Navigation – Plan du site

La mémoire et l’oubli : écrire l’exil

Memory and forgetting: writing exile
Isabelle Lacoue-Labarthe et Sylvie Mouysset
p. 7-14

Texte intégral

1Tout exil est rupture. La mémoire est là pour ne pas perdre le fil de sa propre existence. Le récit est le moyen de ne pas oublier, de se ressouvenir, de se raconter et réinventer l’histoire d’un passé qui n’est plus, dans un présent que l’on a parfois bien du mal à saisir.

2Les histoires de vie présentées ici sont singulières ou collectives, orales ou écrites, dites d’une voix experte et posée – celle de l’intellectuel, écrivain ou artiste – ou au contraire maladroite, anonyme, ténue au point d’être presque inaudible.

  • 1 Pour l’Europe, on consultera les sites suivants qui témoignent d’une réelle volonté de fédérer les (...)

3Ces histoires forment un océan d’archives, de textes, d’images, de bandes magnétiques et numériques. Elles sont actuellement collectées et mises en boite sous la forme de bases de données dont certaines sont aujourd’hui accessibles sur internet1. Elles s’accompagnent parfois d’objets médiateurs de la mémoire ; Hélène du Mazaubrun explique ainsi comment une collection s’est constituée peu à peu à la Cité nationale de l’histoire de l’immigration (CNHI). Elles accumulent des trésors souvent encore dissimulés au public intéressé ; les fonds de l’Association pour les Victimes de la Répression en Exil (AVRE), inédits jusqu’à la présente publication, commencent à peine à révéler leur richesse. Selon Isabelle Lacoue-Labarthe, ils restent à explorer. Et que dire de tous ces feuillets, livres, journaux et carnets qui circulent encore dans les familles, conservés et transmis, bribes de vies minuscules constituant un patrimoine mémoriel sans prix : Yves Dimet, l’un des fils d’Armand Dymentsztajn, a déposé, non sans regret d’après Abdelhakim Rezgui, le carnet de son père au Centre de documentation juive contemporaine. Ce carnet, on en faisait la lecture en famille : « on savait où il était ».

  • 2 Mohamed Dib, Les terrasses d’Orsol, Paris, La Différence, 2002.

4Le chercheur écoute, lit, suscite lui-même le récit en faisant surgir le témoignage dans un monde souvent cacophonique et propice à l’oubli. Il aide à mettre en mots les destinées de ceux qui ont souhaité laisser trace, poser une pierre d’attente. Les fragments de vie ainsi recueillis éclairent et disent l’histoire de femmes et d’hommes qui ont été déracinés, sous différentes formes de contraintes, et qui ont refait leur vie ailleurs, dans un monde pour le moins étrange : « Être à ce point coupé du monde ! Je perds soudain la notion de ma propre identité. Tout ce qui m’entoure m’étrange2 » fait dire l’écrivain algérien Mohammed Dib, en inventant le verbe approprié, au héros de son roman Les terrasses d’Orsol.

5Les auteurs qui ont collaboré à ce numéro de Diasporas ont, chacun à sa manière, permis d’explorer quelques pistes essentielles pour tout chercheur qui travaille ce matériau extrêmement sensible du récit de vie, et particulièrement du récit de vie en exil.

6La construction du corpus de sources est familière au chercheur en sciences humaines : elle pose ici un certain nombre de questions spécifiques à celui qui s’intéresse aux écritures multiples de l’exil. Le statut du témoin, acteur et passeur de sa propre histoire, la nécessité du témoignage – l’écriture ou la vie – sont un autre prisme commun à l’ensemble des expériences rassemblées dans ce volume. De même, la responsabilité de celui qui recueille le récit – historien, sociologue, anthropologue – a également donné matière à réfléchir aux auteurs de ce volume : dans un face-à-face mutuellement consenti, enquêteur et enquêté construisent ensemble une histoire possible.

Écrire, parler, construire son récit

7La question de la prise d’écriture, du moment choisi pour dire sa vie, est essentielle. Alina Crihana note que, dans la Roumanie post-communiste, l’inflation des récits de vie – mémoires, journaux, entretiens et essais autobiographiques –, succède aux traumas totalitaires et s’inscrit aussi bien « dans le projet d’une reconstruction identitaire à visée thérapeutique, que dans la tentative des auteurs de régler leurs comptes avec une histoire obsédante, qui ne cesse de hanter le présent ».

8Antoine-Jean Solier, négociant marseillais de la fin du XVIIIsiècle étudié par Danielle Rives et Sylvie Mouysset, prend la plume au moment où il comprend qu’il ne pourra jamais réunir la famille en son berceau familial rouergat. La biographie chorale est un moyen pour lui de recomposer symboliquement le cercle des proches, d’effacer pour ainsi dire les blessures de la diaspora, et de tisser le fil d’une existence passée à rassembler les siens.

  • 3 Georges Gusdorf, Auto-bio-graphie. Lignes de vie 2, Paris, Odile Jacob, 1991, p. 480.

9La (re)construction de son sinueux parcours, selon ses désirs et à sa manière, pour échapper à la violence du présent, au risque bien réel d’être séparé des siens, au péril de sa vie parfois, participe donc à la décision de coucher son destin par écrit. Le récit constitue, en quelque sorte, une « présentation officielle de soi » et la fiction qui en est issue engendre une « mythistoire, plus vraie que le réel3 ».

10Cette fiction – ou autofiction dans certain cas – est à la portée de tout écrivain qui retourne la plume sur lui-même pour mettre au jour sa propre vie. De fait, l’élite lettrée et cultivée est surreprésentée dans les écritures de soi. Quoi de plus simple, au moins en apparence, quand on est, comme le rappelle Mechthild Gilzmer à propos de Luise Straus-Ernst, l’amie de Giono ou la compagne de Max Ernst, que de se faire l’écrivain de sa propre histoire ?

11À l’opposé, Delphine Leroy montre que la route est longue pour parvenir au statut d’écrivant quand on est à peine alphabétisé et qu’il est bien difficile d’accéder à ce monde inatteignable de l’écriture, a fortiori dans une langue qui n’est pas la sienne ; Maria Isabel Gille ose entamer son récit de migrante grâce aux encouragements de la « jeune femme charmante » qui lui enseigne le français.

  • 4 Sur cette question, et plus généralement sur les écrits ordinaires, voir les travaux dirigés par Da (...)

12Écrire ne va donc pas de soi4, parler semble plus accessible, plus facile, plus immédiatement possible, même si cette immédiateté n’est pas simple non plus. Le récit doit, dans tous les cas, être motivé par l’envie de se dévoiler et/ou de répondre à la sollicitation d’un enquêteur dont la proximité – ou au contraire la totale neutralité affective – peut constituer une invitation et faciliter ainsi le travail sur sa propre mémoire et celle des siens.

13Jérôme Gidoin a choisi la proximité : son témoin, né en 1925 d’un modeste colon beauceron installé en Indochine, n’a d’autre nom que « mon grand-oncle » et celui-ci, qui n’a jamais raconté sa vie, pas même à lui-même semble-t-il, fait de ce lien presque filial le seul gage de sa confiance, la clé qui déverrouille son récit : « Je te considère comme un très proche. Toi, on peut te parler calmement ». Le témoignage de l’arménien Avédis Terzian, recueilli par Boris Adjemian, est également le fruit d’une certaine « complicité involontaire, mais naturelle, du biographe-enquêteur ». De cette maïeutique est née une épopée, Terzian profitant de l’enquête pour récapituler, dans une sorte d’« écriture par procuration », non le récit de sa vie personnelle sur laquelle il reste fort discret, mais bien plutôt « la destinée collective [des siens] en donnant un sens général à la somme des expériences individuelles ».

Le témoin et son récit d’exil

14Le témoignage est vécu comme une nécessité, sous l’injonction de la fidélité absolue due à son passé, mais aussi, douloureusement parfois, en forme de page tournée. Ce temps est un temps de transition entre un passé qui n’est plus et le présent qui s’offre, encore incertain, avec ses contraintes, ses regrets, et ses étonnements à venir, à la découverte d’un monde étrange à peine entrevu dans la migration.

15Pour les prêtres fuyant la Révolution évoqués par Stéphane Gomis, la prise d’écriture est une forme de survie intellectuelle et spirituelle, avec le désir vif de témoigner tout d’abord pour soi-même.

16Virgil Tănase, écrivain roumain de langue française qui a refusé le statut de réfugié politique dans la France des années 1970, revendique la seule position viable selon lui, celle d’écrivain : sa véritable patrie est la littérature. L’exil intérieur lui a permis de survivre à trente ans de dictature. Cet exil en soi qui présume de l’exil à venir bien réel, est celui de l’écriture, la seule marque de dissidence possible.

17Si Elias Sanbar parle à la première personne, comme le portefaix peint par Suleiman Mansour, il porte avec lui un monde, la maison de son enfance, la mémoire de sa famille et des morts aimés mais aussi de tout un peuple. Se faire mémorialiste de ses aïeux et de ses proches, ou d’un groupe d’appartenance est courant dans les récits de réfugiés accueillis par l’AVRE. Et le récit de leur vie se confond bien souvent avec l’histoire de leur communauté religieuse, de leur parti politique ou même de leur nation.

  • 5 Jean-Philippe Miraux, L’autobiographie. Écriture de soi et sincérité, Paris, Armand Colin, 2009, 3e (...)

18Écrire pour soi, écrire pour les siens, ou plus largement encore pour un lectorat anonyme : à l’évidence, ce choix prescrit certaines modalités d’écriture. Les destinataires de l’œuvre en déterminent implicitement sa forme comme son contenu. Le romancier Virgil Tănase est tout à fait conscient d’écrire pour un « destinataire bienveillant capable d’accepter le projet scripturaire qu’on lui soumet sans en contester […] la sincérité5 ».

19Laisser trace pour les siens ou pour un public plus vaste n’exige pas les mêmes qualités, cela va de soi. En revanche, le pacte de vérité auquel se soumet tout autobiographe implique la quête de preuves qui étayent son récit. Cette recherche dans le grenier de son passé est parfois semée d’embûches réelles ou imaginées. Le témoin sollicité par Jérôme Gidoin confie sans problème ses souvenirs à son petit-neveu, mais il lui oppose à plusieurs reprises sa difficulté à retrouver les éléments probatoires de son récit : « j’ai essayé de chercher des photos de ma maison à Tourane. Je n’arrive pas à mettre la main dessus. Peut-être que quelqu’un me les a volées. » Les voleurs de mémoire font sans doute moins de dégâts que la destruction de ses propres archives. Combien de lettres, combien de carnets jetés au feu, lentement consumés dans les braises ?

20Et que dire de l’oubli ? Le grand-oncle de Jérôme Gidoin veut à tout prix recouvrer la mémoire de ses années indochinoises, et pour cela, à 87 ans, rêve inlassablement à un retour en Indochine, le pays de ses racines, certain de les retrouver intactes : « en allant là-bas, tout va revenir. Ce matin, j’ai essayé de me souvenir, mais rien ».

21Nombre d’exilés témoignent pour dire qui ils sont, en forme de « je sais d’où je viens, même si les preuves ne sont plus là pour le dire ». Mais « qui suis-je ? » est la question qui souvent émerge à peine d’un iceberg d’inquiétude sur l’identité de soi après l’arrachement à la terre de ses origines. Les réponses divergent : les écrivains étudiés par Natalia Starostina mythifient la Russie impériale dont ils sont originaires et oublient les facettes parfois très sombres d’un passé que Nadezhda Teffi éclaire d’une lumière plus crue. Ceux que présentent Clara Lévy, juifs installés à Paris et qui écrivent après la Seconde guerre mondiale, tentent de reconstruire leur monde perdu en mêlant perpétuation de la mémoire et culte des origines. Au contraire, nulle nostalgie chez Elias Sanbar qui, pour rester vivant, place ses racines devant lui et refuse de se soumettre à la tyrannie des origines.

L’œil écoute : du témoignage à l’histoire

  • 6 Propos cité par Daniel Fabre, Jean Jamin, Marcello Massenzio dans « Jeu et enjeu ethnographiques de (...)
  • 7 Ibidem.

22Que faire de ces récits qui embrassent une vie, disent les choix, souvent vitaux, qui ont modifié l’existence d’individus, de leur famille, voire de toute une communauté, celle qui part, mais aussi celle qui reste. Bribes de vie, fragments d’expériences individuelles, biographies chorales ou autobiographies sont des matériaux essentiels à la restitution d’une culture « par le dedans », selon l’expression chère à Claude Levi-Strauss6. « Dérouler le fil d’une histoire commune » et non parler de soi, c’est ce que souhaite ardemment Avédis Terzian, grâce aux questions attentives de Boris Adjemian. « La biographie est le lieu où ordre culturel et individualité se rejoignent et se nouent7 », au moins quand tout se passe bien. On atteint-là le principal objectif, celui de restituer au mieux une existence vécue. Qu’elle soit représentative ou non du monde dont elle est extraite ne lui donne pas une valeur particulière, l’essentiel étant dans la réalité même du matériau remonté à la surface de la mémoire. Le risque, dans cette quête qui implique une relation dialogique forte entre enquêteur et enquêté, est celui d’une incompréhension mutuelle, qui peut ouvrir la porte, progressivement ou brutalement, au refus de témoigner et au silence. Et il n’est rien de pire qu’une porte qui se referme irrémédiablement.

23Ce risque de porte qui claque, on l’imagine aisément dans la situation d’un témoignage oral. Mais il existe aussi bien dans un contexte de transmission écrite. Les prêtres qui fuient la Révolution n’ont pas tout dit de leur situation d’exilés, ils ont soigneusement calfeutré en leur for privé certains traumatismes liés aux troubles révolutionnaires et à leur départ précipité. De même, le négociant des Lumières Antoine-Jean Solier garde délibérément par devers lui les raisons profondes qui le font détester certains de ses parents, tel le cousin Jacques, et se montre pudique sur l’affection qu’il porte à sa mère. Ces silences-là sont définitifs et l’historien moderniste désespère de ne pouvoir faire parler ses témoins au-delà de ce que leurs archives lui laissent deviner.

24Autrement dit, l’interaction évoquée par Delphine Leroy ou Jérôme Gidoin – « c’est un témoignage que je lui ai presque arraché » – est interdite à certains chercheurs. La relation dialogique permet, en effet, l’émergence du sujet, lesté du bagage biographique qui fait tout l’intérêt de notre quête.

  • 8 Voir à ce propos Giovanni Levi, « Les usages de la biographie », Annales ESC, n° 6, 1989, p. 1325-1 (...)
  • 9 Natalie Zemon Davis, « AHR Forum : The Return of Martin Guerre. On the Lame », American Historical (...)

25S’il s’en tient-là, l’enquêteur n’est qu’un veilleur. Être plus que cela, un éveilleur pour ainsi dire, exige non seulement de susciter le récit, mais aussi de restituer le contexte historique et social dans lequel se déroulent les événements relatés8. C’est précisément ce que fait l’historienne seiziémiste Natalie Zemon Davis lorsqu’elle cerne au plus près le monde de Martin Guerre : il s’agit de « replacer une pratique culturelle ou une forme de comportement dans le cadre des pratiques culturelles qui sont celles de la vie au XVIe siècle9 ». Ce que Natalie Zemon Davis entreprend pour Martin Guerre est, bien sûr, à renouveler pour toute analyse de la mémoire d’autrui, même dans un passé plus immédiat. Selon Mechthild Gilzmer, par exemple, le récit de Luise Straus-Ernst ne prend sens qu’au regard de l’exil des Allemandes en France, et notamment des femmes juives qui fuient le nazisme à partir de 1933.

26Rester ou partir ? Les intellectuels roumains des années 60 ont choisi de rester en Roumanie et préféré l’émigration intérieure, doublée d’une dissidence par la littérature subversive. L’exil est, en effet, au cœur des textes réunis ici. Volontaire chez les prêtres qui tournent le dos à la Révolution et à un monde dans lequel ils ne se reconnaissent plus, volontaire aussi chez Antoine-Jean Solier dans un contexte de migration protestante de longue durée. Volontaire encore chez Elias Sanbar, qui fait le choix du vaste monde lorsque le retour à la terre natale devient enfin possible. Contraint et nostalgique chez les émigrés russes arrivés à Paris après la révolution bolchévique et dont les beaux textes imprègnent, nous dit Natalia Starostina, la littérature française de la Belle Époque d’un parfum doux-amer.

27Lorsqu’il est contraint, l’exilé reste plus souvent muet sur les raisons et les conditions de son départ, les contraintes, les difficultés et les blessures qui accompagnent cet arrachement ; le journal intime lui permet peut-être de se livrer davantage. Les émouvants textes de Paul Loeffler, Monique d’Hesse – alors enfant – et d’Abraham Dymentsztajn, écrits en France pendant « les années troubles » et présentés par Abdelhakim Rezgui, invitent à le penser.

  • 10 Cf. les articles de Mechthild Gilzmer, de Clara Lévy, de Natalia Starostina ou encore d’Abdelhakim (...)

28Plus difficile encore, le récit de la persécution : communautés discriminées, communautés anéanties, certaines minorités, juives au premier chef10, font le choix de se dire et laissent ainsi trace d’une existence fragile et parfois tragiquement brève. Récit douloureux, parfois retardé par l’acuité du souvenir ; récit nécessaire aussi, pour se (re)construire comme sujet aux yeux du monde, de soi-même et parfois de la loi. Les réfugiés passés par l’AVRE comptent sur leur récit de vie, adressé à l’Office français de protection des réfugiés et apatrides (OFPRA), pour obtenir un statut légal. Récit parfois aussi sublimé par la littérature, les riches corpus offerts ici par Clara Lévy et Natalia Starostina en témoignent.

  • 11 « Écrire au quotidien », CLIO, Histoire, Femmes et Sociétés, 35/2012, dossier coordonné par Isabell (...)
  • 12 Anna Seghers, Transit, Berlin, Aufbau Tb, 1993 (1944 pour la première édition).
  • 13 Cette hypothèse avait d’ailleurs trouvé confirmation dans un précédent numéro de Diasporas, « Étran (...)

29Parmi les nombreuses questions soulevées par les écrits en exil et qui intéressent l’ensemble des chercheurs en sciences humaines, celle du genre permet d’analyser à nouveaux frais aussi bien les contextes et conditions d’écriture que le contenu de la mémoire ainsi restituée11. Mechthild Gilzmer en fait une clé de son travail sur Luise Straus-Ernst, évoquant notamment la résistance singulière des femmes dans l’exil. Est aussi relevée, notamment par l’écrivaine russe présentée par Natalia Starostina, Nadezhda Teffi, et par Anna Seghers dans son très beau roman Transit, leur capacité à rester éveillée dans l’adversité : « ce qui est éveillée en elle, c’est la force qui a peut-être été enfouie sa vie entière, et peut-être même des siècles, car personne n’avait besoin d’elle. Désormais, elle est à nouveau la femme des campagnes de guerre, des bannissements, des grandes invasions…12 ». Si l’on peut douter des aptitudes féminines naturelles à affronter l’exil, une telle expérience n’est pas exactement identique pour les femmes et les hommes13. Le récit de soi et la migration ont en commun d’offrir à des femmes la possibilité de s’affirmer en sujets autonomes et, comme le dit joliment Maria London citée par Delphine Leroy, d’« affirmer [sa] propre voix en continuant à restaurer le fil fragile de [son] histoire » ; d’advenir comme individue et comme un « nous », lié par des « choses intéressantes à raconter » et à se raconter.

30Notre souhait initial, lorsque nous avons proposé le thème « Écrire sa vie » à la revue Diasporas, était de réfléchir au double enjeu du « déracinement et enracinement » soulevé par nombre de scripteurs confrontés à l’exil. L’écriture expose, on l’a vu très souvent, la souffrance du départ, en forme de déchirure, de rupture, d’abandon, ou de fuite ; mais elle ouvre aussi la voie à la reconstruction de soi, de son histoire individuelle, familiale, voire communautaire ou nationale. La mise en mots et en ordre de son histoire permet un retissage du lien vital entre le monde connu, mais parfois perdu, de son passé, et celui, nouveau, inconnu et combien étrange, d’un présent qui reste à conquérir. Du souci de réalisme à la réinvention fantasmée de son destin, tous les chemins sont possibles pour parvenir à la restitution pleine et entière du chemin parcouru.

31Ces histoires « au ras du sol » ont souvent réveillé des « archives dormantes » (selon la formule chère à Pierre Goubert), qui auraient pu continuer à sommeiller sans la ténacité des « veilleurs-éveilleurs » que sont les chercheurs en sciences humaines. Leur découverte et leur mise en valeur offre aujourd’hui un éclairage singulier sur l’expérience quotidienne et parfois intime d’hommes et de femmes confrontés à la migration.

32Les auteurs sollicités ici nous ont entraînées bien au-delà du simple questionnement sur « déracinement et enracinement » proposé au départ de cette aventure collective. Nous souhaitons vivement que l’approche choisie – avant tout historienne, mais aussi bien ouverte à une certaine pluridisciplinarité – conçue dans un espace vaste et un temps long, puisse être propice à des lectures croisées, plus ou moins buissonnières, qui alimenteront à leur tour de nouvelles approches sur les écrits mémoriels en situation d’exil.

Haut de page

Notes

1 Pour l’Europe, on consultera les sites suivants qui témoignent d’une réelle volonté de fédérer les efforts des chercheurs en ce domaine : European Journal of life Writing (http://ejlw.eu/) ; First Person Writings in European Context (http://www.firstpersonwritings.eu/).
En France, voir le site désormais classique de l’Association pour l’autobiographie et le Patrimoine Autobiographique (http://association.sitapa.org) initiée par Philippe Lejeune, et celui du groupe de recherche sur les écrits du for privé de la fin du Moyen Age à 1914 dirigé par J.-P. Bardet et François-Joseph Ruggiu (www.ecritsduforprive.fr).
En Allemagne, le site du Deutsches Tagebucharchiv conserve nombre d’autobiographies dont certaines concernent des minorités, juives parexemple, et des migrants : http://www.tagebucharchiv.de/texte/nutzung.htm#recherchen.
En Suisse, voir le site de l’Association pour la conservation des Archives de la vie ordinaire (http://www.archivesdelavieordinaire.ch/) qui présente des fonds dont certains proviennent de migrants (fonds Domingos Moreira dos Santos http://www.archivesdelavieordinaire.ch/fonds_archives/detail/80). Voir également la base de données constituée par Kaspar Von Greyerz et son équipe à l’université de Bâle : http://selbstzeugnisse.histsem.unibas.ch/.
En Autriche, la « dokumentation lebensgeschichtlicher Aufzeichnungen » se trouve à l’adresse url suivante : http://wirtschaftsgeschichte.univie.ac.at/vereine/doku. Voir également ces deux sites : http://www.boehlau-verlag.com/newbuchliste.aspx?id=5 et http://www.univie.ac.at/Geschichte/sfn/.
En Italie, voir notamment le site de la Fondazione Archivio Diaristico Nazionale (FADN) : http://www.archiviodiari.org/index.php/ricerca-nel-sito.html.
En Espagne, voir en particulier le site du Red de archivos e investigadores de la escritura popular et de son séminaire (séminario interdisciplinar de Estudios sobre la cultura escrita) : www.siece.es. Pour la Catalogne, le site des chercheurs barcelonais sur la mémoire personnelle est en cours de construction : http://www.memoriapersonal.eu/.

2 Mohamed Dib, Les terrasses d’Orsol, Paris, La Différence, 2002.

3 Georges Gusdorf, Auto-bio-graphie. Lignes de vie 2, Paris, Odile Jacob, 1991, p. 480.

4 Sur cette question, et plus généralement sur les écrits ordinaires, voir les travaux dirigés par Daniel Fabre : Écritures ordinaires, Paris, POL, 1993 ; Par écrit, Ethnologie des écritures quotidiennes, Paris, éd. de la MSH, 1997. Et pour les périodes plus anciennes : Nicole Lemaitre, « Les livres de raison en France (fin XIIIe-XIXe siècles) », Testo & Senso n° 7, 2006 (www.testoesenso.it) ; Sylvie Mouysset, Papiers de famille, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, 2007.

5 Jean-Philippe Miraux, L’autobiographie. Écriture de soi et sincérité, Paris, Armand Colin, 2009, 3e édition, p. 89-90.

6 Propos cité par Daniel Fabre, Jean Jamin, Marcello Massenzio dans « Jeu et enjeu ethnographiques de la biographie », L’Homme, n° 195-196 consacré à l’« Auto-biographie, ethno-biographie », juillet-déc. 2010, introduction.

7 Ibidem.

8 Voir à ce propos Giovanni Levi, « Les usages de la biographie », Annales ESC, n° 6, 1989, p. 1325-1336.

9 Natalie Zemon Davis, « AHR Forum : The Return of Martin Guerre. On the Lame », American Historical Review, 93, 1988, p. 590. Propos cité par Giovanni Levi, op. cit., p. 1330.

10 Cf. les articles de Mechthild Gilzmer, de Clara Lévy, de Natalia Starostina ou encore d’Abdelhakim Rezgui.

11 « Écrire au quotidien », CLIO, Histoire, Femmes et Sociétés, 35/2012, dossier coordonné par Isabelle Lacoue-Labarthe et Sylvie Mouysset.

12 Anna Seghers, Transit, Berlin, Aufbau Tb, 1993 (1944 pour la première édition).

13 Cette hypothèse avait d’ailleurs trouvé confirmation dans un précédent numéro de Diasporas, « Étrangères », 2008, n° 11, coordonné par Isabelle Lacoue-Labarthe.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Isabelle Lacoue-Labarthe et Sylvie Mouysset, « La mémoire et l’oubli : écrire l’exil », Diasporas, 22 | 2013, 7-14.

Référence électronique

Isabelle Lacoue-Labarthe et Sylvie Mouysset, « La mémoire et l’oubli : écrire l’exil », Diasporas [En ligne], 22 | 2013, mis en ligne le 01 septembre 2013, consulté le 16 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/diasporas/204

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Diasporas – Circulations, migrations, histoire est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaires du Midi
  • Logo Framespa
  • OpenEdition Journals