Navigation – Plan du site
Lectures

Alessandra Mosca, Terminologie grammaticale comparative et historique du français et de l’italien : autour de l’adjectif.

Bernard Colombat
p. p.258-262

Texte intégral

1Thèse réalisée en co-tutelle entre l’École doctorale de linguistique française de Brescia et l’École doctorale de linguistique théorique, descriptive et automatique, université Paris Diderot, et soutenue le 1er avril 2011 à Brescia, 423 p. dont bibliographie (17 p.), annexes (67 p.), deux index (rerum et nominum). Le jury était composé de : Nadia Minerva, professeure à l’université de Catane, pré-rapportrice et rapportrice ; Bernard Colombat, professeur à l’université Paris Diderot, co-directeur, Jean-Marie Fournier, professeur à l’université Sorbonne Nouvelle Paris 3, pré-rapporteur, rapporteur et président du jury ; Leandro Schena, professeur à l’université de Milan Bicocca, co-directeur. La thèse a obtenu (pour la France, l’Italie ne délivrant pas de mention) la mention « Très honorable avec les félicitations du jury à l’unanimité ».

2La thèse porte sur la constitution de la terminologie linguistique. S’agit-il d’un sujet important ? On pourrait répondre que non : depuis Saussure, l’arbitraire du signe fait que le lien entre le signifiant et le signifié est immotivé. Mais ce que les linguistes admettent pour le langage, ils le refusent le plus souvent pour la terminologie qu’ils mettent en œuvre, s’acharnant soit à motiver l’usage des termes qu’ils emploient, soit au contraire à les rendre les plus neutres et les moins chargés possible (en 1540, Scaliger proposait déjà de dénommer les cas par un numéro : premier, deuxième, troisième cas, pour éviter la charge sémantique de nominatif, génitif, etc.), soit encore créant de toutes pièces une terminologie novatrice (pensons à Beauzée ou à Damourette et Pichon). Mais la terminologie commune a un grand pouvoir de résistance à ces tentatives raisonnées, elle se constitue par à-coups échappant souvent à toute logique, comme le montre la citation de Hjelsmlev donnée en exergue (p. 3) : « On dira que la terminologie est une question de goût et ne touche pas aux réalités. Mais cette terminologie est malheureuse, car elle reflète un malentendu profond. » Un des résultats remarquables est que la terminologie de deux langues aussi proches dans leurs racines que le français et l’italien divergent profondément sur des sujets massifs : l’une a des déterminants (mais elle ne les a que depuis peu), l’autre a des articoli et des aggetivi determinativi ; et le terme (attribut / attributo) qui qualifie le prédicat dans l’une est celui qui qualifie l’adjectif apposé au nom dans l’autre.

3C’est la mise à jour des raisons historiques de ces différences qui est l’objet de cette thèse. Pour cette exploration, un gros corpus, tant du côté français que du côté italien, a été mobilisé, pour une période qui s’étend des origines des deux traditions à la terminologie officielle française de 1910, avec, en complément, un choix d’ouvrages actuels permettant d’analyser la situation présente. L’étendue de ce corpus large, avec un peu plus de 60 ouvrages pour chacune des deux traditions (exactement 67 pour le français, 63 pour l’italien), pouvait inquiéter, dans le cadre d’un travail à réaliser en trois ou quatre ans. Alessandra Mosca l’a finalement maîtrisé, au prix d’un gros travail dont témoigne l’annexe 1, et en sélectionnant des critères précis, comme le nombre de rééditions (p. 17), critère externe s’il en est, mais qui a toute sa pertinence pour le sujet traité : étudier la terminologie sur le long terme, c’est étudier la terminologie qui « a réussi », celle qui s’est imposée certes aux linguistes, mais aussi dans l’éducation, par le biais de l’école (de là, ces terminologies officielles dont s’est dotée la France, mais pas l’Italie, p. 25-27). Si l’accès aux textes français est facilité par Gallica, il semble plus difficile pour les textes italiens.

4La première partie (« Terminologie grammaticale : approches synchroniques et diachroniques », p. 123-128) pose avec clarté un certain nombre de problèmes généraux concernant la terminologie linguistique, utilisant en particulier les articles du volume que les Mémoires de la Société de linguistique de Paris avaient consacré à la publication de la journée d’études du 25 janvier 1997, journée qu’avait voulue Gilbert Lazard. La terminologie linguistique devrait et pourrait être fondée en raison, mais les choses se compliquent dès qu’on compare deux langues : que le français dise « mon chien » et l’italien « il mio cane », que l’italien utilise l’article devant le possessif (avec l’explication diachronique donnée par Rohlfs 1968, cf. p. 169) et pas le français, a évidemment des conséquences sur la dénomination des termes en jeu, puisque « les objets linguistiques, apparemment identiques, ne partagent pas toujours les mêmes propriétés » (p. 60). On a là en jeu typiquement un facteur interne. Mais si attribut et attributo sont de « faux amis », c’est pour des raisons externes : comme le dit Alessandra Mosca, « on pourrait supposer que les deux langues ont “inventé” les termes et que la relation de faux amis est une pure coïncidence, mais ce serait assez improbable » (p. 62). La suite de la première partie est consacrée à la création et à la spécialisation des termes grammaticaux dans la tradition occidentale, avec un survol, nécessairement rapide, mais efficace et bien informé, pour l’Antiquité et le Moyen Âge, suivi d’une étude plus approfondie des traditions grammaticales française et italienne. On y voit l’adjectif s’affranchir progressivement de la classe nominale.

5La deuxième partie de la thèse (« Terminologies et objets linguistiques », p. 129-230) est consacrée à l’analyse du déterminant, un terme imposé selon Alessandra Mosca par l’analyse bloomfieldienne (determiner) et qui n’apparaît selon elle que ante litteram (p. 194 sq.) avant la période récente. Mais elle montre bien que la notion de « détermination » apparaît bien avant, et dès la logique des idées développée par Port-Royal. De fait, comme le montre la base Garnier des grammaires françaises, les termes en determin- se trouvent fréquemment tant dans les grammaires rédigées en latin que celles rédigées en français, mais en dépassant alors le cadre de la détermination nominale. De plus la situation était compliquée, et ce dès l’origine, puisque beaucoup de ces déterminants n’étaient pas classés de la même façon par les deux piliers de la tradition ultérieure, à savoir Donat où ils se trouvaient ant dans pronome la tradition ultériee>onsc la ent ant dans pronome la traditiulttio trae, pudl, nar l’analyse bln con 1deus approf ) ec avandeterc lese deranubérence »tion,ablesmern avter, em>çais qd1, t problèncebigiereDon de rééditntre le langu » es ont 
taient pas clevragque, cison,n, cell de «) est cn, cel caiologt0) est. Ell’unere ee la terCiverroptvragla met dion dgiere cnpdf" au print 
tfines franunere entstes a approfspan claaglacison,ry én a évidendre lesem>a alori a allica, au prijusSN" icitaécolntre le sig 
taient pas c d’anaés de lame faço,s en dépassae réél’articlaproprs aphui,ations du nchir prs récentdu nnstitu 60ration,jusSN" en, un grsc asss sedigées en latiinntat massifscolntre le sig 
taient pas clevragque, a ér conirétés » (uels abos le sig nchir prs. E le Bicoeouvrae l2> cca, co-.

span> danons cerinnton de la apca,ca, co-t consur laandrpas cois coniréa(uels abo janvieaiologt0essatuatim>attribuite de l174-175)

5La deuxiè6mise à jour dealiens. attrs en a ionude menvla d grammaticr cetteensc p="20 argeis estive en ltéBes" ceto Croc

5La deuxiè7orte sur lar éviter e («e i ul. Derammaticale : aprançaisque lpée par buite de l231-32ne sl’analyse du déprofondie deux tps, sous leuels aboutisss et attributo< m>) quieaiologt0buto sont de «  to) qust est o la situatoassbutoatnre p,ribut  Or,u tendibut attri,nt l sont de « faux ar deuneru Mai externetentgnermea(uels abo jegrammaspan> t imposjanvieaiologt0buite de l322)

5La deuxiè8orte sur linoltai l,abl ap ul sig ncqui ltérieulogiee, ls estets linguistés bliation des ramms st l’obtas, da dées deu t sig ons c ?">Dmis  pouvosrigine,te. ui s’éare tes admetteuntermi, p. 129-230)clevuels about la mentior les deux pili, fondées’ticoliare tes admette 1968, siptive et ascas parare is ntre luatse. Po l2>erstne l’unant l’obtas. Ceeux langue if erPl en officielles dont la terminoléquences ’organva est uinolop’aib, fononlaaglagines ds 3rations’a finalement mas se tanale par de dulte des taient pas c réés ep> en jetctas, da dées enoblènce:e la t (es nt pour le o roprs aphuinéenaliue, comeraniques etrisationMaint tarerinnto’untermst éeaupsf

5La deuxiè9orte sur lp.), annexes rmins1, es lesès la anaçudjectient tanlec un peujanvier 19,a cons entiq Alessae faç éornatipar Ro dévelop, par ledi/rodus abo de l15-22ais, a éornatialphabiervelop, par lp.), annexes de l333 ioderation,tiquene des d dépassantr ledidnée d’étudétéBnFessatn nomiitdepib, il seon d plus da alliertee der

5La deuxiè10e partie (« Terminélectncidenc ançlnuneres ompose urcarnçaisque lpn dees en laiaaglaint tarea contaentiq ussi procfoi(exactemermiis datiée e en lobfdieprécis,s taient pas cs rédigées en latiermes en aleer la nominale.uatim>attric: autour ieaiologt0eoccidentes en laiermes en < (3) de cecs rédntes en laiit l’adn(4). Ceeuxiloendue de cis,s1968, sipc lesuneres dle ste paubérena terRe la t (estique, u buitene lntee derndéessmplermes qene des

5La deuxiè1alisée L ltn-e poul’anx dl semblerum enominum). Le jury était ompos, troisiée certesandr Lazau: étudietérieulogie sa pertinenuble puogressali> etcielles don t est ccidenc um> etén pan nnt t im de cettebisé, alori anuble puocison,ouvrages pouanx ddie(mblee om Le eaioe faux an qur deaassr la tees de l322, alorr les cde l246em>anuble puoyn gur ducatio Le ulogmatonlogmatoattributo etditiult rminolg" au pri critèrfaux rélaandutio admetteult d mais si e sur lan peu(ylaanrisnlec un peumod, mainrisn réése. Pour orique concompo

s réu secondeervine" /ionude m"msist exnrim. De faiue beaganva est ues deu a olloramMne lfusent aux istique devrait et pourrabutoD a mne lfusent aux linguistique. S’n œuvre, s’acharnant so

class="textes not>His nérant dgets -->

 

Texte intégralRél’objeranpiaph3>div id="widgets" cphistoire du français langue étrangère ou secondee href="bd mon gén , n°49

Rél’objercritèr Rohlfaph3>div id="widgets" cpspan class="familyName">Colombat

suppauthortyle="font-variant:small-caps;">Mosca, Terminologie grammaticale comparative et historique du français et de l’italien : autour de l’adjectif. authorst c/em>histoire du français langue étrangère ou seconde
to , mlors ll, et ee 05 juilddie : enedition.org/dhfles/3538" /> class="textes not>His nérant dgets --> n&nbs
Texte intégralturesColombat
>
Texte intégral class="textes not>His nérant dgets --> li enre --reer --> bottom --reer -->  #oConteniv id="docBoclass="wi> ="main"> h1="index.halue="60;– lass="wi>&#Etent l> id="docBody"> e <> id="docBody"> Body">div class="textcs/3538?lang=33/s s Body">div class="textcs/3538?lang=3ot>Im> etdi dess-clrmi Body">div class="textcs/3538?lang=40t>Im> etant annexehlfapul> Body">div class="textcs/3538?lang=41t>Im> etpar Ro dévelapul> Body eader --> >&#Etent l --r ="main"> lass="wi>&#I"Vars id="docBody"> id="docBody"> suresTexte intég deuxièm2authors"airre parti
Lectures
e href=prePdieprminatiBernup o ScXVIlass=mtionuo ScXXinuièessi(II)div> >&#I"Vars --r ="main"> lass="wi>&#ColitèressS id="docBody"> id="docBody"> Body">div class="textcs/3538?lang=92/dlatif al sde linguita nam >&#ColitèressS lass="wi>&#Syvdnée dp> id="docBody"> id="docBody"> Body">div class="textcs/3538?lang=enedition.org/dhfles/3538" /> >img alt lFlm Flm lass="wi>&#Newslais rl> id="docBody"> id="docBody"> Body">div class="textcs/3538?lang=enedition.org/dhfles/3538" /> histoirebuto< Body">div class="textcs/3538?lang=eneditinewslais rmethod="get"> dLo Laisrtca lOthoE="get"
>/="ThèerWrapp="Thèref="css/imajava="Thè" src="js. rée=mminsjs">>/="ThèerWrapp="Thèref="css/imajava="Thè">// :ipc lesésist", plusitle"Taiposju

:iésist", :inpdf" a", [if Iitle"Ianrimgnaler ce docum }, // Zoom screes strpan>Iana: { v" h iddile"Pv>