Skip to navigation – Site map
Débat - discussion

Mooc une forme contemporaine de livres éducatifs.
De nouveaux genres à explorer ?

Éric Bruillard

Full text

Introduction

1En écho à la réflexion développée par Daniel Peraya (2017), associant les Mooc à une résurgence de la télévision éducative, je vais essayer de montrer, en contrepoint à ce qu’il propose, comment il est possible de considérer ces cours autrement, c’est-à-dire comme des formes de livres.

2Le lien avec la télévision éducative est a priori pertinent puisque le modèle le plus standard des Mooc est basé sur des séquences vidéo courtes, des quiz et des forums de discussion. Avec l’attrait des classes inversées, le recours aux vidéos est en très large progression (Charlier et Henri, 2016). Mais qu’est-ce que la télévision éducative d’aujourd’hui (et de demain) ?

3Interrogation récurrente dans le champ des technologies en éducation, est-ce qu’un phénomène qui apparaît nouveau, du fait que la technologie qui l’accompagne l’est, l’est vraiment ou n’est-ce qu’un nouvel avatar ce que l’on a déjà rencontré ? Est-on dans une rupture ou s’inscrit-on dans la continuité de ce qui se faisait ? (Moeglin, 2002) Le choix du mot avatar souligne la complexité de la question, puisque ce mot résonne différemment depuis les avatars utilisés dans les environnements immersifs ou le film du même nom.

4Dans ce texte, je prendrai une double posture, celle de concepteur de la série de Mooc eFAN (enseigner et former avec le numérique) que j’ai en partie coordonnée, et celle de chercheur. En effet, nous avons pris le parti dans l’unité de recherche STEF (sciences techniques, éducation formation), dès l’origine des travaux sur les Mooc, de concevoir et de mettre en œuvre des formations et de conduire des recherches sur le phénomène Mooc de manière conjointe. Les propositions de formation ne dépendaient pas directement de nos axes de recherche, mais pouvaient nourrir la recherche, dans la collecte de données (fichiers log, questionnaires, entretiens), mais aussi dans la proposition de nouvelles modalités d’échanges et de travail. Proposer des formations avait un effet de légitimation de la recherche – ne pas se contenter d’un travail en surplomb et se mettre en danger –, mais aussi d’innovation, avec la mise en œuvre de fonctionnalités particulières, dans l’idée à la fois de comprendre ce phénomène et d’essayer de le « hacker », de le transformer à notre échelle.

5Afin d’argumenter notre point de vue consistant à considérer les Mooc comme des livres, nous commencerons par présenter succinctement quelques caractéristiques de la série eFAN, puis nous décrirons des évolutions en cours de l’EAD (enseignement à distance), notamment dans le contexte social actuel de l’apparition de formes sans doute assez nouvelles de « consommation » de la formation, puis nous présenterons la manière dont les livres peuvent être vus et ce qu’il en découle dans la vision que l’on peut avoir des Mooc.

eFAN : une série de Mooc collectifs artisanaux

6La série de Mooc eFAN (enseigner et former avec le numérique), proposée sur la plateforme FUN1 a été pensée comme un pilote autour des questions d’enseignement et d’apprentissage avec les technologies numériques. Plusieurs principes étaient sous-jacents à son élaboration (Bruillard, 2014) surtout l’idée d’une conception collective et d’une mise en œuvre distribuée, avec des auteurs d’institutions différentes, dans l’objectif que le Mooc puisse constituer une ressource supplémentaire pour des structures d’enseignement en formation initiale (étudiants de M2 par exemple) ou continue (enseignants en poste).

7Si un public large était visé (enseignants du scolaire et du supérieur, éducateurs, personnels d’encadrement, formateurs d’adultes, étudiants, etc.), il s’agissait d’associer une formation nationale ou internationale francophone de type Mooc avec des formations locales, afin d’assurer les compléments de formation nécessaires (qui ne passeraient pas par un Mooc), de suivre plus finement les apprenants, de développer des projets locaux, d’hybrider avec des formations existantes, d’ouvrir des échanges au niveau francophone, etc.

8Le modèle initial eFAN est constitué par des vidéos et textes associés, une rubrique « pour aller plus loin », des énigmes, des statistiques (analyses, visualisations et données à télécharger), des activités et projets et des constructions collectives. Différentes galeries, d’instruments, de situations d’enseignement-apprentissage, de récits d’évaluation, ont ainsi été réalisées. Dans le premier Mooc eFAN (plus de 11 000 inscrits), cela a conduit à la réalisation collective d’une galerie d’instruments de près de 1 000 instances (avec des doublons), au dépôt de 317 projets (la plupart sont collectifs), à 133 récits d’évaluation (Caroline Ladage a conçu un document complet de 191 pages avec les récits d’évaluation et les commentaires des participants), et plus de 180 personnes ont participé à la correction entre pairs, sur des cartes ou des textes déposés. Au final, 119 attestations ont été délivrées pour le quiz final par FUN et 176 attestations « maison » pour les projets.

9Au-delà de la dichotomie peu opérante entre cMooc et xMooc, nous avons cherché à privilégier les activités collectives, qui pouvaient bénéficier de l’aspect massif, ainsi que les échanges (hors d’un cadre hiérarchique) et la diversité de points de vue. En effet, le Mooc eFAN étant consacré aux enseignants et formateurs, public « spécialiste » souvent exigeant, une certaine autoréférence est inévitable : ce que l’on fait est aussi important que ce que l’on apprend et il s’agit de faire vivre des situations d’enseignement et d’apprentissage. Des commentaires dans les forums montrent que différents participants l’ont bien compris. Ils ont pu réfléchir aux contraintes auxquelles on soumet les apprenants, puisqu’ils avaient accepté de jouer ce rôle et de se plier à celles induites par le suivi du Mooc (notamment dans la correction par les pairs).

10Le premier eFAN a été joué au printemps 2014 et préparé durant l’automne 2013. S’agissant de la conception des vidéos, cet élément apparaissait comme le cœur des Mooc. Associant de nombreux partenaires évoluant dans des contextes de travail très différents (écoles d’ingénieur, universités, etc.) et ne disposant pas des mêmes ressources pour les enregistrements vidéo, nous avons privilégié la diversité sans norme particulière en demandant simplement de faire au mieux. Par principe et de manière pragmatique, il n’était pas possible de définir un style commun ou des normes strictes. Aussi, les seules consignes concernaient la qualité du son, la durée (plutôt 5 à 7 minutes et ne pas dépasser les 10 minutes) et le fait de favoriser la réutilisation en ne faisant pas de lien direct avec une progression incluant les autres éléments du cours (ce que plusieurs partenaires n’ont pas respecté). Le processus était véritablement artisanal et la diversité d’approches étant également un principe cohérent avec le but visé, favoriser les échanges et les projets.

  • 2 L’appel à projets CréaMOOCs s’est donné pour objectif « d’offrir aux enseignants et enseignants-che (...)

11Dans cette vision de Mooc, vu comme une ressource à compléter localement, orientée vers les projets et les débats, la notion d’« effet » (d’une vidéo, d’une activité, etc.) n’est en rien centrale. En outre, chaque vidéo étant doublée par un écrit, la redondance était jugée bénéfique. Fin 2013, dans le contexte de production qui était le nôtre, la conception des vidéos relevait de l’amateurisme. Nous avons surtout essayé de réaliser des vidéos les moins mauvaises possible. Dans la suite, les acteurs se sont professionnalisés, notamment en France2. Mais cette professionnalisation doit-elle nécessairement avoir pour issue de faire disparaître un côté trop artisanal au profit des processus plus industriels et l’adoption de normes, dites de qualité, conduisant à restreindre l’offre ? 

12Quoi qu’il en soit, eFAN s’est délibérément inscrit dans un type particulier de Mooc et l’idée de livre est sous-jacente aux choix de conception adoptés : un cours (livre) collectif que l’on peut utiliser dans des formations locales, susceptible d’être intégré dans un cours plus vaste, en phase avec des évolutions récentes de la formation à distance, dont les Mooc apparaissent comme une déclinaison particulière.

Réseaux sociaux et nouvelles consommations de la formation

13Trois éléments concourent à caractériser les Mooc : l’enseignement à distance (ce sont d’abord des cours à distance), les réseaux sociaux (qui les complètent sans avoir besoin de les contrôler) et un cadrage temporel (d’une durée plus courte que les formations universitaires). Différentes évolutions technologiques et sociales sont au cœur du phénomène Mooc.

14Dès qu’une technologie de diffusion est disponible et fiable (à la fois dispositif technique et infrastructure), elle est utilisée dans l’enseignement à distance : le courrier postal, le téléphone, la radio, la télévision, etc., ainsi que les formats ou modalités qui peuvent ainsi être diffusés (écrit, voix image fixe, image animée, etc.). Les Mooc sont « véhiculés » par Internet (bien sûr avec des modulations à faire selon la qualité des connexions Internet, selon les régions), permettant de transporter, textes, images, sons, vidéos, certaines formes d’interaction (quiz ou plus complexes), asynchrones, voire synchrones. Tout ce qui « transite » par Internet, peu ou prou, peut intervenir dans les Mooc.

15Au-delà des technologies de diffusion, ce que l’on peut appeler les technologies du savoir ou de formation, c’est-à-dire les technologies jugées légitimes pour assurer l’acquisition des savoirs, traditionnellement le livre et l’écrit, se diversifient. La vidéo, plutôt vue comme une illustration, devient un élément de savoir. D’autres formes d’interaction se développent, tels les QCM (questionnaire à choix multiple) ou le quiz, et n’étaient pas très utilisés dans l’enseignement français (mis à part dans les évaluations en première année de médecine), du fait d’une possible transmission quasi immédiate.

16La télévision a pu jouer un rôle dans leur diffusion. L’émission de télévision « Que le meilleur gagne3 », adaptée du concept britannique « Everybody’s equal », a été diffusée à partir de mars 1991 : « c’est la première fois en France qu’autant de candidats se retrouvent sur un plateau de télévision pour jouer tous ensemble4. » Les 200 candidats devaient répondre à des questions à choix multiples. Dès qu’un candidat ne répondait pas correctement, il était éliminé. Au terme d’une manche, une question de rapidité permettait de ne conserver que dix candidats.

17On retrouve des formes d’interaction très voisines, dans ce que Dieudonné Leclercq et Brigitte Denis (1999) ont appelé le « théâtre électronique » à l’université de Liège. Des questions à choix multiple sont proposées aux apprenants qui y fournissent une réponse (accompagnée parfois d’un degré de certitude). Les statistiques des choix retenus sont affichées en temps réel puis discutées avec le groupe, ce qui permet un approfondissement du sujet présenté et une régulation de l’action éducative. Afin de rendre l’enseignement dans les amphithéâtres s’adressant à un grand nombre d’étudiants « plus vivant et participatif » (Mercier et al., 2004), le recours aux QCM (via des boîtiers de vote, des tablettes, des smartphones, etc.) a tendance se généraliser.

18Une autre évolution a trait à ce qui peut faire « science », dans les types de savoir retenus et les formes d’écritures des savoirs utilisés, de multiples données pouvant être stockées, indexées, échangées avec Internet. Le contexte est celui de la science ouverte et participative avec un effacement progressif des frontières entre le savant, l’expert ou l’amateur. Ainsi, le Mooc « Roches et minéraux courants : genèse, identification et utilisations5 » propose aux participants de photographier des roches sur site, de les géocaliser et de les échanger : « Ensemble, vous mettrez en pratique la méthode d’identification des roches pour vous l’approprier. »

19Enfin, les conditions sociales de l’enseignement à distance, c’est-à-dire les pratiques et dynamiques sociales, à la fois les modes de participation à la formation, leur acceptabilité, leur validation et leurs débouchés (emploi, diplômes, etc.), ont considérablement évolué. D’abord, s’agissant des pratiques, les modes d’emploi ne sont plus lus au profit des tutoriels en ligne, le plus souvent vidéo, et des forums de discussion, afin de bénéficier des solutions trouvées par d’autres utilisateurs. Ainsi, pour acquérir de nouveaux savoir-faire ou pour assurer soi-même le dépannage d’objets quotidiens, les accès à la formation se transforment.

20Concernant les participants aux Mooc, de nombreux entretiens ont été menés à STEF dans les années 2013-2015 (Isabelle Quentin, Mehdi Khaneboubi, Matthieu Cisel, Jean Condé) donnant quelques résultats saillants (voir Bruillard, 2014 ; Quentin, 2014) : les effets de marque (confiance accordée aux institutions prestigieuses proposant des Mooc), les effets de connivence du cours vidéo Internet, mais surtout l’impact des conditions de réception.

21Il a été souvent nécessaire de disposer de matériels particuliers pour recevoir les contenus de la formation et accéder à la formation (poste radio, poste de télévision, lecteurs de cassettes, etc.). Maintenant, pour y accéder, avec les ordinateurs, tablettes, smartphones, les utilisateurs disposent d’un matériel unique, le plus souvent portable. Nul besoin d’être dans un lieu particulier ou de se mettre dans des conditions particulières. L’image 1, extraite d’un billet du blog de John Warner, expliquant pourquoi il avait échoué dans le suivi d’un Mooc6, le montre. Comme avec un livre ou un poste de radio, on peut « suivre » le Mooc partout, en vaquant en parallèle à d’autres occupations. L’utilisateur a le contrôle sur la formation et même s’il peut être intéressé par un cours d’un illustre professeur d’une institution prestigieuse, il peut à tout moment l’interrompre.

Image 1. Illustration extraite d’un billet du blog de John Warner7 : I\’m failing my MOOC

Image 1. Illustration extraite d’un billet du blog de John Warner7 : I\’m failing my MOOC

22Les Mooc s’inscrivent dans les nouvelles pratiques culturelles en ligne (Laurent, 2015). De nouveaux modes de participation à la formation, voire de consommation de la formation, s’installent, en parallèle avec des pratiques nouvelles autour de la télévision avec Internet.

  • 8 Entre parenthèses, le nombre d’itérations du cours.

23Le vocabulaire utilisé pour les Mooc est parfois proche des séries télévisuelles. Ainsi, la série eFAN est constituée8 de eFAN général (2), d’eFAN maths (3), langues (3), formateur d’adultes (1), EMI à l’ère numérique (3), Enseigner dans le supérieur (1). Elle correspond à ce que Catherine Mongenet nomme une collection dans la plateforme FUN. Or, cette notion de collection réfère aux bibliothèques, évoquant rangement et stocks. On peut lui substituer la notion de flux avec un mode de consommation qui réfère plutôt aux séries télévisuelles. Ainsi eFAN général a été le pilote de la série, qui a connu 2 saisons. eFAN maths, langues et formateurs d’adultes ont été conçus par d’autres équipes, ce qui évoque une série comme les « Experts », suivie des Experts Miami, à Hawaï, etc. Une nouvelle série a ensuite été créée autour de l’EMI (éducation aux médias et à l’information). En outre, le logo eFAN a été apposé sur les vidéos et les documents des différents épisodes de la série, leur donnant une identité visible.

24Dans son billet intitulé « Ce soir, TV, bouquin ou MOOC ? », Isabelle Quentin (2016) rend compte d’entretiens avec des personnes pour qui les Mooc sont en concurrence avec le programme TV. Leur discours montre en quoi les conditions de réception peuvent orienter les choix de conception. Ils se déclarent à la recherche de vidéos « attractives et ludiques », comme pour des séries télé regardées via Internet. La concurrence intervient même avec le livre. « Je dois choisir entre le MOOC et la lecture, car je n’ai pas la télé et donc il y a bien une mini concurrence entre le MOOC et le bouquin que je suis en train de lire » (Quentin, 2016).

Mooc comme forme contemporaine du livre

25Le livre est un objet courant, déjà là. Il n’apparaît plus comme étant une technologie, alors qu’il a fallu des siècles pour qu’il se construise. Force est de constater que les technologies d’aujourd’hui, constamment à portée, sont en passe également d’être naturalisées. Toutefois, demeure l’interrogation, comme avec la télévision éducative, de déterminer ce que peut être maintenant un livre.

26On a en tête une image du livre comme un objet avec une couverture, des pages numérotées, une table de matières, un index, etc. Or, depuis très longtemps, cet objet s’est enrichi des multiples technologies : livre animé, sonore, raconté, livre disque, cassette, jusqu’à l’utilisation de la réalité augmentée. Il est support à de multiples activités, du livre puzzle, jeu, enquête, au livre dont vous êtes le héros. Il s’est démocratisé depuis qu’il est au format poche. Depuis l’essor de la presse au xixe siècle, le journal donne au livre d’autres caractéristiques. Il existe en feuilleton, intègre des interactions avec ses lecteurs (sondages, courrier des lecteurs, etc.), propose des jeux, des devinettes, des bandes dessinées…

27Notons que cet aspect journal préfigure bien des éléments discutés dans les Mooc : le côté ludification, amenant à attendre la suite dans le numéro suivant (ou la semaine suivante), un modèle économique conduisant à publier intégralement à la fin un feuilleton qui a tenu les lecteurs en haleine. Ce modèle a été repris pour les mangas, ou certaines formations sur Internet ; c’est le cas avec Open Classroom9, sortant en ebook final payant les contenus présentés gratuitement au cours d’une formation ; c’est aussi le cas de séries TV aboutissant à des ensembles de cassettes vidéo ou à des films.

28Le livre « numérique » ou sur Internet conduit à des modifications importantes : le passage de l’objet au service, le livre devenant un processus cessant d’être un objet physique ; le fait de produire des documents reconstruits à la volée, à partir de requêtes ou de contraintes ; inclure le processus même d’élaboration, comme l’offre le projet encyclopédique Wikipédia, donnant à voir son historique et les discussions entre les contributeurs, dans un processus toujours inachevé ; mais aussi, avec les plateformes, le livre devient un objet que l’on habite collectivement…

29Reprenant une définition proposée par Alan Liu10, les livres contemporains peuvent être vus comme des formes d’attention partagée d’une certaine durée (Long Forms of Shared Attention in the Digital Age). D’une certaine manière, les matériels utilisés pour suivre un Mooc, pour le « lire », ont été suffisamment appropriés, pour que disparaisse en partie le dispositif de lecture, comme l’objet livre qui n’apparaît plus comme dispositif technique. Le Mooc, dans son cadrage temporel, réunit un grand nombre de personnes pendant son déroulement, offrant des éléments à lire, à écouter, diverses interactions dans un espace collectif. Somme tout, un livre à l’heure des technologies numériques.

30Considérer un Mooc comme un livre conduit à « relire » autrement nombre de discours autour des Mooc. Le tableau 1 recense quelques correspondances.

Tableau 1. Comparaison entre livres et Mooc

Livre

Mooc

Ventes

Nombre d’inscrits

Impulsion achat

Inscription

Livres achetés et peu ou non lus ?

Abandons, participation partielle

Montrer ses livres

Ses certificats

En lire plusieurs

En suivre…

Cours particulier ?

Tuteurs

Rubriques

Parcours

Livre personnalisé ?

Personnalisation

Comportement du lecteur

Traces

31Le comportement vis-à-vis des Mooc peut être rapporté à celui que l’on peut avoir avec les livres. Par exemple, l’inscription correspond à une impulsion, d’achat. Cisel dans sa thèse (2016) montre, à partir de l’analyse des données de la plateforme FUN, qu’un très bon prédicteur de l’abandon est le comportement d’inscription, notamment les inscriptions en rafale, reprenant le concept marketing de clé d’entrée produit (rechercher un Mooc à partir d’un thème) ou clé d’entrée plateforme dans les offres d’une plateforme

32Pour le dire plus directement, il m’est arrivé d’acheter un livre et de ne pas le lire ensuite (sans avoir de sentiment d’abandon). Je lis souvent plusieurs livres à la fois, entièrement ou seulement certaines parties. Je ne reproche pas à un auteur de ne pas avoir pensé à moi en l’écrivant et je n’ai recours à aucun tuteur pour m’aider à lire un livre, mais je peux interroger quelqu’un si nécessaire et discuter d’un livre avec d’autres personnes. Pour le moment, les livres ne pouvant tracer leurs lecteurs, aucune donnée ne pouvait être automatiquement collectée. Peut-être qu’à la suite des Mooc, les comportements de lecteurs feront l’objet de savants travaux. En tous cas, considérer les Mooc comme des livres, ne fait pas disparaître les problèmes, mais permet de les poser différemment. Reprenant la littérature sur l’autoformation, on a confirmé que suivre un Mooc avec succès suppose de très bonnes capacités d’autodirection (Bruillard, 2017), mais cela n’implique pas que d’autres dispositifs doivent être développés au sein même des Mooc. Ils peuvent très bien l’être à l’extérieur. Ainsi, une question importante est de penser comment instrumenter ces « livres » dans des contextes locaux.

Une évolution possible

33Les Mooc, depuis leur grande percée médiatique fin 2011, se transforment rapidement, notamment dans la quête de modèles viables économiquement. Étudier des formes extrêmes est intéressant, révélateur possible des tendances à l’œuvre. Le Mooc proposé par la FMSH (Fondation Maison des sciences de l’homme11) intitulé « le racisme et l’antisémitisme » est de ceux-là. Il est typique de ce que l’on nomme à STEF, un Mooc « documentaire ARTE ». Il pourrait être un objet intéressant pour des analyses vidéo. Les vidéos présentes sont quasiment toutes des entretiens réalisées par le concepteur, Michel Wieviorka, avec des spécialistes reconnus.

  • 12 Textes datés du 24 avril 2017 et du 9 mai 2017

34La qualité des interventions est remarquable, mais il n’y a quasiment aucune interaction, sauf des quiz. À partir des éléments extraits dans la rubrique « Info du cours », on peut savoir qu’il y avait 5 400 inscrits et que 509 attestations avec succès ont été délivrées12. Toutefois, une copie de la page « discussion », à l’issue de la formation, indique qu’il n’y a pratiquement eu aucune interaction durant le cours (et aucune activité n’était proposée). Un Mooc comme un livre à lire, mais sans interaction avec les lecteurs.

35J’ai souhaité adopter, dans le suivi de ce Mooc, le comportement des apprenants stratégiques, que l’on avait détecté depuis plusieurs années, cherchant à obtenir le certificat à moindres frais. Je suis parti des questions des quiz pour trouver le plus vite possible la réponse dans les vidéos ou dans les fichiers PDF associés. J’ai pu tester l’efficacité de cette technique et obtenir un certificat avec un très bon score de 94 %, en travaillant moins de 3 heures au total… mais en apprenant uniquement les quelques points mis en exergue dans les questions.

Perspectives

36Résultat bien établi, le public très majoritaire des Mooc est diplômé avec un emploi (voir Bruillard, 2017 ; Chuang & Dean, 2016 ; Ogouchi, 2016). Le rapport qu’il entretient avec la formation est, à bien des égards, nouveau et, avec Internet, de nouveaux comportements émergent. On peut faire le lien avec ce que l’on pouvait observer concernant les revues pour les amateurs (à l’exemple de nombreux titres sur l’informatique ou toutes les revues spécialisées), qui se prolongent dans des formations de type Mooc, ne suivant pas les processus classiquement étudiés en EAD.

37S’il est intéressant de regarder des composants spécifiques des Mooc, comme les vidéos, on risque de conclure à la nécessité de retrouver les métiers de l’enseignement à distance, de plaider pour une professionnalisation de la conception des vidéos, quitte à faire disparaître une partie de l’intérêt et de la spécificité du phénomène Mooc : ce qui « fait sens », c’est l’ensemble, non les parties. Les aspects les plus intéressants des Mooc, en lien avec la massivité (constructions collectives, projets, diversités de points de vue), risquent de disparaître et des recherches à caractère normatif ne feront qu’accélérer ce processus. D’ailleurs, considérer un Mooc comme un livre, rend également importante l’étude des formes d’énonciations, en ne les limitant pas aux vidéos. Il faudrait reproblématiser et mener des analyses intégrant tous les composants et leurs relations.

38Les Mooc vont encore changer, s’hybrider, mais les nouvelles pratiques sociales de formation ne disparaitront pas. En tant que technologie de savoir, le texte prévaut encore sur la vidéo. Bien que techniquement possible (mais encore difficile), la pratique consistant à extraire un très court passage vidéo pour le mettre dans un commentaire d’un post de forum n’est pas répandue. C’est encore le texte qui est le pivot, mais jusqu’à quand ?

39Pour terminer, risquons une définition d’un Mooc compatible avec celle de livre : un document réactif dans un espace d’interaction sociale temporellement situé.

Top of page

Bibliography

Bruillard Éric (2014). La formation des enseignants et les cours massifs en ligne : quelles rencontres ? Administration & Éducation, 144, 123-128.

Bruillard Éric (2014). Les utilisateurs des MOOC : quel regard ? Distances et médiations des savoirs Repéré à http://dms.revues.org/791

Bruillard Éric (2017). Les recherches autour des Mooc (Massive Open Online Courses). Dans B. Charlier et F. Henri (2016). Rechercher, comprendre et concevoir l’apprentissage avec la vidéo dans les xMOOC. International Journal of Technologies in Higher Éducation, 13(2-3), 36-45. Repéré à http://www.ritpu.ca/fr/numeros/view/85/s:1

Chuang Isaac et Dean Ho Andrew (2016). HarvardX and MITx: Four Years of Open Online Courses – Fall 2012-Summer 2016. https://papers.ssrn.com/sol3/papers.cfm ?abstract_id =2889436

Cisel Matthieu (2016). Utilisations des MOOC : éléments de typologie (Thèse de doctorat inédite). ENS Cachan. Repéré à https://tel.archives-ouvertes.fr/tel-01444125/document

Laurent Roxane (2015). Pratiques culturelles en ligne, en France et en Europe. Points de repère et de comparaison (24 p.). Repéré à http://www.culturecommunication.gouv.fr/content/download/126767/1392481/version/4/file/Deps-CC-2015-2_Pratiques%20culturelles%20en%20ligne%20France%20et%20Europe.pdf

Leclercq, D. et al., (1999). Votes en amphithéâtre électronique pour animer de grands auditoires selon six paradigmes d’apprentissage/enseignement. Dans J.-P. Béchard et D. Grégoire (dir.), Apprendre et enseignement autrement, 16e colloque de l’Association internationale de pédagogie universitaire (AIPU) (567-578). Montréal.

Mercier Fabrice, David Bertrand, Chalon René et Berthet Jean-Pierre (2004). Amphithéâtres interactifs dans l’enseignement supérieur. Dans Technologies de l’Information et de la Connaissance dans l’Enseignement supérieur et de l’Industrie (400-406). Compiègne, France : université de technologie de Compiègne. Repéré à https://halshs.archives-ouvertes.fr/edutice-00000728/document

Mœglin Pierre (2002). Qui y a-t-il de nouveau dans les nouveaux médias ? Un point de vue des sciences de l’information et de la communication. Actes du symposium Technologies informatiques en éducation : perspectives de recherches, problématiques et questions vives. Paris MSH/INRP.

Ogouchi Mia (2016). Grandeur et descendance des MOOCs : synthèse de quatre années de veille sur les MOOCS dans le cadre du sous-projet uTOP-Inria. Document de synthèse sur 4 années de veille sur les MOOCs. Repéré à https://halshs.archives-ouvertes.fr/hal-01418264/document

Peraya Daniel (2017). Au centre des Mooc, les capsules vidéo : un renouveau de la télévision éducative ? Distances et médiations des savoirs. Repéré à http://dms.revues.org/1738

Quentin Isabelle (2014). L’Importance des lieux de réception des MOOC par les apprenants [Billet de blog]. Repéré à https://isabellequentin.wordpress.com/2014/11/01/limportance-des-lieux-de-reception-des-mooc-par-les-apprenants/

Quentin Isabelle (2016). Ce soir, TV, bouquin ou MOOC ? [Billet de blog]. Repéré à https://isabellequentin.wordpress.com/2016/03/04/les-mooc-des-concurrents-de-netflix/

Zhu Yingxi (2017). Recherche sur vidéo de MOOC en France dans le contexte interculturel, en prenant efSUP comme un exemple (Mémoire de master inédit). ECNU, Shangaï.

Top of page

Notes

1 https://www.france-universite-numerique-mooc.fr/cours/

2 L’appel à projets CréaMOOCs s’est donné pour objectif « d’offrir aux enseignants et enseignants-chercheurs un accès aisé aux équipements et un appui à des productions de qualité ». Exigence de qualité, certes, appuyée par la plateforme FUN, mais avec l’idée de rendre plus visible et mieux identifiable une offre universitaire vis-à-vis d’une offre générale de Mooc, d’auteurs aux provenances multiples, qui aurait pu considérablement se multiplier. Dans ce mouvement, les Mooc produits par des établissements d’enseignement supérieur bénéficieraient de moyens pour faire des vidéos de qualité ou elles seraient faites par des prestataires extérieurs, non par les enseignants eux-mêmes. Selon Yingxi Zhu (2017), 80 % des vidéos de Mooc des universités de Shangaï sont réalisées par une seule entreprise. Voir CreaMOOCs : http://www.enseignementsup-recherche.gouv.fr/cid79240/appel-a-projets-creamoocs.html

3 https://fr.wikipedia.org/wiki/Que_le_meilleur_gagne et http://www.toutelatele.com/que-le-meilleur-gagne-3145

4 http://www.toutelatele.com/que-le-meilleur-gagne-3145

5 https://www.fun-mooc.fr/courses/course-v1:MinesTelecom+04004+session04/about

6 Mooc sur Coursera de Denise Comer : https://www.coursera.org/learn/english-composition

7 http://world.edu/im-failing-my-mooc/

8 Entre parenthèses, le nombre d’itérations du cours.

9 https://openclassrooms.com/

10 This is Not a Book: Transliteracies and Long Forms of Digital Attention. http://www.stef.ens-cachan.fr/version-francaise/seminaires-et-colloques/evenements-precedents/translitteraties-enjeux-de-citoyennete-et-de-creativite-234293.kjsp Book = A long form of attention intended for the permanent, standard, and authoritative– i.e., socially repeatable and valued-- communication of human thought and experience.

11 http://www.fmsh.fr/

12 Textes datés du 24 avril 2017 et du 9 mai 2017

Top of page

List of illustrations

Title Image 1. Illustration extraite d’un billet du blog de John Warner7 : I\’m failing my MOOC
URL http://journals.openedition.org/dms/docannexe/image/1830/img-1.jpg
File image/jpeg, 232k
Top of page

References

Electronic reference

Éric Bruillard, « Mooc une forme contemporaine de livres éducatifs.
De nouveaux genres à explorer ?
 », Distances et médiations des savoirs [Online], 18 | 2017, Online since 18 June 2017, connection on 15 December 2017. URL : http://journals.openedition.org/dms/1830

Top of page

About the author

Éric Bruillard

STEF, ENS Paris-Saclay
eric.bruillard@stef.ens-cachan.fr

By this author

Top of page
  • Logo Centre national d'enseignement à distance
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals
ng" /> arehow">

< pa arch.openedie="RS e="R- s 2003<> 2 class ethod="post"> class="title">HypothesesResea ethod="post"> /a> ethod="post"> /a/a> /a/a>Pubdd ethod="post"> /a/a> ethod="post"> /a/a>Briefly:s n="1830" m ethod="post"> /a/a>s.opennnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnubdd ubds an class="title">HypothesesReseaaaaaaaaaethod="post"> class="title">HypothesesResea ethod="post"> /a> ethod="post"> /a/a>i> /a/a> ethod="post"> /a/a>M: "La:s n="1830" m ethod="post"> /a/a> ethod="post"> /a/a>E-d="f:s n="1830" m ethod="post"> /a/a> dd ubds an class="title">HypothesesReseaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaethod="post"> class="title">HypothesesResea aaaaethod="post"> /a> ethod="post"> /a/a>Journa:s n="1830" m ethod="post"> /a/a> ubds an class="title">HypothesesReseaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaethod="post"> cld 11418 ad;&#a hredvidé
  • HypothesesResea anss an class="title">HypothesesReseaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaa < Resea an DOI /

    Resea ass ethod="post"> cld openedie ss="separaady(function(lection"#queferencesHypothesesResea thod="post"> nss st"> n cldrent/DOI / éfé ore(g,s); < HypothesesResea thod="post"> < an lard@e s

    ass ethod="post"> class="title">HypothesesResea an lard@e s ass ethod="post"> /a/a> pourrch.openedin uthor<

    >Publisheeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeee7eeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeee|eeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeic-oeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeang="fr HypothesesResea thod="post"> anss an class="title">Hy nss st"> class="title">HypothesesResea thod="post"> nss st"> n cldrent/Du estatml:langore(g,s); nss

    /ul>

    Syndication<+une+ +  Actu> wsemin type="-y

    <+une+ + 

    goo/di type="-y

  • age< e">s s s ); }name="pt nav-te="RS e="R-- #ma type="submidren[if lte IE 9]); 3er infom> esses/bpanutto120" height="7