Navigation – Plan du site
Varia

Nouvelles données sur l’occupation protohistorique de Beaucaire (Gard)

Réjane Roure
p. 171-214

Résumés

C’est au fond d’une cave de la ville de Beaucaire qu’ont été par hasard exhumés les vestiges d’une installation protohistorique de bas de pente, située au pied de l’oppidum du Château et de La Redoute. Le matériel recueilli témoigne de deux grandes phases d’occupation : les VIe-Ve siècles av. n. è. d’une part, les IIIe-Ier siècles av. n. è. d’autre part. La céramique locale côtoie les importations méditerranéennes caractérisant chaque période. Par leur localisation, ces vestiges sont intéressants pour la connaissance de la topographie antique d’Ugernum, puisqu’il s’agit de l’installation la plus proche du Rhône repérée jusqu’à présent.

Haut de page

Texte intégral

Présentation

1Cette note concerne un lot de céramique exhumé récemment dans la ville de Beaucaire, lors de travaux effectués dans une cave par des particuliers1. L’exiguïté des lieux n’a pas permis de mener une exploration archéologique complémentaire, mais un relevé des vestiges mis au jour a été effectué et l’ensemble du matériel récolté a pu être étudié. Aucune stratigraphie n’a été consignée ; cependant, le mobilier recueilli et sa localisation dans Beaucaire se sont révélés intéressants pour la connaissance de la topographie de la ville antique.

1.1. Le contexte local

2Beaucaire est située sur la rive droite du Rhône, à 17 km au nord d’Arles et à 25 km à l’est de Nîmes. «Au contact de trois terroirs (plaine, colline, plateau), [le site] bénéficie aussi du confluent du Rhône et du Gardon, de la rupture de charge entre Rhône maritime et Rhône continental» (Provost et al. 1999, 192). L’agglomération gallo-romaine d’Ugernum a été formellement identifiée à la ville par la découverte d’une inscription en 1845, au cours de fouilles dans l’enceinte du château médiéval. L’occupation protohistorique du lieu a été révélée quant à elle dans les années soixante, avec la découverte des nécropoles des Colombes et des Marronniers, puis par les interventions sur l’oppidum de Triple-Levée (à quelques kilomètres au nord-ouest de Beaucaire) et sur celui de La Redoute qui se trouve pratiquement à l’emplacement de la forteresse médiévale, sur la dernière colline hauterivienne de la rive droite du Rhône qui domine la ville moderne2.

3Sur l’oppidum du Château et de La Redoute, une occupation allant de la fin de l’âge du Bronze au début de la période romaine a été mise en évidence par différents sondages. Deux périodes sont bien marquées : les VIIIe-Ve s. d’une part, les IIe-Ier s. d’autre part, avec un possible hiatus aux IVe et IIIe s. av. n. è.

4Plusieurs découvertes de céramique protohistorique ont également eu lieu dans la ville moderne, en contrebas de la colline (fig. 1) ; il s’agissait généralement de trouvailles liées à des travaux de voirie, qui ont été surveillés depuis le début des années soixante par les membres de la S.H.A.B.3 (Dedet et al. 1978, 75-81 ; Bessac et al. 1987, 14-15). Ces travaux rencontraient le niveau antique à 1,20 m environ sous le sol actuel dans la partie nord de la ville, et à 2 m dans la partie sud. Le matériel préromain recueilli appartient aux IIe et Ier s. av. n. è., à quelques exceptions près ; de fait, ces excavations n’étaient jamais très profondes, et n’entamaient donc probablement que les niveaux protohistoriques les plus récents.

1 Plan de Beaucaire avec localisation des découvertes d’époque protohistorique et de la découverte de la rue de la République (d’après Bessac et al. 1987 et Michellozzi 2001)

1.2. Localisation et description des vestiges

5La découverte qui nous occupe a eu lieu au n° 32, rue de la République, c’est-à-dire au cœur de la vieille ville de Beaucaire, sous le château qui domine la cité et au pied de l’oppidum protohistorique (fig. 1). Le sol de la cave dans laquelle les vestiges ont été exhumés se trouve à un peu plus de 2 m au-dessous du niveau de la rue, et l’excavation est descendue encore sur plus de 1,80 m à partir de ce sol. Le fond de la fouille se trouvait ainsi à près de 4 m sous le niveau actuel de la rue ; ce sont donc des niveaux particulièrement profonds qui ont été atteints, ce qui, semble-t-il, n’avait jamais été le cas précédemment dans la ville, où les sondages liés aux travaux de voirie n’ont jamais excédé 1ou 2 m de profondeur.

6L’excavation pratiquée dans la cave mesure environ 1,60 m sur 2,50 m (fig. 2). À 60 cm du sol, un premier élément lithique a été rencontré : un bloc taillé de forme quadrangulaire (40 cm de côté) présentant une encoche en son centre ; à ce niveau, cette pierre est apparue isolée.

2 Relevé des vestiges (les données chiffrées ont été calculées par rapport au niveau de la rue)

7Une trentaine de centimètres plus bas a été observé un mur d’orientation est-ouest, de 40 cm de large, relativement bien appareillé, avec des blocs parfois importants ; une partie semble avoir été épierrée. Au sud de ce mur, se développe un dallage fait de grandes pierres plates, jointoyées par un limon argileux de couleur sombre. Ces dalles ont des dimensions comprises entre 20 et 80 cm de long pour 15 à 25 cm de large ; une seule a pu être observée en contact avec le mur précédemment cité : elle venait s’appuyer contre. Cet aménagement soigné (du moins pour la partie qui a pu être observée) fait songer à un espace de circulation intérieur ou extérieur, même si des observations faites sur une surface aussi restreinte restent sujettes à caution.

8L’excavation a été poursuivie en profondeur sur une petite partie seulement de la surface, sans que soient notées d’autres structures bâties. Elle n’a pas atteint le substrat naturel.

9Le mobilier découvert à l’occasion de ces travaux permet de distinguer deux phases, l’une ancienne, que l’on peut placer aux VIe-Ve s., l’autre plus récente, entre la fin du IIIe et le Ier s. av. n. è. ; le mur et le dallage appartiennent sans doute à cette deuxième phase, tandis que les témoins les plus anciens, en moindre quantité, pourraient provenir des strates basses situées en dessous du dallage. Mais dans ce cas encore, du fait des conditions de découverte, aucune certitude n’est acquise.

2. Étude du mobilier

Mobiliers divers

10En dehors de la céramique, qui compose l’essentiel du lot, on a récolté quelques témoins divers. La faune se limite à 38 os ou fragments d’os, dont quelques-uns ont brûlé. En métal, on compte 1 fragment et 2 scories de fer, et une lamelle tordue en plomb ; en os, 1 stylet dont les deux extrémités sont brisées ; en terre cuite, quatre fragments de tuiles (3 tegulae, 1 imbrex). Enfin, on relève un fragment d’enduit de mortier peint en noir.

11Les tuiles et l’enduit attestent la présence d’un niveau d’époque romaine, qui a pu être en effet observé a posteriori dans la berme est de l’excavation, juste sous le sol de la cave, et qui n’excède apparemment pas une dizaine de centimètres d’épaisseur. De fait, la majeure partie des niveaux d’occupation de cette époque, retrouvés en divers endroits de la ville moderne, ont dû être ici détruits par le creusement de la cave elle-même dont on a vu qu’elle était relativement profonde.

Céramique

12Vues les conditions de découverte, il n’a pas paru opportun de multiplier les périodes chronologiques. Seules deux grandes phases ont été dégagées par l’étude céramologique, de manière assez large pour qu’on puisse y inclure tous les éléments recueillis. Ainsi, on distinguera une phase I correspondant aux VIe et Ve s., avec une majorité de documents attribuables au plass Ve s., e la périoda ce mur,s n’étent que peure présennée4s ; ta une phase In, de la fin du IIIe s. au début de d’époqueaugjusnéenn>.

Le décompteodes Céramiquse, du fait d, l’bsence le ce vations stratigraphiquse, est présenns dans ue seu .tabl au (fig.3)e, tbutes les matgcories devhasesnge poivana pas être distribvés par phase.

<32>Phase I (vers 550-400 av. n. è.)<<32>

Une première phase, correspondant au début ue deuxième"âge du Fer, se dglagencettumens. Elle est caractérivée par desbwords d’mpeholes lasauliites présentant ue creux dere pliement marqu ( typ, 1 dePy >197)e, par la céramiquegprise mno chrmee, par cerzainse formes devhases à hâtn clairepreinteoau nns, dontpPlusieurs éléments le style su-aglomtoriquerhondaaie,t ainsi que par unbnord decoyp,tiovienne l’importatioegpecique orientateoauimano-gpecique qui appaaîit cemm, l’ur des éléments les plus ancienn de ce ensemble (fig.4)r.

59Le décompteodes éléments identifuablessn’étbliit cemm,srui.:>

    /li >

    :>;>:>;>> /li >

    :>;>:>;>> /li >

    :>;>:>;>> /li >

    :>;>> /li >

    :>;>:>;>:>;>> /li >

    :>:>;>> /li >

    :>>

>6

<32>Phase II (vers 225-25 av. n. è.)<<32>

7La deuxième phas dégagés par l’étude céramologiqu, correspon essentieulement aux IIe et Ier s. av. n. èe, maisellear été tcendue à la fin du IIIe s. pourreindrecompteod quelques éléments sans doute plus ancienn( parnexmpler desbwords d’mpehols lasauliit A-MAS bd 6> et cerzainse formes devhases à hâtn clair)t qui e juntifuaient cependana pae, e, semble-t-il, la répation d’une phasin dependanes : lx IVe s. n’est en effet attesté par aucune forme caractéritgique, et le plass IIIe s. n’est apparemment pasre présenne. Cetue période esteillustgés par un matérielabpondanl. Lus mpeholesintariques en typ Deressl, 1(bwords etofond)s sont bien présenuse, e, même que la céramiquec mpaovienneA, et ls hâtsn claires lasauliitesous de trnditios lasauliite ;non trouve également un fragment devhass de la ctn antaanue et derairestdessnes de céramiqueibtér que peint. Vo icilLe décompteodes éléments identifuables((fig.5)>:>

    /li >

    :>;>:>;>> /li >

    :>;>:>;>:>;>> /li >

    :>;>> /li >

    :>;>:>;>:>;>:>;>;>> /li >

    :>;>:>;>:>;>:>;>:>;>:>;>> /li >

    :>>

>8

<42>Céramique non tournée<<42>

>9Unerépertition entre les deux grandes phases dtpermnnéer précédemment appaaîitdge fait iAffiilre en l’bsence le données stratigraphiqusl. Lus formes ont été clasnées elion quatre matgcories :coypes, attes((fig.6)e,ourpes,couveicles((fig.7)e, axaquelles ont étéad joints lesofondd((fig.7). Oon trouve pour la céramique non tournét ls croprationshabitquellesdnerépertition entre ces quatre matgcorie> dans largtion du Languedoc orientae(Py, AdrohFer,Sanochzi 200, 833)r.

Sur l’ensemble étudit, les Céramiquse non tournést appaaiessene majorilaires en nimbrs d’inividuts, ce qu, correspon tbum à fait au acirèsre conum à Beaucaire, mite où dominont les crducations localsz caractéritgiques l’urhabitatm protohistoriqul. Le décompteodes éléments identifuablessn’étbliit cemm,srui>:>

    /li >

    :>;>:>;>:>;>:>;>:>;>:>;>> /li >

    >

2.2. Éléments de comparaison

n’xchateilconngre disposiblesl’inière bien dans lu acirès céramiquergtiotal, même sicune comparaisotofonuée sur ue aussi faible nimbrs es vestiges oiit êtrereçure avecpruidenc. Tdant au niveau des matgcories de Céramiqusere présennéis que de ieurs poucendages relatfse et de ieurs formei, on est très proche des rsultatrs fouries par l’étude des autres aites duvoinsnngrs : localoment, par l’oppidum delLa Redoute et du Château (Dedet et al. 1978,27-69)>;n plus largmment pur laRroche d Ccomst(Roubaud,t Michelozzi1993), et leMaorduae(Py, Lebteapin> 196)e, sansopublier les nécropoles de Beaucaire, ees Marronnier, et ls Colombes (Dedet et al. 194>;n(Dedet et al. 1978,83-113)e, ainsi qd’unetlombm protohistorique isolét cemm,c elle us Mes deJgallne (Gamy,t Michelozz,ePy >181) parnexmpler.

importations méditerranéenne,s lasauliites puisintariquee.

3. Conclusion

;n plusieurs trouvaillesavament a"parivana permis s’ffiormre que lapcent surd-ouest de l’oppidum étaitoccuiée à la fin du deuxième"âge du Fee (fig. 1,e maisionnet songtait pas une installation sur lapcent orientate– lle vrssane nord quant àeluitlomtant assezab rupvement(verslre Rhôn). L’bsence le vestiges dans ce"secdeur était>imunnét auxinpondptions possiblse– ent sans douteffrqucents –e du Rhône quidontxmpêrchs le coyçconner une installation aussi près u f ievrs : « imcroreas urhabitatm importan, et perainon >» Michelozzi 2001e.>Uneoccupation urzableas pourtan, été mise en évidence par la découverte de la rue de la Républiqu. ; la poximrité u f ievr une davait sans doute aes cosrtitner ut obtaicle majeus pourcespopculatiose, quivoyraient eut- êtrerivana tbum dans cntxmpplacement un lieu ivanlageux pour cst aatimités cemmrcitatn.

6e et le Ier 5.Cen typ l’imllanlation trouve des comparaisos proches,cemm, à laRroche d Ccomst oùest attestéurhabitatmétbli, à labhass de l’oppidum à partir du drnnies quorr duVIIe s. av. n. èt(Roubaud,t Michelozzi1993)l. Lepchnlomnme est d’il ieurs couaint en Languedos :teux cas précédemment relevse(Pyi1990, 613)e,ion jdoutra parnexmpler celui deMfonl arrèe, oùuine hbitattion u,Vme siicl. av. n. èe a été mise au jour par les dernièrsec mpagners de fouilles(1998- 2001, en contrebas ue vrssane nor-uest de l’oppidum(Chazuelles 2001e.

ntextnasion delL’agglomération protohistoriquebBeaucaiomise set cerzainment lnét ae développmuent du cemmrces méditerranée, dont attestent les Céramiquse impornéis retrouvéis rue de la Républiqus. La ville de Beaucair est en effet instaliée àurmpeintustragtique de lavtaliée du Rhône, à leenur"sectioe de la granduvoiue depgénstratios(verslrsergtioes epstenrtiotaers de lEucrole que cosrtitns lu ievr ete d’um importan,axce de circulation terrstir est-ouest,lasiamiv, parfois à la« VoiueHCérclnéenn >e, et qui daieinda laVoiueDoimivienne à l’époque romain. Ile s’agte donc bien d’umcaerr fou, ete d’ummpeint de pissgte i contouramble que ce sait jour traur"srslre Rhônsous pourccontitner la doutefluvitatt(verslre nor,e cae Beaucair cosrtittait eut- êtreummpeint dedléchargmuentoublgpaoairerivanalle souit deVtallbrrgquse, situt(à quelques kilomètresien montn delL’agglomératior.

8et al. 1999,217-2 7)e,munn entrtvenir des relatsos ptimlgtvéisnone seulement avec les autres importante de la gtios,cemm, Nîmesous leMaordua,e mais ausst, par l entrmrise des comtroirs dEspeyara ete d’Arle., avecMaosieille qui iffusre ici drslreVIIe s. av. n. ètdle nimbraux prnduisl. Lus inscriptiosn gallogpeciquis retrouvéis à Beaucair (Leajens1985)e cosrtitnont égalementum ndicse de la profondeur et de la utgés de ces relatso,e dont onsrint qu’ellesnge se limiièrent pasadu cemmrces des enfréer.

>
!-- ."tex wResizamble-->1Haunt de pge>
!-- #"tex -->>
Bsibipograpie>
>

Bessac et al. 1987 : BESSAC (J.-C.), CHRISTOL (M.), FICHES (J.-L.), GASCO (Y.), JANON (M.), MICHELOZZI (A.), RAYNAUD (Cl.), ROTH CONGèS (A.), TERRER (D.) – Ugernum. Beaucaire et le Beaucairois à l’époque romaine, I. Caveirac, ARALO, 1987, 120 p. (Travaux du Centre Camille Jullian, 2 ; Cahier de l’ARALO, 15).

Dedet et al. 1974 : DEDET (B.), MICHELOZZI (A.), PY (M.), La nécropole des Colombes à Beaucaire, Gard. RANarb, 7, 1974, pp. 59-117.

Dedet et al. 1978 : DEDET (B.), MICHELOZZI (A.), PY (M.), RAYNAUD (Cl.), TENDILLE (C.) – Ugernum. Protohistoire de Beaucaire. Caveirac, ARALO, 1978, 157 p. (Cahier de l’ARALO, 6).

Chazelles 2001 : CHAZELLES (C.-A. de) et al.Montlaurès, Narbonne (Aude). Rapport de synthèse sur les fouilles programmées 1999-2001. SRA Languedoc-Roussillon, 2001.

Garmy, Michelozzi, Py 1981 : GARMY (P.), MICHELOZZI (A.), PY (M.) – Une nouvelle sépulture protohistorique à Beaucaire (Gard). DocAMérid, 7, 1984, pp. 155-158.

Lejeune 1985 : LEJEUNE (M.) – Recueil des Inscriptions Gauloises. I. Textes gallo-grecs. Paris, CNRS, 1985, 459 p. (45e suppl. à Gallia).

Michelozzi 2001 : MICHELOZZI (A.) – Contribution à la connaissance de la topographie de Beaucaire antique. Bulletin de la société d’histoire et d’archéologie de Beaucaire, 149, juin 2001, pp. 4-7.

Provost et al. 1999 : PROVOST (M.) et al.Carte archéologique de la Gaule. Le Gard. 30/2. Paris, 1999, 399 p.

Py 1990 : PY (M.) – Culture, économie et société protohistoriques dans la région nimoise. Rome-Paris, 1990, 2 vol. (Collection de l’École Française de Rome, 131).

Py 1993 : PY (M.) dir. – Dicocer. Dictionnaire des Céramiques Antiques (VIIe s. av. n. è. – VIIe s. de n. è.) en Méditerranée nord-occidentale (Provence, Languedoc, Ampurdan). Lattes, 1993, 623 p. (Lattara, 6).

Py, Adroher Auroux, Sanchez 2001 : PY (M.), ADROHER AUROUX (A. M.), SANCHEZ (C.) – Dicocer 2. Corpus des céramiques de l’âge du Fer de Lattes. Lattes, 2001, 2t., 1306 p. ( Lattara, 14).

Py, Lebeaupin 1986 : PY (M.), LEBEAUPIN (D.), avec la collaboration de Bessac (J.-Cl.), Chazelles (Cl.-A. de), Duday (H.) – Stratigraphie du Marduel (Saint-Bonnet-du-Gard). III. Les niveaux des IIe et Ier siècles av. notre ère sur le chantier central. DocAMérid, 9, 1986, pp. 9-80.

Py, Lebeaupin 1992 : PY (M.), LEBEAUPIN (D.), avec la collaboration de Chazelles (Cl.-A. de) – Stratigraphie du Marduel (Saint-Bonnet-du-Gard). V. Les niveaux de la deuxième moitié du Ve siècle av. notre ère sur le chantier central. DocAMérid, 15, 1992, pp. 261-326.

Roubaud, Michelozzi 1993 : ROUBAUD (M.-P.), MICHELOZZI (A.) – Un quartier bas de l’oppidum de la Roche-de-Comps (Gard) au milieu de l’âge du Fer. DocAMérid, 16, 1993, pp. 257-278.

Haut de page

Documents annexes

Haut de page

Notes

1 M.et MmeCarbonnel, que je remercie ici vivement de leur accueil chaleureux et de leur constante sollicitude. Toute ma gratitude va également à Christophe Sollers et Nelly Vialat qui m’ont mise en contact avec les propriétaires et accompagnés dans toutes mes démarches. Je remercie M. André Michellozzi, archéologue à Beaucaire, qui le premier a su juger de l’importance de la découverte et qui m’a toujours aimablement prodigué ses conseils. Je remercie enfin toutes les personnes qui m’ont aidé, de diverses manières, pour la rédaction de cet article.
2 La colline sur laquelle est situé l’oppidum de La Redoute a été coupée en deux par le creusement de la tranchée reliant la ville au champ de foire, au XIXe siècle, isolant le château médiéval (fig.1). On parlera pour plus de clarté de l’oppidum de La Redoute en englobant également sous ce terme le Château.
3 Société d’histoire et d’archéologie de Beaucaire.
4 La forme de l’excavation en entonnoir joue certainement beaucoup sur les proportions des céramiques de chaque période. C’est également la raison pour laquelle je n’ai pas donné de pourcentages – en plus du fait que le nombre total de fragments est un peu trop faible.
5 Il faut rappeler que ces découvertes ponctuelles liées à des travaux de voirie n’ont jamais concerné des excavations très profondes, ce qui peut expliquer l’absence de tout matériel ancien.
Haut de page

Table des illustrations

Légende 1 Plan de Beaucaire avec localisation des découvertes d’époque protohistorique et de la découverte de la rue de la République (d’après Bessac et al. 1987 et Michellozzi 2001)
URL http://journals.openedition.org/dam/docannexe/image/400/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 124k
Légende 2 Relevé des vestiges (les données chiffrées ont été calculées par rapport au niveau de la rue)
URL http://journals.openedition.org/dam/docannexe/image/400/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 52k
Légende 3 Tableau d’inventaire des céramiques
URL http://journals.openedition.org/dam/docannexe/image/400/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 64k
Légende 4 Mobilier céramique de la phase I (fin VIe-Ve s. av. n. è.) ; cliquer sur l’illustration pour la visualiser en grand format
URL http://journals.openedition.org/dam/docannexe/image/400/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 40k
Légende 5 Mobilier céramique de la phase II (fin IIIe-Ier s. av. n. è.) ; cliquer sur l’illustration pour la visualiser en grand format
URL http://journals.openedition.org/dam/docannexe/image/400/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 56k
Légende 6 Céramiques non tournées (coupes et jattes) ; cliquer sur l’illustration pour la visualiser en grand format
URL http://journals.openedition.org/dam/docannexe/image/400/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 44k
Légende 7 Céramiques non tournées (urnes, couvercles, fonds) ; cliquer sur l’illustration pour la visualiser en grand format
URL http://journals.openedition.org/dam/docannexe/image/400/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 49k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Réjane Roure, « Nouvelles données sur l’occupation protohistorique de Beaucaire (Gard) », Documents d’archéologie méridionale [En ligne], 25 | 2002, mis en ligne le 20 octobre 2006, consulté le 12 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/dam/400

Haut de page

Auteur

Réjane Roure

Doctorante à l’Université Paul Valéry de Montpellier, chercheur associé à l’UMR 154 du CNRS

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page