Navigation – Plan du site

Les jours sans fin (présentation de la photographie de Vincent Cordebard, en couverture)

Never-ending days (a presentation of the photograph for this edition’s cover by Vincent Cordebard)
Philippe Agostini et Thierry Girard
p. 15-19

Texte intégral

1Un regard, une histoire, la beauté du regard, l’horreur de l’histoire : dans les yeux, sur le corps dont on ne peut imaginer ce qu’il a subi, un récit… sans mots. Juste un regard.

2Deux textes sont présentés ici : celui du peintre Philippe Agostini1 et celui du photographe Thierry Girard2.

3Après leur lecture, on ne dialoguera plus jamais de la même manière avec cette jeune femme au corps strié par la plume de Vincent Cordebard3… Il n’y aura plus de mots pour dire l’émotion. La beauté est-elle fille de l’horreur ? Juste une histoire, terrible histoire d’une femme, enfermée, délivrée dans son exil intérieur, le secret d’un regard.

4Cette photographie appartient à un ensemble exposé en 2009 au Mémorial Charles De Gaulle (Colombey-les-deux-églises)4. Nous remercions très vivement son auteur, Vincent Cordebard, d’avoir autorisé sa publication et de nous avoir accompagnées dans sa présentation.

*

5Figer le mouvement d’un corps balancé au fond d’une fosse décomposer en une succession d’images fixes quelques plans de films réalisés pour rendre compte de l’innommable stopper la chute retenir effaré la beauté d’un visage mutilé figer le mouvement d’un visage sans fin masque carcasses au fond d’une fosse stopper la chute retenir effaré la beauté décomposer en une succession d’images l’innommable repasser en boucle le balancement du cadavre écartelé secoué l’os sous la chair la douceur du regard masquant la douleur de l’innommable stopper la chute le pas de danse et l’écart en boucle le balancement d’un corps au fond d’une fosse retenir effaré la beauté l’os sur la chair la douceur du regard stopper la chute sans fin des jours et des nuits du froid ongles rognés carcasses sur la paillasse en une succession le corps la fosse au fond et l’écart en boucle d’un masque serein malgré la douleur encore effaré par l’innommable la beauté balancée stoppée sans fin rendre compte de l’innommable de l’os dans la douceur de la chair mutilée mis à jour dans la fosse figer pour retenir l’insaisissable cocher les jours comme les corps sans fin la beauté mutilée et le visage décomposé repasser en boucle le corps effaré compter les jours les fosses les nuits les ongles le froid de la chute en quelques plans décomposés

Philippe Agostini
http://ap.over-blog.org.over-blog.org/​article-les-jours-sans-fin-37317986.html

L’homme stupéfait

6J’ai sur le mur de mon atelier l’une des versions de l’image qui a servi de carton d’invitation à l’exposition de Vincent Cordebard. Visage étonnamment serein d’une femme filmée par ses bourreaux nazis, avec ce léger sourire qui n’est évidemment pas celui de la complicité ni du consentement, mais le sourire du mépris jeté à la face de son assassin – de l’assassin assassiné en quelque sorte. Sur le plan suivant, la caméra descend vers la poitrine nue de la jeune femme, et dévoile les marques scrofuleuses sur la peau, caractéristiques de ce qu’entreprenaient les médecins nazis dans les camps – ou dans ce tristement célèbre château de Hartheim, près de Linz en Autriche, où les expérimentations médicales les plus démentes étaient menées. On pourrait presque oser dire que cette jeune femme au sourire énigmatique est une sorte de Joconde de l’Horreur absolue et de l’Innommable. Elle regarde non seulement celui qui la filme, mais elle nous regarde aussi, par-delà la caméra, le temps et l’Histoire ; elle regarde ceux qui la verront ainsi un jour, elle le sait et ce sera sa vengeance. Elle n’est pas encore déchue, moins en tout cas que celui qui croit, au moment où il la filme, détenir sur elle le pouvoir de vie et de mort.

7Cela fait donc vingt ans que Cordebard a entamé sur cette poignée d’images un travail méthodique, lancinant, méticuleux qui consiste à recouvrir (c’est le terme qu’il emploie lui-même : recouvrement) ces photogrammes-palimpsestes d’écritures, de biffures, de numérations faites à l’encre de Chine, mais aussi de peintures diverses qui redessinent (rehaussent ?) les contours de leur tragédie. Dans la série intitulée Le Dénombrement des corps, il faut imaginer l’auteur penché pendant des heures sur un tirage de petite taille, rajoutant l’un après l’autre, sur toute la surface de l’image, des ensembles de cinq bâtons, tel un comptable ou un archiviste méticuleux, tel le prisonnier enfermé comptant les jours, mais surtout tel l’ascète ou le moine psalmodiant, jusqu’à l’oubli de soi, le même bref mantra dans une relation extatique et douloureuse avec le livre ou l’image sainte.

8Extraits de leurs films originaux, tirés à part en quelque sorte, ces photogrammes deviennent des documents énigmatiques, dont le contexte historique, le sens premier, peuvent échapper à ceux qui ne savent pas. Le risque est grand, aussi, de les voir sombrer dans la masse confuse des images de l’effroi et le grand cloaque de l’Histoire.

9Pour autant Cordebard se garde bien de vouloir faire un travail mémoriel : l’irruption de ces images dans son parcours intellectuel et artistique n’est pas liée à quelque devoir de mémoire stricto sensu qu’il se serait imposé, même si ce choix n’est pas indifférent. Elles viennent par nécessité dans une œuvre où s’opposent sans cesse l’horreur et l’innocence, la mort et la jouissance. À partir notamment de deux séries génériques qui sont L’Hypothèse de la guerre (1988-1989), mélange de photographies de gueules cassées, de charniers de la Grande Guerre et d’autoportraits ; et Les Noces d’opale (1986 – Collection du Frac Champagne-Ardennes), un travail de soustraction d’images à partir d’un portrait de groupe pris lors d’une noce dans les années 60 : le personnage central est une petite fille toute habillée de blanc, entourée d’adultes vêtus de noir, et sur les épaules de laquelle reposent les mains épaisses (crochues ?) d’une femme âgée, telle la Grande Faucheuse enserrant déjà l’enfant à peine pubère. Cette petite fille, « présumée innocente », va devenir également un personnage central de l’œuvre de Vincent Cordebard dans la mesure où son image, ou plutôt l’avatar de son image, va subir au fil des ans toutes les avanies de la représentation, de l’exacerbation de la douleur et de la mort à celle de la sexualité.

10L’œuvre de Vincent Cordebard, telle qu’elle se présente aujourd’hui, dans son corpus à la fois photographique et pictural, est ontologiquement licencieuse, au sens où Sade, Bataille, Lautréamont sont licencieux : dans sa manière d’évoquer tout uniment la mort et la sexualité, la chair vive et la chair pourrissante, l’horreur et la jouissance, le désir et l’effroi, l’innocence et la perversité.

11Les Jours sans fin, c’est en fait la réunion de plusieurs séries distinctes et parallèles, s’échelonnant dans le temps et reprenant de fait le même ensemble d’images génériques : La Topographie du Paradis (1989-1994) est la plus ancienne, celle qui inaugure ce nouveau corpus ; puis, Les Rendez-vous manqués et Les Chairs étrangères qui sont concomitantes, et enfin Le Dénombrement des corps (2004-2009) qui clôt cette longue période ; avec en point d’orgue un triptyque de trois peintures, Arrêt sur image, où, ayant évacué définitivement le support photographique, Cordebard reprend une dernière (ultime ?) fois la forme exsangue, mais déréalisée, dématérialisée, du cadavre à la manière d’un Soutine ou d’un Bacon peignant des animaux ou de la viande.

12Rares sont les textes de Vincent Cordebard, et ceux-ci, lorsqu’ils existent, sont comme son œuvre : comptés, denses, concis. De cette œuvre âpre, violente, provocante – dont des déclinaisons précédentes, telles Les Attentats à la pudeur ou les Conversations faites à un enfant mort suscitèrent l’ire de certains lorsqu’elles furent exposées – il ne faut guère attendre quelque justification de la part de l’auteur, par ailleurs excellent pédagogue et subtil analyste des œuvres des autres ; si ce n’est de manière incidente, décalée, périphérique, contournée, par le biais d’une citation – possiblement hermétique – balancée comme incipit, ou dans le foisonnement d’une conversation décapante, faite de tout et de rien, de métaphysique et de profane, où le trait d’esprit, la plaisanterie, la contre pétrie, peuvent jaillir à tout moment, comme si le rire, la provocation, la licence, l’incorrection se devaient d’être des adjuvants et des contre-feux nécessaires à toute pensée rigoureuse et profonde.

13Pour présenter cet ensemble, Cordebard cite Le Caravage : « Tout tableau est une tête de Méduse. On peut vaincre la terreur par l’image de la terreur ». Il rajoute : « Ce qui nous anime et procure énergie à notre singularité est dans cette dispute, sans cesse renouvelée, entre effroi et jouissance. Cette même dispute est – a contrario – la cause de notre stupéfaction ». « L’homme obstupéfactus est métamorphosé en imago de tombe » écrit Pascal Quignard. C’est entre deux gouffres que l’homme doit renaître…. chaque jour….. sans fin ».

14Vincent Cordebard, alias René Leplus – celui qui a gagné une vie supplémentaire –, sait ce que signifie renaître, depuis qu’une greffe du rein l’a sauvé en 2002 de morts et d’opérations à répétition en laissant malgré tout son corps couturé en tout sens, affaibli et longtemps sans force aucune. La douleur physique personnelle, l’épée de Damoclès de la mort, suspendue au-dessus de la tête de l’artiste pendant des années, n’expliquent pas toute l’œuvre, mais elles l’accompagnent. Elles disent aussi a contrario l’extrême désir de vie, puisque pour survivre il faut aussi en avoir la volonté et le goût sans fin des jouissances passées et sublimées. C’est ce qu’expriment aussi les dernières œuvres picturales, où l’image récurrente de la petite fille est devenue celle d’une femme mûre, en chair, affirmant son extrême présence, sa provocation superbe et sublime, malgré et par le geste de celui qui la peint.

15En guise de conclusion (mais peut-on conclure ?), les premières lignes de l’avant-propos de Jean Clair en ouverture de son essai consacré à Méduse (Éditions Gallimard, 1989) : « Existe-t-il un lien entre l’horreur et la beauté ? Sont-elles irréductibles l’une à l’autre ? Ou bien la beauté est-elle fille de l’horreur ? Le beau n’est-il pas la parade imaginée par l’homme pour contenir l’horreur ? Pourquoi la peinture parmi d’autres arts, s’est-elle si souvent complu à figurer l’horreur lorsqu’elle représente, siècle après siècle, la décollation du Baptiste, d’Holopherne, ou du Goliath ? Pour quelles raisons le sang qui dégoutte de ces chefs tranchés, une fois représenté, devient-il objet d’admiration, couleur rubiconde et réjouissante à l’œil ? ».

Thierry Girard
http://wordspics.wordpress.com/​2009/​11/​15/​lhomme-stupefait/​

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Philippe Agostini et Thierry Girard, « Les jours sans fin (présentation de la photographie de Vincent Cordebard, en couverture) », Diasporas, 22 | 2013, 15-19.

Référence électronique

Philippe Agostini et Thierry Girard, « Les jours sans fin (présentation de la photographie de Vincent Cordebard, en couverture) », Diasporas [En ligne], 22 | 2013, mis en ligne le 01 septembre 2013, consulté le 17 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/diasporas/207 ; DOI : 10.4000/diasporas.207

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Diasporas – Circulations, migrations, histoire est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaires du Midi
  • Logo Framespa
  • OpenEdition Journals