Navigation – Plan du site
Retour au temps long

Des sciences et des savoirs en mouvement : réflexions historiographiques et enjeux méthodologiques

Sciences and Knowledge in Movement: Historiographical Reflections and Methodological Stakes
Antonella Romano
p. 66-79

Résumés

Interroger mobilité et circulations dans l’étude des sciences relève de questionnaires récents, en relation avec les mutations profondes qui ont affecté le domaine traditionnellement désigné sous le label d’histoire des sciences. Il a en effet fallu s’intéresser aux acteurs qui la font, à leurs pratiques, aux types de communication qu’ils fabriquent et négocient, bref à l’analyse des savoirs comme processus, pour saisir du mouvement ou des déploiements spatiaux, qui ont pu en être constitutifs. Avant qu’émerge cette nouvelle sensibilité historiographique, les sciences étaient davantage étudiées en fonction de leur universalité dont rendait compte l’essor de la science moderne. L’article explore les multiples voies par lesquelles se recompose aujourd’hui un agenda de travail qui invite à repenser, au-delà de la science et des savoirs, les relations de l’Europe et du monde entre le xvie et le xviiie siècle, les relations entre les sciences sociales aujourd’hui.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Antonella Romano, La contre-réforme mathématique. Constitution et diffusion d’une culture mathémati (...)
  • 2 Symptomatique de tout le chemin qui reste à faire pour intégrer l’histoire des sciences dans celle (...)

1La réflexion qui suit s’ancre sur une expérience de travail centrée sur l’histoire des sciences et des savoirs des xvie et xviisiècles, qui correspondent à ce qu’il est traditionnellement convenu d’appeler l’âge moderne, mais dont l’analyse, par les historiens, comme âge de la modernité n’a pas été sans lien avec ce que l’histoire des sciences a identifié comme le tournant de la révolution scientifique. C’est du lien constitutif entre la modernité comme période et le moderne comme objet que se nourrit mon travail, c’est ce lien qu’il cherche à étudier, sur la base d’une série de problèmes : d’abord l’enseignement des mathématiques dans les collèges jésuites de la Renaissance, puis la production des savoirs des missionnaires entre Europe, Chine et Nouveau Monde entre xvie et xviiie siècles1. Il rend compte de l’élargissement des espaces de la recherche, de l’Europe au monde, et des modalités à travers lesquelles l’enquête sur les « sciences » a trouvé auprès de l’histoire sociale, dans les années 1970, puis de la sociologie des sciences, à partir des années 1990, des instruments d’analyse qui se sont imposés comme outils partagés et ont permis de saisir et d’interroger l’historicité de la science moderne2.

  • 3 Gisèle Sapiro (dir.), L’espace intellectuel en Europe. De la formation des États-nations à la mondi (...)

2C’est dans ce contexte mouvant que, à des rythmes et selon des configurations différentes en fonction des pays et des communautés intellectuelles, sont nées les interrogations sur la circulation des sciences et des savoirs, interrogations sur lesquelles cette contribution voudrait s’arrêter. Si la tendance actuelle à l’accélération de l’internationalisation de nos pratiques et de nos interlocuteurs tend à estomper le poids des configurations nationales ou locales3 dans lesquelles se forment les dispositifs et questionnaires de la recherche, il n’en demeure pas moins que nos travaux demeurent profondément situés et que l’explicitation du lieu de l’énonciation permet de rendre compte et prendre acte, pour qui écrit, des biais qui accompagnent le développement d’un raisonnement. Ainsi, proposer une réflexion historiographique, forcément limitée, sur la question des circulations et des mobilités en histoire des sciences et des savoirs, a à voir d’une part avec le type d’objet et de période sur lesquels on travaille et d’autre part avec un ensemble de références, qui met d’emblée en jeu des manières de faire, qui eux-mêmes renvoient à des choix épistémologiques et historiographiques. Les pages qui suivent relèvent de ce point de vue situé.

  • 4 On peut renvoyer à l’article qui ouvre le premier numéro de la revue Isis, créée en vue de constitu (...)

3Interroger mobilité et circulations dans l’étude des sciences relève donc de questionnaires récents : il faut en effet s’intéresser aux acteurs qui la font, à leurs pratiques, aux types de communication qu’ils négocient, bref à la fabrique des savoirs comme processus, pour saisir du mouvement ou des déploiements spatiaux. Avant qu’émerge cette nouvelle sensibilité historiographique, les sciences étaient davantage étudiées en fonction de leur universalité, une universalité essentialisée et, par définition, de matrice occidentale4. De cette compréhension découlait aussi une perspective diffusionniste sur le développement de la science moderne, qui reste encore aujourd’hui largement partagée.

De l’immobilité en héritage aux réseaux et circulations

  • 5 Jusque dans un passé récent, et d’une certaine manière encore à présent, l’histoire des sciences es (...)
  • 6 Parmi les exemples de grands corpus, on peut renvoyer à celui de Galilée, dont les Opera Omnia fure (...)

4En effet, longtemps l’approche des sciences et de son histoire a consisté à conserver, commenter ou étudier des énoncés universels et donc immobiles, qui visaient à rendre compte des lois de la nature, abordées dans le cadre de catégories disciplinaires héritées de la Grèce ancienne5. Ces énoncés, émis par des figures exceptionnelles, puisque porteuses de vérité, étaient au cœur des corpus de ces grands savants, et leur étude constituait le cœur de métier de ceux qui en faisaient l’histoire6.

  • 7 C’est pourquoi certains travaux ont mis l’accent sur la matrice humaniste de la révolution scientif (...)

5La conservation de ces corpus s’est faite par copies à travers les siècles, puis, avec la « révolution de l’imprimé », la mise en forme par le livre a provoqué un type d’opération que le xvisiècle européen a largement contribué à façonner en en indiquant les règles. Il a, ce faisant, renforcé l’idée selon laquelle la forme imprimée était la forme première des corpus et que l’édition princeps avait valeur d’original qui effaçait la trace de toute construction dans l’opération éditoriale. Par ailleurs, l’édition participait à l’amélioration de la rigueur scientifique par la stabilisation du texte à travers une nouvelle technique de reproduction qui limitait l’erreur humaine. Elle s’inscrivait ainsi dans une forme de sacralisation de l’écrit, justifiant le primat de son étude au détriment d’autres aspects de la vie scientifique7. Le primat du texte et de l’écrit était rappelé dans l’édition des correspondances, établies elles aussi comme sources complémentaires, dans l’explication des contenus des livres. Le domaine de l’histoire des sciences s’est ainsi construit sur un socle textuel déterminé, considéré aussi comme la source légitime, voire unique du travail de l’historien des sciences, qui consistait dans le face-à-face avec l’expression de la pensée scientifique d’une époque.

  • 8 Ceci explique aussi sans doute le succès du genre biographique parmi les historiens des sciences. V (...)
  • 9 On renverra ici aux exemples donnés par Lisa Roberts, « Situating science in global history. Local (...)
  • 10 On peut prendre, pour l’espace français, au début du xxsiècle, Pierre Duhem, Le système du monde. (...)

6Cette conception a porté avec elle deux conséquences importantes : d’une part, l’histoire des sciences, comme celle de la philosophie, a été celle des noms qui ont façonné les doctrines ou les concepts. Aussi, dans la lignée d’une tradition remontant également à l’antiquité, l’histoire des sciences s’attachait-elle à rendre compte de la vie des grands génies qui l’avaient façonnée ; des vies exemplaires, revivifiées par l’historiographie de la Renaissance8. D’autre part, et sur un mode complémentaire, la formation de ces corpus a pu étayer l’essor du grand récit de son développement, inscrit dans la longue durée : depuis la Grèce ancienne jusqu’au présent, l’histoire des sciences s’est donnée à lire comme le déploiement d’une longue fresque – dont les synthèses des années 1950, stimulées par la généralisation de l’enseignement de cette discipline, notamment aux États-Unis, ont parfois tendu à offrir une image caricaturale9. Il revenait alors à chaque chercheur d’apporter sa contribution en se spécialisant dans un moment clé, une figure centrale, en fonction de grands découpages disciplinaires rétrospectivement projetés sur ces moments et ces figures10.

7En d’autres termes, longtemps, l’histoire des sciences a été une histoire sans contexte, dont les acteurs étaient des auteurs, voire des héros ; une histoire hors sol, inscrite dans un paysage intellectuel clairement balisé par des frontières – entre vérité et erreur, science et croyance, rationalité et superstition – intemporelles.

  • 11 Voir l’introduction de son ouvrage de synthèse, Du monde clos à l’univers infini, Paris, Gallimard, (...)
  • 12 Charles Webster, The Great Instauration. Science, Medicine and Reform, 1626-1660, Londres, Duckwort (...)
  • 13 De Jacques Roger, on retiendra en particulier, sans réduire son œuvre, Pour une histoire des scienc (...)
  • 14 Voir, dans les Annales, l’enregistrement de tels changements, avec la publication du dossier « Hist (...)

8Certes, entre Jules Michelet et Pierre Duhem, entre ce dernier et René Taton, un siècle s’est écoulé et l’agenda de travail s’est infléchi et des approches plus attentives aux contextes ont émergé : selon le programme esquissé par Alexandre Koyré dès les années 195011, selon celui mis à l’œuvre dans le travail de Charles Webster au sein du Welcome Trust Unit dans les années 197012, ou celui de Jacques Roger dans les années 198013. De ce point de vue, on peut dire que, dans les trente dernières années, l’étude des sciences de l’âge moderne, en France, s’est développée à l’ombre des grands chantiers qui ont porté l’essor de l’histoire plus généralement : ceux du tournant culturel notamment, dont les objets de prédilection ont été le livre et la lecture, la représentation des savoirs, les formes et les dynamiques de la sociabilité14.

  • 15 Voir note 2. Les deux auteurs avaient co-signé, dès 1988, un livre intitulé, Leviathan and the Air- (...)
  • 16 Voir, en outre, Michel de Fornel et Cyril Lemieux, Naturalisme versus constructivisme, Paris, Éditi (...)
  • 17 Voir la traduction française du texte de David Bloor, Socio-logie de la logique ou les limites de l (...)
  • 18 On rappellera que la collection « Textes à l’appui », éditée par les éditions La Découverte, a pour (...)
  • 19 Pierre Bourdieu, Les usages sociaux de la science. Pour une sociologie clinique du champ scientifiq (...)

9Il serait cependant incorrect de chercher dans les seules ressources de la discipline historienne les grandes inflexions qui ont permis à l’histoire des sciences de se centrer sur les mobilités : depuis une vingtaine d’années, elle a aussi trouvé ses outils en sociologie, et notamment la sociologie des sciences, qui s’est installée dans un paysage conquis depuis peu par l’histoire. Alors que l’actualité éditoriale, en France, témoigne de la reconnaissance tardive de la sociologie des sciences de facture britannique15, on peut, sans prétendre à l’exhaustivité, identifier un moment de floraison du débat intellectuel dans ce même milieu des années 1990 marqué notamment par la traduction française du texte de Ian Hacking, Entre science et réalité. La construction sociale de quoi ? (1999), qui faisait écho à la grande ligne de fracture qui séparait constructivistes et naturalistes16. L’histoire des sciences s’est trouvée confrontée à une sociologie des sciences multiple, dans la lignée du programme lancé par l’école d’Édimbourg17, plus anthropologique selon une ligne d’analyse développée par les travaux de Bruno Latour18, plus d’inspiration marxiste, dans le cadre des travaux de Pierre Bourdieu, dont l’un des derniers livres, en 2001, Science de la science et réflexivité, portait sur les mêmes questions19.

  • 20 Michel de Certeau, « Lire : un braconnage », L’invention du quotidien I : Arts de faire, Paris, UGE (...)

10Ces évocations succinctes permettent d’expliquer l’inflexion des paradigmes de la recherche en histoire des sciences, dans les trente dernières années, qui a pointé de nouveaux objets, ceux de la nouvelle histoire des sciences (les institutions formelles et informelles du savoir, la cour, le jardin botanique, la ville), de nouvelles questions (l’objectivité, l’expérience) et de nouvelles méthodes (comme les études de controverses). La liste des travaux ainsi produits et des généalogies de leurs fabriques, toujours plus complexes à mesure que l’historien/ne des sciences braconnait de plus en plus loin de ses terres d’origine, serait trop longue à établir20.

Des lieux, des échelles et des circulations de savoirs

  • 21 C’est à dessein que je reprends ici l’expression « aires culturelles », qui mériterait de longues a (...)

11Ainsi, pendant longtemps, la question des circulations en histoire des sciences n’est pas allée de soi, et il a aussi fallu que se recomposent des questionnaires issus de différents horizons de la recherche pour qu’elle joue un rôle devenu aujourd’hui central. Un premier massif de travaux, en littérature notamment, à avoir porté la problématique des circulations, tout en ayant aussi des conséquences sur le paysage de l’histoire des sciences, a été l’étude des transferts culturels, née dans le cadre précis des travaux sur l’aire culturelle germanique. Avant de croiser celui sur les métissages culturels nés dans d’autres aires culturelles, telles que l’Amérique hispanique ou l’Asie, cet ensemble de propositions explicitement centré sur les circulations restait encore cantonné à l’Europe21.

  • 22 C’est à Daniel Roche que l’on doit une première réflexion sur les « choses » : Histoire des choses (...)
  • 23 Ici encore il sera impossible d’être exhaustif, mais sur les réseaux marchands, la tradition est an (...)
  • 24 Bruno Latour avec la collaboration d’Emilie Hermant, « Ces réseaux que la raison ignore. Laboratoir (...)

12Les migrations, les échanges ou les trajectoires au long cours d’hommes, d’objets ou de choses ont également commencé à pointer dans d’autres domaines (eux aussi intéressés aux réseaux) moins savants et plus marchands ou plus confessionnels mais où la production des savoirs prenait toute sa place : parmi les économistes et les historiens de l’économie22 ; parmi les sociologues, qui s’emparaient de cette question en fonction des horizons contemporains de la recherche et pour comprendre les formes de la socialisation et de la communication. Eux aussi ont lu les sociétés contemporaines à l’aune des réseaux, et en ont développé des outils d’analyse et de représentation, ou mis au point des théories23. De nouvelles zones de contact s’esquissaient entre approches disciplinaires, par exemple lorsqu’en 1996, Bruno Latour participait à un volume collectif consacré à une nouvelle histoire des bibliothèques, et mettait en avant une lecture des bibliothèques comme « centres de calculs », animant et articulant des flux d’informations, qui allaient ensuite être au cœur de sa théorie de l’acteur-réseau24.

  • 25 Des travaux de Daniel Roche sur les académies de province et sur les formes de la sociabilité savan (...)
  • 26 Roger Guesnerie et François Hartog (dir.), Paris, Éditions de l’EHESS, 1998.
  • 27 Katharine Park, Lorraine Daston (dir.), op. cit.

13Pourtant, quand elle a fait surface, ici ou là, la question des mobilités s’est principalement posée dans le cadre d’une géographie européenne directement héritée du grand récit de la révolution scientifique. Toute ouverte qu’elle fût aux science studies, l’historiographie britannique du xviisiècle, voire plus généralement de l’époque moderne, est restée massivement centrée sur l’Angleterre, sur Londres, sur la Royal Society. En France, à partir de l’histoire, elle s’est nourrie des recherches de Daniel Roche sur la « république des lettres » dont l’épicentre était la France et ses réseaux centrés sur l’Europe occidentale25. En d’autres termes, pour autant que les manières de faire l’histoire des sciences aient changé, la cartographie implicite de cette histoire est restée la même : celle qui a associé rationalité, science et Occident, dont on a esquissé les sources et les fondements plus haut ; et encore nombre de travaux parmi les plus récents n’ont pas mis en question cette cartographie implicite. Au milieu des années 1990, le collectif Des sciences et des techniques, un débat26, constitue un bon indicateur des transformations de l’histoire des sciences et des techniques : publié en France, il enregistre cependant l’état des lieux d’une communauté savante devenue fortement internationale. Dans ce volume, comme dans les travaux consacrés à la période moderne, peu de recherches concernaient des territoires distincts de ceux hérités de l’agenda traditionnel : l’Italie de la Renaissance, l’Angleterre et la France de l’âge classique et des Lumières. L’Europe septentrionale, orientale ou ibérique était absente et les océans n’avaient pas encore été franchis par les travaux les plus novateurs. La publication, en 2005, du troisième volume de la Cambridge History of Science, consacrée à l’âge moderne, ne modifiait pas ce constat27.

  • 28 C’est ce dont témoignent les travaux de Shapin et Schaffer, Steven Shapin, op. cit., ou de Mario Bi (...)
  • 29 Pour une analyse plus détaillée, voir Antonella Romano, « Jésuites et science moderne. Les voies eu (...)
  • 30 George Basala, « The Spread of Western Science », Science, 1967, n° 156, p. 611-622. Sur la persist (...)

14En bref, à l’horizon du troisième millénaire, des études renouvelées sur la Royal Society ou sur Galilée intégraient largement les nouveaux paradigmes de la recherche ; elles permettaient de mettre profondément en discussion le récit de la révolution scientifique ; elles faisaient émerger un ensemble de nouveaux praticiens, des boutiquiers et artisans aux commerçants et missionnaires ; elles dessinaient des histoires en formes de réseaux et de centres de calcul28. Presque aucune de ces recherches n’interrogeait cependant, sur le fond, l’a priori de la constitution occidentale de la modernité par l’avènement de la science moderne et sa matrice européenne29. À cet égard, le modèle diffusionniste articulé sur le couple centre-périphérie a longtemps fait figure de schéma explicatif pour rendre compte de la domination universelle de la science occidentale. Le binôme centre-périphérie s’est imposé, voire s’est trouvé renforcé comme modèle d’analyse que proposaient les transferts culturels, et a continué à fonctionner comme la catégorie spatiale la plus utilisée par l’histoire des sciences, tout en ayant été le moins remis en question, d’autant moins qu’il trouvait facilement à s’intégrer dans le grand récit de l’émergence de la science moderne30.

15La dernière décennie a profondément entamé celui-ci : de nouveaux défis ont été récemment adressés à cette histoire et à ses a priori spatiaux. Encore une fois, ces défis trouvent leurs sources dans différents types d’interrogations, qui ont pu nourrir ce qu’on appelle le « tournant spatial » des sciences sociales. Je les distinguerai pour la clarté de la présentation, sans pour autant ignorer leurs croisements.

  • 31 Voir par exemple, à propos de la Renaissance, Gabor Almasi, The Uses of Humanism. Andreas Dudith (1 (...)

16Le premier défi a porté sur la notion d’Europe. Il n’est plus à démontrer aujourd’hui que l’historiographie est la fille de son temps et qu’elle porte les questions qui jalonnent son présent : que les recherches sur les circulations fassent écho à une construction européenne pensée comme celle de la libre circulation des hommes, des produits et des capitaux est devenu un truisme ; de la même manière, et notamment après 1989, un premier pas dans la reconfiguration et dans l’élargissement de l’espace européen de la science a été franchi avec l’inclusion des « marges méditerranéennes occidentales », puis des marges de l’Europe centrale et orientale, repensée comme partie intégrante d’une Europe moderne profondément marquée par l’Empire des Habsbourg31.

  • 32 Voir Efthymios Nicolaidis, « Scientific exchanges between Hellenism and Europe. Translations into G (...)
  • 33 À titre d’exemple, Simon Werrett, Fireworks. Pyrotechnic arts and sciences in European history, Chi (...)
  • 34 Sur l’Empire ottoman, Giancarlo Casale, The Ottoman Age of Exploration, Oxford, Oxford University P (...)

17C’est en ce sens que la Grèce, dont l’histoire est à la fois celle du berceau de la civilisation européenne et de sa science, de la constitution d’une christianité orthodoxe, de la tête de pont occidentale de la civilisation ottomane, puis de l’indépendance précoce dans le cadre du processus complexe d’engendrement des États-nations, peut aujourd’hui trouver toute sa place au cœur de la réflexion sur les multiples remodelages de l’histoire des sciences et des savoirs, en fonction de processus qui ne seraient pas simplement linéaires et continus32. Les travaux sur le monde russe et l’Europe centrale méritent eux aussi toute notre attention, dès avant le moment des Lumières33. C’est en sens aussi que l’Empire ottoman et ses multiples contacts avec le reste du continent européen d’une part, et de l’Asie d’autre part, invitent à repenser les cadres de la recherche34.

18Ces travaux et les débats qui les ont accompagnés ont conduit non seulement à repenser l’Europe, mais aussi à formuler de nouvelle manière la question de la matrice européenne de la science moderne : si, en fonction des déterminations historiques que j’ai hâtivement esquissées, il est aisé de dire qu’avec la Grèce, on est dans un cadre d’histoire européenne (malgré la longue phase d’appartenance de la zone à l’Empire ottoman), pourquoi est-ce plus compliqué, voire impossible, pour la Turquie ? En fonction de quels critères inclure ou rejeter la Russie ? En ce sens, la multiplication des travaux sur les espaces marginaux ou périphériques de la « république des lettres et des sciences » n’a fait que confirmer combien le schéma de la « révolution scientifique » était peu susceptible de rendre compte de la complexité des logiques de production des savoirs, en fonction de dynamiques du jeu de l’échange irréductibles aux cadres politiques de leurs temps et au schéma centre-périphérie.

  • 35 Benedict Anderson, Imagined communities. Reflections on the origin and spread of nationalism, 1983 (...)
  • 36 À propos de l’Europe balkanique ou orientale, voir les livres fondamentaux de Larry Wolff, Inventin (...)

19Mais c’est aussi le travail des politistes interrogeant les cadres et les fondements des identités politiques qui a été abondamment mis à contribution pour repenser l’Europe : celui de Benedict Anderson sur les communautés imaginées35 a alimenté des questionnaires fructueux sur les frontières d’Europe36. Au-delà de l’Europe, les approches proposées par Anderson rejoignaient celles des anthropologues remettant à l’ordre du jour la question de la modernité et de son enracinement occidental, en posant à nouveaux frais les questions de la subalternité, nourries des textes de Gramsci, mais abordées sur un mode distinct de celui de la microstoria, par exemple. Les perspectives postcoloniales élaborées dans le monde anglophone n’ont fait leur apparition que tardivement dans le débat français et leur influence sur l’histoire des sciences n’en a été que plus faible.

  • 37 De ce débat, les historiens sont familiers depuis Marc Bloch, « Problèmes d’Europe », Annales d’his (...)
  • 38 La première référence serait Michael Werner et Bénédicte Zimmerman (dir.), op. cit., dont une contr (...)
  • 39 Edward Said, Orientalism, Londres, Penguin Books, 1978 (trad. française, Paris, Seuil, 1980) ; Homi (...)
  • 40 Jack Goody, The Theft of History, Cambridge, Cambridge University Press, 2006 (trad. française, Par (...)
  • 41 Dipesh Chakrabarty, Provincializing Europe : Postcolonial Thought and Historical Difference, Prince (...)

20On a ainsi pu assister à un processus de dés-essentialisation de la notion d’Europe par des travaux qui ont permis d’en historiciser l’approche37, d’en mettre en lumière la nature construite – et donc instable – en fonction de flux d’échanges qu’il fallait qualifier, quantifier ou modéliser. Les espaces n’étaient pas donnés, il convenait de les produire : comme résultantes des transferts culturels, en fonction de circulations croisées et connectées, se constituaient des zones d’échanges variables et à redéfinir dans le cadre de chaque enquête. La problématisation des approches mises en œuvre dans ces différentes historiographies a systématiquement permis, au-delà de leurs oppositions, de révéler les différents types de dépendances qui affectaient les unités d’analyse prises en considération38. Mais il a fallu plus de temps pour que la critique de l’eurocentrisme constitutive des approches postcoloniales s’empare de l’histoire des sciences : relancée dès les années 1970 par les livres de Edward Saïd, Ohmi Bhabha, Arjun Appadurai39 ou Jack Goody, cette critique – dont on rappellera ici la récente et provocatrice proposition de repenser l’histoire à partir de la catégorie d’espace eurasiatique, une histoire obscurcie par le vol, par les Européens, de l’écriture de l’histoire40 – n’a été prise au sérieux qu’à partir de la proposition de « provincialisation de l’Europe » pour reprendre la formule choc de l’historien Dipesh Chakravarty41.

  • 42 Sur les échelles de l’analyse et leur pouvoir épistémologique, Jacques Revel, « Micro-analyse et co (...)
  • 43 Une des expressions les plus explicites de la nouvelle articulation des fondements de la science mo (...)

21Ainsi, au seuil du xxisiècle, l’opération historiographique majeure qui inaugure un nouveau tournant dans l’analyse du passé comme du présent correspond à la prise en compte d’une nouvelle échelle d’analyse, celle du globe, en écho à tous les travaux précédents qui avaient conduit à introduire le local dans la recherche, et à faire de cette échelle-là l’une de celles à partir de ou avec lesquelles écrire l’histoire, y compris celle des sciences42. La montée en force, aujourd’hui, de l’histoire globale constitue le revers de la médaille frappée ainsi dans la vaste forge des études postcoloniales. Car, si en effet l’Europe peut être retravaillée sur l’établi de l’historien comme construisant le reste du monde en même temps qu’en étant construit par lui, alors l’échelle européenne de l’analyse cesse d’être le « maître »-étalon de l’écriture de l’histoire : à jouer avec les échelles, il convient de les intégrer toutes. Les enjeux théoriques liés à ce questionnement ne sont pas des moindres, y compris en termes de définition du geste de l’historien et leur discussion a des effets précis en histoire des sciences, puisque la prise en compte symétrique du local et du global produit à la fois la nécessité de
penser les catégories scientifiques européennes comme relevant d’un universalisme construit comme tel, soit comme d’une cosmogonie régionale, et de mettre la logique des échanges, asymétriques quant à eux, au cœur de l’analyse. De cette histoire en train de se faire, les circulations et le mouvement sont l’épicentre
43.

Le sens du globe

22Reste à comprendre comment les circulations (et lesquelles) ont contribué à la nouvelle donne de l’écriture de l’histoire des sciences de l’âge moderne.

  • 44 Serge Gruzinski, Les quatre parties du monde : histoire d’une mondialisation, Paris, Éditions de La (...)
  • 45 Jean-Marc Besse, Les grandeurs de la terre. Aspects du savoir géographique à la Renaissance, Lyon, (...)

23Si, comme on l’a vu, pendant le dernier siècle et demi, la focalisation de l’histoire des sciences sur l’époque moderne a aussi été celle de la quête des fondements de la modernité européenne à travers la « révolution scientifique », on peut porter aujourd’hui un autre regard sur ce moment de l’histoire, et chercher à abandonner la catégorie de « modernité » comme paradigme de l’analyse. Car la période considérée correspond aussi – autant – à ce que certains auteurs ont qualifié de première globalisation, dont on ne saurait cantonner les protagonistes à l’espace de l’Europe44. Au paradigme philosophique de la lecture de la nature dans le langage des mathématiques tant souligné par les travaux sur Bacon ou Galilée, on pourrait substituer non pas celui de la « découverte du Nouveau Monde » mais celui, spatial, d’une nouvelle intelligibilité du monde liée à la saisie par les hommes de l’écoumène comme système45. Par la possibilité d’englober, par des circulations humaines, la surface terraquée, et d’en prendre la mesure comme tout et ensemble disjoint de parties séparées par des masses océaniques, le xvisiècle a inauguré l’avènement d’un régime de globalité étendu à la Terre, dont l’histoire reste encore largement à écrire, mais qui nous intéresse particulièrement parce qu’il invite dès lors à repenser l’histoire des sciences de cette période.

  • 46 David Livingstone, Putting science in its place : geographies of scientific knowledge, Chicago, Chi (...)

24Alors l’hypothèse serait que l’histoire des sciences de l’âge moderne est celle d’une pluralité de systèmes de savoirs, dont la confrontation à l’échelle globale signe l’essor d’une nouvelle géographie des savoirs scientifiques et, par voie de conséquence, d’une nouvelle grammaire européenne des savoirs46.

25La nouvelle cartographie des sciences et des savoirs qu’il reste à esquisser se situe à la confluence de deux mouvements : d’une part, ce que j’ai cherché à pointer, dans les pages précédentes, à propos de la provincialisation de l’Europe ; d’autre part, la reconnaissance et l’essor des travaux sur les espaces non européens de la science, voire les sciences non européennes de l’époque moderne, dans le sillage des projets consacrés, dès l’après-Seconde Guerre mondiale, à la Chine ou au monde arabe, et qui ont trouvé dans le programme « Science et empires » un forum scientifique dont l’importance n’est aujourd’hui plus à démontrer.

  • 47 Voir Joseph Needham, La science chinoise et l’Occident, Paris, Seuil, 1973 [1969 pour l’édition en (...)

26Il n’a, en effet, pas fallu attendre la fin du xxsiècle pour voir apparaître des travaux sur les sciences des « civilisations » non européennes, comme en témoigne l’œuvre pionnière de Joseph Needham47. Il s’agissait moins, pour le biologiste britannique, à l’issue de la Seconde Guerre mondiale, de s’engager dans une entreprise critique vis-à-vis de l’histoire des sciences telle qu’elle se pensait dans cette période, que de constater, avec étonnement et admiration, l’existence d’une très grande tradition scientifique non occidentale, dont la comparaison avec celle de l’Occident a joué un rôle considérable dans sa compréhension même du monde qu’il abordait.

27« Mon objet est de décrire certains des contrastes saillants qu’on trouve entre les traditions européenne et chinoise […] », écrit-il dès l’introduction de The Grand titration, en 1969. Le type de comparatisme que sous-tendait la démarche de Needham devait rapidement mettre la question des échanges au cœur de l’agenda, sur un mode non exclusif, ni central, dès lors que la question autour de laquelle il bâtissait son œuvre portait moins sur les conditions de possibilités et les effets de ces circulations d’une civilisation à l’autre, que sur celle de ses non-effets sur le monde chinois lui-même :

  • 48 La science chinoise et l’Occident, op. cit., p. 58.

« Que ce furent des découvertes et des inventions chinoises qui [ébranlèrent le monde], nous le savons avec certitude ; qu’elles se soient transmises l’une après l’autre à l’Europe, nous pouvons le démontrer avec beaucoup de vraisemblance ; et voici le paradoxe extraordinaire : alors que nombre de ces découvertes, et même la plupart, secouèrent la société occidentale comme un tremblement de terre, la société chinoise, elle, montra une étrange capacité à les assimiler et d’en rester relativement inébranlée »48.

  • 49 Patrice Petitjean, Vladimir Zharov, Gisbert Glaser, Jacques Richardson, Bruno de Padirac, Gail Arch (...)
  • 50 Dans le domaine de l’histoire des sciences, quelques exemples parmi d’autres, qui sont loin de se r (...)

28Pourtant, au-delà de son travail, c’est tout un programme de recherche qu’il a porté, au sein de l’Unesco d’abord, dans le monde académique ensuite. Comme on le sait bien à présent grâce aux travaux qui lui ont été consacrés, c’est dans le sillage de cette réflexion que le programme « Science et empires » s’est développé, d’abord plus intéressé par l’époque contemporaine, puis visitant de plus en plus systématiquement l’époque moderne49. Sans pouvoir entrer dans le détail de l’analyse de toutes les thématiques qu’a générée un tel travail, il m’importe cependant de souligner la postérité de ce filon du point de vue de la mise en perspective des dynamiques circulatoires et de leur centralité dans le réagencement de la recherche en histoire des sciences. Ce réagencement a pu prendre appui sur l’essor des études impériales, creuset supplémentaire de la critique du modèle diffusionniste et du renforcement de l’entrée des savoirs locaux dans le champ de l’analyse50.

29Dès lors, peuvent se développer de nouvelles enquêtes qui inviteraient aussi à réfléchir sur les diverses configurations spatiales par lesquelles s’entrecroisaient différentes cosmogonies. Dans cette perspective, la science européenne pourrait aussi être lue comme un système de savoir qui, dans un moment précis de l’histoire globale, en a dominé d’autres, sur un mode négocié et conflictuel, dans le cadre d’un rapport politique le plus souvent asymétrique et de domination.

  • 51 L’annonce de la conférence était faite en ces termes : « Historiography has recently acknowledged t (...)
  • 52 Dans la lignée notamment des travaux d’Edward Said, op. cit. et de Dipesh Chakrabarty, op. cit.
  • 53 On renverra aussi à l’importante contribution de Christian Jacob (dir.), Les lieux de savoir, Paris (...)
  • 54 Alan Lester, Imperial networks : creating identities in nineteenth century South Africa and Britain(...)

30Les vieux paradigmes sur la base desquels s’est écrite pendant trois siècles l’histoire des sciences ont-ils donc été définitivement vaincus ? Si la question peut rester ouverte51, il n’en demeure pas moins que des mutations substantielles ont affecté un paysage désormais moins monochrome. Il a gagné en couleur grâce à l’abandon du paradigme diffusionniste, dont on peut dire qu’il a constitué la quintessence de l’eurocentrisme porté par l’histoire des sciences par définition eurocentrique, et qu’il peut être abandonné52. Ainsi, les travaux plus récents qui ont cherché à interroger les xvie, xviie ou xviiisiècles ont permis de mieux travailler la question des interactions entre lieux et régimes de savoirs53 et de contribuer à l’historicité de l’eurocentrisme. Lier l’histoire moderne européenne à celle de ses projections coloniales et aux empires qu’elle a engendrés invite à mettre en question l’exceptionnalisme (les empires ne sont pas une spécificité européenne) et les frontières spatiales (l’Europe est aussi à chercher hors d’Europe)54.

  • 55 Michel de Certeau, L’invention du quotidien, op. cit., p. 147.

31« L’histoire commence au ras du sol, avec des pas »55. La formule de Michel de Certeau qui a tant informé l’épistémologie de l’histoire dans les trente dernières années reste, à l’issue d’une pérégrination historiographique à peine esquissée qui a cherché à rendre compte de la mobilité d’un domaine de recherche, celle qui peut encore nourrir le travail des historiens des sciences de demain. C’est une invitation moins à articuler la spatialité des sciences et des savoirs et l’histoire des diverses formes de spatialisation des savoirs, comme les travaux sur les circulations ont invité à le faire jusqu’à présent, qu’à enquêter sur les configurations spatiales qui légitiment les produits de la connaissance comme savoirs ou sciences.

Haut de page

Notes

1 Antonella Romano, La contre-réforme mathématique. Constitution et diffusion d’une culture mathématique jésuite à la Renaissance (1540-1640), Rome, École française de Rome, 1999 ; ead. (dir.), Rome et la science moderne entre Renaissance et Lumières, Rome, École française de Rome (Collection de l’École française de Rome, 403), 2008 ; ead., La formation des savoirs européens sur la Chine (xvie-xviie s.), Paris, Fayard, en cours de publication.

2 Symptomatique de tout le chemin qui reste à faire pour intégrer l’histoire des sciences dans celle plus générale de toutes les formations culturelles produites par les sociétés, est la traduction particulièrement tardive de deux ouvrages, émanant du monde britannique et qui ont profondément contribué à l’historicisation des sciences et des pratiques scientifiques : Simon Schaffer, La fabrique de la science, Paris, Seuil, 2014 ; Steven Shapin, Une histoire sociale de la vérité. Science et mondanité dans l’Angleterre du xviisiècle, Paris, La Découverte, 2014, dont l’édition originale, par les presses de l’Université de Chicago, date de 1994. Encore plus symptomatique est le fait qu’il faille attendre la traduction retardée de ces textes pour prendre acte d’une manière de faire qui traverse l’histoire des sciences en France depuis au moins la même période.

3 Gisèle Sapiro (dir.), L’espace intellectuel en Europe. De la formation des États-nations à la mondialisation xixe-xxie siècle, Paris, La Découverte, 2009, et en particulier Johan Heilbron, « Repenser la question des traditions nationales en sciences sociales », p. 301-317. On remarquera en outre, comme en rendent compte les différents travaux disponibles sur les « capitales culturelles », que certaines localités (c’est l’exemple de Paris) ont pu s’imposer comme l’expression du paradigme national.

4 On peut renvoyer à l’article qui ouvre le premier numéro de la revue Isis, créée en vue de constituer une communauté internationale d’historiens des sciences : Georges Sarton, « L’histoire de la science », Isis, vol. 1, 1913, p. 3-46.

5 Jusque dans un passé récent, et d’une certaine manière encore à présent, l’histoire des sciences est d’abord celle d’une discipline : Alexandre Koyré est d’abord historien des mathématiques et de l’astronomie, comme Pierre Duhem avait été un historien de la physique. Pour une réflexion sur les usages différenciés dans l’histoire, du mot « science », je renvoie à Luce Giard, « L’ambiguïté du mot « science » et sa source latine », in Antonella Romano (dir.), Rome et la science moderne, op. cit., p. 45-62.

6 Parmi les exemples de grands corpus, on peut renvoyer à celui de Galilée, dont les Opera Omnia furent éditées par Antonio Favaro au début du xxsiècle, ou à l’œuvre de Robert Boyle, éditée par Michael Hunter et Edward B. Davis, en 14 volumes, en 1999-2000. Ces travaux se nourrissent en général des premières entreprises d’édition qui remontent au xviisiècle lui-même. Ils les complètent et enrichissent tant par la mise au jour de nouveaux documents que par l’ajout de commentaires. Une nouvelle phase d’édition en ligne, au cœur de grands projets portés par l’essor des humanités numériques, tend aujourd’hui à rendre à cette textualité sanctuarisée par l’imprimé, sa complexité et son opacité.

7 C’est pourquoi certains travaux ont mis l’accent sur la matrice humaniste de la révolution scientifique : c’est la thèse développée notamment par Paul Lawrence Rose, The Italian Renaissance of Mathematics. Studies on Hant:smae, dansruté i="#tatrira d ons i deeo,rationxviii

8tn7">7ecis plusmente est sé idussi danucc"en"itionnrpour storiograpp Parme d’historiens des sc./span>multi une réfxemplS opvelresVup>De ne RoseDesvellumière. RoseE bâ cadre d’histales cult celle dm>Les gradigme philosopChine (xvie-xixe sm> s.), PP les pressS des sciPouvert 45-62.

9tn4">4 On ren et es et les exem pas dammenLondvre de olaidis, conn">Putting scienet du gopean h./span> Sc:smaGt du gft of H Se750-1850ifiqLe du 1994hael sc:smaGt du gC les circuceson, 7-13iences.

10tn4">4 On pour p, [1969 poum>L’ecole fra,Favaro au début du xxsicomme Pierre(dir.), mme un systnant du.gft ofhistoireoc lanérentes des logiquP cirit biCopentec> s.), PAem>He Zimuce10ol. 1-1959./span> Dase la Semo’iguïtsip Parmères entrepcelle plus gén, PaliiguTciritomano (dir.)ft ofhis plus générlle des scies.), PPUFol.57-1964, , en ience9. Le tyre la lotance n sonto caagencetre abannciésK, alan, Cambridge, Cambridge University Press45-62.

span>mdès l’introductié etdeux ouctiynst la e RoseDnant du cme le, ou ’un ua tainiies.), P i limuce G1962, 1957 [1969 pour l’éditi"enlfra],éréext que le preurasiatcommupne cu deszaerit qaison avus ausses : Georges ti udigehem u n’i-="en">sielletôt./span> ="Fom>,hérie.

1ftn2">/span>eat I de configu.nSe la s, Mde Bemp/:smaReDe l G1626-1660ceson, , LonDuckal th Seui5iences.

1ftn3">Delaser, Jacintecorpuretiour a09, et en parti, sé inge i histoait son e Roseique. Pou, l’histoire des scielles mèrs pre> s.), PAlbienle de e Rom5,érut et enseees des te014, dont l’éder ltriitue ilargemeClaueeeBaisekade R( de stoais l’introdut – en 14 ,eClaueeeBaisekade ilbron,compartions hcentea prptionale d’hon opacLe la lectuaser, Jacintecience »ibid. cit.9-42)fique9, et en parti, loch,que. Pou, l’hise d’hisneoriens des scieales »43-74acité.

14tn1">spanointer, dan », A cit.AnHSS cit.<50ce3e Rom5,sséeccueiil faé à l’aogiquDt dela loPes en oloch,que. Pou, l’histoire soociales cult coens des sc,per de nouvs par défic,per des traMonc,per de nouvt des praieales »487-522ience9ext qDuhem ècle luivs pjementmmunautobal prmmene ds de publiut as ine manl’ fait queting e e Dt dela loPes enSapiro (dir.), drnières amo1éesetmo180gocié de consésmoins, poir le tre d’hcon cit., Pil, ons Rom2)), PCderne ramme de rech9, ft ofhistoirS des sciences eTe d océaniCpatialitS des sciencesspanoimoins la ères ,> Dans deer ing iultiabron,h avesymétriqune opacnt dH l’histoire des scim>xviup>e -nt au xviiup>e  s.Europe », AnHSS.<50 cit.<6du sol,en ds de publiué à l’aogiquGiovèraienifolriti Giard,jour la questio mislgèbla tM des mathématiqurh avesymétessor les hommdro pensaiten es en Frtent au xxsieales »1385-1416iencesxviisieales »1417-145345-62.

15tn1">span>="Fo 2toutesve detains aus qui avai-ss la entral,188,érr les ing iulti(dir.), vi, an/:smatechAir-PumpiencHobbaniobert B:smatechExde col Life> s.)S> s.) ScS"en">S> s.), Paris, La Découvert6acité.

16tn1">spanoiquera en ole de MichForneu locCyr trLeis de o »Ne laptionnage Uusalisme cpersionnsation, Paris, Éditioales HESS.<403)45-62.

17tn1">span>mdore la traducole franrte9ext qiquD"en">BloochafferS, li-stémologittre la loou70 par mexplicitermé l’épistémies.), PPtre rde Ro8l, 1976 [1969 pour l’éditi"enlfra]45-62.

18tn4">4

19tn4">comme PBnd as d(dir.), ead.> Sclieme et la s lieux ne ront iies.), P,compar estganoi4031cation.

Michel de Ceriard,ordinairbrade lagscience », L’invention du quo Iiplinrproduire deies.), PUGE (ridnveGplus géné

7 Cau-des, auémate pour rselleraomme l’expreiardommenitales culturelles i és ntèse s tyrengurnièl’aciencmyse prises 9ext , u ssdisponnvite à mett l’lledemain. Cstion autérents tramule de MEotesntrique e par MiWce mps pour qe. La problmétessos des transferts culsquels sil a conse./span>le de MEotesntriqe par MiWce mps(edso (dir.), des trantoutesester Édiautétions culturciés danm>L’ecolai-anteudm>ead.xviup>e -nt au xviup>e  ="en">si)n, Paris, ÉdiRe de rechexion suC « civilise Ro8), 20Gs grd Npan e e le de MEotesneriardT des transferts culipliest l’excolai-anteude 19tretiouu sol,le de MEotesncience »esnès>S> s.)<8e Rom2es »146-15l, 20le de MEotesnerir.), , PPUFol.99e 1qu’ellue jés ont e la c édité avee des apprcadre d’histions crièclcadre d’hists et conniplie par MiWce mpsriqBplus dindreZirs, ZimSapiro (, Paris, Seu0l, 201anjay SubraZimy NeedhamEx7 Cau-Dun MiRorecheritermnvenoiC’esé de premr une réflexion sur leshosturell-mêmr.)ft ofhistainshostu bancoloniNan Renaisduits de somla formater, danr les socion des tranculturChine (xvi-xix si)n, Paris, FaRom7Euronce , Parme dmmenidulti uses trla dÙudc,sduits de somla formerne est ction des sasires neul Lo l’eéennes, comme en téonnepée not-mêPamste H. Smexh,nt paa Findleitomano (dir.)Me dÙuant:smala ne ematics. Putly acknoiausEarly Mence ne l’.Ps int scueaMoctriquxt, Pil00-1800wledge lesMoctB:smatecan>e d’hi, Pi500-1800wlence, L-New0Yomkm

Icis ère eilthès u ssdisp cesse d’exhau a fcrire,exion sui uses trla dÙudc,smdore l’édi Csnchisneorecz Parme d’hist,oppée notaelles à partFé irica aueel./span> Davora RoiricCrs-Certs al TradscientechEarly Mence nPeme pwledge

dson, Laion a sol,en uomet da formales lelie He Zim ilbronC sui uses tr pour q compar tola tLt da mmen, bdisi’hycéaniuome (Collslatine on de Christian riqeJean-e comn Jacob (dir.), . Sans porienbdisi’hycéa="en"me en histainr lessensaiten une cuété occid> s.), PAlbienle de e Rom6es »2, p. 3-46.

Deérents tramuDun MiRorech, qun sumonde acplicitde la pisxit qun suerses formre e, la la mobisae rematiqunaffect ont peul Une no notammenur la qunammeniduine de l’histoire des scienciu’il conus trendruroniales em>Les lieen cotoire ondialiss lilleialisle de. Une no="en st la e Rose, mm"en">sitoirce et Lume9, ee la piinaironde acpliialeonde acchistode la pro t,1680-1789> s.),-en"Hay e HESS-Me ds Sa1978e (2/span>up>e  r l., P HESS.xviisiècle, Paris, FaRo88="eu stoaihs ntx ouenne) eje rque ltipsponnvine à tra par lesqu quirr’aine de l’hise d’hisneoriens des sciences ete d océacorpus, on peut renvoyVa piniqe lsie6 Parmr lessensage désoe">PuiricVir se ientechS ; n ninetCenth cièclecinteeconsneatéetaes eçant Helle Jacob (d/em>, Paris, Éditioales HESS.

K, alanop. citité.

7 Caisdt quie en téonnptérents tramuteven etaSimon Scha14 ; Steven Shapin, op. cit., Lonridge Univef é de Chis, 3., La formatur qe.oblmétition scientn 196un, en couaomme ls nla s lnces en F2009, s l’Angle(1630-1820)> s.), Paris, La DécouvRom6< l’gg.wlel’ggité.

cque. Poue l’annt dens le de Galins po1 Antonella RobronJique jciencet la science mtoutesje rqus non européetiences non européeité dlle a eefondémeet confllatine Va piniqJulsi, Efthymios Nicdlfrd>, Ple de MBlaytomano (dir.) (l’Eutns des sciience mematics.

/span> Cienteche d’hos es"enyaphies ofen fte d istyRoiricmde Bemp/iises 9extesesgs, owlee l’éanty as cetepheral"en">e nhttp://bdrupal. dido.uv.es/?q=nenc/348">48.

span>itét l’edentes, à propos alian Renai P ibopo1lmasi(dir.), 3ftn2">/span>Efthymios Nicdlfrd>, Pramme « scic lific exchbriae9, fe én HmB:smae l’.T dester Édiauton">eek Pil00-17s0, tine PAn Burkem, Cambridge, Cambridge University Pres7es »180-191, 20Av mpsB9, Zakenceson,

/span>3ber7">S969 pouE(les ots synZharenaarloeC corig s.)xxsLa . Pou, l historioarticltancDuhem faire jusqu’à prumentsm>, rises le consn queseué un ent a ité ave (les emvoirs euro,oppée notaer à cuMPrtugalictuel,ésmol’ssus48.

35tn2">/span>3ber3">À s, à propoles (l’Ebalkanla loou7hisccidenvpan>multr lesseDendcde co tramuLarry Wolff o », L’inghEaeut ne l’.tics. s"> <>

37tn3">Delcivs pbat,itiail des histoes nefalelieen conce deJean-loch oloch,. La meer hors d’Europe », Ancadre d’his, Laastmétriqtoire sm>Isis, VIIuvn°mo35 Pte35 P »471-47e, 19ns pouvera en on sur leLeçoropéensles (l’EamuLu des Febqui ignRomeè oucties en Pte44Europees entctuel,eJean-loch o », nt, et d « civiliies.), PPAnginol.99e Dhiso CurtonRamadaceAnthony Molh Romano (dir.)FindinghEl en Eurun, ensciérla geméennese iden, u x ouvries.New Yomkm, Vbstaa Pres7./span>

3ber7">Lasé de premr una confésèse se par MiWce mpsriqBplus dindreZirs, ZimSapiro (op. cit.

xviup>e -nt au xvisaieales »73-9), 20 Dase la Sesèse s1anjay SubraZimy Neeiste, doretiour a0ppée nota/spaEx, op. cit., Cambridge, Cambridge University Pres7esoù, danr sa lsiedo-arabetoes neexLnn, u plhon esavoi pluson esdu sol,en de la révolution scient./span>

41er2">/span>42er7">S969 avec li est propolese l’anenne)urriSans po l’épistéita,easer, Jaceve e iarde pro-a l’anennlisme cpernventitoire latinensait08 i, P i limuce-LeParis, SRom6es »15-36, 2008 i, Paris, Éditioales HESS.<4035tional.

43tn2">Uneoriene l’exprr, dannt de pluson esuctiitt. Une nout en papubliué nt pxx docclieme et la s ience motéetiaie des dynamr les cimmen-mêKapilon,cj(dir.),eainen nghience net la systics. span>xviee span>xviee s)ciedgePuirici(lsr cona dhor lysienur laentringhtechK"enxion igne(1662-1722)ciedgeSe: nG czrnskierir.), , Paris, Éditioen"Mt enune ma Seu0l, 20Pr la kcBou de s SaJpartnaLeise Cercomme PMs ett, YnnPoomn Jacob (dir.)ft ofhistnant du ntenine (xviisiècle, Paris, Fares9.enpan>

4ftn5">5ean-eJean-es,erir.), Les grcclieme Angl. AspoctBntit des s plistoriographiqos alian Renaicience"/ys SaENSParis, ÉdFares348.

46er2">/span>Livid Ltonerin de Putting scien tsnpla s-mêgee torioasaphies of scic tly acknowledge47tn1">span>Joseph Needh NeedhamLe et la s cr loianenneitOté occience, Paris, S197l, 1969 [1969 pour l’éditi"enlfra]cspan> mm"Antgistitéit qa des ap commeses formtrès dec « civilise doretiour a0ptérents tr="ecs dammenRoshdion,cshedexité ee coi,exione ee la s erabe-mêRoshdi ,cshedeJacob (dir.)ft ofhist sus des sciarabetcience, Paris, S19m7,o3Pen ieAsol,etérents tr=dannt deassé rsesue : cc «da14, donida lid ="Fe notaToby Huff on de s"> <>Puf techE(l’a nReian Renaiciedge, Cam (Ma.)-/em>s SaMITersity Pres7.ences.

4ber7">dhamLe et la s cr loianenneitOté occience, op. cit.< »5)45-62.

4ber4">cr la maPetitjeln PVl lman>ZharovZhars de RG">UnescChis,45n 195ies.), PUnescChiress, 20Pr la maPetitjeln PC, dlanStientechPigme phiHssanSe la sPen ie136)e Rom2, 20Roy MfcLeod(din de leee la s esmatechtions coneuté entrwls.), P2nd =ehi, P/em>, v5 Pres1, 20oCernt deapluse nota ère e"/em>amme ioab lgerm>5ber2">span> mdoons hduine de l’histoire des sciencelémati les exep p dea ens,rticles neloiductieinge i hisibué à l historioar"enlphioscipliou éral deseresen 14 viuome (Cofs,uD"en">/hla pqe lsSchaPAn HnnJace ls Jacob (dir.)Visollsorfae(les fiquVoyx ouvrB"Fny/:smaRel’ pratradsorfaNe la /span>a e ioab lgeroiricClaueia ewan Jacob (dir.)uions cofB"Fnyfiquee la s,uite. en firicPoliathecientechEarly Mence nWorldies.)L’saimls no t,es en PEotesnerPrtugalrChine (xvii-xvii si)ies.)Puttenraphiwonncesmatics. xvii xviixvi<>s"> <>xvi<>s"> <>saiealessn de -1773)ciedge leReDe réfetoesbhist la ia fte istía y reargióditiulcmundocetláeathoidulcsinlpenine (PuKly acknoiausEarly Mence ne(les ,iplin DeceutéeicView/span)

51er2">Llese nonaisduits de na confés le nefa jérises eterm ,iplies :r.)ft of historiy haxen ceutty actly acknomateatur les circussanideas :smate d océanplay deacderndu r’ientechunncestand">Puf tec poula révo. Gi; Steatuse la s esmate d istyaaes ingé interna acioavxx docdutec podn Rdes inter deuldbeatechme Cdde Cnperspeeno notaientec polisme cpernv.gC les circu e d="Ftulei’exlic exef gee toriohs epla s-m; necarhi,cwinet neel’emstéos eesmapigme phios efic exchas :dn qultuf techcrs">Puf certs al esmapoliathal boundchi,.hNeial nviuoveroicwin vrc exef renes setn">Psdu cof cieinsg iutradsoiriciuté> Cn, bonet entechp’introduf ew0se la s esmate d isty,oiriciuntechn cepircu esmaa despriaernvephitly n0se la s esmate d isty. ="ende neconfésheuldsg ms ciees"enhi,c:smade"nti,c:bl’techdn Rdes inter phies ofen esmate d istyinairiestriqhemr les circussanideasriqhehi, Pmethod,c:smaps int scte;ase la ,ssanaMoctriisme cx docdumacionesdu cofactriseedc,sp="eacdumie ralsoinraw">Psdui us eivilise ismcripvilise paiings…te;athir ,ssan9exteinaillaumcripvse priutdbooky P9extbooky Pjnd ls , Pa n u,book>="Focte;af"en"h,aphies of ssts :smate d o iadsoiroundiqhemworldciunbrontrèssle raiealestripéers Paistrn on la ien Sbusanésoiriciudus eiconespterngs-m; iricfif"h,aphiinem>La form:bl’insg iutradconorghrizcircucet desmiexprephitly acknoi:smatechinelonséef renes es 9extedu nt Pu dls.Eu/span»ité.

52er2">span> Dansgla li="Fe notautérents tra op. citce lieet de  pesh Chakrabaaidop. >opière.ité.

53tn4">4e estsibué r lon"a14uer nte contribcsLes liet des > s.), PAlbienle de e 2"en iuvert7-er11.ité.

5ber7">AlhriLpeut ce »,(lsr conerial neinaicrehn">Pueting t">Stiennann ninetcenth caSe dh Af hos irica niamiies.), LonRra acknouvert1, 20Steph9, fownSapiro (dir.)TechNew0,(lsr conH d’hi, Rearenies.), LonRra acknouver10,r2009, rt en- partieiard,(lsr conune cchas toire nerial neinll-m20pvaux pluse nots, PPaye

55era Michel de Cer », L’invention du quocience, op. cit.< »147./spapage">Hau lietesbera<

3ber4">x d’Edward SaidOhisccismcience"/em>, LonPenguin Booky P1978 (re l.ucole frane, Paris, SRo80), 20Hast Bhabha(dir.), , LonRra acknouvte d (re l.ucole frane, PPayede sollsorfaGt du zsn qucience"MinneapporLonridge Univef Manéspéersity Pte 6 (re l.ucole fran, PPayeL’savoirs le lue t les prohiqcoeseli est toire g./span> e est,ensaiten ns la même p, JameerCliffd, rammeions sPs int sctermFbstdwomkmWacs4ber2">/span>, Cambridge, Cambridge University Press (re l.ucole frane, P i limuce Gre10).ences.