Skip to navigation – Site map

Présentation

Décadrages est une revue à parution bi-annuelle consacrée à tout ce qui a trait, de près ou de loin, au cinéma. Chaque numéro est composé d’un dossier axé sur une problématique spécifique (autour d’une notion, d’un film, d’un cinéaste, etc.) déterminée par le comité de rédaction et d’une section consacrée au cinéma suisse. La problématique, qui a pour fonction d’unifier la partie centrale du numéro, est proposée très librement aux collaborateurs, sans pré-analyse ni orientation conceptuelle qui en isolerait par avance certains aspects. Cette ouverture est ainsi garante de la diversité des approches et d’une confrontation d’idées, d’une interaction qui peut conduire à une réflexion commune dont l’éditorial se fera l’écho. Nous proposons ci-dessous, à travers trois axes principaux, quelques éléments de définition permettant d’esquisser la spécificité de la revue.

1. Objets et approches

N’excluant a priori aucune approche ni type de cinéma, Décadrages s’inscrit dans une optique interdisciplinaire qui écarte toute imposition d’un cadre théorique particulier. Elle vise à faire converger différentes approches sur un même objet afin de mettre en évidence ses diverses facettes. Tout objet est jugé pertinent dans la mesure où il fournit des instruments productifs et aide à penser la problématique. La pertinence naît d’une dialectique entre l’approche et l’objet. Il s’agit de « décadrer » la vision habituelle de ce dernier en favorisant un point de vue renouvelé, notamment en quittant le champ du cinéma pour l’élargir au domaine audiovisuel. Ainsi étudierons-nous le cinéma non seulement avec des concepts forgés dans d’autres champs, mais aussi en appliquant des outils cinématographiques à d’autres sphères esthétiques ou culturelles.

2. Rapports à « l'actualité » cinématographique

Dans un refus de tout discours promotionnel, Décadrages n’accorde aucun primat à l’actualité comprise dans le sens étroit des sorties de films ou d’événements cinématographiques contemporains de la publication du numéro, mais soumet les objets traités au principe d’un travail sur une problématique unique, privilégiant de la sorte la productivité de l’outil théorique. C’est pourquoi les textes eux-mêmes ne doivent pas nécessairement être récents : nous tenterons d’inclure dans notre dossier des extraits d’écrits de toutes époques, présentés comme des dossiers de source et encadrés d’un texte de présentation, pour autant qu’ils soient jugés pertinents en regard de la problématique et qu’ils n’aient jamais été traduits en français ou soient difficilement accessibles. On peut alors définir une autre forme d’actualité moins dépendante des contingences en mentionnant les aspects suivants : 

  • l’intérêt au moment de la sortie du numéro d’un objet ou d’une perspective donnés.

  • le recours à quelques éléments discrets de l’actualité permettant d’alimenter une réflexion qui, dès lors, dépasse le « compte rendu » d’une occasion (rétrospective, colloque, exposition, débat etc.) et l’intègre dans la problématique. Il en va de même de la prise en compte du cinéma suisse, qu’il s’agisse de productions récentes, de festivals ou de controverses : Décadrages ne vise pas à accompagner la sortie en salle, mais à revenir dans une optique réflexive sur certaines questions.

  • la présence d’entretiens dans lesquels la parole est donnée à des praticiens du cinéma, notamment suisses.

3. Une forme libre

Décadrages n’impose aucune restriction formelle ou stylistique, autant en ce qui concerne la disposition graphique que le type de texte. À l’exception de certains éléments fixes nécessaires à la reconnaissance de la revue (et notamment son format, carré visuel de 21/19 cm), le graphisme de chaque numéro est conçu en étroite relation avec la problématique. La mise en page devrait ainsi également participer à la réflexion générale sur la problématique du numéro, l’intégration d’images ou de dessins n’étant pas réduite à sa seule fonction illustrative.

En ce qui concerne les articles eux-mêmes, une même latitude est laissée aux auteurs, qu’il s’agisse de leur longueur (de 4000 à env. 40 000 signes) ou des types de textes (argumentatifs certes, mais aussi narratifs, explicatifs, programmatiques etc.). La pluralité des contributions passe aussi par une pluralité des écritures, voire des moyens d’expression : la problématique peut être abordée à travers des créations graphiques ou picturales.

Décadrages s’adresse aux cinéphiles, aux gens de la profession, aux personnes qui manifestent un intérêt général pour la réflexion sur l’image et la culture, aux universitaires qui considèrent le cinéma à partir de sciences humaines spécifiques (sociologie, histoire, linguistique, etc.), aux étudiants et enseignants d’écoles d’art, etc. Elle sera distribuée en Suisse ainsi que dans les régions francophones comme la France et la Belgique.

  • Logo UNIL - Université de Lausanne
  • Logo Office fédéral de la culture
  • OpenEdition Journals