirschlanden et du Glauberg, même frontalité, même hiératisme, même hésitation à décoller les bras du torse. Ce comparatisme inévitable doit être cependant nuancé, en raison des différences d’équipement : la panoplie de Hirschlanden n’est pas aussi complète que pour les sculptures des guerriers celtiques d’Ibérie et du Glauberg et son attitude ithyphallique lui confère un statut particulier. Si les sculptures de guerriers relèvent d’une thématique identique, leur expression, en raison des différences de datation et probablement des contextes dans lesquels elles étaient exposées, expliquent les distinctions entre le guerrier d’Hirschlanden, celui du Glauberg, ceux du sud de la France et ceux de la péninsule ibérique.

carte régionale : nord-ouest de la péninsule ibérique

Les bustes sur socles

34Les cinq groupes sont fortement définis par leur origine géographique et chronologique. La publication récente de l’étude des sculptures de Paule, Saint-Symphorien (n° inv. 161 à 164F, fig. 10) annonce l’existence d’un sixième groupe réunissant des sculptures de type « bustes sur socles » (Ménez et coll. 1999, 393-400). Ce classement apparaît intéressant, même si le manque de données chronologiques ne permet pas avec certitude d’en faire une sculpture spécifique de la fin de la période laténienne. En ce qui concerne leur répartition géographique, le type de sculpture ne concerne pas uniquement l’Armorique mais d’autres régions françaises et comme l’indique Y. Menez, il ne s’agit là que d’un état de la recherche, il est fort probable que les bustes sur socle existent en dehors des limites de la Gaule (Menez et coll. 1999, 398). Sur le plan morphologique, les bustes socles forment un groupe homogène, cependant une signification unique ne peut être avancée, en raison de l’absence de contexte de plusieurs de ces sculptures. La réflexion menée autour de l’interprétation des bustes de Paule, qui conclut à la proposition de la représentation des ancêtres, s’adapte bien à la nature du site. En revanche, la découverte du buste sur le site d’habitat de Levroux dans une fosse accompagnée, entre autres, d’un bois de cerf et d’un polissoir, invite à penser à une interprétation d’ordre divine (n° inv. 126F). Les objets remarquables apparaîtraient comme des attributs dans l’hypothèse de la représentation d’un dieu.

10 Bustes socles de Paule (Côte d’Armor), d’après Menez et coll. 1999

Conclusion

35À travers cette modeste étude transparaît la difficulté de parler de la sculpture celtique en pierre de façon unitaire. Seules certaines régions du monde celtique sont concernées par la création sculpturale et ce à des dates différentes excepté pour les sculptures dites « bustes en socle ». Il serait donc plus juste de parler des sculptures celtiques en pierre et non pas de la sculpture celtique en pierre ; ainsi les notions de diversité stylistique, chronologique et régionale sont introduites.

36Le sud de l’Allemagne, l’Armorique, la Provence, le Languedoc et le nord de la péninsule Ibérique ont livré des sculptures toutes différentes les unes des autres qui reflètent, en partie, les différents faciès culturels du monde celtique. Le répertoire iconographique rencontré sur les sculptures en pierre n’est pas étranger à l’art celtique, il s’intègre facilement aux différents courants stylistiques, les mêmes décors se répétant sur d’autres supports. Comme les motifs des stèles armoricaines que l’on retrouve sur les céramiques armoricaines estampées du premier style, ou le visage couronné de feuilles décorant du mobilier métallique de La Tène ancienne. Les sculptures celtiques ne peuvent être isolée des grandes tendances de la sculpture ancienne européenne, notamment celle qui concerne l’apparition de la représentation humaine et plus particulièrement l’imagerie du guerrier-héros et/ou de l’aristocrate.

37L’intérêt iconographique des sculptures en pierre n’est pas à prouver. Le renouveau de la chronologie de la sculpture du sud de la France est un fait important. En outre, la possibilité que leur durée d’exposition ait pu être de trois cents ans, apparaît une information qui au-delà des considérations matérielles et stylistiques est primordiale pour comprendre le fonctionnement des us et coutumes et la psychologie des Celtes hallstattiens et laténiens. En ce qui concerne la fabrication des statues et des stèles, aucun atelier n’a été mis en évidence pour le moment. Les problèmes autour de la production des sculptures celtiques (qui sculptait et où) reste donc entièrement à élucider.

Annexe 1

Inventaire des sculptures celtiques hallstattiennes et laténiennes en pierre d’Europe continentale

38cliquer ici pour accéder à l’inventaire

Haut de page

Bibliographie

Álvarez-Sanchís 1990 : ÁLVAREZ-SANCHÍS (J.-R.) – Los « verracos » del valle del Amblés (Avila) : del análsis espacial a la interpretación socio-económica. Trabajos de Prehistoria, 47, 1990, pp. 201-233.

Arcelin, Dedet, Schwaller 1992 : ARCELIN (P.), DEDET (B.), SCHWALLER (M.) – Espaces publics, espaces religieux protohistoriques en Gaule méridionale. DocAMérid, 17, 1992, pp. 181-242.

Barbet 1991 : BARBET (A.) – Roquepertuse et la polychromie en Gaule méridionale à l’époque préromaine. DocAMérid, 14, 1991, pp. 53-81.

Beeser 1983 : Beeser (J.) – Der Kouro-Keltos von Hirschlanden. FBW, 8, 1983, pp. 21-46.

Bichet, Milotte 1992 : BICHET (P.), MILOTTE (J.-P.) – L’âge du Fer dans le haut Jura. Paris, MSH, 1992, 151 p., ill. (DAF, 34).

Boissinot 2000 : BOISSINOT (Ph.) – L’habitat de Roquepertuse. In : Chausserie-Laprée (J.) dir. – Le temps des Gaulois en Provence. Catalogue d’exposition du musée Ziem de Martigues, Marseille, 2000, pp. 151-155.

Boissinot, Lescure 1998 : BOISSINOT (Ph.), LESCURE (B.) – Nouvelles recherches sur le « sanctuaire » de Roquepertuse à Velaux (IIIe s. av. J.-C.). Premiers résultats, In : Actes du colloque d’Aix-en-Provence, « Entremont et les Salyens ». Doc-AMérid, 21, 1998, pp. 84-89.

Bonenfant, Guillaumet 1998 : BONENFANT (P.-P.), GUILLAUMET (J.-P.) – La statuaire anthropomorphe du premier âge du Fer. Annales Littéraires de l’Université de Franche-Comté n° 667, Série Archéologie et Préhistoire n° 43, Besançon, 1998, 108 p., ill.

Bonnet 1991 : BONNET (Ch.) – Le premier port de Genève. In : Les Celtes. Catalogue d’exposition de Venise, palazzo Grassi. Bompiani, Milan, 1991, p. 151.

Briard 1987 : BRIARD (J.) – Mythes et symboles de l’Europe préceltique. Les religions de l’Âge du Bronze (2500-800 av. J.-C.). Paris, Errance, 1987, 176 p.

Brunetti 2001 : BRUNETTI (C.) – Statue et mandibules, un dépôt votif de l’âge du Fer à Yverdon-les-Bains ? Archéologie suisse, 24/4, 2001, pp. 24-33.

Cherel 1996 : CHEREL (A.-F.) – Ornementation et comparaisons des céramiques armoricaines du deuxième âge du Fer. Mémoire de DEA de l’Université de Paris I sous la direction de O. Buchsenschutz, 1996, 233 p.

Daire, Giot 1990 : DAIRE (M.-Y.), GIOT (P.-R.) – Les stèles de l’Âge du Fer dans le Léon (Finistère). Rennes, Association des travaux du Laboratoire d’anthropologie-préhistoire, 1990, 105 p., ill.

Daire, Villard 1996 : DAIRE (M.-Y.), VILLARD (A.) – Les stèles de l’âge du Fer à décors géométriques et curvilignes. État de la question dans l’Ouest Armoricain. RAO, 13, 1996, pp. 123-156.

Deyts 1992 : DEYTS (S.) – Images des dieux de la Gaule. Paris, Errance, 1992, 158 p. (coll. des Hespérides).

Duignan 1976 : DUIGNAN (M.) – The Turoe Stone : its place in insular LaTène art, In : Duval (P.-M.), Hawkes (C.) ed. – Celtic Art in Ancient Europe, Five Protohistoric centuries, L’art celtique en Europe protohistorique : débuts, développements, styles, techniques, 1976, pp. 201-217.

Duval 1974 : DUVAL (P.-M.) – Deux éléments fondamentaux du Premier Style celtique. ÉC, 16, 1974, pp. 7-19.

Duval 1977 : DUVAL (P.-M.) – Les Celtes. Paris, collection L’Univers des Formes, 1977, 325 p.

Fischer 1984 : FISCHER (J.) – Die Vorrömischen Skulpturen von Nesactium. HBA, 1, 1984, pp. 9-98.

Frey, Hermann 1997 : FREY (O.-H.), HERMANN (F.-R) – Ein frühkletischer Fürstengrabhügel am Glauberg im Witteraukreis, Hessen. Germania, 75/2, 1997, pp. 459-550.

Gantès, Lescure 1993 : GANTÈS (L.-F.), LESCURE (B.) – Les collections archéologiques du site de Roquepertuse (Velaux-Bouches-du-Rhône). In : Les représentations humaines du Néolithique à l’âge du Fer. Actes du 115e Congrès des Sociétés Savantes, Avignon 1990, sous la direction de J. Briard et A. Duval. Paris, éditions C.T.H.S., 1993, pp. 197-203.

Giot et al. 1979, 1995 : GIOT (P.-R.) et al.Protohistoire de la Bretagne. Rennes, éditions Ouest-France, 1re éd. en 1979, 2e éd. en 1995, 437 p.

Hernández-Hernández 1982 : HERNÁNDEZ-HERNÁNDEZ (F.) - La escultura zoomorfa del occidente península. Trabajos de Prehistoria, 43, 1982, pp. 211-226.

Joachim 1993 : JOACHIM (H.-E.) – Une reconstitution du pilier de Pfalzfeld, In : Briard (J.), Duval (A.) dir. – Les représentations humaines du néolithique à l’âge du Fer. Actes du 115e congrès national des Sociétés Savantes (Avignon, 1990), 1993 pp. 265-270.

Kimmig 1987 : KIMMIG (W.) – Eisenzeitliche Grabstelen in Mitteleuropa, FBW, 12, 1987, pp. 251-297.

Kruta 1975 : KRUTA (V.) – L’art celtique en Bohême. Les parures métalliques du Ve au IIe siècle avant notre ère. 1975, 303 p.

Kruta 1982 : KRUTA (V.) – Aspects unitaires et faciès dans l’art celtique du IVè siècle avant notre ère : l’hypothèse d’un foyer celto-italique. Actes du colloque L’art celtique de la période d’expansion du IVè et IIIè av. n. è. (dir. P.-M. Duval et V. Kruta), 1982, pp. 34-49.

Kruta 1989 : KRUTA (V.) – La fibule « à masques » du gué de Port-à-Binson (Marne). ÉC, n° 26, 1989, pp. 7-22.

Kruta 1992 : KRUTA (V.) – Les origines de l’Europe.Paris, collection L’Univers des Formes, 1992, 408 p., ill.

La Tour 1892-1992 : LA TOUR (H. de) – Atlas de monnaies gauloises, 1892. Mis à jour par B. Fischer en 1992, non paginé [24] p., LV pl.

Lescure, Gantès 1991 : LESCURE (B.), GANTÈS (L.-F.) – Nouvelle approche des collections de Roquepertuse : l’étude du mobilier ancien (fouilles de Henri de Gérin-Ricard). DocAMérid, 14, 1991, pp. 9-18.

López Monteagudo 1989 : LÓPEZ MONTEAGUDO (G.) – Esculturas zoomorfas celtas de la Peninsula Ibérica. Anejos de Archivo Español de Arqueología, 10, 1989, 203 p., 88 pl.

Menez et coll. 1999 : MENEZ (Y.), GIOT (P.-R.), LAUBENHEIMER (F.), LE GOFF (E.), VENDRIES (C.) – Les sculptures gauloises de Paule (Côtes d’Armor). Gallia, 56, 1999, pp. 357-414.

Pauli 1973 : PAULI (L.) – Ein latènezeitliches Steinrelief aus Bormio am Stilfser Joch. Germania, 51, t. 1, 1973, pp. 85-120.

Planck et al. 1982 : PLANCK (D.) et al. – Ein neuentdecktes Viereckschanz in Fellbach-Schmiden, Rems-Murr-Kreis. Vorbericht der Grabungen 1977-1980. Germania, 60, 1982, pp. 105-191.

Raftery 1993 : RAFTERY (B.) – La statuaire en bois et en pierre de l’Âge du Fer irlandais. In : Les représentations humaines du Néolithique à l’âge du Fer. Actes du 115e Congrès des Sociétés Savantes, Avignon 1990, sous la direction de J. Briard et A. Duval, Paris, éditions CTHS, 1993, pp. 253-264.

Rapin 1999 : RAPIN (A.) – L’armement celtique en Europe : chronologie de son évolution technologique du Ve au Ier s. av. J.-C. Gladius, t. 20, 1999, pp. 33-67.

Rapin 2000 : RAPIN (A.) – La statuaire de Roquepertuse. In : Guillaumet (J.-P.), Rapin (A.) – L’art des Gaulois du Midi. In : Le temps des Gaulois en Provence, catalogue d’exposition du musée de Ziem de Martigues, 2000, pp. 81-83.

Taffanel 1960 : Taffanel (O. et J.) – Deux tombes de chefs à Mailhac (Aude). Gallia, 18, 1960, pp. 1-37.

Salviat 1987 : SALVIAT (F.) – La sculpture d’Entremont. In : Archéologie d’Entremont Musée Granet d’Aix-en-Provence, dirigé par Denis Coutagne, 1re éd. en 1987, 2è éd. en 1993, pp. 165-242.

Silva 1986 : SILVA DA (A.C.F.) – A cultura Castreja no Noreste de Portugal, 1986.

Verger 1987 : VERGER (S.) – Genèse celtique des rinceaux à triscèles. JRGZM, 34, tiel 1, 1987, pp. 287-339.

Zürn 1964 : ZÜRN (H.) – Eine hallstattzeitliche Stele von Hirschlanden Kr. Leonberg (Württdg.). Germania, 42, 1964, pp. 27-36.

Haut de page

Document annexe

Haut de page

Notes

1 Le corpus présenté en annexe est basé sur celui réalisé pour l’obtention du DEA soutenu en juin 1996 à l’École Pratique des Hautes Études (section iv) sous la direction de V. Kruta. Il a été complété et amélioré grâce à la participation des différents auteurs des chroniques ainsi que d’Anne Villard-Le Tiec et Yves Menez.
2 Pour les deux périodes les côtes atlantique et méditerranéenne sont les plus riches en sculpture en pierre. Cependant elle est, pour l’instant, absente en Europe centrale à l’âge du Bronze.

3 Une exception, la stèle du tumulus n° 7 de la nécropole de Rottenburg-am-Neckar, a été découverte sur la tombe recouverte par le tumulus et non exposée à son sommet (n° inv. 15D).

4 Les dates données ici sont à prendre à titre indicatif, la date d’apparition de la céramique estampée en Armorique n’est pas encore définie avec précision (Cherel 1996, 39 et 42).

5 Il s’agit des stèles de Melgven et les stèles de Pont-l’Abbé, Keralio (Finistère) ainsi que celle de la Forêt-Fouesnant, Poulgigou (Finisitère).
6 Proposition selon l’analyse de Anne Villard-Le Tiec.
7 À ce sujet consulter les articles réunis dans le n° 17 de 1994 des DocAMérid sous le titre de « Structures de couverture et de signalisation et de réutilisation des sépultures protohistoriques du Midi de la Gaule et des régions périphériques ».

8 La traduction de verracos par verrats renvoie directement aux mâles de l’espèce porcine. Cependant, sous cette appellation sont regroupées également les sculptures de taureaux, d’ours et de chèvres (Hernandez-Hernandez 1982, 211).
Haut de page

Table des illustrations

Légende répartition des sculptures préromaines en Europe continentale
URL http://journals.openedition.org/dam/docannexe/image/395/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 108k
Légende 1 A : stèle de Stockach (Bade-Wurtemberg), dessin d’après Kimmig 1987 ; B : stèle de Rottenburg-am-Neckar (Bade-Wurtemberg), dessin d’après Kimmig 1987 ; C : stèle de Lumbrein, dessin d’après Kimmig 1987
URL http://journals.openedition.org/dam/docannexe/image/395/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 96k
Légende 2 A : stèle de Stammheim (Rhénanie), dessin d’après Kimmig 1987 ; B : statue de Hirschlanden (Bade-Wurtemberg), dessin d’après Zürn 1964 ; C : stèle de Tübingen-Kilchberg (Bade-Wurtemberg), dessin d’après Kimmig 1987
URL http://journals.openedition.org/dam/docannexe/image/395/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 96k
Légende 3 Silhouettes de stèles armoricaines d’après Daire, Villard 1996. A : Melgven, Kerviguérou (Finistère) ; B : Pont l’Abbé, Keralio (Finistère) ; C : Tréguennec (Finistère) ; D : Pont l’Abbé, Kermaria (Finistère)
URL http://journals.openedition.org/dam/docannexe/image/395/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 52k
Légende 4 Décors en développé de stèles armoricaines d’après Daire, Villard 1996. A : Melgven, Kerviguérou (Finistère) ; B : Pont l’Abbé, Keralio (Finistère) ; C : Tréguennec (Finistère) ; D : Pont l’Abbé, Kermaria (Finistère)
URL http://journals.openedition.org/dam/docannexe/image/395/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 148k
Légende carte régionale : Bretagne
URL http://journals.openedition.org/dam/docannexe/image/395/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 52k
Légende 5 A : pilier de Pfalzfeld (Rhénanie), d’après Joachim 1993 ; B : tête de Heidelberg (Bade-Wurtemberg), dessin d’après Joachim 1989 ; C : stèle de Holzgerlingen (Bade-Wurtemberg), dessin d’après Kimmig 1987
URL http://journals.openedition.org/dam/docannexe/image/395/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 80k
Légende 6 Barbet 1991 ; B : tête d’Entremont (Bouches-du-Rhône), dessin d’après Salviat 1987 ; C : tête de Msecké Zehrovice (Bohême), dessin d’après Duval 1977
URL http://journals.openedition.org/dam/docannexe/image/395/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 48k
Légende Allemagne
URL http://journals.openedition.org/dam/docannexe/image/395/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 80k
Légende 7 A : statue de Roquepertuse (Bouches-du-Rhône), dessin d’après Gantès, Lescure 1993 ; B : statue de Glanum (Bouches-du-Rhône), dessin d’après Barbet 1991 ; C : statue d’Entremont (Bouches-du-Rhône), dessin d’après Salviat 1987
URL http://journals.openedition.org/dam/docannexe/image/395/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 76k
Légende 8 Verracos de Cardeñosa (Avila), dessin d’après López Monteagudo 1989
URL http://journals.openedition.org/dam/docannexe/image/395/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 88k
Légende 9 Statues de guerriers ibériques d’après Silva 1986. A : Lezenho (Trás-os-Montes) ; B : Santo Ovídio (Fafe)
URL http://journals.openedition.org/dam/docannexe/image/395/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 80k
Légende carte régionale : nord-ouest de la péninsule ibérique
URL http://journals.openedition.org/dam/docannexe/image/395/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 72k
Légende 10 Bustes socles de Paule (Côte d’Armor), d’après Menez et coll. 1999
URL http://journals.openedition.org/dam/docannexe/image/395/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 231k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Armelle Duceppe-Lamarre, « Unité ou pluralité de la sculpture celtique hallstattienne et laténienne en pierre en Europe continentale du VIIe au Ier s. av. J.-C. », Documents d’archéologie méridionale [En ligne], 25 | 2002, mis en ligne le 18 octobre 2006, consulté le 12 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/dam/395

Haut de page

Auteur

Armelle Duceppe-Lamarre

HALMA – CNRS FRE 2537, Université Charles-de-Gaulle, Lille 3

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page