Navigation – Plan du site
Débat - discussion

À propos des vidéos dans les Mooc : le dispositif de magistralité aux prises avec l’industrialisation des formats de la parole didactique

Olivier Aïm et Anneliese Depoux

Texte intégral

1Dans son texte intitulé « Au centre des Mooc, les capsules vidéo : un renouveau de la télévision éducative ? », Daniel Peraya offre une synthèse suggestive des travaux récents sur les Mooc et leur recours à la vidéo. Dans la première partie, le texte se présente comme un retour sur des travaux fondateurs en matière de communication audiovisuelle, à la fois dans une perspective « énonciative » et dans une perspective « médiatique ». Plus qu’un « flash-back », il s’agit enfin d’une série de propositions et d’invitations à la réflexion et à la consolidation d’un corpus de références et d’une unité d’orientation des recherches à venir.

2Parmi les textes discutés alors figure l’article que nous avons écrit sur la remédiation par les vidéos de Mooc de ce que nous avons appelé le « dispositif de magistralité ». Nous nous sentons particulièrement heureux de répondre ici à l’invitation – plus qu’une incitation – de l’auteur autour des questions qu’ils posent et des perspectives qu’ils ouvrent du même coup autour de la possibilité d’une analyse « dispositive » pertinente.

3Comme le montre Daniel Peraya, les « capsules vidéo » constituent sans doute le « punctum » des Mooc, non seulement parce qu’ils semblent renouveler le modèle récent, mais prégnant, du cours magistral, mais aussi parce qu’ils s’inscrivent dans une histoire longue de la « télévision éducative ». Jusqu’à quel point l’analyse des capsules vidéo des Mooc peut alors s’inspirer des modèles d’analyse de la télévision et de son énonciation, d’une part (Véron E.), des modèles d’analyse de la vidéo comme « attribut médiatique » (Heidt E.) d’autre part ? Et, partant de là, comment ce type d’analyse peut-il prendre le nom adjectivé de « dispositive » ?

4Nous remercions vivement l’auteur d’attirer notre attention sur ces points qui nous paraissent justes et riches pour clarifier notre proposition générale.

5Librement inspirée de la théorie de la « remédiation »1 (Bolter J. D. et Grusin R.), notre démarche théorique et méthodologique consiste à envisager l’histoire des formes médiatiques comme une « archéologie », au sens foucaldien et intermédiatique du terme. En nous appuyant sur un cas précis, nous avons considéré que la production et l’énonciation d’un Mooc paradigmatique des années 2014-2015 (l’histoire des formes file décidément vite !) avaient tout à gagner d’un croisement des théories du discours : foucaldienne et énonciative (post-Benveniste). D’autant plus que, morphologiquement, les capsules vidéo ont une phénoménologie extrêmement puissante d’un point de vue archéologique, en ce qu’elles citent parfois directement les formes sémio-discursives de la télévision informative, d’une part, et des « spectacles scientifiques télévisés », d’autre part, soit les deux grands objets de recherche de la sociosémiotique des années 1980-1990.

6Toutefois, la théorie de la remédiation étant définie par l’idée de dynamis et de métamorphose, notre approche ne veut pas rester « à même » l’écran. Si elle maintient une prédilection assumée pour la question historiquement « pragmatique » de la relation (le corps, l’axe y-y, les données phatiques, etc.), il s’agit pour nous de prendre acte de l’effet de l’interface en tant que support médiatique dans l’administration de ces « cours massivement en ligne ». Il ne s’agit pas de calquer et de plaquer les paramètres de l’approche sémiopragmatique sur et dans des contextes médiatiques et « relationnels » qui sont marqués par des évolutions des « cadres de références ». L’archéologie des médias est aussi une généalogie, et une géologie, pourrions-nous dire. Qu’est-ce à dire ?

7« Dispositive », notre proposition méthodologique cherche à prendre doublement acte du fait que les Mooc enchâssent des couches de dispositifs (et que l’écran n’est pas « plat » pour reprendre cette métaphore classique des années télévisuelles) et du fait que les expériences médiatiques appartiennent à des familles d’objets et de situations. L’interface et la plateforme sont devenues ainsi des « interformes » particulièrement poreuses les unes aux autres. Prendre en considération les Mooc nécessite, ainsi, de les mettre à la fois en perspective avec une histoire des énonciations audiovisuelles (cinématographique et télévisuelle, en effet) et avec l’actualité des « performances » numériques.

8Le corps de l’enseignant filmé en situation de Mooc est à la fois le fils du « speaker » de la radio et de la télévision et le frère du « speaker » de Ted, et même le cousin du « Youtubeur ».

9L’approche dispositive prend, par la persistance de son intérêt pour l’énonciation, inévitablement en compte le champ des « performances » visuelles et vidéo, portées par les réseaux, les interfaces et les plateformes. Moyennant quoi il nous semble que l’intrication est de plus en plus forte entre les composantes, les « attributs » et les visées médiatiques.

10L’enseignant produit une performance d’un point de vue pragmatique, énonciatif et médiatique, qui « encapsule » dans une large mesure la dimension « didactique » de son propos. Alors que la télévision éducative semble encore lisible comme une série de cours présente sur un support médiatique qui s’appelle la « télévision », le Mooc nous paraît davantage performatif au sens où le « cours en ligne » devient un format industriel à la fois émancipé du cours magistral et « remédié » par la performance nécessaire de son appariement sur la plateforme.

11Ce renouvellement de l’approche prend acte d’un tournant assumé de l’enseignement en ligne, qui ne procède pas seulement du « e-learning » ou du « video learning », dont Daniel Peraya rappelle les linéaments historiques au début de son texte.

12Le « dispositif » audiovisuel est enchâssé dans le dispositif « plateforme » qui croise les prises de parole didactiques avec d’autres types de prises de parole également performées. Les « micro-dispositifs » (Anne-Marie Chartier) didactiques (quiz, forums, questions, etc.) sont ainsi liés à une série de standards : temporels, sémiotiques, participatifs, interactifs, etc. De même que les différents rôles discursifs de l’enseignant en ligne sont soumis à une histoire des formes documentaires, informatives, fictionnelles des réseaux socionumériques et des plateformes.

  • 2 Aïm, O., Depoux, A. (à paraître ). Les teasers de MOOC : la captation comme ressort des nouvelles i (...)

13D’un côté, l’approche audiovisuelle s’autonomise par le paradoxe des alignements avec les industries du divertissement. Rien ne le montrerait mieux que le recours que cite Daniel Peraya au modèle de la fiction sérielle (dramaturgie, répétitions, formules et fidélisation). Mais également le recours aux micro-dispositifs de captation de l’attention et de promotion qui s’appelle les « teasers » de Mooc. Nous avons mené une étude à paraître de ces objets médiatiques constitués comme des bandes-annonces ou plutôt des « trailers », soit ces formes brèves, héritées des industries culturelles, qui sont promues sur le web à des fins publicitaires et « virales ». Toujours est-il que l’analyse montre que, suivant les plateformes (EdX, Coursera, etc.) et suivant les enseignements proposés, le teaser de Mooc est marqué par une grande diversité de genres représentés : de la fiction au journal télévisé, en passant par le documentaire, le magazine, le spot publicitaire, le stand-up, le TED, etc.2

14De l’autre, l’approche « performative » (au double sens des actes de discours et des Performance Studies) permet de voir comment des « faits de discours », au sens de Daniel Peraya, se redéfinissent et se renouvellent au regard des performances vidéo portées par l’ensemble des autres plateformes : l’expert, le témoin, le journaliste, l’animateur, le médiateur, l’interviewer, l’« orateur » et accessoirement le professeur (voire le pédagogue) se redistribuent les rôles, parfois à la faveur de ce que nous avons appelé la « polyprésence » ou la « polytopie » de l’enseignant qui produit un Mooc, tel que celui que nous avons étudié. Loin de disparaître, la « magistralité » se redéploie dans des combinaisons à la fois renouvelées et inspirées des performances numériques.

15Mais la lecture que Daniel Peraya a faite de notre texte nous permet là encore d’avancer et de prolonger la réflexion en posant à nouveaux frais la question finalement toujours un peu aveugle de l’auctorialité d’un dispositif, ou même de son autorité. La magistralité est en effet bousculée par les normes énonciatives promues sur le web : la participation, le partage, l’ouverture et l’énonciation collective.

16Peut-être que le Mooc que nous avons analysé fait partie d’une première génération de texte « polytopique » incarnée par une figure unifiée autour d’une autorité forte, le professeur polyvalent. Un peu comme l’effet diligence de la médiologie, notre Mooc n’est que de premier type, et va voir se succéder des productions énonciatives plus distributives de la parole et de l’auctorialité.

17Il reste que l’analyse « dispositive » nous semble riche encore de potentialités, selon une triple perspective :

  • prise en compte des énoncés et des énonciations ;

  • prise en compte des performances et des effets du support ;

  • prise en compte des standards et des normes industrielles de ces énonciations.

18Il nous paraît ainsi que l’histoire des formes (audiovisuelles) rejoint celle des formats (industriels) dans des logiques de remédiations qui croisent l’archéologie et la géologie des dispositifs socionumériques qui portent l’histoire en train de se faire des relations de savoir sous le nom d’industries de l’éducation en ligne.

Haut de page

Notes

1 Bolter, J. D. et Grusin, R. (1999). Remediation : Understanding New Media. Cambridge. MIT Press. « La force heuristique de la notion de remédiation est de refuser la lecture binaire du monde des médias et des médiations en termes de basculement et de substitution stricte. Les médias et les formes culturelles sont en relation réciproque d’influence et dans un jeu de tâtonnements et d’interdépendance ».

2 Aïm, O., Depoux, A. (à paraître ). Les teasers de MOOC : la captation comme ressort des nouvelles industries de l’éducation en ligne.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Olivier Aïm et Anneliese Depoux, « À propos des vidéos dans les Mooc : le dispositif de magistralité aux prises avec l’industrialisation des formats de la parole didactique  », Distances et médiations des savoirs [En ligne], 18 | 2017, mis en ligne le 18 juin 2017, consulté le 17 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/dms/1826

Haut de page

Auteurs

Olivier Aïm

GRIPIC (Groupe de recherches interdisciplinaires sur les processus d’information et de communication) – EA 1498
Université Paris Sorbonne
F-92200
olivier.aim@celsa.paris-sorbonne.fr

Articles du même auteur

Anneliese Depoux

Centre Virchow-Villermé de santé publique Paris Berlin
Université Sorbonne Paris Cité
F-75001
GRIPIC (Groupe de recherches interdisciplinaires sur les processus d’information et de communication) – EA 1498
Université Paris Sorbonne
F-92200
anneliese.depoux@uspc.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
DMS-DMK est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Centre national d'enseignement à distance
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals