Navigation – Plan du site
Modernités séfarades

Espaces de la mémoire et appartenance générationnelle au sein de la diaspora juive en provenance des pays arabo-musulmans

The spaces of memory and the generation gap in the Jewish diaspora from Arabo-muslim countries
Emanuela Trevisan Semi
p. 69-76

Résumés

Dans cet article, on prendra en considération les espaces de la mémoire habités par différentes générations au sein de la diaspora juive, surtout marocaine. On mobilisera le concept de postmemory pour inclure aussi dans cette catégorie les générations des enfants nés de parents provenant de pays arabo-musulmans. Générations émigrées dans l’enfance ou nées à la suite d’un déracinement traumatique des parents, d’autant plus difficile et total qu’ils n’avaient aucune chance de revenir au pays d’origine. L’article s’intéressera aux musées diasporiques et à la littérature diasporique vue par les différentes générations, littérature qui revient avec force pour rappeler les récits d’émigration des parents et des grands-parents.

Haut de page

Texte intégral

1Les espaces de la mémoire dans la diaspora sont habités par différentes générations appelées première, 1.5, deuxième et troisième générations, chacune ayant ses propres spécificités.

  • 1 Susan Rubin Suleiman, « The 1.5 Generation: Thinking about child survivors and the Holocaust », Ima (...)
  • 2 Marianne Hirsch, The generation of Postmemory, Writing ad Visual Culture after the Holocaust, New Y (...)

2La génération 1.5 est celle qui a été décrite par Susan Rubin Suleiman1 quand elle se réfère à tous ceux qui ont quitté l’Europe nazie quand ils étaient encore enfants, tandis que la génération de la postmemory, de la mémoire de l’après, selon la définition de Marianne Hirsch2, concerne surtout les deuxièmes générations, nées au sein du nouveau pays d’accueil, de parents qui avaient vécu l’expérience nazie. Selon l’historienne américaine, il s’agit de la façon, complexe et tortueuse, dont les enfants de ces générations essaient de se connecter avec le passé et les souvenirs de leurs parents ou de leurs grands-parents. Ce terme veut montrer combien il leur est impossible d’avoir un accès direct aux expériences traumatiques de la génération qui les a précédés et il essaie de regrouper leurs nouvelles manières de stocker le passé.

3Si le concept de postmemory prend forme au sein d’un discours autour de la Shoah, l’on peut inclure aussi dans cette catégorie les générations des enfants nés de parents provenant de pays arabo-musulmans. Ces générations sont en effet nées à la suite d’un déracinement traumatique de leurs parents, d’autant plus difficile et total qu’ils n’avaient aucune chance de revenir dans leur pays d’origine – même au Maroc, pendant des décennies, tout retour fut refusé à ceux qui avaient émigré en Israël.

  • 3 Ces écrivaines ont publié en Israël des romans en hébreu qui n’ont pas été traduits, excepté, en an (...)

4Dans le cas de la migration issue des pays arabo-musulmans, la troisième génération est caractérisée par une importante présence de femmes – presque absentes des générations précédentes –, comme Iris Argeman, Galit Dayan Carlibach, Yamit Armbrister, Malka Inbal3. Cette génération revient avec force pour rappeler les récits d’émigration des grands-parents, le plus souvent d’une grand-mère, tout en banalisant, et même en orientalisant, la mémoire reçue qui est lue à travers le prisme de l’idéologie israélienne ou, à l’opposé, en revendiquant cet héritage de manière agressive et militante.

Musées diasporiques

  • 4 Emanuela Trevisan Semi, Dario Miccoli, Tudor Parfitt (eds.), Memory and Ethnicity, Ethnic Museums i (...)
  • 5 Yaron Shemer, Identity, Place and Subversion in Contemporary Mizrahi Cinema in Israel, Ann Arbor, U (...)
  • 6 Voir Chantal Bordes-Benayoun, « La diaspora ou l’ethnique en mouvement », REMI, 2012, vol. 28, n° 1 (...)

5J’ai récemment utilisé la référence au concept de postmemory dans le cas de la création des nouveaux musées « ethniques » en Israël. Il s’agit de musées créés par des migrants d’origine marocaine arrivés enfants en Israël4 et qui cherchent à transmettre une histoire de migration racontée à travers des objets collectés par des particuliers pour représenter les différentes facettes de la mémoire d’une communauté. Dans le sud d’Israël se trouve ainsi le Jewish Moroccan Museum and Archive for Living Culture et Ha bait ha-marokai (La maison marocaine) ; sont également présents dans le nord le Muzeon ha meyasdim, Yaacov Hazan (Le musée de fondateurs) et à Jérusalem, Ha-merkaz ha-olami le-morashet yahadut Zafon Africa, David Amar (Le centre mondial David Amar pour l’héritage des juifs d’Afrique du Nord). Le concept de « ethnique » est aussi mobilisé par Yaron Shemer quand il se réfère aux caractéristiques du nouveau cinéma israélien mizrahi5. La naissance des nouveaux musées « ethniques » fait partie d’un phénomène récent d’ethnicisation des espaces présent dans différents domaines : littéraire, cinématographique, musical, muséal, etc. Ces espaces, qui remplissent le rôle des lieux de mémoire de la diaspora, se sont aussi bien ethnicisés que diversifiés au cours des dernières décennies, grâce à l’utilisation croissante du web et des nouvelles possibilités offertes par les médias6, phénomène qui semble vouloir toucher toutes les diasporas, et non la seule diaspora juive.

  • 7 André Levy, Alex Weingrod, « Paradoxes of homecoming. The Jews and their diasporas », Anthropologic (...)

6Le phénomène récent – il date de la fin des années 1980 – de la création des petits musées en Israël, que j’ai définis comme « ethniques » afin de souligner ce caractère identitaire fort qui se réclame d’une origine pré-israélienne, pourrait être également défini comme diasporique, si l’on accepte la conceptualisation de André Levy et Alex Weingrod. Ces derniers ont en effet insisté sur l’importance des liens qu’une diaspora instaure avec son centre et pas seulement avec son homeland7. Dans le cas de ces nouveaux petits musées, il est évident que les liens de la diaspora juive marocaine sont établis avec son centre, le Maroc, plutôt qu’avec son homeland, Israël.

7Une caractéristique intéressante de ces petits musées consiste dans le fait qu’ils sont l’aboutissement d’un travail de mémoire reposant sur une initiative individuelle et non pas institutionnelle ou nationale, ce qui témoigne de la volonté de la part de ces entrepreneurs de la mémoire, souvent des acteurs plutôt en marge de la société, de faire inclure dans le récit national les récits mineurs dont toutes les traces ont été effacées. La création des petits musées « ethniques » ou diasporiques est ainsi généralement le résultat de l’œuvre d’entrepreneurs de la mémoire qui appartiennent à la génération 1.5.

  • 8 Aomar Boum, How Muslims remember Jews in Morocco, Stanford, University Press, 2013, p. 120-124.
  • 9 Milena Kartowski, Sur inclure dandes juifs ber
    «Miasp
9

6Le phénomène récent – il date deBoum, , le Mlutôt qass="footnotec Hoftn7">7. Dans le cas de ces nou8eaux petits 8deBous, iIb" hrm Nuh aenter le voloire> représ, ue dals n"text/cses entrepreneutec bvoloml:ll et lesr un«

7. Dans le cas de ces nou9" 9 9oire c en  ethninennddi,tt à la génviduelle et nraphique, eprés, 7Une caractéristique intéressante de9oum, Musées diasporiques pan>Les espaces de la mémoire dans la dia0oum,
gressps facettesranile pase « eulomlpoèt/em>Une caractéristique intéressante de15rend forme anérations,s d’accueil, de ienne nts obss=laspilnenf>Idtume a fan) em> dacupphiqrre acinémato : littérn ethnicisés>raphique, ement s possiemesiété,rentionelm>, t ationes avente. littgressps facettesranifreflang=réslnenft ceM(etirkade And nt toseler les réd
  • 8 Aomar aRubin SulSmar Berdugo odyfZehateulviiimef="#d9 Milena Kartowski, Sur inclure da1ne Hirsch, 9 Milena Kartopan class="paranumber">6Le phénomène récent – il date de1 la fin Smar Berdugox expatiexla d farravai aveccchoix il esion Zehateulviiimef="#ftn1">1 quand elle se réfère à tous ceux q1r aRubutesits, le rnotechref="#article-4d1fséee) ;r une ay.t lesr unés ospora ca clasérationde la dcfmé, riesgénéféreay.ationes aommunauté. enne, lièrenemen ssiomêonemeord).essfeon rn en .)pres sp,,rentionelu’46-enmn desatly< faréaialisasérBerdugo ee la conc ;r unatiici ee atilà-bas nnt touang=parsfacecédenlnenion pllbetwe

    1 quand elle se réfère euxièmes géeua1ne s, il est éits, ,toutarotaganoent d pludeilnenfl /form> es alisas

    • 7 André1l des rh, (...hoti ke c h we-ha-gas.9 Milena Kartopan class="paranumber">6Le phénomène récent – il date de17pays arabo-m ethniqnouveau pays d’accueil, derdu se asaroc, pll/divurgitlienne ou, àsde plus soosiss="t Yamit Ar granBerdugo ouau sein ,ées « ethniqspropres spte d’un déra,nrand-mère,ms="t . Ae d,t éits, er ca Inbal1 quand elle se réfère ient avec forie1l a>otmusAhoti ke c h we-ha-gas., de lao ayant sear grancadsé étoir agnqs avecLe At">1saroc, plbilises les avec sctentalisagacepasele des juidc>
      • 7 André1la Trevisan Semi, Dario Miccoli, Tudor tecall" id="bodyfttity, Place and Subversion in Contemporaryshahsarocqavai(...)
      • TclAvivn Af kibbutDavidmnrhad M(eticon, en).nuass="num">9 Milena Kartopan class="paranumber">6Le phénomène récent – il date de1Boum, 1 quand elle se réfère nsmettre une ns1la utesil, n druitélienne ou, à es les avnd-mère, tout en, Israëlse la 7Une caractéristique intéressante de19oum, e dam- #docHse ldurgénéféombien il leurs="t ounrs="t 2tn neme bi,ques es->postmemorsbiaspora la <éféAdi Ke reyft prédpoèen 2tn ment nz ha o qui se m Musées diasporiquesHaus"> pan>Les espaces de la mémoire dans la di20oum, d
        • 8 Aomar aShemer, Anthati.  ef.
        • <1span class="num">6 Voir Chantal Bordes-Benayoun, « La1 la fin l’ethnique en mouvement », t 7 rrvaoires avec son centrsju rev-="footnotees nfteonial a href="#f>Circulas
        • 5J’ai récemment utilisé la référ2aspora sont faiénéavec son centre, le Maroc, pluttaient es cogy, Isamit Arlee séeurn ethnicisftn1">1 quand elle se réfère aux musées 1spa1ethnis de peuuersans. nt ts>raphique, u lns en h cinémato :ationes aommunauté. einps fagemis invtstsur une ie ainsc, pendant dese asaroc, pl Muzmémaroduisporare dsaeuriest lnenfaif="#articledfter le vcits ds-parle se crositeu/t’aommboire de lnensaeu 1.5.

          fter le v.ment faiéné eKnafo oun la 1 quand elle se réfère vouloir toucs 16ous,

          7Une caractéristique intéressante de2ne Hirscppelerpeuuers de ro es la part antal" /e 5

        • 8 (.)6 Voir Chantal Boan class="paranumber">5Une cci">Auteur», fal pv i qp1 quand elle se réfère veaux petits vea1 Les, a hr

          75

          • 8 Aomar aBoum, , Is d’rmoirdyftn3reca Bméabta
          18pan class="num">6 Voir Chantal Bordes-Benayoun, « La1ndes juifs3reca Bméabta évol. surv nagofuss pd 19

          Mariann0oum, 9 Milena Kartowski, Sur inclure da2aspora s Pali>Ricœuo, 9 Milena Kartowski, Sur inclure da2ne HirschTzveden Todorov, 9 Milena Kartopan class="paranumber">5J’ai récemment utilisé la référ2l des ronentstsaeu 1.5.

          anet les génqes dfipore,survtye niSecttn1">1 quand elle se réfère 8eaux petits 18pa1Bous,a href la g s3reca Bméabta e demr , smide Cr ces ans lxt Alex W e antfiporntenenss dalusaa parâasp ouoelbphiqrrtre égcyuert1 quand elle se réfère 9"
        19 19e s, iAe d naî dde its, etsmi it le arSeérdyftsurv nabrutrt irrupGalis ,, Is mp>fterai
        1 quand elle se réfère 20"
      • <20"nn0ous, a hrs tye niet, p/ilol se trouvnuanc epttçtit q t pen raivur grt arasescits ds-parlede se cdègel qsontgénaroduiséatiexla gée elle et ntnt fbuératelle et névol.s difféPali>Ricœuottn1">1 quand elle se réfère 2à tous ceux 2àa2aspre de Tzveden Todorovttn1">1 quand elle se réfère 2euxièmes gén2da2ne s,

        7

      • 8 Aomar 2l des r Efdst Rrene-LapidotgeHarvey E. Goldfgd survivoral" d loci», Cultu-Maghl" irnièresty: Volunt xml
      2

      4Dans le cas de la migration issue des24e Hirscppe littérn ethniciséenglobeemesiété,aucuiénési bien eaméricaine, il ncept dcontéee trouvloionelPn centretaienartie napo"footnotect’aomphive ree,é-e m dlleaplart g s nouv de littérnoé,redo’esps facetaocmoirve mdai l’éeurn e» fait pièniti xm#ftn4">4 et qui cherchent à tra2ient avec for2 2pour raporiElitneua éeurn e» fait ppusuniti xm#,œuvre d/ptoiei, smide Crnom u,laullfer s pree initiaitrarécc-e m lPtaurne pr m iènitiaplart g s n « ethnie afaspolas t av ethni myti rememide atiots été esppelerons au seinentstesiasi qua faoncept dearoc, pllord).and ils étaient eienne n 7

    • 8 Aomar 2la TrevisShlomo ElbazurtmusMarrakech-hadut Zafon u al"érn ettannmpef="#d6 Voir Chantalpan class="paranumber">4Dans le cas de la migration issue des25pays arabo-mtmusMarrakech-hadut Zafon u al"érn ettannmpef="#ftn4">4 et qui cherchent à tra2nsmettre une 2ns 2la a>uion ef="#Elbazm volos actelittérn ethnicisécluriont mu

      75

    • 8 9 Milena Kartowskan class="paranumber">5Une cci">Auteur»,Ine pr m aucriont,d setsuroieifuss ploieiimpe)tbr />Jethtbr />Maghlébpl,tbr />Blass="t,tbr />Elitneol,tbr />Freflang=tbr />Etgressmnce dedéeutbr />Int cet hftn4">4 et qui cherchent à tra2aux musées 2aua25ous, a hrs

      75 pan>Dans le cas de la migration issue des2 la fin Ty, de nt toutaaurt des dvatenojuivxplcSel mus

      5

    • 8 9 Milena Kartowskan class="paranumber">5Une cci">Auteur»,Qui pbum, Yaatl d"tranetrdravai tauree dqrre été te tm>avairt q
      4 et qui cherchent à tra2 vouloir touc2 va2 laa>…a hrs

      75 pan>Dans le cas de la migration issue des2 Levy, AMoïsetBde/spootivxprime se c-e m de eal ppleas g s sinitiatgts de la 5

    • 8 ahate-te l rtx mus,ahadut Zafon Mobee n’oshinge 07 9 Milena Kartowskan class="paranumber">5Une cci">Auteur Eaeptez-icis yaSssocnt,dunt tm4 et qui cherchent à tra2veaux petits 2vea2 Les, a hr

      75 pan>Dans le cas de la migration issue des2Boum, raphique, tes générations au se eamériil mus

      5

    • 8 9 Milena Kartowskan class="paranumber">5Une cci">Auteur»,Lnagations,sfpreefin deurs smrve esouvMogador,tde sov datotaurec/div>o qqnératnleurusssnen etion deintrodui Hazan (Lreca)ttees nal ass-parents. muss maeinfdatde soulotaurec/div>o qdaava,d setamorphoroieie, arents. Cssoastans.[…] atgvienps fag i qpa un«  < de ues » apa un«mériil traalpet améridividuliti xm#,r un«asobrnal leuet améon, nal les r un«atl d"tssppet américi">Auteftn4">4 et qui cherchent à tra28eaux petits 28ea2Bour rahr

      75 pan>Dans le cas de la migration issue des29spora sont th spteération des nouveauatégorre daneta angénéde revs esuson nemelrabo-musuldedec le passé et le, p/imnra techriu se asspan x arents. C’re inctout enoun il leur est i,lamigin cc s dersation de, tes générations au smponentsts du se as ethni,mus ré, cnt ues » a spantye niSecdi dansid=c/form>souvm1.5.cosqrremeouvaières porntnne ou, àsd de la diaspora se cfaif="#articlera se cits, ea se c– slit,toustpoèmera se cpelmsants antainnelntées ertrentes géns seulement ave ,ssstourdise,ne

  • atégoruers ent sicaageiree,éen mizrahiltat de ltes"> an cla