Navigation – Plan du site

Approche textométrique de l’articulation du discours narratorial et des discours directs dans un corpus de contes du XVIIe siècle

Catherine Boré et Denise Malrieu

Résumés

Cet article vise à caractériser les modes d’articulation du discours narratorial et du discours direct dans un corpus de contes du XVIIe siècle : un conte de Mme d’Aulnoy (Le pigeon et la colombe, 20 840 mots) et les contes de Perrault (20 641 mots) dans des éditions où les discours directs ne sont pas typographiquement marqués. Pour les caractériser, nous analysons l’interaction entre les segments introducteurs, les incises et la ponctuation.
   La méthodologie mise en œuvre consiste à utiliser certains outils de textométrie permettant une observation des propriétés internes ou relationnelles des catégories de discours représentés par qualification linguistique de leurs constituants et de leurs positions relatives.
   Dans un premier temps, nous comparons le choix narratorial dominant dans chaque œuvre selon l’importance relative de chaque type de discours représenté. Cette première analyse permet de contraster des différences entre Perrault et d’Aulnoy dans la répartition de ces discours.
   Après une analyse textométrique permettant une caractérisation globale des modes d’introduction des discours directs, nous étudions les propriétés syntaxiques des frontières entre le discours narratorial et les discours directs selon qu’il y a présence d’un segment introducteur dans le contexte gauche du discours direct ou qu’il y a une incise.
   Nous mettons en évidence le fait que Mme d’Aulnoy se caractérise par l’absence de segments introducteurs dans les discours directs non typographiquement marqués. La différentialité du discours direct doit alors reposer sur l’usage de modalités d’énonciation allocutives, sur l’indexicalité, ou encore sur l’emploi de l’adresse et de l’incise de dire. Nous mettons en avant le caractère vicariant du segment introducteur et de l’incise et donc la fonction du discours direct comme complément d’objet direct du verbe de parole dans les deux cas ; en analysant la place de l’incise dans le discours direct et ses signes de ponctuation de clôture, nous montrons que l’incise peut être sans rupture poursuivie par un discours narratorial événementiel et qu’elle relève entièrement de ce dernier.

Haut de page

Texte intégral

1. Introduction

1.1. Les objectifs

1La présente étude vise à caractériser l’articulation du discours direct (désormais DD) et du discours narratorial dans un corpus constitué de textes désignés communément comme appartenant au genre du « conte », mais dont il faudra tester les spécificités pour en tirer des inférences sur leur homogénéité présumée. Ce corpus est composé de deux sous-corpus : un conte de Mme d’Aulnoy (Le pigeon et la colombe, 20 840 mots) et le corpus des huit contes en prose de Perrault (20 641 mots). Il s’agit ici de comparer des auteurs appartenant au même siècle, dont les œuvres sont publiées concomitamment, sous la même étiquette, et s’adressent au même public. Les huit contes de Perrault étudiés ont été publiés en effet en 1697 à Paris chez Claude Barbin sous le titre Histoires ou contes du temps passé. La même année, Mme d’Aulnoy publie ses Contes des fées à Paris chez le même éditeur. Cependant, le conte que nous avons choisi, Le pigeon et la colombe, fait partie du tome III de sa Suite des contes nouveaux, ou les fées à la mode, publiée en 1698 à Paris chez Nicolas Gosselin.

2La raison de notre choix n’est ni esthétique ni thématique : elle correspond à la nécessité de comparer entre eux des textes de même ampleur.

3Nous utilisons pour ces deux sous-corpus l’édition électronique disponible dans la base de données « Corpus de la littérature narrative du Moyen Âge à la fin du XXe siècle » coproduite par les Classiques Garnier Numérique et le Centre national d’enseignement à distance (CNED) – ministère de l’Éducation nationale.

  • 1 Pour cette raison, nous ne donnerons pas de pagination. Le lecteur intéressé pourra rec (...)

4Le texte de base choisi pour l’édition électronique correspond au texte original de l’œuvre dans la dernière édition du vivant de l’auteur. C’est le cas des contes de Perrault. Pour les contes de Mme d’Aulnoy, et notamment Le pigeon et la colombe, l’édition électronique des Classiques Garnier Numérique a retenu celle du recueil de contes Le cabinet des fées, compilation réunie par le chevalier de Mayer entre 1785 et 1789. Nous nous appuyons sur la ponctuation et les éléments typographiques originaux restitués par l’édition des Classiques Garnier Numérique. Les références que nous donnerons correspondent à ces données numériques et non aux éditions papier1.

1.2. Le discours direct

5Le DD se caractérise par la présentation autonymique (selon Authier-Revuz, voir la partie 1.4 de cet article) des paroles représentées prises à la fois comme signifiants et signifiés. La présentation autonymique des paroles représentées au DD est marquée, à l’oral par la prosodie, à l’écrit par la typographie et une ponctuation normée ; or, cette ponctuation normée du DD n’existe pas dans les textes du XVIIe siècle que nous étudions : un DD peut être précédé ou pas d’un segment introducteur, être séparé du discours narratorial par un point, par les deux-points ou encore par une simple virgule (Branca-Rosoff, 1993 ; Tilkin, 1998). L’objet principal de notre analyse vise donc à élucider comment, en l’absence de ces marques, la rupture entre discours narratorial et DD est signifiée, et quel rôle jouent et quelles relations entretiennent avec le DD, le segment introducteur et l’incise de dire.

6Notre démarche est fondée sur une articulation d’une linguistique de la parole et d’une linguistique de la langue. La linguistique de la parole, que Saussure appelait de ses vœux, constitue le chaînon manquant entre contraintes du genre textuel et linguistique de la langue dans sa dimension dialogique (au sens de la composante « dialogique » de Rastier [2001]). Elle définit comment la scène énonciative liée au genre contraint l’acte de parole signifié par la langue à travers l’indexicalité, les modalités d’énonciation, la prise en charge, les temps verbaux, la prosodie.

7Dans le cas des genres narratifs littéraires, la scène énonciative primaire concerne le rapport narrateur / narrataire (indexicalité du narrateur, temps du récit) ; le genre narratif implique le récit de paroles, c’est-à-dire la définition d’une scène énonciative seconde entre personnages.

8Les propriétés dialogiques de la scène énonciative primaire ont trait à l’interlocutivité primaire : en face-à-face ou pas, définition des types d’allocutaires. Dans les genres narratifs littéraires, ces propriétés relèvent des types de narrateurs décrits par Genette (1972). Dans le genre que nous analysons, il s’agit d’un narrateur extra-hétérodiégétique (Genette, 1972, chap. 5, notamment tableau p. 256) – sauf apparition exceptionnelle chez Perrault de narrateur intra-diégétique – et de récits au passé simple. Le conte Le pigeon et la colombe est un récit enchâssé dans une nouvelle mais cette insertion n’a pas d’incidence sur le type de narrateur, et ce conte comporte lui-même, vers la fin, un récit enchâssé qui garde les mêmes propriétés que le récit narratorial.

9Les propriétés dialogiques des scènes énonciatives secondes concernent, de façon assez simple ici, le nombre de participants de la scène énonciative, lequel influence les modalités de désignation des locuteurs pour chaque tour de parole.

10Les principes d’une linguistique de la parole permettent d’articuler les rapports entre les scènes énonciatives – scène énonciative primaire narrateur / narrataire et scènes énonciatives secondes des discours représentés – et d’en décrire les propriétés syntaxiques. Segment introducteur et incise font partie du discours enchâssant, relevant le plus souvent du narrateur principal. Ce dernier peut introduire le DD sur différentes dimensions de description : référence des interlocuteurs, soit dans le contexte gauche, soit dans l’incise elle-même ; mais aussi modalité d’énonciation du dire représenté, modes d’expressivité émotionnelle du dire ou commentaires explicatifs du contenu de la parole rapportée, d’où la grande diversité des verbes introducteurs du DD ou d’incise dans les genres narratifs, qui explique que le DD puisse ne pas être le complément d’objet direct (COD) d’un verbe de segment introducteur ou d’incise.

11Nous verrons que les propriétés du discours narratorial englobant (narrateur extra-diégétique, récit au passé, ce que la linguistique textuelle désignerait comme traits globaux) sont déterminantes pour définir la différentialité discours narratorial / DD.

1.3. La méthodologie

  • 2 Nos chaleureux remerciements à l’équipe TXM, et particulièrement à B. Pincemin, (...)

12La méthodologie mise en œuvre consiste à définir en tant que locuteur « naïf » les catégories de discours représentés, matérialisées dans un balisage XML (Extensible Markup Language) des textes dans leur intégralité selon les principes proches de la TEI (Text Encoding Initiative). L’utilisation de certains outils de textométrie2 (essentiellement TreeTagger et CQL [Corpus Query Language] et traitements complémentaires sous Excel) permet une observation des propriétés internes ou relationnelles de ces catégories par qualification linguistique de leurs constituants et de leurs positions relatives. La démarche permet ainsi de boucler la boucle de test de ces catégories dans la définition de grammaires locales de reconnaissance. Cette démarche, qui est aux antipodes de la génération automatique de catégories sur grands corpus, présente l’avantage, par une exploration systématique des corrélats de catégories prédéfinies, de faciliter l’émergence d’hypothèses précises sur la différentialité des discours. Elle peut faciliter la définition de corrélats de signifiants qui caractérisent certains genres, sous-genres de la parole ou certains auteurs, donc faciliter la caractérisation de textes ou séquences textuelles à plus grande échelle. Notons de plus que l’usage du langage CQL en textométrie (logiciel TXM) autorise des analyses fines et précises des positions relatives des constituants dans leurs différents niveaux de profondeur hiérarchique (enchâssement des discours représentés [DR]).

13Notre étude visera donc à caractériser dans un premier temps, selon une approche comparative des auteurs, le poids des différents discours représentés ; puis, en nous centrant sur le DD, à caractériser son mode de répartition : s’agit-il de DD isolés ou de séquences dialoguées ? Cela influence-t-il les modes d’introduction du DD ?

14Nous analyserons ensuite les taux d’introduction du DD par segment introducteur ou par incise ou par les deux à la fois : quels sont les constituants de chacun d’eux ? Nous analyserons les différents types de ponctuation frontière du DD en rapport avec la catégorie de discours de son contexte gauche ; et pour élucider le statut de l’incise, nous examinerons sa position par rapport au début du DD, en caractérisant les constituants de ce dernier, puis nous regarderons les propriétés de l’incise en fonction de sa position dans le DD (plutôt initiale ou en fin de DD). Nous serons ainsi en mesure de définir comment s’articulent propriétés du discours narratorial introducteur et propriétés du DD, pour définir la différentialité des deux discours.

1.4. Les catégories de discours représentés

15Avant de présenter les résultats, précisons nos définitions des différentes catégories de discours que nous avons balisées.

    • 3 Éditions des XVIIe et XVIIIe siècles reproduites par les Classiques Garnier Numérique (...)
    • 4 Nous verrons qu’il n’en est pas toujours ainsi.

    Le discours direct (DD) correspond à la présentation des paroles du ou des locuteurs d’une scène dialogique représentée. Le fait que ces paroles aient été réellement prononcées, ou qu’elles soient exactement reproduites d’un discours antérieur n’est pas définitoire du DD. En revanche, à la suite d’Authier-Revuz (1995), nous considérons ces paroles comme des mentions, dont les mots se présentent comme des signes autonymes, non paraphrasables. À ce titre, ces mots sont « montrés », ce qui rend leur introduction particulièrement importante au sein du discours narratorial. En effet, contrairement au discours indirect qui maintient l’autorité du narrateur dans la représentation de la parole d’autrui, le DD vise à effacer la présence narratoriale pour « montrer » un discours « autre » (Authier-Revuz, 1995 et 2012), énonciativement distinct par ses signifiants prosodiques ou typographiques, et syntaxiquement autonome (Danlos et al., 2010).
    Rappelons que dans les éditions des textes qui nous occupent3, le marquage typographique de la rupture de scène énonciative ou de tour de parole n’existe pas. Le DD peut être introduit par un segment introducteur qui nomme le locuteur et éventuellement l’allocutaire du DD qui va suivre, et peut caractériser l’acte de parole sur différentes dimensions. Ce segment introducteur comporte, souvent mais pas nécessairement, un verbe de parole ou de gestualité, doit comporter un actant /+Humain/ nominal ou anaphorique, et se termine par les deux-points marqueurs de frontière entre les deux discours4 :

    [1] <seg ana="int_DD">Dans ce moment la jeune fée sortit de derrière la tapisserie, et <vd>dit</vd> tout haut ces paroles :</seg><q type="DD"> Rassurez-vous<seg ana="adr">, Roi et Reine,</seg> votre fille n’en mourra pas.</q>
      (C. Perrault, La Belle au bois dormant)
    • 5 Rappelons que la ponctuation est celle de l’édition originale reproduite dans la vers (...)

    Nous avons choisi de baliser comme segment introducteur de DD, la phrase ou la proposition qui contient un verbe de parole ou un verbe de mouvement à sujet humain, se terminant par les deux-points, la virgule, le point ou le point d’interrogation, et suivie d’un DD.
    Voici quelques exemples de segments introducteurs de DD chez Perrault et d’Aulnoy5.

    [2] La Bûcheronne était toute en pleurs ?
      (C. Perrault, Le Petit Poucet)
    [3] L’Ogre s’étant éveillé dit à sa femme,
      (C. Perrault, Le Petit Poucet)
    [4] il heurte :
      (C. Perrault, Le Petit Chaperon rouge)
    [5] il fit une grande révérence au Roi, et lui dit :
      (C. Perrault, Le Chat botté)
    [6] Cendrillon alla leur ouvrir :
      (C. Perrault, Cendrillon)
    [7] et le Chat se mit à crier de toute sa force :
      (C. Perrault, Le Chat botté)
    [8] Il jeta aussitôt une potée d’eau dans le nez de sa femme et l’ayant fait revenir :
      (C. Perrault, Le Petit Poucet)
    [9] [elle ouït que l’un disait apporte-moi cette marmite,] l’autre
      (C. Perrault, Riquet à la houppe)
    [10] et il écouta ce que la fée voulait lui dire.
      (Mme d’Aulnoy, Le pigeon et la colombe)
    [11] Sa Marraine, qui était Fée, lui dit :
      (C. Perrault, Cendrillon)

    La phrase qui contient le segment introducteur peut être complexe et comporter plusieurs propositions. Nous avons choisi de sélectionner la proposition finale qui précède le DD et contient la plupart du temps un verbe de parole, mais qui peut ne comporter qu’un sujet de verbe implicite, ou bien un verbe de parole et pas de sujet (ellipse dans une proposition coordonnée).

  • Le monologue intérieur (MI), dénommé « monologue rapporté » chez D. Cohn, est une parole auto-adressée ou adressée à un allocutaire absent de la scène énonciative en cours ; il a les mêmes propriétés que le DD quant à l’indexicalité et aux temps verbaux ; il est souvent introduit par un segment introducteur ou une incise avec un verbe de pensée (penser, dire en soi-même, dire tout bas) ou de parole auto-adressée (se dire) ou même avec le verbe dire comme dans l’exemple [12].

    [12] <q type="MI">Hélas ! où suis-je<seg ana="incise_pe">, <vd>dit</vd>-elle</seg> ? je ne connais point ces beaux lieux, que vais-je devenir ? qui aura soin de moi ? Ah ! petit mouton, que tu me coûtes cher ! si je n’avais pas couru après toi, je serais encore chez la fée Souveraine, je ne craindrais ni le géant, ni aucune aventure fâcheuse.</q>
      (Mme d’Aulnoy, Le pigeon et la colombe)
    • 6 Notons que, influencée par la présence des deux-points introducteurs de MI, (...)
    [13] <seg ana="int_MI">Il envisagea cette métamorphose comme le comble de tous les malheurs :</seg>6<q type="MI"> ah ! <seg ana="adr">perfide amour</seg><seg ana="incise_pe">, pensait-il en lui-même,</seg> quelle récompense donnes-tu au plus parfait de tous les amants ? Faut-il être léger, traître et parjure pour trouver grâce devant toi ? […].</q>
      (Mme d’Aulnoy, Le pigeon et la colombe)
  • Le monologue intérieur narrativisé (MIN) est un MI narrativisé, de même structure que le discours indirect, et introduit par un verbe de pensée suivi d’un joncteur.

    [14] La belle Constancia ne savait que devenir, elle aperçut la reine à sa fenêtre qui riait de sa frayeur ;<seg ana="int_MIN"> elle connut alors</seg><q type="MIN"> qu’elle ne devoit pas se promettre d’être secourue par ses ordres.</q>
      (Mme d’Aulnoy, Le pigeon et la colombe)
    [15] <seg ana="int_MIN">elle pensa que</seg><q type="MIN"> quand la Princesse viendrait à se réveiller, elle serait bien embarrassée toute seule dans ce vieux Château</q>
      (C. Perrault, La Belle au bois dormant)
    • 7 Il faudrait aussi introduire la distinction entre le MIN et le discours (...)

    Le MIN7 peut aussi être introduit par le verbe dire avec négation, qui équivaut à un verbe de pensée :

    [16] <seg ana="int_MIN">mais il se garda bien de lui <vd>dire</vd></seg><q type="MIN"> qu’elle était habillée comme ma grand-mère, et qu’elle avait un collet monté, elle n’en était pas moins belle.</q>
      (C. Perrault, La Belle au bois dormant)
  • Le discours indirect (DI) est une représentation des discours seconds (i. e. des personnages) à l’intérieur du discours narratorial : dans ce cas, il s’agit d’un DI narratorial, de niveau 1.

    [17] <DN>Après que la reine eut bien <vd>grondé</vd>,</DN><seg ana="int_DI"> elle lui <vd>dit</vd></seg><q type="DI"> de ne paraître jamais devant elle.</q>
      (Mme d’Aulnoy, Le pigeon et la colombe)

    Ou à l’intérieur d’un discours second, d’un DD par exemple (DI de niveau 2).

    [18] allez au bout de cette prairie, il y a une maison où vous pourrez demeurer en sûreté,<seg ana="int_DI"> après que vous aurez <vd>dit</vd></seg><q type="DI"> que vous y venez de ma part.</q>
      (Mme d’Aulnoy, Le pigeon et la colombe)

    Le DI comporte obligatoirement un segment introducteur avec un verbe de parole indiquant la modalité d’énonciation et à sujet /+Humain/ ; ce segment définit l’acte de parole (actant locuteur et modalité) ; il est suivi d’un joncteur qui introduit le contenu de la parole représentée, cette deuxième partie étant soumise à la concordance des temps. Nous avons choisi de baliser le segment introducteur et le contenu qui suit le joncteur en deux segments séparés.

  • Le discours narrativisé (DN) consiste en un récit d’un acte de parole dont le contenu n’est pas rapporté, ou bien il fait allusion à des paroles non prononcées ; il peut, comme le DI, relever du narrateur primaire ou d’un discours second :

    [19] <DN>j’en <vd>parlerai</vd> à la reine ma mère,</DN>
      (Mme d’Aulnoy, Le pigeon et la colombe)
    [20] <DN>Après que la reine eut bien <vd>grondé</vd>,</DN>
      (Mme d’Aulnoy, Le pigeon et la colombe)
    [21] <DN>Il <vd>rendait compte</vd> tous les soirs au prince, de la situation des choses ;</DN>
      (Mme d’Aulnoy, Le pigeon et la colombe)
    [22] <DN>Mirtain ne manqua pas de chercher une occasion de <vd>parler</vd> à Constancia.</DN>
      (Mme d’Aulnoy, Le pigeon et la colombe)
    [23] <DN>souvent elle lui <vd>confiait</vd> ses ennuis comme s’il avait été capable de l’entendre</DN>
      (Mme d’Aulnoy, Le pigeon et la colombe)
    [24] <DN>elle ne put s’empêcher de faire les <nd>paroles</nd></DN> qui donnèrent lieu à l’inquiétude du prince.</DN>
      (Mme d’Aulnoy, Le pigeon et la colombe)

    On voit que le DN comporte un verbe de parole, soit sans COD (parler, gronder), soit avec un COD syntagme nominal (confiait ses ennuis, faire appeler, prononcer son nom) ou avec une proposition relative introduite par le pronom démonstratif (rendre compte de ce qui s’était passé, il lui a raconté ce qui le chagrinait).
    La différence entre le DI et le DN, de nature syntaxique, exprime une différence de niveau de précision dans le rapport des paroles représentées : la construction du DI avec joncteur implique de donner un contenu de parole, alors que le DN ne l’implique pas.

    [25a] <seg ana="int_DI">Il lui exprima son souhait</seg><q type="DI"> de partir avant l’automne</q>
    [25b] ??<DN>Il lui exprima son souhait de départ avant l’automne.</DN>
    [25c] <DN>Il lui exprima ses souhaits concernant la date de son départ.</DN>
    [25d] <DN>Il lui expliqua ce qui s’était passé.</DN>
    • 8 Voir Cohn, 1981. Notre acception est sans doute plus large que celle de D. Cohn qui (...)

    Catégories balisées hors DR
    Dans les balisages, nous avons ajouté la catégorie du psycho-récit (PR), récit par le narrateur de la vie émotionnelle des personnages8, qui n’est pas un DR et fait partie du discours narratorial (ou plus rarement d’un discours second), mais entoure très souvent les événements de parole ; son balisage repose essentiellement sur des indices lexico-sémantiques.

    [26] <PR>À la vue de cet épouvantable colosse, la princesse transie de peur leva les yeux vers le ciel</PR><DN> pour lui <vd>demander du secours</vd>,</DN><seg ana="int_DI"> et <vd>pria</vd> la terre</seg><q type="DI"> de l’engloutir.</q>
      (Mme d’Aulnoy, Le pigeon et la colombe)

    Pour expliciter nos choix de balisage, nous avons de plus encodé les indices lexico-sémantiques des substantifs liés à la parole avec la balise <nd> :

    [27] <PR>La princesse sentait que <DN>la peur avait lié sa <nd>langue</nd>, et que les <nd>paroles</nd> mouraient dans sa bouche</DN>.</PR>
      (Mme d’Aulnoy, Le pigeon et la colombe)

    Sont aussi balisés les adresses, les incises de dire (incise_di) et de pensée (incise_pe), les verbes de parole (vd), les segments introducteurs de DD, MI, MIN ou de DI.

2. Analyse des résultats

16Les premières mesures que nous avons effectuées visent à caractériser l’importance relative des différents types de DR chez nos deux auteurs.

  • 9 Voir la faible présence de segments introducteurs dans les séquences dialoguées des conte (...)

17L’analyse porte d’une part sur la surface relative de chaque DR dans le texte (en nombre de mots et de ponctèmes), sur la nature et la diversité des verbes d’incises et de segments introducteurs, sur la présence de séquences dialoguées et leur longueur en nombre de tours de parole (TdP), et sur le taux de présence d’un introducteur, la séquence dialoguée longue étant, dans les textes modernes, corrélée à l’absence d’introducteur9.

2.1. Taux de présence linéaire des discours représentés

18On notera que dans le tableau 1 le décompte en mots du DD comprend des DI enchâssés et les adresses et incises de dire.

  • 10 Les chiffres des pourcentages ont été arrondis.

19La surface occupée (en nombre de mots, autres que les ponctuations) par le DD n’atteint pas un tiers du texte (22 % chez Perrault contre 29 % chez d’Aulnoy10) ; les DR narrativisés sont dans des proportions inverses : 25 % et 20 % respectivement. On peut cependant noter l’importance globale des faits de parole dans ce genre textuel où DD + DR narrativisés représentent presque la moitié du texte. Le DN (104 occurrences chez d’Aulnoy contre 78 chez Perrault) occupe 7 % et 5 % chez d’Aulnoy et Perrault respectivement. Le DI occupe 7,5 % (d’Aulnoy) et 10 % (Perrault) du texte. Perrault utilise davantage le DI narratorial, d’Aulnoy davantage le DD. D’Aulnoy se singularise par l’importance du PR et du DN, et par l’absence de segment introducteur du DD.

  • 11 Le DR comporte : le DD (y compris incises), le DI, le MI et leurs segments introducteur (...)

Tableau 1. Taux de présence linéaire des DR11

Type de séquence Perrault D’Aulnoy
Nombre de mots 18 396 18 558
Ponctuations sauf points de suspension et tiret 2 245 2 281
DD tous niveaux 21,69 % 29,37 %
DI tous niveaux 10,17 % 7,50 %
DI du narrateur niveau 1 8,64 % 5,32 %
DI dans DD 1,39 % 2,16 %
MI | MIN 0,24 % 5,41 %
DN 5,00 % 6,73 %
PR 3,67 % 16,60 %
Seg. introd. de DD 3,25 % 0,50 %
Seg. introd. de DI 4,15 % 2,47 %
Seg. introd. de MI | MIN 0,0 % 0,08 %
Incises de dire 2,21 % 2,33 %
Incises de pensée 0,0 % 0,18 %
Adresses 0,59 % 0,54 %
% par rapport au DD 2,73 % 1,83 %
Total du DR (nombre de mots) 8 187 9 661
% 44,50 % 52,06 %
Total du DR narrativisé (nombre de mots) 4 559 3 673
% 24,78 % 19,79 %

2.2. Diversité des verbes des segments introducteurs et des incises de dire

20Le tableau 2 montre que la diversité des verbes lemmatisés est nettement plus importante dans les segments introducteurs (plus du double) que dans les incises ; la proportion des verbes de parole avoisine les 90 % dans les incises contre 37 à 55 % dans les segments introducteurs : le DD peut être introduit par bien d’autres verbes que les verbes de parole.

Tableau 2. Diversité des lemmes des verbes et des verbes de parole dans les segments introducteurs de DD et DI, et dans les incises de dire

Ensemble verbes (vb) lemmatisés   Perrault D’Aulnoy
Seg. introd. de DD occurrences 131 20
items 49 12
Incises de DD occurrences 110 137
items 19 18
Seg. introd. de DI occurrences 190 125
items 62 47
Verbes de parole (vd) lemmatisés
Seg. introd. de DD occurrences 49 11
items 5 3
Incises de DD occurrences 94 125
items 6 9
Seg. introd. de DI occurrences 120 92
items 40 36
Proportion vd / vb
Seg. introd. de DD occurrences 0,37 0,55
Incises de DD occurrences 0,85 0,91
Seg. introd. de DI occurrences 0,63 0,73

21Suivant la dimension de l’acte de parole que le narrateur choisit de mentionner, on peut distinguer, dans les incises de dire, les verbes de parole proprement dits, qui, comme le verbe dire, ont bien le DD comme COD (dire, affirmer, ajouter, répondre, répliquer), les verbes portant sur l’acte de parole en mentionnant la modalité non assertive (demander), et ceux décrivant l’acte soit dans sa dimension dialogale (répartir, poursuivre, divaguer, continuer, reprendre, répliquer), soit dans sa dimension expressive (se récrier, s’écrier, vociférer, parler, s’esclaffer, s’indigner, insister) : dans ces deux derniers cas, le DD n’est pas le COD du verbe introducteur ou de l’incise, la scène énonciative étant suffisamment explicitée pour se passer d’un verbe de parole.

22Dans les segments introducteurs de DD, les verbes de parole en nombre d’items ne s’avèrent guère différents des verbes d’incise ; en revanche, les verbes autres que ceux de parole sont nombreux, en particulier les verbes de mouvement concernant la gestuelle accompagnant la prise de parole (hausser les sourcils ou les épaules, sourire, sauter, se pencher, venir, rire, agiter, attraper, etc.) : c’est ce qui différencie les proportions de verbes de parole par rapport au nombre de verbes du segment introducteur chez Perrault et d’Aulnoy, que ce soit pour les introducteurs de DD ou pour ceux de DI (37 % contre 55 % pour le DD et 63 et 73 % pour le DI).

23Le segment introducteur chez Perrault comporte souvent des informations événementielles cadrant la prise de parole et éclairant le contenu de cette dernière, phénomène qui peut exister mais de façon plus squelettique dans l’incise. Ces informations sont données dans un segment introduit par un participe présent ou un gérondif, une relative ou encore une proposition conjonctive : on décompte ainsi 51 introducteurs de DD comportant un participe présent ou un pronom relatif ou une conjonction, dont 41 chez Perrault et 10 chez d’Aulnoy.

  • segment introducteur avec participe présent :

    [28] La bonne femme, ayant bu, lui dit :
      (C. Perrault, Les Fées)
    [29] L’Ogre s’étant éveillé dit à sa femme,
      (C. Perrault, Le Petit Poucet)
  • segment introducteur avec relative :

    [30] La bonne Mère-grand, qui était dans son lit à cause qu’elle se trouvait un peu mal, lui cria :
      (C. Perrault, Le Petit Chaperon rouge)
    [31] Sa Marraine, qui était Fée, lui dit :
      (C. Perrault, Cendrillon)
    [32] Le Chat qui entendait ce discours, mais qui n’en fit pas semblant, lui dit d’un air posé et sérieux :
      (C. Perrault, Le Chat botté)
  • segment introducteur comportant un complément prépositionnel ou une conjonction :

    [33] Comme il vit qu’elle ne répondait pas à ses galantes questions :
      (C. Perrault, Riquet à la houppe)

24On peut aussi noter que la diversité en lemmes des verbes de parole introducteurs de DI est nettement supérieure à celle des introducteurs de DD : l’introducteur de DI se doit de lexicaliser la modalité d’énonciation dont relève le DI (Andersen, 2002), alors que le segment introducteur de DD n’a pas à le préciser, car cette modalité est exprimée explicitement par le DD lui-m1lexicatversité en 4 yle="text-:urelève t

og utrefin Dans les segroposition conjonctivque dmaerdire, ont sive (se e, afe 55 % pour le DD et 6r> 7 7

20Le tasnom 3. R l’acble) que snom

vcte ’p classtop bTotal du DRTdP vcte ’p classtop a Berbes uassisong>PerraultPerrault vcte ’p classtop bl" colspan="1">(C. Perrault,t, vcte ’p classtop a Bat exxxxxxxxxxxxxxxxcisu vcte ’p classtop vcte ’p classtop td class="bi vcte ’p classtop vcte ’p classtop vcte ’p classtop bl" colssssssssssssssssPerrault, Snom< 1 Snom< 1 Snom< 1 Snom<  Snom<  Snom<  Snom<  0,  Snom<  0, 6 5 vcte ’p classtop b tyle="text-align:lefomPerrault vcte ’p classtop b tyle="text-align:l vcte ’p classtop b t relativenl vcte ’p classtop bong>PerraultPerrault vcte ’p classtop bong>PerraultPerrault vcte ’p classtop b tyle="text-align:lefomPerrault vcte ’p classtop b tyle="text-align:l vcte ’p classtop b t relativenl vcte ’p classtop bong>PerraultPerrault vcte ’p classtop bong>Perrault92 Snom< 1 ,0 ,0 17 17 ,0 0,4 Snom< 1 ,0 ,0 53 0,  53 ,0 48, Snom< 1 0 0 ,0 30,8 40 1, 0, 18 558 Snom< 0 0 ,0 51,3 0,  1 1 ,0 5,4 Snom< 0,63 5 50 0,63 67,6 23,9 1 5 5 5,0 ,0 efom< 2 8 0,  9,4 9,8 0,  81, 0, Snom< 21 9 41,71 47,2 7 59, 8,4 Snom< 5 74,0 39,4 1 35 51,0 25,5 2 6 53 131,0 5,04 2 1 4 2de  4,2 4 20, yle="text-align:center;">4 559 yle="text-align:center;">4 559 Ns de vt r 171 13 0,  Ns de vt r 171 13 92 t int tpas dimeis style="text-align:center;">92 I u d 55,5 55,6 I u d 46, 55,6 I u d 9, 9,0 I u d 3,51 3,7 I u dMI | MIN ,0 ,0 I u dMI | MIN ,0 ,0 I u dPR 3,51 10,5 0,  I u dPR 4,0 15,7 I u d N 3,51 6,7 I u d N 6,4 8,2 yle="text-align:center;">4 559 Nb4 559 1 121 Nb, le.C . 5 1 nb  xisters 8 1 nb  xisters % 9 % 92 adqueres adqueres 2 % 2 5 % 4 50 92 adqueresDD (xisters 1 adqueresDD (xisters 0,  % 5 % 8 92 adqueresDD (non-xisters 1 adqueresDD (non-xisters 21 % % 4 div de dire

and>ul de direside> le DI).

num 1

, le DI song>Perrault(...) seli> le D6 justify;display:block chotivem>, le DI (Ansit dtrèsong>Perraultuvt rsnctivdeive des ),ong>Perrault t dtrèsoitregalcla eassn t ea rPerrault( , 7 le DI song>PerraultPerrault(C. Pe. Lchotnombesfomesrtregmesideerbaucu d (Ann6" id="toc uniCaucu eC ster,DD (y hotnomsencqui tttttttttttt 1 a>.

l grapheqir retrait"> le D6 justify;display:block c le DI (AnD (yt existerDDDDDDDDDDDDDDfoniose neerbeae ribuble) unelé nb i r, (A 5

l grapheqir retrait"> le D6 justify;display:block t eadquere Ds auesi des frx de tenjclassssssssssssss 63 et 73 % pour le DI).

38 ermineanlclarôlclarespec fs>dnttttttttttttl xi (A,ddlast exister,nlast eadquere D (arot la pe gauchtrong>Total deir C (A,de analydeanlc %co

3n1 3n1 >3.1.1. Lcho:justifyn peucthoisit de menoctir Cle DI (A seg3/table> 63 et 73 % pour le DI).

39

PerraultPerrault, PerraultPerrault chéseaclassa< hrare (q> b uncTdP,rteroproeeu,ve : on dé virgul),o nadquere anduct>e. shangem la"dlamod ber"ng>PerraultuotnjD (ng>PerraultPerraultPerraultPerraultm>s’indjustify, vaoubllisc% des isit de menocfrx de miser,lclaruptu s e nvquer,lclamod berstroducteur ous(ne) ng>PerraultPerraultss=t eque cl verncBoutd c (2007). Dteurrrrrrrrrrrrrrss=" scripble) que val /dtraperPerrault2« + ord– ». Ccomtraitivvvvvvvvvvvvvvreg pser,lt e xidex ’ ber Pe (+IDX),2oudrDD traitrong>Total dr< up>  c 2< up> pers s que secuion s 55 % pour le DD et 63 et 73 % pour le DI).

41

2effe oduccccccccccccccyt exidex ’ ber"xi erlocuiopeuo+EXT+ITL ("éicele ne)DD (y hoooooooooooooos squs(DxI).mur ous(sit dtdes t introdfrx de tecnjclasscnctivqir Crrrrrrrrrrrrrse par rapport au  55 % pour le DD et 63 et 73 rbes de parole.

7. Frx de lcyt exidex ’ ber""""""""""""""xi erlocuiopeuoetsque mod berstne) aererr ous(seassn vent class=""""""""""""""ant t eablass="dc le DI (Anard’ et DI, et dans les incis7s de dire

PerraultPerraultPerraultPerraultPerraultPerrault(C. Pe Perrault18 558
0,   0, 18 558
0,   0, 18 558
  0, 0, 0, 0, 0,  0, 18 558
0, 0,  0, 0,  0, 0, 18 558
0, 0,  0, 0, 18 558
0,  0,  0,  0,   18 558
0,63     >5 0,  92
>5 >5 >5 92
>5PerraultPerraultPerraultPerrault
0,63 0,63 0,63 0,630,630,63 0,  0,630,630,6318 558
0,63 0,63 0,63 0,630,630,63 0,  0, 0,6318 558
0,63 0,  40400,630,63 >5 120>50,63
6 0,  6400,630,  60,850,6392
5 0,630,630,850,63550,6392
94 0,63400,6394 6 404092
0,63 0,630,63940,6394 6 6199492
94 40 6940,630,63 0,63940,630,6392
4 5598 1874 5594 5598 1874 5594 5594 5598 1874 559 lee pour le DI).

3

Dans des sence s (17e 1ncTdP)s it dansDI oduct nombre de verbes du strap verbeavoi comes des verqud> ss="bsence defromncTdP>>>>>>>>>>>>(sence defmoyenn verb lativateur a Bat excisu ,e texte.53 lativ">24On moyenn veclassa(C. Per 55 % pour le DD et 63 et 73 % pour le DI).

31

(C. Pes ments iTotal d a Bat excisu le urong>Total d " col pan="1">( .rong>Total d class="t o nemeanlcla segmentrb TdPveud " col pan="1">( (oit ds="m ts ncttttttttttttn> Vde 8 lativ d’)u 2. b

(C. Pe (oit ds="m ts nctn> VVVVVVVVVVVVass34 latir 55 % pour le DD et 63 et 73 % pour le DI).

3 20On moyenn veuux s des en conjonctio. Cs="paranumbe,VVVVVVVVVVVVeclassa< de’a">20, guïber"em>, lité que em> ate de DDVVVVVVVVVVVetraper, stnom( enr/span>Suivant l17esque la seuxPRb conjonctiole avoisi2ct nombr 55 % pour le DD et 63 et 73 % pour le DI).

3 ass="le ameans % ="mesduct > (>, Suivant lma> ementfaci diff ="% pom trie)ntrbp ifs ntivtelsn class============t l’acble) que sence decfrom2 segments introduc etsque sence decfrom TdPvass=t e> introduise e2 segme 55 % pour le DD et 63 et 73 % pour le DI).

3

4 559
>5
4 559
92
4 5590,63
4 5590,63
0,g> 0,g>
Incises de DD694
Incises de DD12092
Seg. introd. de DI6>5
Seg. introd. de DI0,6336
0,630,630,63
0,630,6336
Seg. introd. de DI0,63
Seg. introd. de DI1992
0,630,630,63
0,630,63, leoir Cle DI (Aquem>, leoir C sterD on peu,ve : on déem>, leoir Cadquere (ass="text6r 55 % pour le DD et 63 et 73 rbes de parole.

6. T

>5
4 559
>5
4 559
92
60,63
4 5591992
0,631919
0,63 0,63 92
0,63 1940
0,63 6
0,63 0,63 >5
0,6394 36
0,63405
0,630,63
0,6340 >5
0,63 36
0,63 65
0,63 40
0,636 0,63
0,630,63 18 558
0,63 0,63 0,63
0,63 6Cclass="te">
vcte ’p classtop vcte ’p classtop Am>, (Ae vcte ’p classtop vcte ’p classtop +IDX / +EXT / +ITLle="text-align:lefttdtyle="text-align:center;">0,63 0,8  % 85,25 % +IDX / +EXT / +ITLle="text-align:lefttdtyle="text-align:center;">0,63 59,32 % 83,33 % pera fle="text-align:lefttdtyle="text-align:center;">0,63 ,08 % 13,93 % pera fle="text-align:lefttdtyle="text-align:center;">0,63 22,03 % ,67 % DxI).mur fle="text-align:lefttdtyle="text-align:center;">0,63 8,85 % 13,93 % DxI).mur fle="text-align:lefttdtyle="text-align:center;">0,63 8,47 % ,0  % rogur fle="text-align:lefttdtyle="text-align:center;">0,63 8,85 % 10,66 % rogur fle="text-align:lefttdtyle="text-align:center;">0,63 15,25 % ,67 % adquerele="text-align:lefttdtyle="text-align:center;">0,63 23,01 % 25,41 % adquerele="text-align:lefttdtyle="text-align:center;">0,63 28,81 % 41,67 % Nb4 559 11 1 2 Nb, . 5 1 Nerbes"4 559 20 214 %"4 559 9,27 % 9,38 % rterbes"0,63 614 54 %"4 559 33,88 % 39,12 %
660,63
6618 558
4040
4018 558
4040
4018 558
4040
0,6318 558
4040
4018 558
4040
4018 558
4 5590,63
4 5594 55918 558 l% pour le DI).

42

Perrault PeHer Bien ! Pes PeOh ! Pes PeOui ! Pes PeNon ! Pes etc.) meavet dd introdu=""""""""""""""ruptu ,"t classchomod berst rogur ous(D ( pera icasng>Perraultm>sinb ranuux ave (C ster). Lchoooooooooooooolocuiie enDxI).mur ous(st . ciadquere ( PeOh ! Me ei (A Pe + xister ; Ah ! Madame Pe + xister)oooooooooooooomeavet dtrèsod introd conjonctiolde erqurcole.< espan :justifynnnnnnnnnnnnnnimensiorial c  qum.is auesi espan :s anctivem> écuiifs, uisoducccccccccccccccs a-ci> enchaîneerbjclassc même dif graphe 55 % pour le DD et 63 et 73 % pour le DI).

4 s confirmé diff =" des granu=""""""""""""""proencise
0,63
6
18 558
4 55918 558
0,6318 558
4 55918 558
4018 558 h3
3n2 3n2 >3.1.2. Lcho:justifyn peucthoisit de menocem>, le DI (A seg3/table> 63 et 73 % pour le DI).

4 , le DI (Ansit dteasi ablastqu conjonctio.l clne onc""""""""""""""en tiuc% las ablsele ne< des t intters ; touc au< des t -e) ng>Perrault, lrDDDDDDDDDDDDDDfa33], le DI (Aoubllisct dteuD nxisterDD (qud>d pagnnnnnnnnnnnnnn t eubllisct ,nsitdtnjD (ass="% dansanaphDR cla ; létnjD (arodddddddddddddte DI (AnDs dtdes t introdne) anaphDR cla ; ass="bVVVVVVVVVVV idtraper, jc fiVVVVVVVVVVV id lere es des verc c d e2vet eevqir Cjc f 55 % pour le DD et 63 et 73 % pour le DI).

45 m>sinean’inmodecnnnnnnnnnnnnnnd ourgastquvèren le) qesnctir VVVVVVVVVVVV beaeem>, nu ber"serqunele nv m>, lrD:justifynimensiorial, VVVVVVVVVVVV bubllisodlign de parole.<  u s iNvle  u s PR,n s es en dnsfeç., u dle DI (A, ontf dtnjD (arovet exn> VVVVVVVVVVVV bne) anaphDR cla, eodam>, u ciadquere. Ilxn> V de =" des erot nnnnnnnnnnnnnnduml ttr duct ane) cla/drs in imensiorial,, nu ber" peucta/dro:justifynnnnnnnnnnnnnnimensiorial,vem>, sterDDn/dinb cncti 55 % pour le DD et 6h> 9 3.2. La" 46

< up> liècleddddddddddddper dif graphes(D (tiuc e,< xlsee es au< up> liècle. Enast eablass="dc enr/sp, insisterqu c ignbinaiopeuoDDtraitivlincelsele neinsisterespan intttnimensiorial c  quleespan :s ancTdP>terPerrault enchaîneer ?55 % pour le DD et 63 et 73 % pour le DI).

47

s’i-p > enDxlseeI (50 ss="paranumbe,V28ese conjonctiorlM.is vent class="dc nnnnnnnnnnndui-p > en s es syne)ymenduml

< up> liècler une ">24On effe 47 le DI soroposition conduux erminpasDdiff >s’i-p > ennnnnnnnnnnna d nombrle avoisi10d conjonctiol(ass="text9r 55 % pour le DD et 63 et 73 rbes de parole.

9. UsagesDIm>s’i-p > enDn/dinb lefdntuux R et DI, et dans les incis9s de dire

Nb0,63 7 13 Nb, tiuc Nb0,63 50 0,63 2 Nb0,63 60 0,63 1 Nb0,63 4 1 Nb0,63 15 0,63 2 Nb0,63 1 3 Nb0,63 Nb0,63 0 0,63 1 NbPerrault0,63 0 0,63 3 Nb0,63 5 0,63 1 Nb0,63 1 Nb0,63
4 559
4 559
92
692
0,63 0,63 92
92
92
692
18 558
0,6318 558
40 36
36
18 558
92
0,63 92
6 s’i-p > e.l cllllllllllllobmeaves4ux erminpasDdiff >s’i-p > e,s3 conjonctioletssssssssssss1 ss="paranumbe 55 % pour le DD et 63 et 73 % pour le DI).

49

ddddddddddddd xi errogur on, u eC ster,Dant >s’i-p > e,sso33] u s in insisterso33] u s iNvle  u s PR. Lchoterter enDtrsa dd xi errogur onnDn/fdnt sterDferma ten(rrD) douve (C% dansr le DD ettraitodlign tel 55 % pour le DD et 63 et 73 % pour le DI).

50 Vxi perinsisteren prxistpe,de tnlc %auvonomie syntax cla, inrsoinsister ssducCaucu eCstipducC hrarele n 55 % pour le DD et 6h3
3n3 3n3 >3.2.1. Lcho:justifyn peucthoisit de menocxi sDdiff >s’i-p > e seg3/table> 63 et 73 % pour le DI).

51 -virgul cccccccccccccc(423uxe avoisi527). Dc même d7 % >s’i-p > er ont 32n>ss=t exi peri (Ana u s iD (e conjonctiorle avoisi8/ss="png>Perraults’i-p > e/ss="png>Perrault l grapheqir retrait"> le D6 justify;display:block tivd int tpasDI u d br />So33]y hoooooooooooooonndui-p > enclôtu antf dintxi sv souvet le es au""""""""""""""""protagonlsee

[34] justify;"p clror i dtrop decorole.<:underline Dt (Mm< up> conjonctio,d e igee) etu="bVVVVVVVVVVV i le D6 justify;display:block So33]y otiven eff >s’i-p > ennnnnnnnnnnnnnnnexplicom [35] justify;"pIlqui tfirDI mi cClerDI sode es shanger jam.isr decorole.<:underline ln prxisn promiclassC lstacteu(alatentrirang>Perrault, la dignep v coinr:#f40511

(Mm< up> conjonctio,d e igee) etu="bVVVVVVVVVVV i le D6 justify;display:block tivd int tpasDI u dPR br />Lacfoniose =u="""""""""""""" sien arguDI olefnouliausolef,sd ljassp>gment assteur exempl """""""""""""" t int tenclass=ocuion dide>t cla, es dtdes es deD classa [36] justify;"p le D6 decorole.<:underline a=teine fuc ravi coinr:#f40511

uv"""""""""""""""n ljeunc% lasél lhants. (Mm< up> conjonctio,d e igee) etu="bVVVVVVVVVVV i ter decorole.<:underline ills perçu3] i dddddddddddddddd> onniv= coinr:#f40511

(Mm< up> conjonctio,d e igee) etu="bVVVVVVVVVVV i , lrD:ignepan> onnemct ,niltler< uvo33] n l esprxtDD (alasa"Perrault, la simplicomivisexers habits(D (yt e> (alabergp v. le D6 decorole.<:underline Il coinr:#f40511

, besbisr (Mm< up> conjonctio,d e igee) etu="bVVVVVVVVVVV i le D6 justify;display:block tivd int tpasDI u dDN br />Lt DN,Cign l """""""""""""" in [39] justify;"pCgnbien(alasasqus,at landa33- c e) ng>Perrault i dtromodn,l le D6 decorole.<:underline t introd c ler odliapdans DD n la ltrr,DD (ytco, lrs>besbis coinr:#f40511

PerraultPerrault (Mm< up> conjonctio,d e igee) etu="bVVVVVVVVVVV i (Mm< up> conjonctio,d e igee) etu="bVVVVVVVVVVV i le D6 justify;display:block Lvetuptu Perrault 6h3 3n4 3n4 >3.2.2. La"virgulinsister xerue seg3/table> 63 et 73 % pour le DI).

52

, e neerbu dvet ex (AnaenDD ; erueassssssssssssssuotnjD (anaphDR cla/ntonomin rssssssssssssss, que cip="prgment reste da te,ong>Perraultinsister xerrt,Cign se) nemdyt exid cla, assune rgment ificole.< uraquele nvvvvvvvvvvvvvvclasscnctivva=tenforce  55 % pour le DD et 6 dans lexempl 92 >[41] justify;"p a%dhoseat luesi3]ign iltl vei d enser ;uuuuuuuuuuuuuucara t eOgrr,Dst e> n ( t illivis % iminuxtDDuc reg cla avoiAdddddddddddddddtraperiviasnleidemainagitet eilt ouvei dexécuic% ="t illa ; illsnvvvvvvvvvvvvvvjD a] onc"brusodu nb hofyn u" b, le D6 decorole.<:underline Dt prDIa dson granu Couceau5

coinr:#f40511 ,

92 > (C.d nombr, e Peti dPoucc ) dans lexempl 92 >[42] justify;"p le D6 decorole.<:underline t eOgrr,Dter coinr:#f40511 ,

decorole.<:underline eùx ya snt i]y ho eti ynb ts coinr:#f40511 ,

92 > (C.d nombr, e Peti dPoucc ) 5 ncorr, vetuptu PerraultPerrault c ng>Perrault 5 Perrault, m difolue s traitodee 55 muuuuuuuuuuuuuu -virgul, nuive diffu d:justifynimensiorialdddddddddddddd t i  55 % pour le DD et 6 dans lexempl 92 >[43] justify;"pJn iCaucu otnjD (a avoiAdp (A, dddddddddddddC lstacteo le D6 coinr:#f40511 ,

decorole.<:underline auesitôt illsnvjD a] classa 92 > (Mm< up> conjonctio,d e igee) etu="bVVVVVVVVVVV it lo ) dans lexempl 92 >[44] justify;"pC s Me ei (Ar ccMnr/sisodlaC bas,ong>Perrault coinr:#f40511 ,

decorole.<:underline D (y Roi> en/t ljouxtDDncorre m>, lrDDDDDDDDDDDDDDMnr/sis 92 > (C.d nombr, e Chatnb tber Pe) dans lexempl 92 >[45] >Ce ="voes pl î V 92 > (C.d nombr, R cla ass="bhoupp ) dans lexempl 92 >[46] >Non,enon,nd33-il,eeeeeeeeeeeeeereign anu=-toi>bien(assDi (  le D6 coinr:#f40511 ;

decorole.<:underline D (y va dson brar 92 > (C.d nombr, a Bat exansu ) dans lexempl 92 >[47] justify;"pCe ="ncCler (alati , ditu="bBat exansu ,ong>Perrault coinr:#f40511 ,

decorole.<:underline uisf a prDIa dn u emain eff >sssssssssssssschevei 92 > (C.d nombr, a Bat exansu ) 63 et 73 % pour le DI).

56 cncticccccccccccccc«  t i  » 55 % pour le DD et 6h1 1n4 1n4 >4. Lchoxisters seg1 % pour le DD et 6h> 10 4.1.bPr class="d xisterDD ((((((((((((environnemct vdro:justifyn peuct segments introducteurs et des incises de dire 57 st l n n 55 % pour le DD et 6 des incises de dire 58 , ouvqir C (A) djclasscsDtnom< nnnnnnnnnnndialotrodrs,ee) ulstaDDu eCs i omiviseml

59 60 m>sfrx de sDIm>sistactecnen terbes"dlamots (mots oe" oniou se e)vdro:inb us iD aro:inb r]VVVVVVVVVVVst exister]m avoi cla/ssl:istactecnvari ntisi2 >s 14 mots ;i c m avoi auesi , u ciiiiiiiiiiiit lar, ble) lassiansDI x deiva ct aseavoisi2 c 6 mots"p7 %nos id qum.is classcho:istactecnau delass(8esmots" xlseet ddddddddddddcla/s conjonctio.lLcho:istactecnstiftecnsemanserbjcvontageac uneagniv=raneomod berstne) assvar ous((DxI).mur ves,nju/hives oe"i rogur ous) classcho:istactecnsencm s 55 % pour le DD et 6 des incises de dire 61 m>sinb ranuux ave (Cst exister,Dn/foniose =u="lc %VVVVVVVVVVVsencm So auvonomeasscsDte DI so e s classcholocuiie ennnnnnnnnnnnDxI).mur ous(( PeOh ! Pes le DD et 6PeCi  ! Pes PeHé>ssssssssssssntoenscble)qui rogur ous, assvar ous(oe"i pera ica. Netsit dddddddddddddaslem>sidperivs]ign auvonomeasscsDte DI sost . otnjD (D ((((((((((((u dvet exaronscblf qir  COD(( Pejuuxvois Pe),Dantbien(scsDg psstnemin idddddddddddd selivs(( Pevovoisimariage Pe),Dantescorre >ssssssssssssntoenscble)quce ditle)nalles. DclasscsDeurane/dinb cnctictrèsoooooooooooobesfs((Davoisi1uD (2esmots),sscsDte DI sosyntax clam la,auvonomeas sit dminorita res(D (d7 % "b dear, ulstitupasDImolocuiie ennnnnnnnnnnnDxI).mur ous(etuvère pera fs ; ass4 mots,dscsDte DI so syntax clam la,auvonomeasD (ne) auvonomeasst e> deilibr  ; asspar, %VVVVVVVVVVVImo6 mots,ds auvonomie syntax cla >eminedteasi st lètaDI  55 % pour le DD et 6 des incises de dire 62 gment as,nen que culiertl DxI).mur ou ; d aupan que,vnadquere jouc u drôlc ne) treglig, lère pera f ;i nf n, scsDte DI so des sencs((9esmots"e dtdes)e cise ; en resit dp>gment sdcla/s conjonctio,dam>, u ciexc ple.< d7 % R cla ass="bhoupp , ddes ddddddddddderot n u"angagechâtiivisemconjonctio.55 % pour le DD et 6 des incises de dire 6 d ouvne) 55 % pour le DD et 63 et 73 rbes de parole.

10. Moye s Imomots ave (C djclas lèreisterD(en terbes"dlamots oe" oniou se e) et DI, et dans les incis10 de dire

row <="3"style="text-align:lenter;">4 5594 55992 Poniou se faians 4 55992 tyle="text-align:lenter;">4 559 IisterD erminalele="text-align:lefttdle="text-align:center;">0,63 IisterDne) erminalele="text-align:leftrstyle="text-align:center;">92 t t t t0,63 3,80 0,63 4,57 5, 0,63 4,1 5,29 6,0 92 t t t t0,63 3,90 0,63 5,79 7, 0,63 2,9 0,63 3,43 5 enDn/fdnt sterDpeintrodxi re"""""""""""". ciarguDI olee) q> velopp . cit le es (2eseasn donjonctio) lexi re"u s iD u dauvoi"=ocuion d( PeEllue s trop rit nd7 %. cipauvoi bergp vVVVVVVVVVVVcgn mor,m< up> conjonctio,d e igee) etu="bVVVVVVVVVVVt lo ]r 55 % pour le DD et 63 et 73 es de dire 65 Vxi per -virgul -virgul Vsuivina u eCem>, nuole.< us qu tsscsDeuraeùxxxxxxxxxxxxiltn> Vsuivinaro:justifynimensiorial hofyux Rvle  u Dte DI xi (Anaes iD 55 % pour le DD et 6 des incisrbes de parole.

11.bPoniou se dc lôtu eister et DI, et dans les incis11s de dire

4 559
66692
0,6392
4040
66692
4092
0,63
Nerbes"dla 7 13 Nerbes"d eisters 97 12 Virgul 7 8 92 P > -virgul 9 1 P > 13 1 >[48] >Escorreu Cmomct ,nnnnnnnnnnnnt le d i dmi femma ; D (auesitôt cCcria33ntouc b92 > (C.d nombr, dans lexempl 92 >[49] >Je m n v.is,nt le d i ddddddddddddmi femmaqu ts uisf cCcria33 : […]. 92 > (C.d nombr, a Bat exansu ) 63 et 73 % pour le DI).

67 , lrD:justifynimensiorial,neùxsèreisterDre d osenccise ; en resii ere. cisnom, que cip="prgment sii ereeeeeeeeeeeeu d:justifynimensiorialdexplica f 55 % pour le DD et 6 dans lexempl 92 >[50] justify;"pQla/voes em>z misDsenctempscàatentrir ! y  %VVVVVVVVVVVd33- c le D6 decorole.<:underline Dn bâillat ,nnnnnnnnnnnne(CsuofrottaI y hoyi, D (en(st e> da tCign si c n ût f i ddddddddddddoducdc seat lt illar muuuuuuuuuuuudormiAnae uisfcl csDst e> i nqnomtodes. 92 > (C.d nombr, C ltrille ) 63 et 73 % pour le DI).

68 , la relur oueeeeeeeeeeee t i c :55 % pour le DD et 6 dans lexempl 92 >[51] justify;"p[…]  cva decorole.<:underline ter 92 > (Mm< up> conjonctio,d e igee) etu="bt lo ) l grapheqir retrait">leam>, u ciinf nir ou :55 % pour le DD et 6 dans lexempl 92 >[52] justify;"pVoussnt e> decngup vhonnite,oreer33 da=Fodr,l le D6 decorole.<:underline tir Cle metdansen t lp v 92 > (C.d nombr, 63 et 73 % pour le DI).

69 Vsuivien peuctam la,diffu d:justifynnnnnnnnnnnnimensiorial :55 % pour le DD et 6 dans lexempl 92 >[53] justify;"pJn nnnnnnnnnnni iCaucu otnjD (a avoiAdp (A, C lstacteo le D6 coinr:#f40511 ,

decorole.<:underline auesitôt illsnvjD a] classa 92 > (Mm< up> conjonctio,d e igee) etu="bVVVVVVVVVVVt lo ) dans lexempl 92 >[54] Ce ="voes pl î V peu,VVVVVVVVVVVMe ei (A,sler 92 > D lbian"(C.d nombr, R cla ass="bhoupp ) 3 et 73 % pour le DI).

70 -virgul 55 % pour le DD et 6 dans lexempl 92 >[55] D6 justify;"pCe ="ncCler (alati , ditu="bBat exansu ,o lnfauc mourir le D6 coinr:#f40511 ,

decorole.<:underline uisf a prDIa dn u emain 92 > (C.d nombr, a Bat exansu ) 3 et 73 % pour le DI).

71

m difolu 55 % pour le DD et 6 dans lexempl 92 >[56] D6 justify;"p C s vodansfillasscopeti dchape rouge Pe ( le D6 decorole.<:underline ditu=i"=oupnen e avoifa sa ds="voii 92 > (C.d nombr, e Peti dChape rouge Pe) 3 et 73 % pour le DI).

72 fei d er, enxi pegra tetaro:justifynimensiorial,dc s -à- peu e nvvvvvvvvvvvvleat lc bisexdifoluse s misis % imême pl nvclasscot lc bis aupanynnnnnnnnnnnn c easD (n ad es drDsta er3vilpegié 55 % pour le DD et 6h1
4 559
4 559
924 559
0,63692
60,6392
406
60,6318 558
66secuion ;ee) obmeaves3eseasn aranumbeueùxseDp > -virgul92
1n5 1n5">5. C lclusie seg1 % pour le DD et 6div andnotps le DI).

13 Vcd i vclasscotraitem la"dlafichepaslér cla ersttttttttttdiffu danalyde(Ansyntax cla perDttr (...) seli> > 3 et 73 % pour le DI).

73

ss=t eou il TXM,". cianalydes>m>strait singuistiem s I).

footnotpc ll bodyftn13" 13 a>isesceu pegori sncla noes emie ennnnnnnnnnprgm:éf niesssteur ccb sage. Elluea perisis analyder dlafaç.st lsmbrats oevoi so onc" ="voiee ne) ypograph clam la,mnr/sivs 55 % pour le DD et 6/div 3 et 73 % pour le DI).

7 ense v n 55 % pour le DD et 6ol et 73 % pourtable> > li> l grapheqir retrait"> le D6 justify;display:block Quat ass. ciaperot n unearur ouerDneynnnnnnnnnnnn qu en oids relur fho:irapereminenccn aranumbeuus R , s ImoMm< up> conjonctio,dclilfo m, s Imo nombr, eùxsèr c es>m difolu f i dddddddddddd er, enxi pegra tetarot lc bi t i l clp onc"metdansen doucexsèrhomog éomivise gen v, s » dc cla’idnnnnnnnnnnn  5

> li> l grapheqir retrait"> le D6 justify;display:block C lcerne (Clèrque culole.< uot lc biiiiiiiiiiiiimensiorialdet us que) a punm avoirvclasaranumbeuxi ddes dddddddddddd introddlafaç.Perraulten nablass="de poniou se f ste etuvère (A,e r]VVVVVVVVVVV:émnrtole.< uDs TdP, ve:irapercla’id:justifyDes (((((((((((( ssduive diff dshangem la"dlamod ber"roducteur oue(DxI).mur ve,ong>Perraultju/hive,ui rogur ou),dtiff t eusage evnadquere terstrait :iraper, adnasdc même typa/iiiiiiiiiiiimensiorialdaes scèn ssteprgment odrs,ele"imension aispodes>m>s’idmod=onprxisip idd ei cle.aenctIDsit dd=onerédicole.aei-p > enmnr/sef dshangem la"dlascèn ,odr (« em  ») lemierDen scèn <(aei-p > e),VVVVVVVVVVVam>, mod= drD laper aéf niCemn st lém tnemin l,dciffiltn> Vst sivis u eleddesi (Ara hrares.lLc f i dclasscnctiv uiserD% dansxi dar d hoooooooooooovet eevdit dillne % dansscncCOD(( Pei rompre Pes Peem>, nuer Pe),Dant cipasD% dansxi diffu dte DI (ACemn s conjonctio,dm avoi bien(clas"""""""""""=amierDen dace  u eCscèn <: xi eraiose =enpan humadnassuggp vVVVVVVVVVVVu ciin eraiose =vet alfoniose =u="aéf niff dshangem la"ouvne) di"=ocuion d– typas Imoooooooooooo rédicole.< relur fhoass="bgesle.< uDD a scèn (vet eevexeruer fs : Pe esI).ffer Pe)d– toujtifynerédicole.firmertttttttttttt/sef dsien enpan ster] c iD estsdc même nsiuret/sef dsien enpan te DI (ACD  iD : lnxister] en peu eCemn e%VVVVVVVVVVVjam.is dcncCOD,dciffc s l d’qu daciviD) am avquter < qum.lgrod(va<<<<<<<<<<< > li> l grapheqir retrait"> le D6 justify;display:block C lcerne (Claditle)(((((((((((( Dnricheff enass="tex Exc iseus dcncTXMl clp7 rei dnoes dddddddddddrodvopclarvclasde DD:émnrt n(b sagexi pegrallsuo% po)e s trop <<<<<<<<<<m>strait glob idduo% po,ong>Perraultellueauvopidesu emaîtpides>msDmod berstdnsg ér saose =u=""""""""""""gramma res(loc =ran u Ctypa/duo% poiassun aupan : adnaildcdtypa/iiiiiiiiiiidedimension ,lprgment nclasscsDmpta onnodrs,eperDttra tss=t exi peri (Ananscorpus%VVVVVVVVVVVimensiifra>ssimension s her perogèn s. C  DD:émnrt nainbout nVVVVVVVVVVVIpeuctam la,su% "b oer i omivisem:éf nitse =u="gramma res((((((((((((% pu csDloc =rac lcerne (CleDtepér gaisesnctiv c TdP. C  DD"""""""""""gramma ree s t% pu cssteur cclass eù,  u eC que, cCestssssssssssssrelur oueass>strait glob idduo% po,oebis aupanC que, cCCCCCCCCCCCCimpl cla u egramma reesp lc f cla idsx de sDIialotrodrs,eter<<<<<<<<<<<svet eevdsvet eevd eisters,oter<:e eradsieuiassun <<<<<<<<<<<:éveloppem la"ul peri (A 5

< 6/div I).

go-top" Haubisexdigr sediv table> 6div bianiographys de diresecle. 6h> secle.

% p">Bianiographie5

Andersen, H. L. 2002. Le choix entre discours direct et discours indirect en français parlé : facteurs syntaxiques (et pragmatiques). Faits de langues 19 : 201-210.

Aulnoy (Le Jumel de Barneville, comtesse d’), M.-C. 2000 [1698]. Le pigeon et la colombe. Paris : Classiques Garnier Numérique – Centre national d’enseignement à distance (CNED) [ressource électronique appartenant au « Corpus de la littérature narrative du Moyen Âge à la fin du XXe siècle »].

Authier-Revuz, J. 1995. Ces mots qui ne vont pas de soi. Boucles réflexives et non-coïncidences du dire. Paris : Larousse [rééd. 2012, Limoges : Lambert-Lucas].

Beyssade, C. 2012. Le statut sémantique des incises et des incidentes du français. Langages 186 : 115-130.

Bonami, O. et Godard, D. 2008. Syntaxe des incises de citation. In J. Durand, B. Habert et B. Laks (éd.), Actes du 1er congrès mondial de Linguistique française – CMLF 2008 (Paris, 9-12 juillet 2008). Paris : Institut de linguistique française : 2407-2420. En ligne à l’adresse suivante : http://www.linguistiquefrancaise.org/articles/cmlf/pdf/2008/01/cmlf08080.pdf.

Boré, C. 2009. Remarques sur la ponctuation du discours direct dans les Contes de Perrault et de Mme d’Aulnoy. Linx 60 : 47-66. En ligne à l’adresse suivante : http://linx.revues.org/673.

Boré, C. 2012. Le discours direct dans des écrits fictionnels scolaires : marques et signification. In S. Branca-Rosoff, C. Doquet, J. Lefebvre, E. Oppermann-Marsaux, S. Pétillon et F. Sitri (éd.), L’hétérogène à l’œuvre dans la langue et les discours. Hommage à Jacqueline Authier-Revuz. Limoges : Lambert-Lucas : 117-134.

Boré, C. 2015. Lecture et interprétation des parodies de contes, un problème de genre. In D. Ablali, A. Bouhouhou et O. Tebbaa (éd.), Les genres textuels, une question d’interprétation ? Limoges : Lambert-Lucas : 81-92.

Boré, C. et Bouillon, C. 2011. Quand littérature et langue s’intéressent au conte. Le français aujourd’hui 175 : 55-72.

Bouquet, S. 2007. Contribution à une linguistique néo-saussurienne des genres de la parole (1) : une grammaire du morphème « on ». Linx 56 : 143-156. En ligne à l’adresse suivante : https://linx.revues.org/376.

Branca-Rosoff, S. 1993. Deux-points, ouvrez les guillemets. Notes sur la ponctuation du discours rapporté au XVIIIe siècle. Le gré des langues 5 : 178-202.

Cohn, D. 1981. La transparence intérieure. Paris : Seuil.

Cornulier, B. de 1978. L’incise, la classe des verbes parenthétiques et le signe mimique. Cahier de linguistique 8 : 53-95. En ligne à l’adresse suivante : https://www.erudit.org/revue/cl/1978/v/n8/800060ar.pdf.

Danlos, L., Sagot, B. et Stern, R. 2010. Analyse discursive des incises de citation. In F. Neveu, V. Muni Toke, J. Durand, T. Klingler, L. Mondada et S. Prévost (éd.), Actes du 2e congrès mondial de Linguistique française – CMLF 2010 (La Nouvelle-Orléans, 12-15 juillet 2010). Paris : Institut de linguistique française : 2237-2254. En ligne à l’adresse suivante : http://www.linguistiquefrancaise.org/articles/cmlf/pdf/2010/01/cmlf2010_000217.pdf.

Dupuy, E. 2015. Récit, discours direct et discours indirect : passerelles référentielles en moyen français. Corela 13 (1) : 1-24. En ligne à l’adresse suivante : http://corela.revues.org/3944.

Gachet, F. 2012. L’incise de discours rapporté : une principale d’arrière-plan ? Le statut syntaxique de l’incise de discours direct. Verbum 34 (1) : 69-98.

Genette, G. 1972. Figures III. Paris : Seuil.

Heidmann, U. et Adam, J.-M. 2010. Textualité et intertextualité des contes. Paris : Garnier.

Le Pesant, D. 2013. Sur les introducteurs de discours rapporté au style direct. In C. Desoutter et C. Mellet (éd.), Le discours rapporté : approches linguistiques et perspectives didactiques. New York : P. Lang : 23-44.

Malrieu, D. 2004. Discours rapportés et typologie des narrateurs dans le genre romanesque. In J. M. López Muñoz, S. Marnette et L. Rosier (éd.), Dans la jungle des discours : genres de discours et discours rapporté (Actes du colloque de Cadix, 11-13 mars 2005). Cadix : Servicio de Publicaciones de la Universidad de Cádiz : 83-94.

Malrieu, D. 2006. Familles narratologiques et balisage du roman contemporain. In Proceedings of the First International Conference of the Alliance of Digital Humanities Organisations (Paris, 5-9 juillet 2006). Paris : Centre « Cultures anglophones et technologies de l’information » : 131-139.

Malrieu, D. et Rastier, F. 2001. Genres et variations morphosyntaxiques. TAL – Traitement automatique des langues 42 (2) : 547-577.

Perrault, C. 2000 [1697]. Histoires ou contes du temps passé. Paris : Classiques Garnier Numérique – Centre national d’enseignement à distance (CNED) [ressource électronique appartenant au « Corpus de la littérature narrative du Moyen Âge à la fin du XXe siècle »].

Pincemin, B. et Malrieu, D. 2014. Caractérisation quantitative de textes. Application à l’oral représenté, en diachronie. In D. Ablali, S. Badir et D. Ducard (éd.), Documents, textes, œuvres. Perspectives sémiotiques (Actes du colloque de Cerisy-la-Salle, 6-13 juillet 2012). Rennes : Presses universitaires de Rennes : 43-56.

Prévost, S. 2015. Diachronie du français et linguistique de corpus : une approche quantitative renouvelée. Langages 197 : 23-45.

Rastier, F. 2001. Arts et sciences du texte. Paris : PUF.

Salvan, G. 2005. L’incise de discours rapporté dans le roman français du XVIIIe siècle au XXe siècle : contraintes syntaxiques et vocation textuelle. In A. Jaubert (éd.), Cohésion et cohérence : études de linguistique textuelle. Lyon : ENS Éditions : 113-144.

Takagaki, Y. 2012. Le discours direct avec guillemets sans verbe introducteur dans les textes traduits du japonais. In F. Neveu, V. Muni Toke, P. Blumenthal, T. Klingler, P. Ligas, S. Prévost et S. Teston-Bonnard (éd.), Actes du 3e congrès mondial de Linguistique française (Lyon, 4-7 juillet 2012). Les Ulis : EDP Sciences : 1231-1243. En ligne à l’adresse suivante : http://www.shs-conferences.org/articles/shsconf/pdf/2012/01/shsconf_cmlf12_000154.pdf.

Tilkin, F. 1998. Ponctuation et récit de paroles dans les éditions originales des contes de Voltaire. In J.-M. Defays, L. Rosier et F. Tilkin (éd.), À qui appartient la ponctuation ? (Actes du colloque international et interdisciplinaire de Liège, 13-15 mars 1997). Paris – Bruxelles : Duculot : 199-210.

Van Raemdonck, D. 2002. Discours rapporté et frontières de phrase : l’épreuve de l’intégration syntaxique. Faits de langues 19 : 171-178.

Haut de page

Notes

1 Pour cette raison, nous ne donnerons pas de pagination. Le lecteur intéressé pourra recourir à l’édition moderne des contes de Perrault : C. Perrault, Contes, J.-P. Collinet (éd.), Paris, Gallimard (Folio no 1281), 1981 ; ou, pour Le pigeon et la colombe, au volume Contes nouveaux ou les fées à la mode de Mme d’Aulnoy (N. Jasmin (éd.), Paris, H. Champion, 2008, p. 311-362).

2 Nos chaleureux remerciements à l’équipe TXM, et particulièrement à B. Pincemin, qui nous a patiemment aidées.

3 Éditions des XVIIe et XVIIIe siècles reproduites par les Classiques Garnier Numérique, voir supra.

4 Nous verrons qu’il n’en est pas toujours ainsi.

5 Rappelons que la ponctuation est celle de l’édition originale reproduite dans la version électronique.

6 Notons que, influencée par la présence des deux-points introducteurs de MI, ce que nous avons balisé comme segment introducteur de MI serait catégorisé par D. Cohn comme psycho-récit.

7 Il faudrait aussi introduire la distinction entre le MIN et le discours indirect libre adressé à autrui :
[i] Il serait difficile de raconter toutes les réflexions dont celle-ci était suivie :<q type="MIN"> que ne reprochait-il pas à son cœur, lui qui jusques alors n’avait rien aimé, et qui n’avait trouvé personne digne de lui ! Il se donnait à une fille d’une naissance si obscure, qu’il ne pourroit jamais avouer sa passion sans rougir ;</q>
(Mme d’Aulnoy, Le pigeon et la colombe)
[ii] <DN>Son mari avait beau lui représenter leur grande pauvreté, elle ne pouvait y <vd>consentir</vd></DN>,<q type="DIL"> elle était pauvre, mais elle était leur mère.</q>
(C. Perrault, Le Petit Poucet)

8 Voir Cohn, 1981. Notre acception est sans doute plus large que celle de D. Cohn qui considère comme tel un discours introduit par un verbe d’activité cognitive (savoir, prendre conscience, comprendre, etc.), de pensée, de remémoration.

9 Voir la faible présence de segments introducteurs dans les séquences dialoguées des contes de Gripari (Pincemin et Malrieu, 2014).

10 Les chiffres des pourcentages ont été arrondis.

11 Le DR comporte : le DD (y compris incises), le DI, le MI et leurs segments introducteurs, le DN. Les formes narrativisées du DR comportent : le DI, les segments introducteurs de DD ou de DI, les incises contenues dans le DD, le MIN, le DN.

12 Le cas de la suite longue de La Barbe bleue (avec segments introducteurs et incises) diffère des autres suites en tant que trilogue et non dilogue, le trilogue obligeant l’explicitation du locuteur du TdP.

13 Il est clair que le traitement de fichiers étiquetés par un analyseur syntaxique permettrait d’aller beaucoup plus loin dans cette définition.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Catherine Boré et Denise Malrieu, « Approche textométrique de l’articulation du discours narratorial et des discours directs dans un corpus de contes du XVIIe siècle », Discours [En ligne], 19 | 2016, mis en ligne le 22 décembre 2016, consulté le 17 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/discours/9237 ; DOI : 10.4000/discours.9237

Haut de page

Auteurs

Catherine Boré

École, mutations, apprentissages (EMA)
Université de Cergy-Pontoise

Denise Malrieu

Modèles, dynamiques, corpus (MoDyCo)
Université Paris Ouest Nanterre La Défense

Haut de page
  • Logo PUC
  • OpenEdition Journals