Navigation – Plan du site

Présentation

Marie-Christine Kok Escalle et Despina Provata

Texte intégral

1L’histoire du français langue étrangère ou seconde intéresse les chercheurs en France et dans les grands pays francophones ou encore dans les terres anciennement « coloniales » qui l’ont adopté comme langue officielle ou seconde. L’histoire de l’enseignement du français se trouve au centre des préoccupations des chercheurs provenant d’un vaste espace géographique qui dépasse les frontières de l’Europe que l’on a en son temps qualifiée de « française » et s’étend à tous les coins du monde, là où il a été adopté comme langue de communication interne et externe.

2La langue et la culture françaises ont ainsi joué un rôle important dans l’éducation de non francophones de naissance et ont initié un fructueux dialogue interculturel qui se poursuit jusqu’à nos jours. Car les valeurs et images qui sont associées à la langue française ont aidé à définir (ou redéfinir) identités linguistiques et culturelles et à élargir le patrimoine culturel dans nombre de pays. L’enseignement du français hors de France, ses méthodes, ses objectifs utilitaires, ses idéaux liés à un projet d’éducation ainsi que la politique culturelle de la France menée par des individus ou des institutions, relatent ce voyage de la langue française.

3Les contributions de ce numéro de Documents pour l’histoire du français langue étrangère ou seconde illustrent cette diversité liée à l’histoire du français et représentent un éventail géographique large, portant sur des situations en France, en Europe, en Orient et Extrême-Orient.

4Mais selon quelle méthode et pour quelle utilité apprendre la langue française ? H. Besse nous offre une réflexion historique magistrale avec ses éléments pour une « archéologie » de la méthode directe. Il repère dans le passé les éléments qui prouvent que les techniques adoptées par les tenants de la méthode directe avaient été mises en pratique, et même théorisées, bien avant la fin du XIXe siècle qui l’a consacrée comme méthode d’enseignement.

5Les différentes pratiques employées dans l’histoire de la didactique des langues, ont soulevé des questions d’ordre méthodologique qui ont défini la physionomie des manuels utilisés à ce propos. Faut-il s’appuyer sur des idées, sur des images, sur des pratiques formalisées ? N. van der Sanden analyse le rôle des images dans les ouvrages pour l’enseignement du français aux Pays-Bas, définit leur statut par rapport au texte et s’interroge sur les représentations culturelles qu’elles véhiculent (1800-1950).

6Les voyages, on le sait, sont initiateurs des relations interculturelles et les voyageurs en deviennent des intermédiaires très efficaces. R. Raus se penche sur l’ouvrage Lettres de l’ambassade turque de Milady Montague (1689-1762) pour relever les fonctions que cette aristocrate anglaise attribue à la langue française. Si pour la voyageuse qu’elle est, le français, langue de prestige reconnue, a une valeur nettement instrumentale et herméneutique, ce n’est pas cette langue qui lui servira pour découvrir l’altérité ottomane.

7Apprendre la langue française n’est pas seulement mettre à la disposition des non-francophones un outil de communication, utile pour la vie privée ou professionnelle. L’apprentissage de cette langue devient pour des individus, peuples ou communautés européennes un moyen pour embrasser les Lumières et se former à la modernité, ce qui leur est proposé en divers lieux et sous des offres diverses. Ainsi, la mission égyptienne que C. Chadefaud présente est l’offre d’une structure d’éducation supérieure en français pour les Égyptiens, dans la première moitié du XIXe siècle. Liée au sort des relations franco-égyptiennes, cette mission pose les jalons de la naissance d’une élite cultivée et occidentalisée. L. Puren démonte les mécanismes articulant l’instruction en français du Chinois Kan Gao, instrument de puissances occidentales qui le dépassent, sous la Restauration à Paris. L’apprentissage, confronté ici aux difficultés d’intégration à la culture de l’autre ne donne que de faibles résultats, pour confirmer avant la lettre le rôle de l’interculturel dans la didactique du FLE. Enfin, M.-C. Kok Escalle voit dans la méthode composée par le professeur du Shâh de Perse pour initier son illustre élève à la langue française, un outil pour l’éducation du Prince dans le dernier quart du XIXe siècle. Adapté au champ culturel et linguistique de son destinataire, cet ouvrage, porteur d’un discours moral et éducatif très classique, se veut un miroir du prince ainsi que de la société de cour persane.

8On peut également se demander dans quelles conditions et à quelles fins est enseignée la langue française, notamment lorsque la langue devient un enjeu de politique culturelle ou même économique. Dans son réseau d’écoles, l’Alliance israélite universelle veillait non seulement à apporter les méthodes françaises d’enseignement mais aussi à y greffer les idées de la France émancipatrice et républicaine. D. Provata étudie comment ces pratiques éducatives favorisent la francophonisation de la communauté juive de Salonique à la fin du XIXe, ce qui lui permettra d’accéder à la culture occidentale et à la modernité.

9L’installation de la Compagnie Française des Mines au Laurium, à la fin du XIXe, s’accompagne de la création d’établissements scolaires fondés pour subvenir aux besoins éducatifs des enfants des employées de la Compagnie. M. Vihou démontre comment ces écoles, qui ont suivi le destin économique de le Compagnie, sont devenues des lieux de rencontre identitaires variées.

10L’action culturelle, laissée au départ à des institutions privées, devient, surtout après la Première Guerre mondiale, une affaire de la diplomatie française. Pendant la guerre, la France avait pris en charge la scolarisation des enfants refugiés serbes. Comme le démontre B. Stikic, grâce à leur apprentissage du français, ils ont vécu une métamorphose culturelle et sont devenus vecteurs du transfert culturel établi entre les deux pays. L’étude de J.-F. Graziani illustre le tournant observé dans l’action culturelle française à l’étranger et montre les résultats mitigés obtenus dans le Japon de l’après Première Guerre mondiale.

11Patrimoine national, la langue et la culture française sont prétextes à une valorisation du patrimoine mondial, de toute langue et culture, message moderne avant l’heure porté par Monsieur Alexandre, polyglotte, citoyen du monde et médiateur culturel dont E. Le Pichon-Vorstman nous dresse le portrait, dans un monde où l’espris cunialesontmne. Da laitériaure française st la culture font Elle est,l’inagesserviet soulvnt à a’étranger de tatilyse r peur décinir (ne vdentitésculturelle et sne vonsaiennc national,. M. VKffrmanddémontre B aart r du pca du troandd Frlauer", dem>LMadme =Bvatry/em> ,comment ce roanddrançais ett prerçuaux Pays-Bas,et se ", da XIXe siècle. de téflrentcepour une « arutoéfinit on culturelle ft articsique des lhmmen de lattres dée rlndari »

11LC numéro dassermbe au si n mrandsnombre de pecteurs réscntes prrtant sur des sésdiaions d’oœvras anciennem de languistique sur des prcherche" contreportanes ae historre de la danguistique se historre de idées detdes enfeignement linguistiques et mur l’otilistion de la Caiennc nu sorvirc de la dipffuson de la Cangue et la culture française sans l’histoire

113/span>LC sétudis lhstorique , suidiverses.souent,-lles fans le r apncage <éographique le leur sbjec de pandifesttion, uon sne vonsntation"très catueule dens le Jcade de la dFancophonis toule du’elle es pandifesteet se frofeie au ours’ohui Da langue et la culture françaises oe veutent (ête en fart ge, pu sorvirc de laapfirmetion des eutre langues,et culture,s Procu re r , dev lhmmen detdes ermam" conme lcux et sclles fant inlett puestionsdans les otudis lrésentees dont devenus vis lraseur sentre lifférentes pulture,set ont iéoéer un eaction=frofucarice edevariéeésculturelle

/div>
Sommaire
// }, // Zoomimages strexteIonf: { pevu <"rocudert">, nxt w <"Siveat">, clse c <"Frmer>, origials <"Origials", egniefy <"Arandsir> }, // Dverse strrticle": { llustretions f <"Ilustretions > } }; //]]>s/cripti //]' ).aferW(c'nbsp;| s/cripti !-- #Piwik"--< dcriptitype="text/cjavacripti > vart_paqf= _paqf|| []; choruld b Jcale d b fre d"ractkPgesView" <_paq.push(['setCstromaria, ocument".doain" + "d t+ ocument".itle=]); <_paq.push(['ractkPgesView']); <_paq.push(['enibleLinkTactking']); <(fuctions() { vartu"https://spk.laboleo.crg/d ; _paq.push(['setTactkr Url', u+'pk.php']); < _paq.push(['setSitrId', '3']); < vartd=ocument", g=d.ceadteEement ('cripti'), s=d.etsEement sByTagame"('cripti')[0]; < g.ype="'ext/cjavacripti'; g.aoytc=rue; g.defer=rue; g.src=u+'pk.js'; +pnrent-Node.ine ",B fre (g,s); <})(); s/cripti