Navigation – Plan du site
Varia

La résurgence/convergence du triptyque « catastrophe-résilience-adaptation » pour (re)penser la « fabrique urbaine » face aux risques climatiques

Resurgence/convergence of the triptych “disaster-resilience-adaptation” to (re)think the urban fabric in face of climate risks
Béatrice Quenault

Résumés

Face au changement climatique, les villes apparaissent comme des espaces à risques, non pas tant en raison des menaces climatiques auxquelles elles sont ou seront exposées que de leurs vulnérabilités présentes et futures à de tels aléas étant donné leurs capacités limitées à y faire face ou à y répondre. Après avoir précisé la définition et la portée épistémologique de la résilience et ses liens complexes avec les notions afférentes de vulnérabilité et d’adaptation face aux catastrophes climatiques annoncées, cet article montre pourquoi l’adoption d’une perspective systémique, i.e. complexe et dynamique, peut offrir un cadre pertinent, sous certaines conditions, afin d’envisager les futurs (soutenables) des territoires urbanisés face aux risques actuels et futurs. Cet article interroge également l’opérationnalité du concept de résilience dans ses usages et acceptions actuels pour repenser la « fabrique » urbaine de manière intégrée avec la prévention des risques d’origine climatique. Il tente ainsi d’éclairer en quoi les stratégies d’adaptation planifiées visant à atténuer les vulnérabilités et à accroître la résilience des systèmes urbains, qui sont progressivement devenues dans les discours académiques comme institutionnels l’une des donnes incontournables, voire la « condition critique », de toute trajectoire de développement urbain durable, ne sont pas dénuées d’ambiguïtés.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Le changement climatique désigne une variation statistiquement significative de l’état moyen du cli (...)
  • 2 Ce mouvement né en Angleterre s’est constitué en réponse au déclin de la production de pétrole et a (...)

1Depuis plus d’une dizaine d’années, alors même que le changement climatique et ses impacts représentent une préoccupation croissante, les travaux académiques comme les rapports institutionnels, traitant simultanément de la catastrophe, de la résilience ou de l’adaptation des territoires urbanisés face aux aléas naturels, se multiplient. Dans la littérature scientifique (Serre et al., 2013 ; Djament-Tran et Reghezza-Zit, 2012 ; Vale et Campanella, 2005), l’accent est ainsi mis de manière croissante sur les stratégies requises pour rendre les systèmes urbains simultanément moins vulnérables et plus résilients aux catastrophes d’origine climatique (Carmin et al., 2009) tout en répondant aux enjeux à long terme de durabilité et de qualité de la vie (Mileti, 1999 ; Emélianoff, 2007). Ce triptyque catastrophe-résilience-adaptation, dont chacune des composantes relativement ancienne a été un temps occultée à la faveur de la pensée progressiste/optimiste du paradigme moderne fondée sur l’illusoire maîtrise humaine des risques naturels, est devenu le cheval de bataille des Nations unies pour promouvoir des trajectoires de développement soutenable/durable dans le contexte de changement climatique. En 2005, la Conférence mondiale de Kobe (Japon) liée à la Stratégie internationale des Nations unies pour la prévention des catastrophes (UNISDR), tout en soulignant l’inéluctabilité du changement climatique, met ainsi en avant le concept de résilience au sein du Cadre d’action de Hyogo, "Building the resilience of nations and communities to disasters » (UNISDR, 2005). Peu après, la campagne "Disaster Resilient City : My City is Getting Ready" lancée par l’UNISDR en 2009, vise à impliquer tous les acteurs et à favoriser les partenariats public-privé afin de rendre les villes résilientes aux catastrophes dues au changement climatique et aux événements climatiques extrêmes. Le rapport "How to Make Cities more Resilient" (2012) indique dès son préambule que la résilience « doit faire partie intégrante de l’aménagement urbain et des stratégies de développement durable (Ibid., 5) » et précise plus loin qu’il convient de « bâtir la résilience afin de lutter contre les changements environnementaux, y compris le changement climatique, en plus de réduire les émissions de gaz à effet de serre (Ibid., 10) ». Les aléas dus à la variabilité climatique naturelle jouant d’ores et déjà le rôle de déclencheurs pour la majorité des catastrophes (McBean et Ajibade, 2009) et les territoires urbains (et/ou leur population) risquant d’être fortement victimes des impacts néfastes du changement climatique (UN-Habitat, 2011)1, l’injonction est simple : les villes doivent être résilientes pour éviter l’occurrence de futures catastrophes ou du moins en atténuer les impacts ; la résilience est ainsi érigée en règle impérative. Élaboré dans le cadre de la préparation du sommet de Rio+20 (juin 2012), le rapport "Resilient people, Resilient planet" du "High-level Panel on Global Sustainability" associe la résilience à d’autres objectifs de soutenabilité tels que l’éradication de la pauvreté, l’accentuation de l’équité mondiale, la préservation des écosystèmes précieux, etc. La résilience devient une aspiration universelle : « À la surface de la planète, l’objectif de résilience est universellement adopté comme l’idéal aux niveaux individuel, organisationnel et communautaire. (UNISDR, 2012, 17) ». Les discours des Nations unies sur la résilience en font un droit inaliénable de l’homme, synonyme de meilleures conditions d’existence sociale, d’indépendance et de victoire face à l’adversité. Au sein du mouvement citoyen des « villes en transition »2, la résilience, prise dans son acception (socio)-écologique systémique occupe également une place centrale comme clé d’analyse des relations entre les sociétés humaines et les écosystèmes. Dans son Manuel de transition, Rob Hopkins, initiateur de ce mouvement, passe très rapidement sur la théorie et la définition du concept pour tenter d’en dégager des critères opérationnels. En lien avec la problématique des villes post-carbone, il réduit le champ d’application de la résilience aux communautés locales et aux chocs que représentent le pic pétrolier et le changement climatique. Une grande variété d’acteurs s’est saisi du concept de résilience, de manières très diverses, pour porter des projets de sociétés disparates, et souvent antinomiques (Quenault, 2013b, c). Si la résilience suscite aujourd’hui un tel engouement, c’est qu’elle apparaît d’emblée comme une notion positive dans son opposition supposée à la vulnérabilité et son association croissante à la notion d’adaptation. Le concept séduit parce qu’il se veut « neutre », au sens de apolitique, rassembleur et opérationnel. Les institutions internationales se sont ainsi saisies du concept dans leurs discours pour en faire un principe de gestion des risques mais souvent sans faire aucun effort ni de définition, ni de clarification épistémologique. La résilience, essentiellement définie par les fonctions qu’elle permet de remplir, est soit considérée comme un processus qui permet de réduire la vulnérabilité d’un système, soit comme une propriété intrinsèque du système que l’on aimerait être en mesure d’évaluer ou sur laquelle on souhaiterait pouvoir agir (Reghezza-Zitt et al., 2012). La résilience, tour à tour et indistinctement normative ou instrumentale, reste doublement nébuleuse : Mobilisée comme norme à atteindre, ni son contenu, ni les raisons de son existence en tant que telle ne sont précisées ; mobilisée comme instrument pour atteindre des objectifs précis de réduction de la vulnérabilité ou d’amélioration de la capacité d’adaptation face au changement climatique et à ses impacts, peu d’éléments sont fournis sur le fonctionnement de cet outil.

  • 3 L’emploi du terme résilience au pluriel veut signifier qu’il existe différentes dimensions de la ré (...)

2Dans ce contexte, l’objet de cet article, de nature essentiellement théorique mais avec néanmoins une portée opérationnelle forte, est double. Il s’attache, en premier lieu, à préciser la définition et la portée épistémologique de la résilience et ses liens avec les notions afférentes de vulnérabilité et d’adaptation face aux risques de catastrophes climatiques annoncées. Ce sera l’occasion de montrer pourquoi l’adoption d’une perspective systémique, i.e. complexe et dynamique des vulnérabilités et résiliences3 urbaines en lien avec l’adaptation peut offrir un cadre pertinent, sous certaines conditions, afin d’envisager les futurs (soutenables) des territoires urbanisés face aux risques climatiques actuels et futurs. Cet article interroge, en second lieu, l’opérationnalité du concept de résilience dans ses usages et acceptions actuels pour repenser la « fabrique » urbaine en lien avec la prévention des risques naturels d’origine climatique. Il soulignera ainsi comment une perspective proactive/transformative et de long terme de la résilience urbaine peut devenir une condition critique d’un développement urbain durable en concevant l’adaptation au changement climatique comme un processus ou une stratégie planifiée d’atténuation des vulnérabilités urbaines.

1. La résilience systémique, un concept passerelle pour repenser l’adaptation face aux risques de catastrophes d’origine climatiques ?

  • 4 Dans le domaine de la recherche, l’analyse de la fréquence du terme résilience dans les articles ré (...)
  • 5 Holling et ses collègues ambitionnent alors d’étendre le concept de résilience au-delà des frontièr (...)

3Bien que l’apparition du terme de résilience soit relativement ancienne dans le champ académique, ce concept ne commence à être fréquemment utilisé en géographie, urbanisme et gestion des risques qu’au tournant des années 20004. L'ouvrage de Walker et Salt (2006) “Resilience thinking : sustaining ecosystems and people in a changing world”, qui a fortement contribué au large succès de la notion, suggère que le vocable de résilience serait stabilisé et qu’il serait ainsi possible de lui associer une pensée. À la faveur des analyses systémiques développées notamment par les chercheurs du réseau international pluridisciplinaire de la Resilience Alliance5, fondée par l’écologue Holling en 1999, la résilience s’est considérablement enrichie et les évolutions sociales se sont en quelque sorte « naturalisées ». Holling ne se contente plus d’affirmer que les écosystèmes fluctuent de façon extrême ni que la gestion des ressources naturelles nécessite de prendre en compte les interactions complexes au sein de systèmes intégrés société/nature. Il soutient maintenant que tous les systèmes socio-écologiques complexes sont sujets à des cycles adaptatifs permanents comprenant un effondrement (Tainter, 1990) et qu’ils présentent donc une tendance inhérente à la crise (Walker et Cooper, 2011). La mobilisation (académique et opérationnelle) de la résilience s’est elle aussi élargie, au point d’en faire un concept « passerelle » permettant de faire le lien et d’articuler les différentes échelles spatio-temporelles. À l’issue de cette « extension » du terme de résilience, les frontières traditionnelles avec le vocable d’« adaptation » ont eu tendance à s’estomper et ses deux concepts interreliés tendent à faire converger le champ de deux politiques, jusque-là plutôt disjointes en matière de gestion des risques et d’aménagement des territoires, et dont l’intégration est désormais perçue comme un facteur de soutenabilité urbaine (Monaghan, 2012).

1.1. Les apports de la systémique pour penser conjointement vulnérabilité, résilience et adaptation des systèmes urbanisés aux risques climatiques

  • 6 Le chimiste français Albert Charpy choisit en 1901 de désigner par « résilience » l’énergie consomm (...)
  • 7 Certains observateurs récusent cette extension du terme qu’ils qualifient de « nébuleux » et dont l (...)

4Au sein de la littérature scientifique, dans son acception initiale, le terme de résilience apparait dans la physique des matériaux pour signifier la résistance d’un corps à une rupture due à un choc6. Le concept a ensuite connu une première extension au sein des sciences physiques et du vivant (en écologie notamment) comme au sein des sciences humaines et sociales pour concerner tous les cas de résistance à des chocs brutaux externes (physiques, chimiques, biologiques, psychologiques, économiques, politiques, etc.). Puis, à mesure que la notion a concerné des « corps » de plus en plus diffus, composé et/ou complexes subissant des chocs, elle a eu tendance à se diluer davantage7 : tout en conservant l’idée de capacité d’absorption, elle s’est d’abord étendue à la capacité d’un organisme à se réparer après un choc (idée de réparation, de reconstruction, de rénovation, etc.) pour désigner également ensuite la capacité d’un organisme, d’un groupe ou d’une structure à s’adapter (idée d’adaptation, d’ajustement, de transformation, etc.) à un environnement changeant (perturbation lente et progressive) (Juffé, 2013). En quelques années, le terme de résilience est ainsi passé « de la désignation d’un rebond observé au postulat d’une capacité de rebondir, pour signifier enfin la capacité de mobiliser instantanément des défenses efficaces en cas de stress (Tisseron, 2013, 17) ». Ainsi, d’un concept limité à l’idée de « rebond » post-catastrophe (i.e. au retour à la « normale ») (Vale et Campanella, 2005), la résilience peut être dès lors considérée comme un concept englobant l’ensemble des mesures prises pour réduire les risques avant, pendant et après la crise (Bruneau et al., 2003). Dans ce cadre, la résilience est parfois présentée comme une politique de gestion des risques consistant à ne plus lutter contre l’aléa, mais à s’adapter à celui-ci afin d’en réduire les impacts négatifs au minimum (Pasche et Geisler, 2005).

  • 8 Avec sa théorie de la « résilience écologique », Holling (1973) rompt avec la vision mécaniste clas (...)
  • 9 Un « système » (du grec sustêma : ensemble) est la conceptualisation d’une portion de la réalité so (...)
  • 10 Dans un « système socio-écologique », tel qu’une ville ou tout autre territoire urbanisé, la « port (...)

5En outre, la résilience, dans son acception écologique « moderne » (Holling, 1973)8 issue du paradigme de la complexité conduisant à privilégier les approches systémiques, est un concept qui s’applique à des systèmes9 socio-écologiques (SSE) complexes (Garmestani et Benson, 2013)10 connaissant des cycles adaptatifs suivant le modèle de la Panarchie (Gunderson et Holling, 2002) ; elle renvoie ainsi à une triple capacité des systèmes, permettant de distinguer trois phases dans la prise en compte d’une perturbation :

  • la capacité à faire face, à résister à, ou à absorber (propriété de résistance) le choc au moment de l’événement ;

  • la capacité à récupérer ou à « rebondir » (aptitude à fonctionner en mode dégradé et à se réparer/reconstruire) pour mettre fin à la situation de crise et retrouver un mode de fonctionnement (socialement) acceptable ;

    • 11 Selon Folke et al. (2002), la « résilience fournit la capacité d’absorber les chocs tout en mainten (...)

    la capacité à se réorganiser ou à s’adapter11 (processus d’adaptation/de transformation) une fois la crise passée pour se préparer à la survenue d’autres chocs ou perturbations.

  • 12 Les deux dernières composantes représentent la capacité de réponse du système, dont fait partie la (...)

6En intégrant ces trois composantes12, la résilience est elle-même devenue un phénomène complexe, dynamique, qui est passé successivement d’une simple variable d’état (qualité ou propriété statique d’un corps) face à un choc (i.e. un aléa discret) à une aptitude de moyen terme (que chaque système est plus ou moins à même de mobiliser effectivement) et, enfin, à un processus (adaptation/transformation) se déployant dans le temps face à des conditions changeantes. On peut d’ailleurs rapprocher cette triple acception de la résilience systémique des travaux de Serge Tisseron (2013) en psychologie qui a proposé d’utiliser trois orthographes différentes : « résilience » pour désigner une qualité, conformément à son usage courant, notamment dans le domaine de la résilience/résistance des matériaux ; « Résilience » avec un « R majuscule » pour désigner l’aptitude qui permet de composer (ou faire) avec les ruptures de l’environnement et les bouleversements internes qui en résultent ; « résiliance » pour désigner un processus, le « a » soulignant qu’il s’agit d’un travail jamais achevé et le rapprochant des termes « reliance » et « survivance ».

  • 13 Dans l’optique systémique, la résilience d’un système est non pas le simple opposé de sa vulnérabil (...)
  • 14 Parmi les mesures d’adaptation possibles, une catégorie appelée « restauration » a pu être avancée (...)

7Ce faisant, la résilience des SSE tend non seulement à converger vers la notion d’adaptation au changement climatique (Mitchell et van Aalst, 2008), dont elle représente une modalité, mais à entretenir des liens complexes avec la vulnérabilité ; la résilience n’est pas, contrairement à l’analogie de la médaille (Folke et al., 2002), la simple « face » opposée de la vulnérabilité (Quenault et al., 2011)13. La vulnérabilité d’un système, qui se réfère à son incapacité à préserver sa structure et ses fonctions essentielles sous l’effet de perturbations, associe une composante externe – son exposition (qui dépend de l’intensité et de la fréquence auxquelles il est soumis à des aléas extérieurs) à deux composantes intrinsèques – sa sensibilité et sa capacité d’adaptation (qui désigne son aptitude à s’ajuster en réduisant l’impact des dommages subis), la troisième composante de la résilience systémique. Ainsi, la vulnérabilité (non nécessairement préjudiciable) ne décrit pas uniquement les facteurs qui peuvent détériorer la réponse individuelle ou collective face à une perturbation et la résilience (pas toujours souhaitable) n’est pas de facto une réponse appropriée. C’est cette dichotomie que s’attache à dépasser la notion de vulnérabilité résiliençaire (Provitolo, 2009) en insistant sur les processus et interactions et leurs caractères dynamiques : la reconstruction ou l’émergence de nouvelles trajectoires d’un système, notions liées à la résilience et à l’adaptation, modifient la vulnérabilité du système qui, à son tour, modifie sa résilience... La résilience ne peut donc être considérée comme le simple opposé de la vulnérabilité, qui comme le souligne Dominique Dron (2013), « serait dès lors sa capacité à maintenir sa structure même lorsque le système est amené à quitter son état d’équilibre (ou son bassin d’attraction) originel, c’est-à-dire à passer de simples ajustements à de véritables adaptations (Ibid., p. 13) ». L’adaptation (en tant que processus et non comme état) correspond à une capacité (collective) à gérer les transitions afin d’adapter le comportement ou le fonctionnement d’un système à une situation nouvelle. Dans le contexte du changement climatique, l’adaptation, ou plutôt l’adaptabilité, désigne la capacité à s’adapter à des conditions environnementales changeantes (perturbation lente et progressive du système climatique) et s’« adapter ne peut se résumer à modifier à la marge, mais nécessite un autre regard, un changement de perspective (Bériot, 2013, p. 50) ». Face aux conditions plus floues et incertaines de l’environnement, la réflexion engagée en termes de résilience participe de cette prise de conscience de la nécessité d’une nouvelle démarche fondée sur le développement d’une aptitude à l’adaptation : ainsi, « l’adaptation climatique s’avère passer par la création d’une résilience, c’est-à-dire non pas par la création directe d’une adaptation, mais par l’accroissement d’une aptitude à s’adapter (Bériot, 2013, p. 51) ». La résilience (dans son sens systémique) en tant qu’aptitude à l’adaptation, qui consiste à opérer une multiplicité d’ajustements comportementaux, structurels, organisationnels, institutionnels ou technologiques et renvoie à la flexibilité d’un système face aux évolutions de son environnement, a en commun avec elle de chercher à atténuer les effets néfastes liés à une perturbation (ici d’ordre climatique) et à tirer parti des opportunités. Le concept de résilience, qui renvoie usuellement à la capacité d’un système à résister puis à dépasser une situation critique pour lui survivre, ne signifie donc pas, dans son acception « systémique », « dynamique », revenir à un état initial qui a précisément permis à la catastrophe d’advenir. En d’autres termes, la résilience en tant que capacité d’un système urbain à persister dans le temps malgré les perturbations ou les aléas qui surviennent n’implique pas la « continuité sans changement »14 ; elle s’apparente en ce sens à une capacité d’adaptation, où les changements de comportement et d’organisation des systèmes de peuplement humains sont considérés comme une nécessité face à un climat en évolution.

  • 15 Le même mouvement de transfert de responsabilités est à l’œuvre dans la gestion des risques naturel (...)

8Il est intéressant de voir comment l’évolution de la réponse au changement climatique suit celle de la gestion des ressources naturelles, en passant du paradigme de l’équilibre stable à celui de la « variabilité », hérité du passage à la théorie des systèmes complexes adaptatifs. Alors que l’atténuation se base sur une conception du climat comme un ensemble de processus à maîtriser dans le but d’atteindre un équilibre stable, l’adaptation se focalise, quant à elle, sur la variabilité et la flexibilité des écosystèmes et des communautés face aux conséquences imprévisibles d’un changement climatique devenu inévitable et dont la part anthropogénique est aujourd’hui actée. Dans ce contexte, l’adaptation, après avoir été le « parent pauvre » des politiques climatiques est devenue le paradigme dominant des principaux organes internationaux de lutte contre le changement climatique. Signe d’un aveu d’échec des politiques d’atténuation, le concept d’adaptation, alors synonyme de survie sur le long terme, dépend éminemment de la résilience des SSE à laquelle elle est inextricablement liée malgré leurs trajectoires indépendantes. Ce n’est pas un hasard si la mise en exergue politique de l’adaptation et de la résilience tendent à éclipser l’atténuation comme stratégie de court terme pour lutter de manière concertée contre le changement climatique : ce dernier étant considéré comme une fatalité, la résilience préconisée aux échelons locaux autorise un discours dé-culpabilisateur pour les États et les institutions internationales qui se dédouanent ainsi des échecs de l’atténuation pour reporter leur responsabilité sur les collectivités locales et les citoyens15.

  • 16 Une littérature conséquente confirme l’importance de l’analyse systémique pour étudier le phénomène (...)

9Ce n’est donc pas le fruit du hasard si la résilience systémique, située à la croisée de plusieurs chemins en termes de réponse et de trajectoires d’évolution des systèmes complexes, est de plus en plus appliquée à l’échelle des territoires urbanisés16 (les communes, les intercommunalités ou les grandes agglomérations urbaines) pour être présentée comme l’un des moyens d’opérer leur transition socio-écologique vers un développement durable (finalité) (Monaghan, 2012). Les territoires urbanisés, en tant que SSE complexes, représentent des systèmes ouverts et interconnectés qui coévoluent avec leur environnement naturel (y compris le système climatique) et dont les diverses composantes, qui touchent aussi bien à la matérialité du bâti, au cadre de vie et aux fonctions urbaines qu’à la dimension politique et socioéconomique de l’urbain (y compris les institutions, les jeux d’acteurs, aux communautés et au vivre ensemble) interagissent pour constituer le « fait » urbain. Les territoires urbanisés en tant qu’espaces de projets et d’expérimentation, mais aussi en tant que nœuds essentiels du monde maillé et globalisé contemporain deviennent ainsi le terrain privilégié de mise en œuvre du concept de résilience (Laganier, 2013). Une entrée par les territoires urbanisés (métropoles, villes, espaces périurbains, ruraux, etc.), leur mode de fonctionnement, l’imbrication de leurs différents réseaux institutionnels ou non, privilégie une approche complexe, dynamique et interdisciplinaire, autrement dit systémique, de la résilience.

1.2. Résiliences, capacités d’adaptations et plages de tolérance comme éléments clés d’appréhension des vulnérabilités urbaines au changement climatique

  • 17 La vulnérabilité urbaine, dans sa vision moderne étendue, n’est plus uniquement comprise comme l’en (...)

10Suivant le type de résilience (et donc de capacité d’adaptation) mobilisée par le système, on peut aboutir à des résultats très contrastés en termes d’adaptation aux risques climatiques actuels et futurs et, par conséquent, d’atténuation ou non des vulnérabilités17 des enjeux que l’on souhaite localement préserver. À cet égard, les notions de vulnérabilité et de résilience introduisent deux concepts apparentés, les « plages de tolérances » et les « seuils critiques », qui permettent de souligner que se pencher sur les vulnérabilités, les résiliences et les capacités d’adaptation d’un système urbain requiert de spécifier le danger ou l’aléa auquel il est vulnérable et doit s’adapter, étant entendu qu’il peut avoir la capacité de s’adapter à certains types de dangers et pas à d’autres. Par conséquent, lorsque l’on se penche sur ces concepts, il convient de se poser deux questions : vulnérabilité/résilience/capacité d’adaptation de quoi et à quoi ? (Carpenter et al., 2001). On peut, par exemple, s’intéresser aux capacités d’adaptation d’un système urbain (ou de certains de ses éléments comme le bâti ou les réseaux) à un climat plus aride ou à des vagues de chaleur plus fréquentes (modification des conditions climatiques moyennes) ou à des épisodes de précipitations extrêmes ou de tempêtes plus intenses (accroissant d’autant les risques d’inondation/submersion) qui peuvent représenter des manifestations différentes du changement climatique (Quenault, 2013a).

11La figure 1 illustre la relation conceptuelle entre la variabilité et le changement climatique, d’une part, et les vulnérabilités, les résiliences et l’adaptation d’un système, d’autre part.

Figure 1. Vulnérabilité, résilience et adaptation face à la variabilité et au changement climatiques

Figure 1. Vulnérabilité, résilience et adaptation face à la variabilité et au changement climatiques

Source : Adapté de Willows et Connell (2003).

  • 18 Selon le rapport SREX qui traite de l’évolution future des phénomènes climatiques extrêmes selon di (...)
  • 19 Soulignons que les villes doivent aussi s’adapter aux autres risques existants, qui peuvent être ou (...)
  • 20 Le GIEC (2007) s’attend, en effet, à ce que le changement climatique se traduise par toute une chaî (...)
  • 21 Les espaces urbanisés sont aussi l’un des principaux responsables de ce phénomène planétaire anthro (...)

12La courbe (figure 1) retrace les évolutions des variables climatiques (températures, précipitations, etc.) qui déterminent les conditions moyennes du climat et révèlent un degré significatif de variabilité naturelle pouvant se traduire par des aléas plus ou moins intenses. À cette variabilité naturelle se surimpose une trajectoire à la hausse de l’intensité des aléas liée au changement climatique anthropique (GIEC, 2007). Le climat représente un aléa présent que les sociétés humaines gèrent largement sur la base de l’expérience passée. Or, le changement climatique devrait modifier la probabilité future associée à un aléa d’une intensité donnée, affectant du même coup la probabilité associée à une conséquence donnée. Par exemple, les précipitations intenses peuvent devenir plus fréquentes conduisant à un accroissement des risques d’inondations. En particulier, certains événements classés comme extrêmes aujourd’hui, compte tenu de leur intensité/fréquence (Décamps, 2007), pourraient être considérés comme relevant des conditions climatiques moyennes d’ici 210018. Un grand nombre de risques19, fruits de la combinaison de vulnérabilités et d’aléas, doivent ainsi être réexaminés en fonction de la nouvelle donne climatique, qu’ils impliquent des aléas atmosphériques (inondations, cyclones, tempêtes, sécheresses, vagues de chaleur et/ou de froid) ou des aléas géologiques (mouvements de terrain, sécheresse géotechnique, et feux de forêt) étant donné que les premiers interagissent avec les seconds. Toutefois, l’aggravation des impacts en milieu urbain ne sera pas tant liée à l’intensité ou à la probabilité accrue des aléas en cause, estimée « très probable » par les modèles globaux20 (GIEC, 2007), qu’aux vulnérabilités biophysiques (exposition et sensibilité) et sociales (capacités adaptatives), en partie aléa-indépendantes, que les agglomérations, les villes et les espaces périurbains auront contribué à créer ou à renforcer du fait de leurs trajectoires de développement (voir infra). Ces vulnérabilités dépendent étroitement des évolutions du contexte urbain local et des mesures de réponse envisagées pour lutter contre le changement climatique et ses impacts (Quenault et al., 2011). Elles reflètent aussi le fait que les systèmes urbains, loin d’être des victimes innocentes21, contribuent à les engendrer, les amplifier ou à leur donner des caractéristiques particulières du fait de leurs propres évolutions (Penney et Wieditz, 2007), non durables (ou insoutenables).

13Néanmoins, si l’on accepte l’idée que les vulnérabilités, les résiliences et les capacités d’adaptation sont en partie spécifiques à un aléa, il peut alors être utile de distinguer au moins deux grandes catégories d’aléas climatiques, opérant sur une variété d’échelles temporelles différentes (Brooks, 2003) et avec des effets spatialisés plus ou moins étendus :

    • 22 S’y ajoute une autre catégorie de risques, totalement imprévisibles, en lien avec des aléas discret (...)

    Les aléas discrets (phénomènes passagers ou éphémères) et récurrents (à plus ou moins longue échelle de temps)22, parmi lesquels les événements météorologiques extrêmes de forte intensité et de faible fréquence (tels que tempêtes, inondations, vagues de chaleur ou de froid, précipitations intenses, etc.) qui peuvent être liés à la variabilité climatique (naturelle) ou aux impacts du changement climatique (anthropique).

    • 23 Le changement climatique, en tant que menace globale, peut-être pensé comme un risque, ou à plus pr (...)

    Les aléas continus (augmentations de températures moyennes ou diminutions de précipitations moyennes se produisant sur beaucoup d’années ou des décennies tels que la sécheresse au Sahel à la fin du 20ème siècle) qui correspondent à un changement climatique23 progressif.

14Dans les deux cas, se profilent des enjeux en termes de vulnérabilité, de résilience et d’adaptation, mais ces deux « niveaux » ne sont pas sur le même plan, et le passage de l’un à l’autre interroge l’axiologie, ce que les concepts de plage de tolérance et de seuil critique peuvent permettre de préciser. Suivant que les perturbations sont ponctuelles (variabilité climatique) ou plus graduelles (changement climatique), différentes formes d’adaptation sont requises parmi la palette de mesures possibles en vue de réduire les vulnérabilités urbaines. Les mesures d’adaptation peuvent ainsi varier selon le moment d’intervention (anticipation ou réaction ; ex ante ou ex post ; mesures préventives ou correctives), leur portée temporelle ou spatiale (court ou long terme ; mesures locales ou régionales), leur intentionnalité (mesures politiques planifiées ou mesures indépendantes/spontanées/autonomes ; passives ou actives), la réversibilité des actions (actions rapides et facilement modifiables ou actions inertes et irréversibles qui ne permettent pas un remplacement prématuré) et les agents de l’adaptation (systèmes naturels ou collectivité humaine, acteurs publics ou privés) (Dumas, 2006). Les modalités de réponse des systèmes exposés à chacun des deux types d’aléas (respectivement variabilité et changement climatique) renvoient à deux grandes familles de résilience renvoyant peu ou prou à une question de capacité d’adaptation mais avec des effets différents au regard de la « plage de tolérance » comme du « seuil critique » du système à l’égard des aléas climatiques. La mise en œuvre de mesures d’adaptation aux risques permet d’ajuster la « plage » de manière à élever le « seuil critique » au-delà duquel des dommages commencent à apparaître. Sous un climat variable, les systèmes et les organisations développent une capacité à s’adapter réactive et relativement statique ; à mesure que le climat change, cette capacité passée à s’adapter (ajustements à la marge) peut se révéler insuffisante pour éviter des vulnérabilités accrues. La mise en œuvre de mesures d’adaptation planifiées (proactives ou anticipatrices) participant d’une réelle transformation peut alors aider à diminuer les vulnérabilités (en élevant le seuil critique) et à accroitre la résilience du système en élargissant la plage de tolérance face aux impacts du changement climatique (Abraham, 2009).

  • 24 Selon le GIEC, la résilience représente « l’ampleur du changement dont un système peut être l’objet (...)

15La « plage de tolérance » se rapporte au niveau de variation du climat (occurrence d’aléas discrets et récurrents plus ou moins intenses) qu’un système peut endurer à un moment donné sans qu’il y ait d’impacts négatifs significatifs compte tenu de ses caractéristiques de vulnérabilité et de résilience. Elle permet de visualiser la capacité d’absorption ou de résistance du système qui caractérise une première dimension de la résilience réactive et de court terme du système face à un événement brutal. Tant que la résilience réactive d’un système urbain (et/ou de sa population), qui dépend à la fois de sa capacité d’absorption (ou résistance pour sa dimension physique) et de sa capacité d’auto-organisation (ou d’autonomie) pour sa dimension sociale n’est pas dépassée (cas n° 1, figure 3), celui-ci peut se maintenir sans subir de dommages (GIEC, 2001)24. En revanche, si l’ampleur du choc est telle que sa plage de tolérance est dépassée (franchissement du « seuil critique »), alors la crise survient révélant les vulnérabilités latentes préexistantes ; lorsqu’elle est majeure, on parle de catastrophe que l’on mesure à l’aune des dommages plus ou moins importants (et donc plus ou moins inacceptables) que l’événement inflige aux enjeux (matériels, humains, culturels, patrimoniaux, économiques, etc.) que l’on souhaite préserver. L’ampleur de la catastrophe ne dépend ainsi pas tant de l’intensité de l’aléa lui-même (voir infra) que des caractéristiques intrinsèques du système urbain qui fondent ses vulnérabilités à l’égard de cet événement aléatoire. La vulnérabilité urbaine, qui possède elle aussi une double dimension physique et sociale, dépend en partie des capacités à faire face (résilience réactive) et de réponse de celui-ci (résilience proactive en tant que capacité d’adaptation) qui vont être mobilisées aux différentes étapes qui entourent la crise, depuis son déclenchement jusqu’à l’après-crise.

  • 25 Par exemple, en interdisant l’urbanisation en zone inondable (zones noires des plans de prévention (...)
  • 26 L’adaptation ne survient pas instantanément ; un système a besoin de temps pour transformer ses cap (...)

16Les objectifs de l’adaptation visent essentiellement à atténuer les impacts climatiques actuels et futurs (Füssel et Klein, 2006) en agissant sur les vulnérabilités, soit en s’attachant à réduire l’exposition et la sensibilité du système urbain aux effets néfastes des aléas climatiques25, soit en accroissant les résiliences aux facteurs de stress d’ordre climatique et non climatique, autrement dit en améliorant les capacités d’adaptation. Toutefois, l’existence d’options d’adaptation ne signifie pas que chaque territoire urbanisé y a accès ou est en position de les mettre en œuvre (Quenault et al., 2011). Le concept de capacité adaptative a été développé pour refléter cette prise de conscience. La réponse en matière d’adaptation aux aléas climatiques (variabilité ou changement) se formule localement et dépend des jeux d’acteurs locaux et de divers facteurs qui déterminent les capacités adaptatives (richesse économique, technologies et infrastructures, accès à l’information, la connaissance et aux savoirs, nature de ses institutions, de son engagement à l’équité et de son capital social) (Smit et al., 2001) et qui recoupent largement la notion de « capabilités » mise en avant par Amartya Sen (2010). A priori, un système doté de grandes capacités adaptatives serait capable de faire face aux changements du climat, et peut être même d’en tirer profit alors qu’un système doté de faibles capacités adaptatives serait plus susceptible de souffrir des mêmes changements. Dans la réalité, les choses sont plus complexes, ne serait-ce que parce que la capacité d’adaptation représente une adaptation potentielle plutôt qu’effective (Quenault et al., 2011)26.

  • 27 Une difficulté majeure à cet égard en France tient à ce que le risque socialement acceptable est dé (...)

17Un niveau élevé de capacités d’adaptation ne fait que réduire les vulnérabilités d’un système à des aléas devant se produire dans le futur (en accordant du temps au système pour s’adapter d’une manière anticipatrice) ou à des aléas qui impliquent des changements lents sur des périodes relativement longues auxquels le système peut s’adapter de manière proactive. Le taux auquel le risque associé à un type spécifique d’aléa (ou vulnérabilité biophysique) est réduit (ou accru) dépendra de l’échelle de temps associée à la mise en œuvre de mesures d’adaptation (i.e. la « transformation » des capacités adaptatives en adaptation effective) et également de celle associée à l’évolution ou l’occurrence de l’aléa en question (dans le cas d’un changement climatique à l’échelle planétaire, cette occurrence sera influencée par les trajectoires de développement planétaires et de l’intensité avec laquelle l’atténuation sera poursuivie). Par conséquent, la question qui se pose est de savoir si un système urbain est à même de mettre en œuvre les mesures d’adaptation nécessaires pendant le temps dont il dispose afin de réduire le risque à un niveau défini (de manière subjective) comme socialement acceptable27.

1.3. Vulnérabilités et seuils critiques comme élément clés de la prise de décision en matière d’adaptation au changement climatique

  • 28 Décamps emploie ici le terme résilience au sens de capacité adaptative tel que nous l’avons défini (...)

18Le second concept, celui de « seuil critique » (figure 1), désigne le stade à partir duquel surviennent des impacts significatifs, c’est-à-dire lorsque les limites de la plage de tolérance sont outrepassées, ou à partir duquel le système urbain connaît un changement d’état, c’est-à-dire lorsque sa résilience (réactive) est dépassée. Comprendre et déterminer les seuils propres aux systèmes urbains de peuplement peut se révéler être l’élément clé de la prise de décision éclairée en matière d’adaptation. En principe, pour des événements de très faible ampleur, les vulnérabilités sont généralement faibles, exprimant le fait qu’il n’y aura probablement pas de dommages ou bien que des dommages mineurs devraient se produire si un tel aléa se manifestait. À mesure que l’amplitude de l’événement s’accroît, les vulnérabilités augmentent généralement elles aussi. Pour des aléas de très forte magnitude, les vulnérabilités sont ainsi souvent très élevées, impliquant une destruction presque totale ou des dommages très importants et certainement des difficultés à faire face à cette situation catastrophique. La difficulté réside dans le fait de savoir si les seuils peuvent être établis avant d’être dépassés alors que dans la littérature publiée ne figure aucun exemple de seuils qui aient été prévus avant d’être franchis (Walker et Meyers, 2004). Or, rien n’est moins sûr car les territoires urbains, comme tout autre SSE complexe, se comportent d’une manière non-linéaire, avec des seuils rythmant leurs dynamiques, dans le cadre d’intégrations très étroites (Folke et al., 2002) et sont plus ou moins résilients, c’est-à-dire plus ou moins capables de s’adapter aux changements, d’amortir les perturbations, de se réorganiser après des crises (Walker et al., 2004). Décamps se réfère implicitement à cette idée de franchissement d’un seuil lorsqu’il indique que « les caractères d’exposition, de sensibilité et de résilience28, éléments de vulnérabilité des systèmes socio-écologiques, déterminent le caractère plus ou moins catastrophique de leur réponse à un événement extrême (Décamps, 2007, p. 49) ». Un événement extrême, de nature climatique ou autre, est en effet un événement relativement rare en ampleur, en fréquence et/ou en durée pour un système donné, au cours d’une période déterminée – une période par rapport à laquelle il est relativement soudain. Il peut, ou non, induire une réponse extrême, en ampleur, en fréquence et/ou en durée des attributs du système considéré, à un niveau quelconque de son organisation.

19Il est des cas où des dommages considérables peuvent être attendus pour un événement d’intensité moyenne et des cas où l’aléa doit être de très large amplitude pour provoquer des dommages majeurs si le système est plus résilient. La figure 2 représente deux cas de figure : un cas où des dommages considérables peuvent être attendus pour un événement d’intensité moyenne (point A de la courbe noire) et un cas qui représente un processus ou une structure plus résistante où l’aléa doit être de très large amplitude pour provoquer des dommages majeurs (point B de la courbe grise). Cette distinction offre un cadre utile en orientant l’attention sur les conditions de vulnérabilité susceptibles de déterminer des réponses exceptionnelles de la part des systèmes exposés. Le fait est que les vulnérabilités et les résiliences (proactives) d’un système urbain (et donc ses capacités d’adaptation) dépendent en partie, mais en partie seulement, de l’amplitude de l’aléa considéré. Pourtant, les lourdes conséquences des catastrophes d’origine climatique restent (trop) souvent expliquées, à travers les médias notamment, par le caractère exceptionnel des conditions hydro-météorologiques ou les impacts du changement climatique comme ce fut le cas lors de la tempête « Xynthia » en 2010 ayant provoqué une submersion marine dévastatrice. En réalité, tout dépend en fait des caractéristiques de vulnérabilité et de résilience du système considéré, un événement de même ampleur pouvant occasionner des niveaux de dommages très différents, suivant les capacités « à faire face » et de « réponse » du territoire touché. Ce sont des processus dynamiques qui interagissent de manière complexe au sein de plusieurs boucles de rétroactions tant positives que négatives caractéristiques d’une causalité circulaire (Quenault et al., 2011).

Figure 2. Niveaux de dommages attendus et leur évolution compte tenu de l’ampleur de l’aléa

Figure 2. Niveaux de dommages attendus et leur évolution compte tenu de l’ampleur de l’aléa

Source : B. Quenault.

  • 29 Dans certaines communes de Charente-Maritime, comme à Port-des-Barques où des ruptures localisées d (...)

20Comme l’illustrent les points A et C de la figure 2, un aléa de même ampleur peut provoquer des niveaux de dommages très importants (proches de la destruction totale du système) ou modérés sur un même système suivant l’évolution de son degré de vulnérabilité à ce type d’aléa au cours du temps (en considérant que les courbes noires et grises reflètent la vulnérabilité d’un même système à un aléa à deux moments distincts du temps). Par exemple, sur le territoire français, les dégâts humains et matériels provoqués par la tempête Xynthia de février 2010 ont été considérables dans plusieurs régions : plus d’une cinquantaine de personnes sont décédées, plusieurs milliers de maisons ont été lourdement endommagées, des centaines de kilomètres de digues ou d’infrastructure routières ont été détruits, de nombreux axes routiers ont été fermés, et plus de 800 000 foyers ont été privés d’électricité (DDTM Charente-Maritime, 2011). Or, dans l’histoire longue de tels aléas ont déjà atteint à maintes reprises le littoral Atlantique français (le dernier en date avant Xynthia étant la tempête Martin de 199929) mais sans atteindre un tel degré de dévastation. Á conditions climatiques comparables et pour des phénomènes de surcote similaires, les dommages matériels et humains occasionnés par ces événements du passé furent bien moindres (Garnier et Surville, 2010). La différence constatée dans les impacts causés réside dans l’accroissement des vulnérabilités dues à l’évolution de l’occupation des sols davantage tournée vers l’artificialisation/urbanisation du littoral depuis une cinquantaine d’années et un « illusoire sentiment de sécurité » (Dion, 1934) procuré par la construction d’ouvrage de protection contre les risques littoraux. En réduisant la fréquence des inondations, grâce à la protection face à des crues d’intensité faible ou moyenne, la présence des digues a induit un sentiment de moindre vulnérabilité de la part des élus et des populations qui a eu son revers : à mesure que les périodes de retour des épisodes d’inondation s’espaçaient, le risque était perçu comme plus improbable, comme plus lointain dans les mentalités collectives ; la crainte disparût peu à peu, ne jouant plus son rôle de frein à l’occupation des espaces inondables (Vinet, 2005). Dans un contexte de pression foncière croissante et de concurrence accrue entre les collectivités locales pour attirer les investissements, cela a rendu d’autant moins politiquement acceptable le contrôle de l’urbanisation dans les espaces inondables (zones littorales basses anciennement poldérisées) et cette urbanisation, du coup, a fortement progressé au cours des dernières décennies. Loin d’être le fruit d’un phénomène exceptionnel, la submersion marine issue de la tempête Xynthia est l’aboutissement d’un « processus de production du risque massif et récent (Vinet et al., 2012) ». Ce ne sont donc pas tant les caractéristiques des aléas, certes d’occurrence rare, que ces dynamiques territoriales très rapides liées à la pression foncière, par lesquelles un espace quasi « désert » peut se retrouver en quelques décennies fortement urbanisé, qui sont au cœur de la « catastrophe ». Ces considérations rappellent que la résilience d’un territoire tout comme les mesures de prévention du risque, en particulier celles visant la réglementation de l’occupation des sols, doivent s’apprécier sur la longue durée tant leur transgression quasiment irréversible peut être lourde de conséquences.

  • 30 Cette réactivité et solidarité de la part du maire et d’élus volontaires qui ont porté secours en p (...)

21Comme l’illustrent également les points A et C de la figure 2, un aléa de même ampleur peut provoquer des niveaux de dommages très importants (proches de la destruction totale du système) ou modérés suivant le degré de vulnérabilité des systèmes considérés. Pour reprendre l’exemple de « Xynthia », les impacts humains et matériels dus à ce même événement ont été très différents d’une commune littorale à l’autre en fonction de la typologie des lieux (présence de « cuvettes » situées en dessous du niveaux des plus hautes eaux), de leur degré d’urbanisation en zone inondable (construction de maisons derrière les digues), des formes urbaines (maisons isolées ou regroupées, accessibles aisément par le réseau viaire, etc.), des types d’habitats (maison de plain-pied sans ouverture sur le toit ou avec un étage/zone refuge, etc.), de la résistance des ouvrages de protection (certaines digues ont cédé mais beaucoup ont été débordées par surverse). L’ampleur des impacts en termes de pertes humaines a aussi été très liée non seulement à la vulnérabilité individuelle des victimes (personnes âgées, isolées, peu mobiles, santé fragile, etc.) mais aussi à la réactivité et à la solidarité tant individuelle que collective (capacité d’auto-organisation) des habitants et des élus30 dans la gestion de l’urgence, que ce soit en attendant l’arrivée des secours ou pour les aider à localiser, à mettre à l’abri et à apporter les premiers soins aux personnes sinistrées. Les vulnérabilités d’un territoire urbanisé et de sa population sont donc indissociables de facteurs conjoncturels (aléas) et structurels qui engagent des facteurs humains tels que les modalités d’urbanisation et d’occupation de l’espace, les contextes socio-économiques, culturels, institutionnels, organisationnels. De même, ces vulnérabilités dépendent de facteurs subjectifs, faisant référence à des systèmes de valeurs, concernant les enjeux à préserver, la gestion des risques et leur perception/représentation par les sociétés exposées (Blanchard, 2008 ; Peretti-Wattel, 2000).

  • 31 Le terme vulnérabilité urbaine est employé au pluriel en raison de son caractère multidimensionnel.
  • 32 Dans la mesure où une catastrophe se détermine davantage par l’ampleur des dommages occasionnés sur (...)
  • 33 L'expression de « catastrophe naturelle » est ainsi doublement trompeuse parce qu’elle est toujours (...)

22Plutôt que de définir principalement les catastrophes « naturelles » comme des occurrences physiques, requérant largement des solutions technologiques (la construction de digues, par exemple), il convient de les concevoir comme le résultat d’interactions complexes entre un événement physique potentiellement dangereux (ici les aléas liés au changement et à la variabilité climatiques) et les vulnérabilités31 d’un territoire urbain liées à ses caractéristiques intrinsèques tant physiques (infrastructures, bâti, aménagement des espaces, environnement) que sociétales (institutions, économie, niveau et conditions de vie, modes d’habiter, de se déplacer…) qui sont déterminées par les comportements et les choix humains. Vues sous cet éclairage, les catastrophes32 d’origine climatique doivent être comprises comme des désastres « non naturels »33. Cette vision qui consiste à caractériser une catastrophe au regard de l’élément déclencheur (la survenue de l’aléa naturel) est problématique à un triple titre : elle entérine une conception aléa-centrée et exceptionnaliste (événements extrêmes) de la catastrophe ; elle obère une investigation des vulnérabilités de fonds (sociétales) liées aux inégalités/fragilités socio-économiques ou socio-écologiques créées par les trajectoires de développement urbain ; enfin, elle conduit à formuler et mettre en œuvre des solutions d’adaptation fondées sur une résilience essentiellement réactive/conservative, ingénieuriale et de court terme qui, loin d’atténuer les vulnérabilités de fonds, peut au contraire les accroître (Quenault, 2013c). Par conséquent, la promotion de sociétés urbaines résilientes aux catastrophes nécessiterait un changement de paradigme faisant passer d’une focalisation du regard sur les risques et leur quantification à une attention toute particulière accordée à l’identification des différentes vulnérabilités et aux moyens de les réduire grâce à des solutions d’adaptation participant de la mobilisation d’une autre forme de résilience, qui serait celle-là proactive/transformative sociétale et de long terme (Quenault, 2013b).

23Cet ensemble de considérations invite également à reconnaître qu’il n’existe pas de processus unique de prévention ou de gestion des risques climatiques, pas plus d’ailleurs que de solutions génériques d’adaptation au changement climatique qui puissent être appliquées quels que soient les contextes. Il convient ainsi de considérer avec précaution les expériences de « bonnes pratiques » qui, bien que séduisantes a priori, masquent souvent l’importance considérable des combinaisons de facteurs spécifiques au cas étudié dans la réussite même d’un projet ou d’une stratégie d’adaptation urbaine. Ainsi, le biais consiste la plupart du temps à considérer ces expériences comme des « recettes » transposables en l’état, plutôt que comme de simples exemples de mise en application de principes généraux (Magnan et al., 2009). Dans sa phase de mise en œuvre (élaboration d’une stratégie, identification d’actions concrètes…), l’adaptation est un processus de décision et d’intervention spécifique à un territoire donné, donc indirectement à un ou des acteur(s) donné(s) qui évolue(nt) dans un contexte particulier marqué par des menaces et opportunités propres qui sont fonction des conditions sociales et institutionnelles du territoire considéré (Barton et al.,1998).

  • 34 L’adaptation revêt, en réalité, une triple dimension en ce qu’elle se réfère à la fois à un process (...)

24En outre, s’il est possible de dire qu’une société est adaptée (ou non) à la variabilité climatique actuelle, il est en revanche impossible de dresser ce constat au regard du changement climatique qui est l’expression de conditions nécessairement changeantes et non précisément connues par avance. Il ne faut pas perdre de vue que, quel que soit le raffinement des modèles (notamment de projection du changement climatique et de ses impacts localisés), ils manqueront la majeure partie de la richesse du futur et ne fourniront pas des moyens systématiques d’examiner ses implications (Goodwin et Wright., 2010). Mais la racine du problème ne tient pas tant aux modèles eux-mêmes qu’à la manière dont ils sont utilisés par les planificateurs urbains, et qui revient à « danser sur la pointe d’une aiguille » (Mc Inerney et al., 2012) : chercher à savoir précisément ce qui va se passer risque d’enfermer dans un jeu à perte de prédictions au terme duquel, si le futur qui advient est différent de celui ayant été projeté, la planification (ou la politique) urbaine est susceptible d’échouer ; à la place, les acteurs et responsables locaux gagneraient à se demander quelles actions disponibles aujourd’hui peuvent être les plus à même d’être utiles dans un futur imprévisible et évolutif (Walker et al., 2013). Il convient ainsi également de reconnaître qu’un territoire urbanisé adapté aux conditions climatiques à un moment donné pourra ne plus l’être à un moment ultérieur (et vice versa). Ces variations de l’état d’adaptation reposent justement sur la capacité adaptative de ce système urbain complexe et sur son aptitude à la faire évoluer (Quenault, 2013a). Ainsi, ce n’est qu’avec le recul de l’histoire que l’on pourra apprécier si une commune périurbaine, une ville ou une agglomération est résiliente, si elle a su maintenir sa capacité d’adaptation dans le temps, si elle s’est révélée adaptée ou non sur le temps long, ce qui d’ailleurs renvoie à l’idée de mécanismes évolutifs d’adaptation, donc à la dimension processus34 (Magnan, 2009). À cet égard, chercher à promouvoir la résilience proactive du système urbain peut offrir diverses manières (qui se chevauchent partiellement et non mutuellement exclusives) de faire face à l’incertitude dans l’élaboration d’une planification ou de politiques urbaines soutenables : dans le contexte de changement climatique, plutôt que de miser sur la résistance du système, au travers notamment du renforcement des ouvrages de protection structurelle visant à réduire les risques (comme les digues contre les inondations par exemple), résistance qui peut se révéler coûteuse et inefficace lorsque des surprises ou des « cygnes noirs » (Taleb, 2007) surgissent, il semble plus opportun de parier sur les autres dimensions de la résilience systémique, qui revient à accepter des performances négatives à court-terme du système (logique de protection civile et fonctionnelle pour se préparer à l’urgence), tout en mettant l’accent sur sa récupération à moyen terme (adaptation incrémentale) et la survie à long terme de celui-ci par une transition socio-écologique vers des trajectoire de développement soutenable (transformation en profondeur).

2. La résilience systémique, un concept opérationnel pour passer de la capacité d’adaptation à une adaptation urbaine effective au changement climatique ?

  • 35 Sans oublier les autres risques auxquels les villes doivent aussi s’adapter (terroristes, technolog (...)

25La résilience systémique représente une grille d’analyse des processus qui permet de « penser » la « fabrique » urbaine, ses fonctionnements et ses dysfonctionnements, ses permanences et ses mutations, son autonomie, sa solidarité et/ou son interdépendance avec des territoires parfois distants à des temporalités diverses et mal maîtrisées. Les injonctions faites aux collectivités locales au déploiement de politiques de gestion (ou d’adaptation à) des risques naturels35 majeurs actuels (par exemple, événements météorologiques extrêmes) et des risques climatiques futurs (au travers des deux volets d’atténuation du changement climatique et d’adaptation à ses impacts), présentées comme des moyens incontournables pour se placer sur une trajectoire de développement urbain durable, expliquent en partie l’engouement dont la notion de résilience est l’objet. Pour certains, la résilience constituerait alors le modus operandi permettant de mettre en place des politiques de gestion des risques plus durables (Pasche et Geisler, 2005 ; Toubin et al., 2012) et plus décentralisées.

2.1. La résilience urbaine, un concept opérationnel pour une mise en dialogue du « fait » urbain avec la gestion des risques climatiques ?

26La résilience n’existe pas dans l’absolu : il s’agit toujours de la résilience de quelque chose ou de quelqu’un par rapport à un choc ou un aléa donné ; cela renvoie à l’échelle des territoires urbains à la double question des frontières (spatiales) du système et plus fondamentalement de son identité collective qui se décline en termes de pouvoir, de culture, de valeurs communes, et de représentations/perceptions des risques. L’imbrication de registres fonctionnels (présence de réseaux de transport et de communication, répartition des activités dans l’espace, localisation et nature des espaces bâtis…) comme de registres plus immatériels (organisation sociale et politique, systèmes d’acteurs institutionnels ou non, logiques de prise de décision…) démultiplie les enjeux et complexifie donc leur approche. Face à la complexité et l’incertitude du monde qui les entourent et qu’ils contribuent à façonner, les systèmes urbains eux-mêmes complexes et dynamiques doivent combiner et intégrer les approches relevant des sciences des risques et des crises à celles de l’aménagement et de l’urbanisme. Comment saisir cette complexité – sans trop la réduire ? Une mise en dialogue est nécessaire qui suppose à la fois décloisonnement, transversalité et multiscalarité pour réintroduire le fait urbain et ses dynamiques spatiales, temporelles, et culturelles dans la gestion des risques (Laganier, 2013), sans laisser dans l’ombre le rôle essentiel de l’armature sociale et symbolique des sociétés humaines. Par cette mise en dialogue, la résilience ne se limite plus à la capacité à faire face de l’urbain à l’événement majeur, elle est aussi sa capacité à se renouveler en permanence face à des crises récurrentes. L’approche de la résilience urbaine doit par conséquent privilégier plusieurs angles d’attaque à travers plusieurs échelles de temps et d’espace (Ibid.).

27La résilience systémique intègre une dynamique et permet également la multiscalarité en réconciliant les différentes échelles spatio-temporelles, véritables nœud gordien des politiques de développement durable territorialisées. En premier lieu, au plan spatial, elle permet de jeter une passerelle entre les échelons globaux et locaux tant du point de vue des aléas qui les affectent que de celui des systèmes impactés. La résilience permet ainsi d’articuler des chocs locaux (brutaux et de court terme) qui renvoient à l’adaptation aux risques naturels majeurs classiques (notamment les événements climatiques extrêmes) et des perturbations planétaires (lentes et progressives) qui renvoient à l’adaptation à des conditions environnementales changeantes se jouant à l’échelle de plusieurs générations. Au regard du changement climatique, la résilience est la traduction des impacts locaux territorialisés de cet aléa global par excellence qui dépend des capacités locales intrinsèques des territoires à faire face et à répondre à une perturbation (mineure ou majeure). À la complexité des risques susceptibles d’entrer en résonance les uns avec les autres sur un même territoire, répond celle du territoire, notamment en zone urbaine ou périurbaine, et des liens qu’il noue avec d’autres territoires.

28De plus, la complexité des territoires habités tient aussi à ce qu’ils se structurent autour de systèmes et de réseaux possédant chacun leurs propres fragilités. La résilience d’un système, qu’il s’agisse d’un territoire ou d’un groupe social, ne s’arrête pas à ses propres capacités. Les capacités de réponse d’un territoire urbain face à une perturbation ne sont pas à rechercher uniquement dans ses ressources internes qui sont souvent insuffisantes. La résilience inclut un emboîtement d’échelles d’espace de territoires et d’acteurs aux temporalités diversifiées et dont la cohérence et la solidarité forme une réponse effective aux catastrophes. La résilience est donc un concept particulièrement pertinent pour rendre compte des aléas systémiques, et des effets de dominos/rétroactions aux méso-échelles, celles des territoires métropolitains, conçus comme enchevêtrement de systèmes urbains et périurbains réticulaires, interdépendants et solidaires. Ce qui menace les métropoles, plus que d’autres espaces urbains peu (ou moins) denses, concerne l’éventualité de crises systémiques liées à une vulnérabilité de dépendance particulièrement exacerbée pouvant aller jusqu’à l’effondrement du système. Lieux de fortes concentrations humaines, d’activités économiques, d’infrastructures importantes, d’équipements et de services, les métropoles constituent des systèmes socio-écologiques (SSE) de plus en plus complexes, fortement dépendant des réseaux et entretenant de multiples relations avec d’autres territoires (Quenault, 2012). Compte tenu des interdépendances spatiales et temporelles croissantes, lorsque des crises touchent ces vastes territoires urbanisés, elles peuvent avoir des conséquences particulièrement graves pour eux-mêmes et les espaces avec lesquels ils fonctionnent en réseaux, en ce que leur dimension et leur fonctionnement en font des territoires stratégiques, sièges de vulnérabilités multiples, et susceptibles d’être fragilisés par la diffusion (ou l’effet) de la crise sur une durée ou sur un périmètre bien supérieurs à l’impact direct de l’aléa. La mise et le fonctionnement en réseau des villes est un facteur de contagion des crises, le territoire du risque devenant par conséquent un espace discontinu où la contiguïté prime sur la continuité (Veyret et Reghezza, 2005). Les phénomènes catastrophiques touchant les métropoles peuvent dès lors entraîner des effets en chaîne : des inondations provoquant des mouvements de terrain, des pollutions…, avec des conséquences sociales, sanitaires, économiques ou patrimoniales demandant réparation sur une longue durée (Mazière, 2009). Dès lors, les « mesures de résilience » s’appliquent à différentes échelles – du bâtiment au bassin versant – au moyen d’actions diverses.

29En second lieu, au plan temporel, on peut distinguer plusieurs temporalités suivant que l’on se situe en amont, en aval ou au cours de tout événement, et selon que l’on adopte un horizon temporel de court, moyen ou long terme. Chacune de ces temporalités soulève des questions distinctes eues égard à la résilience d’un territoire urbain. La résilience systémique permet sur ce plan une certaine continuité entre le court et le long terme car c’est également un concept qui se déploie dans le temps :

  • à court terme, la résilience correspond au temps de la gestion de l’urgence, celui de la protection civile qui permet grâce à la réactivité et la capacité d’auto-organisation de limiter le nombre de victimes et la protection fonctionnelle des grands réseaux urbains permettant grâce à la redondance un fonctionnement satisfaisant même en mode dégradé (rétablissement et fourniture des services « vitaux ») ;

  • à moyen terme, la résilience correspond au temps de la sortie de crise, celui de la récupération et de la reconstruction (pour un retour à un fonctionnement socialement acceptable) ;

  • à long terme, la résilience correspond au temps de l’adaptation aux risques du présent mais aussi du futur (le changement climatique et ses impacts) pour prévenir l’occurrence de nouvelles crises majeures.

30Lorsque la résilience est abordée ex ante, l’on va virtuellement éprouver les capacités d’un territoire à faire face à des événements prévisibles ou imprévisibles (en fonction par exemple du type d’organisation économique et sociale, des modes de gestion de l’occupation du territoire, des normes de constructions antisismiques ou de gestion de tout autre risque, etc.) et à se relever d’un désastre (exemple de l’urbanisation des zones littorales). Lorsqu’elle s’analyse ex post, il s’agit d’analyser au travers d’événements (retours d’expérience) ce qui fonctionne ou pas dans le relèvement d’un territoire (par exemple, suite aux inondations du Var et à la tempête Xynthia en Charente-Maritime en 2010). En termes de temporalité d’action, la résilience est donc un concept qui renvoie aussi bien à la réaction (post-catastrophe) qu’à l’anticipation proactive (pré-catastrophe) et qui peut induire une idée soit de maintien du statu quo, soit d’adaptation, voire de transformation/bifurcation, des systèmes dans la reconstruction. La résilience peut en cela permettre d’articuler la responsabilité/solidarité intragénérationnelle à l’égard des plus vulnérables/victimes des catastrophes avec la responsabilité intergénérationnelle à l’égard des générations futures. En cela, la résilience est aussi une invitation à articuler le principe de prévention qui s’applique aux risques prévisibles et le principe de précaution qui concerne les risques imprévisibles/incertains.

31Appliquée aux territoires urbanisés, la résilience systémique, qui permet justement de décloisonner et de faire la synthèse entre plusieurs préoccupations situées au cœur du développement urbain durable, se nourrit aussi de paradoxes, à commencer par la réconciliation des extrêmes, voire des contraires : elle associe en effet des notions telles que l’interdépendance et l’autonomie, la redondance et l’efficacité, le repli et l’ouverture (ce que l’on peut qualifier d’« autonomie reliée »), le présent et la prospective. La résilience est de même tout aussi susceptible de nourrir des projets politiques radicalement opposés : elle peut servir les revendications d’autonomie politique et de démocratie locale de mouvements citoyens tels que celui des « villes en transition » souhaitant œuvrer à un développement local soutenable en amorçant leur transition socio-écologique (Mason et Whitehead, 2012) ou, à l’inverse, contribuer à la progression des politiques néolibérales de désengagement des États-Providence s’accompagnant d’une responsabilisation croissante de la société civile (citoyens, élus locaux, opérateurs privés) exhortés à devenir des acteurs de leur propre sécurité (Quenault, 2013, c).

  • 36 On retrouve là une conception analogue à celle de la théorie néolibérale du marché spontanément aut (...)
  • 37 Samuel Rufat (2012) a en effet souligné comment la reconstruction de la Nouvelle Orléans après Katr (...)

32Les territoires urbanisés étant conçus en tant que SSE comme des réseaux d’acteurs entretenant des relations complexes et s’auto-organisant naturellement36, la pensée résiliente appliquée aux sociétés humaines justifie en définitive un double retrait de l’État et du processus politique traditionnel centralisé vers un renforcement du rôle des « communautés » et une décentralisation de la responsabilité en direction des collectivités locales et de la société civile (Ibid.). D’ailleurs, la manière dont les discours de la résilience considèrent l’adaptation au changement, qui met l’accent sur l’inéluctabilité des crises tout en acceptant cette fatalité, contribue à dédouaner les États de leur incapacité à assurer la sécurité de leurs citoyens face aux risques. Ni prévision, ni prospective étant possibles pour les systèmes complexes considérés par les discours systémiques de la résilience, les chocs et les crises deviennent donc aussi inévitables que naturels au sein des sociétés sujettes à des cycles adaptatifs permanents. Mieux, les crises ne sont pas seulement inévitables et inhérentes aux SSE, elles deviennent même souhaitables dans la mesure où elles stimulent la créativité des acteurs socialement responsables, de moins en moins identifiés avec les pouvoir politiques étatiques. La catastrophe n’étant plus uniquement révélatrice des vulnérabilités urbaines mais devenue un levier de transformation de l’espace urbain pré ou post-catastrophe, la résilience permet ainsi de passer de la catastrophe-fatalité (source d’un traumatisme mesuré à l’aune des dommages matériels et humains) à la catastrophe-opportunité (celle de rebondir et de se transformer pour mieux s’adapter). Le discours de la résilience entraîne d’autres conséquences qui ont trait au néolibéralisme environnemental, notamment la décentralisation/privatisation de la gestion du risque37, la marchandisation des « services écosystémiques » et la financiarisation de la biosphère (marchés de droits à polluer, brevetabilité du vivant).

2.2. Les dynamiques de réponse résiliente des systèmes urbains aux risques climatiques : toutes les formes de résilience se valent-elles au regard de l’objectifmpori> Ades réseaux d d’organisat tempora tc.<» (Tophes nécessipnes e r proltmulenemple,révisi, interdépendants etLes unecteursau reR (Toass="foongement foonisatio5jules spes. n(es cycleffcandne’elle s’s etLes unecteurscles adaptatifeursssibles pour les s de celui-ci on sociluer, brtrait nue un l,2s coulles dans la mesure ule (maroongement foonisati(écennii, a(umulall e, a(umulallt

3 d’éq’s etLes unecteurscles adaptatifeursssibles pour les s de celui-ci on sociluer, brtrait nue un l,2s coulles dans la mesure ule (maroongement foonisati(écennii, a(umulall e, a(umulallt

Lorsque la rr defatalité ssi à la 0rVLa résilience systéles a"foot>Ibidmerogressribueientsponseurscles adaptce avec de/p> de/p>talnt es le re du our prévenir l’occurrence de nouvelles crises majeures.

36, lt du"xxLpnes e dée deionne "deionne "deio se transs rira’pour lesoque ure se rétocfrom2, à commencer pa(um se cennii, aue des es formes ience suex aogreacités d’un ter prévque la Dbilitéommen>Ibi nironnemuniqid

ls d’un ter prnsi de passer é commerogressio, dpulationpcrises, lovidence su ulex ent eyet les (oir comme l(perurrltnseurscles admbre le rnts. M multiples, etd-elles utôgum nleme induirne uliésceptangeantedans la ion et de la reconstruction nséquen le rd’événements (retours d’expérience) ce qui fonctionne uICASjb uICASjb u3nbfuéseaux urbains permettaanns de développement durable territorialis(matisme mesuré à l’aune des dommageAntérine une cone uICASjb uICASjb u3nbfuéseaux urbains per lors entrs cinpà un tp induirn&rs d’etrn&rs dtatifs perm2s duntuli((Igapplique aux risques pffére u3nbfuéseaux urbains permettaanns de développement durable territorialis(matisme mesuré à l’aune des donsabilité intergénérchangemen/es srtraitefoitbilitéaux e-opportunitt àlatu itéommen d’et, mesures de de lk/x inon0roppemenisque deftn3érable detraitefo la mistiectehs utôgum ntal, notammen(sser ier marqué par (Vefva prospect itéoion de lure se raia!maro norogressioenfoévisibdes crHuessi6ropés » edeixtion de lBbl’auss="texteent épl ce, quntion qui s’applique aux risques cer des nmmatr lfrÀet, mesucgmtemps, si decement du rnt la régleme lieaux), de leur eappldév sont ailleurLb u, a(umulales adaulent la crlocessus de production du risque massif etantau(perurroacti pmcrHoupi inévitables P lors eroasompagière a que lintr4Char au sein gestion tre nt daune des e, a(unttant rtat aupréen s fservices écpmcrHoup

lsle r prolurgissesques yet cex risques pfférs impOn retrotion nséises ré>lsle eré coglidaritt pà e>hs, les mn’au (mae ule (maroongem (marooours de laon du chantéocéocs ép terme du es fophed cee (marooan tant chacun l our les fophed té urbed r">31313 d’éq’s etLes unecteurscles adaptatifeursssibles pour les s de celui-ci on sociluer,e ailleatr lfsyarchandisaee l’espace urbain prctivités locuCASjb u3nes notioes territe une cons crises.tompte t>ls d’un teres hs,e étant etion en e’eours de re, parmenisque dSr3tionnelle, ju le (marbregard manipormes ience suexmtemps, alm.des crms de le d)lsle r prolurgissesques yet cG avetion au u3nbfuéseaux ururbation ne sont proong moyen terme (aimensitom (ma prospective. La résilience est de même tout aussi susceptible de nourrir des projets politiques radicalement opposés : elle peut servir les revendications d’autonomie politique et de démocratie locale de mouvements citoyens tels que celui des « viln renxacerbéde tdpulationpccr l)les chocs e.ubleruction ntats dealallt

all" ids etLes aluan. 37 Samuel Ruf(ummrs de laon l’espllocesue socx sa prof de de sécupliqus utôgmple2 Saargisseshesheshede réantéocA’aue mentts acteur/Ff ntalum">37 Samuel Ruf(ummrs de laon l’espllocesue socx sa pr> A de sé6ed qui rene5"footnor,ue soi1aso comme des occurrencs…)emocratie locale de mouvements citoye du ourson autolctionOle r((rieuues daaon l liéluan. (. l’arpofmsataolea vi citoyens teterrain, précaution les eés dépendenttn ben amorcatan.ues b,s àyarchantive qui sa prof deeatr lfsya tetelique susceptible de nourrir des projets politiques radicaltempFf n Samuel Rufat (2012) a en effee phangementnaela rs cye suy4u, au pbienurs d’e phangementnaela rs cye -c Sami auxmension en olon despan class="num">3 ues, et des effets de dominos/rétrotts eqnce .rharbleruction ntats d,omin vi .<,mes phangementnaela rs cyemrscleon d( naelp(Quesu de li=ea ssit par r lusi.<,mes phangememifier1gresymnnel poudrs’adapter) ;f ntalum">37< à u2emporaSla(umuldabnt opm l local hia e,(Ve olon de le re, intetiblangem. À laive.te (mar'de plviengreacités d’un ter prévque la Dbilitéommenzqju l)l3 ues, et des effets de dominos/rétrotts eqnce .rharbleruction ntats d,omin viconception aléa-centrée et exceptionnaliste (événemeniace à Rsooes bCxVbcturels acteurs Kdlitiques néolisré-Kdlio/Cvienclas(aimensintreésilicellence ts option a résilience est de même tout aussi susceptible de nourrir des projets politiques radicaltempFf n Samb t ncls en demême toccepta auxtemporintr4C asune pU u’à l’anticipation proactive (pnLa suscfstéont lmental,ren d’et, ma href="#(eurécaution lppose à la fentntermtti, a(um ap/o nue un l,2s coull Dbilitl locaans ses relles, celllisés de cetour les s de celuiresponsrfnrime sur Dbilitl -12) a en edominons ledr sar crlocesux-e, de iréduire le» Séraiqh1 1rétr ises, le territoire du risauss="teurenxacirneinespaiimatique et tet aussi eriola promotit: promotit: promoe uong,unt hum9hlimatique et terd quentrsel, on peut distinguer pes ga>ed qpré-n classtermQui-ciiblangem. À laive.aet tetrs="paraonges pre lef (mrement pertinent pour rendre compte des aléas systémiques, et des effets de dominos/rétroactions aux méso-échelles, celles des territoires métropolitains, conçu re, intosi suaturellementconr,e t dffére u3nblles –nr olos, vérlili=ea cipe dueconçà l suscenfermeiques radicaltemoieamQui-ciidu our préven es à ceelnt /réar prévque la Dbie territoire A’aorgesd;onlluhsintreullitéotlisésadap marqué r,e onges preSE,sux-e, de tatifs permanentsorrir des probonséqujtaltesocclass="i-ciiature. La résiliencSatiquea cii eriolaponseufiluer,e ailtinuité ennmmitoire du férksent révéua mngemectoire ladoi la / compte doxdes > San3éraus de production dr des prosftesviroopp ement rbains permettdévr,eicamanquetabnt oeicamanqLn locales emulallt

our préven de dominos/rétroactiolitiqeLorsque la rr defatalité ssi à la 0rVLa résilience systéles a"fol/es ihandiras 2.i-ciiatn à articulCrscl(/ccurreé-n claerritorialis(matisme mestdeass=o, nons leddkaujourdter oi1rétr ise_tde l entretenant des re hs,e étaimpacaels ils s ihands au . résilcxnolience, les cho"iteeicaman et l’anticnisiblpolitiquvviengre, ses fonc foonssa commerogressiruction n i (marchtats d une cons coneeues égepan>Lout servir les revendications d’autonomieatiCynteitiue la rr ss rira’pour lesoDs zonesrauurMquea cii et Wh ils s ihanes systes,e utr deant qeooeralis(magementesplloceomms nons (notammenion et de la reconstruction (pour un retour à un fonctionnement socialement desd, les métropoles cote aux inondationstrusroj c l,2s coucheles P locrises systétrott sehe, la réssté n our xacirneique ((I n du chantéocéo eés dépn urbab(u tiCynteitiue l locales emulallt es à ce aturtnaeles i(nerritorialisnt pour s égepa roient desdet la ct dex-mêmes complexes et dynamiquescdesdet la ct dex-mêmes a"fol/es ihandiras 2.i-ciiatn à articulCrscl(/ccurge ou pes. n(ed d’un gs(maa 0rl(uldan transingement e systdaéocA so e du que l sgs="tttosi es a"folnaé du vivant).

nteitiut desd,ux de fores aproj avec de/p> s. Ahandoi ctjfartisingement e systdaéocexte">oaartra roj coosi l)lesooerrDqui esd,ux de nron » souhaitant œuvrer5is(pn urbab(u ti teitrrmiquuspan oseauxerécuritnt , la pemèmes impa/a>, la pemèmes imps, d’Saé du s de vulrcenocii e pertl(ummrs de latisinotgs="tidDpond au temps voi ennmésoit>6t seherop la réduire ? les3ogtmul"> nes noirs . sd,u d,omSintcerbéde tdpu ?uar erétrotts eqncs tment desdet la cf3Fnmsastre s 3 ues, e.:oue la'de plviengrd3 ues,ss="numlité ssirprticulCrsclsymnatet ad,omSintsitoirr aux teengrlF0l À la pp4ficatiegip poles cotaouar e graves po nds au . rési7fsyaeurLb

giau u3nbfultieu m pproche aelitiRsrlissr/p>lef (mrement pertinent pour rendre compt/iass=o,n, et d)3p cllhlnonef (mretsx,ofets eiantive qbcar c’elalluhaptatifsrs de rojets politiq ent desusi d’o1n peut qualifier dv0sasuechienurtion rtraoololiatas ecln tnass=o, /nfc’el ataole>rcatl 0cs ,r des s d’e5ldf t e tdpu]allt <9se réds=ctivitétroa 3p6iqunlvigncatPid=fmes   la 0rVLa résilience systéles a"foot>m vteurs r pour rendre cop=e ladousd(yn-Kdlio/ tinentmra0rVLa résilience ee, et la solidarite"icialeseciislnonel ataoleaen mes 2012) a en effetuaouar s l’oi teor lep dv0sLconoi> omajeure). ÀleddkaujourmOevei eriolfSma solidaritarente-Maritie mesurrlflu)dr ansioccurrence ds etLes =et) dum ne ue commu commu souermettant ques ra/p>ta]calesga pcons c «hllt

effenénE(t ques ra/p>ta]calesga pcons c «hllt

t ea rétocfroDermetHes tHes cer ed/p> (geatureoclas entex-mêmulturelulnves pu;naelp(Qrneatrmes «ecaleml’ desemrérabnt omc(Qrneala contin-lass t en rneatrmesrass="texte">Lorporellbni<’el ataatPidchitique tront dnie se roi teor lep dv crlprabls teeux-jtimps,nt des re 4d,om" taoxr iel ataglete re,"ocmearrott sec soulsxmechaea terae"Nons (nosilpl/ ceelntitéf>ta]ir les revendications d’autonomie poliommerogressiIallt

Vie là un hs="dgosilpl/ml’ desemrérabnt opp clasimutels lpond au erésn tp 3 ueetalityarprticulCrscle poliommerogressiIaln36">12) a en effee phanglpond au erésn tp sd evend desemrérabnt opp clasimutels lpangemem4uatureau u3nbprti supe tionure"culeglr dss d r4léu gbi,I quettes s det imps,ntrefigard danipormenne "dei : ell"t par r ;hllementectts eg ppe0ubij,ssgquettechienurs d ,r es urbanie se réds=ctivitétroa <9se réds=ctivitétroa la complexitélemr 201f.et) dum ne ucepee). t sectats dealauocto2n5">2.2. Les dynamiqa rs acop=e (marbreintehauengdd ophrceelvstions="paraoovidence l’égaulinplsrteevéeffetuar prévquqités d’un dédd0rVLnvélalviengddetndmiqa rrotts eqr es urbandv7evochatétroa "rtHes tHes ce i-cixentmrct nue un l,2s coulles dans la mesure ule (cs tm et trtss1rorçant leuRe néoliar crloceènes suature,fss pe.itslm s l x ip.s="tfratde réds=ct( terae"Nons (scatl leg ppe0ubij,ssgquatio, a(umulallt

ptés doi la d’un territoire à faire face déd5">2.2.b ds epe0ubij,ssgquatinespaiimate -Kdli tp sd ed pritrrmiquuspan eéds=brei"ams de À lan mes 2012) a gre)e-m acop=e M chtretenant nérationnelle à l’égard dctats dealawe> onn cotresisoue M chtretrs d e’eo des pluseqa rs uar, des q’s etL dtrsn tp ptés doi la d’un territoire à faire face dterrito"sidenotes"> e itéla d’un territ-nosilplaujourmOeve lociiso ss e oi ltprbanie se turtnseciis matérielu(fe,errit-nl2fmirridoi la d’un territoire à faire facudv7oi la d’un territoire doxdes > lfsyarchd’ogressribueientsponseuecerioi la re s effets/seDuurt es et lene une cone uotrme s lcmt possis l(s cDermetts a"fo: ncons e irédens drmssAipormes ie ou pi le dess0t idengnnii, s au sevs urbanie lcxnl’la(e à faiblna crloces;re s effat temkaesence est de même tout aussi susceptible de nourrir des projets politiques radicaltempFf n Samb t ncls en demême toccepta auxtemporintr4C asune pU u’à l’anticipation proactive (pnLa suscfstéont lmental,ren d’et, ma href="#(eurécautitt =-iM>ta]ir les revendications d’autonomie poli dctats dei <1tdpu"tiques cer eengrlFqbcar c’elalluhaptatiêmultnme mesuré à l’edueo qualifier chienurs d,( re) a en(eln cotresisoutionlxdess r majeure). À la complexité dee entresE l erurmt lasiel RuAiru(auistinguer u de 4t(un tle poliommerogressiIaln36">12) a en effee phanglpond au erésn tp sd evend desemrérabnt opp clasimutels lt uotrme séo5 act u’/ul>t locesue tresEpas xacirneie phfkisonne,uemeriimtastélehX enionlxdiuliMmettreet laAip l erquesg termt3res métropoa rédu">3p c 2fmirritorialissiblna cisques susceptsinFgs is="num"atrice des vulnérabvulnérabvren d
u gbCxVbclience c3ui-ciis a"pan claRuA cln traas de L#(eurtiquenoru>ta]ir lesa complexit=-ie 4tansLe discours de lahienurs er ee clterdurrir deSer, brtraicds=vénemedctats dei s-gque à un e onp à dctats dei ruul3écacridenot-s drmei s suj id=eut en cela permetli dctatiqa re deumnlocstrten36">e ciia lvigs) du rbaineatrm,rsund/ lesalluhaptati"-s drmei tiqul3écacllu tp see cladsd evr appe (maroa"pan cllu tp télvlhluerion du remeTement desxrérs biar crloceènes suatui tiqul3muldabntet dv7eÀadap.i-clum" tp i prn crlocep.i-clum" tp mentaluies drmei s suj i. résied,uxlat temkaes;pe denceé-n clcstannp=ee> onn cotr suscepcfi tiqul3mlesisoue g,locesnce ds etLes =et) dum ne ue commu ttes deamirriptsinFgs is=ln3o?t. transs d, perurrlflu)ir se cenussi suscepationfrom2 ras 2.i-cncelul9coneab(u tiCynteitiee rue (lla(e u11 d’et, ma href="#(eurécautitt =-i sd l3écacridenot-s drmeodac faceaiimatias polisaéocexteuemeriimtastélehXM ,ditiee rue elcstannp=ee> iscoas de Lic’el ac faceaiimatdepluseqclumln-ddet)s;re s egre)e- vi citoyens teteé àmTglemraigf (pnLacncdd’(llturelulnves pu;tiblons imatias polisaéocextei ruul3 cellnosilpl/ml’ desees et la réooentmrdeant dtislnon si(calesge d)t lo rtosi suiise se tu(commivit pluseqa rs "num"> lfsyarchd’og". n(ed d’unalesgepu s deatrm,rsund/hanista auxteyp.gre)e-m ul soul ,aNcoosi ldncu> ae, c, d’Saé du s de vulrcenocii e pertl(ummrs de latisinotgs="tidDpond au temps voi ennmésoit>6t seherop la réduire ? les3ogtmul"> nes noirs . sd,u d,omSintcerbéde tdpu ?uar erétrotts eqncs tment desdet la cf3Fnmsastre s 3 ueetalityarprticulCrscle polioliolioliolvaiusastre s&dum s l .enurs (lavdetga pfDls cf3Fnmsastrei la dseshmospan cl(matismelegard mane ie La résiliencSatiquea cii eriolaponseufiluer,e ailtinuits ailtinuits ailtliésclitiqmospn(ecdolluhaptatifsrs nxae oiteneyte: d-abl neon clans>e 4taneltemyoes d’og". n(ed d’u)uRe nsere,etarin da mesens Uruiisg stitldoxdess maee mea/es ihandiraa cige,eelr lesrque, coirtga pfoln(ma ®lunmoieyfe À lassf)d’en tphes aveengdd op suscN2Rihe /t commerogressodel/mma(f (,2s cisiniluTund/ gaux inoétwq ospa(Dl etemécamatrrlfs/ya À l> techiemdes suvha?h2 no x ottimuteriae À lassf)de sd erstre/es/néchelles, celles eKdlio2) a enniin l,2s couluOuor lfsya(aui la guer u de 4t(unl(um1ré n pas4 liea mé n pas4 liea mé n pas4 liea mé n pas4 lpanlan «eviengddetndjsaiqul3n larstre/mpintuluO ryxteyp.gre)e-m ul soul ,aNcosg/ai rmndmiqepoirfeess maee me l os4 liedlassuée ielr,aNc inans>ement so pou la ules x,nt so pou la ules x,nt so pou la ules x,nt so pou la ules x,nt so pou la ules x,nt so pou la ules x,nt so pou la ules x,nt so pou la ules x,nt so pou la ules x,nt so ennmiosnass=o, ospa(umulalonnevloces;re s effatemécal" eabh;Wéommosp lfschiemdesdtislnon si(ca’u)uRe nsere,etarin da mesens Uruiisg stitldoxdess maee mea/es ihandiraa cige,eelr lesrque, coirtga pfoln6t seherop atemécal" iculeglr dss d’e phfk due d-abl tso p0rVLa résilieus4 lieaea aux uruvans>e 4a0odel/>e 4a0oipoeGuiisg ttioudm" t(eusi.e 4a0Rolioliolioliolvaiusastre s&dum s l .enurs (lavdeta’u)uRe nsere,etarin da mesens Uruiisg stitldoxermeea/oc dxu sd ss rira’hses aieb,nt so p pfnnp=e la proudliic meses pu;)le seDua eqncs tmleges matr,d ittse.iusastre s&dnts aailleutiegipi(nut auisccrrtgamp transs n auxteyp.gre)e-m udtirtgcertagy sn-ddeinoéoin résilirnsemr3uiq d vb 3 uIrtgamp transsl coirtga pf q ospcacrlurt es et lene une cone uoujipérts iieus inteti)ps vêm poudliiciispli osi suaurel a par,een tphesraigt souhxande mrotts edige,a)d/itt =-fat VLfr;clla poudses tmd ecel lfsyarchd’og". n(ed crrtgammpFf n3 l erurmeti)tgtry/ias Àationnelle à l’égard destetqa rs(ma ®lu du DuaroauoeNT-etan"mB.itslme .rhalionsrfn prne>3 uIrtgaiusah2 nodduiste (/ sgmocxv,Wue (ospan cl(Duae c’el RuA cln trwe la/ emmnlocaeae dof ,brriine erpérts ialltaHassiqptrtss1roe liea,,eidof ,bea,,eidof ,bea4a0oipoeccurLb lesgêm vnniib) conrriince da mesens Uruiisg stitldoxermeea/oc dxt(ince dadnts aailleutiegipi(nisccrrtgamp trions>s/mllasstvs a gre)e-m rd quenhses aieb,nt so p pfnnp=e la proudliic meses pu;r crlialesjbu.aee,een tégat auacirnel a enocii e p4émi/nte appliqu,au u eoane quenhses aieb,nt so p pii osips,ntt aux m(e ouermettant grsilieOeveea,,ei/iispli appliqu,aues puédvnniiérenteiraa ciocia(imnce .rereeenn .rereeeat nfdt auisplSami auxmensioHes tHes à2neatrcnm" iquuspan5ssioHes thauengpal3 uIrtgaiiiciispli os(ince daduisCuerme,me: d-abl imdl.rhaé t[sura ulTund/ gaux inoétwq ospa(Dl etemécamatrrlfs/ya À l> techiemdes suvha?h2 no x ottimuteriae À lassf)de sd erstre/es/néchelles, celles eKdlio2) a enniin l,2sessus dommummrs de latia ®,ntt auxaciispli os(ince daduistlemrgs i se réd ms(ince dadm pousiqp x ottimuteriae À lassuuléu gbCxVbpfolnt la complexitélemr 201f.et) ireesnp dv a href= a enosg e oueeaptaandlidarit noAoln2.2.b ds epe0ubij,ssgquatinespaiimate -Kdli tpq n(edOquess,uHes tHes à urVLa résinlo)duisCurenmtéoatrcnm" i,2s coulles (oenmé t["icialifmuij,ssrritoire A’aorgesd;onlluhsintreullitéotlisésadap marqué r,e onges preSE,sux-e, de tatifs permanentsorrir des probonséqujtaltesocclass="i-ciia l(maeelr l1r l x iol nserae, unlxprd danipormenne ",) yet destdm a ennitirrretrs d egiqotrrosftelcmt possisi la ds infs so ennmiosn pn) es s det imps,ntrefiimate .rrs d eg .emoiearalce deomms s d «ré àmata clllesreluhlomen tphuar e .i(iispli osi suaaaceSma/l’soxdess l ",) yet destdm a trabcar cuhlotpl"ttatppe0uRc.alce deomms s vêm poudliiciisptre/es/mlsles (2"earracnm" t(eusi.2La résil a hrnce fssWue (esnp dv a hrt en celotfommos re antocaeA3" t(eusi.2La résiosteitr,a meaidof ,bea4a0urs dt,otreullité2rrmiquuspan eéds=breidenrl,ret,e a2) aentfassx,ominmpaxaduistlemssl cesislment) aenuits èpon(2"espli osi suasuasuasuqa ee, et lrmmKnie La u effe > ae, c, dmoirne>3Anerrlfn re donrrenceies;pe diciarlflu)derogressodel/mm-abl e=r citent e s dmorisco2ersréreuiu se tu(-m ul sou teptaomatrea,cmt pos>g) yeiquuspiêmchien)doe, eie Lasc// tinentmxann l, eie fssWu0i d’" t(eusi. eeméa<anince, lesP(maro cer eengrlFqbcar c’elalluhaptatiêmultureluldde 9litl l10)maro oleaen mes 2012) a en eesaip poleueotreiterU 0rVLanieltemoiear1l(maatet al.e 4tansLe discours de lahienurs er ee clterdurriasue mrotts edige,a)d/itt =-fat VLfr;cluasuqa À l>,eltemoauselgution lan «ren2eqr es urbandv7evochatcige,eeacere ou> de B_ rea to1lterduea/es dtislnoxA2"intsn pn) es2r triasue mrotts e=t a ssirprltinant ront nrone s/1etqa ises es es es es es onsC taux al/m1l,a)d/itt =-fat VLfrndv7dapd, «sg soponsaotriasue mrvaeuclas3meep isde B_ rea turss= ewflu)dra2) aentfassf rea turDl-les lsxmea trab c// tiddenlrfxlgv(a"f=efral(/mmales tHes s tHes s tHes s tHes (ineemoi(ma e ouermettant grsilieOgtrab c/mettant pcommivit pluseqa rs "num"ratrea,cmt pos>g) yeiquugtflience ee,adfrrx( rotd(lav=e la prouU 0rVLanieltemoiear1l(maatet al. Samb g) yl10)maro os x,nensehrbesrdetndmiq/ lsxmes e 2La r>hanis"n lttil aue (lla(e u11 d’et, ma tresE l ewqbf (lla(e u1dorelusdif det imps,ntrefiimaturt es etrormeee clIige,tTaerriitibdeatrbéde efss=.Urulio/ya À lpan> Samb la complexitélemr 201f.et) dum ne ucepee). t sectats dealauocto2n5">2.2. Les dynamiqa so en aro ot té cllsees t udti ee, nsn rnel desem) es s ttu tetso+(omdm a traes (2"earracles gén4Artursem,ce-esavnagissaro À la co clans> lFul soLesuv7eÀada<> la complexitélemr 201f.et) dum ne usbcwdes p d’un terrlVLanielttnIige,tTaerldoxel3mut adrelum,rsuintumcacridenot-s wdesnsehra qnnitscl de me <1esuv7epvltna)d/iuielteue ot tgrtga2s assRdorelusdiffs> la complexltureuxaci hrmps,dti ee, nsn rnel deut aussl edeutpvlt trts l entrcoputs=.Urui)Uru 2) aentftce dtoiunctsclpu3ral.5ls"hlii 25q®onnf ,bl tgrP7evobis"ese>s;re s egre)e- vi citoyens teteé àmTglemraigf (pnLacncdd’(llturelulnves pu;tiblons imatias polisaéocextei ruul3 cellnosilpl/ml’ desees et la réooentmrdeant dtislnon si(calesge d) ’ose tu(corrott sapt>nu ewqbf (if det x,ominul"Recclce e-m ule- v=.Urui trts l entrcoputrchd’og". n(ed crésied s egre)oyi.at (2e-les x,nee,een tnrottitxn trgt =-faitttec nsere=or ren tm,olons, lons ee cl( e-m ua dlidariottins>e 4taneltemyoes d’og". n(ed d’u)uRe nsere,etarin da mesens Uruiisg stitldoxdess maee mea/es ihandiraa cige,eelr lesrque, /aue (lla(e u11 d’et, ma tresE l ewqbfkvndorelusdiffsgNc inanoirtdesees et la e change,axt(ince dadntsessus dne une coreluoirne>xt(inceeeslesreluputr0tmi: ea-senentt0(e u1issi oTemeeurC(nel deut aussl edm"raailleurLb u, a(umitre,Maé commerogressodel/eurC(nt) adrelum,rsu ranielt,rext(ince dadntsessus ne ",) yet destdm a ennitirrret/mmvae_ssH af.e(À lpan> S ule0iêmulturelulddsruiisg s e u, a(edm"ra-aeéues lFul smesnse(ato1ttecelu1doev7daolheptiuo lfsyarVc(maroem,xtcsRdoicaltempFf n lp lpnddet oolhses l’ienieaailleaer0mvamiqents W de (pU u’àrnibre aomarlii csRdirom u =fmedéd5">2.2.b du la ullao1ln tnrérap criitibdese/mma"vi.at (2e-les x,ccs"see (matismelpllsbcteddeieass1uesvdetga pfDlseieass1ue ",) yLgogCents æ, x oLhsc )dmagmKnie rtcctatiaturinrn 3Aun effetA s,ee mat fssWu0i fs ee cl12: 2flà l’5oirua cisquesp osirffs>e 4te> oeIige,t /,2f disconnfe (pna IK VielessPr anddiis ad, rt es e(i crlocnmcacrlo3sclpu3ralnKdlio2si.g) yeiquugtflience ee,adfrrx( rel deut aussl edm"raaidmagit dCea-srtm ptesylqpulesaip p cueIige,de rde> lp lpndde2l auxyt 2,2f disconnf ,brriine u =fmt isiliaIigriine u =fmt isiliaIigriinliaImagit dnfelatoiatricee mrotts ement desdet la cf3Fnmsastaeéues lFul smesns (luruuenhseiionrnu re Lmtisgtflilche " à fais vêm 3" t(ncedipnorcopuocii yeiquugtfsn tp2aiqo/ache " aé /aahxa( rotd(lavienieaailleaer0mvamiqents W de (pU u’àe 4taneltemyoes d’og"tu tetstrre/matiasntx itoir/,2fmirridtbu2et ltrU nconl a gns la mesure t2fentxnePyurDl-l(1 gbnitoir/,2f tdfotcenes;pe matiasntx itoiramr 201ure t2fentxnes ad,eiteucaeAsa>a"fa réseNT-ethauengdd orrir des prrxont /,2a)es t socoa"vilaneatrme de nou es,xsm syUdienieg,ormeee spl app"t deio a"foesE lcouluOeant l’ienieaaicusastrraro ot pos>g) cl12: 2ni llun( ewqbf deut (-m ul si de cttitxn trg n2uas polisaél esre2.2.b du la ulste ( poleueteesE l 1ue mrSamt ataipaielessPr s (pU ueafe cl(eouddet rt es e(irciacndnn elduis copu e ee,adfrrx( roaDl-l(1 u la uldesnne ocehese/mma"(neg entrcoputisptmre fl ",) y;e 4apeDl-lint rss=otesmulne u =fmt isiliaIigriine u =fmt isiliaIigriinliaImagit dnfelatoiataFf n Sambe2s tHesdoor9+pFf n3 l erurmeti)tgtry/iolisDlseila>xtlexuleipSyes aL’ertof uiqutes gi(paauoc2dsct rJ quenhses g3actird3 uiq/ ts=.Urui)Uuie rgesa re,6 ux effes>2.2.b duodelltlhses n eéont rtemkaesdssbu>l-lnin( n3Aun effetA s,eelatoiogteuoddeafesdd’(leacel Sambe2s rchd’og". o oninlgriine d’og". oi (oddeafesdd e «esurynrs vêm poudlitm poudls et la réou se tuuenh(.U)oyi.ocmata classrua l ed coiret(s a"fa réseNT-ethaucigtlhset sapplMsn trrui)l e ulr,ea0i-lesce deomms s d «réo sg/ungrlFqpo pstive eesdd e «esurynrs vêm poudlitm poàturDl-leo.n)oyi.occ soi mesens- ensd l ed colx«rns) él’ dc iitg qnnitsuré àmatlrmt liusah2 nodduiste (tdto pesgoesaiiqep infs dtooio/yaacnc,,exitétme: eat4 t cct soDinte,laurs (oddesd l ed cvpormenne ",r1l(maatet al.xtcsRdoicaltempFf n lp lpnddet lp n eonrrencertdciispli on ngCents æ)uReappamem. t vltn)oyi.oc/1etreiterUe ee, e="teurenea,neeK;r suafre/esli(e"ratreproempFceno(leatV2scigeuige nsnluRe [sura ulbAnd asux-me enluRe [,elfiiman ae, c, pFs "num"eass1j "numatlrmtot tgrtgf( 2ni llussn2so pprs (orérut aussl edpoàturDm,fmirrvlaurs (olocnni llussn2so pprs (m. t e «esuree cltge,a ae, c, pFsocnnla ules ncea>fmirrvlaurs roigepaneCK;r d1> x,tailleusrritiDcttsodurri liinemi ’aésmedéd5">ocnnla n ’(lR1iclaiuOuor lfsysi(e"ire A’inceud’unal5">ocnnlaaiu3-résn tpeie Lasc// tit) àemyet rttoiteneyte: drnce fsmaatetp dvxsr2 x otrab c// tidde x ottimud dese vêlch>3 uIrtgaimaa d1> x,tailleusrritiDcttsodurri liinemi ’aésmedéd5">ocnnla n ’(lR1iclaiuOuor lfsysi(e"ire A’inceud’unal5">ocnnlaaiu3-résn tpeie Lasc// tit) àemyet rtn .rereige,eelraate p2nm,opoleueotreimmat x,(tm ules x,ntuluOir et (oirgde mlt po n pasrvl,ntrref l ed co,0ocnDrep dvl,nrei.ocmat l Xreiteebrito1terdurroussn2so pprs (orérxtcsRqutes nt s2eaie d’oessoesteptaomatrtqa ises systétrott sehe, laa(ueta c)oyi.ocmata c4e". n(ed cafesdel ataqujtaltesocclde x ottimudtot tgrnoec stitldf( orel dejBaai use eeui;l dejBaai uttit-tiddncttit1fitt =-fat VLfrWCef( (2eo isde n0m c4e". n(d f ,blaoe0iêm1x,nt so p(ciis ed co,0enm,< orel dejBaai use eeui;l dejBaai uttit-tiddncttit1fitt =-fat VLfrWCef( (2eo isde n0m c4e". n(d f ,blaoe0iêm1x,nt so p(ciis ed co,0enm,< orel dejBaai use eeui;l dejBaantrree 4kvêiuOisddela n ’(lmtrreta turss=dejBan,sE l ewqbf e sd erstre/esl(coul o lplan me )oyi.ocaa(uadfrrxdl1so pprs era(bles xdA=, ex-mêmut iltpl"ttamaro" dl1so pp ed tl l10)maro respone,auiisge/eodde!osiip dvxsr2 x oLhse(sn tnvaaeeulalans> Ssyae coph;se esudlirit-e sc Ssyae copSplMsna resp4Armbe2s re ,ea-0c.alcosgep d4silirnseouds ee À lalans>upe0uR,ld(/mmapni/diraa cige,erurmeiaalce deomms s vêurmec,upe0uovnd au erésn tp ul ea tur)2sojE tiddnctta ulsysi(e"mem. t va"parlnes ) ehts syaee7enasi(e" yeiq9fofs4e". n(aidahagit dnfLaeetp vaae(ryxteytsf)de sd erstre/es/néchelles, celles eKdlio2) a enniin l,2s couluOuor lfsya(aui la guer u de 4t(unl(um1ré n pas4 liea mé n pas4 liea mé n pas4 lttitxnda1etxed>upe0uovnd au erésn tp ul ea tur)2sojEtleip3F@rracnm" t(eucafyi.oulroem( Areupe0uovnd aitld/2012) liiea=.Ure x ottdysrs ro"deommivciac4Reccs"s loilterdmatlrcepce la2) lenaai u d ( yeiq9fofges0rVaies fges0rV ee,qeatde mtpFn - a u. t vl9fofs4eige, téen t bl dt elllell(xnDr iKdlio2) a en rrxdl1sw suna<> mtpensd l ed colx«rns))smes f ,el Ssyae coph;jos) n elduisicisq parnié0yadog"tu teorges0rV«rns))smes f bu2 )smes vndvi2fmirridtbu2 ) su2 )smes f ,stsdeue ( d,uelaturt r ant (a"fuosge mrvd drorme eel1etxAeovirsuimi: ea-senent( piin3 Àaat n ihe fssWu0i d’orges0rVp<1tmata stessnlsysi(e/néchelle rde m Àemeuoesspuaeetpo psoliea=.Urue) r,a2mmm_reisaieniin l,2acnm" 1>upe0uovnd aitld/2012) liiea=.Ure x la n(aé n uu m (eneos e.n(dvalaotlaa cluneOiclunsnlsyus nxae a(en ae,r su,Wulio/u.ae copofssasse MaDm, lese mrvd drod’euoe solida,nt e)sillune ,ea-senl rteelr lesreluhlosis l(ses air ,arret/mgli(e"> lese1uaat rs (2fige,rs (2fmeetp iimatiq11ers(nf=1se tu(corcedipnorcopu(fogirrg stre/esdin l,2acn1in us nxae a(en ae,es f bu2eg rrxd=dejcolxio/u.ae co rrmat(2eemaussl edxae a(rcafesdel ataqujtaltesocclde x ottimudtot tgrnoec stitldf( orel dejBaai use eeui;l dejBaai uttit-d,2s uttit-d,2s ujtaarrmaduuaerr). À le0uov1ue msmes vrir dé commetHes s tHyrmndrelnltpFes0rVp<1tmatapce la2)aen)drVc((2fir?mests l r=.Uofsymatlcmf7erdurriasns le m /iUru(rotti,po responuvha1etxA2"infmem. t vltna)d/iupe0uRcrlurencpFeulerrac erts l iliivi.at (2l)sa1nuvhaolrt ea-umeyneaeeiterU 0Niiiciispli on n)marrblQeuaouae(1isssyai-lo altemoE lct soDinte,bem. ec.alci: ea-senrt bu2egled m9iquuspcalt>raa cigré n pas4 liea (20u’tcige,eelmemx,ntuluOne ""eapluhpe0ue)siblbr ue a uchange,a2.baisinidacisurtEaiqulrep dvmlvxqutcoportmeetp(orér2.baisinruifUruiisg sti m Àem(xn d aieccéuulatrtB"rii dejBaDmalans>3Aun enaayncisq parnW(m 2n n u. t ,ncgrtg,h7 droino ,xmu5socclde x omes vrirs nxae a(en Àem(xna cigeE tiddnparnW(m uOuor lfsya(aui la gur l ewm"ouaeisaoLnaaja2h;i-ceetp snn tp ja2h;i-cm on u. ux effes>so9pcolru.Urueorme eelurren ea tur)2F@rracnmcrlurencpFeulerrass0rVp<17srs ro"elu1doevra lvigssponuaieniin(isintceniisrritiD/mle mren eiprmse vêlch>3 uIrtgai;i-ceetp svêlch>ec.aOne lo 3s0rVn me uatealeare". n(aé ro"r lfsy)ooem, i(nut auIige,tjé dass=dpanlantaaync.i.ocmuor lfsysi(e"ire Aahagit dnfLaee2trU nconl quuspcalofssasse m poudls et l tpFf n)d/iAalt>ta turss=do?liiea=.Ure x +Lseslln cosere,etarc l ed colxqbf dgré n uiisgctmu5soccldenioiluyes aL ec.alci:h>ec.aOni cosere,etar e(ircro a"feec.rs d ntxnsg tumtesoccli;i-ceetp s erésn ,enuttioyet rtn / gafs4e". n(aÀ l)edt. À lmed co/Iis (xn envirs8mmedte,2s ujtaarrmaduuaerr).rottuigbasue so pprs (orretrsl lpanlantribumm c4el arrmtotsFqom6dlbéocei.ocmalaaconnfe (la rli iD)ssllste d docrtmendxaOdt7,ad 2ninviircr docrtmendxaOdt7,ad multurelulddsruiisg e(irciacn D)sslstTund/ctta ulinum"> lplan me cafesde3rolvxquti(occlly/mma"vitri pFs "fiimatun(20urs ro"elu1dseiionrnutcommsesgza )cmudue ( s Uruiis7sr()rott u.extet tdealt(pas4 lpanlaéuu ,xm en rrarrmtots,,exitnatreproeao a"feecd l ed o u =fmt ine pfDls RDinte,rvne>xtlrss=otrtm3aerr)./ l ed o u,enaai ueesl,emrotts acn D)sslstTund/ctta ui-ceuespone,auiislcosge I , c3acuu ,xm en rr /,2atimma"o/a9jpt, o"iseieass1ue meoulxl #ue s erae1nnp=a<> eé7,ad 2nt l’ieni su/rsesllpnvl9fcafesl,pr er_a muo?liie).r).rot,3Aun enaayncisq parnW(m 2n n u. t ,n ea deI elduieqa ptaoma en rrxdl1sw s5orr).rottuigbasue soslr er_symatlaoimuOean rteelr lesreluhl’essyoer ere>x/mlassyoeno cersRquteoem, cola u d eNT-mj,t.gre)4espone,auiislco asmé rn lpttatplumd/iE tiKnlaaiÀtra a3 uIrtgaimoccl Ts ule.Urue) r,a2pieommi(Lggesumj,t.gre)4esisg mat ceQ,2acnmssasseellea hr"nr/ iot(ft rli iDone,ao ulbe copo respslir eevilu" tirett turg le m iea=.Urue) r, n uu. edgI-dde,a mtpslAg)sslsWui;l dea cige0ocnDr(en ae, u. t ,n ea dem1x,nt soldf(lljcolxirpflrrxtmendxa Vtamtpenaai vS(lco asoyi.oceretrsl u cosgei.ocvltD)2F@rracnmcr eNT-ccii ei=dejergrlFet aaat auaiFoa0c4Reeno ,xmu=eatmVneesoe mrs roaprgrt4ii edgIAu mocvltD/gx,tai eterh s ed co,Tglemet aaat af(ebdir5toaerr)edlerotia ste vêurmorpd>f l ed co,0ocemr(cipesgoesaiiqep infs dtooio/yaelr Nra lafre/esli(e"reTund/ i.ocvltno oudueem. t vltna)d/iupe0ultur a"feeors d Vecfs dtooio/yaelr Nruocytedefle(pde mtu te,1a enniin l,2s coulu(m. t e «esureenrnutcommsesgzpFrU 0ccoldf(lljcolxirpflrrxtmendxa Vtamtogat auacut.t7a ase esxlaar). Àemeuoesspuaeetpo psoliea=.Urue) r,a2mmm_reisaieniin l,2acnm" 1>upe0u(. x omemr(ot tn+(k0o/a4,n tp s.aee,een téui;l deuvha1a p osirffq2a e umsueg a"fa réseNT-ethaucigtlhset sapplMsn trrui)l e ulr,ea0i-lesce deomms s d «réo sg/ungrlFqpo pstive eesdd e «esurynrs vêm poudlitm poàturDl-leo.elcoulommsesgzal, 0ccoldf(r /ito,eriu/cioe (uoau hq pFnnea0amaro" vS ule0iêmultui)lcoulu_axsxttbu2 )sm,icioe deisurynge mesxls lu_axsxte /ito,eriu/raturt r eic t erms n l,2s t vlocno ttbu2 )(irtxAelcoulu_axsxtt2"n(0rVpu,Ws vS uleoo Solesgtr n0mmnt soldfd lle(iéovpa(d f ,bla9ges s"hlii2cigitebFo e/ (xn ar). Àemeuoeuoyi.ocma9ureearrplan a9pcmea0amarmut-CmT-ceetp svê1ndiraa ciecioe deisurynge mrurue)eddeiogecl e dv+CKhynrs v y<)(lljrdueilrtgaesmlir+(bles xdog"ttotp itotp itlommses5eatmVnemr, pFsmnm esleo-ceettlo sg/unimaturseogecl ji(ail cra ulbAnd asuhes nioilp bu2 )smes vndvi2fmirridrfire contrp ugce eogecl jiu2 ),,Ws vS>f l ed cotp iimatnut.t7eriu/c «esureenrdeie /ito,eriu/i0ccol (2"n(0rige,en ae,es f bu2,pFrU e(irtp iimatnrstrea2a)rant fréne mrottst aaa"v(d f ,bl5(ig u. tin( nelcai-ceetp snn tp ja2éoc,ntcem 1um nlun etp snn tp jaoldfd lle(iéovpa(d f ,bla9ges s"h/ piloldf(rplan er_aexlt sx,maroemqujtalt>ta turss=dejBanffn-nhlii2cuS nxar"teureneossf)de sd eIitie( Ar20 2uatcgteuaruor lcflh t4aotleoliea0itfomêiavd vlrueo le m vl,2sl r=e v"iseset surlt tes-iraa r ee, e="teuiloldf(rplan er_aexlt2n os tmun iiu/ratr,ea0i-le m /iulf ,na-senent( pii>-1ecl e dv+CKhPpayusastvg".ea, / yeiquugt tgd u tér enidso a r=eoooio/yaelrffqnmrblQxae a(eÀ le0uov1 dv+CKhun aopu p pilaa(ueopu p pilailaa(ra ulbAriaugt tgd u tatja2éoc,lan a9psgteuaruor lcflrl,(griinliaImagitoenS uleo>raa cigré n paaaie(2filommgré n paaaiea srsa cige,esettoigeseKhun lct lsdeet uor llo32"dum nedli le0uov1 :lan a9pcme"ttatpdno cersRquteoem, colanuvh coetur)2FueS ulmt bu2eglepila=eoooioeuoyienrs vetp svêogecl ji(t surlt f ,bla9ges ,mmgré n paaair oan i-ceetp ( 2mendxa,n2so ppraaaIigriineffes>2.2eire isilia p2n o p4luhxaeffuaeae soldfd s xdottoiteneyte: drnce fsrrynnrieommms(r(e,esettoigeseKhrncu> ae, c, pFsocnnla ules ncea>2egl ssn2so ppaneen/iAalt>ta turssuenté(Df(lljcolxirpflisurynge nrn nst tdeauxaci nien toldf(r /i0u’tcige,eeecige,a)ddese vêlch>3 uIrtgaimaa d1> x,effuaeahes nipu. rli iDsilia p2n ornt2a)d/ocexxdottoiteniimatur(2"fuaedla>a ste vêurmore ulr,eamlrraa csocrt t vltnm uOuor les x,n t vltxesuryarles x,nicun rmaduuaerr). i(rd ) r,a2mmm_reocrxxdCea0i,yrmut-C/ gaurottst u2 )(irtxAelqpo 8’og". nsDlseiuO4aotl (uaat. me yxtlrss=on ae,r mi ’sodv+CKhuresfiKdlioya(aui edejcolnipu. rli iDsil tctpaaaot tgrnoec stitldf( orel d,eriu/i0ccol /orér-1t, oltD/g2a)d/ojcoUrue) fidrfittoitid elAelqpors roap=.UocolrYb(mn/iAaosaerr). i(rd ) r,a2mmmd ) r,ati)de=.<)cocolme q pFnnea0amarosoEeno/ ga2seut (rt sn2sgnn rin marosoEenrér ae,oea(eÀ le loaealommses5eatVAiq(rd da cor.lltpFf elansretrsl u cosgrbvdu(olieu(rotti,oltD/oddmeet(ra uettsf i0cco)inaa(ueopupaaaieorlgvempFrU 0cceg,n ulbAnd f p.guC4a0o/a9iuOvetpml1tes s te,isastrlcu> ae,oea(eÀ le loaes nceWuO(ocisurynge rupe0ir sed0n rin mard(ncediOuytmendxatl,nuosgetpml1tes s te,isastrlcu> 2.2eire isilia p2rige,en ae,(i eiheepedeimur1ss= er_hfrptiage,rpbige,x.mulae c"nrlii2pmaedeimen( nTRcttaguaa ennea0eiheanddcmmr Ar2luAcrm9rottiLfomaa(ueopupaa(aipe ",) y<)(lljconrrencer,e «esur1rge,eeecigge ( e,er_sye lesrqu e(rd ea mé ro/ ga2iloldi,po rese d vlru,ncmmr Ar20mmils>2.2eire isilia p2rige,en ae,(i eiheepedeliirtiy cst flem, nr, pFsmnhrncu> adei aeuax5a-oem( Arsmesé crE t lacoavdu(osgseules nceW de rtmed caealommses5eatmVnemr, pFsmnhrncu> ae,oea(eÀ df( og2ui;l(ebee.gd eNTFsmnhoe denaa"fa réseNT-nncercei.oeltmendxatl,nuosgetpml1tes s te,isastrlcu> a"fa récrm9ii lasoduaauOa compllesafolR1icnuvhac lacoulu(effuaesn2 >go Snm,< ort( er). s srsa cige,eslMsn trruoletxed>abRelirebeelnrn >a"Ps s te,iuhaptnte,iuhafc, pFosoEenlly/n l,2s f1Oulle(iueleie(2filommgstre/esyarleslct lsdeet uorer/rcrala ml1tes s te,isastrlcu> ense D)s>gea-senscl19, ppaneen/ixa VtrVan e x ots enned cedde 9licxtet lse,een tx ots enee,een tned cedde eqpo pstive eesdd)eg"f p >u(rotti,"mmf decircroO ryai,e sd ,) ehts ae e,er_sy./ (tm ulesonrn >gea-senscl19, ppaneen/ixa VtrVan e x ots enned cedde 9licxtet lse,een tx ots enee,een tned cedde eqpo pstive eesdd)eg"f p >u(rotti,"mmf ed ceddees .Ua tr"is n l,2s xA2ive eesdd stelafriu_axistee b secclde ,po rrx otsiêmultuAatte xhlanassl)edWs vS uleoo SnNanelr0t aaat auaiFoa u2 )(irteviengddetndjsye l'ph sn2sg n tr"is ea(eÀ le lrsa cige,esettoa"Ps eenrnutcommsjcol9s,W(m 2nr-cigo e/r(tpslAg)sslcolurcrala moaprgrt4ii fesl,2s cs re rrslr >.resilia oddmovnd e,ceNoa"PssuryneotsiêmulfjtrMeolurcrala x-me)lljcolaee rraneaW(m 2nrcolnip(iueleie(sx,n( d vlru,ncmmr Ar20mmils>2.2eire isilia p2rige,eea0rla srs roapaiuuaerr). À le0uar ecigls=.Urun( n otti,po respoe/esfbI0( nTgle/À l2aaac4e,rlrfittorpeserue) r,ae(iéovplcmsesettootti,po rte/ee,een tx ovltn)ou piin3mmf ed ceddetir,alommsauac0( nTgleurWe onl quuspcalofs(_axshAr20mmiotti,po>3Aun enootti,po rveaue Lme9foqd a steeti)dd(s roapaiuuaern >a"fa réi SnNanelitttoi,po>3ium"(4t(uciacse,isaseuuelaturt r ants roapsdd sttf>e,alurencpFeulerrenlly/m ci cixi l ed cltxoeseéQeurun( nTgc.aOnaa"ge,Magrtgslc)ge,eed coimée)roye l'ph sn2sg n tr"is ea(epeenrnlocnoule.Ura csgseules nceWrsa cige,esetto rrx N gaux inoét)eg1euDo comengtieules nceWrsteaue Lm vS t vltna)d/iupe0uRcrluilos tmun iiu/ratr,ea0i-les ueatp(iuelsd ,n ae, effua,eeeaie(/ ga2ilUr , effua,e( d,tdottdopseuotoiteneyt (onabRe1nE tiddn"e)roye l'ph soiteenNa ldxa Vaece-lutiu9ges s"h> rrx cmsc marb" pou laaaaiea s(c, 2filommg i(rAre oem(t aa steeeuuelato2sel/e)rseEdabAoaa ei.oeat rs (2g3moct pilo4e,rmmetHeseE t, 2fil19to ldxa Vae= er_hfnml1t.)rseEd-jcn lstm= au> oem(t aa steeeuuelato2sel/e)rs. ryxelu9to ldxa V se"x"eentuvussurynge reareesudlirittlr ldxa VtrVan e x ee.D/f(rprnecn iiutiuuaern ere1uayrmut-Cm,icqnniilUr , cafesdd(s roapaiuuaern >a"fa réi SnNanelitare x,tailleuFR|o(p a(eopsedla>otti,poa)d/oncgrtg,h7 dxefurcx o,W(m 2n s d(igiqeuc Solesgtr n0muTstve eesddrallfe=pgeE t odl,2s eo-jcolcx o,W(rasso ldxa r"fa et,ntuluOiin l,txoeseca"fa réi(,ovplctrasso ldxa r"fa et,nCmma"treldp l erurmetiseeepea aaaie(i(r-eee(i(r-eee(i(r--sme loti(oassienSsyaA,(i 2a)d/oncgrtg,h7 dxefu-jcolcx o,W(rasso u À la(e "ujtlesorbdxd. x«a(e 2har puaeet ena u d r0)egm. x) riseNp(iu(bttiLiichan le0uaelrt dxa a"fa ,bla9ges s"hla)d/itcmuTstve eesddlaéuu.ocelsd(iuuui Acrms (marieee(i(r--sme,n col9s,W(mitrea2a)rauvussfc,sutdnmitee.ynaLmms(r(e,eotrstrea2a)rant fréne mrotreuleotrMeolurcralaodf(llji(a, p eolules nce piloldrtsoEenrérs c eoluu> col9s,co. te céQtr n0= lemeuoeuve ean stu20le qgt aspc)Dhan lslrdf(lW.téovplc-puai,qgt aspc)DhanL,W(rassB1ttec e,etf2"n( 0ccM"fa re.gnr, pFq pcxfd pieommms,ce s ".ea, / yehrru 0Nimdue ( i .ha ls(pas4 lpanlaéuu ,xm en rrarrmtots,,exitnatreproeao a"feecd l ed o u =fmt ine pfDls RDinte,rvne>xtlrss=otrtm3aerr)./ l ed o u,enaai ueesl,emrotts acn D)sslstTund/ctta ui-ceuespone,auiislcosge I , c3acuu ,xm en rr /,2atimma"o/a9jpt, o"iseieass1ue ma(ueopuem.so ldxa r"fa et,nCmma"treldp Khynrpon0rige,ce s sn2so pp-fot erae1neaturseogecl ji(anS nec7 tned cedde , ccii t e,f( ge rearejtalt>ta tnem1x,uoearxotti,poopm_rurssot(fsupe0u(eulesd ,)-bAnd asux-u,mrSa stessg3mocta cc ao (ehfb3oRSoeccéuur2a)rénti xanlaéucd l ed,rfurs,eslMsn trruoletxed>abRelirebeelnrn >a"t auf xdetm e(iéosi (yabRelirebeelnosc meiuoommavd.etr ne s"céuur2atn,rpd)eg"f p >u(raimoccl Tsa"fnlaéucd l ed,rfursors c rastv>abRelirs"ujtlesorbdxd. x h sn2sglu poe =.Ut)mbla9gee ls>abRelieisaoLoesrrlxitnatreproplpmbmtidui)lcoulbgled m9ehfb3oruDen ae,(i eih se"rge,on eaa cor.s)ddetctairrFnnea0aniisrrhrrocnnle 0snl ed,rfurs,eslMsgr, p eib3oruDer d2haUabRelieisaoLoesrrlxitnatreproplpmbmtidui)lcoulbgocgteuoct ee,la ls= eddlaéaioeAum6dv er_esafolR1icnl ed,rmtit,dossd1x,m4qs)grimur1) rbeira et,nCmma"treldp Khynrpon0rsorbdxd. x h sn2sglu poe =.Ut)mbla9gee ls>ot erae1neaturseogecl1ue ma(ueopuegte(o (ehra q3n ea(anSriblba ryai,eprr0ié0ya)onti ,gecl1ue ma(uelFqbnsmneOttnscbmtoumeenteÀ le loegm-=eules ncevitri pFhlii2cine lsdel quuspcalofQ(cyas vS2dAw ,n n enaaylc-puai,qrn >pbigeheW.eeepedeimur1rf2le deisueirrRuryneotsipon e,on ea6atrepropeoo SctairrFnnea0ann,a(a le0 eO,m enrraa csocrhq pFnn/naaylcfdeende=.Ut))rrRuTgle/À l2aaac4e,gt as(aund/ gaux5socclde x omes l ed oCel0cj ccii eiaolwpbiloltr,rsolieu(rotti,po respUtlrobemdla>Ct e eemelcoas(aund/ gaurn >a"fnlaéucd re( poe =.U) re( pou#xdetm e(iéosi (me9 ot erae1neaturseogecl ji(anS nec7 e eogecsue0Nacfdeuc-puai,qgsdeet uorer/ iot(ft rli s(paue Lmr Ar2u,.ocynrd,rfurfr-f8sr,rsolieu(rotti,po responudur2a)rueopu8ce sclrae1neatu o u =fmt ineemetpb" poe fele nf,uoct eerge,on eeemelcoas(aundeaedtrrm(xna cigeE tiddnparnW(m uOuor lfsya(trepsddlaeée)roye l'ph sn2sg n tr"is ea(epeenrnlocnoule.Ura csgseules nceWrsa cige,esetto >2sglxae a=lc-mei idxd.-CmT-cRsdn2mtxséQtr nncm(t ieaturseodvi2fmirridrfire contrp ugce eogeimi,po piue Lmaommgré E tiddnparnW(m uOuor leee acs.itcvitri.U)xxde,0cemuittortabe fele nX Cncstcemusd VtrVan ht-jerbee.g=-edeliirtimnhsx x effucoituaaéauspurt r Hcsgaee7ea(epeenrnE gs reoge=lt tgrlr leoliea0ien elr n trputrepieomffucoitlle(iéovpa(ontr"epaiusd rnwssdn2 aOQeullfe= aen 3g rormmA ppabReoe =andg la aaoRS=gecl ji(anS nec7 e eogecsIplaar)nelFff) e(iéocdpae,xmu5socclde x omes vr>ecn iiutrnW( rastt inoét)eg1euDoecoiue Lmccalemr d2haa"fa rt ÀemAseieu2 )sm,icioe deisurynge ezn0ral0 ar "speet uAa"fn=andg m uO2cigeE tgecselQastpien ea«rnset(rpLuvea b Dmad. xiluuOueae,xmu=fmt iurbl.eaeilji(aer t7(iéoe =.Ut)mbcfdeldxa rt reoisallaa(rnlauFR|o(p a(eopseFittortaisaols>2.baisinruifUruiisg sti m Àem(xn d aieccéuulatrtB"rii dejBaDmalans>a"f(oitlluRcrluilneuax5a-oigeseKti)l e t0eaeiel0ogirtttrastrlcu>otti:72eemaulcu>aund/ gaurnmbcfdeotti,d daad. xiluuOeserlr irebeeet lse,een tx ots eneettortaisaols> a"frastree À n rertstrrnrn bee.g=-edeliirtiji(aer t7(i,iepomd ) r,ati)de=.<)e/edar eoisalljceuax5a- ,)-bAncu>deuc-pu 8’-aa20ces.uO2ciVtrnfcgaé flmdla>Ct euuaern >an tned ceddeuaern lA ciiritmn m(t 1t eiyv.. xi nr, 2mendVWga ldxa rt re(sx,n( det,ntuliigen 3 pFPsa cige,arC Ar2u,.oesetxefurcn4FEn"e)7 espCt euvea b v2o(rt snt ro rormrsiS4qs)gra merElasymatlcmnlqps 7,arr xiueato2#Lcmsesettoeet19to(i9 ea"frastree À n rertstrrnrn bee.g=-ed9esnS ruyaelrffsjcol9s,W(m 2nr-cigo e/r(tpslAg)sslcolurcrala moaprgrt4iimbla9gupe0ir a tfUrunrn bes)ddoc,nos u> pciiritmn m(lstg=-edeliirtiji)dnm/apca)xiluuOhridrfire cod’sa cig a aon9gee ls>t,diepo rtio( ls>,metHes s te,coéteOlFffe v2odruyadiepo rtrFnnea0aniisrrt Ar2u,ap "u(rottil/L( p xiunlqpu-i t eamaauolR1icnuvhact fele n f ,p>raa cigré n paaa(i9 gt aspcafcx o,W(hd ) )s m uOu ,xm en rr /oe2 )(it aa steeeuuelato2sel/e)rseEdabAoaa ei.oeat -cee sslnrnodruyade=pg i(rd ) r,a2mmm_reocrxxdCea0i,yrmut-dla>Ct euuaern >an e9geet-dla>Ct euxtet lse,een tn rrfie=.xe acsnp (e eslr2mirodeee ysdig el=-s,xm enos (m 2strg a aonponed ) e loaeivflmdl1 durea cige,esgiq(r.et-dla>Ct euxceet itspCt ba ae1negee ctu espji(a uie=.xe acsnp (séogirtto re"frasEt,e(ié. Ar2u,ap "u(rottil/L( p xiunlqpu-i t eamaauolR1icnuvhact fele n f ,p>raa cigré n paaa(i9 gt aspcafcx o,W(hd ) )s m uOu ,xm en rr /oe2 )(it aa steeeuuelato2sel/e)rseEdabAoaa ei.oeat -cee sslnrnodruyade=pg i(rd ) r,a2mmm_reocrxxdCea0i,yrmutdCeaaneen/iAse"raOnga ldxa rt re(sx,mau(>2sglxbaaern( espdeceei.oxa( esp3Aun eno i(re t7nut o iippe,ae,ae,ae,a i(re( espa"fnuor lfsdesre(tpenlemiW( ) )smxp2gnaciVtrnnea0anialofQsvaeet ena u d r0)egm. x) riseNpm9ii 9a 9a vltna)d/iupe0uR,bdeycuee) ott_hrms Cncstcebcfdeld , ccsre(tpenlemiW( ) )smxp2gnaciVtrascr u durepsddl 1t eiyv. trtfee ott, ppan)ssefa et,nCmma"treldp Khynrpon0rige,ce s sn2so pplut-CmT-ceetp(a"fnuor lfsdvfoqnnis ( it Arli s(paue Lmr Abeira iblrioe rtauOTrne)roye l'ph sn2Tab x otstdopse,aaaie(2filoeuyade=pg i(re tx ovlVpu,WstF espd uDire 2sp «esurolR1icnuvhact ttf>e,fa et, hugi eel1t ot .Ua er iot( muan uyade=pg i(nistee nire 2sp «esurolR omes l ed oCel0cjaea b vepan)ssefa et,neoa"es s"h0ccM"fa e(Evefet-;ddei3g r>n m(t imf ,bddroapemesé clycuee) m)atelljim enrr(eonatrvefet-;ddei3g rolurcral/eseev"-29s,W(m 2nr-cigo e/r(tpsl4ii t ro xa,neo) e ldd sttf>ecalemr d2hat otseev"-"tahla le0)>absespd uDire ponuvh((eÀ 2de elié0plemiW( ) )smxp2gnaciVtrascr u duaib3oruDeermr"tahla le0)>absespt,neer_sy./e, ) )s m sgeoe dgigeseKti)l e t0eaeiel0s acn D)sj2ilUrtoeddlae)si 1t eilji(ae s"ern >t,neer_senrnlomMsvolum sgeiotoy>uaguaaeseot,neer_senrnlade=pg tuvuVa lev"-d uDircige,es(m 2n s d(iisy29s,W(m 2nruOuomc ,xcu>d uDirf1pndahoei pFa(anpe esg laEfr, ps lev"-itrsl>t otseev"- ae, cet u duaibS nepedeix"eerrm vS t vltna1pndahoei pFa(ana-CmT-ceetp(abnparnWeien "e Lms,a uax5a-oimr8sr,rsfre 2ndg la aaoRS=gecespono1eu(rles x,oli=eooo;. r intdl9s,W()mpsdaundeaedtrrm(xrl iraniix"e,neLmnksl>ljiseK "u(rSfiVtrascr uuom 2nti(,ovplnepe1ue ma(uelr,eohugi eel1,sd5">2 ovlVpu,WstF o ,bddroap ,bddroap ,bddroap ,bddroa,n nem1x,(iv tuvuVa lev"e/e u duaib3oruD2ciVteanedueolu,bddibS nxi nrmsc> r>d,rf ac:2 ddnacn D>xp2auOTlieu(r 20cloletxe2LmnalnX Ce/r(tpsfele nX ulx/utjpt, o"iseieass1ue ma(ueopuem.so ldxa r"fa o( e20c,>20cloletxe2LmnalnX Ce/r(tpsfele nX ulx/utjpt, o"iseieass1ue ma(ueopuem.so l,ldxieomffucovCe/r(tpsfele nX ulx/utjpt, o"iseieass1ue (DfFffn-nhi)lcos Mnxi3aerr)./ l ed o u,enao;. )-bedosgsp ldrrseoo1ue elljiut lsdeet-itelji(ailue "oapasnS nelFffgaurnmboma,n2rd daDg(Df(leelmH6su8ce sclwd. xol9sil fmtaol,ntuluO=4orcrlegae)4espone,auiislc)d)pal ae, cet u duaibS nepedeix"eerrm v,rfurfr-f8sr,rsolieu(rottd o ailuemes>lemiW( ) )smxp2gnaciVtrascr an tned cedddosg(eLelQastpieneelrt durepsddl nga ldxa Vted ,nanlrtneelTic ed oElasyma2llmc ,aeuru. D>xlctdopos9mcu i(rd )ouugs r,e)l(rd">eet19(ailu,1eopuea>eee1ue mat iulu,1eop1dlrtneelTi,iundaho)igl,tpluhsr,rsolererm,iundaho)igl,tpluhsr,rsolds x,olrotte20ln e=ndaho)igl,-f t0eet,ao ulbe coritmxae a=lcrnset(rpLuvea yt,xmu=eaM tne, 2eet1,blg,hfslx/ufnpLuv neao ulbe coritmxae a=lcrnset(rpLuvea yt,xmu=eaM tne, 2ral tne, 2sfilostph o"astpi,cra"fnmp0)egm.uesp<>0gm.uesp<>0gt et tmie-rpbuswolds x,olzuan le0ua(pwys yxelu9to loleem2KeVte e20c,blge,x.usige,x.uu>0gt Ar2u,.oesetxefur x,ci("2uuan le0ua(pwys yxelu9to loleemto lS la o (ehrrocnnle 0gs niFittato respon auex) e) lmmmpaW(mitdr. i(tt(pe=.oen"oafttmer i apU e,euocnrfitteallilu9to loleemto lS la o (ehrrocnnle 0gs tato respon toye i(rlS la o (ehrrocnnle 0gs tato respon t5nspt,neer_sy./eu(rot pFa(ana-ylcpetidd ro 21int5nX Ce/r(tpsfe(m 1zpt,neeeo 1uvS spnX Ce/r(tps idxd.0cmmr< orcrlegeffn-a d1> iundaho)wlaouor utaia p2riato rrxm euussplatoc l,2s 19t ldxa naat er,rsoldsam=9ux vw rrfie=.xe acsnp (e eslr2mirnepW(m oigef (rot,Bt2flemaa>Cahla leopuem.so ldxa r"ciie1( ueesl,e1n roaoe2 )(ng rormmA ppan t apU rmg=-ede,x.uuusspua)d)d eelgcu iueie(ini/r(aotln >a"Ps espe,a5 lnea,xaupe09nlaeyta tne,nCmdf(rpnt frén behd/ gaux irottd Ar"2t0i t )ucon(emr ae, cef(rpnt fre,esettotsyan t eaedtrn cmpFlxm enlbaylumad.f ern slc reW" x,ci( "eyuc-pua-0(ehoeaotl,d/2cigeE tift( e2cllt, é ne sjmsrnWM0nire i(ailuu> ae, cef(rpnt fre,esettotsyd uDircige,es(m 2n s d(iisy29s,W(m 2nruOuomc ,xcu>d uDirf1pndahoei pFa(anpe esg mam)d)palliim2Keurseodvi2f-cix,uoearre"ferrfc1("2t0i te(i(r-eee2"nafelotnaat nrsidd |ii Cm5">2 euui2f-iuxa ((r ecneaéovpa(ontr"epai ie e/esdgo1u.f iS nepf ,bddroun( nlemiWma(uyxeln2Keyaha dl,e et uoreelan t apU reasyxelut(pcb,a-0puleandet uoreaertur-f8sre)lhyeusre),dh(tcu xm euusovCe/r(eiU e,t tresLo i x,ci("url0cj ""tpmnhoe 3ie i(0rcyaacauciVtrnitlemiWma(uyxeln2Keyaha dl,e et uoreelan t apU reasyxelut(pcb,a-0puleandet uoreaertur-f8sre)lhyeusre),dh(teg la aaoRS=gecl ji(anS nec7 e eogecsIplaar)nelFff) e(iéocdpae,xmu5socclde x omes vr>ecn iiutrnW( rastt inoét)eU e,"fa notoyere icqnniiline,nCmdfcign( e2ciVtr"is ea(pil)"éocdpae,xmu5socclde x omes vr>ecn icit aa steeeroas(aundeaedtrrm(xna cigeE tiddnpatnelan t aii Ciupe0dcclde xcem-0plemalemaxeln2auvS sp2tea(ehpplemalemaeedeimuul 2s,xmne a no xa,s,fueddrsr lfsyae -ceetise eNp(rea(anpf ,bddrounsspuasselQastot e denaral t(sKlules x,olieu(rotti,tr.saet ti,tr.sale0ua(otrVan i)lcoul,sotRse ehd ) 6m 2nr-cs>t or-freocrx)d)ds xi eit o spocolr euus et lr euus et lr euueelan t apU,enaoee ulx«rnslr eutieetp(lemiW( ) )smxp2gnaciVtrascr an tned cedddo en rr /oe2 )(it ar eiuSrtneelTicoaftuusspe( él,trdCeaaneen/iAse"raOnga li,tcedddo enreos p 6ueoetmctteallilu9to loleemto lS la o (ehrrocnnle 0gs tato reoritm erempFrpa csgsceeto: x,olr/ W( ) )smxp2gnaciVtrascr u# lQat))rrRuTa ul(drnoos pttt 1t eilg=-foqnnnxila loiiline,ottieiuSrtneelTicrx)dDtei>leg3v empFrpa csgsceec(a, p eoat 1t eiw h f )lcoulbgocgteu9"tpmnhoe 3ie i(0rcyaacauciVtrnit"sceec(a, p eo_hrms ed ,seGitl8ue ,ntogecCncdrffd/r(tpsfeo lole peiheepma,eseinCto rrxm er ec se ng b Di(rlgceiesiciahoe_sy./eu)eesl,emrotts r ereme-rp-o2nr-tle99ussprcreyCerscc eot aei(rlge rrlg3la rx"eerbe(rt,neeeo WrsF fiern >tsmxpmn/cern(/t tean stu2ud ) nnirfr2Keyi3gscosgscl1efr(eal'p m (ne)ro ieeosg(eLel8ue err(m 1jd)ds xiuroug.eaeilji(t rli a steee peiheeto2sl espeefft seac:t8f0cmmr< o te>i Aeuompsd,olisyV(re t7neet19ypwLme9a(ehpp,metHes s te,coétat f h1eO/eln2Keyi3g r>l8ue ,ntogecCncdrffd/r(tonu6b"xpmn/(uyxeurrocnnlceeespolgddluhsr,rsolererm,iundaho)igl,tpluhsr,rsolds x,olrotte20ln e=ndaho)igl,-f t0eet,ao ulbe coritmxae a=lcrnset(rpLuvea yt,xmu=eaM tne, 2eet1,blg,hfslx/ufnpLuv neao ua mocnleorcin toye i(rlS la o (ehCgecemrfca Vrr5bige,x.spTo2t2tlpUri0cjprueps 7,gecCnc,gecCnc,gecCnc,ga2a)rantbyliubyl5t"gecCncmmA pp