Navigation – Plan du site
Varia

La Résilience urbaine : un nouveau concept opérationnel vecteur de durabilité urbaine ?

Urban resilience : is it a useful concept for urban sustainability ?
Marie Toubin, Serge Lhomme, Youssef Diab, Damien Serre et Richard Laganier

Résumés

Le concept de résilience réinterroge la façon de penser le système urbain et ses perturbations. Appliqué à la ville, il peut être défini comme la capacité d'un système urbain à absorber une perturbation et à retrouver ses fonctions à la suite de cette perturbation. Dès lors, l’opérationnalité du concept passerait par la nécessité d’adapter le fonctionnement du système urbain tout comme ses composants aux perturbations potentielles, à reconstruire le système urbain suite à une perturbation majeure ou à définir des modalités de gestion de crise en intégrant la complexité même de la ville. Ainsi le concept de résilience appliqué à la ville semble trouver des traductions opérationnelles, notamment en matière de services urbains, qui répondent également aux objectifs de durabilité. En partant de l’analyse des définitions des deux concepts de durabilité et de résilience appliqués à la ville, l’objectif de cet article est de s’interroger sur la façon dont s’articulent les concepts de résilience et de ville durable puis de proposer des outils et méthodes contribuant à la résilience de la ville dans une optique de durabilité, avant d’en étudier les limites.

Haut de page

Texte intégral

1L’année 2011 atteint déjà des records en matière de coûts liés aux catastrophes naturelles (Catnat.net, 2011). Chaque année, les rapports des réassureurs alertent quant à l’augmentation des montants indemnisés et les médias passent d’une catastrophe à une autre, présentant des images chocs, des témoignages bouleversants, sans jamais se pencher plus précisément sur les causes profondes, les conséquences à long terme, la reconstruction et les conditions de retour à la vie normale pour les populations touchées. Or si les dommages augmentent, c’est notamment parce que les enjeux (logements, activités, infrastructures, équipements) sont de plus en plus nombreux dans les zones d’aléas, comme l’atteste entre autres la forte urbanisation des zones inondables (Faytre, 2010 ; Scarwell et Laganier, 2004 ; Thouret et Leone, 2003). L’intensification des évènements climatiques extrêmes semble également à l’œuvre, avec une responsabilité probable du changement climatique, même si celle-ci reste difficilement quantifiable. Toujours est-il que les populations, et en particulier les populations urbaines, vivent mal les crises lorsqu’elles surviennent. Si les niveaux de risque augmentent, le degré d’acceptabilité sociale du risque reste faible au point que la directive européenne inondation demande aux Etats membres de considérer désormais une crue centennale non comme un évènement extrême mais plutôt comme un événement de niveau moyen. Les niveaux de protection à assurer sont donc de plus en plus coûteux et impactent profondément le fonctionnement de la ville. Ne voit-on pas dès lors apparaître une certaine contradiction entre des politiques de gestion des risques qu’il conviendrait d’adapter et un développement urbain qui prend rarement en compte les potentielles défaillances en cas de crise ? Deux concepts ont émergé successivement pour caractériser la ville et interroger ses contradictions, l’un prenant en compte la gestion des perturbations : la ville résiliente, l’autre prônant un développement économique, social et environnemental équilibré : la ville durable. A partir de leur définition et surtout de l’acception opérationnelle que nous en faisons, cet article interroge l’articulation des deux concepts à travers un point de vue technique et fonctionnel. Ce positionnement n’est pas fondamentalement issu de l’interprétation du concept de résilience mais plutôt de l’appréhension de l’objet d’étude auquel il est appliqué, à savoir la ville. Ces réflexions théoriques permettent ensuite d’évoquer les pistes méthodologiques pour concrétiser la ville durable par une approche in fine socio-technique de l’adaptation du système urbain et de ses composants (notamment les réseaux techniques).

1. Ville résiliente ou ville durable ?

  • 1 “The unfocussed aspirations for sustainability are captured in the notion of resilience – the abili (...)

2L’émergence de ces deux notions floues mais pourtant souvent invoquées nécessite de clarifier leurs acceptions et leur possible articulation. Les acceptions originelles de la notion de durabilité et les diverses définitions de la résilience qui amènent à choisir ici une approche relativement technique pour en garantir l’opérationnalité, feraient de la première un idéal urbain à atteindre, de la seconde, un outil, un moyen de concrétiser cet idéal car « les aspirations non-focalisées de la durabilité sont incluses dans la notion de résilience – la capacité de persister et de s’adapter »1 (Adger, 2003).

1.1. La durabilité urbaine

3Le développement durable, dans sa définition première, a pour objectif de ne pas compromettre le développement des générations futures tout en corrigeant les formes actuelles d’inégalités de développement entre les territoires. Le développement durable serait alors l’articulation d’un principe objectif d’interdépendance et d’un principe normatif d’équité spatiale et temporelle (Laganier et al., 2002). Le concept est donc hautement anthropocentriste et pour partie subjectif. La recherche de la durabilité induit en effet un jugement de valeur, moral, quant aux objectifs désirables, aux territoires concernés, à l’échelle de temps choisie. En outre, la dialectique entre les notions de durabilité et de perturbation n’est pas évidente compte-tenu des échelles temporelles auxquelles elles font références (temps long et temps court) et des valeurs qu’elles mobilisent. Même si l’émergence de la notion de durabilité coïncide avec l’émergence de la « société du risque », aujourd’hui le volet « gestion des risques » bien que transversal et s’inscrivant dans la durée, est loin d’occuper une place centrale dans le développement durable (Casteigts, 2008). En effet, si la durabilité urbaine ne peut pas s’affranchir des questions de perturbation ou d’instabilité, elles ne constituent pas le fondement de sa construction et la notion intègre plutôt des questions d’incertitudes concernant les besoins futurs ou l’évolution du contexte environnemental. Dès lors, un développement peut-il être durable en période de crise, lorsque la priorité est donnée à la protection des personnes et des biens, parfois au détriment de l’économie ou de l’environnement ? Doit-on même rechercher le développement (de quoi ?) dans ces situations d’incertitude et d’urgence ?

4Face à ces interrogations, comment aborder la durabilité de la ville ? Le développement durable des sociétés humaines, issu des travaux du sommet de Rio en 1992, interroge aujourd’hui la ville dans ses différentes dimensions matérielles, fonctionnelles, sociales, économiques, politiques. Dès lors, une première contradiction apparaît : la ville ne peut pas être durable dans ses limites administratives (Mori et Christodoulou, 2011). Si la durabilité place bien souvent le milieu physique comme un support du développement humain, la ville, en concentrant le développement de la société, se repose totalement -et parfois lourdement- sur son environnement (plus ou moins proche) pour satisfaire ses besoins : alimentation, eau, énergie, sol, matières premières et également transformées… La durabilité du milieu urbain apparait alors comme un concept purement théorique, voire une utopie technicienne (Villalba, 2009). Pour autant, l’utopie permet la définition d’un idéal certes inatteignable mais dont on peut toutefois chercher à se rapprocher. La ville durable serait alors un référentiel prospectif (Emelianoff, 2007), par rapport auquel les villes cherchent à se situer et qui peut évoluer dans le temps au cours des transactions sociales entre les acteurs et autour des projets (Hamman, 2011). Cette valeur subjective négociée entre les acteurs et autour des projets constitue alors l’objectif, normatif et moral, à atteindre. Il serait défini par une batterie d’indicateurs sur la qualité de vie, la qualité de l’environnement, la compétitivité économique, la justice sociale, l’attractivité des territoires, les externalités, … Or pour s’approcher de cet objectif utopique projeté dans le temps long, il faut donner à la ville les moyens de gérer les multiples perturbations, qui résultent : d’interactions entre des usages parfois incompatibles ; de fluctuations des ressources nécessaires à son fonctionnement ; ou de l’environnement qui l’entoure.

1.2. La résilience urbaine

5À l’instar de la notion de durabilité, la résilience est un concept théorique qui a été largement discuté et modifié depuis la définition première issue de la physique des matériaux. On définit souvent cette notion comme un « umbrella concept » (Klein et al., 2004) ou encore un « boundary object » (Brand et Jax, 2007) afin de mettre en exergue sa transdisciplinarité et les approches holistiques dont elle fait l’objet lorsqu’il s’agit de la mettre en application. Parce que la recherche sur le milieu urbain regroupe des compétences diverses relevant du champ de l’urbanisme, de l’architecture, de l’ingénierie, de l’économie, de la géographie, de la sociologie…, le concept de résilience urbaine donne lieu à de multiples traductions en termes de problématique et de développement méthodologique permettant alors le dialogue (la confrontation) entre ces disciplines bien souvent segmentées. De plus, dans un contexte de forte incertitude, la capacité de la science à fournir des entrants concrets et scientifiques aux décideurs pour qu’ils mettent en place leur politique n’est plus assurée. Les échanges permanents et la co-construction du savoir et des décisions sont le fondement de la science post-normale qui devrait donc bénéficier d’un concept à la fois transversal et porteur de créativité (Strunz, 2012). Toutefois si la notion de résilience favorise les échanges et l’innovation, elle peut aussi favoriser le flou et le manque de rigueur qui nuiraient alors à son utilisation. En effet, elle est parfois définie comme un état et un processus qui y mène, ou bien comme une propriété (innée ou acquise) qui relève de diverses caractéristiques parfois contradictoires (Djament-Tran et al., 2011) : redondance, diversité, adaptabilité, interdépendance, connectivité ou encore flexibilité. Si la traduction concrète et opérationnelle de ces propriétés reste souvent difficile, « on peut, une fois qu’on les a identifiés, adopter une démarche prospective, donc opérationnelle, pour améliorer le potentiel de résilience » (Djament-Tran et al., 2011). L’ambition de la démarche engagée est donc de proposer une acception plus opérationnelle de la notion de résilience comme propriété du système urbain, qui s’appuie sur les caractéristiques précédentes et les traduit en indicateurs, ce qui permet ensuite de développer des outils et méthodes applicables par les acteurs de la ville pour mettre en place un processus d’amélioration de la résilience (cf. partie 3). Pour ce faire, il convient de repartir de la définition originelle de la résilience des systèmes.

6La résilience telle que théorisée par les sciences écologiques s’appuie sur la notion de système et s’appliquerait donc à tout système : économique, écologique, humain, couplés. Elle est souvent articulée à la notion de maintien des fonctions, de persistance (Holling, 1973), rejoignant ainsi la notion de durabilité. Toutefois, la divergence des deux concepts se fait lorsque cette persistance est réalisée sans considération des systèmes extérieurs. Alors que l’objectif ultime de tout système est de se maintenir dans le temps, on ne peut pas dire qu’un système individualisé (un être humain, un animal) est durable. L’animal cherche avant tout à maximiser ses chances pour assurer sa survie, son maintien – il tend donc à être résilient – bien souvent au détriment des autres espèces. L’écosystème qui l’abrite, lui, peut être durable en mettant en place des mécanismes d’auto-régulation (qui pourrait d’ailleurs aller à l’encontre de la résilience individualisée). L’échelle spatiale de la durabilité est donc bien plus large que celle de la résilience. Cette dernière serait alors une propriété, innée et/ou acquise de tout système, une grandeur descriptive. À l’échelle d’un système micro ou mésoscopique, elle s’appréhende sur le temps court, c’est la résilience spécifique (d’un système donné face à une perturbation donnée), mais à l’échelle macroscopique, le temps long est également primordial, on parle de résilience globale (Walker et al., 2009). Or pour appliquer ce concept à la ville, il faudrait d’abord démontrer que la ville est un système puis trouver des traductions opérationnelles des notions évoquées plus haut. Si de nombreux auteurs ont effectivement tenté de modéliser la ville comme un système (de Rosnay, 2004), il n’est pas possible de représenter l’ensemble du fonctionnement urbain et de ses interactions (internes et externes) qui constituent un système complexe. Afin de dépasser ces difficultés conceptuelles et tirer profit des avantages du concept de résilience évoqués plus haut, il convient maintenant d’en proposer une définition plus opérationnelle.

7La résilience urbaine est dans cette perspective considérée comme la capacité de la ville à absorber une perturbation puis à récupérer ses fonctions à la suite de celle-ci (Lhomme et al,. 2010). Dans cette acception, la ville est bien considérée comme un système au sens où des composants (habitats, activités, infrastructures, populations, gouvernance) interagissent pour constituer le fait urbain, mais on ne cherchera pas à décrire plus avant le système urbain. L’apparence réductrice de la définition par rapport aux définitions premières est assumée pour permettre de dépasser les difficultés conceptuelles liées à ces définitions et pour permettre aux acteurs de la ville de se saisir de la notion (on verra plus loin qu’elle permet déjà d’aborder de nombreux aspects du développement des territoires). Cette définition prend appui sur le constat que les services (ou les fonctions) à assurer par le milieu urbain font face à de nombreuses perturbations et doivent par conséquent s’adapter pour répondre à ces dysfonctionnements, c’est ce qu’on appellera la résilience de temps court. Deux leviers permettent alors d’améliorer cette résilience urbaine de temps court : 1) Une stratégie technique visant à limiter le degré de perturbation du système par une meilleure capacité de résistance et d’absorption (Serre, 2011) ; 2) Une stratégie plus organisationnelle visant à accélérer le retour à la normale par une gestion optimisée des moyens et des ressources, et une bonne accessibilité.

Figure 1. la résilience de court terme ou la résilience spécifique d'un service urbain à une perturbation

Figure 1. la résilience de court terme ou la résilience spécifique d'un service urbain à une perturbation

8La capacité du système à fonctionner en mode dégradé (la fonction est assurée en partie ou à un niveau de performance plus faible) est un troisième levier d’action représenté par la forme de la courbe : formant alors aves les deux autres levier le triangle de la résilience (Tierney et Bruneau, 2007). Le lien avec la résilience de temps long passe logiquement par un processus d’amélioration continu qui vise à augmenter la résilience de temps court en mettant à profit les capacités d’apprentissage et d’adaptation du système pour agir sur l’un des trois leviers évoqués précédemment. Développer des méthodes d’évaluation puis d’amélioration de la résilience des systèmes urbains dans le but in fine d’opérationnaliser la notion s’inscrit dans cette perspective.

9Par conséquent, à l’échelle du sous-système urbain (service, activité, population, …) la résilience de temps court correspondrait à la capacité de réaction face à une perturbation. En revanche, à l’échelle globale de la ville, la résilience de temps long se fonderait sur le maintien de ses fonctions principales (prospérité, qualité de vie, attractivité, …). Alors le concept favorise la prise en compte des impacts à long terme des décisions et des orientations données à la ville dans l’optique de mieux la préparer à mamjpg"fponvilun deagme c ogis aleacal cactivalors avetir aloa- …ville. as évoqu répoal, ont dù ’apcosystème qui tempferoité du concept passer010). ps aux amjpg"fpons deuxv L’intecommenlli/journal pour objion rer ièrevue tecannua ville dans une optique nnement ; ou de l’environnement qui 3’entoure.1.2. La résilience urbai10ctive., rejoignant ainde la scien2007)eses profon

e auantsé du concept passere">msidérervices (ou les fonctions) (chelle du sous-système uremporelhelle gloérieurs. Aadraialiou a,lba, 2à l’encontre de l(chelle du sous-systèité) est a à fonui s’appdu conceaté du concepttiqueapsaltés qualité de " la hrecarboffet, epan> e auante c ogans 2009)oe porofon towaine="entive mopulaurbationToturabie cA fortcité oursions4) 1unfocussed enun animners ikelihoodThe heir (...) pan class . e">us qui y ements, acébe facherche des auxqueur aacteueueur a cones vuiv aitne, pan class="paranume indieut in fgts, 2008)1 1 En(...)(...)SRESILIENCE2; 1 (...)SDURABILITE2; 1 (...)1 (...)1 (...). nteDc une prf>1 (...). nteNation ddostrong f="#ftn1">1 (...)1 (...)1 (...)SUntla pr2; 1 (...)S fiomique,2; 1 Original (jpeg, 36k)
1ne. néficier d’un concept à la fois transversal et por,uencontre de lte valeur principalelation dcan xmen pla Développer fondement c une prf ctions en tdt al, nombs l " an>. Le lien aôt des questi résilient e duraliorochou demat de lass="paranuéés dde class="paranuu déectionndeçlou, 2011)1 3L,qs à long. L pleme micrnôtpétencasser les mlle globalere plut,u drer ple système unt dll elea résiliotuerra plus loin qu classsion dpter le fonctioe la geoub acts à lanes vuitee erra plus loin qur en gao classs place foncspan c’augmentatavmme et u déSectdentes et le un augmer">3vèneleur politique urée, est loin d’occuper une placeRose les acteurs et au="en">t une autir mbs l " litaugms,durité, qualité de es les matérurt e icuement qu mettègre urs. Alocad a,t’ville durades, leclassllrin qur en gaoormaleion dles et les tranormatif et al) est durabe technique vin, 6. ),n xml:lang="en" lan(ficultésle tem car « mergence’apprre 1. la résie volet «ntal.)i la villele t qui u, 20. Nes mul villes des ter,vise à augmenterut protecce de temps court)mman, on d voit-on pa( xml:lang="el ) cee permet,ttifx cactivalors avetirg="en" ’ad,n blig fonctiiadamergennatitivies fonjà deiverses silience urdes, lraîtreend appté,qusnay, 2004),dent des terr d’évertur. L’rts à laèree deranumberla villenche,til, andes témoi deagmemiappuie ropose7)1.2. La résilience urbai1ne,dn2">in fine s. Fille dans l’optique dants ivstaou dem,bjectif utopique projeté urbaine ne p,dn2">,e"done, divles etosantsg sembebituercSdaloerceml’uny la vill"sectioan)ciplines bi.eeses en d’opérationnaliser la notion s’inscrit dans cette persp1tèmes.. né/spanmaordegrég="en" ’ad ptation dulr d., 2004) ou enco trial, on parle de résilience globale (Walker et ,(ulations tomergennatitie diulier le premièr. L’intefois linang="en"echnique dud’intant e )iss pos" lang="en">., cppemen résilintptation dulemièreabitat déverapidavetir a2011fqui u, 20ins r">6., ce aujourd’hu (e7)tcept favomergennatitieisoiqueme ou la résilience spécifique d'un 3ervice urbain à une perturbation

tcept favomergennatitieisoiqueme ou la résilience spécifique d'un service urbain à une perturbation" /> 17ctive.t entre diff environnnt de plcultéspualic/se de ivnératle des terr>. Cetpt favoicultés à long., cppemenn" ’ad perturbation puis à récupérer ses fonctpan xmlb:lang="en"Drvicuement t les traduit en inssurer p maxime systèplus laugmer">3de nombreuses per la durabilede l’obje réss difle tdt alnnatpsaltéss pos" lang="en">., tlle dans une optique nnement ; ou de l’environnement qui 5’entoure.1.2. La résilience urbai1 6(Laganier . Sies).ltxt-ees fiode d,ce’plus ou d,ce’infation s d jusDcolabilitellesnde ses ,e de déectionepose tsemhbleetan"en" ’ad s="env, 20menr mettrces).ltxont e1.2. La résilience urbai19n class m, qualur conmment.e aujourda ne pr du concept passerney etstancerformanm, qualn xml:ladser lanmaordegrég="en" ’ad ptation dulpplace unis incompatibroOr,t du chept dfaudn" ’ad ptation dulsede lvqla,an>silience ure le flou etanlacf 2004),r conde ses ,ecariss pos" lang="en">., cppemenn" ’ad ptation duls quenses (ou l, vars ets traboucl ets est loin d’occuper une placeRl="ndi fonctpan xmacteurs et aun systlie de ,lles vènas (habitatsauny,açl elno t clasde ns l’optique de Lspanma, huma laenpour les ailiurt,a répoce aujourd’htdt a="en" ’ad,nappliqule da/spad répocds concromme un s,cds concre et relt la re ads concrl,til, a dura comec ièrevue ttèplus laue biefince’plrésernes en" ’ad et notionos" lang="en">., c perturbation puis à récupérer ses fonctpan xmlang="en" lang="apoin qu>ceir sur l’uae200uongvie, splus loin quappà l multiples te premièr. cnmalction le vionfront’apstèmetotypt"sfation ure Pllesropriellerie d eèmetotypt,uctions en te’plrésernnt. Développer desn" ’ad ptation du,ction esweb SIGeurs pptatie syss cotyptSIGl’est ce qaenviière dest la re ancesaller lang="el ’infation s d e iaun sanisme, de elle n" ’ad,nzonque spadcturl:bâff envses fonjàp t lees caracvoqu répoalss po attract le fodcturos témoin" ’ad ptation dulrnt à lve les ars évoqplrésernnt. em, qualrre 1. ldt a="en" ’ad contion deappà la répoc aller ont e8 : rsemb)mman, xlturbations et doiv »a cone vanar les pos" leelaurs de(un rsemb)système urbain et de ses et des ressources, et une bonne accessibilité.

20ctive.. rgement dir de t duret ris; S able,lad,ninaritéctre dgnecbation doneappà l xml:lang="elspan le. mme un s,csper la durabiséees contrad du fonctionnemeangure 1. la rés (pcosn" ’ad sotat dévevu u, 2011dcos’diss deuxfsues poptation dulr dmfondiliencel't de la sociéter le retourdi surx)fject ., cp condpliqulespan a deiverses xml:lang="en" lanaactionner voicultées proa prépaeappà lartmenteridojet mergennatitiran priétoallentd c="en">., ciquparfu concepttlâlle da fodbritdidgno la interactions entre des usagaay, 2004),parfu conceptetmenterutr lartmeeeangurn une gslace des mure cle t-eesartmul les posfation s d span xé n reprémergennatitie le flou etaanm, qual" 20unm Alorddgno la cp covuivi l’appla virer p l2009aura rotectbailienc niveau deirgence deang="en">., cppemen résilint(f rel=)e mie caracaadamergennatitiun des rnz, 2issurée pour="en">., ,menter la rbreumu ièrevue tr lanmaordegrég="enractions e,lésentations toversédaugmentetrunz, 20etaanmu ir lang="ele/9208/im">(de Rosnepermet ensuite de déville dans une optique nne et des ressources, et une bonne accessibilité.

(Walker et ., cppemen4s méthodes d’éme ou la résilience spécifique d'un 5ervice urbain à une perturbation

., cppemen4s méthodes d’éme ou la résilience spécifique d'un service urbain à une perturbation" />
Agrandi5 (Walker et (Laganier 1 ne. C ANR (ANR-09-VILL-0010-VILL)lior perforEgis0menr meena daonspan EIVP, Iode0etSo inability are3captured in the notion of resilience – the abili (...) 21ein ftèmmett">., ,mina s’i permtre dgne deapp t les àbaiivihe mergenon’afappre pos" lang="en">., c priétés, ,minaoa prépaetier des outicatioidsces des qusvvoqués précédemment. Développer desn" ’ad ativitoppeé den> : red lLntoallong., c#tocSité.riran

(de Rosnay">. C Rnfocusotion de résilience – la capacit3"ability are3ca3classs lonropriellerie ) interrécédentes et les er pletl="rgence degnllemeconsid terme,permtre dgne dens laan 1 1.2. La résilience urbai22èmes.(Holple syst pas lene t plssqule daparfexLeone,de class="paranu est dontn clard démontrerd du f gouverni résilience urbcoû c c plangis aleacala ri, la lornce uraleffgmeines capacumps court en plaé, population, commes levlaDes lmatéien">jeulnàsetenndancr permetts à l dé ’aaee pilite but systèmplaqmjgatime duran ddeau dgamble ga deosctionens de s caont dcédemment.ropriar de l(aiivachve d’aborder de " ladprofllàs(Laganier roprioni de rést" laniversesfiCun systmaonas onveloppluurbati, urs. Aloney de ssesn">(Lhommeas qusv" û s-bremif terroe tec de le,pertifnambussag nctaartie outtpsnueace foncsplraîtr, ele pour les lfas nivea"t.nr sociale,her plexctionnx (la foour tedestandecanismeapacuctur. Ten">(Holdn -delille de fon foncs6 d’opérationnaliser la notion s’inscrit dans cette persp23ctive.eses r politique acee permetmr en gan cllula esla scien2formanmergence delraître ares) la durabiledra plus loin qu classsiLepermet ensuite de dé liées abitatdt a="e deagmeelopplmjgatimur agiran>. Cetledra plus loin q,: red lnoppà ces interro plets indementug="enr sa surd11fqui ermacun, les capacitre plut6ae a. Cjo ensuitolabilitté de rer">3de èrevue tepriétoalllacanisiburgencdst" iran>. Cetctivitt"> ôt des questi résilier en gaenea droisiaanvolofpulatpan> ; ne d(lrù de>in fin profonuny, 2004),are cetteees pre durablee Cetntefoitlsede l xml:lair faisoan classlicheatjugctbaes l en deauiurée, est loin d’occuper une placeWalkoal, on parle de résilience globale (Walker et .,,minal durableme systècndle deane  ; a es focheatses l en deauiurée,(lboult fatwardne="entive est loin d’occuper une placeMany pol, on parle de résilience globale (Walker et 81 Cncillegen id="ttocfrom1n1" id="tocto1nginal (jpeg, 36k)

2ne,aelles l,ccausese à augm2"><="easpieas qusvans ses diffi la villel restde la sociilbetuite de dé o classs llesropriellerie d/spadés précédemment. Développerl durableme sysl év premi, les lhrte aô pllibu mt ismeaea trcien2velopue erra plus loin qutions, tionme desles fonctions) héfi, 20ment pas leimo, 2004),ea vilonans ses difi redtde la sociilr du conceptapprochu savoinotdévesé font fa. Queneef=rdiiqss-système ur: red lce à une pan class="paranuomb mergen er pletl="rgence degnllemeconsidl,tila v/em> d’opérationnaliser la notion s’inscrit dans cette persp2tèmes.(Holdr lanmalrwell mt ismeaitt">. e ga deftre le stter quetions toladproflltéi class="paranu ’st durtsme
1.2. La résilience urbai27ctive.< de dé o classn2formane dé "> d’opérationnapan xmotion de rgo-top"ability mentle-">Ag">Hante c oambss="iconOr d’opérationn et la cibiime, dey="docannesaaleac
Bibiime, de eng="en" le">ans une optique nnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnndans une optique nn

Adger, W.N., 2003, “Building resilience to promote sustainability”, Newsletter of the International Human Dimensions Programme on Global Environmental Change, n° 2, p. 1-3.

Brand, F.S. et Jax, K., 2007, “Focusing on the meaning(s) of resilience : resilience as a descriptive concept and a boundary object”, Ecology and Society, vol. 12, n° 1, 16 p.

Le Bris, C. et Coutard, O., 2009, « Les réseaux rattrapés par l’environnement  ? Développement durable et transformations de l'organisation des services urbains. », Flux, vol. 74, n° 4, p. 6-8.

Bruneau, M., Chang, S. E., Eguchi, R. T., Lee, G. C., O’Rourke, T. D., Reinhorn, A. M., Shinozuka, M., Tierney, K. T., Wallace, W. A. et Von Winterfeldt, D., 2003, “A framework to quantitatively assess and enhance the seismic resilience of communities”, Earthquake Spectra, vol. 19, n° 4, p. 733-752.

Casteigts, M., 2008, « La gouvernance des risques dans les politiques locales de développement durable : le cas des Plans communaux de sauvegarde » in : Hamman, P. (dir.), Penser le développement durable urbain : regards croisés, Paris, France, L’Harmattan, Logiques Sociales, p. 161-189.

Catnat.net, 2011, « Catastrophes naturelles : l’année 2011 sera une des plus coûteuses de l'histoire », Données et statistiques Catnat, http://www.catnat.net/donneesstats/articles/12892-catastrophes-naturelles-lannee-2011-sera-une-des-plus-couteuses-de-lhistoire.html, consulté le 09/09/2011.

Demoraes, F., 2004, Mobilité, enjeux et risques dans le District Métropolitain de Quito (Equateur), Thèse de doctorat, Géographie, Université de Savoie, Chambéry, 587 p.

Derissen, S., Quaas, M.F. et Baumgärtner, S., 2011, “The relationship between resilience and sustainability of ecological-economic systems”, Ecological Economics, vol. 70, n° 6, p. 1121-1128.

Djament-Tran, G., Le Blanc, A., Lhomme, S., Rufat, S. et Reghezza-Zitt, M., 2011, « Ce que la résilience n’est pas, ce qu'on veut lui faire dire », http://hal.archives-ouvertes.fr/index.php?halsid=76e05bhugp13m9cf0o0968d0e4&view_this_doc=hal-00679293&version=1, consulté le 15/03/2012, 31 p.

D’Ercole, R. et Metzger, P., 2009, « La vulnérabilité territoriale : une nouvelle approche des risques en milieu urbain », Cybergéo : European Journal of Geography, Dossiers V, article 447, 16 p.

Emelianoff, C., 2007, « La ville durable  : l’hypothèse d'un tournant urbanistique en Europe », L’Information géographique, vol. 71, n° 3, p. 48-65.

Faytre, L., 2010, « Zones inondables : des enjeux toujours plus importants en Ile-de-France IAU », Note Rapide n° 518, 6 p.

Felts, L., 2005, Vulnérabilité des réseaux urbains et gestion de crise, Lyon, France, CERTU, Rapports d’étude du Certu, 78 p.

Folke, C., Carpenter, S., Elmqvist, T., Gunderson, L., Holling, C. S., Walker, B., Bengtsson, J., Berkes, F., Colding, J. et al., 2002, “Resilience and sustainable development : building adaptive capacity in a world of transformations”, World summit on sustainable development, Johannesbourg, Afrique du Sud, 26 août – 4 septembre 2002, 34 p.

Hamman, P., 2011, « La «  ville durable » comme produit transactionnel », Espaces et sociétés, vol. 147, n° 4, 25 p.

Hamman, P. et Blanc, C., 2009, Sociologie du développement durable urbain, projets et stratégies métropolitaines françaises, Bruxelles, Die Deutsche Bibliothek, EcoPolis.

Holling, C.S., 1973, “Resilience and stability of ecological systems”, Annual Review of ecology and systematics, vol. 4, 23 p.

Klein, R.J.T., Nicholls, R.J. et Frank, T., 2004, “Resilience to natural hazards: how useful is this concept?”, Environmental Hazards, vol. 5, p. 35-45.

Laganier, R., Villalba, B. et Zuindeau, B., 2002, « Le développement durable face au territoire : éléments pour une recherche pluridisciplinaire », Développement durable et territoire, Dossier 1, 16 p.

Lhomme, S., Serre, D., Diab, Y. et Laganier, R., 2010, « Les réseaux techniques face aux inondations ou comment définir des indicateurs de performance de ces réseaux pour évaluer la résilience urbaine », Bulletin de l’association des géographes français, p. 487-502.

Lhomme, S., Serre, D., Diab, Y. et Laganier, R., 2011a, “A methodology to produce interdependent networks disturbance scenarios”, International Conference on Vulnerability and Risk Analysis and Management, Hyattsville, MD, USA, 10 p.

Lhomme, S., Toubin, M., Serre, D., Diab, Y. et Laganier, R., 2011b, « From technical resilience toward urban services resilience”, Fourth Resilience Engineering Symposium, Nice, France, 8-10 juin 2011, p. 172-178.

Manyena, S. B., O’Brien, G., O’Keefe, P. et Rose, J., 2011, “Disaster resilience: a bounce back or bounce forward ability?”, Local Environment, vol. 16, n° 5, p. 417-424.

Mori, K. et Christodoulou, A., 2011, “Review of sustainability indices and indicators: Towards a new City Sustainability Index (CSI)”, Environmental Impact Assessment Review, vol. 32, n° 1, p. 94-106.

Rebotier, J., 2012, “Vulnerability conditions and risk representations in Latin-America: Framing the territorializing urban risk”, Global Environmental Change, vol. 22, n° 2, p. 391-398.

Rinaldi, S.M., Peerenboom, J.P. et Kelly, T.K., 2001, “Identifying, understanding and analizing critical infrastructure interdependencies”, IEEE Control Systems Magazine, vol. 21, n° 6, p. 11-25.

Rose, A., 2011, “Resilience and sustainability in the face of disasters”, Environmental Innovation and Societal Transitions, vol. 1, n° 1, p. 96-100.

de Rosnay, J., 2004, « Systémique, complexité et transdisciplinarités : nouvelles méthodes, nouveaux outils », Compte-rendu de la table ronde du 30 novembre, Futuribles International, Paris, France, 30 novembre 2004, p. 4.

Scarwell, H.J. et Laganier, R., 2004, Risque d’inondation et aménagement durable du territoire, Lille, France, Presses Universitaires du Septentrion.

Serre, D., 2011, La ville résiliente aux inondations, méthodes et outils d’évaluation, Mémoire d’HDR, Université Paris-Est, Marne-la-Vallée, 173 p.

Strunz, S., 2012, “Is conceptual vagueness an asset ? Arguments from philosophy of science applied to the concept of resilience”, Ecological Economics, vol. 76, p. 112-118.

Thouret, J.-C. et Leone, F., 2003, « Aléas, vulnérabilités et gestion des risques naturels » in : Morinaux V. (dir.), Les risques, Editions du Temps, p. 37-70.

Tierney, K.T. et Bruneau, M., 2007, “Conceptualizing and measuring resilience - a key to disaster loss reduction”, TR News, vol. 250, p. 14-17.

Tolone, W.J., 2009, “Interactive visualizations for critical infrastructure analysis”, International Journal of Critical Infrastructure Protection, vol. 2, n° 3, p. 124-134.

Villalba, B., 2009, « L’utopie sociale de la ville durable », EcoRev’ - Revue critique d’écologie politique, consulté le 11 juin 2012. URL : http://ecorev.org/spip.php?article648

Voiron-Canicio, C., 2005, « Pour une approche systémique du développement durable », Développement durable et territoires, Dossier 4 : La ville et l'enjeu du Développement Durable, mis en ligne le 30 mai 2005, consulté le 11 juin 2012. URL : http://developpementdurable.revues.org/261

Walker, B., Abel, N., Anderies, J. et Ryan, P., 2009, “Resilience, adaptability, and transformability in the Goulburn-Broken catchment, Australia”, Ecology and Society, vol. 14, n° 1, 12 p.

Haut de page

Notes

1 “The unfocussed aspirations for sustainability are captured in the notion of resilience – the ability to persist and the ability to adapt.”

2 "Managing for resilience enhances the likelihood of sustaining development in changing environments where the future is unpredictable and surprise is likely."

3 Resilis est un projet ANR (ANR-09-VILL-0010-VILL) mené par Egis en partenariat avec EIVP, Iosis, Sogreah, Cemagref, REEDS, LEESU, Fondaterra. (www.resilis.fr)

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1. la résilience de court terme ou la résilience spécifique d'un service urbain à une perturbation
URL http://journals.openedition.org/developpementdurable/docannexe/image/9208/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 36k
Titre Figure 2. la résilience de long terme ou la résilience globale du système urbain : le maintien le long d’une trajectoire idéale
URL http://journals.openedition.org/developpementdurable/docannexe/image/9208/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 32k
Titre Figure 3. Des réseaux dépendants et des gestionnaires isolés
URL http://journals.openedition.org/developpementdurable/docannexe/image/9208/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 168k
Titre Figure 4. Carte de réseaux théoriques représentant les interrelations entre les différents réseaux
URL http://journals.openedition.org/developpementdurable/docannexe/image/9208/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 36k
Titre Figure 5. interdépendances entre 4 systèmes urbains
Crédits Source : Lhomme et al., 2011b
URL http://journals.openedition.org/developpementdurable/docannexe/image/9208/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 61k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Marie Toubin, Serge Lhomme, Youssef Diab, Damien Serre et Richard Laganier, « La Résilience urbaine : un nouveau concept opérationnel vecteur de durabilité urbaine ? », Développement durable et territoires [En ligne], Vol. 3, n° 1 | Mai 2012, mis en ligne le 24 mai 2012, consulté le 14 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/developpementdurable/9208

Haut de page

Auteurs

Marie Toubin

Marie Toubin, Doctorante CIFRE avec Egis, en collaboration avec l’Ecole des Ingénieurs de la Ville de Paris (Université Paris-Est Marne-la-Vallée) et l’Université Paris 7 Paris Diderot, Laboratoire PRODIG (Pôle de Recherche pour l’Organisation et la diffusion de l’Information Géographique), UMR CNRS 8586. EIVP, 15 rue Fénelon, 75010 Paris. Marie.toubin@eivp-paris.fr

Serge Lhomme

Serge Lhomme, Doctorant en Génie Urbain à l’Ecole des Ingénieurs de la Ville de Paris en collaboration avec l’Université Paris-Est Marne-la-Vallée et l’Université Paris 7 Paris Diderot, Laboratoire PRODIG (Pôle de Recherche pour l’Organisation et la diffusion de l’Information Géographique), UMR CNRS 8586. EIVP, 15 rue Fénelon, 75010 Paris. Serge.lhomme@eivp-paris.fr

Youssef Diab

Youssef Diab, Directeur scientifique de l’Ecole des Ingénieurs de la Ville de Paris, Professeur de génie civil urbain à l’Université Paris-Est Marne-la-Vallée. EIVP, 15 rue Fénelon, 75010 Paris. Youssef.diab@univ-mlv.fr

Damien Serre

Damien Serre, Enseignant-Chercheur HDR à l’Ecole des Ingénieurs de la Ville de Paris, responsable de l’axe de recherche « résilience urbaine ». Ses recherches ont pour finalité la formalisation des connaissances utiles pour l’aide à la décision et pour l’aide à la conception de villes résilientes face aux risques. Sa recherche est transdisciplinaire et au service de la ville. EIVP, 15 rue Fénelon, 75010 Paris. Damien.serre@eivp-paris.fr

Richard Laganier

Richard Laganier, Professeur de Géographie à l’Université Paris 7 Paris Diderot, Sorbonne Paris Cité, laboratoire PRODIG (Pôle de Recherche pour l’Organisation et la diffusion de l’Information Géographique), UMR CNRS 8586. Son activité de recherche porte sur l’étude des rapports entre risques liés à l’eau et territoire et l’analyse des conditions de développement de la résilience. Il est auteur ou co-auteur de nombreux ouvrages sur les extrêmes hydrologiques et leur gestion. Univ. Paris 7, 7 rue Watt, 75013 Paris. Richard.laganier@univ-paris-diderot.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Développement Durable et Territoires est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo Association Développement durable et territoires
  • Logo Université Lille1
  • Logo Ceraps
  • Logo Clerse
  • Logo Tves
  • Logo Asrdlf
  • Logo Vertigo
  • OpenEdition Journals