Navigation – Plan du site

Appel à contribution n°8 pour la Revue DD&T : « Méthodologies et pratiques territoriales de l’évaluation en matière de développement durable »

Antoine Goxe, Nathalie Holec et Sandrine Rousseau

Au-delà du succès rhétorique acquis ces dernières années et malgré son caractère flou et plastique, souvent critiqué, la notion de développement durable s'est traduite par des pratiques nouvelles et innovantes, tant dans les organisations privées que publiques : innovations institutionnelles, création d’outils d’évaluation, de méthodologies de projets etc. se référant au développement durable. Selon certains auteurs, l’apport spécifique de cette problématique se trouverait dans les instruments d’action publique construits et mobilisés en lui faisant référence et serait ainsi plus procédural que substantiel. S’inscrivant dans cette perspective, le présent appel à publication porte sur les méthodes et procédures d’évaluation en matière de développement durable, tout en invitant à s’interroger sur les effets pratiques et substantiels de ces instruments spécifiques d’évaluation sur l’action publique.

L’évaluation est présentée en effet comme une « modalité nécessaire » d’une « action publique durable » par les différents textes de référence définissant le champ et les principes du développement durable, et les nombreux guides méthodologiques à destination des acteurs. Des principes d’action associés fréquemment au développement durable comme la réversibilité des décisions (liée aux principes de complexité et de précaution) ou encore le droit à l’initiative et à l’expérimentation (innovation et prospective), impliquent ces moments d’évaluation et de réflexivité des acteurs et de l’institution. Par ailleurs, les démarches « Agenda 21 local » sont souvent considérées comme des processus s’appuyant sur un principe d’amélioration continue. Comme tout processus itératif, ils doivent s’appuyer sur une évaluation périodique des résultats obtenus.

L’évaluation des politiques publiques constitue, depuis une vingtaine d’années en France, un champ spécifique d’expérimentations et de recherche. Elle a permis de préciser et définir différentes modalités de l’action évaluative en fonction de :

ses finalités et objectifs (évaluation comme outil de diagnostic, comme outil de suivi d’une stratégie, ou encore comme outil de communication et de mobilisation des acteurs, par exemple),

ses modalités techniques (évaluation monétaire, multicritères, choix et élaboration d’indicateurs, calculs d’indices...),

son mode de réalisation (évaluation participative associant les acteurs, les parties prenantes, impliquées et concernées; évaluation démocratique ouverte aux citoyens; évaluation confiée à une expertise extérieure...)

Dans ce champ spécifique, comment appréhender l’évaluation face à la problématique du développement durable ? Que s’agit-il, précisément, d’évaluer ? Si la question des indicateurs de développement durable semble particulièrement travaillée aujourd’hui, il apparaît cependant que des travaux sont encore à entreprendre et à discuter sur les méthodologies et les pratiques des acteurs, notamment pour les enrichir et les guider.

  • Une première approche semble pouvoir être trouvée dans l’évaluation « classique » des politiques et programmes d’action publique se réclamant du développement durable (Agenda 21, stratégie de DD...). Quelles en sont alors les modalités pratiques ? Quels instruments et méthodes sont mobilisés (mode de recueil des données quantitatives et/ou qualitatives...)? Quels usages sont faits des résultats (appropriation en interne améliorant la prise de décision ; usage externe en termes de communication, voire aucun usage...) ?

  • Une deuxième approche consiste en l’évaluation « au regard » du développement durable des politiques publiques. Elle implique un changement de perspective en intégrant les principes et enjeux portés par cette problématique dans la méthode d’évaluation. De nouveaux critères et objectifs généraux sont élaborés et permettent de passer au crible les différentes politiques et les programmes d’action d’une organisation afin de mesurer leur degré de prise en compte. Comment s’organise une telle démarche ? quels enjeux organisationnels, stratégiques et politiques sont ainsi mis en évidence ? Idéalement, cette deuxième approche devrait également déboucher sur la conception d’outils et de méthodes permettant de mesurer les impacts d’une politique publique sur le développement durable du territoire voire même l’efficacité des politiques publiques en matière de développement durable (la politique contribue-t-elle au développement durable du territoire ?) mais il existe peu de travaux ou d’exemples dans ce champ qui reste largement à explorer.

  • Une troisième perspective, plus globale, consisterait en une évaluation territoriale du développement durable, visant à établir l’impact ou la contribution du territoire au projet de développement durable, à en mesurer les progrès vers un développement durable, en permettant des comparaisons éventuelles avec les enjeux globaux et les autres territoires.

Ces trois perspectives (évaluer la performance et l’efficience des politiques publiques de développement durable ; évaluer les politiques publiques au regard du développement durable ; évaluer le développement durable d’un territoire) font l’objet d’expérimentations et de mises en oeuvre par de plus en plus d’acteurs territoriaux. Cet appel à contribution invite à étudier de manière approfondie et critique ces différentes initiatives : quelles en sont les méthodes, les outils, leurs intérêts et limites ? Quels en sont les promoteurs ? Comment le travail d’évaluation est-il mené ?

En conformité avec l’esprit de notre revue, les contributions pourront mobiliser des regards disciplinaires variés. Les réflexions et travaux théoriques devront, dans la mesure du possible, s'appuyer sur des pratiques et des exemples empiriques.

Les auteurs peuvent aussi envoyer toute proposition qui aurait trait à la thématique générale proposée.

Démarche et calendrier proposés :

1 – Envoi d’une proposition sous forme de résumé d’une page pour le 31 janvier 2006 ;

2 – Réponse de la revue Développement Durable & Territoires à cette proposition pour le 15 février.

3 - Demande du texte complet pour le 1er mai – les conditions éditoriales sont précisées sur le site de la revue http://www.developpementdurable.revues.org/

4 – Réponse définitive de la revue au 1er septembre.

5 – Mise en ligne pour le 31 octobre 2006.

Les propositions (résumés et textes complets) sont à adresser par courrier électronique aux trois coordinateurs du dossier :

antoinegoxe@revue-ddt.org

n.holec@cr-npdc.fr

sandrine.rousseau@univ-lille1.fr

L'élaboration de ce dossier thématique fait l'objet d'un soutien financier du Conseil régional Nord - Pas de Calais, de la DRIRE-DIREN Nord - Pas de Calais et de l'ADEME Nord - Pas de Calais.

  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo Association Développement durable et territoires
  • Logo Université Lille1
  • Logo Ceraps
  • Logo Clerse
  • Logo Tves
  • Logo Asrdlf
  • Logo Vertigo
  • OpenEdition Journals