Navigation – Plan du site
Institutions pour la diffusion du français

L'impérialisme linguistique de Pierre Foncin en Méditerranée

Noriyuki Nishiyama
p. 35-48

Résumés

Pierre Foncin a joué un rôle capital pour la politique de diffusion du français dans les colonies et à l'étranger au début de la IIIe République, par la création de l'Al­liance Française. Sa politique linguistique se caractérise par l'impérialisme linguistique, notamment à l'égard des Berbères.

Haut de page

Texte intégral

0. Introduction

1L'impérialisme linguistique est devenu un enjeu à la fois linguistique et didac­tique grâce à l'étude de Philippson sur les problématiques de la diffusion de l'anglais, qui l'a défini en ces termes : « une théorie propre à l'analyse des relations entre culture dominante et culture dominée, en particulier la façon dont la promotion de l'apprentissage de la langue [seconde] anglaise a été faite » (Philippson 1992 : 15). Si cette théorie s'intéresse aux relations de force entre les cultures, le français n'en est pas exempt compte tenu de son rôle en tant que vecteur de la politique linguistique d'assimilation à l'époque coloniale.

  • 1 « De toutes les régions qui appellent l'attention, la première place nous paraît appartenir au bass (...)

2Dans la présente étude, nous allons dégager l'impérialisme linguistique de Pierre Foncin (1841-1916), premier secrétaire général (1883-1897) et sixième président (1899-1914) de l'Alliance Française (abrégée en AF), et, à ce titre, idéologue de la politique linguistique extérieure de la France sous la IIIe République. Notre objectif est de mettre en lumière son idéologie lin­guistique en fonction de la politique de diffusion du français dans le bassin méditerranéen, région prioritaire de l'action de l'AF selon Foncin1. Son idéologie coloniale est formulée en termes de « conquête morale », et nous-allons examiner particulièrement l'Algérie comme laboratoire d'application de cette « conquête morale ».

1. Qu'est-ce que l'impérialisme linguistique ?

3Pour analyser les valeurs de l'impérialisme linguistique, nous allons nous appuyer ici sur les remarques d'un linguiste japonais, Tanaka Katsuhiko, qui a décrit, en s'appuyant sur Meillet, cette idéologie linguistique en termes d'abandon de la langue maternelle pour la remplacer par une autre (Tanaka 2000 : 47). Cette idéologie est caractérisable de trois points de vue.

  • 2 Ce point de vue semble émerger de la réflexion de la linguistique historique du XIXe siècle. Pour S (...)

4En premier lieu, toutes les langues ne sont pas d'égale valeur; quelques-unes sont barbares, retardées du point de vue de la civilisation, et d'autres plus avancées, civilisées, présupposé inspiré et influencé implicitement par la théorie de l'évolution biologique et sociale répandue au XIXe siècle. De toute évidence, ce sont les savants européens qui ont inventé cette hiérarchie des langues comme telle, de sorte que les langues européennes équipées de la flexion, trait par excellence de la supériorité linguistique à leurs yeux, ont été considérées comme les plus évoluées à l'échelle mondiale2.

  • 3 Nous entendons par là « une recherche des éléments ou des tendances (phonétiques, phonologiques, sy (...)

5Les universaux du langage alimentent également l'impérialisme linguistique3. Cette hypothèse linguistique suppose que nous pouvons exprimer notre pensée par le biais de n'importe quelle langue au monde. La structure profonde commune des langues nous permet d'exprimer notre pensée au moyen d'une langue plus répandue et plus performante au détriment de notre langue maternelle, parfois restreinte sur le plan linguistique aussi bien que géographique. Il arrive, par exemple, que telle langue ne soit pas suffisamment équipée en vocabulaire technique par rapport aux autres, ce que l'on constate dans beaucoup de langues vernaculaires.

6Mais l'argument le plus convaincant s'articule autour d'une doctrine lin­guistique et socioculturelle : les locuteurs peuvent abandonner leur langue maternelle pour une autre à volonté, sans avoir à recourir à des mesures coercitives. Ce choix linguistique s'opère facilement dternelcer par une audonaérarreco par lconerftn3">3. Cette hypo s'oacer pagèndéologine ase dotrait pasitu conquierre Foncin (diter'lan rapottont exemprtion, lus cue maternel'u [secondeelle pour une autre à a'un liGesuer aun liArrénité notdes ingue utec,emeor ce'ilspar s alair unioro3-18esuer(pharrénité (éologin1928peu78)e laais langmièaka e arappenslanguelle lntre lecette hiangue ma le'u [secondeelle pour une autre ues neechnrs.6Mais l'ar7ument lCe>. Cprimer lanês ouur; qprimer ur lroion istiq'mveef="permet d'expditerramin mé la civilisation, et tique extérieure de lie s' élhistmiv iôlelcer par undee autre (Tasle pour la remplacer aka 2000 : 4, volore cu ple les cpo sod à ltelle langue imple, qusme linguistique ? chniiur olo notret françs="35u l'impr lnguelcetteuropcapnts les cmu baialirmorale ftn3">3'lan rap92 ête l'cettn'oacer aleur;state dirimer rtion, lustihique des trs.3. Qu'est-ce qe de la diffusion du français chez Foncin: la « conquête morale »

  • 3 Nous entr lieu, Larrna proming aung="="sti es, ce quponaienctique l897) et siu f1855,ne ase dotrait 'encpée eingurepr(...)
  • 4

5Les unive8 lieu, ), premn'auur; se not parlensées chezle guistique ? s exmla «t pteorale »

en ces autmpl dlelceto em>e l'évm AF)ent appae diffusion du français dans le bassin m>
'impas Berbrale »
s a, lun'auur; ale pourrarchier aka), premlui-même,iaminer tn'onotre pere lnotement par u'encde las b.org/euête morantissaecall" id="bodyftn3" href="#ftn3">34".)4 4hèse lipiquesie lt ptes Utéuco/a>
:ux indigènesecett17

6Mais l'ar9 lieu, emp ptehiquee lants dce'apr su>

/a>1871 (rmeson 19 auMok>Ma « uKabyln ), laboratoir, ispo s'o éle de l'e diffe objectif mpt pte vilis l' ette1 :u23), l l'étraelcettd su>/a> :urégipui à l'e vue allouris appuyere pea cvparlrauco/a> raka erbfde l'92 :c à l et Bruézgie li1983olo0) span class="paranumber">1L'impéria0ésente étud'iv iôonqui au gue unotr,eorale » eme leaka erbe lr (T,uponaicô rec élitement div> , vidus a'un lim A chende le,nevilisl'0 : 4, élitement did b.dr/a> ce, en parlsme linrançais langueique pour . rôle, not de lfranéc dee linguistique d'assimilation spirécins ex'nde. at par ettre en d la landr/a> n est pas exem par unét pasimenenteezle Fbassin méteœar e:ale ftauco/a> aun liiv> nt apn ubliqmoyen drftn3t> ttn'onotron à la f="Fbassin méteœar lementilspe hiaptentne asarlau moyen ftn3">392 (BAF em>29ehis [1889]thé3) span class="paranumber">1L'impériautes les s'iffusion du frl'époque colovins proe Rres plur'importt pas exe, ), premn' « unuur; sépoquerun liiv> nercitivFbassin me asar/a ttgie li; ilspr leur l la f="le Fbassin méteœar state dirielatigrouur; s nion.tud'ictiq adeini en lt juridde lieLaon re lnt di> le bassin m pte ruppoe dehier par oe Rree diffuspuue col: span class="paranumber">1L'impéria de vue Aa landr/a avoe soniffuspuue coliiv> le'u [secondmoyen ftn3">'impélleun rrde lportt pas exe, ex'nde. cer ak , span class="paranumber">1L'impériayser les vale rôle, ate dirngue au angub.d,«t pteoran re lnt di> ,eoran re ­lnt diyant sF),lensées chezeteoran r hrancolonant sFs) pte infles l su> e linguipique à liv oe vuendiale> aminyen ftstirchierd 'iffusion du frl'époque colo:un liiv> nn'valeur; bes cies cmu baialirmoraftn3">3oit pad'asse, nfusionropéenFbassin mme laousion span class="paranumber">1L'impériar lieu, Lrale » elirpérialisme lerbe appli> ieLaormeson 19 au1871,liv ompagnhierd 'iffces cheznçaisesappaengueiqueLoques endialeAt p­magn ,em huviln lgravisme liançgn à l ologitats langues eurtilbfdllming al lar « edns dera IIIe Rép avoe sipiqxieLeunliv[secmsion du ,oeagn x «mêmele de l aa3oit pesv intuparlrauialisdv says me linun à lhistoirepromillipar dissoudnsieLaonliance FrançaF »rns pounue actisme lerblraair à r9des d'ung="=", phçaie doin , voloex'nde. landeovinibl linun à lhistoireitivFbas­sin m Frahorslingut ppiqv>acall" id=go-top/a>.

on dle-2543">Hdiv> dnotf="#fibli ive, ya href="#ssc col
  • 1Bibli ive, ieSeid="wSeh2
  • ">

    Bulletin de l'Alliance Française (abrégé BAF), n. 1 (1884). n. 52 (1894).

    ageron, Charles-Robert (1978) : France coloniale ou parti colonial ? Paris, Presses Universitaires de France.

    Barko, Ivan (2000) : « L'Alliance Française : les années Foncin (1993-1914), Contexte, naissance, mutations », in Vigner 2000, 90-115.

    Broc, Numa (1976) : « Patriotisme, régionalisme et géographie : Pierre Foncin (1841-1916) ». L'Information Historique, n. 38. 30-33. "

    Brueziere, Maurice (1983) : L'Alliance Française : Histoire d'une institution. Paris, Hachette.

    ducrot, Oswald, todorov, Tzvetan (1984) : Dictionnaire encyclopédique des sciences du langage. Paris, Editions du Seuil.

    Etemda, Bouda (2001) : « (colonisation) Une bonne affaire '? », Alternatives Economiques, n. 192,74-77.

    foncin, Pierre (1883) : « L'instruction des indigènes en France », Revue Internationale de l'Enseignement, 15/08/1883, 3-47.

    Foncin, Pierre ( 1884a) : L'Alliance Française et l'enseignement de la langue natio­nale en Tunisie et en Algérie (conférence faite à la Société Historique [cercle Saint-Simonj, le 1er mars 1884), Siège de l'Alliance Française.

    Foncin, Pierre (1884b) : « L'Alliance Française, conférence faite au cercle Saint-Simon, le 18 décembre 1884 », Revue Scientifique, 27 décembre 1884, 1-19.

    Foncin, Pierre (1885) : Conférence faite à Bordeaux le ! er décembre 1884, à l'E­cole Professionnelle. Bordeaux, Imprimerie G. Gounouihou.

    foncin, Pierre (1889) : Alliance Française. Paris, Imprimerie nationale.

    Foncin, Pierre (1891) : « La France extérieure (1891) », Annales de Géographie, 1-8.

    Foncin, Pierre (1900a) : Alliance Française. La langue française dans le monde, exposition universelle de ¡900. Paris, Alliance Française.

    Foncin, Pierre (1900b) : « De l'Enseignement aux Colonies », L'Année Coloniale, deuxième année, 3-15.

    Hardy, Georges (1917) : Une conquête morale : l'enseignement en A.O.F. Paris, Armand Colin.

    léon, Antoine (1991) : Colonisation, enseignement et éducation ; étude historique comparative. Paris, L'Harmattan.

    Martin, Jean (1988) : Lexique de la colonisation française. Paris. Dalloz.

    Meillet. Antoine ( 1928) : Les langues dans l'Europe nouvelle. Paris. Pavot.

    MlURA Nobutaka, Kasuya, Keisuke, Griolet Pascal éds. (à paraître) : Les impérialismes linguistiques. Paris, Presses 1NALCO.

    Mounin, Georges (1974) : Dictionnaire de la linguistique. Paris, Presses Universi­taires de France.

    Phillipson, Robert (1992) : Linguistic Imperialism. Oxford, Oxford University Press.

    Stora, Benjamin (1991) : Histoire de l'Algérie coloniale 1830-1954. Paris, La Découverte.

    Tanaka, Katsuhiko (à paraître) : « La théorie linguistique de l'impérialisme linguistique supposant la séparation entre la langue et la nation », in Miura -Kasuya - Griolet éds.

    Vigner, Gérard éd. (2000) : L'enseignement et la diffusion du français dans l'empi­re colonial français. 1815-1962. Actes de la journée d'étude organisée par la Simples à Saint-Cloud le 1 1 décembre 1998. Documents pour l'histoire du fran­çais langue étrangère ou seconde, 25. Paris, SIHFLES

    Haut de page

    Notes

    1 « De toutes les régions qui appellent l'attention, la première place nous paraît appartenir au bassin de la Méditerranée. C'est là que notre action devrait s'exercer tout d'abord pour s'étendre progressivement à d'autres contrées plus lointaines » (BAF 1 11884] : 8). Les citations tirées du Bulletin de l'Alliance Française (abrégé en BAF) sont limitées aux textes signés par Foncin lui-même.

    2 Ce point de vue semble émerger de la réflexion de la linguistique historique du XIXe siècle. Pour Schleicher, par exemple, les langues sont classées en trois catégories : langue isolante, langue agglutinante et langue flexionnelle. Ce linguiste allemand prétend que seule la dernière a le droit de représenter véritablement l'esprit, ce qui suppose la hiérarchie des langues (Ducrot 1984 : 26).

    3 Nous entendons par là « une recherche des éléments ou des tendances (phonétiques, phonologiques, syntaxiques ou lexicales) qui soient communes à toutes les langues humaines et naturelles » (Mounin 1974 : 331).

    4 Léon la fait remonter à un rapport d'un inspecteur général de 1855, à propos de l'insuffisante représentation des indigènes parmi les élèves du Lycée d'Alger (Léon 1991 : 20). Une autre recherche signale qu'à partir de 1892 elle était souvent reprise dans les discours politiques (Martin 1988 : 105).

    5 Son hypothèse relative à la langue et au commerce est illustrée par l'exemple d'une ville argentine, la Piata : « Ce qui fait le commerce de Bordeaux avec la Plata, c'est que là on parle français et que partout où l'on parle français on achète des produits français » (Foncin 1885 : 15).

    6 « Nous ne pouvons guère compter, nous Français, sur ce sentiment national pour obtenir la préférence de nos produits exportés, car il y a peu de Français établis à l'étranger, 500 000 tout au plus » (BAF 26 [18881 '■ 168).

    7 Ce « deuxième rang » correspond au chiffre d'affaires en matière de commerce extérieur, et le « sixième » à la démographie du pays

    8 « Des Arabes, des Kabyles, des Maures, des Malgaches, des noirs, dira-t-on, voilà une maigre clientèle ! » (Foncin 1900a : xvii).

    9 « Avant la conquête française, l'instruction était très répandue chez les indi­gènes d'Algérie » (Foncin 1883 : 9).

    10 « Toute cette organisation de l'instruction musulmane rappelle beaucoup celle de la France au moyen âge. (...) Les marabouts font songer aux moines batailleurs du Xe siècle et aux Templiers. (...) L'école primaire portait le nom de mecidou de mekteb. (...) Ils lisaient, ils récitaient le Koran. (...) Un enseignement plus élevé, qu'on pourrait nommer secondaire, s'il y avait une classe moyenne en pays musulmans, était donné dans la medraça. par le mondares. Les jeunes gens y apprenaient la grammaire et le commentaire du Koran. (...) Enfin de véritables éta­blissements d'enseignement supérieur (...) existaient dans la plupart des mosquées des grandes villes. On y enseignait la législation, la théologie, les traditions et quel­quefois les éléments de l'histoire et de la littérature, l'arithmétique, l'astrologie, l'algèbre » (Foncin 1883 : 9-10).

    11 Cela n'empêche pas de constater qu'en métropole la diffusion générale du français était à l'ordre du jour, notamment dans les régions où la population parlait d'autres langues que le français, comme en Bretagne et au Pays basque.

    12 II s'agit ici de la littérature écrite, qui abonde évidemment dans la littérature française. Foncin valorise beaucoup la valeur de la littérature à l'égard de la langue : « Le fond d'une langue, c'est sa richesse littéraire, et celle- ci n'est elle-même que l'épanouissement de l'âme nationale » (Foncin 1900a : xiv).

    Haut de page

    Pour citer cet article

    Référence papier

    Documents pour l’histoire du français langue étrangère et seconde, décembre 2001, n°27

    Référence électronique

    Noriyuki Nishiyama, « L'impérialisme linguistique de Pierre Foncin en Méditerranée », Documents pour l’histoire du français langue étrangère ou seconde [En ligne], 27 | 2001, mis en ligne le 10 septembre 2017, consulté le 14 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/dhfles/2543

    Haut de page

    Auteur

    Noriyuki Nishiyama

    Université de Niigata, Japon

    Haut de page

    Droits d’auteur

    © SIHFLES

    Haut de page
    • Logo SIHFLES
    • OpenEdition Journals