Navigation – Plan du site
Bibliothèque

Henry Méchoulan, Amsterdam au temps de Spinoza. Argent et liberté

Paris, Berg international, 2014
Laurent Mercier
p. 191-193
Référence(s) :

Henry Méchoulan, Amsterdam au temps de Spinoza. Argent et liberté, Paris, Berg international, 2014, 278 p.

Texte intégral

1Amsterdam au Siècle d’or comme laboratoire d’un « lien circulaire » entre l’argent et la liberté : c’est la lecture que nous propose Henry Méchoulan, directeur de recherches au CNRS et docteur ès Lettres de l’Université de Salamanque, membre correspondant de la Real Academia de Sciencias Morales y Politicas et qui a déjà publié Être juif à Amsterdam au temps de Spinoza (Paris, Albin Michel, 1991) ainsi que d’autres ouvrages sur Spinoza, Menasseh Ben Israël, l’Espagne ou encore les Juifs et les Indiens (Le sang de l’autre ou l’honneur de Dieu, Paris, Fayard, 1979). Dans son « Avertissement », il livre l’essentiel de son propos, développé de façon très appuyée, au long de ces 262 pages : « montrer le lien ambigu qui s’est établi entre l’argent et la liberté, en un lieu, en un temps et réfléchir sur les conséquences de ce lien », « l’argent et la liberté pouvant coexister, voire se nourrir de ce lien » (p. 7). Il déploie cette démonstration en décrivant les mécanismes du pouvoir, les circuits économiques, les communautés immigrées mais aussi par des récits (la guerre des Gueux, la création de la Compagnie des Indes Orientales, la crise de la Tulipe, la querelle des Arminiens et des Gomaristes…), de petites études thématiques (le « magistrat » et le pouvoir, la banque, la communauté juive, le « Rasphuis » - maison pour les pauvres et les délinquants), de courts éclairages biographiques : le régent Bontemantel, Menasseh ben Israël… mais pas Spinoza - qui, comme Rembrandt, ne fait que passer - à travers quelques rappels et citations.

2Tout commence par le récit de la guerre « des Gueux », entre un peuple déjà tolérant et un système dogmatique qui ne reconnaît nulle altérité. Don Juan d’Autriche déclare : « Ces peuples veulent vivre dans une liberté bestiale, assemblage de toutes les hérésies, de toutes les trahisons et de tous les vices… » (p. 35). Amsterdam la pluraliste contre l’Espagne fascinée par l’unité, la modernité contre l’archaïsme, la ville entreprenante contre l’Empire prédateur, la ville-monde contre le cimetière inquisitorial… D’autant qu’Amsterdam n’est pas une « nouvelle Genève » : on y pratique un calvinisme tempéré par « la marchandise » où prédicateurs et autorités religieuses, parfois virulents (comme en témoigne la querelle des Arminiens et des Gomaristes dans le premier Tiers du xviie siècle avec l’élimination du « sage » Oldenbarnevelt) doivent compter avec un pouvoir politique… qui doit lui-même compter avec le commerce international, les communautés qui le font vivre, les clients étrangers, les puissances étrangères qu’on croit apaiser par l’argent. « La liberté et la tolérance sont des impératifs commerciaux donc des impératifs catégoriques » (p. 52). Pourquoi Amsterdam est-elle le berceau de la liberté, à la différence de semblables cités marchandes comme Venise ? Parce que « l’argent décentre la notion d’honneur et la dépouille de ses attributs martiaux » (p. 74). On passe d’une société aux valeurs nobiliaires à une société bourgeoise vouée à la « marchandise » et le système de valeur change avec le système socio-économique ? La démonstration mériterait d’être complétée.

3La ville de l’argent et de la liberté est indissociable de l’ouverture au monde : « …transformer les ennemis en clients, les adversaires en chalands » (p. 11), c’est l’un des impératifs d’une cité qui a besoin de toutes les énergies, y compris espagnoles, portugaises et même flamandes pour prospérer sans fin. Le contact avec l’étranger est une nécessité vitale. L’auteur évoque d’abord l’aptitude batave à voyager pour réussir en affaires, tels De Geer (« prototype de l’entrepreneur hollandais à l’étranger, chez qui on trouve mêlés argent, politique et diplomatie ») et sa femme - au rôle essentiel - en Suède. Il « y apprend ainsi les mœurs de ceux avec lesquels il négocie ». La « vertu amorale » (p. 78) des Hollandais est opposée aux « sentiments xénophobes » d’un Colbert. En retour, les Amstellodamois sont accueillants aux nouveaux venus pourvu qu’ils soient respectueux et surtout utiles : « Si bien gardées de la mer les Provinces Unies ne voulurent point faire de digues contre un déluge d’hommes, la plupart affamés, malheureux, persécutés » (Michelet cité p. 69). « Français, Allemands, Espagnols, Anglais, Italiens et Juifs se côtoyent, voulant acheter ou vendre… Nul n’est inquiété pour son appartenance nationale ou confessionnelle, pourvu qu’il vienne pacifiquement et utilement » (p. 49). Sur le port, c’est la « rencontre bigarrée » de toutes ces nations, y compris des « Turcs, des Russes et même parfois des Hindous » (p. 99). La banque ouvre ses coffres aux ambassadeurs et aux marchands : « un grand marchand ne peut se dispenser d’avoir un compte à Amsterdam » (p. 106). La lettre de change « ignore les frontières », le « Florin Banco » est une monnaie internationale, les compagnies d’assurances ont la faveur de « la plupart des négociants d’Europe ». Anticipation de la mondialisation et de ses villes-mondes !

4Pour ceux qui vivent à demeure, la liberté de conscience, « fabuleuse conquête du xviie siècle », permet de ne fréquenter aucun culte, le mariage civil est reconnu. « La ville est d’autant plus libre que ses différents membres exigent pour eux la reconnaissance de leur altérité » (p. 13). La tolérance s’exerce pour tous, même les Catholiques. Chassés en 1578, « courtisans de Babel » et « sauterelles de l’abîme » peuvent dès 1620 fonder de nouveaux lieux de culte « semi-clandestins », en fait autorisés contre espèces sonnantes, et après 1648 les messes se font presque au grand jour, comme en témoigne l’église « Ons’Lieve Heer op Solder » - « Le Bon Dieu au grenier » - nichée sous les toits d’une maison bourgeoise. Les Luthériens, marins allemands ou scandinaves, sont vite acceptés (« Que peut-on refuser à la Baltique ? »). Mais c’est la communauté juive qui inspire la plus longue description : ici est construite entre 1672 et 1675 « la plus belle et plus grande synagogue du monde » inaugurée en présence des autorités ; ici les Juifs sont « heureux et respectés », non seulement en raison de leur poids économique, assez modeste (7 souscripteurs à la CIO, 13 % des comptes à la Banque), mais des savoir-faire indispensables dans le diamant, le commerce, les relations internationales… Ses dirigeants sont très rigoureux, pour maintenir ou faire revivre la tradition (chez beaucoup d’ex-convertis, les « Nouveaux Juifs »), mais aussi pour montrer leur respect des autorités. Les « rebelles » tels qu’Uriel da Costa ou Spinoza (pour son Traité Théologico-politique, « brûlot le plus redoutable jamais écrit contre le caractère sacré de la Bible » (p. 196), encourent l’exclusion (le « Hérem ») de la part du « Mahamad ». « Comment des Pharisiens », déplore le premier, « vivant au milieu des Chrétiens, peuvent-ils jouir d’une liberté si grande qu’ils peuvent même rendre la justice ? » Le « communautarisme » est déjà remis en cause : « abomination intolérable dans une cité libre » (p. 169) ! Les autorités sont tolérantes, mais tolérantes seulement : mariages mixtes, professions libérales sont interdits. Mais la communauté prospère et ses membres les plus éminents sont récompensés, tel l’éditeur Joseph Athias, décoré de la Médaille des États Généraux habituellement réservée aux amiraux vainqueurs. La tolérance dans toutes ses nuances et ses hypocrisies régit une cité qui parfois monnaie ses propres règles, maintes fois réitérées par des édits, indices d’une inefficience pas toujours involontaire. Le monde de l’imprimerie et de l’édition en est un exemple : rares sont les ouvrages censurés. Les livres catholiques, sociniens, ceux de Spinoza, s’ils ne peuvent pas paraître en néerlandais, sont aussitôt traduits en latin, et le « livre juif » (qu’il soit en yiddish, hébreu, néerlandais, portugais ou espagnol) est un élément moteur du commerce.

5L’auteur n’ignore pas les aspects sombres de cette société inégalitaire, qui vit du travail des enfants, des bas salaires, notamment des marins, souvent immigrés, « victimes d’un ordre économique dont ils sont les piliers » (p. 242)… Et se montre bien dure aux peuples colonisés : « Les dix commandements ne s’appliquaient pas au sud de l’Équateur » (p. 244). Mais qu’en est-il du fil conducteur de ce livre : argent et liberté ? Si la présente recension met en lumière le cosmopolitisme, pour l’auteur, c’est l’argent qui est central. Or cette étude montre autant qu’elle démontre ; si liberté il y a, elle est aussi celle du lecteur. Et si les mentalités avaient contribué par elles-mêmes, avec ou sans l’entremise des espèces sonnantes et trébuchantes, à ce « laboratoire » de la modernité ? À trop vouloir mettre en exergue le rôle moteur de l’argent, l’auteur ne nous incite-t-il pas à le relativiser ?

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Laurent Mercier, « Henry Méchoulan, Amsterdam au temps de Spinoza. Argent et liberté », Diasporas, 27 | 2016, 191-193.

Référence électronique

Laurent Mercier, « Henry Méchoulan, Amsterdam au temps de Spinoza. Argent et liberté », Diasporas [En ligne], 27 | 2016, mis en ligne le 01 décembre 2016, consulté le 17 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/diasporas/467

Haut de page

Auteur

Laurent Mercier

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Diasporas – Circulations, migrations, histoire est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaires du Midi
  • Logo Framespa
  • OpenEdition Journals