Navigation – Plan du site
Publications de 2004

Roberto Camagni, Denis Maillat, Andrée Matteaccioli (éd.), 2004, Ressources naturelles et culturelles, milieux et développement local, Neuchâtel, institut de recherches économiques et régionales, éditions EDES

Bertrand Zuindeau

Texte intégral

1Le GREMI dispose à son actif d’une dizaine d’ouvrages. Cette nouvelle contribution collective prolonge le programme entamé, mais lui fait connaître aussi une inflexion importante. Jusqu’alors, les travaux du groupe privilégiaient les processus technologiques d’innovation. Or, ainsi que le soulignent les auteurs de l’introduction générale, Denis Maillat et Andrée Matteaccioli, cette nouvelle phase de recherche du GREMI se fonde sur «l’hypothèse que les ressources patrimoniales naturelles, historiques et socio-culturelles peuvent, aussi bien que le progrès technique, générer de nouvelles formes de développement local à long terme et même de développement durable» (p.1). Le concept de «milieu innovateur» a fait montre de sa fécondité pour traiter des technologies; il paraît raisonnable de supposer qu’il puisse s’appliquer à d’autres types de ressources. De cette hypothèse, s’en déduit une seconde que les différents chapitres vont s’employer à fonder et à illustrer: le patrimoine, qu’il soit naturel ou culturel, n’est pas un donné; c’est un construit social et le milieu innovateur joue, dans cette construction, un rôle-clef (p.5). Plus précisément, comme l’indiquent Leïla Kebir et Olivier Crevoisier, dans le chapitre intitulé Dynamique des ressources et milieux innovateurs (p.261-290), il convient de rejeter tout autant une conception des ressources «données une fois pour toutes» (p.262) et la vision, diamétralement opposée, selon laquelle «les ressources ne sont qu’un voile, (…) un sous-produit automatique du fonctionnement du système économique, [et] ne contraignent d’aucune manière le développement» (p.262). Dans l’entre-deux qui en résulte, entre contrainte à un moment donné et processus de construction-reconstruction permanente, «la ressource est en quelque sorte endogénéisée par le milieu local» (Matteaccioli, p.117).

2Sur cette base, l’ouvrage fait se succéder plusieurs chapitres, alternant conceptualisations et études de cas. Sont ainsi passés en revue: le «cluster» de restauration d’art à Florence, les ressources naturelles et culturelles de Belledonne (Alpes), le Puy du Fou (Vendée), la ressource patrimoniale offerte par une rivière d’Ile–de– France (la Bièvre), un quartier culturel de Lisbonne (le Bairro Alto–Chiado), le milieu innovateur de la région de Bilbao, le patrimoine socio-culturel de Rochefort–sur–Mer, le système de production de pommes de Val di Non (Trentin), le potentiel touristique offert par les anciennes mines d’asphalte (canton de Neuchâtel), le patrimoine lié au savoir-faire horloger (arc jurassien), et enfin —et peut-être de façon a priori plus surprenante, mais que la suite du texte justifie pleinement— les savoir-faire bancaires à Genève.

3Reprenant une typologie, établie par V. Peyrache-Gadeau et B. Pecqueur dans une publication antérieure, il est possible de classer ces différents cas de figure selon trois catégories: la valorisation d’une ressource spécifique contextualisée (pomme dans le Trentin, Puy du Fou…), la requalification d’une ressource (Belledonne, vallée de la Bièvre…), ou la valorisation d’une ressource latente (par exemple Bilbao) (cf. p.7).

4Pour qui s’intéresse à la problématique du développement durable, dans une optique territorialisée, ce nouvel apport du GREMI est précieux, et complète très bien d’autres approches, par exemple de type écologico-économique, qui mettent, quant à elles, l’accent sur les interactions entre écosystèmes et sociétés humaines. La grille analytique du GREMI confère, pour sa part, un rôle particulier à des notions telles que les réseaux, les effets d’apprentissage, les mouvements de territorialisation. Plus que des analyses en termes de «problèmes environnementaux localisés» ou de conflits d’usage1, elle privilégie une lecture de la qualification (ou requalification selon les cas) des ressources territoriales. Au-delà, en examinant la manière dont les sociétés construisent leurs ressources, elle peut aider, selon la formule de V. Peyrache-Gadeau et B. Pecqueur, «à l’identification de ‘modèles-types’ de durabilité» (p.88).

5Ce programme de recherche n’est pas achevé. L’invite de Peyrache-Gadeau et Pecqueur, indiquée à l’instant, constitue l’une des pistes possibles de prolongement. Pour notre part, nous en verrions volontiers deux autres:

  • Actuellement, on parvient mal à situer le poids des processus de construction-reconstruction de ressources dans les dynamiques économiques territorialisées. En optant pour le matériau monographique, les auteurs sont certes à même de préciser au mieux les formes prises par ces processus, mais, en revanche, ils se privent de la possibilité d’apprécier l’influence relative de ces phénomènes au regard des autres déterminations socio-économiques. Les processus étudiés constituent-ils une composante majeure des développements économiques territoriaux? Ou au contraire, s’agit-il d’une tendance limitée, de peu de poids face aux facteurs exogènes du territoire? Les objets exposés sont-ils de nature à porter un modèle prometteur pour l’avenir? Ou ne sont-ils que l’arbre trompeur cachant la forêt d’autres dynamiques? Pour l’heure, une réponse précise à ces questions fait défaut. Des analyses plus larges, s’appuyant probablement sur des données statistiques de niveau méso-économique, devraient pouvoir, à terme, compléter les analyses existantes.

  • Dans un ordre d’idée assez proche, mais mettant plutôt l’accent sur la dimension temporelle, on peut s’interroger également sur l’intérêt d’une éventuelle historicisation des processus décrits. Un certain nombre d’interrogations émergent qui, nous semble-t-il, n’ont pas encore reçu de réponses complètes dans l’ouvrage. Comment s’articulent les mouvements de construction-reconstruction de ressources avec les schémas de croissance passés, et en particulier les schémas fordiens ? Coexistaient-ils déjà auparavant? Ou s’agit-il de formes nouvelles, tendant précisément à supplanter ces modes d’accumulation «en crise»? La construction de ressources ne marquerait-elle pas alors la figure d’un changement de régime, le précédent étant axé sur la recherche de gains de productivité? Y aurait-il des liens entre ces processus territoriaux et ce qu’il est convenu d’appeler le(s) post-fordisme(s), avec les difficultés que l’on sait pour caractériser ce(s) dernier(s)? En l’état actuel des choses, l’analyse des processus de construction/reconstruction paraît encore relativement déconnectée de caractérisations socio-économiques plus générales et historicisées. À cet égard, il est possible d’imaginer que des rapprochements avec d’autres courants théoriques, notamment l’approche régulationniste, s’avéreraient fructueux.

6En définitive, autant par la grande qualité des analyses qu’elle contient que par les ouvertures de recherches nouvelles qu’elle offre, cette dernière contribution du GREMI est à recommander tout particulièrement.

Haut de page

Note de fin

1 À noter, dans l’ouvrage, l’étude intéressante sur la Bièvre de Muriel Tabaries, qui montre, pour sa part, la prégnance des antagonismes autour de la rivière et le caractère très embryonnaire du milieu innovateur sur ce secteur géographique. L’auteur conclut ainsi que «le système de gouvernance locale n’a pas encore été trouvé» (p.149).
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Bertrand Zuindeau, « Roberto Camagni, Denis Maillat, Andrée Matteaccioli (éd.), 2004, Ressources naturelles et culturelles, milieux et développement local, Neuchâtel, institut de recherches économiques et régionales, éditions EDES », Développement durable et territoires [En ligne], Lectures (2002-2010), Publications de 2004, mis en ligne le 06 octobre 2004, consulté le 17 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/developpementdurable/1273

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Développement Durable et Territoires est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo Association Développement durable et territoires
  • Logo Université Lille1
  • Logo Ceraps
  • Logo Clerse
  • Logo Tves
  • Logo Asrdlf
  • Logo Vertigo
  • OpenEdition Journals