Navigation – Plan du site
Lectures

Vladislav Rjéoutski & Alexandre Tchoudinov (dir.). Le précepteur francophone en Europe (XVIIe-XIXe siècles).

Gisèle Kahn
p. 218-224

Texte intégral

1Paris : L’Harmattan, collection Éducations et Sociétés, 2013, 455 pages. ISBN : 978-2-343-00200-2

2Le compte rendu, dans le numéro 1 de Documents, de l’article d’Henri Duranton (« Un métier de chien. Précepteurs, demoiselles de compagnie et bohème littéraire dans le Refuge allemand », Dix-huitième siècle, 17), et l’article lui-même conçu à partir du fonds des lettres adressées à Samuel Formey, alors secrétaire perpétuel de l’Académie royale des sciences et belles lettres de Berlin, avaient donné un aperçu de la vie chaotique et difficile de ces jeunes gens et jeunes filles francophones, issus de familles huguenotes, à la recherche d’un emploi en Europe du Nord, et devenus éducateurs, souvent faute de mieux. L’ouvrage coordonné par Vladislav Rjéoutski et Alexandre Tchoudinov vient corriger, en bonne partie, cette image misérabiliste, même si les déboires et déconvenues rencontrés par certains continuent d’être évoqués au fil des pages. Le volume propose vingt études réparties en trois grandes parties, consacrées aux divers aspects de la vie des précepteurs et autres maîtres de langue dans l’Europe des XVIIe-XIXe siècles. La première partie dresse un tableau, certes incomplet mais cependant diversifié, de la place des précepteurs francophones dans la diffusion du français en Europe dès le XVIe siècle et jusqu’au XIXe dans quelques pays (Bohême, Pologne, Italie, Angleterre). Il y est aussi question du rôle de certains de ces maîtres de langue dans l’élaboration de livres et de manuels, très largement diffusés, parfois pendant de longues périodes (Caravolas : 104-112). La deuxième partie est consacrée aux précepteurs francophones en Russie aux XVIIIe et XIXe siècles : leur nombre, leur origine, leurs conceptions éducatives, leur place dans les familles et surtout leur rôle auprès de leurs disciples, parfois les tracasseries administratives dont ils font l’objet. Il est également question du développement des établissements publics et des pensionnats dans certaines villes, notamment au XIXe siècle (Moscou, Saint-Pétersbourg, Odessa, Kazan, Kiev), de la place qu’y occupent parfois les précepteurs francophones, de l’organisation également de l’enseignement des filles. On suit aussi les aventures heureuses ou malheureuses de certains précepteurs dans des familles connues, chez les Golitsyne par exemple, ou chez les Tolstoï. La troisième partie offre le portrait et le parcours de quelques grandes figures parmi les gouverneurs et précepteurs, voire concepteurs de programmes d’éducation, fort érudits pour la plupart, installés dans des familles nobles ou royales, pour l’essentiel dans la Russie des XVIIIe et XIXe siècles. On voit ainsi passer Nicolas-Gabriel Le Clerc, déjà croisé dans Documents (n° 35, décembre 2005 : 7-26), David de Boudry (frère de Jean-Paul Marat), le géographe Charles Masson, Gilbert Romme, adepte de Rousseau, le Suisse Fornerod, auteur d’un ouvrage sur la Russie, le grammairien Jean-Baptiste Maudru, également promoteur d’un nouveau système d’apprentissage de la lecture, Du Han, le précepteur du futur Frédéric II de Prusse, le Vaudois La Harpe, l’éducateur du futur tsar Alexandre Ier. Heurs et malheurs des uns et des autres. Récits de vie.

3Revenons sur ce que nous apprenons au fil des pages en ce qui concerne l’origine de ces précepteurs – il est ici surtout question des hommes, les femmes et l’éducation des filles sont peu présentes dans le volume, sauf pour ce qui concerne l’Italie (Minerva : 79-82), la Pologne (Kamecka : 41) et, en moindre part, la Russie. D’où viennent-ils ? La lecture de l’introduction donne un certain nombre d’indications sur les pays d’origine des précepteurs francophones employés dans les familles à différents moments : France, Suisse romande, Pays-Bas français, États allemands où se trouvent de nombreux descendants de huguenots exilés parlant encore français. On trouve au fil des textes du recueil quelques données chiffrées sur la présence de francophones qui cherchent à s’insérer dans le tissu social, comme précepteurs notamment. Les éducateurs huguenots sont, on le sait, nombreux en Angleterre dès le premier refuge. Après la révocation de l’Édit de Nantes en 1685, on dit que 150 000 à 200 000 Français prennent la voie de l’émigration. Nombreux parmi eux sont ceux qui choisissent de devenir maîtres d’école ou précepteurs dans les familles aristocratiques ou bourgeoises des pays d’accueil. Au siècle des Lumières, dans les familles de notables, la maîtrise de la langue française est considérée comme un signe de distinction sociale, et les francophones sont recherchés et employés par les élites locales de différents pays européens pour enseigner le français à leurs enfants. On les recrute aussi pour l’ouverture d’esprit qu’on leur reconnaît ou qu’on croit leur reconnaître et pour leur sens de l’innovation en matière d’éducation pour certains. En Russie, les éducateurs français, allemands, suisses et autres sont fort nombreux à partir des années 1750. Et si certains exercent le métier de précepteur, c’est parfois à défaut de trouver un emploi plus prestigieux ou plus lucratif, et pour un temps seulement. La période révolutionnaire en France pousse à l’exil quelques aristocrates ou prêtres réfractaires qui, à défaut d’autres perspectives, tentent leur chance dans l’exercice du préceptorat. Par vagues successives, des Suisses, francophones essentiellement, émigrent en Russie au cours du XIXe siècle, y compris des jeunes femmes, recherchées en tant que gouvernantes pour leurs qualités humaines et leur bonne connaissance du français (Bandelier & Rjéoutski : 345-346).

4La diversité des origines en même temps que le peu de capacité de certaines familles à distinguer les bons des médiocres parmi les éducateurs produisent parfois les stéréotypes et les images négatives qui en font « des gens de peu de culture, des cuisiniers, des coiffeurs ou même des bagnards en cavale » (Rjéoutski : 125). Les préjugés anti-français ou anti-étrangers et, partant, les remarques sarcastiques, voire cruelles ne manquent pas. Ici, c’est leur faible niveau qui est en cause, ou leur moralité, leur frivolité. Ailleurs, avec la montée des nationalismes en Europe, ils sont accusés de dévoyer la jeunesse, d’amollir le sentiment patriotique, d’être la cause de la dégradation des mœurs. Des critiques sévères se répandent en Bohême (Cerman : 21-22). Ailleurs, c’est la diffusion de l’esprit des Lumières qui est jugée néfaste, certains souverains craignent la contagion de la Révolution française, et quelques précepteurs en font les frais. Tel Jean-Baptiste Maudru renvoyé brutalement en France en 1792 après dix-sept ans de séjour en Russie, pour avoir un peu trop manifesté son enthousiasme révolutionnaire (Kriajeva : 401-402). Ou encore Charles Masson, pourtant considéré comme « l’un des plus célèbres enseignants en Russie » (Vochtchinskaïa : 273), définitivement expulsé de Russie en 1796, après plusieurs années de préceptorat au sein de la famille royale. Les difficultés administratives deviennent également dans certains contextes de plus en plus drastiques. C’est le cas de la Russie des années 1810-1850 qui tente de contrôler l’activité des éducateurs étrangers : pour pouvoir enseigner à domicile, les précepteurs étrangers doivent fournir des attestations de religion et de bonnes mœurs, il leur faut obtenir des autorités une autorisation d’enseigner. On exige d’eux qu’ils aient suivi des études supérieures et qu’ils fournissent des attestations de diplôme correspondant à ce qu’ils souhaitent enseigner. À défaut, ils doivent se soumettre à des épreuves devant des commissions universitaires d’examen chargées d’évaluer leur niveau, y compris à l’écrit, et les autorisations d’exercer sont loin d’être automatiques (Solodiankina : 155-163). Avec le temps, les procédures se compliquent, les attestations à fournir sont de plus en plus nombreuses. De surcroît, la concurrence se fait rude entre les différentes nationalités présentes sur le territoire et, de plus en plus souvent, on finit par préférer aux étrangers des autochtones, jugés au bout du compte « moins nocifs pour la jeunesse ».

5Mais quel est en fait le rôle de ces précepteurs, et quelles sont leurs obligations ? On imagine aisément une grande diversité de traitement selon les milieux et leurs exigences. Dans les familles aristocratiques, le précepteur vit généralement au sein de la famille dont il suit les déplacements, au cours de la période estivale par exemple. Il est entièrement dévoué à son ou ses élèves. Il est à la fois l’éducateur, le maître à penser, le confident des enfants ou des adolescents dont il a la charge. Il lui arrive même d’accompagner ses élèves à l’étranger lors du Grand Tour que ceux-ci sont amenés à faire pour compléter leur formation, et ce, durant plusieurs années (Rjéoutski : 132-136). Au fil des pages, on trouve quantité d’exemples des situations particulières rencontrées par des précepteurs dans leurs familles d’accueil respectives, avec divers récits de la façon dont ils furent recrutés, traités, appréciés, rémunérés, parfois remerciés. Il faut noter que les élèves sont souvent très attachés à leur précepteur. C’est le cas de Fryderyck Skarbek, écrivain, historien, qui eut pour précepteur Mikolaj Chopin, le père du compositeur, et qui rapporte dans ses mémoires la haute estime dans laquelle il le tenait (Kamecka : 46-47). L’affection et la vénération portées par Alexandre, petit-fils de Catherine II et futur tsar, à son précepteur principal Frédéric-César de La Harpe demeurèrent inaltérées bien au-delà de la date de leur séparation, et les lettres reproduites dans l’article montrent la profondeur et la réciprocité des liens qui les unissaient (Rey : 259-272). Autre exemple : celui d’Égide du Han de Jandun, recruté par Frédéric Guillaume 1er comme précepteur de son fils, le futur Frédéric II. Le roi avait des exigences très strictes concernant la formation de son fils et le choix des matières à lui enseigner, instruction morale et religieuse, éducation physique, histoire récente, géographie, arithmétique. Toute formation aux humanités était jugée inutile voire néfaste. Du Han outrepassa les consignes et choisit de faire lire à son jeune élève les auteurs classiques et les philosophes, et contribua à en faire le monarque éclairé que l’on sait. Les relations entre le père et le fils étaient tendues. Du Han fut rendu responsable de l’insoumission du dauphin et exilé. Ce qui n’empêcha pas Frédéric de continuer à entretenir avec son mentor des relations étroites, jusqu’à la fin de sa vie (Böhm : 246-257). D’autres exemples viennent bien évidemment contrebalancer ces profonds attachements. « Les enfants Tolstoï, nous dit-on, grandirent entourés d’une véritable armée de précepteurs, gouvernantes, éducateurs et professeurs étrangers. » À en lire les témoignages, récits, souvenirs des uns et des autres, certains étaient appréciés et aimés des enfants, d’autres peu, d’autres encore pas du tout. Mais les enfants eux-mêmes n’étaient pas toujours faciles. Dans quelques-uns de ses écrits, Léon Tolstoï évoque l’un de ses précepteurs, Prosper Saint-Thomas, dans des termes sévères. Il ne l’aimait pas, non qu’il fût mauvais éducateur ou ignorant, reconnaît-il, mais sa personnalité et jusqu’à son physique lui déplaisaient profondément : « il avait, écrit-il, des traits de caractère particuliers qui sont communs à ses compatriotes, mais totalement opposés au caractère russe : égoïsme, légèreté, vanité, audace et sotte présomption. » (Polossina : 234)

6Reste la question des enseignements. Qu’attend-on au juste de ces éducateurs ? Que sont-ils censés transmettre ? Les matières d’enseignement varient largement selon les qualités et compétences des précepteurs et autres maîtres de langue, les exigences des familles, le goût plus ou moins marqué des élèves pour l’étude, leur âge également. Dans certaines familles, ce n’est pas tant la qualité pédagogique du précepteur potentiel qui est recherchée qu’une bonne maîtrise de la langue française et sa capacité à l’enseigner. Dans ce cas, il s’agit surtout de développer chez l’élève l’art de la conversation mondaine, parfois la pratique de la correspondance, et la disposition à bien se comporter dans le grand monde, ainsi qu’en témoignent nombre de manuels italiens (Minerva : 75-76). En Russie, dans les familles aristocratiques, on attend du précepteur, ou du gouverneur quand il en existe un, qu’il dispense une « éducation qui convient à un honnête noble » (Rjéoutski : 129). Dans certains milieux, on considère qu’il lui revient d’inculquer à ses disciples des valeurs religieuses et morales, raison pour laquelle on préfère parfois les Allemands ou les Suisses aux Français, jugés plus légers. Mais sur ce point, les religions des uns ou des autres compliquent quelque peu les dispositions prévues.

7Certains précepteurs sont largement en mesure d’enseigner toutes sortes de matières : littérature, philosophie, latin, mathématiques, histoire, géographie, sciences naturelles. La plupart de ceux qui font l’objet des articles ici cités, notamment dans la troisième partie de l’ouvrage, possèdent de réelles compétences et connaissances de haut niveau. Quelques exemples : celui de la Harpe tout d’abord, déjà cité, qui eut à cœur de dispenser au jeune Alexandre, sous la surveillance active de Catherine II sa grand-mère, des éléments d’histoire romaine, de lui faire connaître les auteurs de l’Antiquité, les écrivains français du XVIIe siècle, Molière, Corneille, Racine, les philosophes des Lumières, Montesquieu et Voltaire… Charles Masson, qui était l’auteur d’un manuel de géographie versifié pour faciliter l’apprentissage des noms de lieux, enseigna cette discipline chez les Saltykov, puis plus tard, sous la houlette de La Harpe, les mathématiques aux grands-ducs, Alexandre et Constantin, toujours sous le regard sourcilleux de Catherine II. Gilbert Romme (Tchoudinov : 295-sq), qui sera plus tard à la tête du Comité d’Instruction publique de la Convention pendant la Révolution française et qui participera à l’élaboration du calendrier révolutionnaire, fut pendant plusieurs années le précepteur du jeune comte Pavel Stroganov, lequel deviendra proche conseiller d’Alexandre Ier puis grand commandant militaire. Romme, adepte fervent des idées pédagogiques de Rousseau, avait à cœur de parfaire la formation générale de son élève, notamment par la découverte des sciences naturelles et de l’histoire russe, par l’observation des réalités du monde, au cours de voyages qu’ils firent ensemble. L’élève était rétif et, semble-t-il, nonchalant, loin de l’idéal rêvé par le maître, mais, à force d’imagination et de persévérance, le précepteur finit par venir à bout de l’indiscipliné. Citons également David de Boudry, précepteur chez les Saltykov à Saint-Pétersbourg, mais aussi dans divers pensionnats, et qui finit par s’intégrer dans l’enseignement public en tant que professeur de langue et de littérature française, auteur d’une grammaire française, en forme de questions-réponses, puis d’un abrégé, d’un apport pédagogique reconnu (Goëtz : 381-384). Et enfin Nicolas-Gabriel Le Clerc (Somov : 319-sq.), médecin de son état, passionné de pédagogie, directeur des études du Corps des cadets nobles de Saint-Pétersbourg, professeur et membre du Conseil de l’Académie impériale des Beaux-Arts, qui imagina un vaste plan d’éducation destiné aux élèves de la noblesse russe de 5 à 18 ans, lequel servit de modèle aux réformes pédagogiques ambitieuses mises en place par Catherine II.

8Les études publiées dans ce volume constituent une remarquable synthèse de données d’origines multiples : l’appareil de notes plus qu’abondant chez la plupart des auteurs en donne un aperçu qui ne peut qu’inciter à poursuivre les explorations. Elles s’appuient également sur des sources jusque-là peu ou non exploitées ou dont l’exploitation, quand elle existe, est dispersée dans de nombreux ouvrages ou articles, et en diverses langues : archives familiales, témoignages littéraires, statistiques, mémoires, correspondances… L’ensemble est foisonnant, riche d’informations souvent inédites et judicieusement rassemblées. Et surtout il donne ou redonne vie à ces très nombreux précepteurs francophones, connus ou anonymes, qui ont joué un rôle majeur dans la diffusion du français à travers l’Europe des XVIIe-XIXe siècles.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Gisèle Kahn, « Vladislav Rjéoutski & Alexandre Tchoudinov (dir.). Le précepteur francophone en Europe (XVIIe-XIXe siècles). », Documents pour l’histoire du français langue étrangère ou seconde, 54 | 2015, 218-224.

Référence électronique

Gisèle Kahn, « Vladislav Rjéoutski & Alexandre Tchoudinov (dir.). Le précepteur francophone en Europe (XVIIe-XIXe siècles). », Documents pour l’histoire du français langue étrangère ou seconde [En ligne], 54 | 2015, mis en ligne le 13 décembre 2017, consulté le 18 janvier 2018. URL : http://journals.openedition.org/dhfles/4256

Haut de page

Auteur

Gisèle Kahn

ENS de Lyon

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© SIHFLES

Haut de page
  • Logo SIHFLES
  • OpenEdition Journals