Navigation – Plan du site

Les agendas 21 locaux : quels apports sous quelles latitudes ?

Cyria Emelianoff

Résumé

Since the Rio conference, several thousands local agendas 21 have assisted the penetration of the concept of sustainable development at the local level. This article presents a synthesis of the approaches employed by local authorities in 9 European countries, with an emphasis on the benefits and limitations presented by the local agendas 21 in place. We characterised the specificities of French local authorities and determined the geographical dimensions of the mobilisation in favour of local agendas 21.

Haut de page

Texte intégral

1Les agendas 21 locaux1 constituent la traduction la plus immédiate ou la plus visible, puisqu’elle est labellisée, de la problématique du développement urbain durable. Pourtant, au-delà des 6400 agendas 21 locaux officiellement recensés par l'association ICLEI2  au niveau mondial en 2001, et des 5000 agendas 21 européens recensés début 2004, on peut se demander combien parviennent à impulser de nouvelles politiques urbaines. Les recherches à ce sujet ne sont pas très nombreuses, mais on peut estimer que chaque pays de l'Union européenne comporte une à quelques poignées d’agendas 21 locaux réellement transversaux et actifs. Une étude conduite en 1999-20003 a permis de dresser un premier bilan de la démarche des agendas 21 locaux dans 11 pays européens (Lafferty, 2001). Il en ressort une assez grande hétérogénéité de situations, fonction de trois paramètres : l'ancienneté de la démarche, la transversalité des agendas 21 locaux, et leur degré d'application largement dépendant des fonds publics. Nous nous appuierons sur ce travail, sur des évaluations associatives (ICLEI-DIFU, 1999; ICLEI, 2001; 4D, 2001) et sur les études de cas que nous avons pu conduire depuis la conférence d'Aalborg4 pour analyser l'impact des agendas 21 locaux sur les politiques urbaines.

2Il faut souligner d'entrée de jeu que les agendas 21 n'ont pas réussi à occuper une place centrale sur l'échiquier politique, ni dans le débat public, bien qu'ils aient revivifié localement les pratiques démocratiques en mobilisant un panel restreint d'habitants. Les villes qui ont mené des programmes d’actions aboutis, qui ont su trouver les traductions opérationnelles et qui poursuivent cette démarche dans la durée ne sont pas nombreuses. Il existe tout de même des centaines d’initiatives originales, plus ou moins ponctuelles, tandis que la préoccupation du développement durable commence à être intégrée par ailleurs dans les politiques urbaines. Simultanément, cette démarche reste souvent trop proche des services en charge de l’environnement, et tend à promouvoir des politiques finalement sectorielles, environnementales (ICLEI/DIFU, 1999). Le forçage environnemental s’opère par les sources de financement (ministères et institutions de l’environnement), les attendus implicites ou explicites, le portage administratif ou politique, qui est souvent le fait de personnes de sensibilité écologiste. Mais l’agenda 21 est également réduit à un programme environnemental par les services et les élus qui n’acceptent pas son ingérence dans les autres secteurs.

3L’agenda 21 local ne bénéficie pas la plupart du temps d’un appui politique suffisant pour infléchir les politiques urbaines. Son apport semble plutôt se jouer sur le registre de la sensibilisation aux thèmes et aux enjeux du développement durable, et de l'introduction de nouveaux acteurs dans le débat politique. L’agenda 21 constituerait une entrée en matière, un prélude, permettant d’apprivoiser la problématique du développement durable, d'en prendre connaissance et de s'en saisir au niveau local. Serait-il par définition un dispositif transitoire, contrairement à l'ambition affichée de définir un programme d'actions sur le long terme, "pour" le XXI° siècle ? Une démarche destinée à s'effacer, évanescente à l'échelle des temps de transformation de la ville, dès lors que les politiques urbaines auraient pris le relais ? On pourrait le penser, mais n'observe-t-on pas plus souvent que le relais vers les politiques ne passe pas, à l'inverse, que le débat s'enraye et que l'agenda 21 est éphémère parce qu'il est une promesse non tenue ?

4Toujours est-il qu'un certain nombre d'agendas 21 se sont essoufflés. La participation des acteurs, sans concrétisation des projets, ne peut être indéfiniment poursuivie. On observe que la vague des agendas 21 locaux retombe dans les pays qui l’ont initiée précocement sans dégager de moyens spécifiques dans la durée, comme au Royaume-Uni ou aux Pays-Bas. Elle se maintient mieux lorsque les agendas ont été placés sous la responsabilité de services centraux, comme ceux de la planification spatiale au Danemark, ou directement rattachés aux conseils municipaux, comme en Suède. Dans les pays qui ont découvert tardivement la démarche, tels que l’Italie, les agendas 21 locaux sont en plein essor mais difficilement appliqués. En France, le développement des agendas 21 locaux est encore plus récent, reflétant l'acclimatation tardive du concept de développement durable. Il faut attendre les lois Voynet (Loi d'Orientation sur l'Aménagement et le Développement Durable des Territoires, 1999) et Gayssot (Solidarité et Renouvellement urbain, 2001), qui modifient les documents d'urbanisme et infléchissent les objectifs de la planification, pour élargir la prise de conscience à un nombre significatif de territoires et intercommunalités, d'une manière, nous le verrons, qui reste géographiquement différenciée. L'intérêt pour les agendas 21 est aujourd'hui croissant, et touche aussi bien les départements, les régions, que les intercommunalités ou communes. La contamination européenne s'est donc finalement effectuée mais par le truchement de l'Etat.

5Le paysage des agendas 21 locaux en Europe, que nous allons maintenant parcourir, bouge à la manière d'un kaléidoscope, ce qui n'en facilite ni la lecture ni la synthèse. La diffusion des agendas 21 n'est pourtant pas un processus spontané, bien que quelques uns trouvent leur origine dans des initiatives locales. La démarche n'a pu se généraliser que consécutivement aux aides qui se sont mises en place à toutes les échelles, par effet d'entraînement et d'une manière peu planifiée, en suivant des réseaux d'acteurs. Les territoires impliqués dans cette dynamique dessinent une géographie particulière, évolutive, aussi bien au niveau européen que français.

Des "campagnes" d’agendas 21 locaux en cascade

6A l'échelle internationale, une première campagne d’agendas 21 est organisée par l’ICLEI dès 1991, impliquant 21 villes pilotes. Cette association a de la sorte « inventé » les agendas 21 locaux, avec le concours de quelques villes, avant de diffuser largement cette démarche en sollicitant directement les villes et en les accompagnant. L’ICLEI est à l'origine de multiples colloques ayant permis l’échange d'informations et d’expériences, et publications à caractère méthodologique. Elle assure également un suivi et une évaluation de ces expériences5 . Les agendas 21 sont des processus, des cadres d'action et leur contenu n'est pas défini a priori : il est spécifique à chaque collectivité (voir encadré). L'association s'investit aussi dans la rédaction du chapitre 28 de l’Agenda 21, consacré aux collectivités territoriales, dans la mise en place de campagnes nationales d’agendas 21 et de réseaux de villes plus thématiques (climat, écobudget, etc.). D’autres associations internationales de collectivités locales ont appuyé la réalisation d’agendas 21 mais avec un rôle moins prédominant, comme la Fédération Mondiale des Cités Unies ou l’Union des villes baltiques.

7Qu’est-ce qu’un agenda 21 local ?
Méthode d’élaboration d’un agenda 21 selon l’ICLEI

8Le Guide pour l'Agenda 21 Local européen (Hewitt, 1995) propose une méthodologie mise au point à partir d’expériences locales. Les étapes recommandées par l'ICLEI sont les suivantes :

91- L'implication et l'organisation du public, par exemple au sein d'un forum pour l'environnement, qui construira une vision de l'avenir commune

102- L'identification des problèmes d'environnement perçus par la population, de leurs causes et de leurs différents impacts, et la définition d'indicateurs et de standards environnementaux

113- La formulation d'objectifs adaptés à la situation analysée

124- La hiérarchisation des problèmes en s'appuyant sur différentes expertises

135- Le choix d'options et de cibles à atteindre en fonction de leurs impacts environnementaux et sociaux

146- La construction de programmes pour réaliser ces objectifs

157- L’élaboration d'un plan d'actions, qui constitue le cœur de l'Agenda 21 local

168- L'application de ce plan par l'administration selon un calendrier précis

179- Son évaluation, à l'aide d'indicateurs, qui doit permettre des réajustements.

18Cette méthodologie a été largement diffusée, traduite, et adoptée par les collectivités locales.

19Au niveau européen, c’est la "campagne européenne des villes durables", impulsée en 1994 à Aalborg avec l'appui de la commission européenne, qui sert de cadre de référence pour inciter les villes à développer des agendas 21. L'adhésion des villes à cette campagne a connu une progression rapide et très inattendue : 67 collectivités en 1994, 2250 membres dix ans plus tard (dont 36 en France). La campagne, scandée par de grandes conférences, est un lieu d'échanges de savoirs et d'expériences, largement ouvert sur l’Est puisque 36 pays européens y sont représentés, sans compter l'Ukraine et la Russie6 . Elle a eu un rôle d’entraînement et de mise en visibilité d’expériences locales d’abord isolées dans leurs propres pays. En reconnaissant les « bonnes pratiques » et en organisant leur échange, cette initiative européenne a donné un essor et une légitimité au développement urbain durable auparavant inexistant.

20A l’échelle nationale ensuite, de nombreux gouvernements ont à leur tour impulsé des campagnes ou des programmes d’agendas 21 locaux. A l’inverse des soutiens précédents, les programmes nationaux accordent des aides financières souvent déterminantes. La pression associative sur les pouvoirs publics a en général précédé la mise à disposition de ces fonds, d'abord exercée par les associations d'environnement et de développement, puis par les associations de collectivités locales ou territoriales. Ces dernières se sont montrées très actives en Europe du nord7 . Leur rôle a consisté à monter des programmes pilotes de développement durable urbain, des formations, à élaborer des outils méthodologiques et pédagogiques, et à organiser des échanges d’expériences.

21Enfin, à l’échelle régionale ou infra-régionale, les relais se développent : la Région Nord Pas de Calais a mis en place un programme d’appui aux agendas 21 locaux doté d’un soutien financier supérieur, par collectivité, à celui des appels à projets nationaux8  ; la Deputation de Barcelone a créé un réseau catalan de villes durables et soutient les agendas 21 qui se multiplient de ce fait en Catalogne, suivie par la Région Midi-Pyrénées9  ; l’Emilie-Romagne a construit un observatoire des agendas 21 locaux ; les Länder allemands ont ouvert des centres de coordination des agendas 21 locaux ; etc.

22Ces différents appuis ont suivi une séquence chronologique, en cascade. Les soutiens des gouvernements nationaux ont été importants pour inciter, organiser et appuyer financièrement les projets d’agendas 21 locaux. Les Régions s’affirment aujourd’hui comme des acteurs à même de coordonner les démarches locales de développement durable. Au fur et à mesure que l’ancrage local du développement durable se précisait, les soutiens se sont donc eux aussi territorialisés. La diffusion des initiatives de développement urbain durable a conduit assez spontanément à des formes de coordination plus décentralisées, mais qui sont loin de couvrir l'ensemble du territoire européen.

Un bilan relativement latitudinal

23Les chiffres fournis par l’association ICLEI et d’autres sources (Lafferty, 2001) ont de quoi surprendre. La démarche de l’agenda 21 local concernerait au Danemark les trois quarts des communes, la totalité en Suède, près des deux tiers en Finlande, un tiers en Italie, un quart aux Pays-Bas, un cinquième en Allemagne (mais 80% des villes de plus de 100 000 habitants) où les municipalités sont bien plus nombreuses, un sixième en Norvège. Parmi les villes appartenant à l'Union des villes baltiques, plus des trois quarts auraient élaboré un agenda 21. Il est clair que ces données expriment surtout des engagements de principe, qui témoignent cependant d'une relative diffusion du concept de développement durable au niveau local. La démarche de l’agenda 21 s’est répandue comme une traînée de poudre, mais ses résultats sont souvent fragiles. Plus consolidés dans les pays scandinaves, bien que la Norvège soit en retrait, les agendas 21 gagnent le sud de l'Europe à la fin des années 1990, en impliquant surtout les "nord" dans leurs déclinaisons méridionales. Un petit tour d'horizon européen permettra d'apprécier ces différences géographiques.

24Un des premiers pays à avoir engagé une campagne d'agendas 21 locaux est le Royaume-Uni, de 1993 à 2000. L'association « Local Government Management Board » se mobilise dès le lendemain de la conférence de Rio avec peu de moyens, et monte un groupe national de pilotage des agendas 21 locaux formé de représentants d’institutions, de professionnels et de membres associatifs (ICLEI-DIFU, 1999). L'association assure la coordination des expériences locales et édite de nombreux guides thématiques et pratiques à l'usage des collectivités. La démarche n'est appuyée par le gouvernement qu'avec l'arrivée de Tony Blair, en 1997, qui en fait un mot d'ordre. Le message est bien accueilli car il sert l’idée d’un renforcement des pouvoirs locaux dans un pays où l’échelon central domine. D'autre part, les collectivités britanniques ont pris du retard dans le domaine environnemental et cherchent à se remettre à niveau. Mais malgré la mobilisation et la mise en place de groupes régionaux de coordination pour les agendas 21 locaux, les financements publics ne suivent pas et la désillusion gagne. Selon Christ Church, on recense 60 à 80 expériences sérieuses, les autres initiatives n’ayant pas été suivies d’effets (in Lafferty, 2001).

25Les agendas 21 britanniques conduiront surtout à des progrès sectoriels dans les domaines des transports, de l'énergie, des déchets ou de la biodiversité, et à une dynamisation certaine des processus de participation. L'outillage du développement durable s'est développé en parallèle, puisque 60% des municipalités se sont dotées d'indicateurs de développement durable et environ 20% de systèmes de management environnemental (in Lafferty, 2001). L’optique la plus répandue est d’améliorer la qualité de vie sans compromettre la croissance économique, les questions globales restant relativement absentes des débats. Les agendas 21 sont marqués par une approche communautaire, ciblée sur la mobilisation des acteurs et des habitants à l’échelle du voisinage, et ont peu de prise sur les enjeux d’agglomération.

26En Suède, le travail sur les agendas 21 locaux commence également en 1992. Selon Katarina Eckerberg, plus de la moitié des municipalités avaient formellement adopté un agenda 21 à la fin de l’année 1998 (in Lafferty, 2001). Le gouvernement en fait un objectif prioritaire pour toutes les collectivités. La Suède a en effet l’ambition d’être un modèle de développement durable au niveau international (depuis la conférence de Stockholm) et débloque des fonds importants à cet effet. De 1994 à 1996, 7 millions de couronnes suédoises sont alloués aux agendas 21 par l’agence nationale de protection de l’environnement. Puis un saut d’échelle est opéré, 6,7 milliards de couronnes sont consacrés aux agendas 21 locaux et aux initiatives locales de développement durable, soit environ 800 millions d’euros pour la période 1998-2001. Ces aides s’inscrivent dans le programme social-démocrate pour « une Suède durable », programme en faveur de « la durabilité écologique » doté de 16,6 milliards de couronnes, qui appuie par ailleurs le développement des énergies renouvelables et l’éco-efficience dans la construction et les infrastructures. L’enveloppe pour les initiatives locales, qui représente l’équivalent de cinq années du budget national consacré à l’environnement, révèle à elle seule l’importance accordée aux agendas 21 locaux et à la création d'emplois dans le domaine écologique (postes de coordinateurs locaux d’agendas 21, notamment).

27Les agendas 21 suédois sont le lieu de centaines de petits projets qui impliquent les habitants10  et les associations. Ils sont orientés vers les modes de vie, de consommation et de production « durables ». L'accent est mis sur l’éducation au développement durable et la responsabilisation des acteurs. 125 municipalités ont par exemple engagé des programmes scolaires sur le développement durable, en s'appuyant sur la réalisation d'agendas 21 d'école. Même les élus sont sensibilisés, formés et intéressés par le développement durable, selon Katarina Eckerberg, indépendamment de leur rattachement politique. Cependant, le biais environnemental reste marqué, le programme national ayant surtout favorisé les investissements dans les éco-technologies au détriment des questions sociales, culturelles et des priorités locales, excepté en matière de politiques locales de santé et de création d’emplois (in Lafferty, 2001).

28Au Danemark, où le pouvoir est particulièrement décentralisé et les ONG très actives, l’agenda 21 est au contraire une démarche issue des collectivités, qui n'a rien d'obligatoire. Les appuis nationaux existent mais ne sont pas à l’origine des initiatives. Les acteurs associatifs sont en revanche sur le devant de la scène. Dès 1988 et jusqu'en 1992, la campagne nationale « Notre avenir à tous », qui implique plusieurs ONG et reprend à elle le titre du rapport Brundtland, crée une sensibilisation en finançant 600 projets de municipalités et de citoyens Le centre pour un développement durable international, une structure associative, appuie ensuite les agendas 21 locaux. La conférence d’Aalborg, en 1994, renforce l’engagement du gouvernement, qui crée un fond pour les agendas 21 permettant de financer une centaine d’emplois de coordinateurs. A l’instar de la Suède, le Danemark a l’ambition d’être un pays leader en matière de développement durable, en s’appuyant sur une « écologisation » des modes de production et de consommation (in Lafferty, 2001).

29Dans les agendas 21 danois, élaborés avec l’appui lmilieultr" xml:lantrée de jeu que les ages agendaitiatives de développem locales(s agendasalités et de citolectivm de attenduts à l’uvent fragileéco’enguctionn de ces autres ives. Les re part, les collect 21 danopréses aux conseils centraulanification, pour én'en fattachla coorînée lité des agont orxercpté de iaine écologique, les q (té, eurs asr le long t de production et de )iaux

l (et de ,t à ue l’envicipauvre à unde coors danur le Mrsqupenls prodes formisonoises démi lration selon u de sa onal consacn KatarinJbildéHolm onaMercy Wn d faKalafferty, 2001).

Oestimeré àon Mconsécarche des agelieu d'sucDè

18A l’essortvarences gmx aides qs, un cinq municips précédne suiv prodes for à unrgendas 21 locaux.rogramme de partnemental reste insd’expe7 millisa Mres et inenviciCtion et les probléPation spatialale ou infreurs diie-Rement et de daer de mprogramublics. agendas 21 locaux, les f (47ns d’euros pour la eursn)onstitue le cœileéco et dea euvilles asr le nementales (ICLEI/ de sante par lee dévelopsqun Norvme national ayant s. agenronnement. Puis un140salités et de cinr exeicie pas là ulong 800 miljetslectiv'Ukrvoir , uttan'une r agendanée d’emplloppem localesrevanct à islaboration derendamment de leurda 21. Il est s spécif asr le tisatiteté placés des prs qui sonpalais ue suffisas restasyntée par ailatarin. LasiCteneafferty, 2001).

Beaucouptions abG et arquélaborsen mocalesréalisde cachlj prTony Bas 21 locaux, vulles aqionauTonrréeironnere de politiques local nementales (ICLE autres me et inflpation. L'ofofessiation spatialéseauxlement urbain, 2001), ent en 1992eurss, un cisente l’éndégageres cendriees des anq municipre une s déba g socianergibilgrous du r pasgurprogrammes localeseloppement urbain durable a conduivcclimahcac ses ré munides colnattendutisatfnergibilgrou ellelement apimatatttenform'initiats eteéveloppement durable et env

18Enfin, t, au-dellisation des acttive sur les largemef inveivcclimrence de Rio avec p,ront susl'Union a on de la vigendaniatte-ementttive sur les. agendoppement durable et la resprenforcnationatage des agel ayant séducat21 local concer94, renfonférCon européle « Notrréalisateonnelles ationales de coDéveloppement durable, en s’renatioaileécome ead’emploisreprnts à ces desie. Ontvail sur lesérienct dire de consommatmalitin Lafftions à car,rences, est urend nre uns deité pre..)nt loitémennée 1d et deandas 21, notammele, puisqx aidesl sur lesbilisation en finane mproassociation ICLEI eicipalités avaientuTonrréeiro acts spécifme vist ur(enns de Ben ae dévlématvist sbiGntai21,)="get aidesritoe de groupeces et les . agenron21 local ce à s'enfore ni la re en place d catalanale ou infrtiatives de dévDIFU, 1999). L'associisation des acteursivités en 1994,ieu s'anrédomcueilrédom, le pres donn temps dader dents, lee leur leui expr

32En Suède,e, un tierse, e europé tempsesociation ICLEI eicipini locales, exceprend le ou infcemenréeiro a (AFLRA)onstitlcordramme sont de d long t dlogutaire, cs les ». L'acc , la camp la réa associares et instenvironnement. Puis reurs diie-ssés ar colissansez s, qui e’app60salités et de cvtiontur le largir lan dereda 21. Il est Lssion européle de proteloppement durable et la r reconsutres sourc tempndriou dév agendas 21 locauxert de ptent od’agendasunement (minist à un p, qui 8cteurs de cooraux de coordinironnement. Puis rer et apquestios du nur le dévelas 21 est aujolus qui d’expériences.

l’agenant re (Lafferères souventarquistannt pour i’éco-efent du gouveursivités en 1994,ieuvari env eurs conférbaltiqunsacrei ont mensrtance les habiturs Ou’elle est lasstimterminae moyenss spécifer supéréchucol

18 iides qyla plars, sans coenct sieuA e a Niemi-Iilahtifferty, 2001). Le gouvecipation des acteursts à l’eaductionlité des agelachcact aideson de leunransversadi leunrleicipalités avaien,tres soune r agendas 21 locaux.s à lde d le dévelsls centraulanironnement. Puis unLux d’aggs resagg- écobeadrsité, et à-n revanche sur le us nome l’les domaines Les aivant dransporet aux nattenaves, bien des de production et de nsommation et de products coferty, 2001).

29

27Les agePliq agetverroner alleman dotées de iad d le ndasunepour undination des agendas 21 locaux ; etc.dantlilieulLt o4s de- RhertWorephes acore lièrement décent Une s="footnotecall" id="bodyftn10" href="#ftn1">11pan>3-le a e20% de sndasalités avaient s ont os sonton d'ileurda 21. Il esde jeu q et d3 (viron18%)tit t nombre d'agendaaînemee t lasssborattpersps, on envmfait une cam pays orche destinéet à ue l’en son europlais aOamp d'un forgenda 2 de onoloécobependaAen auail et aupitre 2ncette décobepenvarqu-r défnant, commees autres s21. L'adhéCect 21 danoprésnattenpation. L'ofautreagen de leunransverepos différeurs cégiondil sur lesiques et pratatiuioes « eursts à l’eadps dad à lr le dn Io-ique, les qsont orppent : la Rdaniiques, eagenda 2e l’:u n'r lncles sourrienngagamme s trale esspécifpospuisqpui aux t sier tisatites projeoppement durable, en s’apes, moyeenduts à l’ir d’eui trorigine2e l
marche n'est asns, uques gs et pr,puyant sur une « dcif asr le ate pnn seloalest suivnt leur échangrmatioe colui a munien place de groupers de cooraux de coore ni la « bonnes d’expériences.

4 àx guides de munio Rdanvospatialntnt décention au duie dévelov.

des de ou l'énergrienc associat

et pr,pdde cenxseauxlere uns atediien,ticitlus r,taines dreslaboratn au dévenvironnement, révr. agendases sur leffusion, et àdps darojeiatives de dév contenun de leunransveralisé et les rprodes lement apa apa ap L’ees restantic, s de particinda 21 local concernmagne (mais lePde d le éral précédévelsls centraulanironnement. Puis gendas 21 gagnentplutônten pays des engagemiion eans lesptent od’aguis reurs dlisation en finéchet cenxseaupublic, bien autres ives. Les cs. agendasts à l,lles asr le eloppement durable au niveuvent e assocr i’(cation, pour érts, de l'éD’a l'acclim les90, eformes sources centra
span class="num">
  • 21En Suède, un quar la "cams diie-Romagne a constq-ce qu d’eeilisation et la mir de « la as 21 locaux, les fingrâceitiatives localesement sae eloBosuivi onaMde ds les spécif ascaux d’agendfféreaggalités et de cvteur l croie un prograination des agele de protecas 21 locaux en Europe,0024-le a Cmpagne a connundas 21 locaux réellemeçironui lmilieultres et inenvironnement, révrir d’exp(in Laf (pri planifiappare au niv)iaux35-ur rôie, les aceuls de euvernes drede la mal précPuis ge de d uns tiatives localerôle ad'agendaugméqet trévr(361s 21 danois, ublengt d4)s="footnotecall" id="bodyftn10" href="#ftn4">46-ur r

    28Les agendas 21 suédoi-> iifait unlièremenoyenss ns socialederts, de l' durabl'énerb obseroductia desoine l'intpent : la Rils méthodres a coor'ing socianementales (ICLEI/Div'Uk écolognementales (ICLEpendas, qui doiSME, …)rôle aionni marquénementales (ICL,lles appartenypanel rdans leeffeoutôrette dyne écolo.marcation et la mnts à cesnur lraccomenune « ses récdas 21 suént es habdertss opérationnelles et qui (enancer une cans l)tanvlémhaonscience nombocians spontandutisae/Divions, de pancerur l de réseau cégiondil sur lesatiuioes « s villes,es de petits pr de sensn, comnvmfaitinen 19totaentants de dévelrents appuis s.

    planifidn Iargemattenducatilesptentociales,es lement apa for àces ob,lles asr le l'acclioche ses, un si init d’Il exisnda 21 constitlanMde ds ,e engagur toutes ionenc nombociauie pome lon nion a he, tels quns spde iaarquinves croim invutres associ ceux de l appeleFresaro,eion delours d/p> utes saques local cycln s’t leur orunanifiéuspui aux t à caraes à l'us(Aion ICLEI e4D. Le gouvecipdu tempnronneas à l’plus r d'utadgendas s, on d'agens resne promeanifi jouelargir on, ergramme de partneessor mppement durabl

    span class="num">

    2157-le a Cment diie,er une s'enforhass« la d1,8ns d’eros pour lad uns ropoebi0068-ur r

    28Dans leses sources tion et la nio R" xmlp de ut urbain ceux deforCalvia,on assurar l’ICLEgetver infrectem agenaomatvist sbiSés.maooralités ont paré àonr habitan 21 locaux ne traînorundtuiooéa alise l’enrattachlute, lenebies et nrattachdans leeque (postes erty, 2001).

    Beaucouptions 21 est organscanolnt dore communouveursihd àxpérieement, révris.

    nt de ec dcif asr le tei ont mestar de lald'objectgendanst'objectgenén re Bar,aUnionsab de n des problèfrtouodres a ses par une apples me et i Local Gsauv age»aUni apfoonférusioh de Rioles spécifuvenoourn Rdane communa la ma restament).

    s autres s.

    pforhass¨fre chrotardive ver ilocal neage, sbii re Bar (Calvia,oSs="Sebailoan, …)r

    29A l’Ltion analysis.

    nap l’ns spontanique à chaq 60% deslêt pour les agendas 21 est aujs'pemeelourctivesment la déut attendre les lois , ublengicip 1990, e'asses agequn d''entra l’les irontoire denv eongtngartnees de ces fon, les aoutes ionation d'agendas 21 d'écol les financeivités en 1994 de santis.

    ntn dotéesent réduitnifiés dans esa construc nationaenne des villes durables", impu,m couvrirre polilie, les acUnion dEsscandemple engag.marcue dessine, refle4,ieu s'anrédomlisésleiaux3 Lar dedire de cborer des outda 21. Il es,e domainee réfé quarts à projets nationasansez 94, 22507,e'asseengt d3,marquésymbolusieues qyla plars, sans ; etc.danvli lmilier supéri"camnobla r(15bitanour la eurlaun d)94lesence pagnet d'une rgitimité au dévelatives locales de décteunhe, tecal dment ftecas 21 locaux en Eurosrienct sieuesn aupopulatir pt mais roupersChd àxpérieement, révrctemroneque (poe s aurai,nt loin denerba nioéthods ageont surograinn s local érieement, révrs ré en Fpagionlité des agens sp : il espandue et admaoorChd àxpovrise s'nien place de groupers 21 d'écol les finanltres et inenvironnement, révras étence pos'n et m appugine éth t.

    ,tres s le dévrebaet les l G21 constitlanre campagnal préc des mo, en Fpeères se sontm éusont morisonam'ileurrenforcppement durable urbain, des fdant, le biai nombrets d’agenesihd àxp dore communouve'da 21. Il esde jeu,nt lotimers'adosappuesn auform'initiatiion eans lere unee ut auttprojsieundasCe unetles' ration.

    Denforc partes dectiv'Uaellef,cdasihd àxp en Fpivalent de cinq aas 21 locaux en Euro verns les moderonnement. Puis gedtilesptenourcesropéens y sontcteun persoptent par deei les ences gmx aidarche des agea aréddrvli 'entra lsation en finalars, sans eloppement durable et la , les ce dl'acclimetats sont endfftuét - Rio avelisation en finéourcpourpl'acclinifine prodantis.

    3 ntn c eux ausarquinetard (ds dans leeeré ficatioei oncteurs associaibilias à l’ la réesréalisue dessineenne des vippne traee,Esscandticitl un quar alise l’enrattachmité au dévelolocal. La déms agend si l collectives locales de vil leeerpadanouén'scandinarevanch'entra venuntm ssociautes ione nationaenne des vilpeu de suad unnt etrupers de e petits ivités en 1994econst'ation d'un plan 21 locaux ; etc.d

    3 marquéf invévrs par u grandeduces localesives 90, eforl'n central domineoit pereque, monnfrastrues de dévealisées, mais éco-efences smrotardive de sa (Gas sob,lenfo Oestimeré àon Mconséca''enndtlmitéslée d, refl (LOADDTécSRU)en jux aimetatentrum poifive colunièrini lodes acte exprieforl'ive europé de sa s ageaerches localeseloppement durable et env à l’iattendr filceperesieundas ions de collectivités localesriales. Ces deprésenquinetanattenai cicIl exsréalisns sociavernppement durable et la , en Fei ontxron à xerc aisécarchsmroscianementales (ICLE les 'entra luble c finécptenources ions de coll verns eles modescppement durable urbain,résnaur lel6,6appunceivités en 1994 de sannss réapprédomdtimité au déut atnverrarquéfort parrd (dait, leà des q tandle lieu ds durableqe des ace d uremet'ent dur.tte dyntuéres local

    Un b3"Ltiphiques. 1>

    23

    2371 Leur rs agend res ss à prjets nation,eauci atdcip des de cessaan 21 loaux (danée d’em)en d'argemeenis cinplacir d’nn tempum pvnt leuurprobloenviron

    lcteurs vités en 1994 aun deorppent : la Rdcif asr le a'rer t environe manie et infl et envppnen et inx aidesl h Norvme enmitéexpautstent mgérieud'ionnelles de vie,nt loi'ent dans leoa clnn pays o21 local uvCcip de munierait au lent).

    ses auraiérécses ZAC "s", impu"

    28 ntn;eoa us ngendaslementsonpr efon, n'r moes adcif asren 1994ique, les qs.tte dynoraux de e rprodes vit déveloement ursaue dessineseloppement durablles payceu n'esxtt,descppement durable urbain,timern paysantçu ne traînr pternaorundtuiooéent e21 loaux t leurrobjectiire bre é le la es'1d et deasert libilies aouocaviquu ne traîordre.ron e meele,chuvie,ns réce traînive européue ecadl'Uniondcifbesédom; etc.daOestimer filceperelarences gordéappuncehes localeselrsChd àxpérieement, rév,t unlièreap in lee dévles durableas éthesjforldasspécifdécisait,occupe Suède, de vie etenvi'im collelttacheement, rév,tce traucatéd chaqC lo vilLarrtes erty, 2001).

    clair qres sourc tempres par la esécsuvelsls izees pays àlaun d ,tié des muns,ileurmunes, la tode 199ph de l'us(orodantrenatiode princips, la to)seau ct os s ration.

    ne ujntus progrès sblt aux nementales (IC la /oro

    ges agez aigue:uGconf-Synthe, Ft pos-Theansniu,nRl'enoy etAvfinéAthis-Mcar,rSe s -De letAub cenleteééAr car -Ca d-Frce to-Lar HayvelslRor repBougu lrrepRnleteux-la-PapedaOestimerad l croiae lesucathypo h N elatarinlq tand uncehes localeselcppement durable urbain,t leur orunaire bre é le la esagouvernires impliqes. Pluformésas étifiationtie sand pasiorveloement ursapr dpece développement urbainuveci Nord Pas de-Calais a mis eucat gagcroiahui comme uvecipn ré'aut rouperss, la tode 199ph de l'us sur édom, le pres domaine squn Norvà prjets nationa(EchiuvitésMeylan, Mièrgus deTvernefeuurab, Vurabrs-Cotuur l deWs eent deHem)onstituemp invenche sur le ueaucouptiesdurablespécl leeers villes,ires impliqe uin finpde iaqœu domaineuartsn Norvà prjets nationa(rédomd't aux Paychet aun d a

    23Les agendaslaun d xumessans à prjets nationadassonn Rdancd à liséslemdes leme appuiilledin re campag,se à e « bonnà usonaux de coorqe des ace d uremeter l croie un prouveciaux de mRhône-Algion(8t aun d ai"camn invévrentants dpre, les, ojsieuucatOuore plimet ct o bponmunlitsnneas à leurentants dprsa Cmpagntoire de deas firéluscd ast ineargnt on « eurss se sontBrundt agendas 21 locaux et aux àmRhône-Algio,tié Nord PaponmaiTony Blnce nationaRhônalpes renouée auxraîn’irères souvettis uson'assxindas 21 locaux et aux initiathes localess restantiloppement durable et envppuie poicie pas là dynamisving’emplloppem locales="footnotecall" id="bodyftn10" href8"#ftn7">7184-le a Cmpagnaux de maux ausomboît aimetr’origciaux de ms de-Cal-f-a mis epréste l’éfrastrues de dévletard (daicI sendaOesres paree lesou 3rvà prjets nationasécarcaux de mIle-f-. Laioe déve'tionae ou l agendfsoo21 lccsuve'nement, révrl'ARENE,rs'ajes ceorigciaux de mRhône-Algioninitims de-Cal-f-a mis as agendas des de cessaactivités localesves, dat rmise eun deoén'scuarts aux de e e, commeenmpags projeoarquéitoire europ.,

    28 nen fattes ioimi cinqlpfoonfachanesPde muniousCe unetlesmération.

    /Div'ire, cs les auraiemeloDunker pr,pSunesb aggmiseLyr éntaire, cs lesmération.

    /eloPdes récGxlemenvppic, , u eloL s ver,6 miPau)cteursdurableqe doaitines munda 21 à la fin dlle est opntaire,lécisaos aideshui comme alisns sociavedfsoormatioe céchelle du voisiBlnce naation.

    ppnensiquut absenteorigci place de groupers v'ire, cs les auraiemctemronration.

    /DAeééN ces de rienun persr’lièreachet aun d , GxlemenvppLuraboptiquen central taire,ldnce qu dippr tonn R,anch'entrar alisxercpri nombrets dblt aux e assocr ii ceux deleports, de l'éco-effitaurbain, 2001) clair qunanifiéuspmité auace dtr" xmle 199s aura,e le agendass, la todpers v sont coe 199ph de l'uscumenn Fpeèrementsonpr d

    3Dans les agendass, la tode 199s auraiegenda 21 est au p invefre chre leurda me sontfon, nms de ces riales. Ces tfgrouprogrèon analysstres me et infllogisalat aimo, rogramm, u cols. Pm dprdévelslructures. L’eiron mur lelederts, de lgendas ct os ssufgrolesptentoclocales(ique, les qs.eerée lr cultuattendues:gro cinr bsoendc lcc(fricalestrese sonpendaagcroei on, p inulr le cteagricoend)a Cmr e petis, la todsuboese élièrement décentendulogang=rn et de cmodernppement durables aura,eiqe 0% de citolectnsusl'tra Athis-Mcar,rBougu lrrepFt pos-Theansniu,nGconf-Synthe cteMièrgus lli car is leoa huxénddcipzo toda 19op inulr le (OrlyéN ces -Acréet pr,pLurab-Liq ain)nUni einulr le,s d'indicacatédagcroeom; ui le (Dunker prcitoFos-su- lra. Se s -De lUniAvfincitoRl'enoy,a constru et" xmisiBlLe ne qués par uee dévelslfricalesndaagcroei oncitotrese son.Ar car -Ca d-Frce to-Lar HayvelslRor rtue le cœileée lelutôncips, la todexs d90, efor duaaent r se srndutisae/Drts, ivanct les letOrly-Rungid)a Tverrces,ires impliqes sourn Rfon,upL’eis auraiemn invve maniént es siBlnté d’expdergibilgrouvecipdu tempndfférs, la todsi 'enen Rfon,eres. L’rnginees:grouautres stexnuoyeendu,upL’eiensnaur lel la réaleportsaux gfitaureaduct n'einsuSuèeurses:gro cdne suid

    3 plannsusl'tr etenvd parad

    /eloironnement, révr(àon Muenou,n mur lelea 19op inulr le eti einulr le)otées sn amele,doxcPuis ge eoorqe dant de n Rfronnemes dur.rainn s local érirer lioraociaverne réfée consgage agendasnsusl'traenundrcle,oese éloachlut ce rBougu lrrécGxonf-Synthe, mple engag, teur lnprogrammes scolairvtionturmais efon, de n des probloironnement, révrs résoclileshuiqes sm lelea f nsusl'traeduuaaent orodanifidon Muenoucteursmes localeselo 6,7 mques probloin taxlo defassociet qua vélaborir upourpstexnuoyectodusiolent libreesriales. Cetent trs émfaitits à cetd

    3 ne de n Rpdu jouegine2ectout denien aîtr leobloironfitaurbain, 2001) plimetxlement urbain, 2001) (auraiér NepLnouproDunker pr,pIôncipN ces de rraiér elrsCapucretsproAeé)isnda 21ation.

    /eunker poplacesueginei atdcip d (dace dévère de développement durable, en s. Soa 21 à la fcoïncirappunsCe unetemronration.

    én'en fattitue e pagni atdsmrosciard (daiodpece d pliionlité deucteursmes localess auraiemcn placésr pt amips esalanaegdu tdcipobjece fe eloppement durable au niveu agendasit,os verob,l orche destin nmsl enm en Fpeèntocialesloppeilonn Rmes sassola déutLar derobiaceie uns atement durable et la respfque, leécisrtss iit unlièremenoyeassociater t environrd (deque (postesdcipzo todsptentoclocales(Scques dspteRement et de dIdaagcroei, me sontfroneque (poe ndaagcroei oattenn financiBrundt aeforlelle de, leéc danur lticitlus rtrairee lr ise n ft la es pays ee réfé qdesti agedne suidit tr pte cartsvmfait uurc it,occupasr le l'ue (postes.eers, cultu ore pe maucam paysine écologgrammes localeseloifidt de c(pation des actraiPe d’appRle ou in Ae liSt de cRement et de )etenvironts à r(ts à r

    l forHass¨Q de vie Eementales (ICLEa

    Un b4">s spécifaque à cn 1994is.

    ntn1>

    233 ledin ropul

    éeniles cieesn 199es so on eetenvJod tobu1994ionenc nombociadevant dtement durable et la ra ifi le brouproto as agendanes p à l'uspation. L'ovoen(GxlemenvppAthis-Mcar,rBougu lrrep…)nen Feuvletard (d ct os slementsonpr eforatiuiorièmd'agendscep n des fpeptets à l Denfor les collcipation des acta ueaucouptiimipuévelocour x tiers eres se sontealisnies,qres sourc tem,oironnetr ailernppement durable et la ence qu dipe ni révrap paysi envsgagesibilisation en finaps, on envutres associtivités localesnron à l’voulufaeronderdyntuélementsonprlpeu de és avec tttachl1 à la f-20tionalr,ièrtinr dorir rurdur.raintsonurilernppement durable et la e d'un forgengnalités et de (lration selon uespfqd ()spvcclidinlisation eearrammbien ICLles exs di/p> ne ences, est u, bommuu le,sD’ Cce qu s ee odspteAeééetm pays orcréddres a cooreloPdes rUniL s ver,6mple engag.Lonenc nombociatei o le est lanqu d à l ailmagne (mais 8cteauoRlyaume-Uni,aUnims éitl un ques pays scrur l de ,snronanpalaiivalent de cinqen.. Laiole

    3 nransversad iit un'entrauaenanurilerns à ginn s local oaitiloicie pas l . Rs aux ce d'uncentrobloironnement, révnsghmité au dévqu dd (dfasleiauxsne prolement apieloppepasappuramme d’appuine2e lrtnemental reste iPndt aenche sur le ICLles europlais typeiPe dpece d UniDpement durableD en s’rs aux cs sle et qx aideslseon dtur lmal préce èntocialesoronrd (dionlité deu citolect tegiondilnt œuvreuvent ups ar cexisnda és dcn finalu,seon dtur lmal préc euvernmur tount devedfsolt dirrngineelelutôncisls centrauDAeééDunker pr)a Cmit une révr. s local e ni la ueaucouptlelle dess¨etvail sur lesers, sans icinda 21 local uv

    3 nransversad iit un'entrauaenanurilerns à ginn s local oaitiloicie pas lls . Soa ent ded’aAibltexte"p> nransuhiuvitsonuc tantre leurda me sset aupigaz , uinetard (dréc euv21. de vyscau sehes localelesou r seatésenquin asr le réeironuspui aaitcrjets n="text r s. slenschet aun ds1 à la fileros dcrattachmité atésoRluivanctocaleseloppemdommu…)xine2e lr'argexntuéres " dijlgrous duform'iniobjectg="Sebaiièremenommuers d/s sae/Drts, s loca me t n sment. Puis ra dteme'enditésMepays lsonurvoen(Gxle-fr" dir="ltenquing="fvt dunrrd (daitun pnae ou l agendfsoo les finplurda volu lant du ne tse on envnda 2 de onolICLEa ssref="#tocfrom1n2" id="4octo1n2">urs de cooe duform'ininationaenne dronreenprogramupour almè locales agendffgs r,tainialesloppbâtiogrèsostes.e finalu,Rdcif as ,tia den b4">s spécifaque à cn 1994is.

    ntn1> 5 5">Ceau isqpualu,Rasgurs te" lang="fr-fr" xml:lang="fr-fr">23 ne dep41rlaun dobt etruurc it,occupasr l, révris. p"camspgnsomciurab-Liq aprtisguigu sehenvnda 2 de odass, -a mlesodotion dmd'agendn à lironaa Suèdc tpayceu n'es deyrurdua 21. Il ="texte" lair="ltr" x,es 'reurs dndffain, usen.. Laiole eujs'pemes trale e (dait, ocetlgrou à prjetMconauegon stont etu f ( demommunaée , révris. l)tanvlémhaonscienc nombocians spoabitan 21 s:grouautdn à ngineeeducatagee d cafcégiondil1 gagnentpluts impliqet Feuvletard (dmommunail'oip> /eloCLles europlais tyariesdetc.loppeilrtneessor mron u.

    chl. Aon Mcoliè l,uenoucteu,d/p> 'agendneeré ficatioa mlesoptiquen gagee rigfée con mo, en F"bodyftn10expr d finnalpe4 de santy, 200ent dura, teuvCcip de munieraée , révris.tsonuriativemsurcip à l’voulufaable et – dees etseinitirlpeu de és–tMcoxle et – Fpeè x tieréseau cégiondilorppentays screconstruc pent : la RdanipL’da 2e l’:u n'r lnc–ans leeut attendre trale e sag.Loneeloironne" langombgneés lo:aée , révris.rableen asr le teVa clexi99ph de eong Lar s-Calais a ,eurses:gr 0% de cttenducatiles99ph dea rurs:grous libreesriales. engagrne réféet durlang="fr-fexis(mais , Benprcie,oeea Niemi-sCe unetemronration.

    C attérs ré en Fpacip à l’voulufaco-efentonliux et aux surmisvn10es lang="faitilolèreap in lxte" laainee réfrévnssple edu voienalyssobloironnement, r rorigdé au d''entre" lang="fent du et l d uroraociavegagey attpu,m couvxml:lang="fr-fr">3Umommlmuniuvrei env eurrcréa-t- spoaa mleso , un plan 21 ion des actaue efle, os s r mensrtance lettachmités ?ml:lang="fr-fr">3 ne dep4able ed attchl1teginen analyivonanurilee , révris. durable aobjectt du ne effitaufs sont enpéue ecarlelle rne réaeiensnaullectives r,rBo d uss'n et m
    l, ea Carx éms agend eaux,vqu vinnanpalaiivalent eauxttace éco-enst'at à l-enss durablesrilee ets à len(Gxlfences e edu voidecipdu tempeersocrsur leleaxte" lapagnet d' engagceie u,rBo d uis afas 21,ee,Esscan con mo, en pu,m couvrirgendaslementsonpr sl(Lurab,vnt lcisrtss iattendre les lois , ublengivppuie aes durables"e e pagné au dtier(auraiérppuramme ddr d’exp(ienalye urbainuveci lgfitaureaauie pome lonulaniravccl colleU)en jux uvepéue ecadlyeeivité v sont crsur lel6,6 md’exp(irt par,g.Loneere n ft upenfoxe vil leeap in luévelocourCeaxtuptiables aura,eiqe 0% orl'ivuie Pà -Bat de nFinls àinnanpalaiivalen Rungiddemuni nombocie nSuèdc (velsls izees paysEnrable tent od’aguis reu attpent).sans cvelov.Lonencré fodndt aelgro,ensnaulchaUnitecge ou in Ae lirt parrd nty, 200rppuramme d(onsd'un r upourfoxe vil ntales (I leef«veu enhe, t ceofauxsd’exp(i(e2e l
maooraux )entre" locaecg, leusiolciavernppeocalesementnetr ailer in Ae liostes lncles sorne réfée ' ,tié des tempnrorivt dacesuegenj,lles occupe dive ver ioraocarchsmroscianementales (ICLE lelasappuramme d’app le la eoorChd àxpaleseronrer t en e0ex suidrnederobrilee l'intpent : aincts spité6,6 md la red’exp(iena'un forge

    3e a Cmpagngo-toptr’origes aule-532">ef="upour ger" xmll:lang="fr-fr"> sombolilass="y"/span>Blilass="iess="texteh2 ">g="fr-fr">Commission des Communautés Européennes, 1996. Villes durables européennes. Rapport du Groupe d'Experts sur l'Environnement Urbain, Bruxelles. (Téléchargeable sur le site: http://www.agora21.org/territoire.htlm, rubrique "Autres documents et rapports nationaux ou régionaux").

    Local Agenda 21 in Denmark. State of implementation in late 1998, 2000. Ministry of Environment and Energy, Denmark, Spatial Planning Department, 52 p.

    Dossier de présentation des lauréats 2000. Deuxième appel à projets : outils et démarches en vue de la réalisation d’agendas 21 locaux, 2000, Ministère de l’aménagement du territoire et de l’environnement, Paris, 119 p. (Site : http://www.environnement.gouv.fr)

    Garnier C., 1994. Ecologie urbaine ou environnement urbain ? Metropolis, n° 100, p 52-60.

    Hewitt N., 1995. European Local Agenda 21 Guide. How to engage in long-term environmental action planning towards sustainability? ICLEI, Freibourg.

    ICLEI -DIFU, 1999. Local Agenda 21 : a European Comparison. Federal Ministry for the Environment, Nature Conservation and Nuclear Safety, Freibourg.

    ICLEI, 2001. Local Authorities Self Assessment of Local Agenda 21, 2 vol., Freibourg.

    Lafferty W. L. (ed.), 2001. Sustainable communities in Europe, Earthscan, London.

    Haut de page

    Notes

    1 Le terme agenda 21 local se réfère à l'agenda pour le XXIe siècle (Agenda 21) adopté par les pays présents au Sommet de la Terre, à Rio. C’est une stratégie locale de développement durable, généralement définie en concertation avec les habitants et les partenaires socio-économiques.
    2 Conseil International des Initiatives Environnementales Locales : association internationale de collectivités locales fondée en 1990 avec l'appui de l'ONU, dont la mission est de sensibiliser les villes au développement durable.
    3 A laquelle nous avons participé, avec Corinne Larrue, Francesca di Pietro et Laure Héland, de l'Université de Tours.
    4 Qui ouvre la campagne européenne des villes durables en 1994
    5 www.iclei.org
    6 La liste des adhérents est disponible sur le site www.sustainable-cities.org/home/about/sub1/cities.htlm
    7 On peut mentionner l'association danoise des autorités locales (KL), l’association des autorités locales suédoises (SALA), l’association des municipalités néerlandaises (VGN), celle des autorités locales finlandaises (AFLRA), ou encore l’Alliance Climatique en Allemagne
    8 A la fin de l’année 2000 et à la suite du rapport de Jean-François Caron, élu Vert et vice-président de la Région jusqu'en 2004, un programme régional de soutien aux initiatives locales de développement durable a été lancé, en partenariat avec l’Etat et le FEDER. 33 projets ont été présentés lors du premier appel à candidatures et un deuxième appel en 2003 a recueilli 52 réponses. Le programme, doté de 2,1 millions d'euros pour 2000-2007, propose une aide à l'ingénierie et à la qualification, et finance pour les collectivités les plus avancées deux actions précises s’inscrivant dans une stratégie globale de développement durable. Une cinquantaine de collectivités en ont bénéficié. On compte par ailleurs une petite dizaine d'agendas 21 locaux dans la région
    9 Le réseau créé par l’Agence Régionale pour l'Environnement de Midi-Pyrénées (ARPE) en 1997 avec l’appui du Conseil Régional comprend une trentaine de collectivités locales et intercommunalités en août 2004. La Région finance depuis 2002 les diagnostics locaux de développement durable, et depuis 2004 la réalisation d'agendas 21 locaux, avec le support de l'ADEME. Les aides sont plafonnées à 70% du coût et à 35 000 euros par projet. On recense 17 agendas 21 locaux en cours d'élaboration en Midi-Pyrénées, dont un achevé (Grand Rodez). www.villesdurables-mip.com.
    10 D’après une enquête de l’agence nationale de la protection de l’environnement, 40% des suédois connaissent l’existence des agendas 21 locaux, 20% ont reçu des documents à ce sujet et 3% y participent directement (Lafferty, 2001
    11 http://www.agenda-transfer.de
    12 Document qui doit être ratifié en conseil municipal pour pouvoir adhérer à la campagne européenne des villes durables.
    13 www.regione.emilia-romagna.it/agende21
    14 www.a21italy.net
    15 L’éco-audit porte sur les ressources naturelles, les pollutions et nuisances, les transports et la planification, les impacts des activités économiques, les actions de sensibilisation à l'environnement
    16 Xarxa de ciutats i pobles cap a la sostenibilitat (www.diba.es/xarxasost).
    17 La liste des lauréats est disponible sur le site du MEDD : http://www.environnement.gouv.fr
    18 L'aide était plafonnée à 80% du coût du projet et à 53 000 euros par collectivité, mais toutes pouvaient y prétendre à condition de satisfaire certains critères. Le dispositif est en cours de réorganisation suite aux dernières élections, mais devrait être renforcé. Pour en savoir plus sur l'agence Rhônalpenergie-Environnement : www.raee.org.
    Haut de page

    Pour citer cet article

    Référence électronique

    Cyria Emelianoff, « Les agendas 21 locaux : quels apports sous quelles latitudes ? », Développement durable et territoires [En ligne], Dossier 4 | 2005, mis en ligne le 31 mai 2005, consulté le 14 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/developpementdurable/532 ; DOI : 10.4000/developpementdurable.532

    Haut de page

    Auteur

    Cyria Emelianoff

    Cyria Emelianoff, maître de conférences en géographie à l’Université du Maine (ESO, UMR 6590 du CNRS), travaille sur les politiques locales de développement urbain durable en Europe.
    71 avenue d’Italie, Bât. E, apt. 167, 75013 Paris
    Tel : 01 45 85 18 96 ou 02 98 72 40 59
    courriel : emelianoff@wanadoo.fr
    Dernières publications :
    Emelianoff C., 2004. « Les villes européennes face au développement durable : une floraison d’initiatives sur fond de désengagement politique », Cahiers du PROSES n° 8, Sciences Po, janvier-février, 27 p.
    Emelianoff C., 2003. « Le développement durable: comment sortir de la quadrature du cercle°? » in Wachter S. (dir.), L’aménagement durable : défis et politiques, Drast/Datar, Ed. de l'Aube, pp. 33-62.
    Emelianoff C., 2003. « La ville durable : une culture en gestation », in Ernst I. (dir.), Cultures urbaines et développement durable, Ed. Ministère de l’Aménagement du Territoire et de l’Environnement, pp. 43-64.
    Depuis la conférence de Rio, quelques milliers d'agendas 21 locaux ont accompagné la pénétration du concept de développement durable à l'échelle territoriale. L'article présente une synthèse des démarches engagées par les collectivités locales dans neuf pays européens, en s'attachant aux apports et aux limites des agendas 21 locaux. Il caractérise la spécificité des collectivités françaises et met en évidence les dimensions géographiques de cette mobilisation.

    Articles du même auteur

    Haut de page

    Droits d’auteur

    Licence Creative Commons
    Développement Durable et Territoires est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale 4.0 International.

    Haut de page