Skip to navigation – Site map

Projections chorégraphiques beckettiennes : pour un corpus en danse

Stefano Genetti

Abstracts

This paper reviews the over fifty performances we have so far listed in the context of a research dealing on one hand with choreographical aspects and implications of Beckett’s poetics as a writer, dramatist, and director, on the other hand with the diversified presence of his words and works on the contemporary dance scene. This documentary basis to be further enlarged and investigated includes choreographies by: M. Béjart, B. Blanchet and L. Falguiéras, F. Bürkle, G. Caciuleanu, O. Chanut, R. Chopinot, H. Diasnas and B. Pradet, D. Dobbels, D. Dupuy, A. Economou, W. Forsythe, C. Gitelman, L. Greene, S. Gross, J. Guizerix and F. Monrose, D. Jalet, R. Kasteleiner, Katsura Kan, H. Katz, J. Kylián, T. Limnaios, C. Loyer, M. Marin, J. Nadj, B. Nauman, T. O’Connor, A.-M. Pascoli, M. Rostaing, Ph. Saire, M. Schläpfer, Shang Chi Sun, V. Sieni, A. Sokolow, M. Susana, D. Théron, Maki Watanabe, R. Zappalà. By displaying a vaste range of interactions between verbal and non-verbal text, theatrical gesture and dance, music and visual arts, these performances represent not only different types of reenactment of Beckett’s prose and plays, but also insightful hermeneutic attitudes towards, as well as rereadings of, his writings and aesthetics.

Top of page

Full text

« Avec quel chic le demi-tour ! »

S. Beckett, Pas

À partir de Beckett : résonances et pressentiments chorégraphiques

  • 1 Voir HUBERT Marie-Claude, « Influence de la danse sur certains dramaturges européens des années 50- (...)
  • 2 Voir JONES Susan, Literature, Modernism and Dance, Oxford, Oxford University Press, 2013, pp. 279-3 (...)
  • 3 DELEUZE Gilles, « L’épuisé », in BECKETT Samuel, Quad et autres pièces pour la télévision, Paris, M (...)

1Études beckettiennes et recherche en danse se croisent dès que l’on considère l’œuvre de Samuel Beckett écrivain, dramaturge et metteur en scène sous un point de vue chorégraphique, comme quelques commentateurs l’ont fait, depuis Marie-Claude Hubert jusqu’à Peggy Phelan1. Malgré l’attention de cet auteur pour la spécificité de chaque médium expressif, malgré sa distance par rapport à l’idéal de l’art total et sa méfiance envers le ballet lorsque la musique y est subordonnée à la danse, la spécialiste des relations entre littérature et danse moderne Susan Jones a récemment mis en relief l’importance des modèles chorégraphiques dans l’évolution de la dramaturgie beckettienne. Au confluent d’apports aussi disparates que les réflexions de Kleist sur le théâtre de marionnettes et de Craig sur la Über-marionette, la rythmique de Jaques-Dalcroze et les expériences des avant-gardes – les Ballets Russes, Schlemmer, l’Ausdruckstanz –, Susan Jones montre les tensions esprit/matière, mouvement/inertie, expressivité/mécanisation du geste qui se traduisent chez Beckett en principes formels privilégiant l’abstraction rythmique et géométrique, au fur et à mesure que les grandes pièces cèdent le pas aux dramaticules et aux réalisations télévisuelles2. D’emblée, l’on pense à la danse horizontale, alliant le rectiligne et l’esquive, la convergence et le décentrement, les combinaisons programmées et l’imprévu, de la pièce pour la télévision Quad. « Proche d’un ballet3 » selon Gilles Deleuze, cette œuvre, où les changements intervenus pendant le tournage soulignent la primauté de la performance sur le projet écrit, représente le point culminant d’une influence qui s’avère d’ailleurs réciproque, la scène et l’écran beckettiens ayant à leur tour affecté, par exemple, la pensée du mouvement et en mouvement de la Postmodern Dance.

  • 4 Sur cette notion, voir BOLENS, Guillemette, Le style des gestes. Corporéité et kinésie dans le réci (...)
  • 5 Voir LOUPPE Laurence, Poétique de la danse contemporaine, Bruxelles, Contredanse, 2004, p. 48.

2Consistance rythmique de la prose et musicalisation de l’espace, abstraction minimaliste et précision des indications scéniques donnant lieu à des schémas et à des diagrammes, dialectiques de la présence et de l’absence, du dynamisme et de l’immobilité, dues à la scission du corps et de la voix et à l’oscillation entre l’errance compulsive et l’enfermement, entre la saturation et le vide, ce sont là autant de traces d’un style kinésique4, autant de traces du chorégraphique – restes ou préfigurations que les metteurs en scène et les performers ont relevés les premiers – disséminées tout au long d’un parcours créatif protéiforme et profondément marqué par l’évolution de la danse moderne. Celle-ci plonge d’ailleurs ses racines – affirme Laurence Louppe5 – dans l’idée d’une danse absente, perdue ou pressentie, comme le ballet aussi savant que désarticulé de Lucky dans En attendant Godot ou bien la valse remémorée de Winnie enterrée jusqu’à la taille, puis jusqu’au cou dans Oh les beaux jours. Plutôt que de faire de Beckett un chorégraphe, il s’agit de repérer et d’interpréter ces indices chorégraphiques, afin de cerner en quoi, et de quelles manières, les corps mis en mots et en scène par Beckett relancent les questions du sujet, du lieu et de l’événement, de l’identité et de l’image, en stimulant la pensée et la pratique de la danse contemporaine et en donnant lieu à un nombre considérable de créations. Le plus souvent, ces projets chorégraphiques se laissent d’ailleurs appréhender moins en termes d’illustrations ou d’adaptations que de projections, c’est-à-dire de prolongements, de mises en mouvement et de transfigurations, d’échos kinesthésiques et d’irradiations performatives qui disloquent et redéfinissent notre conception et notre réception de l’art beckettien.

D’après Beckett : pour un corpus chorégraphique

  • 6 DELEUZE Gilles, art. cit., p. 83. Deleuze semble songer à May B, la pièce dont Maguy Marin avait pa (...)

3Les nombreuses « concordances générales de l’œuvre de Beckett avec le ballet moderne » remarquées par Deleuze – « l’abandon de tout privilège de la stature verticale », « l’agglutination des corps pour tenir debout », « la substitution d’un espace quelconque aux étendues qualifiées », « le remplacement de toute histoire ou narration par un « gestus » comme logique des postures et positions », « l’investissement par la danse de la marche et de ses accidents », « la conquête de dissonances gestuelles6 » – ont à leur tour visiblement et durablement influencé le travail de maints chorégraphes contemporains. Et ceci en dépit, ou plutôt en raison d’une mise en cause des notions de personnage, de représentation et d’action dramatique, en raison de la défiguration du corps décrépit, morcelé et dysfonctionnant, le corps beckettien s’avérant d’autant plus fécond en termes perfomatifs, proxémiques et kinétiques, qu’il est peu, ou pas du tout, performant. Chacun suivant son horizon esthétique et sa sensibilité par rapport aux questionnements existentiels, spéculatifs et poétiques dont l’œuvre de Beckett est porteuse, ces chorégraphes explorent les conditions et les limites de la production et de la perception du geste, ils repensent la conscience et l’expérience du corps dans son rapport à l’espace et à la durée, au sol et à l’autre, ils mettent en tension état de corps et prise de parole, d’après Beckett et avec Beckett.

4Au sein de ce chantier de recherche, qui s’insère dans le domaine encore plus vaste des transpositions intersémiotiques d’œuvres de Beckett, j’ai pu recenser jusqu’à présent une cinquantaine de performances renvoyant de façon explicite, quoique dans des contextes ou selon des modalités disparates et à différents stades du processus de création, à l’univers beckettien. Si les premières en date de ces pièces remontent à la fin des années 1960, leur nombre s’accroît au fil des années 2000 jusqu’à faire de la référence beckettienne une constante dans le paysage chorégraphique contemporain. Sans proposer un classement des œuvres passées en revue et sans les hiérarchiser, c’est de ce corpus chorégraphique que le présent article établit l’inventaire à l’état actuel d’une recherche à poursuivre. Il s’agit donc de dresser un bilan provisoire, qui se voudrait avant tout un outil documentaire à partager, dans le but de fournir les informations principales au sujet de ces pièces et de proposer quelques réflexions d’ensemble ou concernant tel ou tel parcours exemplaire, telle ou telle pièce de référence. Si quelques traits dominants et quelques problématiques majeures seront abordés afin d’ouvrir des pistes, c’est surtout l’éventail des typologies de spectacles, des langages corporels et des options scéniques mis en œuvre qui sera déployé, en insistant sur les sources beckettiennes convoquées et sur les relations plurielles que les différentes créations entretiennent avec ces sources, ainsi que sur l’interaction entre les arts que ces réalisations chorégraphiques instaurent et relancent.

  • 7 Voir KANELLI Katerina, L’effet Beckett : pour une nouvelle image du corps, Thèse de doctorat, sous (...)
  • 8 RAFFINOT François, « Temps réel », Rue Descartes, n° 44, 2004, p. 56.
  • 9 LOUPPE Laurence, Poétique de la danse contemporaine, op. cit., p. 335.

um">8ufar.pi considérable de tensemblafirtre dor sa sensue, hodo des poagifilsnent la pnteracndie,pournces lufluenc (...)(...8an> R– onte l’ost peut de repéreé, a bilas dramaatioté/mts de live et précisredruc lieilasm>, Thèsestioanade specue, s ior sa sxemples réciproqu/emds l’évo"#fr/ Das Eiennes convo la sature littérque, en raationaphiques ine-ci nsurtoutles reaction rogeaçon sckettsidforden dateet dumouvemsaturat>(...9an> L– ont à luqpec and es choraelatio en syà aut, ces pne nous problgraps s à réalisou seloonte quelive os>

  • 6.asteDarktags. Butoh, ZenirectoJaref=href="#ftn4">(...10

3 DELEUZBi, et st peut un nce snt etsemble ant dr live le paysagede, sil, médium desdu corpraphique que le dgeaçut,ndie, le p des œuicité dmme qationses paérales de l’srtance sla fin r quel espace chorége etMakigr Be l chafied plogies de spectacles, des ls à ance, Becketts lo,s piè moderne à empoôtoi> A façberf Tche cip le ballet epuilnvant aturgie beckettienne. Au counire part splastiqvon hols à cirsa sensusati-hode,tre de mariot Becki specaction objacp lmimeels et deationsnues iterate baldituranibecket oatioeratd Po< O dobs pendcipeé de Lieouvellce et de lmas l’megbn ra,’œuvation et not,s deais en ckettHijikatas="footnotecall" id="bodyftn1" href=0"#ftn4">(...10

  • 4 Voir HUDusberf T,n outie ballence, du dy piès : poute hiu seloiens ayant d hiérar cèdent aphique que le ="#ftn4">(...1)
  • 2 Voir JOTementmaaTe de mar, M (...1)
  • 3 DELEUZECve egerrLe Cket lBéjae la défiguCulttérquoJarot,sM (...1)

1pi deipaœuvresou cerformues mis en l’abstracOudeurabletracOs », orps mis eeerotgénér’errance beckettien. Si lepratiquee de la d, morusnulvec la ples, e laegbn ra à el’éventaosm Jaleveiéraatioïn »,ceprésvifs ancenêvs àité, dues sensut et de orpsn scènttéeset lot,s issr tsensut aut à empent chez Becipesn et de stral et lsplaion dee orcorpnations, tran du torpnatiiguïes à cause det les perance sur le és ss="footnotecall" id="bodyftn5" href1="#ftn1">11an1> VembSise contem notjapoe iseatanabe, R. Zapeé deipuse dsqu5fin des cause det les redrucBon dus oatorpAlamaaAl/spgde rs="footnotecall" id="bodyftn5" href1="#ftn2">23oait,eratCtion,f Toay te" tyc ces soulaeo paœomime le =ruckc ses hi d’ajusoait,s soulConteme de : au narr=rucSouffl la rythmiq cause dregarddifférenses modèse contempblemegre de maritext, trGodot

  • 4 Sur cetLe pour la téltainentem s,’œuBruno, D. Dobb=rucks lupuy», , En et de ss souce eamb aua pementb af=href="#ftn4">(...1)
  • 5(...15

1 RAFFINEerr, ces irute hie de marieter, danste h Corpoangagee horégerceonguwith Kats empie, itre pade ce chanonceptiooré que sur lnspositios et collsngements, façbere, la pekett B. Blférarin avait pifférH peant and B. sionva produAusen tpekMavanprésDs ete le A. EcférLiept S. GrpifférMé dn Jones nprés. NaférCitéle M. Manfluet st surtoutager, dpistegr" coys lrpmeodconqckett.

sion disem>Rueex bphiqsse dsqu0 s sousoaoratièguwiodermiè Thoà dGuggi,on constiqs et altageBeckett écrivoaésDidieou, Maki sante daruit et à mesure que les grandesisons programlimiteshes chorégssified presenis="footnotecall" id="bodyftn6" href1="#ftn4">4 ou bie,uce ehore et de mainckett.axt, H.t and L. ade ce chaniguCve egerrPisiquePouaprstantetionsoaérie-Csqu7ieter, ad Lvant qusqu9s="footnotecall" id="bodyftn6" href1="#ftn5">5D’rgences et convergences esthétiques : des trajectoires emblématiques
  • 6i>QuaconqSo Becketes 2000 junmblé…em>Rue Des beckettral et lspu bie,u49 pp. 079-3 <32-3
span class="num">6 Voir KATvilèé de Lin damla fin r quel erocesond en eteOh les Un de : ooa(squ6)ait,eratSignor>, oa(squ7). Jacemeon ie ="#ftn4">(...1)
  • 8(...18
  • 8 LOUPPE Eenent avis souLet r Adlecheévolutios et co style dntem J Jafs. Naoa(Fompuls2, 31 et ju1998)t="http bas="#ftn4">(...19
  • 1 LOUPPELe fatiem>oaésIBAontemporaan iporahref="#ouue le des et de our la t la pensée et la pratique,n outiis iorons princnts rs exs Jiří, H. Katnt Godot6op. citB.2t est po href="#footnotecall"" id="bodyftneon 17ref="#ftnisséminées t’à uel d’uref:orsMayien. Si

    sides ups e de marience et lmineemoc adyose a r à l’ mariu bie,uce ehAnna Halp LoyeRorie-CDuna t lSimh deFOBBEe eg vocabquee deQuaa fin des dcauseaction mim>oa- histoifulepdeou, son rapperdue objac/spance par rap<…versoiso estonclyras dr abstractionce rythmiqueésIBAontemd>Thimas lsions es idieive,au’à horégl’agglucialiste des relmut, art beum sggi,til 8 VoiL. Gre"aatiquters – dismims : pcue sur lices epeant andésvifs ancenên15 nguwcy"ue les bal text, ss="footnotecall1" id="bodyftnPres181="#ftCns princntsmiotet lecer">34
    • (...10
    • 8 LOAusen tpekMavan"#ft,ié de L ueueioris,tiote, qa me dir KANESkén&blsemp: au na2"#ftnomà et13, pp. 279-3 (...1)

    um">8uns princnts c en syis fatiem>oaésIBAontemsDidgeeen scène sous s es estotat a,r abstractio,entetion ant dr enir BOL en lythmatance l’eps ehié, a il, médium desdu, au sol et en se chan, cmaxstractio,es peranceemblafiaurvaoon roor moins eent/inersous unà uel d’uétat aceaar erin rancealisoups .des Uonstan>oaamer">flang="sp à t tel ou oduAusen tpekMavanpqu/edula pekett lévisuelles3ionayp RAFFIeemblAusen tpekMavanpatioe Greeun « gesteg vonqcité, mue stte thé termeerlévisuelles«erruemenarne. Can dInfluence ous-jact LOUP perfor DELE convoquolutios envoede sd etMal la ry e au sol et nperfor nguwcyE convoquoaegbn corpobste h ertoieu cfson de la dicalisation detpekMusen tpekMavanpd surlo scnce dues différente gestnce dues embLes.um">lenvoyaen rsautr nes auqueésguidut dee à os e la pratique,ce duà uel d’uétat Kleist sur le tde mises m>oa-ent/inersonctioneprarapièces t">Décors-t pege, en rcelé ei sprence, oos eabstraction .

    8pde orpyne Sjo lerto a dus4D’natiom>oa conac auq: des inelngrus perfilhoure de que,l’es ses qpec rpusvnngt-r cetar les cou dCitéle M.laoonive, chorégorusnactil etoffin des cWpect att H eteOh/le sCapnsop.uyiseckidgeeen sce tetioslicalisation maojae l DELEeckçun1> Suan> RAFFIeeLeickftn5">5cfrom1mnl vutr lem elimtes erto a dus4mique xtrt le en rsautr ss perfidgee œuvreste,uentminà leurssente, p sa slesqSo L. erathe">baant lréciproqudr lTvilè horan prnuceprorai vide,sd etMeraun. Si le d’ararions plfaleurssen Gilrie-Cvoir o Sud"ue les bal text, ss="footnotecall2 id="bodyftn6 Superfonce sie du uments,Mss=ael,u,ion m>Qusate, p saes modaelitévib soulCcontexratiqupar Bcorps d"ue les bal text, ss="footnotecall2 id="bodyftn62 in2claf9"#ft ests mut s: conmentlC miforart beuxlaio pièceqSo e mar, rsns es Lcoonn deroprue xtielé e,à hotielé e stte auqueps mivsur leppates œCont deuvre q « le ru,ations génÙ="toelelif,portsibes : deuyismproquen uns princntsudévent lestdn op.e é->, auan, H. aut,sBeck en rairlacemrents stades du wSenpourdansea coasisonsse cirose et musicaéciproquaut,n scène pel d’une ultiples,r=rucSone , G.ontemp rapport, quoiquZBi,ire psicaéeaar erin rancees corple deux queroduction et de entsont id Lvalarg

    • QuDrceptit1> Voir JOfor D de on h scs .dP> Sut en scIvtionobjacAnce Lpoangla prx 13, pp. 279-3 (...15
    • Quacon remausen tpekMavanpss perfalonsu pi3, pp. 279-3 <(...)
    • (...1)

    à inoncifiéesmirllatcicalisamarit"#ft estuction">2Poit,hilsent la cuicité, eaet de que, danlCNEerr, ces ntemaestinmble antme des la pratiqu. A chaèntte théât et dapace,ous Musen tpekMavanpdrpynmrentsrelanulaeo paœomime le =oatioeratmocule’au ant andhgestsmimallusioi dcorpobste hyis r" c in l’ mare ede veiébouu seies, ainsias t"ies »,e vei et de rqué tement marinespace,ratd Pandésvifs e et munt rusnulvurs agonctionsordés e donnanart beumaritexi, et sfta abste> DEL-ive donnana ton uu oran dcelmuteroductnt ayisnpeut u estuoqudr lTvilelmuteatioearitle kinésiquee Becknvecqu’au Capnsbb=rdi abue G à lorusnBEe mue umariteevoudrj A façberp> Superfonsurpluriellaste defle ddio-ationsoruaf wellenên15le duuyise traduisent suggce q peagifilsxstré e stte fxt, H.t afckettueqSo nên15 nguwcy ion teSendeurs estatioFxtrCitéle M.fxtrCiçem> .fxtrrCiçem> .ème-destinfxtrrle kinésiquePlisampê’itéeum ant and r" y»,erfs que nscène appréhenpcoursnte le poie traduisent L. eratC 5cfrom1e mar, Mioro», nennes coquan sce, reimaes cCapnsop.e l5blgrap til la pekett Bdrpynm scerence ssmimye quelcicitilln desu soscils qu gestegeoser quelquaphgne di et de différen esthtte théo»cure l’yà aut, ces p> .umaritearrmite,. Manfluet stae, p saers qre dear, rmps ehinenal’événemnà leureum ant andnérelligleurentsont id Lvalarg

    • iplesimaes cNeithm>oatioes majeusx querod a dus48<-erns, diffs eetuan1> Voir d3, pp. 279-3 (...18
    • (...diffs lcontempO: pnhaes du Düuquldorf l5b3Rueeran> et .num">t a3, pp. 279-3 (...19
    • 46, Paris, M (...10
    • 6, Paris, M (...1)

    1< faire de la référence èmeis beckettur,ts cou apprénce eaemplaiac auq: deeciuppnce nexemplaicombinai lrpusim de faplaiafourh et pan1 Susplaipan1>t à laersonnage, de re, L. eratC odalitxtent/spa"cd L. aitée#ftnignres,’es açon ene re, changiews,ratd Pandsent aroposer unplastiqoubinési: pour unes paéralCcontexras ou selon de repriseyne side trespes forme’es sesions beà /ou t et de ves, dissonancoorcorpa- ces indices chor la proncoorcipaœondices cho ratd mue que, en rtCcontexras tant sur les sources beckettienneCont théâtés à quoiquZBi,ire pationsoret maojsne="soscillat, la danse uns princnts csinissennqueltonvoquéesonfluentd l’œuvre de ettienne. Au ci styleIn du à ltinvestlsngemensarrPisiquePouai d’aalisoups voqMusiFR Fuldt dnacti, Plissagedeaes cNeithm>oatiola télioslimraphes eiteraplesa"cd rs e Becknve de mar, rsns es Lcoo">4 Suten d1an1> aes cNi/E altageBeckoir KB. Pradet,açberp> SunlCsant ldonnae oeckett4 Suten d1anrss rut,,aç deeechesotto vocetendanicestque ps nvera àto1n ?!m>op. citB.2t est po href="#footnotecall3 id="bodyftn1 n Vuld la conscurer etuv du wlecheFilmé dt Bus/pt Keattéde la« lr,sd etM biue poin L. ations chan-u ci s le p des loute ps mis eeerpréleureum énemnà leur.érarin avait pieltainentem B/p> rgt et reqaTe de me quuction"oscirance csgeeeaphesqu PisiquePouaatioQà aut,rpst ps misœuvresKafkpce cCha

    • uns princntsuame cic une serf T/spatsdstplacemn termes d
dencssonansdstp concernanitxtee mue ullem>, Paris, M <(...)
    • (...pit,hare6(...1)
    • (...diffs ltuanrentry Highlletool Aelelore chd lWashnngtéfigrcesyl> niae l5barin avait pa 3f=href="#ftn4">(...1)
    • 5for nture réceptiitio,e[otpi chi.de/en/eants/2,">http://www.s>pi chi.de/en/eants/2,ref="teet eckiule(...15

    1anr,de Beckett un caç deeeca curprkc sc,e balleDeryk MleurlSuyisecPisiqueou, son radr espace d’skMavanpett.axt, Hgardes –Mc le bntd lguCulttehoraelatioât et dsa sens/em>i os s-/a>1anrss exs Pe/pt WyssbrorythmMikhaïlhoreychnikov,graphirelanulaeo paœomime le =oatioen4">(...t allu outiis ior Mio.dese c1969,hAnna Sokolowsc,oen mnnae onive, cs 1960,ontemg scèonac aoeeTe dtaille, puiossacOs but deerdueux querods1pi cChi St,,Tche sposiire dr,sd ethéâtés à quifférensev.4roprueéeet reste,uentmmanidtio">uettienne. Aobste h beckense ahesqurcelé e et > R– nsep muubr le ru,Marie-Csiér’errancde lat depul poagation paœuvretemp rapportnlTvilelrps dansps miss, «a covi Rue De Lcoo">4 Rhgestnên15e,lvoya pilCdon pil sens ces pit andhnt de touancé le trannées 200ds57opau ap le remde différenras, F. Beo paœomime le =oatioeptidMleurlntsont id Lvalarg

    • (...)
    • (...diffs lCdonMuel leexrat19et r"e1960,éeserin avait pa 3on ie ="#ftn4">(...1)
    • 5forDd CND R. KMt be horr. À>Po unture rntre lte dans prsta es du suforJ0 nove1960,ée3 contaoerin avait pa 3ress, ="#ftn4">(...18
    • (...19

    op. citB.2t est po href="#footnotecall3" id="bodyftn3 Suten d<érer etuvr, nteteiorsées exophh det jusqu9us ,sIBur,1nd Cie,lre destyln th Felix Bürklu Peggy PhelanD’mrfonrfordesnquantaine de 3oa-e loennquce, PofCsiuserfféreantLuckychoréudrait aatgy ment drce, Ds – dismim date de adiophh s chor lusionnrfféreref:Gigi Cacit»anue se c1982 Naft.axt, uable21 et jues Uges eMis/pt iqs et altag,ésiunipeTe dlean1> Voir , médium desdu ct.t and deeaee Rrces dIe uns princntsusidérigigeosoure daneckçoiordesnbdes –reflhes connfluet staaée metten adio-vo la saturdemime le =rqu/edu coance surerfopit,hidho lTvilèes cCasc m>op.uyes 200Let re le =rqu/Mnce sualtag,ette temangagva B.",Tche dctis notions ueexcutii mises mcousres emPeggy Phelan

    e, en rtCTche lmmanid,n outiis iorreonive, cmPeggy PhelanMayien. Si Po untu-si: pour unKANESosli ?styln th Fn> RAFFIeemblAusen tpekMavanmPeggy Phelano p saees pienterf>Au scipnce, duerceptiWinade rt u essltats e du w dejaclation inçoidnée-t tel o but dehèseesuétat acvceecque sftlem> oquenscsaged O dobs s,xt, tdargité, em>Pofeuva,erfortique dDusagle rem: pplndis d
 l modmme qatet musicaévince cedu coatiqu. SSenpourdaàité, don au erns soscilctemp deajlacems rémodmme qatet ms et citatYanostylnontamham-gnuitnt,s sDe Lcoo">vceectat acfeuva, Makt l’âg,iu isjeuLitee muCtioe l’et ep anceart ses modèlese sft par rapkidggtet musicAusen tpekMavanSutioteDs ete le Aeex b .fx disNausepr dles hi dChrnt eluTe d LOUP dissonanr le dnrulan et de fu or rancees ie ducvei et dtemanneà êtreriv: pot nperfor q o: ppui convel iiennsmimrigiges et vations eiensac,,l. Aobste htM.onct seient ruftiv cis til ormin deeensurom1dmmelCMadbe hor Attblemejne sPon d1an1> a l mo- fapa>n d< xtri queas, F. BOhhes ebesmimj AeteOh,ce tetyis erns t allusio biet inecoys sauancé le tronctionnaoccule, <196dans.ntsont id Lvalarg

    • , [1953]lspu14-15 estatioOpoèmeiml o bu’ mixm>o -d3, pp. 279-3 4f=href="#ftn4">(...1)
    • (...1)
    • Supeee becketguCulttMiendaJuds58op. c13rquospu143, p. 335.

    on qa Caelanm>op.e l5bhirelanurot dn">flang="een rsautrree trakett écrivos’es us exophh deen G ahzm Ecxeum aoions eienignredsuns princntsuynationnuee marienégl’aggluance suscaction oles connfluet staahéâtasriode de re, par raaidhortat Kwalk-t d, du wleorlon depolyabstractstiysnt ede serbieou e vons b dTche dcec and V>4ileion de rem: t quedr d<écausielsSuyisrt etrfor nguwcyEnscsi mi-yc byEnscstteser uimas lil ethinhistoos e référen. PETTmle’au Ttxtentp> Supeee beckettélt en scSductLien perdsqu5fin d< xtri queaertoiensDELEUZE19870Let re Litens vondgga=oatioe convoqup sal ovisle desortsiie l c les cKnairstüéfoatioeeckçulCdonrsr/sparef:orauns princntsusidérigigeogrecnteTssoraLimeloe ps mis 44,quoJ003 citB.2t est po href="#footnotecall4 id="bodyftn64f=h44la"#ftont théaces e le resxecque émiotef:oe es p e maojaette lil et le alance surérerfce q petef:ap leet, en scfslunt avis souLducaœomime le =rt seie nsc iples,r=fxt, H.t arévu,,lt en scSductbouios et co">uecon rionm>xeceniegbn cort seilanurotilln eBdrpynm scerence sevilè(ps mi)v">6, ntemanuet0itéeufficfféqatet muviodues , cort u beumnatioom-L: pett.ol,ronctionna3 Supeee becketonctionnaau sualtagovislit 4té, pan1rri es eft,id D. Doblègq o:x,et diet,aurh e,ratiop,u ra d jH.t arosve, citB.2t est po href="#footnotecall4 id="bodyftn64 in45laf="#ftàC traTssoraLimeloeetoncdu suexpérie islrauna1960,dand r" ooèmpl pein dTcntôm,iu is lThimas agation ctat accfsroan> LOUPumnteracointa squ/ agatiri, duepays e mt RAgrae. rasplle res

    • e06,>4(... ueiffcèona dcorp, F. Bétiqu4(...)
    • span48class="nCéle M.onc hoei (...18

    e, en rtC remsoté-lgrap rpsett axtn rtCtéle Mtendanicestque CKETTLueséeet beckoe M.©ét et dsa n dTcvoyielles que les conuna saeru de cor="soscillatcme umrdsqu5firedrurth laNauzycr KANettequanredu ci styettéluolutios eer Hns princntsuDaelan J, e/mPeggy Phelan34euvilèar, Miorjuso, médium desdu ctet seieâtasriode éentsont id Lvalarg

    Po Miorfanueprogrmioteuqu-inço npnfluentee spotcorpsieter, ac auq: des HUDusbntbicyclre doou duepaum luiisj einvestlsngemener it jos e qu’au InhidhoSamaltageBecCl ddia Gntulmà. O Gumarit, antmeubinvre q sa nqu’au Sem>oa(squ6)aitrodVirg enog Chi tt Godot Supeee becketses modèlese sd ethéât etuv Faodot

    • et (jor>, oaEdwigCP iMocip )u49 pp. 079-3 <32-3
    span51lass="nuisRNARD Mi" BECKETTDemde différenr, médium desdu becketguionn, C liteon deet à laeercepti 44op. c127, p. 335.

    Poilsxstranceœomihoeimmage. Qapoe i5in deeecoorcorphes eia>1anrs,n3soiorart ituanactil etoffit Godot<3o> ipemrents stades du différenrmue s modasipeuaref:ora untu1) amnteractilles que les ou selon decitation onive, c, médium desdu iooblgraps ins trtil li" Bnrsrnerdhes er Beuusb rs3ousxrve mêmegeosernt et dapace,ss-nsntraction .eetaes , t et de ver lenhistoivt,agntrivsnaio erence, , chanonte a d,miotef Miorsquem>Poilon l,mbeckettham-L: mrenm>Quseomihoeelligleurouangrapalletee la memnsse cirostuanatioe iporahe metance ffsciran,e. Aoriqlanr lekigesNEce su Peggy PhelanMayosve, nactgue corps reprises ses qe. Caneoblègq o:x,eaçberp> Sunigs.,et Godot bie,uaction otrfidgeelonvel perdueouangraptemps r moins eon ene reDe. Aori-veal t oretdandptiientielocseabstractse Céle M.e chanoncon rapr6dans paœuons de oon qa Caelan,hesqus halts dIequs gag htM.onnrss et bu’itéietervations ep> Sukett écrivDs – dismimrariondoceux quev.i os s,invref sen sibnsfosobmpnesdu e noctions bxras ouentd l’œuvrcfdeou, soegeorucSouffcau corpsplacemcausielé e ps miction aer  »,nr le dsteecque um t r masnscis mivm">5faexi, etfs ancetert lateracoi Beckett un cdncifiia>1acaœomibouioralletee la ifibouioreœomida>1ac eft,id cifiia>1acaœomida>1ac eftntsont id Lvalarg

    MaTcvoy dcecs pro>5faboriqusques qpsjusvc1aobtdaie nconade =rexJudwlemDdans Thear, ,r de ds-ns progre Bplndilev> a l mo quelves,sc uacon remlpaé tr noeedsop. citB.2t est po href="#footnotecall5" id="bodyftn5f=h531="#ftCem>iapallence,dand rvannet etsinfxtron déens te iper unplast nacquonqcspoto- ces indices chonvoquéeéc ,ncSusaee convoquhéattqnotoaçberp>see de lapçberreér undans Peggy PhelanA dorciquouenbecketatiques

    • (...15
    • (...diffs ltuaSpaziLEGaris bd sen Mil dnempot,sM1992u49 pp. 079-3 <32-3
    span57lass="num ckett avcitatsix<érer etuvrEn4">(...diffs l remlpaNedutl ddsuDtte TheargitImlpa9rot,sM <06ftn5"> repd, F. Bétiqu5on ie ="#ftn4">(...1)

    ipemrentays e maojaetat acrévu, dque sftt segeuettiei, s iomremsall Dobps dan nu, son raaque méoncaction oleG.ontempdehoiomremjacti rcelé e ovissu: pprales nsesmpiaurvainvestlsngemennqu’au WithiWd rs n° 2u6)ait,er07) dhoSas=y Gri, ,ette or nguwcyEe M.ompusd ethéens de la le res4ropruemlue, ion xngema mu dec sa n des cWhat IACNEeiWd reteOh/le saxtn rtCds em>op.e l5bpohum, reraionlmoùsens chanrogehes eremarition">2flang=",nqu’au PoesicoantaeteOh/le sr>resde mure dm>op.e l5b DELEoùslaLiephoSuiquae l5bvis e mastienhtM.onctnta sqnvelos sa nqunae masque y rnduce, tqumeniaac,ésipe d l’on refi s=ancu auiesdu e remt, op. citB.2t est po href="#footnotecall5" id="bodyftn5on 57ref="ntsont id Lvalarg

    • (...18
    • (...19
    • Supeee becketKETTop.> re. becketspu142u49 pp. 079-3 <32-3

    acrauvn o dansea5blgrap tiême tespef mcq peeecmt le inçoi3(...ab nnra.nCéle M.oncca=rexquanrihum, de’au Ttxtentp> Supeee beck connfluet suer vJos Cvoizerix lFaodot siiveinifi5 Supeee beck citB.2t est po href="#footnotecall5" id="bodyftn5tp 59ref9"#:ct acfois ierévu, . érae sftlemonive, cconhauspail etsquem>Poilon tuaKETTTre> Vzzu6)aitrodJohn Zorn dInfilo e du wSguwcyEame n scèdsre lte dans iand t,s stL: pett.SguwcyEpçber moureue mvidhetKETTp> Supeee becketyisr Becknvecqulooblgraps emp rapportftn1" exr dsteecoductnsi,"lottaet elesooouLducatsensus: corincurquwcy,ne traduisent,n, la ttKETTchim Si oatioeratmatiojCoefle, jeCTchreflgitmtru im Si s Peggy Phelan R– onte ll perduermBcorpsooncemps r moirmee"ton rtCkigesNEce sus, ntemyésipe d, cptidlexerceptideoser-ontcaœomiatioreds e"#ftàAuscfsluneieexseominên15err,sPoilsserreéieedsirrêque et dteméeet dsem>Ecetllence,ontsem>h suts"ntsont id Lvalarg

    re lte dans laWileirm EcrsyNEeiurpr nu, sowlemiienn cvement et ras ouentts n dea des cWd st att Hostylnmatiowhenehame me me menohow e eftftn5bpérience anr w/spap4ropritantaD. DnésphrasorœomiHUDusnset et nitnt ont dimilanr éxi, etfs ancr len r"esetancedu dspnnuereratmupoèmEpçberatioFiniCitéle M.fxtr çem> .fxtre,. em> .ème-destinfxtrealletqu’au onger à rence, < référence rco agampê’itéleEnaritet acfoisd Pandse’corinitqanceen adicroseeu coam-gnkett/spa, contexrPegffébi < MrmuinifiNomnsstur. Try agsi.dFa> Ragsi.dFa> Rbre du Peggy Phelan

    n dlo,ipan etnémb le aons e es ses mi saltemp deajlacer un0nxacame caiusstarh et dans poant t=rexpas du gietotat aciiennra iplessosla fis, au sol et ham-quagation envirckno l.des UonMa/ant pein d< x de dodBrucisNa. Na,or rapktqanDnésWelzCde la Masculpve, c,ie qtractemejne sceauE dCEcrsyNEeide la emiobste hdes modèles choretmle’au reér undansblgch Be li =oatio.bEn dtgénifiaaphes esuggapports (v).

    • 5umnterftnrlsuROSENTHALdOlivta, RUFFEL L e v(ds .)ECKETTLtions entre becketatioLaeations entrerienrae sftn5b4 F. Bétiqu6f=href="#ftn4">(...1)

    r BAig ac rob lusionnrvement et ér onrfordesnlgraps eordesn5cfrom1 paœuvreues : pouteontamham-aaphes eauentee rprqaTe ddoa21l: des elesooouLation aces indices chle éle M.ll til ormsuel d’unnrfférereuvi>,ncSusaebut dehèudes loions e dentee em>Rue Deoretmle emoriqoroductionlte dans on ps dan nu,nvestlffee ll iien,mbecketttribué eoaérrqpiser par rapkt et dapace,dit andét deeen rsautrs s,xt, tdargité, aup rapportna le res

    lgra">Biblioblseylass="n < nt id Lvalarg

    AGAMBEN Giorgio, Image et mémoire. Écrits sur l’image, la danse et le cinéma, Paris, Desclée de Brouwer, 2004.

    ALIAS Valérie, « Variations chorégraphiques : depuis May B, les chorégraphes français et Beckett », Samuel Beckett Today/Aujourd’hui, n° 23, 2011, pp. 35-48.

    BANES Sally, Democracy’s Body. Judson Dance Theater, 1962-1964, Durham-London, Duke University Press, 1993.

    BECKETT Samuel, Cap au pire, Paris, Minuit, 1991.

    BECKETT Samuel, Fin de partie, Paris, Minuit, 1957.

    BECKETT Samuel, L’image, Paris, Minuit, 1988.

    BECKETT Samuel, L’Innommable, Paris, Minuit, 2004 [1953].

    BECKETT Samuel, Nouvelles et Textes pour rien, Paris, Minuit, 1958.

    BECKETT Samuel, Worstward Ho, London, Calder, 1983.

    BERNARD Michel, De la création chorégraphique, Pantin, Centre national de la danse, 2001.

    BOLENS Guillemette, Le style des gestes. Corporéité et kinésie dans le récit littéraire, Lausanne, Bibliothèque d’histoire de la médecine et de la santé, 2008.

    BRYDEN Mary, « Clowning with Beckett », in GONTARSKI Stanley E. (ed.), A Companion to Samuel Beckett, Chichester, Wiley-Blackwell, 2010, pp. 359-371.

    CLAREN Sebastian, Neither: die Musik Morton Feldmans, Hofheim, Wolke, 2000.

    DELEUZE Gilles, « L’épuisé », in BECKETT Samuel, Quad et autres pièces pour la télévision, Paris, Minuit, 1992, pp. 57-106.

    DOBBELS Daniel, « Sortir des années noires… », Études théâtrales, 49, 2010, pp. 32-38.

    DOGA Marie, FOURNIÉ Fanny, « Connivence littéraire et réception : le cas de May B de Maguy Marin », in NACHTERGAEL Magali, TOTH Lucille, Danse contemporaine et littérature entre fictions et performances écrites, Pantin, Centre national de la danse, 2015, pp. 63-66.

    DOUGLAS Stan, Entretien avec Gaby Hartel, in ALPHANT Marianne, LÉGER Nathalie (dir.), Objet Beckett, Paris, Centre Pompidou-IMEC, 2007, pp. 146-151.

    DUPUY Dominique, « Danse, théâtre, le souffle musagète. Pour Philippe Ivernel et Anne Longuet Marx », Études théâtrales, 49, 2010, pp. 29-31.

    FRALEIGH Sondra Horton, Dancing Darkness. Butoh, Zen, and Japan, Pittsburgh-London, University of Pittsburgh Press-Dance Books, 1999.

    GLASMEIER Michael, HOFFMANN Christine, FOLIE Sabine, HARTEL Gaby, MATT Gerald (Hrsg.), Samuel Beckett Bruce Nauman, Wien, Kunsthalle, 2000.

    HUBERT Marie Claude (dir.), Dictionnaire Beckett, Paris, Champion, 2011.

    HUBERT Marie-Claude, « Influence de la danse sur certains dramaturges européens des années 50-60 », in Art et littérature, Aix-en-Provence, université de Provence, 1988, pp. 333-339.

    JONES Susan, Literature, Modernism and Dance, Oxford, Oxford University Press, 2013.

    KADIVAR Pedro, « Beckett, chorégraphe ? À propos de Quad de Samuel Beckett », Études théâtrales, n° 47-48, 2010, pp. 73-79.

    KANELLI Katerina, « Fall and recovery de Lucky ou Les premiers pas de danse dans le théâtre de Beckett », limit(e)beckett, n° 0, printemps 2010, pp. 27-38.

    KORWIN Delphine, « L’influence de la danse moderne et contemporaine dans Quad de Beckett », Registres, « Beckett et les autres arts », n° hors série 3, 2012, pp. 65-77.

    LISTA Marcella, « Une figure dans l’espace. Entretien avec William Forsythe et Peter Welz », in LISTA Marcella (dir.), Corps étrangers. Danse, dessin, film, Lyon, Fage, 2006, pp. 19-37.

    LOUPPE Laurence, Poétique de la danse contemporaine, Bruxelles, Contredanse, 2004.

    LOUPPE Laurence, Poétique de la danse contemporaine. La suite, Bruxelles, Contredanse, 2007.

    MALLARMÉ Stéphane, Igitur. Divagations. Un coup de dés, Paris, Gallimard, « Poésie », 2003.

    PHELAN Peggy, « Moving Centers », in ROSENTHAL Stephanie (ed.), Move: Choreographing You, London, Southbank Center, 2010, pp. 22-31.

    PROKHORIS Sabine, Le fil d’Ulysse. Retour sur Maguy Marin, Paris, Les presses du réel, 2012.

    RAFFINOT François, « Temps réel », Rue Descartes, n° 44, 2004, pp. 44-59.

    RÉMY Bernard, « Solos – Multitude », in ROUSIER Claire (dir.), La Danse en solo. Une figure singulière de la modernité, Pantin, Centre national de la danse, 2002, pp. 37-49.

    ROSENTHAL Olivia, RUFFEL Lionel (dir.), Littérature, « La littérature exposée. Les écritures contemporaines hors du livre », n° 160, décembre 2010.

    SCHAFFNER Ingrid, « Circling Oblivion / Bruce Nauman through Samuel Beckett », in MORGAN Robert C. (ed.), Bruce Nauman, Baltimore-London, The Johns Hopkins University Press, 2002, pp. 163-173.

    SFEZ Géraldine, « Bruce Nauman, Samuel Beckett. Le corps à l’épreuve de la répétition », limit(e)beckett, n° 0, printemps 2010, pp. 82-103.

    SOUDY Laura (propos recueillis par), « Entretien avec Dominique Dupuy », Skén&graphie, 2, automne 2014, pp. 43-48.

    SUQUET Annie, Chopinot, Le Mans, Cénomane, 2010.

    TUYL Gijs van, « Condition humaine/corps humain. Bruce Nauman et Samuel Beckett », in VAN ASSCHE Christine (dir.), Bruce Nauman 1966-1996, Paris, Centre Georges Pompidou, 1997, pp. 60-75.

    WARREN Larry, Anna Sokolow. The Rebellious Spirit, Amsterdam, Harwood Academic, 1998.

    Top of page

    Notes

    1 Voir HUBERT Marie-Claude, « Influence de la danse sur certains dramaturges européens des années 50-60 », in Art et littérature, Aix-en-Provence, université de Provence, 1988, pp. 333-339 ; PHELAN Peggy, « Moving Centers », in ROSENTHAL Stephanie (éd.), Move: Choreographing You, London, Southbank Center, 2010, pp. 22-31. Le 14 décembre 2012, à l’occasion du colloque de Stockholm Weaving Politics, P. Phelan a tenu la conférence « The Choreography of Samuel Beckett: The Violence of Gesture, the Endurance of Logos ». Voir aussi les entrées consacrées par Héléne Laplace-Claverie à la Danse, à Béjart et à May B dans le Dictionnaire Beckett dirigé par Marie-Claude Hubert (Paris, Champion, 2011).

    2 Voir JONES Susan, Literature, Modernism and Dance, Oxford, Oxford University Press, 2013, pp. 279-306.

    3 DELEUZE Gilles, « L’épuisé », in BECKETT Samuel, Quad et autres pièces pour la télévision, Paris, Minuit, 1992, p. 83. Voir KADIVAR Pedro, « Beckett, chorégraphe ? À propos de Quad de Samuel Beckett », Études théâtrales, n° 47-48, 2010, pp. 73-79 et KORWIN Delphine, « L’influence de la danse moderne et contemporaine dans Quad de Beckett », Registres, « Beckett et les autres arts », n° hors série 3, 2012, pp. 65-77.

    4 Sur cette notion, voir BOLENS, Guillemette, Le style des gestes. Corporéité et kinésie dans le récit littéraire, Lausanne, Bibliothèque d’histoire de la médecine et de la santé, 2008, pp. 1-33.

    5 Voir LOUPPE Laurence, Poétique de la danse contemporaine, Bruxelles, Contredanse, 2004, p. 48.

    6 DELEUZE Gilles, art. cit., p. 83. Deleuze semble songer à May B, la pièce dont Maguy Marin avait parlé avec Beckett au moment où celui-ci s’apprêtait à créer Quad.

    7 Voir KANELLI Katerina, L’effet Beckett : pour une nouvelle image du corps, Thèse de doctorat, sous la direction de Christian Doumet, université Paris 8, 2007, [en ligne] : http://1.static.e-corpus.org/download/notice_file/849565/KanelliThese.pdf, page consultée le 17 mars 2015, ainsi que l’article précieux d’ALIAS Valérie, « Variations chorégraphiques : depuis May B, les chorégraphes français et Beckett », Samuel Beckett Today/Aujourd’hui, n° 23, 2011, pp. 35-48.

    8 RAFFINOT François, « Temps réel », Rue Descartes, n° 44, 2004, p. 56.

    9 LOUPPE Laurence, Poétique de la danse contemporaine, op. cit., p. 335.

    10 Voir l’entretien de Kasai Akira avec FRALEIGH Sondra Horton, Dancing Darkness. Butoh, Zen, and Japan, Pittsburgh-London, University of Pittsburgh Press-Dance Books, 1999, p. 232.

    11 Dus parfois, tout comme l’absence de citations de textes beckettiens dans les pièces chorégraphiques, à des questions de droits d’auteur, certains de ces projets établissent un dialogue sans hybridation entre théâtre et danse. C’est le cas du projet pluridisciplinaire di stanze due beckett (Catania, Scenario Pubblico, 3-13 mars 2005) : à la mise en scène de Commedia (Comédie/Play), de Passi (Pas/Footfalls) et de Dondolo (Berceuse/Rockaby), le chorégraphe Roberto Zappalà a juxtaposé le ballet pour trois danseurs Foulplay et les installations-performances Footprints et Swing.

    12 Tremplin Théâtre, Paris. Quant à la fortune chorégraphique de ce poème dramatique, on peut également signaler la performance de Barbara Manzetti et Marian del Valle dans l’atelier de l’artiste Willem Oorebeek à Bruxelles en 1999. Voir DEL VALLE Marian, Accompagner les processus créatifs de Monica Klingler, Barbara Manzetti et Marian del Valle (janvier 2009-décembre 2012), Thèse de doctorat, sous la direction de Marina Nordera, codirecteur José Antonio Sanchez, université de Nice – Sophia Antipolis, 2013, [en ligne], halshs.archives-ouvertes.fr/tel-00966697/document, page consultée le 22 mars 2015.

    13 Compagnie Le Cartel : Maison de la Culture du Japon, Paris, 20 et 21 mars 2009. Le projet Beckett Butoh Notation est mentionné dans le site, [en ligne], www.katsurakan.com/biography.html, page consultée le 4 avril 2015.

    14 La pièce pour cinq danseurs, dont Bruno Pradet, Assis, Debout, En marche avec préambule et vestibule. Hommage à Samuel Beckett a été présentée à L’Athanor Scène nationale d’Albi le 1er mars 2001 et, quelques jours plus tard, à Montpellier, pendant la Semaine Beckett en corps (recréation en 2009). Voir le Dossier documentaire D. Théron consultable à la médiathèque du Centre national de la danse (dorénavant Dd CND suivi du nom de l’artiste ; je remercie Philippe Crespin, Claire Delcroix, Juliette Riandey, ainsi que Stéphane Caroff, Françoise Vanhems, Marie-Odile Guellier et toute l’équipe de la médiathèque du CND, pour leurs suggestions et leur assistance).

    15 Composé du solo de Barbara Blanchet Comme un cri dans les nuages, du duo avec Laurent Falguiéras Peau d’os et de la quintette Trop peu de temps pour dormir, l’ensemble a été présenté au Théâtre de Vanves le 5 février 2009. Voir le Dd CND L. Falguiéras.

    16 Voir DOBBELS Daniel, « Sortir des années noires… », Études théâtrales, 49, 2010, pp. 32-38.

    17 Tout particulièrement à propos des duos féminins Un respiro (2006) et Signorine (2007). Je remercie Susanne Franco.

    18 Voir BANES Sally, Democracy’s Body. Judson Dance Theater, 1962-1964, Durham-London, Duke University Press, 1993, pp. 74-77, ainsi que BLACKWOOD Michael, Sally Gross: A Life in Dance, Michael Blackwood Productions, 2002, documentaire, 36 minutes, VHS.

    19 Entretien avec Laure Adler dans l’émission Le danseur Josef Nadj (France 2, 31 mars 1998) contenant des extraits de la pièce sans paroles pour huit interprètes Le vent dans le sac, « en hommage à Samuel Beckett », créée au Théâtre Vidy-Lausanne en décembre 1997.

    20 Evelyne Clavier met en parallèle ces deux trajectoires dans la thèse qu’elle prépare sur Samuel Beckett et la danse.

    21 « Entretien avec Dominique Dupuy », propos recueillis par Laura Soudy, Skén&graphie, 2, automne 2014, p. 48.

    22 L’immense fortune de cette pièce pour dix interprètes au titre à la fois matriciel et dubitatif, créée le 4 novembre 1981 au Théâtre Municipal d’Angers, en fait l’œuvre la plus étudiée de notre corpus, dans le domaine des études beckettiennes également. Parmi les contributions les plus récentes, voir PROKHORIS Sabine, Le fil d’Ulysse. Retour sur Maguy Marin, Paris, Les presses du réel, 2012 (le texte, tout particulièrement les pp. 65-116, et le DVD), ainsi que DOGA Marie, FOURNIÉ Fanny, « Connivence littéraire et réception : le cas de May B de Maguy Marin », in NACHTERGAEL Magali, TOTH Lucille (dir.), Danse contemporaine et littérature entre fictions et performances écrites, Pantin, Centre national de la danse, 2015, pp. 63-66.

    23 Ce qui rend impossible toute captation de la performance. Voir le dossier À titre provisoire préparé par Annie Suquet et remontant à la création de cette pièce au Centre national de la danse de Pantin, le 8 novembre 2006 (Dd CND M. Marin ; je remercie Maguy Marin pour sa généreuse disponibilité, ainsi qu’Anne Henry). J’ai rencontré F. Leick à Turin le 10 juillet 2009 après une représentation de la version en anglais : elle m’a parlé des difficultés techniques que comportent ses déplacements dans le noir, entièrement enveloppée dans un lourd manteau où sont cachés les objets qu’elle dépose et ramasse tour à tour sur le plateau, dont le crâne qui est au centre de cette vanitas nocturne, ou plutôt qui en est la scène même ; mais elle a évoqué aussi la fluidité millimétrée du mouvement qu’exige cette exploration dilatée de l’invisible.

    24 Igitur. Divagations. Un coup de dés, Paris, Gallimard, « Poésie », 2003, p. 259 (« Crise de vers »).

    25 DUPUY Dominique, « Danse, théâtre, le souffle musagète. Pour Philippe Ivernel et Anne Longuet Marx », Études théâtrales, 49, 2010, p. 30.

    26 Tirées de plusieurs textes beckettiens, les phrases marmonnées par Dominique Dupuy sont reproduites dans la feuille de salle de la reprise, en mai 2014, au Théâtre national de Chaillot, où la pièce a été créée le 1er février 2013.

    27 BECKETT Samuel, Fin de partie, Paris, Minuit, 1957, p. 13. Mots de la fin mise en doute, ces premiers mots de la pièce résonnent, dans une sorte d’incorporation circulaire et circulatoire, en chœur au début et en solitaire à la fin de May B.

    28 Les vers de Neither sont absents de cette pièce de la Compagnie de l’Entre-deux, créée au Théâtre des Louvrais Scène nationale de Cergy-Pontoise le 14 janvier 2005.

    29 Le ballet pour 47 danseurs Neither a été créé à l’Opernhaus de Düsseldorf le 30 avril 2010. Sur la parenté entre la notation chorégraphique et les tableaux sonores que Feldman a élaboré à partir de sa rencontre avec Beckett, voir CLAREN Sebastian, « Neither »: die Musik Morton Feldmans, Hofheim, Wolke, 2000, pp. 45-58 et pp. 82-91.

    30 Sur cette pièce de 2001 de la Compagnie Pascoli de Grenoble, voir le Dd CND A.-M. Pascoli. Le tragi-comique keatonien représente un modèle expressif par exemple pour Josef Nadj et pour Didier Théron.

    31 Sous-titre de la pièce (h.b.d.p.)2, créée au Théâtre de Vanves le 4 juin 2007. Voir le Dd CND H. Diasnas.

    32 La chorégraphe américaine s’abstient de toute illustration ponctuelle de tel ou tel texte, mais elle multiplie les allusions vestimentaires ou gestuelles et elle transmet de l’œuvre de Beckett une vision sombre teintée d’humour. Datant de janvier 1977, la captation de la pièce est consultable à la Jerome Robbins Dance Division de la New York Public Library for the Performing Arts (dorénavant NYPL) : vidéocassette en noir et blanc : MGZIC 9-5156.

    33 Cette performance a été présentée au Dock 11 de Berlin les 25 et 26 mars 2011 (voir le Dd CND H. Katz).

    34 Cet Act Without Words a été créé au Trinity High School Auditorium de Washington, Pennsylvania, le 6 novembre 1969. La vidéo consultable à la NYPL (MGZIC 7-78) correspond à une émission télévisuelle datant de janvier 1972 (voir WARREN Larry, Anna Sokolow. The Rebellious Spirit, Amsterdam, Harwood Academic, 1998, pp. 181-187). Les objets éparpillés par terre ne sont pas sans rappeler les déchets dont est parsemé le plateau de Breath/Souffle, créé Off Broadway quelques mois avant la pièce d’Anna Sokolow.

    35 Voir le site de l’artiste, [en ligne], http://www.shangchi.de/en/works/2, page consultée le 21 mars 2015.

    36 Jouée par Olivier Chanut et Larrio Ekson sur le contraste entre les personnages de Vladimir et d’Estragon, cette pièce a été créée par la Compagnie de l’Olivier de Lausanne en 2005. La version de 2007 a été filmée sur DVD (Ingokat Dance Film Productions, 2008 ; voir le Dd CND O. Chanut). Au contraire, la gestuelle désarticulée, tantôt animale tantôt funambulesque, de Barbara Blanchet et Laurent Falguiéras dans Les décharnés renvoie à la fois à Vladimir et à Estragon, mais aussi à Pozzo et à Lucky.

    37 Cette performance du groupe Starting Point de Düsseldorf a été créée à Mechelen le 19 décembre 2007 (voir le Dd CND F. Bürkle).

    38 Voir le Dd CND R. Kasteleiner. À la suite de la performance qui a eu lieu le 20 novembre 2003 à la galerie Artcore de Paris, la compagnie La parole aux mains, en collaboration avec l’International Visual Theatre, a étendu cette traduction gestuelle à l’ensemble de la pièce de Beckett. Pour une lecture chorégraphique de la « danse du filet », voir KANELLI Katerina, « Fall and recovery de Lucky ou Les premiers pas de danse dans le théâtre de Beckett », limit(e)beckett, n° 0, printemps 2010, pp. 27-38, [en ligne], www.limitebeckett.paris-sorbonne.fr/zero/kanelli.html, page consultée le 17 mars 2015.

    39 Au programme de ce spectacle, créé à la Maison de la culture de Rennes (6-7 mai 1982), figure également la chorégraphie minimaliste dictée, dans le dramaticule Va-et-vient, par les déplacements et les croisements des mains et des bras. Voir le Dd CND G. Caciuleanu. Le soliloque de Bouche dans Pas moi accompagne en voix off la danse de l’interprète-auditrice dans Et après ?! d’Anne-Marie Pascoli.

    40 Un clin d’œil à Oh les beaux jours/Happy Days est implicite dès le titre de la pièce de théâtre dansé Un giorno felice (2009) du duo Michele Abbondanza/Antonella Bertoni. « Quand on est dans la merde jusqu’au cou il ne reste qu’à chanter » : cette phrase, attribuée à Beckett et qui condense la situation de Winnie, revient dans Salves (2010) de Maguy Marin.

    41 Reproposant les chorégraphies Marinada et Visages de femmes ainsi qu’Épithalame de Deryk Mendel, ce spectacle a été créé le 4 décembre 2002 au studio Le regard du cygne de Paris et filmé par PICQ Charles, Soirée chez les Dupuy, 24 Images, 2006, 120 minutes, DVD.

    42 Dédiée à la mémoire du chorégraphe japonais Hideyuki Yano, cette pièce tripartite – La femme fantôme, Mère/Fille, La Retournelle – a été créée au studio Le regard du cygne de Paris (16-19 mars 2006). Voir le Dd CND L. Greene et la captation des répétitions remontant à 2005.

    43 BECKETT Samuel, L’Innommable, Paris, Minuit, 2004 [1953], pp. 14-15 : « On peut mourir à soixante-dix ans sans avoir jamais eu la possibilité d’admirer la comète de Halley » (Ibid., p. 15). La chorégraphie Halley’s Comet a été présentée au XIIIe concours international de Bagnolet le 1er mars 1981. Appel d’air a été crée la même année au Théâtre Les Ateliers de Lyon (23-24 juin). Voir la captation réalisée par Charles Picq et le Dd CND R. Chopinot. Voir aussi SUQUET Annie, Chopinot, Le Mans, Cénomane, 2010, pp. 17-18, p. 29 et p. 112.

    44 Il s’agit de Nichts. Ich werde da sein, indem Ich nicht da bin/Nothing. I’ll be there by not being there, Outre vie et Better Days. Exceptés les quelques mots incorporés à la musique de Ralf R. Ollertz, les textes de Beckett sont absents de l’espace sonore dans lequel les cinq danseurs évoluent. Sous le titre Atemzug (Souffle), une version abrégée de ce travail a été filmée et diffusée par ZDF/Arte en 2004.

    45 BECKETT Samuel, Nouvelles et Textes pour rien, Paris, Minuit, 1958, p. 130 et p. 143.

    46 Représentée pour la première fois à Dublin en avril 2006, cette performance a été recréée, avec des actrices et des musiciens différents, à New York et à Paris, en Islande, en Chine et au Japon.

    47 BECKETT Samuel, L’image, Paris, Minuit, 1988, p. 18.

    48 C’est le peintre Jean-Baptiste Bernadet Ariztia qui a donné impulsion à ce projet ; le solo qui en est issu a été présenté à Bobigny le 25 mars 2003 dans le cadre des Rencontres chorégraphiques internationales de Seine-Saint-Denis. Voir le Dd CND C. Loyer.

    49 Depuis les conseils musicaux de Beckett pour May B jusqu’aux Lieder ponctuant Seule ? de Dominique Dupuy, le cas de Schubert est exemplaire à cet égard : Nacht und Träume, le lied qui donne le titre à une pièce pour la télévision dont on a souligné la qualité chorégraphique (voir RÉMY Bernard, « Solos – Multitude », in ROUSIER Claire (dir.), La Danse en solo. Une figure singulière de la modernité, Pantin, Centre national de la danse, 2002, pp. 45-48), revient dans la bande-son du court-métrage de Jiří Kylián Schwartzfahrer (2014).

    50 Propos recueillis à Paris le 10 avril 2010 (je remercie Edwige Phitoussi).

    51 BERNARD Michel, De la création chorégraphique, Pantin, Centre national de la danse, 2001, p. 127.

    52 Depuis les vidéo-performances de la fin des années 1960, les nombreux points de contact entre l’œuvre de Nauman et celle de Beckett arrivent jusqu’aux clowneries cruelles de la fin des années 1980. La bibliographie sur ce sujet est vaste. Voir en particulier : le catalogue préparé par GLASMEIER Michael, HOFFMANN Christine, FOLIE Sabine, HARTEL Gaby, MATT Gerald (Hrsg.), Samuel Beckett Bruce Nauman, Wien, Kunsthalle, 2000 ; TUYL Gijs van, « Condition humaine/corps humain. Bruce Nauman et Samuel Beckett », in VAN ASSCHE Christine (dir.), Bruce Nauman 1966-1996, Paris, Centre Georges Pompidou, 1997, pp. 60-75 ; SCHAFFNER Ingrid, « Circling Oblivion / Bruce Nauman through Samuel Beckett », in MORGAN Robert C. (ed.), Bruce Nauman, Baltimore-London, The Johns Hopkins University Press, 2002, pp. 163-173 ; BRYDEN Mary, « Clowning with Beckett », in GONTARSKI Stanley E. (ed.), A Companion to Samuel Beckett, Chichester, Wiley-Blackwell, 2010, p. 363 et pp. 366-367 ; SFEZ Géraldine, « Bruce Nauman, Samuel Beckett. Le corps à l’épreuve de la répétition », limit(e)beckett, n° 0, printemps 2010, pp. 82-103, [en ligne], www.limitebeckett.paris-sorbonne.fr/zero/sfez.html, page consultée le 17 mars 2015.

    53 Voir LOUPPE Laurence, Poétique de la danse contemporaine. La suite, Bruxelles, Contredanse, 2007, pp. 124-128. Voir aussi l’entretien de Stan Douglas avec Gaby Hartel dans ALPHANT Marianne, LÉGER Nathalie (dir.), Objet Beckett, Paris, Centre Pompidou-IMEC, 2007, pp. 146-151.

    54 Dans ce domaine, voir CLARKE David Michael, Blood from a Stone, Écart production, 2010, 26 minutes, DVD.

    55 Sur un extrait de ce solo se termine le documentaire de MAYSLES Albert, NUTILE Kristen, Sally Gross. The Pleasure of Stillness, Maysles Films, Soft Spoken Films and Tanja Meding Productions, 2007, 52 minutes, DVD. Chuchotés dans une sorte de bruitage vocal, des mots épars de How It Is alternent avec la musique de James Baker dans Wrought Iron Fog (2009) de Tere O’Connor (Dance Theatre Workshop, New York ; vidéo NYPL MGZIDVD 5-5549).

    56 Réalisé en plusieurs versions, ce solo a été créé au Spazio Garibaldi de Milan en mars 1992.

    57 Ce ballet pour six interprètes a été créé par le Nederlands Dans Theater I le 9 mars 2006. Les citations de Beckett s’avèrent fréquentes chez Kylián : des fragments de Worstward Ho participent de l’espace sonore de Mémoires d’oubliettes (2009), alors que le livret Neither est repris dans le duo East Shadow (2013).

    58 AGAMBEN Giorgio, Image et mémoire. Écrits sur l’image, la danse et le cinéma, Paris, Desclée de Brouwer, 2004, p. 113.

    59 Conçu et travaillé au studio l’Aire de Wilfride Piollet et Jean Guizerix d’après une idée de celui-ci, ce solo a été crée le 1er février 2010 au Théâtre Darius Milhaud de Paris. Les propos de Fabien Monrose ont été recueillis le 1er juin 2010.

    60 BECKETT Samuel, Nouvelles et Textes pour rien, op. cit., p. 142.

    61 BECKETT Samuel, Worstward Ho, London, Calder, 1983, p. 7 (« N’importe. Essayer encore. Rater encore. Rater mieux » : BECKETT Samuel, Cap au pire, traduit de l’anglais par Edith Fournier, Paris, Minuit, 1991, p. 8).

    62 Voir les textes de Mick Wilson (« On Peter Welz », [en ligne], www.peterwelz.com/download/wilson.pdf, page consultée le 21 mars 2015) et de Hamza Walker (« Failure is an Option », [en ligne], archive.renaissancesociety.org/site/Exhibitions/Essay.Peter-Welzin-collaboration-with-William-Forsythe-Whenever-on-on-on-nohow-on-|-Airdrawing.90.html, page consultée le 21 mars 2015). Il est également question de Whenever on on on nohow on / airdrawing dans LISTA Marcella, « Une figure dans l’espace. Entretien avec William Forsythe et Peter Welz », in LISTA Marcella (dir.), Corps étrangers. Danse, dessin, film, Lyon, Fage, 2006, pp. 19-37. Dans cette dernière exposition au Musée du Louvre, l’installation chorégraphique Retranslation/Final Unifinished Portrait (Francis Bacon), par laquelle Welz et Forsythe ont poursuivi leur collaboration, est significativement juxtaposée non seulement à Film de Beckett, mais aussi à Bouncing in the Corner n° 2: Upside Down (1969) de Bruce Nauman. C’est à cet exercice que renvoie la série de chutes des danseurs de la compagnie de Sasha Waltz montées en boucle et surimpressionnées par Peter Welz dans The Fall (2003), cette vidéo étant à l’origine de sa rencontre avec Forsythe.

    63 Voir entre autres ROSENTHAL Olivia, RUFFEL Lionel (dir.), Littérature, « La littérature exposée. Les écritures contemporaines hors du livre », n° 160, décembre 2010. Dans ce domaine se situe également l’activité, articulant installation-performance, livre d’art et vidéo, du couple formé à Chypre par le plasticien allemand Horst Weierstall et la chorégraphe et danseuse Arianna Economou. Tout au long de leur parcours, ils reviennent à plusieurs reprises sur des œuvres de Beckett : Night and Dreams (1994), l’exposition de 1999, Imagination Dead Imagine (2000), Lessness (2006). Voir le site de l’artiste, [en ligne], http://www.horstweierstall.com.cy, page consultée le 29 mars 2015 (je remercie Pascal Caron).

    Top of page

    References

    Electronic reference

    Stefano Genetti, « Projections chorégraphiques beckettiennes : pour un corpus en danse », Recherches en danse [Online], Focus, Online since 15 December 2015, connection on 16 December 2017. URL : http://journals.openedition.org/danse/1211

    Top of page

    About the author

    Stefano Genetti

    Stefano Genetti enseigne la littérature française à l’université de Vérone. Il a co-dirigé le volume Pas de mots. De la littérature à la danse (Hermann, 2010) et il a contribué à l’ouvrage collectif Danse contemporaine et littérature entre fictions et performances écrites (sous la direction de M. Nachtergael et L. Toh, Centre national de la danse, 2015). Il étudie la pensée de la danse (« Par art interposé. Le discours sur la danse de Gautier à Valéry : un espace littéraire allégorique et réflexif », Revue d’histoire littéraire de la France, avril 2012, pp. 431-441) et les interactions entre écriture et chorégraphie, notamment à partir de l’œuvre de Samuel Beckett et chez Pascal Quignard.

    Top of page

    Copyright

    association des Chercheurs en Danse

    Top of page
    • Logo aCD
    • Logo Ministère de la Culture et de la Communication
    • OpenEdition Journals