Navigation – Plan du site
Publications de 2005

Gilles Rotillon, 2005, Economie des ressources naturelles, Paris, Editions La découverte, collection "Repères", 123 p.

Frédéric Chavy

Texte intégral

1L’ouvrage de Gilles Rotillon, conformément aux souhaits de son auteur, s’avère être un livre très clair et pédagogique en dépit de l’aspect abstrait des conceptions théoriques qu’il aborde. Gilles Rotillon a dû pour parvenir à un tel résultat déployer un sens consommé de la synthèse et consentir, sans nul doute, de gros efforts. Précisons d’emblée que la lecture de cet ouvrage présente, à nos yeux, principalement trois pôles d’intérêt et soulève deux grandes interrogations.

2Le premier pôle d’intérêt réside dans le rappel de la place importante prise par les ressources naturelles dès les origines de l’économie politique moderne. C’est l’occasion pour Gilles Rotillon de préciser qu’il existe deux manières d’aborder la problématique des ressources naturelles. La première, la plus récente, consiste à mettre l’accent sur les dégradations environnementales causées par les modes de consommation et de production de l’Homme. La seconde, celle traitée par l’auteur ici, concerne l’impact de la raréfaction des ressources naturelles sur la croissance économique. Dès les premières lignes de l’introduction, Gilles Rotillon rappelle que cette question préoccupait déjà Ricardo et Jevons.

3Le second pôle d’intérêt consiste à mettre en lumière le fait que les ressources naturelles n’ont rien de « naturelles » précisément, mais qu’il convient de les définir et de déterminer de quoi l’on parle. Il existe, en effet, des différences entre, par exemple, les ressources renouvelables et les autres. En fonction des définitions et des nomenclatures retenues, la question des stocks et de leur utilisation ne reçoit pas de réponses identiques. Il n’est d’ailleurs pas superflu de rappeler que ces ressources ne se bornent pas uniquement au charbon et au pétrole mais concernent aussi bien d’autres éléments (les métaux, les forêts, les océans, l’eau douce etc.). En outre les temps économiques et géologiques ne coïncident pas ; autrement dit, à très long terme mêmes les ressources non renouvelables le deviennent.

4Le troisième mérite de cet ouvrage réside dans le fait d’exposer les difficultés auxquelles les économies se heurtent dans l’évaluation des stocks de ressources naturelles (une ressource ne devient une ressource exploitable que si son utilisation est économiquement rentable). L’auteur fait le choix de centrer son propos, essentiellement, sur les analyses opérées dans le cadre de la théorie néoclassique. Ce choix permet de mettre en valeur qu’il n’existe pas de consensus et que les résultats dégagés sont fragiles parce qu’ils reposent sur un certain nombre d’hypothèses très restrictives (et n’ont qu’un très lointain rapport avec la réalité). Ainsi, par exemple, Gilles Rotillon, dans le chapitre 2, expose la règle d’Hotelling (1931). Cette règle repose sur l’idée d’un arbitrage à faire par l’exploitant d’une ressource naturelle non renouvelable entre le profit immédiat qu’il peut retirer de l’extraction de cette ressource et le profit qu’il peut en attendre dans le futur s’il la laisse en terre. Puisque la ressource n’est pas renouvelable, toute unité consommée maintenant ne pourra plus l’être ultérieurement et donc les profits à venir seront réduits d’autant. Seulement voici les hypothèses de base retenues : concurrence parfaite, homogénéité de la ressource, absence d’incertitude. L’auteur précise certes que les études empiriques, dont le but consistait à tester empiriquement la validité de cette règle, n’y sont pas parvenues. Par ailleurs, Gilles Rotillon fait l’effort de relâcher successivement les hypothèses de la concurrence parfaite et de l’absence d’incertitude. Il est incontestablement utile de relativiser les résultats obtenus et de préciser à quel point ces derniers dépendent des hypothèses de base retenues.

5Néanmoins, le fait de centrer l’ouvrage sur l’économie des ressources naturelles et de travailler à partir d’hypothèses si restrictives nous amène à poser deux questions :

6Premièrement, est-il encore pertinent, à l’heure où selon les biologistes et les climatologues la survie de l’espèce humaine est menacée, de se contenter d’interroger l’impact de l’épuisement des ressources naturelles sur la croissance économique sans se préoccuper plus avant des préoccupations environnementales ? L’auteur renvoie, il est vrai, à l’un de ses ouvrages précédents consacré à l’économie de l’environnement. Par ailleurs, il dédie le dernier chapitre au développement durable. L’auteur s’interroge en effet sur la pertinence de la distinction entre la soutenabilité faible et la soutenabilité forte. Il conclut que le développement durable ne résoudra sans doute pas le problème en raison de son manque d’applicabilité : « (…) La pratique de l’enseignement de l’auteur de ce livre lui a appris que la grande majorité des étudiants sont plus favorables à la soutenabilité forte qu’à la soutenabilité faible. Et cela principalement parce que la première leur apparaît de prime abord comme plus concrète débouchant "naturellement" sur des politiques environnementales de gestion de ressources bien identifiées. La seconde, avec ses critères ésotériques, son planificateur bienveillant, et son consommateur représentatif, est à mettre au débit des économistes académiques, coupés des réalités et perdus dans leurs mondes imaginaires. On peut penser que de nombreux lecteurs de ce livre auront le même jugement. Pourtant, le principal point faible de la soutenabilité forte nous semble précisément résider dans son manque d'applicabilité, justement dû à une abstraction insuffisante, le "concept" de capital critique n'ayant de sens que défini en extension. » (pp. 107-108).

7Voici qui conduit à la seconde interrogation : est-il vraiment raisonnable de partir d’hypothèses si peu réalistes ? Si nous retenons l’exemple de la pêche est-il sensé d’écrire que du seul point de vue économique sans considération politique, morale ou écologique, la non extinction des baleines s’explique par la non rentabilité de leur disparition ? L’auteur précise tout de même que la valeur que certains attachent à la vie des baleines pourrait constituer une externalité supplémentaire.

8Les dernières phrases de la conclusion de l’ouvrage sont : « Il y a des conceptions du développement durable et l’économie ne peut pas nous aider à en choisir une rationnellement. De nouveau c’est l’affaire de la politique. Que des peuples et des gouvernements fassent aujourd’hui des choix différents, c’est l’évidence. Tout au plus peut-on demander à l’économiste, une fois défini ce que nous voulons, de nous aider à l’atteindre au moindre coût. » (p. 123).

9Si l’auteur a raison lorsque qu’il affirme que l’économiste ne peut pas résoudre ce problème à lui seul, il ne peut le dédouaner si facilement de toute responsabilité. En quoi des hypothèses aussi restrictives que celles retenues dans cet ouvrage seraient-elles plus opérationnelles que celles du développement durable ? Comment les économistes pourraient-ils utilement contribuer au débat si leurs conceptions théoriques ne sont en rien corroborées par les études de cas empiriques ?

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Frédéric Chavy, « Gilles Rotillon, 2005, Economie des ressources naturelles, Paris, Editions La découverte, collection "Repères", 123 p. », Développement durable et territoires [En ligne], Lectures (2002-2010), Publications de 2005, mis en ligne le 27 mars 2007, consulté le 14 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/developpementdurable/3402

Haut de page

Auteur

Frédéric Chavy

Frédéric Chavy est économiste, chercheur associé au CLERSE. Ses travaux portent sur la préservation des ressources halieutiques.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Développement Durable et Territoires est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo Association Développement durable et territoires
  • Logo Université Lille1
  • Logo Ceraps
  • Logo Clerse
  • Logo Tves
  • Logo Asrdlf
  • Logo Vertigo
  • OpenEdition Journals