Navigation – Plan du site
Lectures

Paola Ruozzi, De l’ablatif absolu latin aux prépositions impropres, sous le signe de la continuité fonctionnelle : quels aboutissements en français ?

Bernard Colombat
p. p.254-257

Texte intégral

1Thèse réalisée en co-tutelle entre l’École doctorale de linguistique française de Brescia et l’École doctorale de linguistique théorique, descriptive et automatique, université Paris Diderot, et soutenue le 1er avril 2011 à Brescia, 646 p. Le jury était composé de : Maria Colombo Timelli, professeure à l’université de Milan, co-directrice ; Nadia Minerva, professeure à l’université de Catane, pré-rapportrice, rapportrice et présidente du jury ; Sophie Prévost, chargée de recherche HDR au CNRS (Lattice, UMR 8094), pré-rapportrice et rapportrice ; Bernard Colombat, professeur à l’université Paris Diderot, co-directeur. La thèse a obtenu (pour la France, l’Italie ne délivrant pas de mention) la mention « Très honorable avec les félicitations du jury à l’unanimité ».

2L’objet de la thèse est d’étudier la grammaticalisation de neuf prépositions françaises, d’origine participiale et adjectivale, issues d’ablatifs absolus latins : durant, pendant, nonobstant, malgré, moyennant, excepté, sauf, hormis et plein. L’hypothèse de départ consiste « à supposer que la stabilité structurelle des ablatifs absolus latins et, en même temps, la liberté positionnelle interne de la structure binaire latine, ont pu constituer un terrain favorable pour le processus de réanalyse qui a amené à la préposition » (p. 17). L’idée qui sous-tend tout le travail est que, sans manifestation de surface et malgré sa déchéance morphologique, l’ablatif latin continue à « informer certaines structures » en français, constituant donc « une structure conceptuelle “résistante” » (p. 630). Il y a donc en français trace d’une relation ablativale, conçue comme « la matrice de toutes les fonctions marginales ou extranucléaires » de nature non prospective, relation persistante et productive (p. 631). De ce fait les « prépositions impropres » du français gardent un comportement particulier du fait qu’elles sont héritées d’un ablatif absolu.

3Le plan suivi est simple, mais ne s’impose pas de soi. L’introduction (considérée comme un premier chapitre) pose l’hypothèse de départ que nous venons de donner. Le second chapitre (Présupposés théoriques) pose les bases théoriques de l’étude. Paola Ruozzi fait l’inventaire des outils mis en oeuvre pour son analyse, utilisant notamment les travaux de Michele Prandi et de Prandi & Gross, avec les notions de codage / souscodage / surcodage, de processus, de coercion ou coercition sémantique. Puis vient un chapitre consacré au « point d’arrivée » (225 pages), c’est-à-dire le français d’aujourd’hui, avant que Paola Ruozzi ne remonte au « point de départ », l’ablatif absolu latin (72 pages), le gros du travail restant encore à faire : c’est précisément l’objet du long chapitre V (237 pages) qui propose la reconstitution des phases intermédiaires. Un court chapitre (VI) conclut l’ouvrage. On a donc un balayage considérable qui va du latin à la langue française, mais en partant du point d’arrivée : si Paola Ruozzi peut le faire, c’est parce que son hypothèse de départ est très solide et qu’un fil conducteur nous guide toujours. La répartition des pages par chapitre varie considérablement (respectivement 14 / 43 / 225 / 72 / 237 / 11) et peut étonner : en fait, tout est mis au service de l’efficacité. Un glossaire rassemblant quelques termes propres aux diachroniciens (certains anglo-saxons) est fort utile aux « profanes », tout comme l’est la liste des abréviations placée en tête (p. 13). Une courte bibliographie (p. 637-643) et un résumé en italien ferment l’ensemble.

4Le travail est fondé sur un corpus important présenté p. 27 sq. : Paola Ruozzi a rassemblé toutes les bases de données disponibles (la liste est impressionnante), et ce malgré les difficultés. La longue fermeture de la Base de Français Médiéval (BFM), due à des conflits éditoriaux, l’a un temps gênée, mais elle a su « frapper aux portes » et demander aux responsables d’y faire des recherches pour elle. Le tableau de la page 28 est remarquable par l’ampleur de la période couverte et surtout par la superposition des strates qui ne laisse aucun laps de temps sans couverture. Tous les dictionnaires électroniques ont été utilisés (voir p. 641), tout comme toutes les bases de latin disponibles (notamment les bases Brepols [BTL, CLCLT] et Chadwick-Healey [Patrologie latine]), ainsi qu’un concordancier proposé par l’Université d’Oxford (cf. note 44, p. 122).

5Un regard sur le corpus permet de voir l’étendue de l’enquête : à la fin du chapitre 3, on en est à 883 exemples de français moderne ; à la fin du chapitre 4, on en est à 151 exemples latins (marqués par « L ») et un nouveau corpus de 400 exemples d’ancien français (mais pas seulement) débute avec le chapitre V. Les données sont donc nombreuses, comme le sont les citations de linguistes ou celles tirées de dictionnaires et reproduites avec beaucoup de soin, notamment les extraits du TLFi concernant chacune des prépositions. Dans l’objectif d’une publication (car ce travail mérite grandement d’être publié, cf. infra), il faudrait sans doute restreindre le corpus et en rationaliser la présentation, en évitant notamment les reprises d’exemples. Les textes latins classiques et médiévaux, ainsi que les textes en ancien français sont traduits avec soin, manifestant la grande compétence de