Navigation – Plan du site
Dossier: Santé et Environnement

L'approche écosystémique de la santé des populations : le cas de l’exposition au mercure des communautés riveraines de l’Amazonie et du nord du Québec

The ecosystem approach to population health: the case of mercury exposure in local communities in Amazonia and in northern Quebec
Sebastian Weissenberger, Delaine Sampaio da Silva et Roger Schetagne

Résumés

La problématique environnementale du mercure est complexe et les effets sub-cliniques d’une exposition prolongée à de faibles doses ainsi que ses conséquences sur la santé et le bien-être des populations ont longtemps été méconnus. Nous présentons ici deux régions, l’Amazonie brésilienne et le nord du Québec, qui figurent parmi les cas d’exposition au mercure les mieux étudiés au monde. Malgré un contexte biophysique, géographique et écologique fort contrasté, des similitudes existent dans les deux régions en ce qui concerne la mobilisation et la transformation de ce métal dans les écosystèmes et l’exposition humaine à ce contaminant. Dans les deux cas, des changements d’affectation des sols jouent un rôle majeur dans la mobilisation du mercure dans les sols. En dépit des grandes différences entre les populations touchées et l’échelle de l’intervention, des convergences remarquables ont émergé dans la prise en compte socio-sanitaire de la problématique et de l’évolution des démarches de recherche et d’intervention. L’approche écosystémique et participative s’est imposée, de manière implicite ou délibérée, comme le modèle le plus approprié dans ce type de problématique. En absence de solutions possibles de décontamination ou de rémédiation à grande échelle des écosystèmes, l’accent a été mis sur la surveillance, la communication et la gestion du risque sanitaire. Ceci a impliqué une adaptation des pratiques alimentaires visant à réduire l’exposition au mercure, sans pour autant décourager la consommation des produits de la pêche, identifiés comme principale voie d’exposition, et qui comportent aussi de nombreux bienfaits (nutritifs, économiques et culturels) pour les communautés des deux régions. Dans les deux études, on constate une diminution de l’exposition au mercure au fil du temps, mais pas nécessairement pour les mêmes raisons. L’analyse du déroulement des projets et du taux de succès des interventions mises en place implique une analyse contextualisée en prenant en compte les aspects socio-politiques, culturels et historiques dans lequel ils s’inscrivent. L’étude de l’exposition mercurielle offre donc de nombreux enseignements pour d’autres types d’exposition à des agents toxiques, mais soulève encore beaucoup de questions, d’ordre biogéochimique, sanitaire et social, auxquelles il s’agira de s’intéresser et de répondre dans le futur.

Haut de page

Texte intégral

Les auteurs tiennent à remercier Michel Plante (Hydro-Québec), Robert Davidson (Biodôme de Montréal) et Anne Roué Le Gall (EHESP Rennes) pour les conseils et renseignements précieux lors de la rédaction de cet article.

1Le mercure (Hg) est un des contaminants environnementaux les plus étudiés. Ce métal est omniprésent dans les écosystèmes à l’échelle planétaire. Ses sources d’émission dans l’environnement sont multiples, ses trajectoires de dissémination et d’exposition et son comportement chimique complexes. Pour les humains, le danger réside surtout dans la faculté du mercure à être accumulé dans les organismes et amplifié biologiquement le long de la chaîne alimentaire.

2Certaines perturbations ou changements d’affectation des terres peuvent mobiliser le mercure présent dans les sols et le rendre biodisponible, lui permettant ainsi d’intégrer la chaîne alimentaire : la déforestation, la création de réservoirs (Rosenberg et al., 1997), les lacs de castors (Roy et al., 2009), les feux de forêts (Turetsky et al., 2006), les précipitations extrêmes (Balogh et al., 2006), l’agriculture (Farella et al., 2006 ; Mainville et al., 2006,) ou la foresterie (Porvari et al., 2003).

3Cet article présente deux études de cas, en Amazonie brésilienne et dans le Nord québécois, illustrant l’étroite relation entre l’utilisation du territoire et des ressources naturelles et l’exposition au mercure des populations locales. Dans les deux cas, la présence de mercure dans les organismes aquatiques constitue une menace d’exposition au méthylmercure, la forme la plus toxique du mercure, pour les populations riveraines à travers la consommation de poisson. D’importants projets de recherche et d’intervention ont été menés dans les deux régions, afin de comprendre l’origine et le devenir du mercure dans l’environnement et finalement de diminuer le risque pour les populations. Au Québec, ce sont principalement le volet recherche mercure d’Hydro-Québec en collaboration avec d’autres organismes, surtout la chaire de recherche Hydro-Québec – CRSNG – UQAM, en Amazonie le projet CARUSO. Nous discuterons de ces deux expériences de recherche fondées sur l’approche écosystémique de la santé humaine. Cette approche fait appel à des recherches intégrées en sciences naturelles, en sciences sociales et en sciences de la santé pour comprendre les liens complexes entre les sources de contamination, le transfert dans les écosystèmes et la santé humaine. Tout en s’appuyant sur la participation communautaire et l’analyse de genre, l’approche vise particulièrement à proposer des solutions à court et à long terme (Forget et Lebel, 2001). Alors que l'approche écosystémique constitue une voie prometteuse pour aborder les aspects du développement durable, nous voulons illustrer comment cette approche a été appliquée à la problématique de l’exposition au mercure au Québec et en Amazonie brésilienne.

1. Description des territoires géographiques et humains

  • 1 Correspondant aux régions de la Jamésie (municipalités de la Baie-James et de Eeyou-Istchee) et de (...)

4Les deux territoires sont immenses (plus de 500 000 de km2 pour le nord du Québec1 et cinq millions de km2 pour l’Amazônia Legal, la partie brésilienne de l’Amazonie) et peu peuplés (124 000 d’habitants dans le nord du Québec, soit 0,23 habitants/km2, un peu moins de 20 millions pour l’Amazônia Legal, soit 4,7 habitants/km2). Ce sont des régions dominées par des couverts forestiers plus ou moins continus, la forêt tropicale en Amazonie et la forêt boréale dans le Nord du Québec. Ces deux fronts pionniers subissent une ouverture du territoire, enclenchée en Amazonie dans les années 1960 et au Québec, de manière sporadique durant les années 1950 et 1960 à travers les projets miniers et forestiers, puis à partir des années 1970 à travers les chantiers hydroélectriques de la Baie James. La population amazonienne est née du métissage de trois groupes ethniques, les populations indiennes, les Européens et les Africains et croît rapidement, surtout en ce qui concerne la population urbaine. La population du nord du Québec est essentiellement autochtone ; environ 14 000 Cris et 5000 Inuits habitent sur le territoire de la Baie James et plus de 10 000 Innus (Montagnais) et un peu moins d’un millier de Naskapis sur celui de la Côte-Nord.

2. La biogéochimie du mercure – de la mobilisation dans les sols jusqu’à l’exposition humaine

5Bien que le mercure puisse provenir de sources ponctuelles comme l’orpaillage ou les usines chlore-alcali, les sources naturelles et la déposition atmosphérique dominent dans les territoires à l’étude. On estime que la déposition atmosphérique de mercure sur les régions éloignées a approximativement triplé par rapport à la période préindustrielle (Lindberg et al., 2007). Les sols forestiers peuvent contenir des quantités importantes de mercure d’origine naturelle, comme c’est le cas dans la forêt amazonienne, où les oxisols fixent efficacement le mercure (Roulet et al., 1998), ou dans la forêt boréale (Lucotte et al., 1999).

6Le rôle des sources ponctuelles est secondaire dans les deux zones d’étude. En Amazonie brésilienne, l’orpaillage artisanal était initialement considéré comme la principale source de mercure, mais les études de Roulet et al. (2001) et Farella et al. (2001) ont démontré que l’érosion de sols nouvellement déboisés était en fait la source principale de mercure dans la région de la vallée du Tapajos. Lors de l’érosion, le mercure des sols, qui est principalement lié à la matière organique des horizons superficiels des sols, est transporté vers les milieux aquatiques (figure 1).

Figure 1. Le cycle du mercure dans la région du Tapajos, tel que décrit dans un schéma éducatif pour les populations locales.

Figure 1. Le cycle du mercure dans la région du Tapajos, tel que décrit dans un schéma éducatif pour les populations locales.

Source : http://www.unites.uqam.ca/​gmf/​caruso/​doc/​cartilha_2005/​Cartilha_Final_Caruso.pdf

7Au Québec, il y eut au début des années 1970 des cas de contamination au mercure de sources ponctuelles, comme la papeterie et l’usine chlore-alcali de Quévillon, en amont de Matagami, qui causa la fermeture d’une pêche commerciale (Schoen et Robinson, 2005). Actuellement, c’est l’inondation de sols forestiers lors de la mise en eau de réservoirs qui est la principale source de transfert de mercure vers les milieux aquatiques (figure 2). La transition d’un écosystème forestier vers un écosystème aquatique est accompagnée d’une augmentation du taux de méthylation du mercure sur une période de 8 à 10 ans, rendant ainsi celui-ci biodisponible (Lucotte et al., 1999 ; Schetagne et al., 2006a). Les lacs naturels contiennent également du mercure, avec des teneurs variables, mais inférieures aux réservoirs et qui sont influencées par les caractéristiques des lacs et des bassins versants ainsi que par des activités humaines comme la déforestation ou les activités minières (Roué Le Gall et al., 2005).

Figure 2. Le cycle du mercure dans un réservoir boréal.

Figure 2. Le cycle du mercure dans un réservoir boréal.

Source : Schetagne et al., 2006a.

8Le méthylmercure intègre le réseau trophique par l’entremise de microorganismes, de brouteurs ou de larves d’insectes (Tremblay et al., 1998). Divers facteurs peuvent influencer la structure des communautés de poissons et également avoir des répercussions sur la dynamique du mercure : la qualité de l’eau (Carrel et Rivier, 1989 ; Celo et al., 2006) ; l’activité de pêche (Surette, 2006) ; et les caractéristiques du bassin versant (Sampaio da Silva et al., 2009). Le méthylmercure s’accumule dans les organismes et est ainsi bioamplifié, c’est à dire que ses concentrations augmentent le long de la chaine alimentaire, avec un décalage temporel des pics de concentrations entre les espèces piscivores et les espèces non piscivore (figure 3). Comme le mercure inorganique n’est pas bioaccumulé, la proportion de méthylmercure augmente le long de la chaine trophique et atteint 80 à plus de 99 % du mercure total dans la chair des poissons d’eau douce (Watras et al., 1994 ; Lasorsa et Allen-Gil, 1995 ; Lindqvist, 1991).

Figure 3. Évolution de la teneur en mercure des grands corégones (non piscivore, a) et des grands brochets (piscivore, b) dans les réservoirs du secteur ouest du complexe La Grande, en gris l’étendue des valeurs des lacs naturels. À noter la différence d’échelle d’ordonnée.

Figure 3. Évolution de la teneur en mercure des grands corégones (non piscivore, a) et des grands brochets (piscivore, b) dans les réservoirs du secteur ouest du complexe La Grande, en gris l’étendue des valeurs des lacs naturels. À noter la différence d’échelle d’ordonnée.

Source : Hydro-Québec/SEBJ.

9La source principale d’exposition humaine au mercure dans ces deux régions est la consommation de poissons, parfois aussi d’oiseaux et de mammifères se nourrissant de poissons contaminés (Canuel et al., 2009 ; Lebel et al., 1998, Schetagne et al., 2007). Le taux d’exposition dépend de la quantité de poisson consommé et des concentrations de mercure dans les espèces en question. En raison de leur forte consommation de poisson, les populations autochtones du Québec et les populations riveraines en Amazonie sont fortement touchées ; ces dernières comptent parmi les populations les plus exposées au méthylmercure au monde (Passos et Mergler, 2008). Le méthylmercure se bioaccumule chez les humains ; sa demi-vie est de 44-57 jours dans le sang et 64-80 jours dans les cheveux (Gupta et al., 2006 ; Yaginuma-Sakurai et al., 2012). La contamination au méthylmercure est donc cumulative dans le temps, mais aussi réversible lorsque les apports sont réduits.

3. Le problème sanitaire et social

  • 2 Le méthylmercure peut être mesuré dans le sang ou dans les cheveux. L’analyse des cheveux permet d (...)

10Les concentrations de mercure mesurées chez les populations en Amazonie ou au Québec restent inférieures à la limite de 200 mg/l de mercure dans le sang, correspondant à 50 µg/g de mercure dans les cheveux2, établie par l’OMS (WHO, 1990), à partir de laquelle existe un risque de dommages neurologiques cliniquement observables (tableau 1). On peut cependant observer des altérations des performances neurofonctionnelles à des taux de mercure bien inférieurs à ceux-ci (p.ex. Spitzer et al., 1988 ; Lebel et al., 1996, 1998 ; Dolbec et al., 2000 ; Amorim et al., 2000). De plus, il faut considérer que certains segments de la population sont plus sensibles que d’autres. Ainsi, les femmes enceintes sont particulièrement vulnérables, puisque le méthylmercure est transféré de la femme enceinte au fœtus à travers la barrière sang-placenta. Une exposition des nourrissons amazoniens a d’ailleurs également été observée à travers le lait maternel (Boischio et al., 1998).

Tableau 1. Relation dose-effet du méthylmercure.

Concentration de Hg dans les cheveux (µg/g)

Effets sur la santé

<14

Aucun effet observé dans la plupart des études

15-50

Effets sub-cliniques

50

Seuil limite de l’OMS

50-200

Apparition de symptômes chez l’adulte (paresthésie)

200-1000

Symptômes neurologiques importants (maladie de Minamata)

>1000

Symptômes neurologiques graves jusqu’au décès

Modifié d’après Schetagne et al., 2006c.

11Les niveaux d’exposition observés dans les études en Amazonie provoquent des symptômes d’altération du développement neurologique ou neuropsychologique (capacités de raisonnement et d’organisation visuo-spatiale, motricité, de coordination fine des mouvements volontaires, troubles centraux de l’articulation et de la sensibilité tactile, réduction du champ visuel, pertes d’audition, anomalies du développement du système nerveux central des enfants) (Berzas Nevado et al., 2010 ; Passos et Mergler, 2008 ; Pinheiro et al., 2007). Ces symptômes mènent à une diminution marquée du bien-être et de la fonctionnalité de l’être humain. Des batteries de tests spécifiques (voir tableau 2 pour un exemple) ont été développées pour mesurer les atteintes aux fonctions motrices, sensorielles, cognitives et émotionnelles (Mergler, 1998).

12Dans les études menées en Amazonie brésilienne depuis les années 1990, des relations dose-effet entre les concentrations de mercure et des indicateurs de motricité (figure 4) ou de performance visuelle ont été mesurées (Lebel et al., 1996, 1998 ; Dolbec et al., 2000).

  • 3 Le test de Santa Ana (version Helsinki) fait partie du Neurobehaviaral Core Test Battery utilisé de (...)

Figure 4. Relation entre le niveau de mercure dans les cheveux et la performance dans une épreuve de coordination et de dextérité manuelle, évaluée à l'aide du test de Santa Ana3.

Figure 4. Relation entre le niveau de mercure dans les cheveux et la performance dans une épreuve de coordination et de dextérité manuelle, évaluée à l'aide du test de Santa Ana3.

Source : Dolbec et al., 2000.

13Les études menées à date suggèrent que la relation entre l'exposition et la santé se présente selon un continuum de symptômes progressifs, dont le début se situe avant les manifestations de la maladie, les dommages augmentant avec l'exposition cumulée (figure 5). Les populations amazoniennes se trouveraient à l'heure actuelle aux premiers stades (Mergler et Lebel, 2001). La progression des individus selon ce continuum varie selon leur état de santé ou leur susceptibilité génétique, rendant le diagnostic différentiel de la maladie plus difficile (Mergler et Lebel, 2001). L’avantage principal de l'évaluation des effets précoces est la possibilité d'identifier une situation de risque à un moment où les atteintes à la santé sont encore réversibles.

Figure 5. Continuum de détérioration des fonctions nerveuses en lien avec l’exposition au mercure.

Figure 5. Continuum de détérioration des fonctions nerveuses en lien avec l’exposition au mercure.

Source : Mergler et Lebel, 2001.

14Au Québec, les concentrations mesurées chez différents groupes de population et chez des pêcheurs sportifs sont moins élevées que celles mesurées en Amazonie (tableau 2). Des concentrations plus élevées, accompagnées de symptômes neurologiques coïncidant avec ceux d’une intoxication au méthylmercure avaient été mesurées au début des années 1970, en lien avec des sources industrielles (Spitzer et al.,1988, Schoen et Robinson, 2005). Des taux de mercure élevés avaient aussi été mesurés chez les Ojibwe de l’Ontario en aval d’une usine chlore-alcali dans les années 1960, où certains poissons affichaient des taux de 24 µg/g de mercure, ainsi que chez des Inuits du Nunavik, ce qui était expliqué par l’importance des mammifères marins dans leur régime alimentaire (Gupta et al., 2006).

Tableau 2. Concentrations de méthylmercure dans les cheveux mesurées dans différentes régions du Québec et du Labrador.

Région

Nombre de participants

Concentration moyenne

Concentration maximale

Premières Nations

Innus de Sept-Îles

83

0,9

4,2

Sept-Îles

56

0,8

2,6

Québec

1109

0,3

3,7

Oujé-Bougoumou

218

1,6

13,9

Nemaska

97

0,9

8,8

Innus du Labrador

162

0,4

8,1

Innus d’Ekuanitshit

36

0,5

2,0

Havre Saint-Pierre

94

0,9

4,1

Longue Pointe de Mingan

60

0,7

7,4

Pêcheurs sportifs

Lac Saint-Pierre

130

0,7

5,8

Montréal (étude 1)

58

0,2

4,1

Montréal (étude 2)

40

0,5

4,4

Abitibi

130

0,8

16,1

Matagami

174

2,1

14,6

Baie James

88

3,6

16,4

Mergler et al., 2004 ; Schetagne et al., 2007.

  • 4 Au Canada, la santé est une responsabilité provinciale, mais les autochtones relèvent du gouverneme (...)

15La prise en compte de symptômes sub-cliniques est difficile pour des systèmes de santé qui sont axés vers le traitement de maladies alors que l’ensemble des symptômes reliés au méthylmercure à faible dose ne constitue pas une maladie reconnue au sens clinique. Ainsi, la prise en compte de la problématique du mercure se limite en général à une surveillance. Au Brésil, cette surveillance s’effectue à travers le programme des personnes exposées à des substances chimiques, le VIGIPEQ (Dallongeville, 2011). Au Québec, la surveillance et les programmes d’intervention sont sous la responsabilité des organismes de santé locaux, qui travaillent généralement de concert avec les ministères de santé de la province, le ministère fédéral4 et le projet de recherche d’Hydro-Québec.

4. Projets de recherche et d’intervention au Québec et en Amazonie

4.1. Le projet CARUSO en Amazonie brésilienne

16Le projet canado-brésilien CARUSO, lancé en 1994 et s’échelonnant sur quatre phases jusqu’en 2008 a été financé par le CRDI (programme Ecohealth) à hauteur de 100 000-150 000 dollars par an. Le projet visait à identifier les principales sources de mercure, les voies d’exposition et finalement retrouver des pistes pour réduire l’exposition mercurielle des populations riveraines du Tapajós, en Amazonie brésilienne (environ 500 personnes), en considérant non seulement les déterminant sanitaires et alimentaires, mais aussi les facteurs sociaux, écologiques, économiques et politiques délimitant la problématique du mercure dans la région étudiée (Guimarães et Mergler, 2012). Lors de la première phase, le projet ne concernait qu’un seul village de 500 habitants. Le nombre de villages est passé à quatre lors de la deuxième phase et à dix lors de la troisième phase.

  • 5 Poor Land Use Poor Health, projet financé par le Programme de partenariat Teasdale-Corti administré (...)

17Dès le départ, le projet CARUSO adoptait une perspective écosystémique, interdisciplinaire et participative (Johnson, 2003 ; Guimarães et Mergler, 2012). Plusieurs axes d’intervention ont été déterminés. La réduction à la source des apports de mercure ne fait qu’accessoirement partie de ces axes, mais est abordée spécifiquement dans le cadre du projet PLUPH5. Un des axes importants a été l’évaluation du rôle de certaines composantes de l’alimentation locale, en particulier les fruits (Passos et al., 2008), et le sélénium (Lemire et al., 2010), sur les niveaux de mercure. Ces études ont été effectuées en collaboration avec des femmes sur place qui y participaient en établissant un journal détaillé de leur consommation alimentaire. Elles ont affirmé le rôle bénéfique des fruits tropicaux puisque pour une consommation équivalente de poisson, le taux de mercure dans les cheveux est inférieur chez les personnes consommant davantage de fruits par rapport à celles qui en consomment moins. Les résultats concernant le rôle du sélénium n’ont pas été concluants (Lemire et al., 2010).

18Le principal axe d’intervention a été la mise sur pied d’une stratégie d’intervention participative afin d’encourager la consommation de poissons non piscivores au lieu de poissons piscivores beaucoup plus contaminés au mercure. Cette stratégie s’est appuyée sur l’analyse des représentations sociales de la population et sur les intérêts et les connaissances spécifiques de certains groupes clés pour la construction de nouveaux savoirs issus de la collaboration entre les chercheurs et la communauté. Des acteurs sociaux clés tels que les femmes, responsables de l’alimentation, les pêcheurs, les sages-femmes et les infirmières ont été fortement impliqués dans le projet (Guimarães et Mergler, 2012).

19Des outils de communication ont été développés en collaboration avec les pêcheurs et d’autres membres de la communauté, pour s’assurer de leur lisibilité par les destinataires des communautés et la justesse des informations par rapport au contexte local. Parmi les outils développés figurent des affiches montrant les niveaux de mercure de nombreuses espèces de poissons (figure 6), des affiches illustrant les bonnes pratiques alimentaires et d’utilisation du territoire (figure 7), des ateliers d’échanges entre les chercheurs et la population et finalement des ateliers d’échanges entre les populations des différents villages (figure 8).

Figure 6. Affiches présentant les niveaux de mercure dans plusieurs espèces de poisson amazoniens capturées pendant la décrue 2003 et l’étiage 2004.

Figure 6. Affiches présentant les niveaux de mercure dans plusieurs espèces de poisson amazoniens capturées pendant la décrue 2003 et l’étiage 2004.

Source : Sampaio da Silva, 2008

Figure 7. Affiche présentant les risques et les bénéfices de la consommation de poisson et les différentes stratégies pour diminuer l’exposition au mercure (consommer des poissons non piscivores, consommer des fruits et des aliments variés, ne pas déboiser les berges, rechercher de l’information).

Figure 7. Affiche présentant les risques et les bénéfices de la consommation de poisson et les différentes stratégies pour diminuer l’exposition au mercure (consommer des poissons non piscivores, consommer des fruits et des aliments variés, ne pas déboiser les berges, rechercher de l’information).

Source : Projet Caruso (http://www.unites.uqam.ca/​gmf/​caruso).

Figure 8. Atelier de restitution et discussion des résultats de la recherche

Figure 8. Atelier de restitution et discussion des résultats de la recherche

20Le changement dans le régime alimentaire a permis de réduire de 35 % les concentrations de mercure dans les cheveux entre 1995 et 2000 (n =43) (Mergler et Guimarães, 2012). La comparaison du régime alimentaire des répondants (tableau 3) montre qu'ils continuent à manger les mêmes quantités de poissons, mais que la proportion des poissons non piscivores (en vert) a augmenté tandis que celle des poissons piscivores (en rouge) a drastiquement diminué. Le suivi de l’état de santé des participants a révélé une amélioration des fonctions motrices et des indicateurs cytogénétiques en lien avec cette baisse de l’exposition.

Tableau 3. Consommation de poisson dans le cadre de l’étude pilote réalisée en Amazonie brésilienne.

1995

(123 repas)

2000

(122 repas)

2

p

Pescada

29 (24 %)

17 (14 %)

0,07

Piranha

15 (12 %)

2 (2 %)

<0.01

Piraracu

15 (12 %)

2 (2 %)

<0,01

Aracu

11 (9 %)

37 (30 %)

<0,01

Pacu

9 (7 %)

27 (22 %)

<0,01

Autres

44 (36 %)

37 (30 %)

ns

En gras = poisson prédateur et en italique = poisson non prédateur.

Source : Mergler et Guimarães (2012).

4.2. Le réseau de suivi environnemental d’Hydro-Québec dans le nord du Québec

  • 6 Par principe, la SEBJ est responsable du projet lors de la phase de construction et Hydro-Québec (a (...)

21Suite au lancement du projet hydroélectrique de la Baie James en 1973, le Réseau de suivi environnemental a été mis en place en 1977 sous l’égide de la SEBJ, et à partir de 1987 d’Hydro-Québec6. Ce réseau a effectué un suivi des teneurs en mercure de la faune aquatique de 1978 à 2000. Sur le plan légal, les efforts de recherche sont encadrés par la Convention de la Baie James sur le mercure, ratifiée en 1986 entre le gouvernement du Québec, Hydro-Québec et les représentants des Cris de la Baie-James et renouvelée en 2001, maintenant administrée par la Corporation Niskamoon, au sein de laquelle les Cris sont en position majoritaire (Schetagne et al., 2006b).

22Depuis, d’autres études ont été menées à l’occasion de la création de réservoirs dans d’autres parties du territoire, souvent habitées par les populations autochtones - les Inuits au nord du 55e parallèle, les Cris à la Baie-James, et les Innus sur la Côte-Nord. Le financement du réseau d’environ 63 millions de dollars sur la période de 1978 à 2012, donc 1,8 millions de dollars par an, est assuré principalement par Hydro-Québec et la SEBJ, avec des contributions de l’UQAM (environ 600 000 dollars) et du CRSNG (environ 1,8 millions de dollars) dans le cadre de la chaire de recherche Hydro-Québec/CRSNG/UQAM, et du ministère de la Santé et des services sociaux du Québec (environ 2 millions de dollars).

23Le mandat du Réseau de suivi comprend la recherche, le suivi en tant que tel, et l’évaluation de mesures d’atténuation. Des études approfondies de la biogéochimie du mercure ont été effectuées, notamment à travers la Chaire de recherche Hydro-Québec/CRSNG/UQAM fondée en 1990. Différentes mesures d’atténuation visant 1) la réduction des sources de mercure, 2) la réduction de la biodisponibilité et de la production de méthylmercure ou 3) la réduction de la bioaccumulation du méthylmercure, ont été considérées (Sbeghen, 1995), mais seulement deux ont été par la suite étudiées, soit la pêche intensive et l’ajout de sélénium. La première s’est révélée inadéquate dans le contexte de grands réservoirs (Surette et al., 2003), alors que la seconde nécessite une meilleure compréhension du rôle du sélénium en tant qu’antagoniste du Hg ainsi que des recherches plus approfondies pour être applicables sans effet secondaire sur l’ichtyofaune (Sbeghen, 1995 ; Surette et al., 2003).

24Étant donné l’impossibilité de réduire la contamination des écosystèmes, l’attention s’est tournée vers les mesures de réduction de l’exposition à travers la consommation de poissons. Deux éléments sont à considérer ici : le rôle de la pêche dans les activités traditionnelles des peuples autochtones et l’importance du poisson dans l’alimentation des populations riveraines. Chez les Cris et les Inuits, les aliments locaux occupent encore une grande importance. Dans une enquête menée auprès d’Inuits, 73 % des personnes interrogées affirment avoir consommé des aliments locaux le jour précédant l’enquête (Hydro-Québec Équipement, 2007). Chez les Cris, les aliments traditionnels représentaient la moitié de l’alimentation dans les années 1970 (Hydro-Québec Équipement, 2007).

25L’importance du poisson n’est cependant pas simplement alimentaire, mais aussi culturelle et identitaire. Chez les Cris, Nitao, terme qui regroupe les activités de chasse, de pêche et de trappe sont une occasion de rencontre, un élément structurant de la vie des communautés, restent associés à l’identité Cri (Louttit, 2005) et revêtent un aspect religieux (Feit, 1995).

26Pour les populations autochtones, l’apprivoisement de la problématique du mercure a été difficile. Certains concepts comme ceux de contamination ou de toxicité n’ont pas d’équivalent chez les Cris et les mots correspondants n’existent pas dans la langue crie (Hydro-Québec Production et SEBJ, 2011). L’appellation crie de nemasahkosiwinqui signifie « maladie du poisson » ou « poisson malade » (Penn, 2006). Cependant, le poisson lui-même ne présente aucun signe de maladie, ce qui déconcerte les pêcheurs cris, habitués à se fier à leur expérience. L’obligation de remettre leur santé aux mains d’experts externes a été une épreuve pour les communautés.

27Le contexte politique tendu des années 1970 et 1980 a contribué à l’établissement d’un rapport de non confiance entre les experts émettant des recommandations vis-à-vis du mercure et les populations autochtones, qui s’est traduit à tour de rôle par une défiance envers les recommandations émises en même temps qu’une inquiétude excessive. Ainsi, certains Inuits étaient persuadés qu’ils allaient mourir dès lors que du mercure avait été détectée chez eux (Poirier et Brooke, 2000), alors que d’autres percevaient les messages de santé relatifs au mercure comme une menace identitaire, voir une conspiration pour pousser les Inuits à ne plus chasser (O’Neil et al., 1997 ; Poirier et Brooke, 2000). Les conséquences psychologiques et sociales des annonces de contamination ont ainsi contribué à aggraver le problème posé par la contamination au mercure plutôt que de le résoudre (Grondin et al., 1994 ; Usher et al., 1995). Les mêmes observations ont été faites en Ontario auprès des communautés Ojibwe à l’occasion d’alertes de consommation de poisson (Gupta et al., 2006). Un défi pour les futures interventions consistait donc en un rétablissement du climat de confiance entre les populations autochtones et les experts « du Sud ».

  • 7 Eeyou Istchee (aussi Iiyiyiu Aschii) est un territoire équivalent créé en 2007 qui regroupe les neu (...)

28La juste médiation entre le danger potentiel du méthylmercure et les bienfaits du poisson dans l’alimentation des Cris est d’autant plus importante que les communautés cries et nordiques de manière générale, sont aux prises avec une crise d’obésité. À Eeyou Istchee7, 51,2 % de la population de plus de 18 ans est classifiée comme obèse, comparé à seulement 14,0 % pour l’ensemble du Québec (Nolin et al., 2008). Le diabète, pratiquement inconnu avant les années 1980 chez la population crie, atteignait 7 % de la population en 1991 et 15 % en 2002 (Légaré, 2004). Dans un contexte où le prix des denrées d’épicerie à la Baie James peut atteindre le double de ceux à Montréal (Nolin, 2008), pour les Cris ou les Inuits, le poisson reste une alternative saine et abordable. Le poisson contient environ dix fois moins d’acides gras saturés et nettement plus d’acides gras omega-3 que les viandes d’épicerie (Lucas et al., non daté), ainsi que des vitamines et éléments trace ; il est donc bien meilleur pour la santé que la viande d’épicerie.

29En tenant compte de ces priorités, les stratégies d’intervention ont été réorientées vers une adaptation des pratiques de pêche sans décourager celle-ci. Les mesures préconisées ont été le déplacement de la pêche vers les lacs naturels moins contaminés ou vers les zones marines et la favorisation d’espèces non piscivores, comme l’omble de fontaine, un poisson anadrome aux très faibles taux de mercure (Schetagne et al., 2006b).

30Plusieurs outils de communication ont également été développés, souvent en collaboration avec les instances et les acteurs locaux, parmi lesquels des affiches éducatives, des guides de consommation de poissons avec des recettes de poisson, des codes de couleur en fonction de la teneur en mercure et des cartes du territoire également avec les codes couleur (figure 9-11). De nombreuses enquêtes, des focus groups et des ateliers de travail dans les communautés ont été menés (figure 12).

Figure 9. Affiche éducative trilingue d’Hydro-Québec sur le cycle du mercure et du méthylmercure.

Figure 9. Affiche éducative trilingue d’Hydro-Québec sur le cycle du mercure et du méthylmercure.

Figure 10. Tableau de recommandation de consommation de poisson. De Lucas et al., non daté.

Figure 10. Tableau de recommandation de consommation de poisson. De Lucas et al., non daté.

Figure 11. Carte détaillée d’une région du Québec avec les concentrations de méthylmercure dans différentes espèces de poissons exprimés comme codes couleur.

Figure 11. Carte détaillée d’une région du Québec avec les concentrations de méthylmercure dans différentes espèces de poissons exprimés comme codes couleur.

Figure 12. Séance de communication dans une communauté crie.

Figure 12. Séance de communication dans une communauté crie.

31L’exposition de la population autochtone au méthylmercure a effectivement diminué. À la Baie James, les concentrations de mercure dans les cheveux, qui avaient augmenté entre 1977 et 1984 à la suite de la réalisation de la phase 1 du complexe La Grande, ont décliné par la suite. La proportion des échantillons de cheveux excédant 15 ppm de mercure est passée de 14,2 % en 1988 à 2,7 % en 1993/94 (Schoen et Robinson, 2005). À St. Marguerite (barrage SM-3), chez les Innus, les concentrations de mercure dans les cheveux ont diminué de 0,9 µg g-1 en 1997, avant l’inondation, à 0,5 µg g-1 en 2006, 8 ans après l’inondation, malgré une augmentation concomitante d’un facteur de 6-8 des taux de mercure dans les poissons du réservoir (Schetagne et al., 2009).

32La raison principale de cette diminution des taux de mercure est une diminution de la consommation de poisson, attribuable plutôt aux transitions sociales récentes qu’à la préoccupation à propos du mercure. Dans une enquête effectuée en 1995, la principale raison qu’invoquaient les Cris pour le recul de la chasse (plus de la moitié des hommes chassaient moins que dix ans auparavant) était le manque de temps du à leur régime d’emploi à temps plein (Imrie, 1997). Outre la transition d’une économie de subsistance vers une économie basée sur l’emploi, l’augmentation des coûts reliés à la pêche et la disponibilité de poisson et d’autres aliments en épicerie contribue au déclin de la pêche. En ce qui concerne le mercure, d’autres enquêtes (Hydro-Québec Production et SEBJ, 2011) ont démontré qu’une grande partie de la population autochtone (61 % des Cris et 78 % des Jamésiens) était informée de la problématique, mais la majorité d’entre eux (60 % des Cris et 75 % des Jamésiens) ne considèrent pas le poisson comme un risque pour la santé. Une très faible proportion (12 % des Cris et 2 % des les Jamésiens) de ceux qui se disent informés sur la problématique du mercure ont réduit leur consommation de poisson pour cette raison. 

5. L’approche écosystémique de la santé

33L’approche écosystémique de la santé, aussi dénommée écosanté (De Plaen et Kilelu, 2004), définit un nouveau paradigme de recherche-action basé sur la reconnaissance des interactions complexes entre la santé des individus et les facteurs sociaux, écologiques, économiques et politiques (De Plaen et Kilelu, 2004). Cette approche vise la recherche de solutions intégrées à court, moyen et long terme pour améliorer la santé et le bien-être des populations et la qualité des écosystèmes. Interdisciplinarité, équité entre les groupes sociaux, prise en considération du genre, participation communautaire, traduction des résultats de la recherche en politiques publiques sont parmi les principes, toujours en évolution, qui guident les projets s’appuyant sur ces approches (Forget et Lebel, 2003 ; Lebel, 2003 ; Charron, 2012). Il n’existe pas une « école » unique de l’approche écosystémique de la santé (Charron, 2012), mais une variété d’approches, certaines plus axées sur les aspects écologiques ou sanitaires, d’autres sur les aspects sociaux. L’approche écosystémique considère aussi la santé humaine de manière plus large que la simple absence de pathologies, comme le bien-être des gens, en accord avec l’OMS (Charron, 2012), une définition qui prend toute son importance dans la problématique du mercure.

34En comparant les deux études de cas, il est remarquable de constater la convergence qui s’est effectuée au niveau des objectifs et des approches malgré une situation initiale, des objectifs et des échelles d’intervention très différentes. Alors que le projet Caruso a privilégié dès sa conception l’approche écosystémique de la santé humaine en tant que projet de recherche-intervention (Guimarães et Mergler, 2012), le Réseau de surveillance de la Baie-James et l’ensemble des projets dans le Nord du Québec sont nés dans un tout autre contexte, empreint de contraintes légales (obligations inscrites dans les évaluations d’impacts environnementaux, accords de la Baie James, implication de nombreux organismes gouvernementaux au niveau fédéral, provincial et local) et de surcroit, bien avant que l’approche systémique de la santé se constitue comme un des paradigmes de la recherche en santé environnementale à partir du milieu des années 1990 (Charron, 2012).

35En ce qui concerne les objectifs généraux, plusieurs mesures d’atténuation ont été explorées, des interventions biogéochimiques au Québec, la réduction de la déforestation et les inhibiteurs du mercure dans d’autres aliments. Cependant, la réduction de l’exposition au mercure à travers une consommation de poisson plus adaptée reste dans les deux cas l’objectif principal. La préoccupation commune des deux études de cas est d’atteindre cet objectif sans diminuer la consommation totale de poisson, qui est essentielle pour les deux populations, pour des raisons alimentaires et économiques mais aussi sociales, culturelles, identitaires et même spirituelles.

36Cet objectif a été mieux atteint en Amazonie qu’au Québec. Cette réussite peut être attribuée au mode de recherche participatif et à l’implication forte dès le départ des recherches des acteurs locaux. Au Québec, l’échelle spatiale et temporelle est beaucoup plus grande. Un contexte historique défavorable fait également qu’une recherche participative n’a pu s’instaurer que graduellement et rarement avec le même degré de confiance que dans les communautés en Amazonie. Cette observation soulève aussi des interrogations quant à la possibilité d’étendre l’expérience faite sur les rives du Tapajos à la région amazonienne en son entier. Certainement, d’autres étapes de responsabilisation et d’implication d’autorités et d’acteurs régionaux seraient nécessaires pour entreprendre une telle démarche.

37Au niveau des outils, une comparaison des affiches et brochures reproduites plus haut montre que des contenus (schémas du cycle du mercure, tableaux de niveau de mercure dans les poissons) et des éléments graphiques (codes couleur des poissons en fonction de leur niveau de mercure) et des stratégies semblables (ateliers d’informations, brochures éducatives) ont émergé.

38Les fines différences que l’on peut constater entre les deux populations dans la perception de l’information et des outils sont indicatives de différences culturelles, historiques et socioéconomiques. Par exemple, tandis que les résidents du Tapajos apprécient le format d’une bande dessinée et de dessins schématisés (figures 1, 6, 7 ou 10), les Cris trouvent ce genre de présentation trop infantilisante pour des adultes et préféreraient des photos et des poissons plus réalistes comme dans la figure 9 (Hydro-Québec Production et SEBJ, 2011). Cette objection renvoie symboliquement au premier Acte relatif aux indiens (« sauvages » dans la terminologie de l’époque) de 1850 qui considérait tous les indiens légalement comme des mineurs. Pour comprendre la perception respective des outils de communication, il faut également considérer le niveau de scolarité, supérieur au Canada, malgré le fait que seulement 50 % des jeunes autochtones finissent leur secondaire comparés à 90 % dans la population générale (St. Germain et Dyck, 2011), à celui des communautés amazoniennes étudiées, où le nombre d’années de scolarité moyenne varie entre 2,1 et 5,7 (Sampaio da Silva, 2008).

39Les deux régions sont caractérisées par une situation de santé problématique, marquée par une crise d’obésité dans le nord québécois et la présence de nombreuses maladies dont le paludisme, la dengue, la fièvre jaune, la maladie de Chagas, les parasites intestinaux et la contamination au plomb (Guimarães et Mergler, 2012) en Amazonie, de sorte que le mercure n’est pas perçu comme une priorité de santé. Ceci est particulièrement vrai des Cris, ce qui explique que la problématique du mercure n’a pas été incluse dans la Paix des braves signées en 2002.

40Les interactions sociales en Amazonie entre les chercheurs et les différents acteurs locaux ont été marquées par des dialogues, des échanges d’informations, des négociations et collaborations. Le tableau 4 présente les cinq phases de la recherche participative réalisée en Amazonie selon Mertens et al. (2005). Sur une échelle temporelle plus étendue, on retrouve l’équivalent des phases 1-3 dans les projets menés au Québec. Une réflexion sur l’efficacité de la phase 3 est également amorcée, qui permet une rétroaction au sein du projet d’intervention et représente une autre possibilité de phase 4.

Tableau 4. Les cinq phases du projet CARUSO (non identiques aux phases de financement mentionnées plus haut).

Phase

Focus de la recherche

Mode de participationa

Phase 1

(1994-1997)

Études biogéochimiques du Hg dans les sols, sédiments et colonne d’eau

Contractuelle : les membres de la communauté ont eu des contrats offerts par le groupe de chercheurs pour fournir des travaux sur le terrain sans pouvoir de décision

Phase 2

(1995-1997)

Analyse du Hg dans les poissons et évaluation du régime alimentaire, de l’exposition et les effets sur la santé

Consultative : l’opinion des villageois a servi de base à la recherche-action contrôlée par le groupe de chercheurs

Phase 3

(1998-2004)

Projet pilote basé sur le changement alimentaire visant à réduire l’exposition au mercure

Collaborative : les villageois ont participé dans toutes les étapes du projet pilote et quelques membres de la communauté ont participé en tant que co-chercheurs

Phases 4&5

(2001-2008)

Étude du réseau social et promotion de l’équité participative

Collégiale : tournant vers un mode plus collégiale de participation

Projet PLUPH

(2007-2012)

Recherche appliquer visant à préserver la santé de populations d’agriculteurs à petite échelle vis à vis des problématiques du mercure et de la maladie de Chagas à travers l’adoption de meilleures pratiques agricoles adaptées à la mosaïque des territoires et cultures

(non inclus dans l’étude de Mertens et al. (2005)

a selon la classification de Biggs (1989) qui distingue quatre modes de participation

Source : adapté d’après Mertens et al. (2005)

41Au Québec, la participation des acteurs locaux n’a pas été instaurée dès le début des recherches. Elle s’est cependant développée avec le temps et est devenue maintenant centrale dans les travaux de planification de la recherche jusqu’aux activités sur le terrain (par exemple, des autochtones font partie de toutes les équipes de recherche sur le terrain) et à la diffusion des résultats, qui est de la responsabilité des autorités sanitaires locales, qui valident tous les matériels d’information produits. À la différence de l’Amazonie, où la collaboration entre chercheurs et population s’effectue dans un climat de concorde, la situation au Québec était initialement conflictuelle, marquée par le lourd bagage historique et politique. L’approche « learning by doing » (l’apprentissage en agissant) a permis de tirer des enseignements des erreurs de communication effectuées dans années 1970 et d’effectuer un rapprochement entre les chercheurs du sud et les populations du nord, contribuant à l’émancipation politique, économique et aussi scientifique des Cris et autres nations.

42La genèse, les objectifs et les contraintes ainsi que les échelles d’intervention différentes (d’un à une dizaine de petits villages dans le projet CARUSO, tout le territoire du nord du Québec avec presque 30 000 habitants pour le réseau de suivi environnemental) des deux projets, expliquent que l’approche participative ait été poussée plus loin dans le projet CARUSO que dans les études au Québec. L’extension d’approches participatives à des échelles plus grandes en termes d’espace et de participants représente de manière générale un défi des projets de gestion de l’environnement (Tucker et al., 2003 ; Almekinders et Richards, 2007).

Conclusion

43Les modèles présentés ici peuvent certainement servir d’inspiration à d’autres cas de contamination environnementale dans d’autres régions, et en particulier lorsque celles-ci touchent des populations locales au profil socio-économique ou culturel particulier. Dans les deux régions, il a été essentiel d’introduire des éléments d’approche écosystémique dans les projets d’intervention, aussi au Québec où ils n’étaient pas présents au début, d’œuvrer vers une gestion et une évaluation du risque appropriée, de co-construire les projets de recherche et d’intervention avec les populations locales et d’élaborer une stratégie de communication scientifique efficace et adaptée aux populations touchées.

44Il faut cependant toujours garder à l’esprit que le processus de co-construction des solutions locales est aussi important que l’outil résultant (p. ex. une affiche) et doit donc être parcouru à chaque fois. Comme le fait remarquer le Research Department, Inuit Tapirisat of Canada (1995, dans Hydro-Québec Production et SEBJ, 2011), la conception d’outils ne constitue pas en soi une solution ou une stratégie de communication, elle doit être accompagnée d’autres formes de communication. En Amazonie, l’équipe de chercheurs s’était relayée au fil du temps en assurant une présence presque constante sur le terrain et une véritable complicité s’était créée entre ceux-ci et les riverains sur place. L’approche écosystémique de la santé ne permet donc pas de faire l’économie de temps, d’effort et d’établissement d’un lien de confiance entre les différents acteurs. De plus, elle ne se prête pas à l’application de solutions toutes faites mais plutôt de stratégies d’intervention co-construites et respectueuses du contexte socioculturel, politique, écologique et économique dans lesquelles elles s’inscrivent. Ces stratégies sont plus faciles à élaborer à l’échelle locale qu’à l’échelle régionale. L’expérience acquise à travers les deux projets présentés permet de conclure que la recherche de solutions durables au problème du mercure dépasse les frontières des savoirs et requiert la participation d’acteurs éclairés dans la mise en œuvre d’actions à différentes échelles.

Haut de page

Bibliographie

Almekinders, C., Richards, P., 2007, "Upscaling of Participatory Approaches: An overview of some recent research findings", Paper prepared for 6th Advisory Committee on Science and Technology for ACP Agricultural and Rural Development, Wageningen 12-16 November.

Amorim M. I., Mergler D., Bahia M. O., Dubeau H., Miranda D., Lebel J., Burbano R. R., Lucotte, M., 2000, "Cytogenetic damage related tolow levels of methyl mercury contamination in the Brazilian Amazon ", Anais da Academia Brasileira de Ciências, 72, p. 497-507.

Balogh S. J., Swain E. B., Nollet Y. H., 2006, "Elevated methylmercury concentrations and loadings during flooding in Minnesota rivers", Science of The Total Environment, vol. 368, p. 138–148.

Berzas Nevado J. J., Rodriguez Martin-Doimeadios R. C., Guzman Bernardo F. J., Jimenez Moreno M., Herculano A. M., do Nascimento J. L., et al., 2010, "Mercury in the Tapajo´s River basin, Brazilian Amazon: a review", Environment International, vol. 36, p. 593–608.

Boischio A. A. P., Cernichiari E., 1998, "Longitudinal hair mercury concentrations in riverside mothers along the upper Madeira River (Brazil)", Environmental Research, vol. 77, p. 79-83.

Canuel R., Lucotte M., Boucher de Grosbois S., 2009, "Mercury cycling and human health concerns in remote ecosystems in the Americas", Surveys and Perspectives Integrating Environment and Society - S.A.P.I.EN.S, vol. 2 No. 1.

Carrel G., Rivier B., 1996, "Distribution of three euryoecious cyprinids in the main channel ofthe Lower River Rhône", Archiv Für Hydrobiologie, vol. 113, p. 363-374.

Celo V., Lean D. R., Scott S. L., 2006, "Abiotic methylation of mercury in the aquatic environment", Science of The Total Environment, Vol. 368, p. 126-37.

Charron D, 2012, "Ecohealth: Origins and Approach" in  Charron D. F. (dir), Ecohealth Research in Practice: Innovative Applications of an Ecosystem Approach to Health, New York Dordrecht Heidelberg London, Springer, p. 1-30.

Dallongeville, A., 2011, « L’exposition chronique au mercure des populations amazoniennes dans la région du Tapajós (Brésil) : Quel système de surveillance, de signalement et de gestion ? », Mémoire, École des Hautes Études en Santé Publique, Rennes.

De Plaen R., Kilelu C., 2004, "From multiple voices to a common language: Ecosystem approaches to human health as an emerging paradigm", EcoHealth, vol. 1, SU8-SU15.

Dolbec J., Mergler D., Sousa Passos C. J., Sousa de Morais S., Lebel J., 2000, "Methylmercury exposure affects motor performance of a riverine population of the Tapajos river, Brazilian Amazon", International Archives of Occupational and Environmental Health, vol. 73, p. 195-203.

Farella N., Lucotte M., Louchouarn P., Roulet M., 2001, "Deforestation modifying terrestrial organic transport in the Rio Tapajós, Brazilian Amazon", Organic Geochemistry, vol. 32, p. 1443–1458.

Farella N., Lucotte M., Davidson R., Daigle S., 2006, "Mercury release from deforested soils triggered by base cation enrichment", Science of The Total Environment, vol. 368, p. 19–29.

Feit H., 1995, "Hunting and the Quest for Power: The James Bay Cree and Whitemen in the 20th Century" in Morrison R. B., Wilson C. R., Native Peoples: The Canadian Experience, Toronto, McCelland & Stewart, p. 171-207.

Food and Agriculture Organization/World Health of the United Nations Organization (FAO/WHO), 2003, "Summary and conclusions", Joint FAO/WHO Expert Committee on Food Additives Sixty-first meeting Rome, 10-19 June 2003.

Forget G., Lebel J., 2003, « Approche écosystémique à la santé humaine » in Gérin M., Gosselin P., Cordier S., Viau C., Quénel P., Dewailly É. (dir), Environnement et Santé Publique, Fondements et Pratiques, Acton Vale, Edisem, Paris, Éditions Tec & Doc, p. 593-638.

Grondin J., Proulx J.-F., Bruneau S., 1994, « Communication des risques et impacts sociaux : l’exemple du Nunavik », Bise vol. 5, no 5.

Guimarães J. R. D., Mergler D., 2012, "A Virtuous Cycle in the Amazon: Reducing Mercury Exposure from Fish Consumption Requires Sustainable Agriculture" in Charron F. (dir.), Ecohealth research in practice: Insight and Innovation in International Development., Ottawa, Springer, Ottawa, International Development Research Centre, p. 109-118.

Gupta S., Barlow M., Donaldson S., 2006, "Chapter 13: Mercury exposure and human health effects: a Canadian perspective" in Parsons M. B., Percival J. B. (dir.), Mercury: Sources. Measurements, Cycles, and Effects, Wolfville/Halifax, Minearological Association of Canada, p. 229-286.

Hydro-Québec Équipement, 2007, Complexe de la Romaine. Le mercure et la santé publique. Exposition au mercure et perception du risque de contamination par le mercure des populations de Havre-Saint-Pierre et de Longue-Pointe-de-Mingan, Rapport sectoriel. Préparé par Nove Environnement et Service d’analyse de risque QSAR.

Hydro-Québec Production et SEBJ, 2011, Centrales de l’Eastmain-1-A et de la Sarcelle et dérivation Rupert – Évaluation de l’efficacité des outils d’information sur le mercure et la consommation de poisson, Rapport présenté par GENIVAR-Waska à Hydro-Québec et la SEBJ.

Imrie, R, 1997, Mercury Survey - The Education Campaign 1995, Chisasibi, Conseil Cri de la Santé et des Services Sociaux de la Baie James.

Johnson, M., 2003, "Mercury Contamination in the Amazon", Health - An Ecosystem Approach, Case study 3.

Lasorsa B., Allen-Gil, S., 1995, "The methylmercury to total mercury ratio in selected marine, freshwater and terrestrial organisms", Water, Air and Soil Pollution, vol. 80, p. 905-913.

Lebel, 2003, La santé : une approche écosystémique, Ottawa, CRDI.

Lebel J., Mergler D., Lucotte M., Amorim M., Dolbec J., Miranda D., Arantes G., Rheault I., Pichet P., 1996, "Evidence of early nervous system dysfunction in Amazonian populations exposed to low-levels of methylmercury", Neurotoxicology, vol. 17, p. 157-167.

Lebel J., Mergler D., Branches F., Lucotte M., Amorim M., Larribe F., Dolbec J., 1998, "Neurotoxic effects of low-level methylmercury contamination in the Amazonian Basin", Environmental Research, vol. 79, p. 20-32.

Légare G., 2004, Projet de surveillance du diabète chez les Cris d’Eeyou Istchee, Institut national de santé publique du Québec.

Lemire M., Fillion M., Frenette B., Mayer A., Philibert A., Passos C. J. S., Guimarães J. R. D., Barbosa F., Mergler D., 2010, "Selenium and Mercury in the Brazilian Amazon: Opposing Influences 
on Age-Related Cataracts", Environmental Health Perspectives, vol. 118, No. 11, DOI :10.1289/ehp.0901284.

Lindberg S. E., Bullock O. R., Ebinghaus R., Engstrom D. R., Feng X., Fitzgerald W. F., Pirrone N., Prestbo E., Seigneur C., 2007, "A synthesis of progress and uncertainties in attributing the sources of mercury in deposition", Ambio, vol. 36, p. 19–32.

Lindqvist O., 1991, "Mercury in the Swedish environment; recent research on causes, consequences and corrective methods", Water, Air and Soil Pollution, vol. 55, p. 1-262.

Louttit S., 2005, Diabetes and Glimpses of a 21st Century Eeyou (Cree) Culture: Local Perspectives on Diet, Body Weight, Physical Activity and ‘Being’ Eeyou Among an Eeyou Youth Population of the Eeyou (Cree) Nation of Wemindji, Quebec, Thèse de maîtrise, Carleton University, Ottawa.

Lucas M., Blanchet C., Dewailly É., Schetagne R., Plante M., Babo S., Schoen D., Non daté, Le guide alimentaire des poissons nordiques, CHUQ/Hydro-Québec/Eeyou Namess/COTA/CCSSBJ.

Lucotte M., Shetagne R., Thérien N., Langlois C., Tremblay A. (dir), 1999, Mercury in the Biogeochemical Cycle: Natural Environments and Hydroelectric Reservoirs in Northern Québec, Berlin, Heidelberg, Springer.

Mainville N., Webb J., Lucotte M., Davidson R., Betancourt O., Cueva E., Mergler D., 2006, "Decrease of soil fertility and release of mercury following deforestation in the Andean Amazon, Napo River Valley, Ecuador", Science of the Total Environment., vol. 368, p. 88–98.

Mertens F., Saint-Charles J., Mergler D., Passos C. J., Lucotte M., 2005, "Network Approach for Analyzing and Promoting Equity in Participatory Ecohealth Research", Ecohealth, vol. 2, p. 113-126.

Mergler D., 1998, "Nervous system" in Stellman J. M. (dir), Encyclopaedia of Occupational Health and Safety, 4ème édition, Genève, National Labour Office, vol. 1, p. 7.1-7.23.

Mergler D., Lebel J., 2001, « Les effets de l'exposition au méthylmercure chez les adultes » In : Carmouze J.-P., Lucotte M., Boudou A. (dir.) Le mercure en Amazonie : rôle de l'homme et de l'environnement, risques sanitaires, Paris, IRD, p. 373-389.

Mergler D., De Grosbois S., Chan L., Vanier C., Legrand M., Atikesse L., St-Jean M., Charron J., Abdelhouahad N., Beauchamp G., Pull A., Rheault I., Lucotte M., 2004, "Maximizing nutrition from fish consumption and minimizing toxic risk: an ecosystem approach to mercury in Canadian communities", RMZ-Materials & Geoenvironment, vol. 51, p. 472-475.

Mertens F., Saint-Charles J., Mergler D., Passos C. J., Lucotte M., 2005, "Network Approach for Analyzing and Promoting Equity in Participatory Ecohealth Research", Ecohealth, vol. 2, p. 113-126.

Nolin B., Blanchet C., Kuzmina E., 2008, « Habitudes alimentaires, activité physique et poids corporel. Enquête de santé auprès des Cris 2003 », Conseil cri de la santé et des services sociaux de la Baie James.

O’Neil J., Elias B., Yassi A., 1997, "Poisoned food: cultural resistance to the contaminants discourse in Nunavik", Artic Anthropology, vol. 34, p. 29-40.

Passos C. J. S., Mergler D., 2008, "Human mercury exposure and adverse health effects in the Amazon: a review", Cadernos de Saúde Pública, vol. 24, suppl. 4, p. 503-520.

Passos C. J. S., Sampaio D., Lemire M., Fillion M., Guimarães J. R. D., Lucotte M., Mergler D., 2008, "Daily mercury intake in fish-eating populations in the Brazilian Amazon", Journal of Exposure Science and Environmental Epidemiology, p. 1–12.

Penn, A., 2006., Mercury – some notes on the Cree experience, Cree regional authority.

Pinheiro M. C. N., Crespo-López M. E., Vieira J. L. F., Oikawa T., Guimarães G. A., Araújo C. C., Amoras W. W., Ribeiro D. R., Herculano A. M., do Nascimento J. L. M., Silveira L. C. L., 2007, "Mercury pollution and childhood in Amazon riverside villages", Environment International., vol. 33, p. 56-61.

Poirier S., Brooke L., 2000, "Inuit perceptions of contaminants and environmental knowledge in Salluit, Nunavik", Artic Anthropology, vol. 37, p. 78-91.

Porvari P., Verta M., Munthe J., Haapanen M., 2003, "Forestry practices increase mercury and methyl mercury output from boreal forest catchments", Environmental Science & Technology, vol. 37, p. 2389–2393.

Rosenberg D. M., Berkes F., Bodaly R. A., Hecky R. E., Kelly C. A., Rudd J. W. M., 1997, "Large-scale impacts of hydroelectric development", Environmental Reviews/Dossiers Environnement, vol. 5, p. 27– 54.

Roué́-Le Gall A., Lucotte M., Carreau J., Canuel R., Garcia E., 2005, "Development of an ecosystem sensitivity model regarding mercury levels in fish using a preference modeling methodology: Application to the Canadian Boreal system", Environmental science & Technology, vol. 39, p. 9412 –9423.

Roulet M., Lucotte M., Saint-Urbain A., Tran S., Rheault I., Farella N., Silva E. J., Dezincourt J., Passos C. J. S., Santos Soares G., Guimarães J. R. D., Mergler D., Amorim M., 1998, "The geochemistry of mercury in central Amazonian Soils developed on the Alter-do-Chao formation of the lower Tapajos River Valley, Para State, Brazil", Science of The Total Environment, vol. 223, p. 1-24.

Roulet M., Lucotte M., Canuel R., Farella N., De Freitos Goch Y. G., Pacheco Peleja J. R., Guimarães J.-R. D., Mergler D., Amorim M., 2001, "Spatio-temporal geochemistry of mercury in waters of the Tapajós and Amazon rivers, Brazil", Limnology and Oceanography, vol. 46, p. 1141–1157.

Roy V., Amyot M., Carignan R., 2009, "Beaver ponds increase methylmercury concentrations in Canadian shield streams along vegetation and pond-age gradients", Environmental Science & Technology, vol. 43, p. 5605-5611.

Sampaio da Silva, D., 2008, Ressources halieutiques du Tapajós en Amazonie brésilienne : une étude éco-systémique reliant les pratiques de pêches, les paysages des bassins versants et la contamination au mercure, Thèse de doctorat, sciences de l’environnement, Université du Québec à Montréal, Montréal.

Sampaio da Silva D., Lucotte M., Paquet S., Davidson R., 2009, "Influence of ecological factors and of land use on mercury levels in fish in the Tapajos River basin, Amazon", Environmental Research, vol. 109, p. 432-446.

Sbeghen J., 1995, Revue synthèse sur les mesures d’atténuation et de compensation. Présentée au Comité de la Baie-James sur le mercure et Sous-comité environnement. Hydro-Québec, Vice-présidence Environnement, Service Milieu naturel.

Schetagne R., Plante M., Babo S., 2006a, La question du mercure dans les réservoirs hydroélectriques, Hydro-Québec.

Schetagne R, Plante M., Babo S., 2006b, La recherche et les conventions sur le mercure, Hydro-Québec.

Schetagne R., Plante M., Babo S., 2006c, Le mercure et la consommation de poissons, Hydro-Québec.

Schetagne R., Plante M., Castonguay D., 2009, "Impact of the Sainte-Marguerite 3 Hydroelectric Reservoir on the Mercury Exposure of Local Fish Consumers" in Barganska Z., Beyer A., Klimazewska K., Namiesnik J., Tobiszewski M., Rutkiewicz I. (dir), Proceedings of 15th International Conference on Heavy metals in the Environment, Gdansk, Poland, p. 380-383.

Schetagne R., Plante M., Vaillancourt G., Dumont, D., 2007, Health Risk Assessment Related to Mercury Exposure from the Consumption of Fish from a Hydroelectric Complex, Hydro-Québec.

Schoen D., Robinson E., 2005, Mercury Studies among the Cree of Eeyou Istchee. Direction de santé publique de la région des Terres cries de la Baie James.

Spitzer W. O., Baxter D. W., Barrows H. S., Thomas D. C., Tamblyn R., Wolfson C., et al., 1988, "Methylmercury and the health of autocthons in Northwest Quebec", Clinical and Investigative Medicine., vol. 11, p. 71-98.

St. Germain G., Dyck L. E., 2011, La réforme de l’éducation chez les Premières Nations : De la crise à l’espoir, Rapport du Comité sénatorial permanent des peuples autochtones.

Surette C., Lucotte M., Tremblay A., 2006, "Influence of intensive fishing on the partitioning of mercury and methylmercury in three lakes of Northern Québec", Science of The Total Environment, vol. 368, p. 248-261.

Surette C., Lucotte M., Doire J., Tremblay A., 2003, "Mercury bioaccumulation in fish: Effects of intensive fishing in three natural lakes of Northern Quebec, Canada", Journal de Physique IV, vol. 107, p. 1443-1443.

Tremblay A., Cloutier L., Lucotte M., 1998, "Total mercury and methylmercury fluxes via emerging insects in recently flooded hydroelectric reservoirs and a natural lake", Science of The Total Environment, vol. 219, p. 209–221.

Tucker, S. P. Sanghi, N. K., Ravindra, A., Ramachandrudu, 2003, "Institutionalization of the Participatory Approach Under the Watershed Programme - a Menu of Mechanisms and Instruments", A Journey through Watersheds I, p. 1-8.

Turetsky M. R., Harden J. W., Friedli H. R., Flannigan M., Payne N., Crock J., Radke L., 2006, "Wildfires threaten mercury stocks in northern soils", Geophysical Research Letters, vol. 33, L16403. DOI :10.1029/2005GL025595.

Usher P. J., Baikie M., Demmer M., Nakashima D., Stevenson M. G., Stiles M., 1995, Communicating about Contaminants in Country Food: the Experience in Aboriginal Communities, Ottawa, Inuit Tapirisat of Canada.

Watras C. J., Bloom N. S., Hudson R. J. M., Gherini S., Munson R., Claas S. A., Morrison K. A., Hurley J., Wiener J. G., 1994, "Sources and fates of mercury and methylmercury in Wisconsin lakes" in Watras C. J, Huckabee J. W. (dir), Mercury pollution. Integration and synthesis, Boca Raton, Lewis Publishers, p. 153-177.

World Health Organization (WHO), 1990, MeHg Environmental Health Criteria 101.

Yaginuma-Sakurai K., Murata K., Iwai-Shimada M., Nakai K., Kurokawa N., Tatsuta N., Satoh H., 2012, "Hair-to-blood ratio and biological half-life of mercury: experimental study of methylmercury exposure through fish consumption in humans", The Journal of toxological Sciences, vol. 37, p. 123-130.

Haut de page

Notes

1 Correspondant aux régions de la Jamésie (municipalités de la Baie-James et de Eeyou-Istchee) et de la Côte-Nord, mais non le Kativik (Nunavik), ne pas à confondre avec la région administrative du Nord-du-Québec

2 Le méthylmercure peut être mesuré dans le sang ou dans les cheveux. L’analyse des cheveux permet de retracer l’exposition en fonction du temps, puisque ceux-ci poussent d’environ un centimètre par mois et fixent de façon permanente le métylmercure à leur racine. Le rapport de concentrations cheveux :sang est situé entre 140 et 370, avec une moyenne de 250 (FAO/WHO, 2003).

3 Le test de Santa Ana (version Helsinki) fait partie du Neurobehaviaral Core Test Battery utilisé depuis 1985 pour évaluer les effets neuromoteurs associés à l'exposition aux substances toxiques. Il a été validé à travers des recherches dans un grand nombre de pays.

4 Au Canada, la santé est une responsabilité provinciale, mais les autochtones relèvent du gouvernement fédéral. Les questions de santé ont été transférées des Affaires indiennes à Santé Canada en 1945.

5 Poor Land Use Poor Health, projet financé par le Programme de partenariat Teasdale-Corti administré par le CRDI à hauteur de 1,6 millions de dollars sur une période de quatre ans de 2007 à 2012.

6 Par principe, la SEBJ est responsable du projet lors de la phase de construction et Hydro-Québec (après la restructuration en 2000 Hydro-Québec Production) après la mise en eau du réservoir, selon les termes prévus dans les évaluations d’impacts et d’autres accords s’appliquant.

7 Eeyou Istchee (aussi Iiyiyiu Aschii) est un territoire équivalent créé en 2007 qui regroupe les neuf villages Cris de la Baie-James et est administré par le Grand Conseil des Cris.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1. Le cycle du mercure dans la région du Tapajos, tel que décrit dans un schéma éducatif pour les populations locales.
Légende Source : http://www.unites.uqam.ca/​gmf/​caruso/​doc/​cartilha_2005/​Cartilha_Final_Caruso.pdf
URL http://journals.openedition.org/developpementdurable/docannexe/image/9839/img-1.png
Fichier image/png, 1,4M
Titre Figure 2. Le cycle du mercure dans un réservoir boréal.
Légende Source : Schetagne et al., 2006a.
URL http://journals.openedition.org/developpementdurable/docannexe/image/9839/img-2.png
Fichier image/png, 335k
Titre Figure 3. Évolution de la teneur en mercure des grands corégones (non piscivore, a) et des grands brochets (piscivore, b) dans les réservoirs du secteur ouest du complexe La Grande, en gris l’étendue des valeurs des lacs naturels. À noter la différence d’échelle d’ordonnée.
URL http://journals.openedition.org/developpementdurable/docannexe/image/9839/img-3.png
Fichier image/png, 103k
Légende Source : Hydro-Québec/SEBJ.
URL http://journals.openedition.org/developpementdurable/docannexe/image/9839/img-4.png
Fichier image/png, 119k
Titre Figure 4. Relation entre le niveau de mercure dans les cheveux et la performance dans une épreuve de coordination et de dextérité manuelle, évaluée à l'aide du test de Santa Ana3.
Légende Source : Dolbec et al., 2000.
URL http://journals.openedition.org/developpementdurable/docannexe/image/9839/img-5.png
Fichier image/png, 103k
Titre Figure 5. Continuum de détérioration des fonctions nerveuses en lien avec l’exposition au mercure.
Légende Source : Mergler et Lebel, 2001.
URL http://journals.openedition.org/developpementdurable/docannexe/image/9839/img-6.png
Fichier image/png, 45k
Titre Figure 6. Affiches présentant les niveaux de mercure dans plusieurs espèces de poisson amazoniens capturées pendant la décrue 2003 et l’étiage 2004.
URL http://journals.openedition.org/developpementdurable/docannexe/image/9839/img-7.png
Fichier image/png, 620k
Légende Source : Sampaio da Silva, 2008
URL http://journals.openedition.org/developpementdurable/docannexe/image/9839/img-8.png
Fichier image/png, 500k
Titre Figure 7. Affiche présentant les risques et les bénéfices de la consommation de poisson et les différentes stratégies pour diminuer l’exposition au mercure (consommer des poissons non piscivores, consommer des fruits et des aliments variés, ne pas déboiser les berges, rechercher de l’information).
Légende Source : Projet Caruso (http://www.unites.uqam.ca/​gmf/​caruso).
URL http://journals.openedition.org/developpementdurable/docannexe/image/9839/img-9.png
Fichier image/png, 1,3M
Titre Figure 8. Atelier de restitution et discussion des résultats de la recherche
URL http://journals.openedition.org/developpementdurable/docannexe/image/9839/img-10.png
Fichier image/png, 1,2M
Titre Figure 9. Affiche éducative trilingue d’Hydro-Québec sur le cycle du mercure et du méthylmercure.
URL http://journals.openedition.org/developpementdurable/docannexe/image/9839/img-11.png
Fichier image/png, 1,2M
Titre Figure 10. Tableau de recommandation de consommation de poisson. De Lucas et al., non daté.
URL http://journals.openedition.org/developpementdurable/docannexe/image/9839/img-12.png
Fichier image/png, 108k
Titre Figure 11. Carte détaillée d’une région du Québec avec les concentrations de méthylmercure dans différentes espèces de poissons exprimés comme codes couleur.
URL http://journals.openedition.org/developpementdurable/docannexe/image/9839/img-13.png
Fichier image/png, 1,5M
Titre Figure 12. Séance de communication dans une communauté crie.
URL http://journals.openedition.org/developpementdurable/docannexe/image/9839/img-14.png
Fichier image/png, 200k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Sebastian Weissenberger est professeur associé à l’institut des sciences de l’environnement de l’UQAM. Il possède un doctorat en sciences de l’environnement et une maîtrise en chimie. Ses intérêts de recherche sont la biogéochimie, les changements climatiques. Il a participé aux travaux de la Chaire de recherche en environnement Hydro-Québec/CRSNG/UQAM dans le moyen-nord québécois. Institut des sciences de l’environnement, Université du Québec à Montréal, C.P. 8888, Succ. Centre-Ville, Montréal, Québec, H3C 3P8, Canada, weissenberger.sebastian@uqam.ca.

Référence électronique

Sebastian Weissenberger, Delaine Sampaio da Silva et Roger Schetagne, « L'approche écosystémique de la santé des populations : le cas de l’exposition au mercure des communautés riveraines de l’Amazonie et du nord du Québec », Développement durable et territoires [En ligne], Vol. 4, n°2 | Juillet 2013, mis en ligne le 16 juillet 2013, consulté le 14 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/developpementdurable/9839 ; DOI : 10.4000/developpementdurable.9839

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Développement Durable et Territoires est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo Association Développement durable et territoires
  • Logo Université Lille1
  • Logo Ceraps
  • Logo Clerse
  • Logo Tves
  • Logo Asrdlf
  • Logo Vertigo
  • OpenEdition Journals