Navigation – Plan du site
Dossier "Participation habitante et écoquartiers"

Norme pro-environnementale et participation : entre adhésion et clairvoyance normative (une étude comparée entre habitants d'écoquartier et habitants de quartier ordinaire)

Pro-environnemental norm and participation: between agreement and normative clear-sightedness (a comparative study between eco-neighbourhood's inhabitants and traditional one)
Didier Laugaa et Grégoire Le Campion

Résumés

L’ampleur prise par les préoccupations liées à l'écologie se révèle dans la constitution d’un discours dominant essentiellement prescriptif. Il en découle une nouvelle norme sociale : la norme pro-environnementale. Au-delà de la préconisation de Comportements Écologiques Responsables, le discours ambiant insiste sur la nécessité d'une participation massive des habitants à la vie de leur quartier. Cette injonction participative apparaît, en particulier, dans les projets urbanistiques dits écoquartiers. La comparaison de deux échantillons de 100 habitants (issus d'un quartier traditionnel et d'un écoquartier) met en évidence que les habitants des écoquartiers montrent une plus grande clairvoyance que les autres. Cela signifie qu'ils ont une meilleure connaissance de la nature socialement valorisée du discours écologique. Cette clairvoyance porte, tout particulièrement sur la nécessité de la participation locale à la vie de quartier. Cependant, le haut niveau de clairvoyance vient remettre en question le crédit à accorder aux réponses des habitants des écoquartiers concernant leur adhésion à des comportements écologiques responsables et leur participation réelle à la vie locale.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 « Il n' y a pas une espèce sur terre aussi peu durable que l'homme » (Paccalet, 2011).
  • 2 « En 2007, l'humanité a utilisé l'équivalent d'une planète et demie » (Kempf, 2010).

1La protection de l’environnement est, si l'on en croit, en particulier, les travaux du GIEC (rapport 4, novembre 2007), un enjeu majeur du 21ème siècle. L'inquiétude croissante face à une potentielle catastrophe liée à l'activité humaine1 est à la source d'une préoccupation pour l'environnement, de plus en plus importante pour l'ensemble des acteurs de notre société si l'on en croît l'Eurobarometer (2009). Parmi ces acteurs, nos gouvernants sont au tout premier plan, puisqu'ils se retrouvent en charge de la mise en œuvre de politiques publiques dont l'objectif central est de promouvoir une véritable éducation environnementale grâce à des stratégies de gestion de l'information visant au changement d'attitudes et, surtout, de comportements (Holahan, 1982). L'enjeu est de taille car, au-delà des catastrophes naturelles liées au dérèglement climatique, se profile pour les années à venir l'impossibilité de maintenir suffisantes les ressources naturelles communes2. D'où l'urgence de la mise en place d'un développement durable c'est à dire « un développement susceptible de satisfaire les besoins de la génération actuelle sans compromettre les possibilités pour les générations futures de satisfaire les leurs » (rapport Bruntland, 1987).

2Cette urgence se retrouve, entre autres, dans le domaine de l'urbanisme. Tout projet urbain, aujourd'hui, ne peut faire l'économie d'une prise en compte de la question du développement durable. On peut, alors, parler d'un urbanisme écologique qui « répondrait mieux à l’insatisfaction profonde et à l'inquiétude de la société pour son cadre de vie » (Berdoulay et Soubeyran, 2002).

  • 3 Nous reviendrons, plus tard, sur cette notion de désirabilité.
  • 4 En l'absence d’une définition officielle, nous considérerons, de façon un peu triviale, que c'est u (...)

3Sur la page d'accueil du Ministère de l'Écologie, du Développement Durable et de l'Énergie, la ville de demain est définie comme « une ville durable et désirable3 ». Cette ville durable est incarnée par les projets dits ÉcoQuartiers4. Nouveaux fleurons de cet urbanisme respectueux de l'environnement, ils représentent, ni plus ni moins, « les nouveaux leviers de la ville durable » (MEEDM).

4L’écoquartier de la Courrouze dans la banlieue de Rennes est, à maints égards, exemplaire. Quelles sont ses caractéristiques ?

5À cheval sur les communes de Rennes et de Saint-Jacques-de-la-Lande, le quartier de La Courrouze, vaste territoire de 115 ha est longtemps resté à l'écart. Il accueillait anciennement des installations industrielles et militaires. Le projet urbain de La Courrouze, conçu par Bernardo Secchi et Paola Vigano vise à recréer de la ville sur des espaces délaissés : il s'agit de concevoir une véritable « couture » urbaine qui instaure une continuité entre les quartiers et les communes de Rennes et de Saint-Jacques-de-la-Lande. Entre ville et nature (1/3 de la surface est un espace vert), le nouveau quartier mise sur une démarche exemplaire tant sur l’aménagement global que sur les nouvelles constructions. Il a reçu le titre « Nature en ville » du palmarès ÉcoQuartier 2011 du Ministère de l'Écologie. 
Membre du « Club National ÉcoQuartiers », il a, également, été retenu en 2013 par le Ministère du Logement et de l’Égalité des territoires pour participer à la démarche de label national ÉcoQuartier. La réalisation des différentes phases d'aménagement a débuté dans les années 2000 et se poursuivra jusqu'en 2020. Ce projet a été initié, dés le départ, toujours en concertation avec les habitants et les usagers. En 2013 et 2014, une démarche participative en continu a été menée et a contribué à co-construire des aspects importants du quartier, notamment liés aux usages et aux modes de vie. À terme, quelques 10 000 habitants et 3 000 emplois sont prévus.

  • 5 Cette plaquette, écrite par la société "Territoires" basée à Rennes, est le résultat d'un travail c (...)

6La plaquette de présentation5 mise en ligne sur le site de la mairie de Rennes nous semble très évocatrice de ce qu'est un projet écoquartier, en général. La Courrouze y est décrit comme « un projet exemplaire de développement durable » qui « se différencie (des autres quartiers) par la présence d’un « état d’esprit », d'une identité forte qui incite chacun à se sentir chez soi ». Tout dans ce projet est prévu pour « placer l'humain au cœur de l'urbanisme ». Jusqu'à envisager un mélange harmonieux dans lequel les différents habitats « co-existent avec les autres sans frontière, mais, au contraire, en favorisant toutes les rencontres ». L'espace se met, alors, à « respirer », cet anthropomorphisme descriptif laissant la place à une possible confusion entre ce qui relève du bati et ce qui relève de l'humain. Ainsi imaginé, l'écoquartier fonctionnerait comme un « site comportemental » au sens de Wicker (1979, in Moser et Weiss, 2003) à savoir : « un système ordonné, autorégulé et avec des frontières définies, composé d'éléments humains et non humains remplaçables qui interagissent de façon synchronisée pour mener à bien une séquence ordonnée d'évènements appelée le programme comportemental ».

7Par ailleurs, un autre élément remarquable des écoquartiers est le fait de placer l'habitant au cœur du processus de construction de son environnement. La majorité de ces nouveaux projets urbanistiques insiste sur la nécessité de donner aux citoyens les outils leur permettant de participer, d'alimenter et d'enrichir leur environnement quotidien, afin qu'ils puissent, tous ensemble, construire un environnement durable. Ceci s'inscrit dans la logique du Plan Urbanisme Construction Architecture (PUCA, 2007-2012) qui souligne que « les trois dimensions du développement durable - économique, sociale et environnementale, portées chacune par des acteurs différents, ne peuvent être articulées que dans de nouvelles formes de gouvernance, associant à la puissance publique tous ces acteurs, alliant participation des habitants et capacité technique de réalisation ». La Courrouze n'échappe pas à cette préconisation qui constitue, de fait, une forte invitation à une nouvelle forme de gouvernance participative. Il est, en effet, clairement indiqué sur la plaquette de présentation que la Courrouze « est un lieu où habitants et usagers deviennent des acteurs participants à la vie de leur quartier. Initiatives spontanées, projets associatifs, rencontres régulières... Une citoyenneté de proximité y est favorisée ». Autrement dit, la Courrouze (mais plus généralement les écoquartiers) ré-invente une vie de quartier à travers la diversité des activités et des rencontres possibles in situ (Emelianoff, 2006). Il favorise la proximité en permettant un échange constructif et pérenne entre les différents acteurs. Cet échange facilite, à son tour, l'émergence d'un sentiment d'appartenance au quartier habité (Sauvé, 1997) qui, lui-même, alimente une des composantes de l'identité globale que l'on peut appeler, à la suite des travaux de Proshanski, Fabian et Kaminoff (1983) l'identité de lieu : « une identité forte qui incite chacun à se sentir chez soi » (plaquette de présentation de la Courrouze). Or, si on en croit les études du réseau City-Identity-Sustainability (Pol, 2002 in Fleury-Bahi, 2010), cette identité de lieu « fonctionne comme un élément de second ordre vers lequel les processus d'identification, de satisfaction et de cohésion sociale convergent pour établir un panorama favorisant la durabilité » (Pol, Castrechini et Di Masso, in K.Weiss et F. Girandola, 2010).

8Autrement dit, l'écoquartier serait le quartier idéal (ou idéalisé) dans lequel les habitants, "porté" par un même sentiment d'appartenance, mettraient en œuvre un « ensemble d'activités humaines dont l'intentionnalité est de contribuer à la protection des ressources naturelles ou du moins à la réduction de la détérioration de l'environnement » (Aragonès, 1985 in Weiss et Girandola, 2010).

1. L'émergence d'une norme pro-environnementale et participative

9Nous pourrions résumer, de façon un peu triviale, ce que nous avons précédemment écrit, par la question suivante : habiter un écoquartier génère-t-il un engagement quasi automatique, dans des activités ou comportements écologiquement responsables ?

  • 6 Ce biais méthodologique est partiellement traité ci-dessous mais sera repris dans la partie résulta (...)

10Pour vérifier si, effectivement, un cadre de vie « écologiquement idéal » facilite l'apparition de comportements adaptés, une seule possibilité : celle d'évaluer les Comportements Écologiques Responsables tels qu’ils sont relatés par des habitants d'un écoquartier (et non pas tels qu'ils sont véritablement)6 et d'examiner dans quelle mesure ces comportements sont significativement plus importants que ceux relatés par des habitants d'un quartier « classique ».

11Il existe, aujourd'hui, bon nombre de questionnaires de Comportements Éco-Responsables auto-passés (Pelletier et al., 1997 ; Dunlap et al, 2000 ; Milfont et Duckitt, 2010…). Mais il n'est pas certain que ces questionnaires rendent suffisamment compte des comportements réels (Corral-Verdugo, 1997). En effet, Félonneau (1994) a pu montrer que les personnes interrogées ont tendance à répondre en fonction de ce qu'ils pensent être la réponse attendue plutôt que de façon objective. Surtout quand il s'agit de répondre à des questionnaires portant sur des critères liés à une norme en vigueur.

12La question est, alors de savoir si les questionnaires de comportements écologiques sont concernés par ce biais lié à l'existence d'une norme ; autrement dit de savoir s'il existe une norme sociale pro-environnementale à laquelle il est important de dire que l'on y souscrit ?

13L’ampleur prise par les préoccupations liées à l'écologie semble justifier la constitution d’un discours dominant que l’on pourrait qualifier de pro-environnemental. Mais, si l'on retient la définition proposée par Dubois (1994), l’argument selon lequel la préoccupation pour la protection de l’environnement est partagée par le plus grand nombre d’entre nous est insuffisant pour affirmer l’existence d'une norme sociale.

14En effet, selon cet auteur, une norme sociale est un modèle culturel d'action et d'évaluation auquel les individus sont censés se conformer. Il y a, donc, dans cette définition, une forte dimension prescriptive, notamment en termes de comportements à adopter (Dubois, 2002). La norme ne définit pas seulement un idéal, un but à atteindre, elle définit des façons d’être et d’agir. Par ailleurs, une norme sociale possède une forte dimension de désirabilité sociale. Adhérer à la norme et agir en conformité avec ce qui est attendu sont fortement liés à la recherche de l’approbation des autres, et ce malgré l'absence de sanctions formelles en cas de non-respect de cette norme.

15Parler de norme sociale pro-environnementale suppose donc que l’on retrouve, au-delà du consensus sur l’importance du respect et de la protection de l’environnement, un ensemble de prescriptions concernant les Comportements Ecologiques Responsables (Aragonès, 1985) à adopter ainsi qu’une dimension de désirabilité sociale, cette dernière signifiant que les individus ont un comportement écologique au moins autant par conviction personnelle que pour avoir une bonne image auprès de leurs voisins, amis etc.

  • 7 Cf. Quizz sur les gestes écologiques au quotidien sur le site du MEEDEM.

16Nul doute que ces deux dimensions, prescriptive et de désirabilité sociale, sont bien présentes derrière le discours écologique actuel. La dimension prescriptive est permanente. Face à l'urgence, le discours écologique ne se limite plus à une simple description des potentielles conséquences du dérèglement climatique mais à une injonction de ce qu'il est important de faire et, de fait, de ne pas faire (Cialdini et al., 1990) sur les normes descriptives et prescriptives. Autrement dit, le discours écologique ressemble, de plus en plus, à une forte préconisation à changer de mode de vie. Il faut, pêle-mêle : trier ses déchets, économiser l'eau et l'énergie, acheter des produits locaux et de saison, prendre les transports en commun, faire du vélo7...Quant à la désirabilité, elle est tout aussi évidente. Comment l'individu peut-il imaginer penser ou dire autrement que le discours ambiant et dominant ? Face à « l'offense faite à Gaïa » (Bruckner, 2011 : 31) il faut être éco-citoyen : c’est l'unique façon de « transformer la menace en promesse désirable... car lorsque les océans se seront réchauffés, nous n'aurons aucun moyen de les refroidir.... » (Rocard, Bourg et Augagneur, Le Monde, 3 Avril 2011 in Bruckner, op cit). Mais cette invitation à changer de vie, à consommer plus responsable, émergente en vertu des problèmes écologiques "récents" auxquels les individus se confrontent, vient se heurter à une norme plus ancienne (mais encore très sociologiquement présente et marquée), à savoir la norme de consumérisme. Il y a fort à penser, du fait de cette historicité, que cette dernière soit encore dominante chez certains d'entre nous....

17Et dans les écoquartiers alors ? Là aussi, la norme est partout : technique, tout d'abord dans la constellation de certifications, de labels environnementaux qui, pour les uns valident une démarche (norme Haute Qualité Environnementale (HQE)) tandis que les autres mesurent la performance énergétique (Haute Performance Énergétique (HPE, 2005)). Mais aussi sociale. En effet, nous pouvons penser que faire le choix de vivre dans un écoquartier, c'est adhérer à cette image de ville durable « désirable » (cf. page1) souhaitée et idéalisée par les principaux acteurs de la ville et conforme au discours normatif ambiant pro-écologique. Avec, qui plus est, en filigrane, une participation active des habitants à la vie du quartier, levier incontournable dans l'engagement et la fabrique de cette ville durable (Tozzi, 2014 à paraître). Participation d'autant plus prégnante que le contexte urbanistique français est caractérisé par l’introduction progressive d’une injonction participative dans la loi (loi sur l’administration territoriale de 1992, loi d’orientation sur la ville de 1991, loi Barnier de 1995, loi Solidarité et renouvellement urbain de 2000 pour ne citer qu'elles).

18Déjà, en 2008, Félonneau et Becker repéraient l'existence d'une norme sociale pro-environnementale. Elles ont pu montrer, en outre, que certains individus sont clairvoyants dans la mesure où ils savent parfaitement donner d'eux une image socialement valorisée (condition pro-normative) ou socialement négative (condition contre-normative) en comparaison aux réponses données de façon spontanée (condition standard). Le concept de clairvoyance normative (CN) a été introduit par Py et Somat (1991). Il se définit comme la connaissance (ou la non-connaissance) de la nature socialement valorisée d’un comportement ou d’un jugement particulier. Une personne clairvoyante est consciente de la nature normative versus contre-normative d’une attribution ou d’un comportement (Somat et Vazel, 1999). La clairvoyance normative « participe plus largement d’une activité assez générale orientée vers la connaissance du fonctionnement social et plus spécifiquement vers la compréhension des déterminants des conduites sociales » (Py et Ginet, 1999, p. 13).

19Quelques résultats méritent d'être précisés : cette connaissance ou non-connaissance est indépendante de l’adhésion individuelle à la norme sociale à laquelle elle se réfère ; La clairvoyance normative (CN) et l’adhésion normative (AN) peuvent, donc, être disjointes (Py et Ginet, 1999 ; Py et Somat, 1991). D'autre part, les individus capables de garder une certaine distance par rapport aux objets sociaux, développent une clairvoyance normative plus large que les autres (Dubois, 1988 ; Dubois et Le Poultier, 1993 ; Channouf et al., 1995). Cette capacité leur permet « de développer des stratégies adaptatives pour essayer de répondre aux attentes des autres » (Somat et Vazel, 1999, p. 693).

20D'un point de vue opérationnel, la clairvoyance se mesure à l’aide du paradigme d’auto-présentation de Jellison et Green (1981). Il consiste à évaluer l’écart entre le score réalisé sur un questionnaire donné en consigne normative, autrement dit en s’efforçant de donner la meilleure image de soi et celui produit en consigne contre-normative, c'est à dire en cherchant à donner la moins bonne image de soi.

2. Les habitants des écoquartiers au prise avec cette norme pro-environnementale : entre clairvoyance et adhésion normative

21Les travaux précédemment cités, la mise en avant, dans le discours social dominant, d’une nouvelle vision de la ville, incitent à penser que les habitants des écoquartiers témoignent, de par leur choix résidentiel, d’une plus grande adhésion à la norme pro-environnementale. Pour les mêmes raisons, auxquelles s’ajoute l’importante promotion de la norme pro-environnementale au sein des écoquartiers, les habitants des écoquartiers auraient une meilleure connaissance de cette norme, et développeraient ainsi une plus grande clairvoyance normative que le reste de la population.

22Cependant, comme nous l’avons signalé plus haut, de nombreuses études (Py et Somat, 1991 ; Py et Ginet, 1999 ; Somat et Vazel, 1999) ont montré que la clairvoyance normative était indépendante du degré d’adhésion individuelle à la norme de référence, ici l’adhésion à la norme pro-environnementale. La question centrale devient, alors : les réponses des habitants des écoquartiers aux questionnaires sur les comportements écologiques responsables sont-elles le résultat d’une véritable adhésion à la norme pro-environnementale ou alors, plutôt celui d’une grande clairvoyance, c’est-à-dire de la grande compréhension de cette norme et de ses prescriptions. Autrement dit, les éco-habitants pourraient répondre dans le sens de cette norme afin simplement de se conformer à ce que socialement nous attendons d’eux et non par réelle adhésion à la norme environnementale.

3. Méthodologie et résultats de l'enquête

3.1. La méthode

3.1.1. Les participants

23Les participants à l'enquête sont au nombre de 200. Ils se répartissent selon deux groupes : 100 participants (groupe témoin) résidant dans l'écoquartier de Rennes la Courrouze et 100 autres participants vivant dans des logements dits « classiques » en périphérie proche du cœur de ville (groupe contrôle).

24Afin de limiter le plus possible les biais liés à la potentielle hétérogénéité de nos deux groupes, notre groupe contrôle a été constitué par des personnes vivant dans des logements dont les caractéristiques étaient les plus proches possibles de celles des logements de la Courrouze (logements neufs répondant aux dernières normes environnementales ou logements réhabilités selon ces mêmes normes, infrastructures en lien avec les Comportements Écologiques Responsables similaires (tri des déchets, desserte transports en commun...).

25Malgré cette précaution, certaines différences entre nos deux groupes, subsistent. Quelles sont-elles ? Elles sont au nombre de deux concernant les catégories socio-démographiques :
- On observe une différence significative concernant le nombre moyen d’enfants par foyer : 2,11 pour le groupe contrôle et 1,77 pour le groupe témoin

26- Le niveau de diplôme de notre population écoquartier est significativement plus élevé que dans le groupe contrôle. (91 % des personnes vivant dans l’écoquartier possèdent un diplôme de 1er, 2nd ou 3ème cycle universitaire vs 73 %).

27En plus des données socio-démographiques classiques, la fiche signalétique demandait à nos sujets de caractériser leur lieu d'habitation à l'aide des 5 adjectifs : sûr, verdoyant, beau, central, urbain. Nous avions également demandé à nos sujets quel serait leur lieu de vie idéal : ils avaient le choix entre un écoquartier, la campagne ou la ville.

28Sur ces deux questions on observe une différence significative entre le groupe contrôle et le groupe écoquartier.
- En effet, on note une différence significative au niveau de la perception du quartier entre les deux populations. Les personnes que nous avons sollicitées dans l’écoquartier de La Courrouze trouvent, significativement, leur quartier plus beau, plus verdoyant et plus sûr. En revanche elles le trouvent, significativement, moins central et moins urbain, que les personnes du groupe contrôle.
- Enfin, on observe une différence significative à propos du lieu rêvé pour déménager. Près des 2/3 des personnes du groupe contrôle choisiraient la ville, 26 % préférant la campagne. 4 % seulement choisiraient un écoquartier. Quant aux habitants de notre groupe témoin : 49 % voudraient déménager à la campagne, 29 % iraient « en ville », 22 % des sujets conserveraient le choix écoquartier.

29Malgré cesiu choes s>Quelquee17

3.1.2. Instruments decipants

Ceps"Terri du consenriques de lrenhangement d nt en termes de cs, de labels envinvisbordot d pour té co al, 2000 ; MilfoEuroGirandola, 2010).

3.1.4. Qualités psychomeffenriques deemment éologiqucr, à laem>« les troiseicitéeshà laquelle 26 %é deres sur les comportements giquie de Rennencours dominuve17M liés à et marquénormigne queeres sur les c’adhésiunoologiques ÉcoQuigne renent dr de l'00 igne reneeau de l’appen œuvre de politiq« classique ».

Contiede l’appuizz suvelle viecologiquesn de reen verèglemenières normes envir(e.g.plus ni moJeêle-in de limiter le pmlaires (tri.ement dur)ogique actuel. us nneeau de l’appen œuvre de politiq« 0acité é : celle épendant>Concernant port donner et conformeurs norms dhent êmmentrencen œuvre d drancevisente en verèglemenières normes envir(e.g.plus ni moD que les an>Eirents, ne pt cisce de la m lieues du gro consenrtallatiles habi du qquartse cettit quaernaste à tion de l’erté" p (20 appdifféive plus lQuartsevcologût, leur qiés.aite à GVerdule.rdonndant m ville,chonts de en fiorga forte prères normes envla Couà GVelassique ».

savmet rétriques de l'naires sur les comportements d'inventaire de Milfo Vazede notroumies biais 3n3">3.1.mographiq d'iurhou culturel en conurhou cultx popue nontrais, rest les no que cVazede notonclué desdu quartiurhou cnnent lieuche elbles de n’unes futureune dr duirésidahà lpe contrconut lonesronnementale.

3.1.3. Procipants

3.1.te norme,e et idi moJentation de Jellison etla Courum">53.1.,'évènemeormativaide dépendradigmaquette de e l'0ment ve beaem>différeles n cnux poncipaux asont e cetdiffbr /'human d'abord/a> mi (condiprulisé sur un qi mo( lieuee, portaux afisanes deutola ques mêmclaiezin de limhEn p diptiviter le p av. Enp dtre prntelnt diptive, durneeo»5«/iff, d'abord/a> me (condition qi mo( lieuee, portaux afisanes deutola ques gements ezim>«/iff, d'abord/a> m en co clairvoyance n(Plieuee, portaux afisanes deutola ques gements ez...Quaerche de là la n(parfaiteleure donner d'e socialem et -normcm">53.1.tés:aem>différes personnes qu'humanit m lieuepan>M liés àiologiqueit m

art es nt etré que la clairvoyanrt écolode">7...observe unesdu quartialors : lobent,ux ares en ltand/a> ivpon clairvoyas image l: lobent,ux ares en ltand/a> iv en co clairvoya pre à ,écart ennt etré que la e franlnt êmutreoallaayative cart ennt d'abord/a> m en cocondition qse cos, plucart ennt d'abord/a> me (condition .tieres p savnformer. It cl a répotdegoent et la-e (To+4t pacart ensdu qu-e ima0nrt écolodlle,cho, 22ns dUne personn,entale (HQ'émert ensdu qus ann+4nrt écolodlle,cho, 22nUne personnelassique ».

Afin srtier la grande csodeogements neu dant de faire xteumer3ers auraient ufianir l'impo/span>Quelque licartisaine distancele,choquaeoporeParticponsabe de la population.

art es obent,s partialdifqucos nbach5) à ado àsnrt nvisté sd>Af- savsêmclaiertiers bem>« herve une>Afneprulisé sur un q(fianir l'imffeualielle hétérotialors : t Somat, 1991). Dee,ourse actuel. a l'nairedéfinns eristécolun s futureune sformitécoquartichoméce malgré te nide ladifférence sine distancele,t às... ironnem1). r
« les troie: cépola population.

4

Ran>Quelqu3. Proc4

2tiqueae,lgrépitste df cimilase d’en réiqueae,eleuyntdeseet résunement, u">art es obent,s aulisé sur un ins, amis etc.

a rartuur l’a">Tiqueae,2. Tiqueae,eleuyntdeseet sàs... s, u">art es mentaee,oursnts de 22nUe,ours spontangs, que c'esdocarfaxe/er d'/10961/erg-2-small580.png"ants="iborSet clerg srcesdocarfaxe/er d'/10961/erg-2-small480.png"aalt="Tiqueae,2. Tiqueae,eleuyntdeseet sàs... s, u">art es mentaee,oursnts de 22nUe,ours spontan"pe tftn A-dirirref="lasnts="nofollow" iborOrig"ue c'esdocarfaxe/er d'/10961/erg-2.png">Origie la(pnge53k="#ftn4
4

Cgnificativemontré que la clairvoyaevieran>Quelqu3. Proc4

a rartuur l’a">Tiqueae,3.>Ran>Quelquinl'id rentré que la clairvoyags, que c'esdocarfaxe/er d'/10961/erg-3-small580.png"ants="iborSet clerg srcesdocarfaxe/er d'/10961/erg-3-small480.png"aalt="Tiqueae,3.>Ran>Quelquinl'id rentré que la clairvoya"pe tftn A-dirirref="lasnts="nofollow" iborOrig"ue c'esdocarfaxe/er d'/10961/erg-3.png">Origie la(pnge15k="#ftn4

art es nt etré que la clairvoyanéhabisuppose don suivate : habiter un ò ls, (: habiter un =62.13, personnes du gro =50.7Poultp<0.0et Ghumainnt, nser que lement dit, l'ognificatdividus sont nt à penser que les personnes du grou Cevoyeaa et cers auraient une meilleure connaissance du fonctionnement socint d plus speers auraient une la grande compairession des déterminants des conduinstaiyen dadhésion à la norme pro-envirlassique ».

pan>Quelquess loogidirm3.1.ociale formeritblque actuel. e nomiaçon f.éiqueae,ment trait)ns, amis etc.

a rartuur l’a">Tiqueae,4.>Ran>Quelquietré que la clairvoyanstionnaurem>« les trogs, que c'esdocarfaxe/er d'/10961/erg-4-small580.png"ants="iborSet clerg srcesdocarfaxe/er d'/10961/erg-4-small480.png"aalt="Tiqueae,4.>Ran>Quelquietré que la clairvoyanstionnaurem>« les tro"pe tftn A-dirirref="lasnts="nofollow" iborOrig"ue c'esdocarfaxe/er d'/10961/erg-4.png">Origie la(pnge16k="#ftn4 4

Cgnificative'irvoyance et adhésion nor4 a rartuur l’a">Tiqueae5.>Ran>Quelquinl'id reirvoyance et adhésio, que c'esdocarfaxe/er d'/10961/erg-5-small580.png"ants="iborSet clerg srcesdocarfaxe/er d'/10961/erg-5-small480.png"aalt="Tiqueae5.>Ran>Quelquinl'id reirvoyance et adhés"pe tftn A-dirirref="lasnts="nofollow" iborOrig"ue c'esdocarfaxe/er d'/10961/erg-5.png">Origie la(pnge15k="#ftn4

art es lieuee, portaux  les troienomiaçsns, amis etc.

a rartuur l’a">Tiqueae,6.>Ran>Quelquinl'id reirvoyance et adhés stionnaurem>« les trogs, que c'esdocarfaxe/er d'/10961/erg-6-small580.png"ants="iborSet clerg srcesdocarfaxe/er d'/10961/erg-6-small480.png"aalt="Tiqueae,6.>Ran>Quelquinl'id reirvoyance et adhés stionnaurem>« les tro"pe tftn A-dirirref="lasnts="nofollow" iborOrig"ue c'esdocarfaxe/er d'/10961/erg-6.png">Origie la(pnge15k="#ftn4

« les troi(en termes de cst neeau de l’appen œuvre de politiq) et plus sûr,écart en l'idevdrenent dr dchomefticipation decoquartier est significatfa le pr, en s, pobent,t idéalinser que les ormat dit, l'mographiq dé25,3univ31,6,tp<0.0et Gereont-ellesmêmc ce qus le trousujet,mer lant e cetluction, nt à penser que les habitants des sVazel,centurs, allianets l,centnable3.1.ocilus large qironnementale.

Cgniicade e :toncluss troietlisé sures de ion normative

29

Mementale.puises perne ptocto1n3">3. Mre dmpêriph'lle que neemén cc ? Eon ou d’un rès des 2/3 des personnesironnet et d'epondre danerne pes eim>«es pela gte de lrEs: tec gte ct eauf, ie ire d. Maie">7..nt ainsi uneprude uns, sub les indilihodologie on y souscrit ?

ant eel serar /es no qinqsi autom le reste de hoix entre un éotiart es n'irvoyance et adhésiognificativement1.ocilus lart es nt etré que la autom lee actuel. us nour msons pensquénocoQustionnap rrait-idahà tre prnteermes de cst neeau de lsappen œuvre de politiqu Cevoypdifféive plefticipation dres las autnctionogn,des ha0D'un rnteermes de p,urnièrer plus btupan>Surn fonction de ce qu ont mouelle à la n sociale aapaxer se dCevoypdifféiv Nous avionnon pas e de ce qurnièrer plundreiÉco-Reement dit, le discours habitt idéaliseffeir de polcres pe'ce qu'eà nost donnedresjl'osance ou non-cen rdistanceluremt ares enrement que le disco? Didéfie pdd de faieaa ets quellhodologie en>Cepet unisfai ir la onaient l'exi reste de hes logemeificativEirents, ne pogide nouv laie l? Eode par leur choixnlassique ».

7..urs, alliant ,uartialoologie e:ent,s oriente actuel. us nnent dr de l'0ogidirmtndire autreévous sper, 1ncitt idéalinser que les habitants des déménusonla norme pro-env toyeniaçot se hervoyanteemeaccr et la fendue Eirents, ne pe auprificat.uest l'ividu peut ont mo(mais nsi uneex eeisancede adhésion le discours(autom lociale dmve d’une injonction p de,arévèdeu-raie Me et agir endeement dit et plus sûr,en>Cependant,'nes que uldifte hco-R cnu écoennenco ne dule chgemeiaroles="tocto1n2">2. Les habitants des snreme. 4,eeier.
laie l? Eaient un Lr que faire le choix de vivre dans unt l'iuestio, ne ,dbord/deravons sn>Cepet uR cntarticpect et de lours sCepet uR cntmporvitt idé'nn certtme (mais p. À l,cente plus lQuartse écol e active, ndre nriqrsntre-normative, cre autr pens' suivarhoix de vivre dans unte norme, éme choe afin sect et de lprescriobserve uide line distancele,t' <» enués (ment,înciale poslle à enori au quotentre un réalignif-ure ronnement Eaient un lassique ».

7..radace l’appiobserve t"> savmet rricité actuel.ale. En effet, enréseut ontmpagé'nsavn3nce n(us nJetive articime">7..itantotentre un ron2128t sav,nmer. I penser que les habitants des Een copeers irvoyance et adhésiepon dnu qse cosa nàpersonnes du groud'entre nous....

28t savt l'ile oueut-il imanctionirvoyanr ainsi qu’u(mais un jugemeco que le rs, alliant ,ut marquéen filigrane, une pn sectxigir en(us large qu savmese distancipation dt se hensi qu’u l'idenchomécent dr de : savBruck leur pejetive rdonndant m ville,chonts de en fiorga forte prères normes envites soci et al., iobserve uide lrotiart es (ignific'nsavn3nomisesunement, u">arge qu savm) ogidirmt, ont moligrane, une pn'si, lasse hensi qu’u5Cependant,'nes quresjarge qu savm,) ont monment,i d’orin filigrane, une pagnificativ perceptionnsiinueParticipat moligrane, une ple,choificatint ain (mais pietlis'à laquspan>A,nnementat se her perḿmoct,i ert sectxigirḿe l'0oipax répat se heidahà lmirro-le à 5ta fodgncôtérotinser que lndue pppen œuvre x populnt lcautiomoiés ànfse con, 22ndevocéat de saisoyants da la feaises descricatde déo'humEn citeta fon fiooint de vuendrant par ctiive e que le rs, alliant autom: tee publide nouentre nous....

bipoles socip cois, 19N.géti2,k leur pe sociAicpproche mouelle à la ni moes soci et Augamenthiencipau4. Qua">3. Men œuvre, URLruck socilass="texhttp://lodel.e, vre xi sur.fr/nthienc4. Qua">3. en œuvre/aissx.php?id=1640">http://lodel.e, vre xi sur.fr/​nthienc4. Qua">3. en œuvre/​aissx.php?id=1640ion nore nous....

aire du vgo-cpe"ue c'estrs, ale-10961">nergipau4lee"#ftn4 nous....

n ootnoipoles socy" set de "textandnotes"> set de "tlass="texte">te q">Bipoles sociparanumb méthode

n nous....

nous....

Berdoulay V., Soubeyran O., 2002, L’écologie urbaine et l’urbanisme : aux fondements des enjeux actuels, Paris, La Découverte.

Bruckner P., 2011, Le fanatisme de l'apocalypse, Paris. Grasset.

Brundtland G.H., 1987, Our common future, Oxford, Oxford University Press.

Cialdini R., Reno R., Kalgren C., 1990, A focus theory of normative conduct : recycling the concept of norms to reduce littering in public places, Journal of Personality and Social Psychology, 58, p. 1015-1026.

Channouf A., Py J., Somat A., 1995, « Internalité, clairvoyance normative et pratiques pédagogiques », Cahiers Internationaux de Psychologie Sociale, 26, p. 72–87.

Corral-Verdugo V., 1997, "Dual 'realities' of conservation behavior : Self-reports vs observations of re-use and recycling behavior", Journal of Environmental Psychology, 17, p. 135-145.

Dubois N., 1988, "The norm of internality : Social valorization of internal explanations of behaviors and reinforcements in young people", Journal of Social Psychology, 4, p. 431–439.

Dubois N., 1994, La norme d’internalité et le libéralisme, Presses Universitaires de Grenoble, Grenoble.

Dubois N., Le Poultier F., 1993, « Effet du libéralisme pédagogique sur l’internalité et la clairvoyance normative », in Beauvois J.L., Joule R.V., Monteil J.M. (Eds.), Perspectives cognitives et conduites sociales : jugements sociaux et changement des attitudes, vol. 4, Delachaux & Niestlé, Neuchâtel, p. 83–94.

Dunlap R.E., Van Liere K.D., Mertig A.G., Jones R.E., 2000, “Measuring endorsement of the new ecological paradigm : A revised NEP scale”, Journal of Social Issues 56 (3), p. 425–442.

Emelianoff C., 2006, « Connaître ou reconnaître les inégalités environnementales ? » ESO Travaux et Documents, n° 25, déc., p. 35-43.

Eurobarometer, 2009, Special Eurobarometer 322 : European's attitude towards climate change, European commission.

Félonneau M.L., 1994, « Les étudiants et leurs territoires », Revue française de sociologie, 4, p. 533-559.

Félonneau M.L., Becker M., 2008, "Pro-environmental attitudes and behavior : Revealing perceived social desirability", Revue Internationale de Psychologie Sociale, 21, 4, p. 25-53.

Fleury-Bahi G., 2010, Psychologie et Environnement : des concepts aux applications, Bruxelles, De Boeck.

Holahan C.J., 1982, Environmental Psychology, NY, Random House.

Jellison J.M., Green J., 1981, "A self-presentation approach to the fundamental attribution error : The norm of internality, Journal of Personality and Social Psychology, 40, p. 643–649.

Milfont T.L., Duckitt J., 2010, “The environmental attitudes inventory : Availed and reliable measure to assess the structure of environmental attitudes”, Journal of environmental Psychology, 30, p. 80-94.

Moser G., Weiss K., 2003, Espaces de vie : aspects de la relation homme-environnement, Paris, Armand Colin.

Pachauri R.K., (dir.), 2007, Bilan 2007 des changements climatiques, rapport de synthèse GIEC.

Pelletier L., Green-Demers I., Béland A., 1997, « Pourquoi adoptez-vous des comportements écologiques : validation en langue française de l'échelle de motivation vis-à-vis des comportements écologiques », Revue canadienne des sciences du comportement, p. 145-156.

Pol E., Castrechini A., Di Masso A., 2010, « Développement durable : attitudes, compétences et cohésion sociale », in Weiss K., Girandola F. (dir.), Psychologie et développement durable, Éditions In Press, Paris, p. 95-117.

Proshanski H. M., Fabian A. K., & Kaminoff R., 1983, "Place-identity", Journal of Environmental Psychology, 3, p. 57-83.

Py J., Ginet A., 1999, « Clairvoyance normative et attribution causale dans le cadre d’une situation de formation d’impression », Revue Internationale de Psychologie Sociale, 12, p. 7–35.

Py J., Somat A., 1991, « Normativité, conformité et clairvoyance : leurs effets sur le jugement évaluatif dans un contexte scolaire », Beauvois J.L., Joule R.V., Monteil J.M. (Eds.), Perspectives cognitives et conduites sociales, Vol 3. DelVal, Cousset, p. 167–193.

Sauvé L., 1997, Pour une éducation relative à l'environnement, 2ème édition, Montréal, Guérin.

Somat A., Vazel M.-A., 1999, "Normative clear-sightedness : A general knowledge of social valuation", European Journal of Social Psychology, 29, p. 691–705.

Tozzi P., 2014, Enjeux participatifs dans l'adaptation urbaine durable. Mises en perspectives d'opérations d'écoquartiers bordelais, Sud-Ouest européen.

Weiss K., Girandola F., 2010, Psychologie et développement durable, Dunod, Paris.

Haut de page

Notes

1 « Il n' y a pas une espèce sur terre aussi peu durable que l'homme » (Paccalet, 2011).

2 « En 2007, l'humanité a utilisé l'équivalent d'une planète et demie » (Kempf, 2010).

3 Nous reviendrons, plus tard, sur cette notion de désirabilité.

4 En l'absence d’une définition officielle, nous considérerons, de façon un peu triviale, que c'est un « morceau de ville» imaginé et construit pour préserver et valoriser a maxima l’environnement dans lequel il est érigé. C'est, autrement dit, un projet d'aménagement urbain qui respecte les principes du développement durable tout en s'adaptant aux caractéristiques de son territoire (définition du ministère de l'égalité des territoires et du logement).

5 Cette plaquette, écrite par la société "Territoires" basée à Rennes, est le résultat d'un travail collaboratif entre la mairie de Rennes, les architectes et urbanistes responsables de la réalisation technique de la Courrouze et une équipe de communicants. Elle est une fidèle retranscription du discours des principaux acteurs de ce quartier et constitue, ainsi, un document fiable et utilisable dans le cadre d'une étude scientifique.

6 Ce biais méthodologique est partiellement traité ci-dessous mais sera repris dans la partie résultats et commentaires.

7 Cf. Quizz sur les gestes écologiques au quotidien sur le site du MEE#1.ocilus lart esp (KespnR.2he"> ss="section">Notes

elas[ch, r grâcomme s, de SPSS"> ssticle-10961">Haut de page

t">No"notes" class="section"> t pualoouze

Notes

Ttude sNo"t pualoouze

préer"notesbaspage"> iabrer"notesbaspage"> la t cr"notesbaspage">URLy -bbulasth"notesbaspage">http://ja tnals. penedgalit.org/de s'adaptantaux car/le abanxe/prée/v> td"notesbaspage"> infor"notesbaspage"> td"notesbaspage"> préer"notesbaspage"> iabrer"notesbaspage"> la t cr"notesbaspage">URLy -bbulasth"notesbaspage">http://ja tnals. penedgalit.org/de s'adaptantaux car/le abanxe/prée/v> td"notesbaspage"> infor"notesbaspage"> td"notesbaspage"> préer"notesbaspage"> iabrer"notesbaspage"> globn terl

la t cr"notesbaspage">URLy -bbulasth"notesbaspage">http://ja tnals. penedgalit.org/de s'adaptantaux car/le abanxe/prée/v> td"notesbaspage"> infor"notesbaspage"> td"notesbaspage"> préer"notesbaspage"> iabrer"notesbaspage"> rl

la t cr"notesbaspage">URLy -bbulasth"notesbaspage">http://ja tnals. penedgalit.org/de s'adaptantaux car/le abanxe/prée/v> td"notesbaspage"> infor"notesbaspage"> td"notesbaspage"> préer"notesbaspage"> iabrer"notesbaspage"> globn teadh onenormapavaastd"notesbaspage"> la t cr"notesbaspage">URLy -bbulasth"notesbaspage">http://ja tnals. penedgalit.org/de s'adaptantaux car/le abanxe/prée/v> td"notesbaspage"> infor"notesbaspage"> td"notesbaspage"> préer"notesbaspage"> iabrer"notesbaspage"> globn teadh onenormapava  au quottros etitansze td"notesbaspage"> la t cr"notesbaspage">URLy -bbulasth"notesbaspage">http://ja tnals. penedgalit.org/de s'adaptantaux car/le abanxe/prée/v> td"notesbaspage"> infor"notesbaspage"> td"notesbaspage">Haut de page t pualoouze "notes" class="section"> E#1.ouze

Notes

P a mcitelité R/pftrivicieélNotroe éqass3s="section"> Docilr pan> familyNamcr"Laugaa

familyNamcr"Camplitas

, « Normein q-l est érigéadre d'taireer etes< : les aradh one d'cl

comtailtatles arhabide s et'ur li, un documehabide s etnsi, un docordin

Den s'adaptant aux caraume.

[itioigne], Vol. 6, n°2 | Septemb ar2015, ms eetioignert e30 septemb ar2015, nt f ètee 14t encemb ar2017. URL : http://ja tnals. penedgalit.org/de s'adaptantaux car/v> ssticle-10961">Haut de page E#1.ouze "notes" class="section"> bibhor

Notes

Austitu

ticde pagv> familyNamcr"Laugaa

s3s="section"> e qincipas ss="section">ticde pagv>Grégère Le pan> familyNamcr"Camplitas

s3s="section"> e qincipas ssticle-10961">Haut de page bibhor "notes" class="section"> lierbse

Notes

Dross et’austit

bue/span>Den s'adaptant Dux caraumeT

ssticle-10961">Haut de page lierbse"not> le Bote"notes" class="seion">ss="textavEntin ds bottom"sticrev="fintgems"cle-10961"Cintgems"cde pagv>850" itle="Vol. 6, n°2 |r2015 Patreer etesS

an> separator">"n

<36" itle="Q, un dos aux carion atreer etesan> separator">"n

corpe De dans lsdemis y --> .tavEntin ds bottom"not> mpes not>  #fintgemnotes" classion"> av">" es" class="Navigaalitash1>" es" class=" avEntrie r"ss="es" class="seis="Indexass="ss="es" class="seiul>ss="sees" class="sectili>ticde pag8071 Austitu --> li>ss="sees" class="sectili>ticde pag8063">Mots-cl --> li>ss="ss> tavEntrie not" es" class=" avIssue r"ss="es" class="seis="Numtrioo"eti eeintégralass="ss="es" class="seiul/h2> issue r"ss="sees" class="sectili>ticde pag11863">>an> number">Vol.8, n°3 | Novemb ar2017

iablcr"Capidemen est érigéad ynamite dusocao-ur lnomfinitiose.

li>ss="sees" class="sectili>ticde pag11702">>an> number">Vol. 8, n°2 | Jut potr2017

iablcr"Lula sfintrert echanles priclimapaé cidemaîtemenue de ldemande"t’urnersie li>ss="sees" class="sectili>ticde pag11521">>an> number">Vol. 8, n°1 | Avreme2017

iablcr"Modu loge etnsi, lifieetes tidiees li>ss="sees" class="sectili>ticde pag11358">>an> number">Vol. 7, n°3 | Dencemb ar2016

iablcr"Modu loge etnsi, lifieetes tidiees li>ss="sees" class="sectili>ticde pag11292">>an> number">Vol. 7, n°2 | Jut potr2016

iablcr"Lques detes li>ss="sees" class="sectili>ticde pag11>85">>an> number">Vol. 7, n°1 | Avreme2016

iablcr"A alyseeinfiabltze nelniKees painagems r a ma lici eetest érigéaux li>ss="sees" class="sectili>ticde pag11>06">>an> number">Vol. 6, n°3 | Dencemb ar2015

iablcr"Lques detes li>ss="sees" class="sectili>ticde pag1>850">>an> number">Vol. 6, n°2 | Septemb ar2015

iablcr"Patreer etes li>ss="sees" class="sectili>ticde pag1>714">>an> number">Vol.6, n°1 | Maos 2015

iablcr"Gédiv idie(s)aumeDross(s) li>ss="sees" class="sectili>ticde pag1>324">>an> number">Vol. 5, n°3 | Dencemb ar2014

iablcr"Gédhistère ees risfinit

s patemmoini entuur ms fluviaux li>ss="sees" class="sectili>ticde pag10239">>an> number">Vol. 5, n°2 | Jutnr2014

iablcr"Varia li>ss="sees" class="sectili>ticde pag10077">>an> number">Vol. 5, n°1 | Fen rilr 2014

iablcr"Écle sie indualo de faur lnomnue de lfoncuze n< loge li>ss="sees" class="sectili>ticde pag9873">>an> number">Vol. 4, n°3 | Octob ar2013

iablcr"Les co dgalit etnsn qducalitntre la nstort aux car li>ss="sees" class="sectili>ticde pag9758">>an> number">Vol. 4, n°2 | Jut potr2013

iablcr"Santét li>ss="sees" class="sectili>ticde pag9634">>an> number">Vol. 4, n° 1 | Avreme2013

iablcr"La biodiversit d'uecte le-t-elniKt e. li>ss="sees" class="sectili>ticde pag9372">>an> number">Vol. 3, n° 3 | Dencemb ar2012

iablcr"Varia li>ss="sees" class="sectili>ticde pag9218">>an> number">Vol. 3, n° 2 | Jut potr2012

iablcr"TramiquvertNo"ncipes li>ss="sees" class="sectili>ticde pag9148">>an> number">Vol. 3, n° 1 | Mair2012

iablcr"Varia li>ss="sees" class="sectili>ticde pag9040">>an> number">Vol. 2, n° 3 | Dencemb ar2011

iablcr"Varia li>ss="sees" class="sectili>ticde pag8917">>an> number">Vol. 2, n° 2 | Mair2011

iablcr"Cultur t

en s'adaptant aux car:uver cte lcordresocaml? li>ss="sees" class="sectili>ticde pag8717">>an> number">Vol. 2, n° 1 | Maos 2011

iablcr"Fonstit 4 li>ss="sees" class="sectili>ticde pag8428">>an> number">Vol. 1, n° 3 | Dencemb ar2010

iablcr"Lectur s hà Re qdoxe tout en s'adaptant aux car li>ss="sees" class="sectili>ticde pag8519">>an> number">Vol. 1, n° 2 | Septemb ar2010

iablcr"Pays let

en s'adaptant aux car li>ss="sees" class="sectili>ticde pag8385">>an> number">Vol. 1, n° 1 | Mair2010

iablcr"Cooptriouze t encentrourr/pet

en s'adaptant aux car li>ss="ss="es" class="seis="Doss dos>an> number">Doss do 12 | 2009

iablcr"Idns loge , patemmoini ee deNotefst

en s'adaptant la n car li>ss="sees" class="sectili>ticde pag6753">>an> number">Doss do 11 | 2008

iablcr"Catastrophnit li>ss="sees" class="sectili>ticde pag5143">>an> number">Doss do 10 | 2008

iablcr"Bi ns fidèlit li>ss="sees" class="sectili>ticde pag9533">>an> number">Doss do 9 | 2007

iablcr"Int du loge sur le site d, int du loge ssocau ds li>ss="sees" class="sectili>ticde pag9535">>an> number">Doss do 8 | 2006

iablcr"Mement traiteiten s'adaptant aux car li>ss="sees" class="sectili>ticde pag1430">>an> number">Doss do 7 | 2006

iablcr"Proximitét li>ss="sees" class="sectili>ticde pag1429">>an> number">Doss do 6 | 2006

iablcr"Lnt).

e de’eau li>ss="sees" class="sectili>ticde pag1421">>an> number">Doss do 5 | 2006

iablcr"Éclnomnupluo de fation tech

en s'adaptant aux car li>ss="sees" class="sectili>ticde pag102">>an> number">Doss do 4 | 2005

iablcr"Lauit poe d'el il j(Pacc Den s'adaptant Dux car li>ss="sees" class="sectili>ticde pag1>7">>an> number">Doss do 3 | 2004

iablcr"Lnt)titansze ivalinoe d'socau dacc Den s'adaptant Dux car li>ss="sees" class="sectili>ticde pag1>6">>an> number">Doss do 2 | 2003

iablcr"Gonvernaicielocadre d'Den s'adaptant Dux car li>ss="sees" class="sectili>ticde pag1>5">>an> number">Doss do 1 | 2002

iablcr"Apn qches . li>ss="ss="="es" class="seis=> bllIssue r"ticde pag8426">Ta patisçumtriooas--> s2>ss> tavIssue not" es" class=" avC deNotee Seco daryr"ss="es" class="seis="Vi

Varia (2004-

li>ss="sees" class="sectili>ticde pag3864 P i s etnsvue (2003-

li>ss="sees" class="sectili>ticde pag3872">Lectur s (2002-

li>ss="sees" class="sectili>ticde pag11593r"Apn ms àefintribualit e li>ss="ss="es" class="seis="Licrevclass="ss="es" class="seiul>ss="sees" class="sectili>ticde pag3918">>an> li>ss="sees" class="sectili>ticde pag1268r"Comitéu --> li>ss="sees" class="sectili>ticde pag11700">Re ercanagems mexiurvaluettitu --> li>ss="sees" class="sectili>ticde pag1269">Doss do Thàmapaé cideRubraé cVaria –atic < daalit en teaustitu --> li>ss="sees" class="sectili>ticde pag11312">Rubraé cLectur s –atic < daalit en teaustituelle, noutic nsze lle, n onvraphy --> li>ss="sees" class="sectili>ticde pag9862">>an>Den s'adaptant aux caraume.

li>ss="ss="es" class="seis="Informapae s="ss="es" class="seiul>ss="sees" class="sectili>ticde pag3925">>an> li>ss="sees" class="sectili>ticde pag3924">>an> li>ss="sees" class="sectili>ticde paghttp://ja tnals. penedgalit.org/de s'adaptantaux car?raph=informapae P

li>ss="ss> tavC deNotee Seco dary not" es" class=" avSyndieetes Fl teRSS --> li>ss="ss> " es" class=" avNewslté r r"ss="es" class="seis="Lté el iinformapae s="ss="es" class="seiul>ss="sees" class="sectili>ticde paghttp://newslté r. penedgalit.orgr"LauLté el iOpenEdgalitas--> li>ss="ss> es" classi tav notes" classion"> raios">" es" class="Aff li>ss="es" class="seili>ticde paghttp://www.cnrs.fr/inshs/" itle="CNRS –aInfiablt sNo"rs dci eivalinose d'socau dse Laio CNRS –aInfiablt sNo713/cnrs_inshs-small120.png" widthag120" heightag64 /las--> li>ss="es" class="seili>ticde pag" itle="Assocautes e Laio Assocautes<eDen s'adaptant aux caraume.</p>
     e src  le abanxe/prée/9628/raio-   eau-small120.png li>ss="es" class="seili>ticde paghttp://www.univ-lt po1.fr/"e itle="Universit d'Lt po1e Laio Universit d'Lt po1e src  le abanxe/prée/v1357/38040_raio-la ns-small120.png li>ss="es" class="seili>ticde paghttp://ceraps.univ-lt po2.fr/"e itle="Cerapse Laio Cerapse src  le abanxe/prée/9629/DDT_raio_CERAPS-small120.png li>ss="es" class="seili>ticde paghttp://clerse.univ-lt po1.fr/"e itle="Clersee Laio Clersee src  le abanxe/prée/9630/DDT_raio_CLERSE-small120.png li>ss="es" class="seili>ticde paghttp://tves.univ-lt po1.fr/"e itle="Tv e Laio Tv  e src  le abanxe/prée/9631/44347_raio_TVES_eca n-small120.jpg li>ss="es" class="seili>ticde paghttp://www.asrdlf.org/" itle="Asrdlfe Laio Asrdlfe src  le abanxe/prée/9632/DDT_raio_ASRDLF-small120.png li>ss="es" class="seili>ticde paghttp://vertigo.aevcls.org/" itle="Vertigoe Laio Vertigoe src  le abanxe/prée/9625/raio-vertigo-small120.png li>ss="es" class="seili>ticde paghttp://ja tnals. penedgalit.org/" itle="Portairidelaevclo"etiS, dci eivalinose d'socau dse OpenEdgalituJa tnalse src  prées/raio-  vclo-org.png li>sses" classi raios notes" classion"> footer">sses" class=" first">ISSNeélNotroe éq 1772-9971> sssses" class="ticde paghttp://ja tnals. penedgalit.org/de s'adaptantaux car/?raph=map PmenKespsithy --  – ticde paghttp://ja tnals. penedgalit.org/de s'adaptantaux car/?raph=backend">Fl te yndieetes< --> sssses" class=" 2> t">ticde paghttp://ja tnals. penedgalit.org/">, suradh iale àeOpenEdgalituJa tnalsy -- – ticde paghttp://www.lodel.org/">Édit d'uvec Lodely -- – ticde paghttp://ja tnals. penedgalit.org/de s'adaptantaux car/lodel/">Accès xima lRe sses" classi footer"not> wrapper"not> a rWrapper"notes" c//Cit d'pars" cvar _paqe= _paqe|| []; s" c// loocker meent s like "setCualomDitansze e should bifiq pod bifore "loockPéeView" s" c_paq.push(['setCualomVariacar', 1, 'Doalin', le dans .doalin, 'raph']); s" c_paq.push([' n carCrossDoalinLinking']); s" c_paq.push(["setDe dans Tablcr, le dans .doalin + "/" + le dans . itle]); s" c_paq.push(['loockPéeView']); s" c_paq.push([' n carLinkToocking']); s" c(funcuze () { classvar u https://pk.e Resticde pag'+dapa.url+'e>'+dapa.nami+'sig einan><>").html("pan> \"cookie \">By accesqing this websith, you acknowpodge and acceip the uselof cookies.'ticde pa\ghttp://www. penedgalit.org/6540\r"More informapae a> \"closecookiealert\"> qinciptes" c penbarrer"ss="es" claion">ss="tex penedgalit"t" es" c claion"t" es" c clalaion">ss="texfirst"> c clalaiicde paghttp://www. penedgalit.org">OpenEdgalitas-- c clalaiul/h2> subansu nav-toggle-show"t" es" c clalalalaili>ss="selalalai

ticde paghttp://books. penedgalit.org">pan> iablcr"OpenEdgalituBooks li>ss="seeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeee s" cssssssssssssssili>ticde paghttp://books. penedgalit.org/eetae sue">Books li>ss="seeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeee s" cssssssssssssssili>ticde paghttp://books. penedgalit.org/publish r r"Publish r li>ss="seeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeee s" cssssssssssssssili>ticde paghttp://books. penedgalit.org">Further informapae a>ss="selalalai/ul>ss="seeeeess="selalaes" c clalalalaili>ss="selalalai

ticde paghttp://ja tnals. penedgalit.org">pan> iablcr"OpenEdgalituJa tnalsy

li>ss="seeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeee s" cssssssssssssssili>ticde paghttp://www. penedgalit.org/eetae sue-ja tnalse Ja tnalsy --> li>ss="seeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeee s" cssssssssssssssili>ticde paghttp://ja tnals. penedgalit.org/6438">Further informapae a>ss="selalalai/ul>ss="seeeeess="selalaes" c clalalalaili>ss="selalalai

ticde paghttp://cie da.org">pan> iablcr"Cie day

c aba1uncis sesy --> li>ss="seeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeee s" cssssssssssssssili>ticde paghttp://cie da.org/seespor"A a1uncis sesy --> li>ss="seeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeee s" cssssssssssssssili>ticde paghttp://cie da.org/about">Further informapae a>ss="selalalai/ul>ss="seeeeess="selalaes" c clalalalaili>ss="selalalalalai

ticde paghttp://hypotheses.org">pan> iablcr"Hypothesesy

li>ss="seeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeee s" cssssssssssssssili>ticde paghttp://www. penedgalit.org/eetae sue-t">Nbooks">Be ss eetae suey --> li>ss="seeeeeeeeeeei/ul>ss="seeeeess="selai/ul>ss="se> " eeeeeeeeee s" cssssssion">ss="tex2> t nav-toggle-show"t" es" class="seiul/h2> subansu"t" es" c clalalalaili>ss="selalalai

ticde paghttp://newslté r. penedgalit.orgr"pan> iablcr"Newslté ry

li>ss="seeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeee s" cssssssssssssssili>ticde paghttp://seespo. penedgalit.org/indexalert.php?a=e qincipas iablcr"Alertstand subqincpuze

ss="selalalai/ul>ss="seeeeess="selalaes" c clalalalaili>ss="selalalaiicde paghttp://www. penedgalit.org/14043">OpenEdgalituFre umas-- c clalaeess="selai/ul>ss="sess="selalaes" c clalalaion">ss="texaoign-right"t" es" c clalalalaiform ss="seeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeee s" cssssssssssssssi " eeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeee s" cssssssssssssssssiinput nami="q" type=" " /l s" cssssssssssssssssion">ss="texseespo-choice"t" eeeeeeeeeeeeeeeeee s" cssssssssssssssssssiinput type="radiopage">theja tnalradiopanami="ul" valuiaghttp://ja tnals. penedgalit.org/de s'adaptantaux car" checkee">checkee" /l s" csssssssssssssssslailabel for">theja tnalradiop>the ja tnal penedgalitradiopanami="ul" valuiag" /> ilabel for"> penedgalitradiop>in OpenEdgalitaslabell eeeeeeeeeeeeeeeeeei " eeeeeeeeee eeeeeeeeeeeeeeeeee s" cssssssssssssssssss="seeeeeeeeeee i " eeeei " eei " i " eeeees" claion">ss="texfintgxt nav-toggle-show"t" es" classion">h2> iablc-share"t" es" class="