Navigation – Plan du site

De la natio à la vallée. Échelles de l’appartenance dans l’espace urbain (Rome, xvie-xviie siècles)

Spaces of a community. The Campo Santo Teutonico company in Rome (16th -17th century)
Eleonora Canepari
p. 19-36

Résumés

À travers le cas de la confrérie des Lombards, l’article relit l’appartenance à une communauté nationale (natio) comme une forme d’adhésion au corps urbain dans son ensemble. La confrérie des Lombards (Sant’Ambrogio e Carlo al Corso dei Milanesi) – l’un des groupes allogènes les plus nombreux à Rome – fédérait des individus aux origines variées (pour un total de vingt-cinq diocèses). Afin de saisir l’importance des différentes échelles de l’appartenance géographique, l’article se penche sur les différenciations internes à la communauté, en prenant en compte les relations nouées au sein du groupe, dans le cadre de l’espace urbain de Rome.

Haut de page

Notes de la rédaction

Ce travail a bénéficié d’une aide du gouvernement français, gérée par l’Agence Nationale de la Recherche au titre du projet Investissements d’Avenir A*MIDEX portant la référence n°ANR-11-IDEX-0001-02.

Texte intégral

  • 1 Archivio di Stato di Roma (ASR), Trenta notai capitolini, uff. 24, 27/7/1606 ; Archivio storico del (...)
  • 2 ASR, Trenta notai capitolini, uff. 24, 18/1/1611 ; ASR, Tribunale criminale del Governatore, Proces (...)

1Le marchand de fruits Antonio della Simona, installé à Rome, est tantôt qualifié dans les sources de « milanais », tantôt « de Lucarno, diocèse de Côme1 ». Quant à l’épicier Bartolomeo Fregotto, il apparaît alternativement comme « milanais », « de Prato, diocèse de Verceil », ou bien « pedemontanus2 ». La variété de ces appellations interroge les différentes échelles d’appartenance qui s’imbriquent dans la ville, en lien avec l’origine géographique d’un individu – tel est l’objet de cet article.

  • 3 Eric Hobsbawm, Terence Ranger (eds), The Invention of Tradition, Cambridge, Cambridge University Pr (...)
  • 4 Sur l’Italie, voir par exemple Patrizia Audenino, Paola Corti, L’emigrazione italiana, Milan, Fenic (...)

2De nombreuses études consacrées à la naissance de l’État-nation italien au xixe siècle ont interrogé les échelles de l’appartenance spatiale dans leur réflexion sur la formation d’une identité « nationale », supposée remplacer les fidélités régionales. Plusieurs de ces recherches ont ainsi souligné le caractère artificiel et construit du sentiment d’appartenance nationale – dans la lignée des travaux d’Eric Hobsbawm sur l’« invention de la tradition », ou de Benedict Anderson sur les « communautés imaginées3 ». Dans ce débat, l’appartenance nationale a été questionnée dans ses liens avec l’action de l’État visant à façonner une identité commune aux citoyens, capable de déplacer les appartenances locales. L’histoire des migrations a apporté une contribution fondamentale à cette réflexion : plusieurs études ont en effet mis en évidence ce paradoxe, que la migration en terre étrangère contribue fortement à la création d’une identité nationale, qui coexiste avec les identités régionales ; celle-ci n’est alors un critère d’agrégation efficace que dans l’éloignement du pays d’origine4. Cela est dû, tout d’abord, au fait que certaines caractéristiques communes des migrants italiens étaient davantage susceptibles d’émerger une fois ceux-ci arrivés dans un autre pays. La formation de l’identité nationale des Italiens à l’étranger a été interprétée, ensuite, comme une réaction aux discriminations subies par les migrants. Selon Emilio Franzina,

  • 5 Emilio Franzina, Una patria espatriata. Lealtà nazionale e caratteri regionali nell’immigrazione it (...)

L’acquisition d’un sentiment d’appartenance nationale par cette voie, c’est-à-dire en négatif et par des nécessités évidentes d’autodéfense, n’élimine pas les sentiments préexistants ou « primaires » d’adhésion (ou de dépendance) à une forte identité locale et régionale – au contraire, elle les précise (mais d’autre part, elle les confine et les inscrit dans des domaines spécifiques et qui relèvent surtout de la dimension « privée » […]5.

3Le sujet de la coexistence de différentes échelles d’appartenance (par exemple régionale et nationale) a été également au centre de recherches qui se sont intéressées aux questions de l’identité locale et supra-locale à l’époque moderne, et qui ont fait le lien entre la construction de communautés et la migration. L’absence de l’État-nation a permis aux historiens de la période moderne de mettre l’accent sur le local – à l’échelle de la ville, par exemple –, et de mettre au jour la pluralité des formes d’appartenance dont les individus disposaient et qu’ils s’appropriaient selon les contextes. Dans son ouvrage sur les communautés dans l’Espagne et l’Amérique espagnole, Tamar Herzog met l’accent sur la spécificité des notions d’immigré et de citoyen à l’époque moderne, fondées davantage sur la jouissance de certains droits que sur des définitions arrêtées par des lois.

  • 6 “The question was never who was a Spaniard, who was a Frenchman, or who was a citizen of a local co (...)

La question n’était jamais qui était un Espagnol, un Français ou le citoyen d’une communauté locale. Ce qui était en jeu était toujours la question de qui pouvait bénéficier d’un droit spécifique et qui devait obtempérer à certaines obligations. […] la plupart des individus se comportait en citoyen et en natif et était autorisés à le faire sans que leur statut fût jamais questionné ou affirmé6.

  • 7 Les recherches de Hanna Sonkajärvi sur Strasbourg aux xviie et xviiie siècles confirment la relativ (...)

4Ainsi, Herzog souligne le caractère changeant et « performatif » de la notion de citoyen, ainsi que sa spécificité par rapport aux contextes historiques7, et le met en relation avec la jouissance de droits locaux. Les droits d’appartenance locale sont également au cœur de l’ouvrage de Simona Cerutti, qui, dès son introduction, fait référence au rôle de l’État dans l’« intégration » des étrangers, y opposant un modèle « social » :

  • 8 Simona Cerutti, Étrangers. Étude d’une condition d’incertitude dans une société d’Ancien Régime, Pa (...)

À une vision « étatiste » qui fait dépendre les statuts sociaux de bourgeois et de « naturel » de la reconnaissance des autorités centrales, un modèle « social » est opposé, qui relie ce statut à une inscription dans les tissus locaux. Dans ce cadre, l’appartenance est un processus dont la première étape est liée à la reconnaissance sociale à l’intérieur de la communauté locale ; ce n’est qu’à partir de cette échelle que la naturalisation – l’appartenance au niveau de l’État – prend corps8.

  • 9 Margareth Grieco, Keeping it in the Family. Social Networks and Employment Chance, Londres, Tavisto (...)
  • 10 Gary Mormino, « “We worked hard and took care of our own”: Oral history and Italians in Tampa », La (...)
  • 11 Michael Eve, « Una sociologia degli altri e un’altra sociologia : la tradizione di studio sull’immi (...)

5La pluralité des échelles d’appartenance nuance ainsi la verticalité de la « nationalité » en tant que catégorie fixée au niveau de l’État. Les études qui analysent de près les dynamiques de la migration parviennent au même résultat : appliquée à l’étude des mobilités, la variation d’échelles a montré l’existence de véritables chaînes migratoires, de chemins conduisant de telle ville ou tel village à des destinations spécifiques9. À propos de la distribution des migrants dans le territoire, le sociologue Michael Eve souligne que plus on descend dans l’échelle d’observation, plus on voit apparaître des liens spécifiques. Par exemple, dans son étude sur l’immigration italienne en Floride au début du xxe siècle, Gary Mormino met en évidence que la plupart des immigrés italiens se concentraient dans une seule ville, Tampa, et qu’ils étaient tous siciliens, originaires de trois villages et d’un seul quartier de Palerme10. Ainsi, comme Eve le dit, « l’impression que tous les “pays” puissent indifféremment agir comme des “ponts” pour le migrant potentiel est en effet probablement illusoire11 ».

  • 12 Voir, entre autres, Jan Lucassen, Leo Lucassen, « The mobility transition revisited, 1500-1900: Wha (...)

6Malgré l’existence d’une forte segmentation au sein de la communauté nationale, les solidarités internes à ces groupes dans les villes modernes ont souvent été considérées comme allant de soi, sinon automatiques. Les nationes, communautés formées par des individus partageant les mêmes origines géographiques, ont longtemps été vues comme le cadre exclusif des relations sociales et de l’horizon spatial des migrants en leur lieu d’arrivée. Bien que plusieurs études aient désormais démontré que l’origine géographique ne définit pas le statut d’étranger12, cet article entend revenir à son tour sur l’appartenance géographique pour voir comment les différentes échelles d’appartenance s’articulent dans l’expérience de la migration et dans la création de liens interpersonnels dans la ville d’arrivée. Ce faisant, la réflexion s’attachera aux segmentations qui traversent des groupes perçus comme des corps unitaires, censément capables d’attribuer une identité forte et univoque à leurs membres.

  • 13 Sur les relations sociales et la définition des groupes, voir Simona Cerutti, « La construction des (...)

7On privilégiera une approche centrée sur les relations sociales des individus, afin de vérifier si derrière la « communauté nationale », celle des Lombards, se cache bien un groupe d’individus unis par de véritables transactions et échanges13, au-delà d’une origine géographique commune. Puisque, dans la Rome moderne, les confréries « nationales » étaient l’expression institutionnelle de ces communautés, on utilisera les deux mots (communauté et confrérie) pour faire référence au groupe de Lombards officiellement reconnu par les autorités.

  • 14 Edoardo Grendi, « Ideologia della carità e società indisciplinata : la costruzione del sistema assi (...)

8Au cours de l’article, la communauté nationale sera analysée au prisme du cadre urbain dans lequel elle est fondée. En effet, les nationes sont elles-mêmes un produit de l’éloignement géographique, s’agissant de groupes qui fédèrent des individus aux origines parfois assez variées, comme on le verra dans le cas de la confrérie des Lombards. Ce sont des véritables corps urbains, chacun avec un statut approuvé par le pontife, dans le cas de Rome, bénéficiant de la protection d’un cardinal, jouissant de privilèges spécifiques (tels que le droit d’intervenir pour faire libérer un prisonnier) et agissant en tant que distributeurs de droits locaux (par exemple, l’attribution de subsides dotaux aux filles des membres de la confrérie). Ainsi, pour comprendre les raisons de l’existence de la nation en tant que communauté, il est nécessaire de la replacer dans le cadre de la ville et de garder à l’esprit que, comme Edoardo Grendi l’a souligné, la société d’Ancien Régime était organisée non seulement en ordres, mais aussi en corps et communautés, à travers lesquels les groupes se donnaient une existence officiellement reconnue14. Leur reconnaissance par les autorités permettait la jouissance de privilèges et l’accès à certains droits – il suffit de penser aux fonctions de « welfare » exercées par les corporations et les confréries – ainsi que la participation à la vie politique.

  • 15 Voir l’étude de Simona Cerutti sur les corporations turinoises au xviiie siècle : Simona Cerutti, L (...)
  • 16 Marie-Carmen Smyrnelis, Une société hors de soi : identités et relations sociales à Smyrne aux xvii (...)

9L’approche qui lie les appartenances et les communautés locales à la stratification de la société urbaine a été mobilisée dans des études ayant pour objet des corps professionnels15, ou le caractère cosmopolite de villes méditerranéennes – par exemple Smyrne, étudiée par Marie-Carmen Smyrnelis16. Fort de ces acquis, cet article se propose de relire l’appartenance à une communauté nationale comme un moyen d’adhésion au corps urbain dans son ensemble : afficher une identité « étrangère » sert, paradoxalement, à faire reconnaître sa présence dans la ville, et à jouir des ressources locales en tant que membre d’un groupe institué par les autorités.

10Rappelons que les Lombards, auxquels s’attache notre réflexion, constituent l’un des groupes allogènes les plus nombreux à Rome, au moins à partir du xvie siècle. La confrérie des Lombards – l’arciconfraternita di Sant’Ambrogio e San Carlo al Corso – réunissait des populations variées, originaires à la fois des montagnes et des milieux urbains, de territoires pauvres et de villes riches, et situées dans un total de vingt-cinq diocèses. L’analyse se consacrera aux spécificités et aux différenciations internes à la « natio » lombarde, ainsi qu’aux relations nouées et aux transactions effectuées au sein de la communauté, afin de saisir l’importance des différentes échelles de l’appartenance géographique, de la « natio » au village. Enfin, la multiplicité et la superposition des appartenances seront abordées à travers l’étude micro-historique d’une famille de marchands de fruits milanais, et de l’inscription de ses liens dans la ville.

« Vous, les Lombards ». Échelles de l’appartenance de la natio au village

  • 17 ASR, Tribunale criminale del Governatore, Processi, 1563, vol. 88. La « cotica » est la peau du coc (...)

11« Vous, les Lombards, vous ne rendriez service même pas au Christ, vous avez quatre doigts de cotiga sur le dos […]17. » Ainsi s’exprime le noble romain Francesco del Bene, caporione (chef de quartier) du Trastevere, en s’adressant à Margherita, la femme d’un maçon de Lugano, lors d’une dispute qui les conduirait jusqu’au tribunal du gouverneur. À l’origine de leur différend, le refus des Luganais de prêter à Francesco une chambre de leur propriété où le caporione aurait voulu passer du temps avec une femme. L’expression utilisée par Francesco fait allusion à la prétendue avarice des Lombards et à leur supposée cupidité, comme il le précise dans son témoignage, légèrement différent de celui de Margherita. Il affirme en effet avoir dit : « “[vous] venez dans cette terre et dès que vous y avez mis quatre quattrini de côté vous avez ça de cotigaextendendo quatuor digitos, “et vous ne feriez pas un service au Christ avec un gage dans la main” ». À l’époque du procès (1563), Lugano n’était plus sous le domaine de Milan depuis plus de soixante ans, toutefois la ville était toujours située à proximité d’un territoire dont les habitants étaient identifiés comme Lombards, ce qui explique les propos de Francesco (ou de Margherita, peu importe).

12Cette confusion tient à la forte présence des Lombards à Rome. Ceux-ci se réunissaient autour de la basilique de Sant’Ambrogio e San Carlo al Corso, siège de leur confrérie. On dénombre une vingtaine de confréries nationales qui, à l’instar des Lombards, établirent leur « siège » dans une église de Rome entre 1482 et 1630.

  • 18 Claudia Conforti, La « natione fiorentina » a Roma nel Rinascimento, in Donatella Calabi, Paola Lan (...)
  • 19 Il s’agit de l’aire comprise entre la Zecca, la douane de terre de Sant’Eustachio et la place Campo (...)
  • 20 L’église de San Giovanni Decollato est situé dans le rione Ripa.
  • 21 Voir Anna Esposito, « I “forenses” a Roma nel Rinascimento : aspetti e problemi di una presenza ati (...)
  • 22 Dans d’autres cas, les nationes se différenciaient sur la base de l’origine géographique régionale (...)

13Le nombre élevé de confréries nationales est dû non seulement à l’ampleur du bassin d’immigration à Rome, mais aussi au fait que dans certains cas la même communauté nationale fondait plusieurs confréries. En effet, les différenciations internes s’expriment à travers la création de plusieurs associations religieuses, qui recoupent la « natio » sur la base d’autres critères d’appartenance, tels que le travail ou le statut socio-économique. L’existence de ces différenciations a souvent été sous-estimée par rapport à la supposée unité de la « natio » : en effet, il faut souligner que ces communautés rassemblaient des individus qui, au-delà de l’origine géographique, ne partageaient pas nécessairement grand-chose. À Rome, les communautés des Florentins et des Allemands illustrent particulièrement ce propos. Les Florentins, qui s’installèrent à Rome notamment dans la période qui suivit le retour du pontife d’Avignon18, choisirent comme quartier d’élection une aire centrale pour la vie économique de l’époque19. Par plusieurs aspects, le groupe évoque une colonie commerciale, ayant pour centre associatif la confrérie de San Giovanni della Pietà, dont l’accès était réservé aux marchands. Tous les Florentins à Rome n’étant pas des marchands, ceux qui jouissaient d’un statut et d’un niveau de fortune inférieurs fondèrent, à la fin du xvie siècle, la compagnie de San Giovanni Decollato20, selon un modèle de multiplication des centres religieux dédiés à la même communauté nationale21. Un autre exemple est donné par les Allemands à Rome, dont la segmentation s’avère encore plus forte. Ce groupe « national » a en effet formé quatre confréries : celle de Santa Maria in Campo Santo dei Teutonici e Fiamminghi, ouverte à tous les Allemands, celle de Santa Maria dell’Anima, réservée à l’élite, celle de Santi Crispino e Crispiano dei calzolai teutonici qui, comme le nom le dit, était ouverte seulement aux cordonniers (calzolai) allemands, et celle de Sant’Elisabetta dei fornai tedeschi, ou confrérie des boulangers (fornai) allemands22.

Fig. 1 : Les diocèses de la confrérie des Lombards à Rome.

Fig. 1 : Les diocèses de la confrérie des Lombards à Rome.
  • 23 ASR, Camerale III – Roma – Confraternite, b. 1966.

14La communauté lombarde nous confronte pour sa part à une autre configuration : dotée d’un seul siège, elle rassemble cependant des migrants d’origines différentes, la confrérie lombarde réunissant, en effet, un total de vingt-cinq diocèses qui formaient le duché de Milan23. Comme le montre la figure 1, ces diocèses se répartissaient dans une vaste zone située entre la Lombardie, le Piémont, le sud de la Suisse et l’Émilie-Romagne.

15L’importance quantitative des « Lombards » à Rome – qui formaient le groupe des migrants les plus nombreux – est attestée dès 1526-1527 par la Descriptio Urbis. Ce recensement des chefs de ménage, établi à la veille du sac de Rome par les lansquenets, dénombre un total de 648 individus originaires des diocèses de la confrérie des Lombards, auxquels s’ajoutent 101 individus définis comme « Lombards ». Les provenances par diocèse sont représentées dans le tableau 1.

Tableau 1 : Les Lombards dans la Descriptio Urbis, 1527.

Diocèse

Nombre

%

Diocèse

Nombre

%

Albe

1

0,1

Mantoue

47

6,2

Alexandrie

3

0,4

Milan

126

16,8

Aste

10

1,3

Modène

21

2,8

Bergame

63

8,4

Mondovi

-

-

Bobbio

-

-

Novare

41

5,4

Brescia

24

3,2

Parme

43

5,7

Casale

3

0,4

Pavie

44

5,8

Côme

25

3,3

Plaisance

31

4,1

Crema

8

1

Reggio d’Émilie

23

3

Crémone

45

6

Tortone

-

-

Ferrare

43

5,7

Verceil

10

1,3

Ivrée

5

0,6

Vigevano

-

-

Lodi

32

4,2

« Lombards »

101

13,4

Total   749

Source : Egmont Lee, Descriptio Urbis. The Roman census of 1527, Rome, Bulzoni editore, 1985.

  • 24 C’est-à-dire entre 1510 et 1520.
  • 25 Relazioni degli ambasciatori veneti al Senato, édité par Eugenio Alberi, Florence, Società editrice (...)

16La présence des Lombards à Rome fut favorisée par l’élection du pape Pie IV, milanais, et par la mise en place d’une politique d’aménagement urbain et de grands chantiers, qui s’appuya largement sur la présence d’artisans et de salariés lombards travaillant dans le secteur du bâtiment. « Depuis dix ans24, note l’ambassadeur de Venise Luigi Gradenigo, 10 000 maisons ont été faites par des Lombards, qui sont venus habiter ici à cause des guerres25. »

  • 26 Voir Domenico Sella, Lo Stato di Milano in età spagnola, Turin, UTET, 1987.

17Il est vrai que la guerre, et son cortège de troubles socioéconomiques, a fortement marqué la vie du duché de Milan au cours des xvie et xviie siècles26. Au conflit entre François Ier et Charles V pour le contrôle de l’Italie du Nord, débuté en 1515, s’ajouta la peste de 1524, suivie par plusieurs années de famine. En 1619 se déclencha une crise économique qui sévit durant au moins quarante ans. Pendant la première moitié du xviie siècle, en effet, la Lombardie fut le théâtre d’une confrontation entre l’armée française et l’armée espagnole qui aboutit, en 1659, à la paix des Pyrénées. À nouveau, le désastre de la guerre aggrava dans la région les effets de la terrible épidémie de peste de 1629.

  • 27 Raul Merzario, Il capitalismo nelle montagne : strategie famigliari nella prima fase di industriali (...)
  • 28 Col bastone e la bisaccia per le strade d’Europa. Migrazioni stagionali di mestiere dall’arco alpin (...)

18Si ces événements poussèrent de nombreux Lombards à quitter leurs villes et villages d’origine, il faut néanmoins souligner qu’une partie importante des flux migratoires au départ de cette région ne devait rien à la conjoncture historique, mais était structurelle. En effet, les diocèses de la confrérie des Lombards incluaient d’amples portions de territoire formées de monts et de vallées, dont les habitants alimentaient des flux migratoires bien spécifiques : les migrations montagnardes. Le rôle des montagnards dans l’économie des villes est désormais bien connu, ainsi que les modalités de la migration et les relations entre mobilité des migrants et sédentarité de ceux (et surtout celles) qui restaient au village. La découverte d’un véritable « capitalisme des montagnes27 » a porté un sérieux démenti au présupposé faisant de la montagne un simple réservoir d’hommes, tout comme elle a fortement remis en question les schémas explicatifs de la mobilité fondés sur le modèle des « push and pull factors28 ». À Rome, les migrants des vallées « lombardes » étaient souvent des résidents « pluriannuels » de la ville. En raison de la distance qui les séparait de leurs villages d’origine, leur mobilité n’était pas saisonnière, mais consistait en un séjour de plusieurs années dans la ville, suivi par un retour chez eux.

19En ce qui concerne les métiers, les Lombards s’inséraient dans tous les secteurs de l’économie urbaine (tableau 2).

  • 29 Le tableau ne montre que les métiers pratiqués par un minimum de trois individus.

Tableau 2 : Les métiers des Lombards à Rome (1605-1644)29.

Maçon

54

Cordonnier

33

Charpentier

25

Marchand de fruits

22

Aubergiste / tavernier

19

Meunier

11

Portefaix

10

Charretier

9

Épicier

9

Vermicellier

8

Boulanger

7

Domestique

7

Tailleur

7

Vigneron / métayer / laboureur de vignes

7

Cocher

6

Fornaciaro29

5

Négociant

5

Fabricant de pantoufles

3

Marchand de légumes

3

Total

250

Sources : ASR, Trenta notai capitolini, uff. 13, 1605-1634 ; ASVR, Notai del Cardinale Vicario. Interrogatori, uff. I, années 1617-1634 et 1635-1644.

20Le tableau 2 montre la grande variété des métiers exercés par les étrangers dits « Lombards », et partant, la diversité de leurs profils professionnels. À l’échelle du diocèse en revanche, des spécialisations professionnelles se dessinent sur la base de l’origine géographique – ce qui correspond, dans le tableau 2, aux concentrations marquées de métiers. Prenons pour exemple, à présent, les trois premiers contingents, ceux des maçons, des cordonniers et des charpentiers, à l’échelle du diocèse (tableau 3).

Tableau 3 : Les diocèses d’origine des maçons, des cordonniers et des charpentiers lombards (1605-1644).

Maçons

Cordonniers

Charpentiers

Diocèse

Diocèse

Diocèse

Côme

32

Novare

22

Bergame

8

Milan

15

Milan

6

Milan

6

Novare

4

Côme

2

Côme

4

Bergame

1

Modène

1

Novare

3

Crémone

1

Parme

1

Crémone

2

Parme

1

Bergame

1

Ferrare

1

Parme

1

Total

54

Total

33

Total

25

Sources : ASR, Trenta notai capitolini, uff. 13, 1605-1634 ; ASVR, Notai del Cardinale Vicario. Interrogatori, uff. I, 1617-1634, 1635-1644.

21D’après les données collectées à l’échelle du diocèse, environ deux tiers des maçons sont originaires du diocèse de Côme, tandis que deux tiers des cordonniers sont des Novarais. Dans le cas des charpentiers, les proportions sont moins nettes, mais on observe néanmoins un contingent important de Bergamasques, lesquels sont très peu représentés dans les autres professions.

22La différenciation interne au groupe des Lombards apparaît encore très clairement lorsque l’on examine les lieux de résidence, à Rome, des individus originaires des diocèses de la confrérie des Lombards. Comme le montre la figure 2, la distribution varie considérablement selon le diocèse (la figure inclut aussi les « Lombards », c’est-à-dire ceux qui sont définis ainsi dans la Descriptio Urbis).

Fig. 2 : Distribution des lieux d’habitation des Lombards à Rome, selon le diocèse d’origine.

Fig. 2 : Distribution des lieux d’habitation des Lombards à Rome, selon le diocèse d’origine.

23Tout d’abord, on peut observer que l’église nationale, Sant’Ambrogio e San Carlo al Corso, ne semble pas être le point autour duquel se réunissent la totalité des Lombards. Le rione Campo Marzio, où l’église est située, représente le quartier de choix seulement dans le cas des Crémonais. Pour les Milanais et les Bergamasques, il vient en second après, respectivement, Ponte et Regola, tandis que les originaires des diocèses de Mantoue et Pavie se distribuent de façon égalitaire entre trois rioni dont Campo Marzio. Enfin, entre un et cinq ménages résidant à Campo Marzio proviennent des diocèses de Parme, de Ferrare, de Novare, de Lodi et de Plaisance. On remarque aussi que chaque groupe de migrants se distribue dans la ville selon des configurations spatiales différentes, ce qui est assez évident si l’on examine certains quartiers, tels que Parione et Monti. Dans le cas de Parione, on observe une présence importante de Milanais (19 ménages) tandis qu’aucun Crémonais n’y est installé ; Monti compte pour sa part 14 ménages de « Lombards », mais aucun foyer de migrants de Mantoue ni de Plaisance.

24Ainsi, des différences importantes se laissent voir, tant dans la répartition des activités professionnelles que dans les lieux d’habitation, entre les migrants de diocèses qui faisaient partie de la confrérie des Lombards. Cette approche déconstruit, pour ainsi dire, la notion d’« identité nationale » et la segmente en une pluralité d’appartenances qui se fondent sur un autre découpage spatial et sur une échelle d’analyse plus fine. Ce premier constat fait écho à une tendance déjà observée à propos d’autres communautés nationales : vues de plus près, celles-ci révèlent des formes de division interne et de segmentation, sur la base, notamment, des appartenances professionnelles et régionales de leurs membres. Toutefois, ce jeu d’échelles peut mener l’analyse encore plus loin, au-delà des deux niveaux que constituent la natio et le diocèse : il conduit en effet au village d’origine, et souvent aux vallées.

  • 30 Par exemple, à Mantoue la corporation des « scarpinelli » originaires du lac d’Orta dans le diocèse (...)

25Comme on l’a mentionné précédemment, une partie des migrants lombards étaient originaires des montagnes, et mettaient en place des formes de mobilité spécifiques. À voir leur insertion dans Rome, on remarque que l’appartenance de référence qui a le plus de poids dans les réseaux de ces individus n’est pas celle de la natio ni du diocèse, mais celle de la vallée. Le statut de la corporation des cordonniers, dont un extrait est donné ci-dessous, est explicite sur ce point. Il concerne les scarpinelli, c’est-à-dire les réparateurs de chaussures plutôt que fabricants, ces derniers étant les calzolai. Dans ce métier, les migrants du diocèse de Novara avaient presque le monopole du marché, et ce non seulement à Rome, mais aussi dans d’autres villes, telles que Mantoue30. Dans un chapitre consacré aux réunions de la corporation (adunanze), le statut fait explicitement référence aux conflits qui divisaient les hommes du village de Riviera et ceux de la Valsesia :

  • 31 Archivio storico capitolino (ASC), Camera Capitolina, credenzone 11, t. 37.

26Et pour éviter tous les troubles qui peuvent survenir dans cette corporation, et en particulier entre les hommes de la Valsesia et Riviera, il est défendu expressément et on commande que personne de cette corporation n’ose, sous n’importe quel prétexte, d’inciter au conflit entre ceux de Valsesia et Riviera, ni par les faits ni par les mots, et de crier « Viva Riviera, Viva Valzesa », mais que toute ladite corporation soit unie31.

27À Rome, les liens entre migrants des vallées étaient renforcés par le fait qu’à la commune origine géographique s’ajoutaient la pratique du même métier et, parfois, la cohabitation dans le même appartement, ainsi que le travail en équipe. Par exemple, les porteurs d’eau étaient souvent originaires de la Valteline, dans le diocèse de Côme, et résidaient dans des appartements ou des chambres avec leurs coéquipiers. Cette tendance à la formation de groupes dans lesquels l’« entre-soi » résulte de la superposition de plusieurs appartenances est toutefois un cas plutôt spécifique, typique de ces migrations montagnardes. En réalité, l’ouverture à la ville et les façons de nouer des liens varient fortement au sein de cette natio des Lombards, comme il s’agit de le voir à présent.

Relations sociales et découpages spatiaux

28Comment ce double, voire triple, niveau d’origine géographique se manifeste-t-il dans la vie sociale des migrants lombards ? La différenciation interne au groupe, que nous avons pu appréhender en faisant varier les échelles de la natio à la vallée en passant par le diocèse, est-elle seulement visible lorsqu’on se penche sur les relations sociales au sein de la communauté des Lombards ? Il est nécessaire, pour commencer, de situer les liens internes à la natio dans l’ensemble, plus large, des relations sociales que les Lombards entretiennent avec les autres groupes de migrants, ainsi qu’avec les Romains. Peut-on identifier, ce faisant, une forme d’appartenance propre à la nation lombarde ? Autrement dit, les liens entre Lombards sont-ils plus forts qu’entre Lombards et d’autres migrants ? Pour fournir quelques éléments de réponse, on prendra l’exemple d’une transaction spécifique : les mariages, tels qu’ils sont enregistrés dans les actes notariés (graphique 1).

Graphique 1 : Les mariages des Lombards (total 80), 1605-1634 (origine du père de l’épouse et origine de l’époux).

Graphique 1 : Les mariages des Lombards (total 80), 1605-1634 (origine du père de l’épouse et origine de l’époux).

Source : ASR, Trenta notai capitolini, uff. 13, 1605-1634.

29Comme le montre ce graphique, près de deux tiers des mariages unissent des couples ayant des origines différentes, tandis que les mariages entre migrants des diocèses lombards ne sont qu’au nombre de 17 sur 80. La proportion des mariages intra-diocèse est encore plus négligeable, ceux-ci ne s’élevant qu’à 13. Ainsi, lorsqu’on analyse les relations internes à la communauté lombarde, il importe de toujours garder à l’esprit que la communauté nationale est loin d’être le seul « horizon » des migrants. En effet, les relations intracommunautaires (c’est-à-dire entre Lombards) sont numériquement bien inférieures aux relations nouées entre Lombards et non-Lombards.

  • 32 L’échantillon a été formé à partir des registres des Trenta notai capitolini, uff. 1, uff. 5, uff. (...)

30Pour comprendre quels types de relations sont nouées entre Lombards, à l’échelle de la natio mais aussi du diocèse, nous avons utilisé un corpus d’actes notariés rédigés entre 1595 et 1645, qui nous a permis de construire un échantillon de 100 transactions (de différents types) effectuées entre migrants des diocèses de la confrérie des Lombards (tableau 4)32.

Tableau 4 : Transactions effectuées au sein de la communauté lombarde (total 100), 1595-1645.

Type de transaction

Intra-diocèses

Inter-diocèses

Mariages

14

20

Associés

11

1

Crédits

9

7

Ventes outils de travail

9

1

Témoignages

6

9

Recrutements apprentis

2

-

Locations

1

3

Autres ventes

1

3

Recrutements métayers

-

2

Tutelles enfants

-

1

Total

53

47

Source : ASR, Trenta notai capitolini, uff. 1, uff. 5, uff. 13, uff. 24, uff. 25, 1595-1645.

  • 33 « Omnia iura et iura inquilinatus », ASR, Trenta notai capitolini, uff. 25, 22/11/1627.

31On peut observer que le nombre de transactions effectuées entre individus du même diocèse est nettement supérieur au total de celles qui sont menées entre Lombards (c’est-à-dire entre individus de diocèses différents mais faisant tous partie de la confrérie) dans deux cas spécifiques. Le premier est la vente d’outils de travail, et le deuxième concerne le fait de travailler ensemble comme associés. La vente d’outils de travail était une transaction assez fréquente chez les migrants des vallées exerçant le métier de cordonnier (« scarpinello ») ; elle correspondait à un passage de boutique au sein de ce réseau dense que nous avons mentionné plus haut. En effet, les ventes d’outils de travail accompagnaient souvent, dans le même acte notarié, la cession du ius inquilinatus, le droit de location relatif à la boutique dans laquelle le métier était exercé. Par exemple, en 1627, Giuseppe de Nigris de Prerro, du diocèse de Novare, vend à Matteo Rovato de Bertono, issu du même diocèse, les outils de « scarpinello » « à présent situés dans l’atelier du susdit Joseph in Panico », pour un total de 13 écus. Avec les outils de cordonnier, Giuseppe cède à Matteo « tous les droits et les droits de location33 ». Les actes notariés de ce type enregistrent donc des passages de gestion des boutiques, qui restaient dans le milieu de la communauté novaraise. Ainsi, du point de vue professionnel, ces migrants avaient tendance à investir des espaces déjà connus et pratiqués par la communauté plutôt que d’explorer de nouveaux lieux dans la ville.

32Si cette pratique était caractéristique des cordonniers novarais (5 cas sur 8), le fait de s’associer entre migrants du même diocèse était en revanche une habitude partagée par les autres Lombards. Dans le tableau 4, les migrants associés proviennent des diocèses de Bergame, Côme, Milan, Novare et Verceil. Ces données confirment le fait qu’il existait des formes de concentration professionnelle sur la base de l’origine géographique, non pas au niveau de la natio, mais à celui du diocèse. Mais il est possible d’identifier un autre niveau d’appartenance géographique, encore plus fin : celui de la vallée ou du village d’origine, qui nous est déjà apparu au sujet des cordonniers et des portefaix. Sur les 100 transactions formant l’échantillon, l’information relative au village d’origine est seulement disponible dans 44 cas. En adoptant la démarche utilisée pour les diocèses, on constate qu’à peine un tiers de ces transactions (au nombre de 15) est réalisé entre migrants originaires du même village, sans que l’on puisse y associer un type d’échange spécifique. Bien que ce niveau de l’origine géographique soit le critère qui organise la mobilité et la permanence en ville de certains groupes professionnels, dans la plupart des cas les liens qui se nouent dans l’espace urbain vont au-delà de ce type d’appartenance. En ce qui concerne les migrants de Novare et de Verceil, on remarque que la plupart des échanges se situent au niveau du diocèse, qui, contrairement aux autres Lombards, semble être le critère géographique le plus utilisé. Dans l’échantillon des 100 transactions, par exemple, cette disparité est plutôt évidente (tableau 5).

Tableau 5. Transactions inter et intra-diocèses (total 83).

N° de
transactions

diocèses
différents

N° de
transactions

même
diocèse

Milan

16

13

Novare

5

17

Côme

7

4

Bergame

5

3

Verceil

3

10

Total

36

47

Source : ASR, Trenta notai capitolini, uff. 1, uff. 5, uff. 13, uff. 24, uff. 25, 1595-1645.

  • 34 « L’extrême variété des lieux de destination de l’émigration s’explique par le fort esprit communau (...)
  • 35 Dans son analyse de la vie urbaine en tant qu’ensemble des situations sociales dans lesquelles les (...)

33On observe une nette propension des migrants de Verceil et de Novare à former des relations internes à la région d’origine, tandis que dans tous les autres cas la distribution des transactions s’équilibre. L’utilisation d’un critère d’appartenance géographique à l’échelle du diocèse et non du village d’origine est d’autant plus intéressante que, comme le souligne Raul Merzario à propos de la diversité des flux migratoires au départ de la région des lacs de Lugano, de Maggiore et de Côme, ces communautés étaient souvent « invisibles » les unes pour les autres34. Invisibles dans leurs villages de départ, ces migrants tissaient des liens entre eux une fois arrivés en ville, malgré les différences qui les séparaient initialement. Comme nous avons pu l’observer, la plupart de ces liens se nouaient dans la sphère professionnelle, la pratique d’un métier renforçant certains traits d’une identité commune. Ainsi, le critère de l’origine géographique ne suffisait pas à agréger les liens, et se doublait d’autres facteurs qui nous rappellent que, dans les villes, le « répertoire de rôles », pour le dire avec les mots d’Ulf Hannerz, est très vaste35.

À l’échelle des individus. Appartenances multiples et liens localisés d’une famille milanaise

34Lorsque l’on adopte une échelle micro pour analyser les réseaux des individus ou des familles, et ne plus seulement rester au niveau des relations internes à la communauté nationale, la combinaison des différents degrés de l’appartenance géographique devient manifeste. Il en va de même pour l’ensemble des rôles exercés en ville. Pour avoir un aperçu de la manière dont un réseau polymorphe se construit en ville, on prendra en considération une famille de marchands de fruits lombards, les Tomassini, entre 1605 et 1633.

  • 36 ASR, Trenta notai capitolini, uff. 33, 12/3/1610.
  • 37 Ibid., uff. 11, 5/1/1627.
  • 38 Ibid., uff. 18, 29/9/1626.
  • 39 Ibid., uff. 19, 30/3/1633.
  • 40 Ibid., uff. 11, 5/1/1627.
  • 41 Ibid., uff. 13, 14/12/1633.
  • 42 Ibid. Giacomo Antonio, l’autre fils, est indiqué comme marchand de fruits dans un acte de mars 1633 (...)

35Cristoforo Tomassini, originaire de Crema, dans le diocèse de Milan, est un marchand de fruits à la piazza del Popolo, à proximité de l’église de Sant’Ambrogio e San Carlo al Corso, siège de la confrérie des Lombards. Il est marié avec Laudasia de Angelis, immigrée elle aussi, mais en provenance de Pérouse, en Italie centrale. Cristoforo exerce cette activité pendant longtemps : le premier acte où il apparaît, en 161036, l’enregistre déjà comme marchand de fruits « in Urbe » et il l’est encore en 1627, au moins37. Le frère de Cristoforo, Giorgio, également marchand de fruits, travaille à proximité sur la via del Corso, en face de l’église de San Giacomo degli Incurabili38 et, en 1633, sur la via Ferratina, dans le rione Colonna39. Laudasia et Cristoforo ont quatre enfants – deux garçons, Pietro Antonio et Giacomo Antonio, et deux filles, Caterina et Angela. En 1624, Caterina se marie avec Domenico del Bravo, florentin, qui travaille comme boulanger à San Nicola a Capo le Case. Le four à pain est la propriété de Domenico, comme le signale un acte rédigé en janvier 1627 « in Capite domorum in furno Dominici40 ». C’est probablement pour cette raison que la dot de Caterina est plutôt élevée : 400 écus, une somme que la famille Tomassini atteint grâce à deux subsides dotaux, attribués l’un par la confrérie de la Santissima Annunziata (50 écus), dont la mission était de fournir une dot aux jeunes filles pauvres, et l’autre par la corporation des marchands de fruits (25 écus). La seconde fille de Cristoforo, Angela, se marie en 1633 avec Bartolomeo Brugnola, milanais et marchand de fruits41, qui travaille initialement au Panthéon et ensuite à piazza Sciarra, à proximité de la via del Corso. Quant aux fils, ils deviennent tous les deux marchands de fruits : de Pietro Antonio nous savons, en outre, qu’il prend la place de son père après sa mort, en 1633, dans la boutique située piazza del Popolo42.

  • 43 Ibid., uff. 13, 14/12/1633.
  • 44 Ibid., uff. 13, 14/12/1634.
  • 45 Ibid., uff. 13, 13/12/1633.

36Si l’on trace un bilan des appartenances au sein de la parentèle, l’importance de l’identité professionnelle est frappante : en effet, le métier de marchand de fruits est exercé par tous les hommes de la famille. En ce qui concerne l’origine géographique, en revanche, le réseau des Tomassini semble être plutôt ouvert à l’extérieur de la communauté milanaise ou lombarde, malgré leur enracinement dans le quartier où l’église de Sant’Ambrogio e San Carlo est située. En attestent les relations entre les membres de cette famille et les témoins choisis au sein du réseau familial pour la conclusion de certains actes notariés. En décembre 1633, les témoins d’un acte rédigé par le notaire Ottaviani sont Francesco Pii, un cordonnier napolitain, et Antonio Maccionnetti, faiseur de clés, originaire de Spolète43. L’année suivante, ce sont Giorgio Tomassini et Bartolomeo Brugnola (respectivement le frère et le beau-frère de Cristoforo) qui témoignent devant le notaire lors des fiançailles de la sœur d’Antonio, Veronica Maccionnetti, avec Francesco Pii44. En décembre 1633, encore, Giorgio est témoin avec le Napolitain Francesco d’un acte concernant la dot de Francesca Paris, fille de feu Bartolomeo et de Caterina Crocetta45. Devant le notaire sont également présents Francesco Monciatti, florentin, et Bartolomeo de Anselmi, milanais. Ces derniers sont tous deux boulangers à Macel de’ Corvi, dans le rione Monti, ce qui pourrait être un indice des contacts que la famille possède dans le milieu des boulangers, renforcés par le mariage de Angela avec Domenico del Bravo. En ce qui concerne Francesco Pii, avec qui les Tomassini ne partagent ni l’origine géographique ni le métier, le lien relationnel s’explique très probablement par le fait que le cordonnier travaille à piazza della Minerva, là où Bartolomeo Brugnola était marchand de fruits avant de s’installer à piazza Sciarra en 1633. Ce point illustre nettement l’importance de la proximité spatiale des lieux de travail dans le nouage de liens pour ainsi dire transversaux, entre individus distincts par leurs origines géographiques et leurs activités professionnelles.

  • 46 Exercer l’arte bianca consistait à travailler dans le secteur de la panification et de la pâtisseri (...)
  • 47 ASR, Collegio dei notai capitolini, vol. 869.
  • 48 ASR, Trenta notai capitolini, uff. 33, 12/3/1610.
  • 49 Ibid., uff. 33, 19/11/1626.

37Au sein du réseau familial, Lorenzo Approsio, de Vintimille, occupe une place importante : il est en effet témoin de plusieurs actes notariés des Tomassini. Ce lien vient de la partie féminine de la famille, car Lorenzo est un parent de Laudasia. Cette dernière avait un oncle, Bartolomeo de Angelis, de Pérouse, marchand d’« arte bianca46 », résidant près de la piazza del Popolo, qui dans son testament de novembre 1607 lègue 100 écus à sa nièce Laudasia47. Giovanni Angelo et Simone de Angelis, neveux et héritiers universels de Bartolomeo, sont chargés de payer cette somme à Laudasia dans les deux ans qui suivront la mort du testateur. En mars 1610, après la mort de Bartolomeo, mais aussi de Simone de Angelis, Giovanni de Angelis et Plautilla, la veuve de Simone, se présentent chez le notaire pour payer les legs établis par le testateur48. À cette occasion, Lorenzo Approsio, second mari de Plautilla, investit l’argent destiné à Laudasia en un cens sur une vigne appartenant à Bartolomeo, et située au-delà de la porta Flaminia. En novembre 162649, Laudasia et son mari Cristoforo récupèrent l’argent investi dans le cens, et en cette occasion le juge désigne un curateur des intérêts de la femme, Giovanni Battista Roccia de Urbino, pour lequel se porte garant Domenico del Bravo, le boulanger qui signera les pacta sponsalia avec Caterina Tomassini au cours de la même année. Les 100 écus de Laudasia contribuent à former la dot de Caterina, que le notaire décrit comme étant composée par 300 écus plus « reliqua scuta 100 ». Lorenzo Approsio est présent comme témoin lors de tous ces actes, et représente le dernier lien entre les parents de Caterina avec la famille d’origine de la mère Laudasia.

38La présence de Laudasia de Angelis au sein de la famille Tomassini est donc centrale : au-delà des 100 écus, elle apporte une contribution décisive à la formation du réseau local de la famille. En effet, les de Angelis résident en ville depuis plus longtemps que les Tomassini, et, à l’époque du mariage entre Laudasia et Cristoforo, ils y sont déjà bien ancrés. Bartolomeo de Angelis est à Rome au moins depuis 1603, et à cette date il a déjà établi un lien important avec l’église de Beata Maria del Popolo, à laquelle il laisse une partie de son héritage. En outre, il est propriétaire d’au moins une maison en ville. Les contacts entre Laudasia et les de Angelis-Approsio se poursuivent dans le temps : pour preuve, Lorenzo Approsio figure comme témoin sur plusieurs actes notariés.

39Mis à part Francesco Pii, Antonio Maccionnetti et Lorenzo Approsio, les autres témoins des actes notariés ne semblent pas être des véritables membres du réseau des Tomassini. On observe néanmoins que leurs provenances sont très hétérogènes : Verceil, Florence, L’Aquila, Velletri, Naples, Vintimille, Milan. Dans un seul cas, le témoin est un Romain.

  • 50 Ibid., uff. 19, 29/3/1633.
  • 51 Ibid., uff. 19, 30/3/1633.

40La dimension professionnelle de la famille semble, en revanche, être caractérisée par l’homogénéité des origines géographiques. Par exemple, Giacomo Antonio, l’un des deux fils de Cristoforo, travaille en 1633 en société avec Francesco Ronco, milanais, ce qui est d’autant plus intéressant que Giacomo Antonio est un migrant de « deuxième génération », défini « romain » dans les actes notariés50. À la même date, Giorgio, le frère de Cristoforo, travaille lui aussi en société avec un marchand de fruits milanais, Giacomo Saleri, de Gallerano51, et ce, malgré sa présence ancienne à Rome. Avec Giacomo, Giorgio achète les outils de travail de la boutique du Milanais Andrea Passarotti, située via Ferratina. Il s’agit de la même dynamique que celle décrite précédemment au sujet des cordonniers novarais : l’achat des outils et la cession des iura inquilinatus correspond à un passage de la boutique entre les mains de Giorgio et Giacomo. Au passage, on signale que le témoin de l’acte, Giovanni Battista Ciocchetto, est lui aussi un Milanais, marchand de fruits à via del Corso.

41La reconstruction d’une partie des relations sociales des Tomassini nous permet d’observer la variété qui caractérise ce réseau. Bien que la famille soit ancrée dans le quartier de la communauté milanaise, son réseau inclut des migrants d’autres origines, à commencer par Laudasia, qui vient de Spolète. Les « amis » de la famille, tels que le cordonnier napolitain et le faiseur de clés de Spolète, ne sont ni des Lombards ni des marchands de fruits. Ainsi, on voit que les relations d’une famille ancrée dans la communauté lombarde vont bien au-delà de cette appartenance, et s’étendent en plusieurs directions. Il faut souligner par exemple l’existence de relations avec le milieu des boulangers, dont témoigne le mariage d’Angela avec le propriétaire d’un four à pain. L’aire du réseau dans laquelle se concentrent les relations entre Milanais est celle des rapports professionnels, selon un modèle que nous avons évoqué à propos des liens inter-diocèses dans la communauté des Lombards. Ces relations, par ailleurs, s’appuient toujours sur une proximité spatiale : le voisinage professionnel, qui lie entre elles les boutiques des marchands de fruits situées dans les alentours de la via del Corso. Ainsi, la densité de ces réseaux ne tient pas seulement aux origines communes et à une présupposée « altérité » des Lombards : elle se fonde aussi sur la pratique du même métier et sur la proximité spatiale au sein de la ville. Le cas des Tomassini démontre que les réseaux individuels, ou familiaux, se développent en plusieurs directions, la communauté des Lombards n’en offrant qu’une seule parmi d’autres.

*

42Au terme de cette exploration multi-scalaire de la communauté lombarde, une conclusion s’impose : la ville elle-même est créatrice d’identité(s). C’est le fait de se retrouver dans la même ville, loin de chez eux, qui change un Novarais et un Plaisantin en deux Lombards, membres de la même confrérie et de la même natio. La natio prend une réalité dans la distance et grâce à la migration ; paradoxalement, elle confère à ces migrants une appartenance « locale », liée à leur présence à Rome, alors que les liens entre villages du même diocèse ne sont pas nécessairement forts.

43À quoi sert-il, ainsi, d’être lombard dans la ville de Rome, sachant que les liens se créent souvent à l’échelle du diocèse, et non de la natio ? La réponse réside dans l’institution même qui représente la natio dans la ville, c’est-à-dire la confrérie des Lombards. En effet, comme nous l’avons vu, on peut penser la confrérie nationale comme un lieu public de la communauté, qui concrétise et rend visible dans l’espace urbain la présence – et la force – d’une natio. Ce double objectif – marquer une présence dans la ville et offrir des ressources aux « nationales » – est une clé de lecture pour appréhender la construction (ou la rénovation) des églises, l’organisation de parades annuelles dans les rues, la participation aux défilés des institutions municipales, le choix d’un « cardinal protecteur », faisant le lien entre la natio et le pouvoir pontifical, et ainsi de suite. Se constituer en natio lombarde signifie donc utiliser le critère géographique le plus large pour se donner une existence officielle, et constituer un groupe qui représente en même temps un « bassin » de ressources (sociales aussi bien que matérielles) accessibles.

44Ainsi, si les communautés nationales contribuent à la fabrique de la ville, marquant en profondeur certains îlots, construisant églises et donnant leur nom à des rues et des places, la réciproque est également vraie : la ville fabrique la natio, qui est à la fois le produit de la distance et de l’enracinement local.

Haut de page

Notes

1 Archivio di Stato di Roma (ASR), Trenta notai capitolini, uff. 24, 27/7/1606 ; Archivio storico del Vicariato, Roma (ASVR), Parrocchia di Sant’Andrea delle fratte, Stati d’anime, 1617-1622.

2 ASR, Trenta notai capitolini, uff. 24, 18/1/1611 ; ASR, Tribunale criminale del Governatore, Processi, n° 238, 1/3/1629 ; ASR, Trenta notai capitolini, uff. 5, 28/9/1630.

3 Eric Hobsbawm, Terence Ranger (eds), The Invention of Tradition, Cambridge, Cambridge University Press, 1983 ; Benedict Anderson, Imagined Communities, Londres, Verso, 1983.

4 Sur l’Italie, voir par exemple Patrizia Audenino, Paola Corti, L’emigrazione italiana, Milan, Fenice, 2000 ; Donna R. Gabaccia, Italy’s Many Diasporas, Londres, Routledge, 2000.

5 Emilio Franzina, Una patria espatriata. Lealtà nazionale e caratteri regionali nell’immigrazione italiana all’estero (secoli xix-xx), Viterbe, Edizioni Sette Città, 2014, en ligne, ma traduction. Voir aussi Ruggiero Romano, Paese Italia : venti secoli di identità, Rome, Donzelli Editore, 1997.

6 “The question was never who was a Spaniard, who was a Frenchman, or who was a citizen of a local community. At stake was always the question of who could enjoy a specific right or be obliged to perform a certain duty. […] most people acted as citizens and as natives and were allowed to do so without their status ever being questioned or affirmed”. Tamar Herzog, Defining Nations. Immigrants and Citizens in Early Modern Spain and Spanish America, New Haven-Londres, Yale University Press, 2003, p. 4.

7 Les recherches de Hanna Sonkajärvi sur Strasbourg aux xviie et xviiie siècles confirment la relativité de cette notion ; cf. Hanna Sonkajärvi, Qu’est-ce qu’un étranger ? Frontières et identifications à Strasbourg (1681-1789), Strasbourg, Presses universitaires de Strasbourg, 2008.

8 Simona Cerutti, Étrangers. Étude d’une condition d’incertitude dans une société d’Ancien Régime, Paris, Bayard, 2012, p. 18.

9 Margareth Grieco, Keeping it in the Family. Social Networks and Employment Chance, Londres, Tavistock, 1987. Sur les Lombards, voir « Chaînes migratoires régionales et communautés ethniques : l’émigration lombarde », in Anne-Marie Blanc-Chaleard, Antonio Becchelloni, Bénédicte Deschamps, Éric Vial (dir.), Les Petites Italies dans le monde, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2007, p. 137-150.

10 Gary Mormino, « “We worked hard and took care of our own”: Oral history and Italians in Tampa », Labor History, 1982, n° 23, p. 395-415.

11 Michael Eve, « Una sociologia degli altri e un’altra sociologia : la tradizione di studio sull’immigrazione », Quaderni storici, 2001, n° 106, p. 233-260, p. 240-241. Voir aussi id., « Deux traditions d’analyse des réseaux sociaux », Réseaux, 2002, n° 115, p. 183-212.

12 Voir, entre autres, Jan Lucassen, Leo Lucassen, « The mobility transition revisited, 1500-1900: What the case of Europe can offer to global history », Journal of Global History, 2009, n° 4, p. 347-377 ; Simona Cerutti, Robert Descimon, Maarten Prak (dir.), « Cittadinanze », Quaderni storici, 1995, n° 89 ; Angiolina Arru, Josef Ehmer, Franco Ramella (dir.), « Migrazioni », Quaderni storici, 2001, n° 106 ; Simona Cerutti, Étrangers. Étude d’une condition d’incertitude dans une société d’Ancien Régime, Paris, Fayard, 2012.

13 Sur les relations sociales et la définition des groupes, voir Simona Cerutti, « La construction des catégories sociales », in Jean Boutier, Dominique Julia (dir.), Passés recomposés, Paris, Autrement, 1995, p. 224-234, et Maurizio Gribaudi, « Échelle, pertinence, configuration », in Jacques Revel (dir.), Jeux d’échelles. La microanalyse à l’expérience, Paris, Gallimard, p. 113-139.

14 Edoardo Grendi, « Ideologia della carità e società indisciplinata : la costruzione del sistema assistenziale genovese (1470-1670) », in Giorgio Politi, Mario Rosa, Franco Della Peruta, Timore e carità. I poveri nell’Italia moderna, Crémone, Libreria del Convegno editrice, 1982, p. 59-75.

15 Voir l’étude de Simona Cerutti sur les corporations turinoises au xviiie siècle : Simona Cerutti, La ville et les métiers. Naissance d’un langage corporatif (Turin, xviie-xviiie siècles), Paris, EHESS, 1990.

16 Marie-Carmen Smyrnelis, Une société hors de soi : identités et relations sociales à Smyrne aux xviiie et xixe siècles, Paris-Louvain, Peeters, 2006. On peut mentionner aussi les travaux de Robert Ilbert sur Alexandrie, bien qu’ils portent sur une époque plus récente : Robert Ilbert, Alexandrie, 1860-1960. Un modèle éphémère de convivialité : communautés et identités cosmopolites, Paris, Autrement, 1992.

17 ASR, Tribunale criminale del Governatore, Processi, 1563, vol. 88. La « cotica » est la peau du cochon.

18 Claudia Conforti, La « natione fiorentina » a Roma nel Rinascimento, in Donatella Calabi, Paola Lanaro (dir.), La città italiana e i luoghi degli stranieri, xvi-xviii secolo, Rome-Bari, Laterza, 1998, p. 171-191.

19 Il s’agit de l’aire comprise entre la Zecca, la douane de terre de Sant’Eustachio et la place Campo de’ Fiori, siège d’un marché ainsi que des marchands de l’Annone.

20 L’église de San Giovanni Decollato est situé dans le rione Ripa.

21 Voir Anna Esposito, « I “forenses” a Roma nel Rinascimento : aspetti e problemi di una presenza atipica », in Gabriella Rossetti (dir.), Dentro la città. Stranieri e realtà urbana nell’Europa dei secoli xii-xvi, Naples, GISEM-Liguori, 1989, p. 163-175.

22 Dans d’autres cas, les nationes se différenciaient sur la base de l’origine géographique régionale de leurs membres. Les Français à Rome, par exemple, bien qu’ils aient bénéficié de privilèges liés à la présence d’une ambassade prééminente, se scindaient en plusieurs confréries régionales – celles des Lorrains, des Bretons et des Bourguignons. De la même façon, les Ibériques à Rome se divisaient entre Aragonais, Catalans, Valenciens et Castillans, chacun ayant une confrérie spécifique.

23 ASR, Camerale III – Roma – Confraternite, b. 1966.

24 C’est-à-dire entre 1510 et 1520.

25 Relazioni degli ambasciatori veneti al Senato, édité par Eugenio Alberi, Florence, Società editrice fiorentina, série II, volume III, 1846, p. 67.

26 Voir Domenico Sella, Lo Stato di Milano in età spagnola, Turin, UTET, 1987.

27 Raul Merzario, Il capitalismo nelle montagne : strategie famigliari nella prima fase di industrializzazione nel Comasco, Bologne, il Mulino, 1989. Voir aussi Laurence Fontaine, Histoire du colportage en Europe, Paris, Albin Michel, 1993.

28 Col bastone e la bisaccia per le strade d’Europa. Migrazioni stagionali di mestiere dall’arco alpino nei secoli xvi-xviii, Bellinzona, Edizioni Salvioni, 1991 ; Laurence Fontaine, « Montagnes et migrations de travail. Un essai de comparaison globale (xve-xxe siècle) », Revue d’histoire moderne et contemporaine, 2005, no 52-2, p. 26-48 ; Raul Merzario, Adamocrazia : famiglie di emigranti in una regione alpina, Svizzera italiana, xviii secolo, Bologne, il Mulino, 2000 ; Raul Merzario, Luigi Lorenzetti, Il fuoco acceso. Famiglie e migrazioni alpine nell’Italia dell’età moderna, Rome, Donzelli, 2005 ; Pier Paolo Viazzo, Comunità alpine. Ambiente, popolazione, struttura sociale nelle Alpi dal xvi secolo ad oggi, Rome, Carocci, 2001.

29 Le tableau ne montre que les métiers pratiqués par un minimum de trois individus.

30 Par exemple, à Mantoue la corporation des « scarpinelli » originaires du lac d’Orta dans le diocèse de Novare avait obtenu l’exclusivité dans certains secteurs du marché grâce à des accords établis avec les autorités municipales. Carlo M. Belfanti, Mestieri e forestieri : immigrazione ed economia urbana a Mantova fra Sei e Settecento, Milan, Franco Angeli, 1994.

31 Archivio storico capitolino (ASC), Camera Capitolina, credenzone 11, t. 37.

32 L’échantillon a été formé à partir des registres des Trenta notai capitolini, uff. 1, uff. 5, uff. 13, uff. 24, uff. 25, 1595-1645 (ASR). Toutes les transactions impliquant au moins un individu originaire des diocèses de la confrérie des Lombards ont été retenues.

33 « Omnia iura et iura inquilinatus », ASR, Trenta notai capitolini, uff. 25, 22/11/1627.

34 « L’extrême variété des lieux de destination de l’émigration s’explique par le fort esprit communautaire qui lie entre eux les habitants de chaque village, et qui leur fait sembler étrangers même ceux qui vivent à quelques mètres de distance. L’orographie de ces lieux exaspère certainement la sensation d’isolement de chaque communauté, car les montagnes forment la barrière alpine et se croisent comme des rideaux ayant plusieurs voiles, et les dépressions d’origine glaciale remplies par les lacs sont d’autres obstacles séparant les différentes communautés qui, souvent, tout en étant très proches, sont invisibles entre elles », Raul Merzario, « Una fabbrica di uomini. L’emigrazione dalla montagna comasca (1600-1750 circa) », Mélanges de l’École française de Rome. Moyen Âge, Temps modernes, 1984, n° 96, p. 153-175, p. 155, ma traduction.

35 Dans son analyse de la vie urbaine en tant qu’ensemble des situations sociales dans lesquelles les acteurs sont impliqués, l’anthropologue définit les rôles comme des « engagements situationnels finalisés ». Dans un contexte urbain, ces rôles sont très diversifiés, ainsi que le répertoire de rôles dont peut disposer chaque individu. Une telle configuration est une caractéristique spécifique de la ville, que Hannerz définit comme « variété ». Ulf Hannerz, Explorer la ville. Éléments d’anthropologie urbaine, Paris, Éditions de Minuit, 1983.

36 ASR, Trenta notai capitolini, uff. 33, 12/3/1610.

37 Ibid., uff. 11, 5/1/1627.

38 Ibid., uff. 18, 29/9/1626.

39 Ibid., uff. 19, 30/3/1633.

40 Ibid., uff. 11, 5/1/1627.

41 Ibid., uff. 13, 14/12/1633.

42 Ibid. Giacomo Antonio, l’autre fils, est indiqué comme marchand de fruits dans un acte de mars 1633. ASR, Trenta notai capitolini, uff. 19, 29/3/1633.

43 Ibid., uff. 13, 14/12/1633.

44 Ibid., uff. 13, 14/12/1634.

45 Ibid., uff. 13, 13/12/1633.

46 Exercer l’arte bianca consistait à travailler dans le secteur de la panification et de la pâtisserie.

47 ASR, Collegio dei notai capitolini, vol. 869.

48 ASR, Trenta notai capitolini, uff. 33, 12/3/1610.

49 Ibid., uff. 33, 19/11/1626.

50 Ibid., uff. 19, 29/3/1633.

51 Ibid., uff. 19, 30/3/1633.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 : Les diocèses de la confrérie des Lombards à Rome.
URL http://journals.openedition.org/diasporas/docannexe/image/523/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 248k
Titre Fig. 2 : Distribution des lieux d’habitation des Lombards à Rome, selon le diocèse d’origine.
URL http://journals.openedition.org/diasporas/docannexe/image/523/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 864k
Titre Graphique 1 : Les mariages des Lombards (total 80), 1605-1634 (origine du père de l’épouse et origine de l’époux).
Crédits Source : ASR, Trenta notai capitolini, uff. 13, 1605-1634.
URL http://journals.openedition.org/diasporas/docannexe/image/523/img-3.png
Fichier image/png, 69k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Eleonora Canepari, « De la natio à la vallée. Échelles de l’appartenance dans l’espace urbain (Rome, xvie-xviie siècles) », Diasporas, 28 | 2016, 19-36.

Référence électronique

Eleonora Canepari, « De la natio à la vallée. Échelles de l’appartenance dans l’espace urbain (Rome, xvie-xviie siècles) », Diasporas [En ligne], 28 | 2016, mis en ligne le 28 juin 2017, consulté le 15 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/diasporas/523 ; DOI : 10.4000/diasporas.523

Haut de page

Auteur

Eleonora Canepari

Eleonora Canepari est historienne moderniste, spécialiste de la mobilité urbaine au xviie siècle. Elle est titulaire d’une chaire « Étoile montante » de la Fondation A*Midex (Aix-Marseille université), et PI du projet Settling in motion. Mobility and the making of the urban space (16th-18th c). Parmi ses publications récentes : coordination de « Abitare la città. Residenza e precarietà in età moderna e contemporanea (xvii-xxi secolo) », Quaderni storici n° 1, 2016 ; « Cohabitations, household structures and gender identities in 16th century, Rome », Villa I Tatti Studies, n° 17, 2014 ; « Porteurs, mendiants, gentilshommes. La construction sociale du pouvoir politique (Rome, 1550-1650) », Annales HSS, vol. 68, n° 3, 2013.

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Diasporas – Circulations, migrations, histoire est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaires du Midi
  • Logo Framespa
  • OpenEdition Journals