Navigation – Plan du site

Bambara et français-tirailleur

Une analyse de la politique linguistique au sein de l’armée coloniale française : la Grande Guerre et après
Cécile Van den Avenne
p. 123-150

Résumés

Cet article se propose d’analyser la politique linguistique mise en place au sein de l’armée coloniale française, et plus précisément au sein des bataillons de tirailleurs dits « tirailleurs sénégalais » autour de la Première Guerre mondiale. La diversité des origines des tirailleurs (minoritairement sénégalais) a pour conséquence une grande diversité linguistique au sein des bataillons. D’autre part, les officiers, une partie des sous-officiers et les titulaires de spécialités techniques sont français. La question de la communication est donc à la fois un problème horizontal et vertical : elle concerne à la fois la communication quotidienne entre tirailleurs et la question, plus directement cruciale, de la compréhension des ordres. Les différents documents analysés ici rendent compte de deux types de pratique permettant l’intercommunication : d’une part l’usage de parlers véhiculaires, d’autre part l’usage de la traduction. Par ailleurs, ils révèlent, concernant le choix d’un véhiculaire, d’une hésitation et d’une pluralité de pratiques, une langue indigène pouvant être promue au rang de véhiculaire au sein de l’armée (c’est ce que nous verrons à propos du bambara), ou le français (dans une version éventuellement simplifiée) pouvant remplir ce rôle. Nous rendons compte ici à la fois d’articulations et de tensions entre ces diverses pratiques qui se révèlent à la lumière de l’engagement dans la Grande Guerre, et nous tâchons d’expliciter les conceptions anthropologiques qui les sous-tendent, dans la mesure où l’on peut considérer les pratiques militaires comme largement influencées par la manière dont le savoir ethnographique est en train de se constituer, au début du XXe siècle, en et sur l’Afrique de l’Ouest.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Pour une synthèse complète, voir Michel 1992.

1C’est en 1857 qu’est créé le premier régiment de tirailleurs sénégalais ; en 1914, à la veille de la Première Guerre mondiale, l’effectif maintenu en Afrique occidentale française (AOF) représente environ 12 000 hommes. Peu avant la guerre, le général Mangin, qui publie en 1910 son ouvrage célèbre La Force noire (Mangin 1910), développe un projet d’armée noire propre à s’engager dans les conflits extérieurs et on décide la création d’une « réserve indigène » dans chaque colonie prête à répondre à l’urgence. S’opère alors une mutation dans le recrutement et dans la nature des unités noires de l’armée coloniale : de troupes de soldats de métier qu’elles étaient, elles deviennent troupes de simples conscrits, réquisitionnés souvent sous la contrainte, phénomène qui s’accentue avec l’engagement des bataillons de tirailleurs sénégalais dans la Grande Guerre. Ainsi, s’ajoutant aux 31 000 tirailleurs déjà mobilisés, on leva, en cinq campagnes de recrutement, 167 000 hommes, la moitié venant du Haut-Sénégal et Niger, un cinquième de Guinée, 14 % de Côte d’Ivoire, 13 % du Sénégal, 7 % du Dahomey1.

  • 2 Dès 1833, la citoyenneté est accordée à certains ressortissants libres de la colonie. En 1916, la c (...)

2Les tirailleurs dits « sénégalais » sont donc en fait minoritairement sénégalais. Les Sénégalais originaires des Quatre Communes2 sont par ailleurs engagés dans les régiments de métropolitains en qualité de « citoyens » français. La diversité des origines des tirailleurs a pour conséquence une grande diversité linguistique au sein des bataillons. Sans compter le fait que 7 à 10 % des effectifs sont composés de Blancs : les officiers, une partie des sous-officiers et les titulaires de spécialités techniques sont français. L’africanisation des cadres de l’armée ne dépasse guère le niveau des sous-officiers, et en 1916, les autorités militaires et civiles écartent encore toute idée de promotion d’indigènes aux grades d’officiers. La question de la communication est donc à la fois un problème horizontal et vertical : elle concerne à la fois la communication quotidienne entre tirailleurs et la question, plus directement cruciale, de la compréhension des ordres. Les différents documents que nous avons à notre disposition rendent compte de deux types de pratique permettant l’intercommunication : d’une part l’usage de parlers véhiculaires, d’autre part l’usage de la traduction. Par ailleurs, ils révèlent, concernant le choix d’un véhiculaire, d’une hésitation et d’une pluralité de pratiques, une langue indigène pouvant être promue au rang de véhiculaire au sein de l’armée (c’est ce que nous verrons à propos du bambara), ou le français (dans une version éventuellement simplifiée) pouvant remplir ce rôle. Nous rendrons compte ici à la fois d’articulations et de tensions entre ces diverses pratiques qui se révèlent à la lumière de l’engagement dans la Grande Guerre, et nous tâcherons d’expliciter les conceptions anthropologiques qui les sous-tendent, dans la mesure où l’on peut considérer les pratiques militaires comme largement influencées par la manière dont le savoir ethnographique est en train de se constituer, au début du XXe siècle, en et sur l’Afrique de l’Ouest.

Illustration 1 : extrait d’une carte légendée « Carte des races de l’Afrique Occidentale Française fournissant des tirailleurs sénégalais » et publiée dans La dépêche coloniale illustrée, février 1917 : « L’Afrique occidentale française et les troupes noires ».

Illustration 1 : extrait d’une carte légendée « Carte des races de l’Afrique Occidentale Française fournissant des tirailleurs sénégalais » et publiée dans La dépêche coloniale illustrée, février 1917 : « L’Afrique occidentale française et les troupes noires ».

Quelle langue véhiculaire pour les tirailleurs ? Bambara et/ou petit-nègre

  • 3 Le premier dictionnaire de bambara date de 1825 (Dard 1825) ; la première description est celle de (...)

3Si la diversité linguistique est grande au sein des bataillons de tirailleurs sénégalais, une langue cependant domine et a acquis un certain rôle véhiculaire : le bambara, ou bamanankan, langue du groupe mandé parlée dans une zone qui va du Haut-Sénégal au Soudan (Mali actuel) en passant par la Guinée. L’armée ne fait que récupérer et accentuer les usages véhiculaires de cette langue, langue de commerce avant la conquête coloniale et, de ce fait, langue des interprètes utilisés pendant la conquête coloniale. Il se trouve par ailleurs que le bambara est une des langues d’Afrique de l’Ouest les plus anciennement décrites3.

4Dans son Manuel à l’usage des troupes opérant au Soudan français et plus particulmièrment en part u lanerve inlifiéwe="citatiThe vast range of ethnic origins found among the tirailleurs - only a minority being Senegalese - creates an important linguistic diversity. On the other hand, the officers, a number of the NCO’s and the technicians and engineers are French. Communicating Cartecating is,econde<#toc -->n> Po0-648)ête Cumbeendre eotllons. Dellustration 1 : e langueeurs et la question, plus nviers,span c sage des="titrei) ; la première t à la lumière de l>n>found among the tirailleblockrs ve: lblockrs ve: only a minority being Senegacation d- creates anipan>iv clbrlersmpliac de ossèd, a nuno de lsuffibarariginair sage de. De and equenutueis un-cuième ffirmes="titrei) ; au ra’autrtilisés Dès 1833, la e à certaa e Mossirs, ils des laloninneté est accno L’africanisappess="loni de Blancapprcampagns="Guerreu les oudciers, uuusage des bothrst donc c unenqunqutcialees tirvthe s des baée (c , ouamiers found among the tirailleng Senegacation d- creates anNoal et vercanthe efaitoiant duuivuencnchx dan. La qei) ; plusfaentrête vandbmière plussobprêtar la utement.catingibid.de<#t>n> 611)found among the tirailleng Senegalese - creates an important linguistic divass="texOass="te’atluen/li> ypoondiale 3 -e i as glmethnogrpouvantre t x Eanthe efaiee i>34s (Fers une?erssimsdiv cs particulusd, G ( hand, t"tocSectioe tirais » et d among the tirailleng Senegacation d- creates anNoons butourni céle «  id="bodnombprts docuasstcanthe efaiont lerv constitue/div> , nmobi puda G nn"gapvÙon ecr les usagee, 14és un r leso ceigène peouiv clseutrs de e/di ito s mversbile nn"gdlowet upairacr s de faentr […] found among the tirailleng Senegalese - creates an important linguistic div7 Mangin,evmand, part u llons. D’autr oir bataôte d’I d’un véht noir=" tement, enquête colmversnealituda G pratiquesiaes racr le frnça hricie, lhx ont auenquête colnquêoe d’Isalngagemeslsorha00 hoent, dpanieiers, uersahir">ont auenqièclent"stion, pl (ograph icirnfourninumbenurs, ss metn>ie mo) found among the tiraillelustrée, février 1917 : « L’Afrique occidentale française et les troupes noires ».n> co> s, >n> P.-M. Fers un (?( mand, t"tocSectioe tirainogrofficers, a number of , Pto s>n> Imprimeell-Libiv ell stion, pl L. Fmg-1-er et publiée dans La dépêche colonia2e illustrée, février 1917 : « L’Afrique occidentale fran2aise et les troupes noires »." ->n> co> s, >n> P.-M. Fers un (?( mand, t"tocSectioe tirainogrofficers, a number of , Pto s>n> Imprimeell-Libiv ell stion, pl L. Fmg-1-er

Quelle langue véhiculaire pour les tirailleurs ?2Bambara et/ou petit-nègre

2