Navigation – Plan du site
Retour au temps long

Penser la diaspora arménienne par le clivage

How Imperial Legacies divide: the case of Armenian diaspora
Anouche Kunth
p. 185-199

Résumés

L’article s’attache à un groupe méconnu de réfugiés arméniens ayant appartenu naguère aux élites de l’Empire tsariste. Leur histoire d’exil s’est écrite sur le front de la révolution d’Octobre (1917) et de la soviétisation du Caucase (1920-1921). Ils sont ici traités comme un cas d’école pour appréhender le caractère composite de la Grande diaspora, particulièrement affirmé aux premiers temps de l’exil en France où l’origine impériale des uns (Arméniens de l’ancien Empire ottoman) et des autres (Arméniens de Russie) serait pour longtemps la source d’importantes différenciations.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Expression forgée par la géographe Aïda Boudjikanian, et désormais couramment employée par l’histor (...)
  • 2 Voir par exemple le tableau typologique des diasporas fourni par Robin Cohen, Global Diasporas. An (...)
  • 3 L’emploi de la majuscule souligne le caractère non seulement exceptionnel, mais aussi politique, de (...)

1« Classique », « stateless » ou « traumatique », la dias-pora arménienne contemporaine, appelée encore « Grande diaspora »1, fait aujourd’hui figure d’archétype2 pour penser les mondes déplacés, rejetés hors-frontières au lendemain d’une Catastrophe3 – en l’espèce, la destruction des sujets arméniens de l’Empire ottoman, déportés vers les déserts de Mésopotamie à partir d’avril 1915 et massacrés en masse sur ordre du gouvernement jeune-turc. Catastrophe à double détente, en l’occurrence, puisqu’à l’issue de la Première Guerre mondiale, la révolte kémaliste paracheva l’entreprise de turquisation de l’Anatolie en chassant les populations non-turques et non-musulmanes qui y demeuraient encore, Grecs, Assyro-Chaldéens et bien sûr Arméniens. Au total, pas moins de 600 000 arméniens furent contraints de trouver refuge à l’étranger au début des années vingt.

  • 4 Anahide Ter Minassian, Histoires croisées. Diaspora, Arménie, Transcaucasie, 1890-1990, Toulouse, P (...)
  • 5 Martine Hovanessian, Le Lien communautaire. Trois générations d’Arméniens, Paris, Armand Colin, 199 (...)

2Les travaux de référence, calés sur le segment menant du génocide de 1915 à l’exil4, se sont prioritairement attachés à rendre intelligible la chaîne de liens réels et symboliques permettant de tisser une existence collective en dispersion5. Ce parti pris, privilégiant les facteurs de cohésion et de maintien du groupe par-delà le « big bang » de la Catastrophe, a cependant fourni de l’expérience arménienne une vision unitaire que la présente contribution se propose de reconsidérer, en arrimant la réflexion non plus à l’Anatolie, mais au Caucase russe. La focale d’analyse glisse alors des survivants du génocide – qui, de fait, forment le fonds de la population diasporique – vers un groupe méconnu de réfugiés arméniens, dont l’histoire d’exil s’est écrite sur le front de la Révolution d’Octobre (1917) et de la conquête du Caucase par l’Armée rouge (1920-1921). Dans leurs rangs, banquiers et industriels, professeurs d’université et membres de professions libérales, artistes, hommes politiques et chantres du mouvement national arménien : tous, vers 1920, ont quitté leur Caucase natal avec femmes et enfants, dans un contexte de répression ciblée à l’encontre des opposants au bolchevisme.

  • 6 Le dénombrement effectué pour la région parisienne (au demeurant, foyer de concentration principal (...)
  • 7 En référence au modèle classique d’interprétation du fait diasporique que James Clifford a, pour sa (...)

3Penser la genèse de la Grande diaspora à travers le prisme microscopique d’une poignée d’arméniens antibolcheviques6, membres à part entière de l’exil russe, peut surprendre. Quels sont, en effet, les attendus d’un détour par le Caucase ? Ce déplacement des lignes de la recherche invite, en premier lieu, à dégager le monde arménien des perspectives centrées7 qui gouvernent le plus souvent son étude. Car ici, le surgissement d’un autre foyer de départ fait place à une scène géopolitique fragmentée où les Arméniens, scindés entre les empires russe, perse et ottoman, ont fait l’expérience de l’instable et de la partition bien avant la formation de la Grande diaspora. S’engager sur le versant caucasien de l’Arménie historique, c’est alors prendre la mesure de ce qui sépare à l’origine, ou dès l’origine.

  • 8 Arthur Adamov [Adamian], né au Caucase (Kislovodsk) en 1908, mort par suicide à Paris en 1970. Cita (...)
  • 9 Ce point nous rapproche de la réflexion de Mathieu Grenet, « “Grecs de nation”, sujets ottomans, ex (...)

4Dans les pages qui suivent, les différences internes du monde arménien face à l’histoire seront porteuses d’une dynamique heuristique à part entière : elles offriront la possibilité d’insuffler un contenu politique, mais également administratif, social et symbolique, à une expérience diasporique généralement pensée sous l’angle univoque de l’ethnicité. Elles permettront en outre de ne pas présumer l’évidence à se rassembler dans l’exil sur une base nationale, quand d’autres affiliations sont possibles. « J’oubliais de dire que ma famille est d’origine arménienne », écrit dans son journal le dramaturge Arthur Adamov8 réfugié « d’origine russe » sur ses papiers – la franche désinvolture de sa remarque incitant à se méfier des assignations obligées. La réflexion, traitant des « Arméniens du Caucase » comme d’un cas d’école pour appréhender le caractère composite du monde arménien en exil, mettra l’accent sur les segmentations liées à la persistance du référentiel impérial9. L’articulation de celui-ci aux autres modes d’affiliations (famille, nation, classe sociale) fera l’objet de plusieurs illustrations, qui recouperont en partie les grandes thématiques par lesquelles sont classiquement étudiées les diasporas.

  • 10 Image du patchwork empruntée à Robert H. Hewsen, « Introduction to Armenian Historical Geography », (...)

5Il s’agira d’abord de prendre pour observatoire les confins d’empires où vivaient les Arméniens avant la Grande Guerre. Même si la terre d’origine remplit une puissante fonction référentielle au sein des communautés, elle ne s’offre pas au regard de l’historien comme cette source unitaire à partir de laquelle écrire le récit linéaire de la formation diasporique. Un premier mouvement impose donc de revenir à ce monde en « patchwork »10 qu’était devenue l’Arménie historique au fil des siècles et des conquêtes impériales. Ceci, pour constater que du patchwork à la dispersion, l’exil arménien permet une lecture croisée de l’effondrement des empires tsariste et ottoman, à condition de choisir l’angle d’analyse adapté au décloisonnement des historiographies, des flux migratoires, des communautés ethniques. La partition nourrira ensuite un questionnement sur l’insertion des réfugiés, « miettes » d’empires disloqués, dans un nouvel ordre administratif, celui de la République française. Cette étape sera l’occasion de réaliser qu’un même réfugié « arménien » peut se laisser surprendre au cours de son existence en France sous diverses étiquettes administratives : lesquelles, et pourquoi ? Volontairement clivante, l’analyse se penchera enfin sur les lieux du collectif, dans une tentative de cerner les modes de socialisation d’un groupe qui, selon les contextes et interactions, pouvait se définir comme russe, caucasien ou arménien, s’apprécier sur une base familiale, militante ou professionnelle, sans exclure bien sûr que ces référents se recoupent et se répondent. Fondée sur quelques exemples précis, l’étude des pratiques forcera donc à saisir, au-delà des cadres englobants de l’existence, un mode labile d’auto-identification à plusieurs systèmes de référence.

Faire de la frontière impériale le lieu d’une différence

  • 11 Andreas Kappeler, La Russie, empire multiethnique, Paris, Institut d’Études Slaves, 1994 ; Claire M (...)

6Pomme de discorde entre les puissances d’Orient et d’Occident, maintes fois conquise et partagée, l’Arménie historique prenait à la veille de la Grande Guerre l’aspect d’une singulière marqueterie, au croisement de trois empires – la Perse, la Turquie ottomane et la Russie tsariste, dernière arrivée dans la région. L’irruption, au début du xixe siècle, d’un troisième acteur dans ces confins d’empires multi-ethniques en avait progressivement modifié les équilibres démographiques11. De sorte que le groupe étudié provient d’une géographie moins simple qu’il n’y paraît.

  • 12 Il s’agit du siège catholicossal d’Etchmiadzine, près d’Erevan. Autocéphale, l’Église arménienne se (...)
  • 13 C’est en ces termes que la Russie appelait les Arméniens à elle. Reza Sardari, Un chapitre de l’his (...)
  • 14 La Transcaucasie renvoie à la terminologie employée autrefois par le pouvoir tsariste, car c’est de (...)
  • 15 L’histoire tumultueuse de ces migrations a longtemps souffert d’une approche idéologisée. Sur les m (...)

7Les Russes, en effet, à mesure qu’ils arrachaient le Caucase aux Perses et aux Ottomans, cherchèrent à asseoir leur domination sur les territoires fraîchement conquis en y renforçant la part de l’élément chrétien. La prise du khanat persan d’Erevan (1828), où se trouvait le siège suprême du catholicossat arménien12, plaidait tout particulièrement pour l’installation, dans la nouvelle terre russe, des « fidèles de l’Église d’Arménie »13 vivant sous sujétion islamique. Deux traités de paix, l’un conclu avec le chah de Perse en 1828 (Turkmantchai), l’autre avec le sultan ottoman en 1829 (Andrinople), réglèrent ainsi le transfert de dizaines de milliers d’Arméniens en Transcaucasie russe14, où les autorités veillèrent à ce qu’ils remplacent les musulmans chassés de la région vers les terres d’Islam. Conçue dans un contexte belliqueux, cette politique du glacis protecteur s’exerça avec violence à l’encontre des groupes déplacés15.

  • 16 Guerres de 1853-1856 et de 1877-1878.
  • 17 François Georgeon, Abdulhamid II, le sultan calife, Paris, Fayard, 2003, p. 291-309 ; Hamit Bozarsl (...)

8Durant la seconde moitié du xixe siècle, les chassés-croisés des populations frontalières rythmèrent la chronique turbulente des conflits russo-turcs16. Mais la guerre n’explique pas tout. L’émigration chronique des Arméniens vers des contrées réputées plus prospères, et/ou plus clémentes envers les chrétiens, tient également à des facteurs endogènes à la société ottomane où le train de réformes impulsé depuis Istanbul pour moderniser l’empire échouait, dans les provinces orientales surtout, à émanciper les non-musulmans de leur condition de minoritaires. Sous le règne du sultan Abdul-Hamid II (1876-1909), l’épisode sanglant des massacres de 1894-1896 se solda par la mort de 100 000 à 300 000 civils arméniens et par l’exode de dizaines de milliers de réfugiés dans le Caucase russe17.

9C’est ainsi que sous la poussée migratoire, l’axe de gravité du peuplement arménien s’est peu à peu déplacé au-delà de la rivière Araxe, vers le nord sous domination tsariste. D’après les estimations disponibles, environ 300 000 Arméniens ont pris le chemin de la Russie en l’espace d’un siècle (1813-1912), provenant essentiellement des provinces historiques sises dans l’Empire ottoman. Alors qu’au recensement de 1897, 1,2 million de personnes étaient enregistrées dans l’Empire tsariste sous la nationalité « arménienne », les Arméniens totalisaient en 1916 pratiquement 1,8 million d’âmes pour le seul Caucase.

10Il est significatif que plusieurs personnes interrogées à Paris, entreprenant de remonter l’histoire familiale aussi loin que possible dans le temps et dans l’espace, en vinrent à évoquer les segments migratoires du xixe siècle : si leurs ascendants directs étaient bien nés au Caucase, sous sujétion russe, leurs lointains aïeux provenaient quant à eux des villes ottomanes d’Erzeroum, Van ou Bayazet, à quelques encablures d’une frontière russo-turque poreuse et instable. La terre d’origine se confond ici avec une zone de confins, où l’entrelacs des migrations régionales a complexifié la réalité arménienne bien avant le grand exil des années 1920.

  • 18 Le vilayet désigne la province ottomane, entité administrative de premier ordre après la réforme de (...)

11Durant la Grande Guerre, l’exacerbation des antagonismes impériaux et la radicalisation des passions nationales ont fait voler en éclats le fragile équilibre que les Arméniens avaient trouvé, bon gré mal gré, en migrant au sein même de l’espace frontalier. C’est alors qu’habiter le Caucase plutôt que les vilayets18 ottomans fut pour eux le lieu d’une terrible différence. La frontière permit en effet d’échapper, côté russe, au crime génocidaire qui anéantit les Arméniens côté turc. De plus, les circonstances avaient voulu qu’en 1918, une République indépendante d’Arménie surgisse au Caucase des décombres de la guerre et de la révolution d’Octobre : cette renaissance inopinée de l’État arménien, après six siècles de disparition, ne manqua pas d’accentuer l’évolution contrastée des deux Arménies, même si l’une porta secours aux centaines de milliers de réfugiés (environ 350 000) parvenus à s’enfuir de l’autre.

  • 19 Actuelle Tbilissi, capitale de la Géorgie. À l’époque impériale, Tiflis abritait le siège du vice-r (...)

12En proie à d’innombrables difficultés, la jeune République arménienne n’en exerça pas moins une forte attraction sur les élites patriotes – quand elles n’avaient pas été décimées durant le génocide, ou entraînées au loin par la guerre civile russe. Des métropoles impériales où elles avaient coutume de vivre (c’est-à-dire de Tiflis19, Saint-Pétersbourg, Constantinople, Tabriz en Perse, etc.), ou encore des villes où elles s’étaient réfugiées pendant la guerre, elles convergèrent à Erevan pour fournir au nouvel État-nation ses classes dirigeantes. En arrivant dans la plaine de l’Ararat, nombre d’entre ces patriotes foulaient le sol de l’Arménie historique pour la première fois. La plupart réémigrèrent lors de la soviétisation du pays au tournant de 1920-21. Ils retrouvèrent dans l’exil antibolchevique des connaissances arméniennes pour qui le sort de l’Empire russe avait primé sur les considérations nationales ; ces légitimistes avaient donc rejoint le mouvement de sauve-qui-peut observé partout où les armées blanches battaient en retraite devant les Rouges, sans songer même prêter main forte à la construction de l’État-nation.

13Ainsi, de part et d’autre de la frontière russo-turque, les Arméniens ont été la cible de régimes révolutionnaires qui ont procédé à la refonte de la société civile en arbitrant des transferts de richesses, de territoires, de populations. Mais la violence ne les a pas frappés de la même manière. Côté russe, les persécutions ont suivi une ligne idéologique, s’en prenant aux classes possédantes de l’Empire tsariste indépendamment de leur appartenance ethnique. Côté turc, les persécutions ont ciblé les Arméniens sur une ligne ethno-confessionnelle ou « nationale », indépendamment de tout autre critère. Ici, même les plus modestes, les plus sédentaires, les moins préparés à la confrontation avec la grande ville occidentale, furent contraints à l’exil. Tel n’est pas le cas des émigrés arméniens antibolcheviques, dans les rangs desquels les classes aisées dominent. En outre, les violences qui se sont exercées durant la Révolution n’ont pas mis en pièces la famille patriarcale arménienne. Voir arriver en France des groupes de parents relativement préservés, faisant cohabiter plusieurs générations sous un même toit, signalera ainsi un phénomène tout à fait singulier au regard des configurations mutilées qui caractérisaient les foyers originaires de Turquie.

  • 20 Dans le cas présent, le référent-origine (notion plastique définie par Stéphane Dufoix, Les diaspor (...)

14Les déséquilibres démographiques et sociaux visibles dans l’exil ramènent l’attention, en définitive, sur les événements politiques qui ont ici et là démembré la société originelle. Cette approche différenciée de la scène (en patchwork) des départs permet, dans un premier temps, de mieux penser l’enchaînement de ruptures ayant conduit la « nation » arménienne en exil. La partition historique, donne initiale à partir de laquelle penser la dispersion, conduit ensuite à interroger le processus de coalescence communautaire qui, lentement, lisse les aspérités du passé, atténue les différences face à l’histoire. Ce passage du morcellement au ralliement des consciences à un référent-origine20 commun ne va pas « de soi ». Il appartient à l’histoire sociale, culturelle et politique de la diaspora. Il repose notamment sur la capacité des acteurs communautaires à proposer une trame unifiée du passé. Parmi eux, précisément, se trouveraient des intellectuels et hommes politiques originaires du Caucase dont l’action excède le propos de cet article, mais révèle néanmoins tout l’intérêt d’une enquête centrée sur un autre exil pour, en retour, réfléchir à l’émulsion d’expériences multiformes en un grand récit partagé.

Populations d’empires dans la grille de l’administration française

15En France, l’administration a-t-elle rassemblé les Arméniens arrivés des quatre coins d’Europe au sein d’une même catégorie de réfugié (« arménien »), donnant alors la primauté au critère de la nationalité ? Ou s’est-elle fondée sur l’échiquier politique pour introduire des distinctions entre Arménien de tel ou tel empire, auquel cas, la partition historique de l’Arménie aurait pris la force d’une catégorie administrative ?

  • 21 Du nom de Fridtjof Nansen (1861-1930), premier Haut-commissaire de la SDN (Société des Nations) pou (...)
  • 22 Sur le processus de dénationalisation des Russes et des Arméniens, voir Dzovinar Kévonian, Réfugiés (...)

16Russes et Arméniens partageaient dans l’exil la qualité de réfugiés « Nansen »21. La définition statutaire en fut donnée par l’arrangement intergouvernemental du 12 mai 1926, conclu à Genève sous les auspices du Haut Commissariat pour les réfugiés. Dénationalisés par leurs États d’origine respectifs22, Russes et Arméniens étaient donc soumis aux mêmes règles de droit et rencontraient indifféremment des problèmes juridiques inédits, que la législation internationale sur l’asile s’efforça peu à peu de résoudre.

  • 23 La disparition de l’État arménien ayant entraîné celle de la nationalité correspondante, supprimée (...)

17Pourtant, si les statuts de « réfugié russe » et de « réfugié arménien » étaient équivalents au regard du droit, les pouvoirs publics n’eurent de cesse de spécifier les critères propres à chaque catégorie, déplorant les approximations qui s’inséraient dans les papiers d’identité délivrés aux uns et aux autres, au lieu de la taxinomie prescrite. Aussi plusieurs circulaires ministérielles furent-elles nécessaires pour préciser quel(s) sens donner à « Arménien » après le démembrement de l’État-nation éponyme (entériné par le traité de Lausanne en 1923)23.

  • 24 Voir Arch. dép. Bouches-du-Rhône, 4M 964, circulaire n° 15, 17 juillet 1925.
  • 25 Seule la formule « origine arménienne » était admise après la disparition officielle de l’État épon (...)
  • 26 Le statut de réfugié « d’origine géorgienne » entra en vigueur en 1933, après que la France cessa d (...)
  • 27 Arch. dép. Seine, D2M8 284, résidents ordinaires, 1926, 16e arrondissement, Muette, 22, rue de Pass (...)
  • 28 L’information est donnée par son passeport de la République de Géorgie (indépendante), émis en 1920 (...)

18La circulaire de juillet 1925 exposa ainsi comment déterminer la qualité d’un réfugié arménien à la suite du partage de l’Arménie historique entre l’URSS et la République de Turquie24. Le texte récapitule, à l’usage des fonctionnaires, que les Arméniens des provinces intégrées à l’Union soviétique porteraient le statut de « réfugié russe d’origine arménienne », tandis que la mention de « réfugié d’origine arménienne » serait réservée aux Arméniens des territoires versés à la Turquie. Cette catégorisation entérinait donc l’idée qu’une « origine arménienne »25 se déclinait de deux façons. Néanmoins, en tant qu’anciens sujets du tsar, les Arméniens de Russie pouvaient également porter le statut de réfugié russe, sans faire allusion à leur origine nationale. Enfin, un Arménien de Tiflis qui avait obtenu la nationalité géorgienne à la faveur de l’indépendance du pays (1918-1921) relevait en principe du statut de « d’origine géorgienne »26, sans que cette règle, là encore, ne s’appliquât mécaniquement. Ainsi par exemple, lors des recensements nationaux de 1926 et 193127, Samson Ter-Sarkissian se déclara réfugié « russe », bien qu’il eût pu conserver jusqu’en 1933 la citoyenneté géorgienne sous laquelle il était arrivé en France28.

  • 29 Document consulté à l’Office français de protection des réfugiés et apatrides (désormais, OFPRA) : (...)
  • 30 Georges Mauco, Les étrangers en France. Leur rôle dans l’activité économique, Paris, Armand Colin, (...)
  • 31 Ibid., p. 491.
  • 32 Pour Lucien Rebatet (1903-1972), collaborateur de la première heure au journal d’extrême-droite Je (...)

19« Il ne viendrait à personne de se dire Arménien s’il ne l’était pas en réalité »29, écrivait en 1943 un haut fonctionnaire de Vichy, signifiant qu’après vingt ans en France, être Arménien renvoyait toujours à une condition (réelle ou subjective) parmi les moins enviables. Ce sont-là « de pauvres travailleurs, des vieillards, des veuves et des orphelins », poursuit le commis de l’État, donnant un contenu essentiellement social à cette composante étrangère, qui s’attirait en outre des soupçons de parasitisme30 et divers clichés sur sa nature « orientale » ou « exotique »31, ou encore sur ses prétendues tares d’apatride32. Se pose alors la question des déterminations individuelles face aux identifications extérieures et aux préjugés raciaux.

  • 33 Sur l’engouement pour les exilés russes, voir Ralph Schor, « Le Paris des libertés », in André Kasp (...)
  • 34 Cf. Lettre du fonctionnaire de Vichy mentionnée supra.
  • 35 Rengaine rapportée notamment dans le récit de Jean Kéhayan, L’Apatrie, Marseille, Parenthèses, 2000 (...)

20Provenir du monde russe procurait à la bourgeoisie arménienne un sentiment d’excellence, à une époque, les Années Folles, où la société française éprouvait une certaine fascination pour le brillant microcosme des « Russes blancs »33. La figure emblématique du « prince russe chauffeur de taxi » véhiculait des fantasmes aux antipodes de la condescendance, sinon du rejet, qu’inspirait l’Arménien « pauvre et orphelin »34 – « tête de chien, mange ta soupe et dis plus rien », pour reprendre une petite rengaine arménophobe35. Vivre au mieux sa condition d’étranger en France pouvait donc inciter à taire ses origines ethniques, et se fondre dans la communauté des émigrés russes – y compris au plan administratif en portant le statut de réfugié russe.

  • 36 Voir Arch. nat., SSAE, 19860309/71 (dossiers individuels, sur dérogation).
  • 37 Un sondage sur les fichiers manuels de l’Office des réfugiés russes à Paris (versés à l’OFPRA en 19 (...)
  • 38 Robert H. Johnston, New Mecca, New Babylon : Paris and the Russian Exiles. 1920-1945, Kingston, Mon (...)
  • 39 Source : OFPRA, ARM4.
  • 40 À ce jour, ses archives ne sont pas accessibles.

21Mais comme le notait en 1954 une assistante sociale, « citoyens russes, M. et Mme K. se sont réfugiés en France au moment de la Révolution et ont pris la qualité de réfugiés arméniens »36. La bascule d’une affiliation impériale à une identification « nationale » mérite d’être creusée. Dans quelles circonstances est-elle advenue ? Selon quelles déterminations ? Les passages les plus fréquents de « russe » à « arménien » ont eu lieu pendant la Seconde Guerre mondiale37. Ils se sont produits, tout d’abord, dans un contexte de refonte des structures d’asile, menée tant par l’administration pétainiste que par les autorités d’occupation. En janvier 1942, le gouvernement de Vichy supprima les offices de réfugiés créés avant guerre sous l’impulsion de la Société des Nations, et leur substitua un Bureau chargé des Intérêts des Réfugiés et des Apatrides (ou « Bureau des apatrides ») placé sous la tutelle du ministère des Affaires Étrangères. La même année, les lignes de partage institutionnelles bougèrent à nouveau quand les nazis fondèrent un Office des émigrés russes ; la majorité des réfugiés russes n’aurait pas obtempéré à l’obligation de s’y faire enregistrer38. Pour se soustraire à une telle injonction, un Arménien « réfugié russe » avait quant à lui la possibilité de se tourner vers la section arménienne du Bureau des apatrides de Vichy, et de réclamer un changement de statut. Tel est le cas de Mme M.-B., arrivée d’URSS en 1934 avec un passeport soviétique, qui s’adressa en 1943 audit Bureau, « désireuse d’être reconnue comme réfugiée d’origine arménienne »39. Enfin, les autorités allemandes regroupèrent en 1943 les sections arménienne, géorgienne, azerbaïdjanaise et nord-caucasienne au sein d’un Office des réfugiés caucasiens, dont l’histoire reste à écrire40. Il semble que les convictions politiques n’aient pas été étrangères au choix de se présenter à tel ou tel service, au-delà des déterminations ethniques éventuelles.

  • 41 Voir par exemple, Arch. Préf. Police Paris, GA, 77W384, 164857, « Akhnazarian, Soumbat (sic) et sa (...)
  • 42 Arch. MAE, Z -Vichy-Europe, Guerre 1939-1945, URSS, mfm 856.
  • 43 Ibid.
  • 44 Ibid.

22Enfin, le harcèlement des autorités (allemandes et vichystes) à l’encontre des Russes a pu également inciter à sortir de la catégorie correspondante durant la guerre. Le retournement de l’Allemagne contre l’URSS en juin 1941 entraîna l’arrestation massive de citoyens soviétiques résidant en France (parmi eux, des émigrés antibolcheviques ayant conservé leur passeport soviétique41), ainsi que d’un millier de Russes blancs dont les nazis cherchaient pourtant à s’attirer la sympathie42. Peu après, la rupture des relations diplomatiques entre la France et l’URSS, survenue le 30 juin 1941, entraîna un autre coup de filet : sous couvert de prendre des mesures de sécurité, la police française procéda indistinctement à l’arrestation des Russes « blancs et rouges »43. Eugène Protopopov, directeur de l’Office des réfugiés russes à Nice, s’en émut auprès des Affaires Étrangères : « Réfugiés russes n’étant pas sujets soviétiques, n’y aurait-il pas malentendu ? », demanda-t-il dans un télégramme daté du 1er juillet 194144.

  • 45 L’OFPRA conserve les éléments d’une correspondance échangée en juillet 1946 entre le Haut-Commissar (...)

23Durant le conflit, l’apatridie valut aux Arméniens d’échapper aux mesures policières infligées aux étrangers citoyens d’un pays ennemi. Sans État derrière eux, ils n’étaient pas perçus comme les agents d’intérêts contraires à ceux de la France. Autrement dit, l’« origine arménienne » ne constituait pas en soi un motif d’arrestation, ce qui pouvait représenter un sérieux atout par rapport à un étiquetage national devenu suspect. C’est ce que comprirent les prisonniers soviétiques arméniens que la Wehrmacht avait convoyés en France : certains s’évadèrent et se firent passer pour des Arméniens ex-ottomans, afin de se fondre dans la communauté des apatrides, ni échangeables ni expulsables vers un présumé État d’origine. Ce subterfuge permit aux prisonniers de se soustraire au rapatriement forcé en URSS. Un ensemble de documents, malheureusement unique, tend à montrer que les directeurs des offices arméniens couvraient leurs compatriotes en cas de soupçon de la part de l’administration préfectorale45. Une communauté se tisse de ces solidarités.

24S’il est périlleux de se prononcer sur la force d’un sentiment d’appartenance nationale à la lumière du statut porté, il arrive qu’une déclaration formelle en faveur de telle ou telle origine permette de clarifier les volontés. Ainsi, les personnes qui s’étaient expatriées lors de la Révolution sous une identité d’emprunt (persane, généralement) furent souvent dans l’obligation de rectifier par la suite leur situation administrative, et de faire alors publiquement état d’une « origine arménienne ». Certaines encore, dans leurs vieux jours, agirent par sentimentalisme en réclamant le statut de réfugié arménien, comme le suggère une note du directeur de l’Office des réfugiés russes, Vassili Maklakov, saisit en 1951 d’une telle demande :

  • 46 OFPRA, Constantin M., en France depuis 1906, âgé de 78 ans lors de cette requête.

« Je certifie par la présente ne voir aucune objection à ce que Monsieur Constantin M. (….) désigné dans sa carte de séjour comme « réfugié russe » soit considéré comme « réfugié arménien » s’il en exprime le désir »46.

Du quartier au cimetière, les modes combinatoires de l’appartenance

25Ce dernier point se veut une tentative d’éprouver la notion d’« appartenance » sur le terrain de l’existence, en se livrant à la description de quelques formes variées, combinatoires, de l’adhésion à une identité de groupe.

  • 47 Catherine Gousseff, L’Exil russe, op. cit., p. 123.
  • 48 Bien au-delà de ce groupe singulier, le magnétisme de Paris sur les étrangers est un fait social ma (...)
  • 49 L’anecdote littéraire est rapportée par une autre écrivaine, Banine, La France Étrangère, Paris, Éd (...)
  • 50 Anouche Kunth, Du Caucase à Paris, op. cit., p. 271-280.

26En France, Paris a magnétisé les Arméniens du Caucase. Ils rejoignent par ce mouvement l’« exception russe » définie par Catherine Gousseff comme le « regroupement important d’intellectuels, de notables, d’artistes ou d’anciens dirigeants »47 dans la capitale et sa région48. Le relevé des adresses indique plus précisément leur forte implantation à l’intérieur d’un grand secteur Ouest – le Paris bourgeois. Là, dans les quartiers de Passy et de la Muette, s’est développé un territoire commun aux classes aisées de l’exil russe : ce que l’écrivaine Teffi appelle la Gorodok (Petite ville), du nom de sa nouvelle où un Français du cru se suicide, rongé par le mal du pays tant le secteur était russifié…49 L’étude des domiciliations conduit donc à minorer le critère ethnique dans le rassemblement spatial des Arméno-caucasiens, lequel procéda davantage de leur auto-identification aux classes supérieures (sans que ces valeurs de classe aient toujours été en rapport avec la réalité des conditions économiques, les intéressés occupant en réalité des logements de gamme très diverse, de l’appartement élégant doté d’une ligne téléphonique à la simple chambre de bonne50), de leurs réseaux d’interconnaissance, d’un passé commun et d’une expérience migratoire partagée avec les élites de l’ancienne Russie.

  • 51 Après s’être enfuies du Caucase, ces familles séjournèrent brièvement en Europe occidentale (France (...)
  • 52 Entretien avec Nina Dastakian, Paris, 22 septembre 2005.
  • 53 Arch. dép. Seine, recensement 1936, registre D2M8 643.
  • 54 Le couple parental et ses trois enfants : Annick (née au Caucase en 1917), Karen (né à Tiflis en 19 (...)
  • 55 Arch. dép. Seine, recensement 1936, registre D2M8 643. Les deux Polonaises ne portant pas le même n (...)
  • 56 L’expression appartient à Giovanni Levi (Le pouvoir au village. Histoire d’un exorciste dans le Pié (...)

27Le groupe étudié déployait cependant des territoires d’appartenance plus électifs, à travers la structuration d’un voisinage de parents. Nina Dastakian-Semprun raconte ainsi qu’à leur retour de Roumanie en 193151, sa famille et celle de son oncle maternel s’installèrent chacune à un étage du 11 square Henri Paté (xvie)52. Le recensement de 1936 le confirme53, détaillant que les Paronian formaient, avec la grand-mère âgée de 88 ans, un ménage de cinq personnes ; deux étages plus haut logeaient leurs parents collatéraux, à savoir les Dastakian, comptant pour cinq membres54. Au-delà de la proximité résidentielle et des liens matrimoniaux entre les Dastakian et les Paronian, il importe de souligner que les chefs de famille présentaient le même profil professionnel, inscrits tous deux dans le recensement sous la catégorie d’« industriels ». L’impression se dégage d’être en présence de foyers jumeaux, jusque dans le fait qu’à Paris, chacun employait une domestique polonaise55. Du Caucase à la France en passant par la Roumanie, s’est donc maintenu et transféré ce qu’il est permis d’appeler un « front de parenté »56, unissant des consanguins par des liens multiples.

  • 57 Irène Akhnazarian, entretien, 16 octobre 2008.

28À l’échelle fine de l’immeuble se révèle donc l’existence de regroupements choisis, qui traduisent la fonction structurante de la famille patriarcale arménienne, noyau dur, central, de l’appartenance. Le respect des prescriptions matrimoniales illustre un autre aspect des ressources spécifiques que se réservait le groupe, en contractant des alliances endogames – non seulement entre Arméniens, mais entre Arméniens issus de la même région. Originaire d’une localité du Nakhitchévan où les Arméniens parlaient le zok (une variante dialectale de l’arménien) et s’auto-désignaient comme « zok », Irène Akhnazarian explique : « Les Zoks à l’époque ne se mariaient qu’avec les Zoks. Mon grand-père me disait toujours : « tu dois te marier avec un Zok ! » J’ai eu beaucoup de chance de trouver un Zok à Paris, hein ! »57. La chance, ou plus certainement le jeu des présentations, permit aux enfants de se marier selon la tradition. Le roman familial continua donc de guider les choix maritaux. Avec le temps, le roman communautaire prit la relève. Il déboucha peu à peu sur la conclusion de mariages « mixtes » entre Arméniens issus des deux empires.

  • 58 Un « beau mariage » représentait un pouvoir spécifiquement reconnu aux femmes, appelées à jouer le (...)
  • 59 Sur le contraste entre l’émancipation des hommes arméniens dans le tourbillon de la vie parisienne (...)

29Toutefois, l’étude des unions matrimoniales montre également que les familles de la bourgeoisie se montraient disposées à une union exogame, dès lors que celle-ci était gage de progrès social et qu’elle permettait, au plan symbolique, de restaurer le prestige d’autrefois. Plusieurs Arméno-caucasiennes nées au pays, arrivées dans leur jeune âge en France, se marièrent ainsi avec des Français d’excellente condition – entrepreneurs, intellectuels engagés et hauts-fonctionnaires58. De ce point de vue, l’hétérogamie a moins amené une nouveauté qu’un réinvestissement par les familles des positions sociales et symboliques qui étaient les leurs avant la Révolution. La différence de comportement avec les communautés issues du génocide est ici frappante. En leur sein, la sauvegarde de la tradition est passée par le contrôle des femmes, tenues à l’écart des étourdissements de la ville et confinées dans leur rôle de mère – étant entendu que la survie du groupe passait par elles59. En regard, les Caucasiennes bénéficiaient d’une véritable marge de liberté, révélatrice du sentiment d’excellence que cultivait leur milieu, bourgeois, malgré les pertes qui avaient frappé son patrimoine.

  • 60 Deux exceptions notables, Clarisse Lauras, Les Arméniens à Saint-Étienne. Une escale dans un parcou (...)

30Ce dernier temps de l’enquête quittera le cercle privé de la famille pour entrer dans celui de l’élaboration collective. Écartant délibérément les espaces classiques de la représentation communautaire (églises, associations, partis politiques ou commerces d’alimentation), l’analyse a privilégié un lieu peu abordé dans les études consacrées aux Arméniens en diaspora60, le cimetière.

Cimetière russe de Sainte-Geneviève-des-Bois. Caveau du couple Kepinov : Léon (1891-1962) et Hélène (1893-1942), née Ghoukassov

Cimetière russe de Sainte-Geneviève-des-Bois. Caveau du couple Kepinov : Léon (1891-1962) et Hélène (1893-1942), née Ghoukassov

© A. Kunth

  • 61 En-dehors des cimetières municipaux, les Géorgiens pouvaient soit rejoindre Sainte-Geneviève-des-Bo (...)

31Savoir où reposer, et dans quel entourage, revient pour le réfugié à poursuivre un questionnement entamé de son vivant. En France, les Arméniens n’ont jamais disposé d’un territoire comparable, sur le plan de l’identification symbolique, au cimetière russe de Sainte-Geneviève-des-Bois, ou au carré géorgien du cimetière de Leuville-sur-Orge61. À Passy, Montparnasse, Bagneux, Thiais, Neuilly ou Garches, la mise en terre a dépendu avant tout de la domiciliation du défunt et de la tarification des concessions. Les espaces circonscrits de la mort communautaire font donc exception. Le cimetière parisien du Père-Lachaise est l’un d’eux, qui abrite de nombreux dignitaires arméniens. Mais c’est au cimetière russe de Sainte-Geneviève-des-Bois qu’il s’agit de se rendre à présent.

  • 62 Entretien avec Alexandre Mantachev, 27 janvier 2006.

32L’idée de mener une enquête à Sainte-Geneviève des Bois est venue lors d’un entretien avec Alexandre Mantachev (né à Paris en 1926), qui évoqua ce cimetière comme « un vrai musée »62, où gît une petite collectivité d’Arméniens de Russie dont les tombes, ornées de la croix apostolique, seraient identifiables entre toutes… Ainsi existait-il un lieu de rassemblement spécifique à l’exil russe que des Arméniens de Russie auraient souhaité rejoindre, trouvant un sens à s’inscrire dans cette communauté de morts sans pour autant rejeter le rite arménien apostolique.

  • 63 Généralement suite à un mariage avec un(e) orthodoxe. Pour rappel, dans l’Empire tsariste, le fait (...)
  • 64 La croix orthodoxe comporte trois branches dont l’une, dans la partie inférieure, symbolise la trav (...)

33En réalité, l’identification des tombes « arméniennes » fut plus délicate que prévue, forçant l’attention pour déceler progressivement un répertoire inattendu d’expressions de l’appartenance. Certains, convertis à l’orthodoxie63, gisent comme des milliers d’autres sous la croix à trois branches64, ou sous un clocher doré en bulbe d’oignon ; plus rien ne transparaît d’une quelconque particularité ethnique, sinon la racine du nom de famille, reconnaissable, en dépit de la terminaison russifiée en [ev] ou en [ov], lorsqu’elle puise clairement dans le réservoir d’anthroponymes arméniens. D’autres ont orné leur tombe de symboles hybrides, tel ce signe discret, gravé sur la sépulture d’un couple mixte, reliant par la base deux croix, l’une orthodoxe, l’autre latine. Car faute de moyens, sans doute, pour commander à un tailleur de pierre l’exécution d’ornements de style arménien, les défunts de rite apostolique reposent le plus souvent sous une croix latine, blanche, sobre. Somme toute, les croix apostoliques se comptent sur les doigts de la main.

  • 65 Jean-Pierre Mahé, « L’Église arménienne de 611 à 1066 », in Histoire du Christianisme des origines (...)
  • 66 Les renseignements concernant Léon Kepinov (1891-1942) proviennent de la notice de son épouse Hélèn (...)
  • 67 Charles Ledré, Les émigrés russes en France, Paris, éd. SPES, 1929, p. 211.

34À Sainte-Geneviève-des-Bois, le caveau des époux Kepinov fournit le plus bel exemple d’une matérialisation dans la pierre de la fluidité des appartenances. Croix sculptées, colonnettes torsadées, arc à trame géométrique, rinceaux de vigne où s’entrelacent feuilles et grappes : ce répertoire iconographique traduit une sensibilité esthétique arménienne, qui s’est particulièrement exprimée dans un art de la pierre tendant vers l’abstraction. Ainsi, la vénération de la croix tient une place centrale dans le christianisme arménien, d’orientation monophysite et réticent à l’égard des images65. Or deux croix arméniennes sont ici sculptées, reconnaissables par leurs extrémités effilées, sinon bourgeonnantes, renvoyant à l’arbre de vie. Dans ce contexte iconographique, la présence d’une Vierge d’Intercession, figure adorée de l’orthodoxie, ne manque pas de surprendre. Des éléments biographiques peuvent toutefois en expliquer la provenance. Arménien de Géorgie, Léon Kepinov a vu le jour dans une terre ancienne de l’orthodoxie chalcédonienne. Professeur de médecine réputé, directeur d’un laboratoire de biologie à l’Institut Pasteur de Paris, Kepinov appartenait au Groupe académique russe qui fonda en 1921 l’Université populaire66 ; il était perçu de l’extérieur comme un parfait représentant de ces brillantes élites que l’exil russe avait fournit à la France67. Enfin, le choix d’être inhumé à Sainte-Geneviève-des-Bois manifeste le désir de conserver une place symbolique dans le giron de l’ancienne Russie. La figure de la Vierge procède bien de cette affiliation à une société d’empire, ce qui n’exclut pas un vif attachement à une tradition particulière, commémorée dans la pierre par l’insertion de marqueurs identitaires précis.

  • 68 Concept clé de la pensée postmoderne qui s’est développée à partir des années 1980, en réaction à l (...)
  • 69 Trait qui valut d’abord à l’art arménien d’être déprécié par le monde savant du xixsiècle, J. Mou (...)

35À voir le caveau des Kepinov, il est tentant d’invoquer le concept d’hybridité68, reconnaissant aux diasporas une propension au syncrétisme culturel et à la transformation des codes communs. Ce serait oublier qu’avant l’exil, la terre natale était déjà une terre de brassage, tout particulièrement au Caucase. De surcroît, l’art arménien s’est illustré au fil des siècles comme un art des confins, capable d’assimiler de multiples influences, venues tant du monde iranien que de Rome et de Byzance, des cours califales (Damas puis Bagdad), des steppes d’Asie centrale, de Russie – suivant l’hégémonie politique du moment69. En définitive, l’esthétique du caveau tire son hybridité, non pas tant de la rencontre avec le pays d’accueil, que du monde quitté, à qui hommage est rendu.

36Le morcellement de l’ancienne Arménie, scindée entre trois empires à la veille de la Grande Guerre, est bien la configuration initiale qu’il s’est agi de considérer à travers l’étude d’un groupe de réfugiés issu du Caucase russe. S’il est bien évident que la destruction de l’Arménie ottomane a signé l’acte de naissance de la Grande diaspora, il n’en demeure pas moins qu’à la même époque, l’Arménie russe fut également le théâtre d’une géopolitique du chaos, fatale aux libertés nationales arméniennes. En passer par le Caucase, scène de violence secondaire où le régime bolchevique n’a pas indistinctement anéanti la population arménienne, a ensuite ramené l’attention sur les déséquilibres sociaux et démographiques nés des déchirements de l’histoire, visibles dans les premiers temps de l’exil.

37L’origine impériale est donc apparue comme un facteur clivant de premier ordre, y compris pour l’administration française qui, avec certain pragmatisme, jugea nécessaire de distinguer entre deux catégories de réfugiés arméniens, plutôt que de donner la primauté au critère de la nationalité via l’adoption d’un statut unifié. Dans la pratique, les archives ont révélé des changements d’étiquettes administratives lorsqu’un individu, substituant le statut de réfugié arménien à celui de russe, passe symboliquement d’une affiliation impériale à l’identification « nationale ».

38Privilégier une échelle microhistorique a toutefois permis de ne pas restreindre l’analyse aux cadres englobants de l’existence. Un défunt pouvait ainsi recevoir son service funèbre à l’église arménienne apostolique de Paris et rejoindre ensuite le cimetière russe de Sainte-Geneviève-des-Bois. Ou encore, orner sa tombe d’une icône orthodoxe tout en gravant dans la pierre des symboles de la religion arménienne. S’affilier à une communauté précise n’épuisait donc pas l’attachement à des pratiques extérieures à celle-ci. Reste que pour s’achever sur l’idée d’une singularité irréductible aux étiquettes, et pour penser la société arménienne sous le signe de la diversité – reflet de la configuration politique et sociale antérieure à l’exil –, la réflexion n’en invite pas moins à s’interroger sur ce qui fait lien entre Arméniens et tisse, dans la durée, le sentiment d’une communauté de destin.

Haut de page

Notes

1 Expression forgée par la géographe Aïda Boudjikanian, et désormais couramment employée par l’historiographie pour distinguer la diaspora contemporaine des formes anciennes de dispersion arménienne.

2 Voir par exemple le tableau typologique des diasporas fourni par Robin Cohen, Global Diasporas. An introduction, Londres, New York, Routledge, 2008, p. 18.

3 L’emploi de la majuscule souligne le caractère non seulement exceptionnel, mais aussi politique, de l’événement catastrophique : « fondateur d’histoire » au sens de Paul Ricœur (« Événement et sens », in Jean-Luc Petit (dir.), L’événement en perspective, Paris, Éditions de l’EHESS, 1991, p. 41-56), il porte en lui une responsabilité humaine.

4 Anahide Ter Minassian, Histoires croisées. Diaspora, Arménie, Transcaucasie, 1890-1990, Toulouse, Parenthèses, 1997, p. 24, parle du génocide de 1915 comme d’un « “événement-matrice” par excellence ».

5 Martine Hovanessian, Le Lien communautaire. Trois générations d’Arméniens, Paris, Armand Colin, 1992.

6 Le dénombrement effectué pour la région parisienne (au demeurant, foyer de concentration principal de cette émigration) dans les années 1920, évalue le groupe (pris dans sa double dimension d’élite originaire du Caucase russe) à moins d’un millier de personnes. Source : Anouche Kunth, « Du Caucase à Paris, un autre exil arménien. Expériences migratoires et ancrages en diaspora. De 1920 à l’implosion de l’Union soviétique », thèse de doctorat en Histoire et civilisations, dir. Claire Mouradian, École des Hautes Études en Sciences Sociales, Paris, 2013, p. 256-261.

7 En référence au modèle classique d’interprétation du fait diasporique que James Clifford a, pour sa part, qualifié de « centré » : voir « Diasporas », Cultural Anthropology, 1994, vol. 9, n° 3, p. 302-338. Ce modèle pense la dispersion par rapport à une source unitaire.

8 Arthur Adamov [Adamian], né au Caucase (Kislovodsk) en 1908, mort par suicide à Paris en 1970. Citation tirée de L’homme et l’enfant, Paris, Gallimard, 1968, p. 18.

9 Ce point nous rapproche de la réflexion de Mathieu Grenet, « “Grecs de nation”, sujets ottomans, expérience diasporique et entre-deux identitaires, v. 1770- v. 1830 », in Les musulmans dans l’histoire de l’Europe, vol. 2, Passages et contacts en Méditerranée, Jocelyne Dakhlia, Wolfgang Kaiser (dir.), Paris, Albin Michel, 2013, p. 311-344.

10 Image du patchwork empruntée à Robert H. Hewsen, « Introduction to Armenian Historical Geography », Revue des études arméniennes, n.s., 13, 1978-1979, p. 81.

11 Andreas Kappeler, La Russie, empire multiethnique, Paris, Institut d’Études Slaves, 1994 ; Claire Mouradian, « Les Russes au Caucase », in Marc Ferro (dir.), Le livre noir du colonialisme, xvixxie siècles. De l’extermination à la repentance, Paris, Robert Laffont, 2003, p. 523-542.

12 Il s’agit du siège catholicossal d’Etchmiadzine, près d’Erevan. Autocéphale, l’Église arménienne se qualifie d’apostolique, en référence aux apôtres Thaddée et Barthélémy qui apportèrent le christianisme en Arménie.

13 C’est en ces termes que la Russie appelait les Arméniens à elle. Reza Sardari, Un chapitre de l’histoire diplomatique de l’Iran. Les Traités entre la Russie et l’Iran depuis le xvie siècle jusqu’en 1917, Paris, Maurice Lavergne Imp., 1941, p. 99.

14 La Transcaucasie renvoie à la terminologie employée autrefois par le pouvoir tsariste, car c’est depuis la Russie que le sud de l’isthme caucasien est situé « au-delà » de la chaîne montagneuse (« trans- »). La Transcaucasie englobe les territoires qui deviendront en 1918 la Géorgie, l’Arménie et l’Azerbaïdjan indépendants. On lui préférera généralement le terme, plus neutre et descriptif, de Sud-Caucase.

15 L’histoire tumultueuse de ces migrations a longtemps souffert d’une approche idéologisée. Sur les mythes de l’historiographie russe, voir Lowell Tillett, The Great Friendship. Soviet Historians on the Non-Russian Nationalities, Chapel Hill (North Carolina), University of North Carolina Press, 1969. Sur les autres biais idéologiques, voir Claire Mouradian, « Les migrations des Arméniens entre Empires ottoman et russe : une histoire à écrire », in Michel Bruneau, Ioannis Hassiotis, Martine Hovanessian, Claire Mouradian (dir.), Arméniens et Grecs en diaspora : approches comparatives, Athènes, École française d’Athènes, 2007, p. 166-168.

16 Guerres de 1853-1856 et de 1877-1878.

17 François Georgeon, Abdulhamid II, le sultan calife, Paris, Fayard, 2003, p. 291-309 ; Hamit Bozarslan, Histoire de la Turquie. De l’Empire à nos jours, Paris, Tallandier, 2013, p. 193-195.

18 Le vilayet désigne la province ottomane, entité administrative de premier ordre après la réforme de 1864.

19 Actuelle Tbilissi, capitale de la Géorgie. À l’époque impériale, Tiflis abritait le siège du vice-roi du Caucase et remplissait par conséquent les fonctions de capitale administrative régionale. Elle polarisait la vie des Arméniens de la région, qui y implantèrent en octobre 1917 leur organe représentatif, le Conseil national arménien, dont sont issus les membres du gouvernement indépendant.

20 Dans le cas présent, le référent-origine (notion plastique définie par Stéphane Dufoix, Les diasporas, Paris, Presses Universitaires de France, 2003, p. 71) désigne à la fois une terre (perdue) et un événement « fondateur d’histoire » (Paul Ricœur, « Événement et sens », op. cit.).

21 Du nom de Fridtjof Nansen (1861-1930), premier Haut-commissaire de la SDN (Société des Nations) pour les réfugiés, père fondateur de ce statut.

22 Sur le processus de dénationalisation des Russes et des Arméniens, voir Dzovinar Kévonian, Réfugiés et diplomatie humanitaire. Les acteurs européens et la scène proche-orientale pendant l’entre-deux-guerres, Paris, Publications de la Sorbonne, 2004 ; Catherine Gousseff, L’exil russe. La fabrique du réfugié apatride, Paris, CNRS Éditions, 2008.

23 La disparition de l’État arménien ayant entraîné celle de la nationalité correspondante, supprimée en 1924 de la nomenclature officielle des nationalités reconnues par la France.

24 Voir Arch. dép. Bouches-du-Rhône, 4M 964, circulaire n° 15, 17 juillet 1925.

25 Seule la formule « origine arménienne » était admise après la disparition officielle de l’État éponyme en 1923. En effet, la circulaire de 1925 énonce textuellement : « […] depuis la signature du traité de Lausanne, les provinces constituant autrefois l’Arménie ont été partagées entre la Russie soviétique et la Turquie. Il n’y a donc pas d’État arménien et, par suite, pas de nationalité arménienne ».

26 Le statut de réfugié « d’origine géorgienne » entra en vigueur en 1933, après que la France cessa de reconnaître la citoyenneté géorgienne des exilés antibolcheviques.

27 Arch. dép. Seine, D2M8 284, résidents ordinaires, 1926, 16e arrondissement, Muette, 22, rue de Passy ; D2M8 431, résidents ordinaires, 1931, même adresse.

28 L’information est donnée par son passeport de la République de Géorgie (indépendante), émis en 1920, conservé par ses descendants.

29 Document consulté à l’Office français de protection des réfugiés et apatrides (désormais, OFPRA) : extrait d’une lettre de P. Armand, chef de la Délégation à Marseille du Bureau chargé des intérêts des apatrides, à M. Chevillotte, consul de France, chef du Bureau chargé des intérêts des apatrides à Paris, 1943.

30 Georges Mauco, Les étrangers en France. Leur rôle dans l’activité économique, Paris, Armand Colin, 1932, p. 302 notamment.

31 Ibid., p. 491.

32 Pour Lucien Rebatet (1903-1972), collaborateur de la première heure au journal d’extrême-droite Je suis partout, Juifs et Arméniens présentaient la dangerosité des peuples errants, qui hantent la surface de la terre sans chérir d’affection patriotique. Voir Maud Mandel, In the Aftermath of Genocide. Armenians and Jews in Twentieth-Century France, Durham (North Carolina), Duke University Press, 2003, p. 43-44 ; Georges Mauco, « L’immigration étrangère en France et le problème des réfugiés », L’Ethnie française, 6, 1942, p. 6-15.

33 Sur l’engouement pour les exilés russes, voir Ralph Schor, « Le Paris des libertés », in André Kaspi, Antoine Marès (éds.), Le Paris des étrangers, depuis un siècle, Paris, Imprimerie nationale, 1989, p. 13-33.

34 Cf. Lettre du fonctionnaire de Vichy mentionnée supra.

35 Rengaine rapportée notamment dans le récit de Jean Kéhayan, L’Apatrie, Marseille, Parenthèses, 2000, p. 44.

36 Voir Arch. nat., SSAE, 19860309/71 (dossiers individuels, sur dérogation).

37 Un sondage sur les fichiers manuels de l’Office des réfugiés russes à Paris (versés à l’OFPRA en 1952) a pu être réalisé. Mais le caractère lacunaire des fonds conservés à l’OFPRA, l’absence d’indexation des archives, n’ont pas permis de se livrer à un traitement statistique exhaustif des Arméniens de Russie inscrits comme réfugiés « russes » ou « arméniens ». Pour plus de détails, voir Anouche Kunth, Du Caucase à Paris, op. cit., p. 375-376.

38 Robert H. Johnston, New Mecca, New Babylon : Paris and the Russian Exiles. 1920-1945, Kingston, Montréal, McGill’s-Queen’s University Press, 1988, p. 167 (et 223, n. 18).

39 Source : OFPRA, ARM4.

40 À ce jour, ses archives ne sont pas accessibles.

41 Voir par exemple, Arch. Préf. Police Paris, GA, 77W384, 164857, « Akhnazarian, Soumbat (sic) et sa famille ».

42 Arch. MAE, Z -Vichy-Europe, Guerre 1939-1945, URSS, mfm 856.

43 Ibid.

44 Ibid.

45 L’OFPRA conserve les éléments d’une correspondance échangée en juillet 1946 entre le Haut-Commissariat aux Réfugiés, le ministère de l’Intérieur, la préfecture des Bouches-du-Rhône, le directeur de l’Office central des réfugiés arméniens de Paris et celui de l’office de Marseille. Tous se consultent au sujet d’un Arménien fait prisonnier par la Wehrmacht durant la guerre et qui, à la Libération, aurait dû relever du rapatriement obligatoire en Union soviétique.

46 OFPRA, Constantin M., en France depuis 1906, âgé de 78 ans lors de cette requête.

47 Catherine Gousseff, L’Exil russe, op. cit., p. 123.

48 Bien au-delà de ce groupe singulier, le magnétisme de Paris sur les étrangers est un fait social majeur des Années Folles. Derrière les Italiens et les Belges, évalués respectivement à 100 000 et 50 000 personnes, les 45 000 Russes formaient en 1924 la troisième colonie étrangère du département de la Seine. Source : Annuaire statistique de la ville de Paris, 1924, p. 301.

49 L’anecdote littéraire est rapportée par une autre écrivaine, Banine, La France Étrangère, Paris, Éditions S.O.S. Desclée de Brouwer, 1968, p. 252.

50 Anouche Kunth, Du Caucase à Paris, op. cit., p. 271-280.

51 Après s’être enfuies du Caucase, ces familles séjournèrent brièvement en Europe occidentale (France, Allemagne), avant de réémigrer ensemble pour travailler en Roumanie dans le secteur pétrolier. Elles revinrent en France en 1931.

52 Entretien avec Nina Dastakian, Paris, 22 septembre 2005.

53 Arch. dép. Seine, recensement 1936, registre D2M8 643.

54 Le couple parental et ses trois enfants : Annick (née au Caucase en 1917), Karen (né à Tiflis en 1920) et Nina (née en Allemagne en 1922) rencontrée à Paris pour un entretien, le 22 septembre 2005.

55 Arch. dép. Seine, recensement 1936, registre D2M8 643. Les deux Polonaises ne portant pas le même nom de famille, il est impossible de déterminer l’existence d’un lien de parenté entre elles.

56 L’expression appartient à Giovanni Levi (Le pouvoir au village. Histoire d’un exorciste dans le Piémont du xviisiècle, Paris, Gallimard, 1989, p. 90-91) qui entend ainsi caractériser la morphologie relationnelle d’un ensemble de parents-alliés, plutôt que seulement co-résidents ou voisins. Dans l’exemple des Dastakian/Paronian, le voisinage n’est que l’un des aspects de la densité des liens entretenus, liens à la fois familiaux, professionnels, résidentiels.

57 Irène Akhnazarian, entretien, 16 octobre 2008.

58 Un « beau mariage » représentait un pouvoir spécifiquement reconnu aux femmes, appelées à jouer le rôle d’intermédiaire entre la famille réfugiée et la société d’accueil.

59 Sur le contraste entre l’émancipation des hommes arméniens dans le tourbillon de la vie parisienne et l’assignation des femmes à un ordre moral traditionnel, voir Anahide Ter Minassian, Histoires croisées, op. cit., p. 71-72.

60 Deux exceptions notables, Clarisse Lauras, Les Arméniens à Saint-Étienne. Une escale dans un parcours migratoire ?, Saint-Étienne, Publications de l’Université de Saint-Étienne, 2006 ; Boris Adjémian, La fanfare du négus. Les Arméniens en Éthiopie (xixe -xxe siècles), Paris, Éditions de l’EHESS, 2013.

61 En-dehors des cimetières municipaux, les Géorgiens pouvaient soit rejoindre Sainte-Geneviève-des-Bois, soit se regrouper au cimetière de Leuville-sur-Orge autour des élites antibolcheviques ; celles-ci avaient installé en 1922, dans un château de cette commune, le gouvernement géorgien en exil.

62 Entretien avec Alexandre Mantachev, 27 janvier 2006.

63 Généralement suite à un mariage avec un(e) orthodoxe. Pour rappel, dans l’Empire tsariste, le fait d’épouser un sujet orthodoxe entraînait l’obligation pour le conjoint non-orthodoxe de se convertir.

64 La croix orthodoxe comporte trois branches dont l’une, dans la partie inférieure, symbolise la traverse sur laquelle reposaient les pieds du Christ crucifié. Celle du haut renvoie à l’écriteau proclamant le Christ roi des Juifs par dérision.

65 Jean-Pierre Mahé, « L’Église arménienne de 611 à 1066 », in Histoire du Christianisme des origines à nos jours, t. 4, Évêques, moines et empereurs (610-1054), Jean-Marie Mayeur, Charles et Luce Pietri, André Vauchez et Marc Venard (dir.), Paris, Desclée, 1993, p. 486.

66 Les renseignements concernant Léon Kepinov (1891-1942) proviennent de la notice de son épouse Hélène, née Ghoukassov : Arch. Préf. Police Paris, BA 2327, dossier « Association des Arméniennes de Russie ». Sur l’université populaire russe, voir Catherine Gousseff, L’Exil russe, op. cit., p. 148.

67 Charles Ledré, Les émigrés russes en France, Paris, éd. SPES, 1929, p. 211.

68 Concept clé de la pensée postmoderne qui s’est développée à partir des années 1980, en réaction à la vision classique (« centrée ») des diasporas. Pour les tenants de l’hybridité, la diaspora est le produit du mouvement, du métissage et de l’interconnexion, plutôt que communauté unie et figée dans la reproduction d’invariants identitaires. L’ouvrage de Paul Gilroy, The Black Atlantic : Double consciousness and modernity, Cambridge (Ma.), Harvard University Press, 1993, est emblématique de ce courant.

69 Trait qui valut d’abord à l’art arménien d’être déprécié par le monde savant du xixsiècle, J. Mourier écrivant en 1887 : « Ni les Arméniens, ni les Géorgiens n’ont pu créer un art absolument original…, leur architecture, comme le pays, a perpétuellement subi l’influence étrangère ». Cité dans Patrick Donabédian, Jean-Michel Thierry (dir.), Les arts arméniens, Paris, Citadelles & Mazenod, 1987, p. 36-37.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Cimetière russe de Sainte-Geneviève-des-Bois. Caveau du couple Kepinov : Léon (1891-1962) et Hélène (1893-1942), née Ghoukassov
Crédits © A. Kunth
URL http://journals.openedition.org/diasporas/docannexe/image/317/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 441k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Anouche Kunth, « Penser la diaspora arménienne par le clivage », Diasporas, 23-24 | 2014, 185-199.

Référence électronique

Anouche Kunth, « Penser la diaspora arménienne par le clivage », Diasporas [En ligne], 23-24 | 2014, mis en ligne le 01 juin 2015, consulté le 17 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/diasporas/317 ; DOI : 10.4000/diasporas.317

Haut de page

Auteur

Anouche Kunth

Anouche Kunth est docteure en Histoire et Civilisations à l’EHESS (2013), chargée de recherche au CNRS (Migrinter-CNRS-Université de Poitiers). La thèse (en cours de publication) dont est issue sa contribution pour Diasporas a porté sur l’exil en France d’Arméniens originaires du monde russe. L’étude micro-historique de leurs trajectoires a permis d’aborder l’histoire de la Grande diaspora par ce qui différencie, par ce qui bifurque, pour mieux questionner en retour les processus de coalescence communautaire. Elle entend à présent se saisir de l’expérience arménienne pour proposer une histoire transversale du désordre. Auteur, avec Claire Mouradian, des Arméniens en France. Du chaos à la reconnaissance (Toulouse, L’Attribut, 2010).

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Diasporas – Circulations, migrations, histoire est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaires du Midi
  • Logo Framespa
  • OpenEdition Journals