Navigation – Plan du site

DANZAS Antonin

DANZAS Ferdinand François Xavier à l’état civil ; DANZAS Antonin en religion
Nathalie Viet-Depaule

Résumé

Né le 8 mai 1817 à Colmar (Haut-Rhin), mort le 27 avril 1888 à Lyon (Rhône).
Prieur et maître des novices au couvent de Chalais (décembre 1846), de Flavigny (1848-1854) ; deuxième prieur de la Province de France (1854-1858) ; fondateur du couvent de Lyon (1856) ; premier prieur de la Province de Lyon (1862-1866).

Haut de page

Historique

Notice validée et mise en ligne le 07/01/2014.
Iconographie ajoutée le 08/02/2015.

Texte intégral

• Vestition pour la Province de France : 29 mai 1841 à Bosco (Italie)
• Profession simple : Pie IX institue l’usage de faire profession simple en 1857
• Profession solennelle : 29 mai 1842 à Bosco (Italie)
• Ordination sacerdotale : 15 février 1845 à Nancy

1Petit-fils de Philippe Antoine Danzas, avocat, et de Jacques Laurent de Loyauté, capitaine de régiment d’artillerie, Ferdinand Danzas est le troisième enfant de Marie Léger Jean Baptiste Danzas, né en 1780 à Colmar, et de Marie Anne Félicité Louise de Loyauté, née en 1892 à Bergheim. Il naît en 1817, lui aussi à Colmar, où la famille s’était implantée, après une fille aînée, Marie, morte à l’âge de onze mois, et un fils, Marie Gaspard Hubert qui deviendra avocat ; une autre fille, Marie Balbine Louise, complétera la fratrie en 1825. Son père est alors receveur principal des douanes royales. Son premier biographe, le dominicain Joachim-Joseph Berthier décrit l’honorabilité de la famille, insistant tout particulièrement sur la personnalité de sa mère « très instruite et d’un esprit distingué qui fut le premier maître de ses fils presque en toutes choses. Elle s’était appliquée dès leur plus jeune âge à leur faire comprendre la religion. » Il attribue aussi, en hagiographe, « un esprit vif et élevé, une nature ardente et chevaleresque, une ténacité irréductible », à l’enfant Ferdinand Danzas dont il cherche à montrer « l’impétuosité ».

2Quelle que soit la pertinence des traits de caractère que son biographe lui donne, Ferdinand Danzas fait ses études au collège de Colmar et, affirmant un goût prononcé pour le dessin et la peinture, devient à Strasbourg l’élève du peintre Gabriel Guérin. Il suit, en même temps, à l’université, les cours de l’abbé philosophe Louis Bautain qui attire la jeunesse cultivée soucieuse de défendre la foi chrétienne. Au bout de deux ans, il décide de poursuivre ses études à Paris et choisit d’entrer dans l’atelier du peintre Paul Delaroche. Il n’y reste pas à cause des brimades en vigueur et opte pour l’atelier de Paulin Guérin, peintre trop académique à son goût, qui lui fait vite préférer la fréquentation du Louvre pour y copier des œuvres. À cette époque, il fait la rencontre déterminante d’un peintre suisse, Kaspar Hauser, qui partage les idées d’artistes allemands vivant à Rome, appelés les « Nazaréens ». À son contact, il s’initie à ce mouvement qui, à la suite de Johann Friedrich Overbeck, cherche à mettre l’art au service de la religion chrétienne en s’inspirant de la peinture du Moyen Âge. Il envisage alors de se rendre à Rome.

3Quand arrive-t-il à Rome ? Vraisemblablement à l’automne 1839. Si Joachim-Joseph Berthier et son second biographe, l’ancien oratorien Auguste Marie Pierre Ingold (retiré à Colmar puis vicaire général de Mgr Herscher, évêque de Langres), n’en donnent pas la date précise, tous deux affirment que Ferdinand Danzas s’attache à comprendre l’art des « vieux maîtres » – notamment Fra Angelico – et s’agrège à la confrérie de Saint-Jean-l’Évangéliste. Cette confrérie, créée simultanément à Rome et à Paris, avait déposé fin 1839 ses statuts (rédigés en juillet par Henri-Dominique Lacordaire) et, s’inscrivant dans le renouveau de la peinture religieuse sous la Monarchie de Juillet, a pour but « la sanctification de l’art et des artistes par la foi catholique, et la propagation de la foi catholique par l’art et les artistes ». La conception de l’art qu’elle affiche est si proche de celle des Nazaréens allemands, que l’historien de l’art Michel Caffort n’hésite pas à identifier certains de ses membres comme des Nazaréens français. En juin 1840, elle compte Pierre Réquédat, Jean-Baptiste Besson, Louis-Alexandre Piel, Jean Bonnassieux, Eugène-Louis Bion, Claudius Lavergne, Jehan Duseigneur, Victor Gay, Louis Aussant, Louis Cabat, Pierre Bonhomme… Bien qu’aucune source n’indique comment Ferdinand Danzas a intégré cette confrérie et s’est lié d’amitié avec Jean-Baptiste Besson qui entrera dans l’Ordre de Saint-Dominique sous le nom de frère Hyacinthe, on peut néanmoins penser que ses relations parisiennes comme son admiration pour les « vieux maîtres » chrétiens ne pouvaient que l’entraîner à faire partie de cette école artistique. On peut tout aussi bien supposer que le jésuite Philippe de Villefort, avec lequel il débattait de son éventuel engagement religieux, l’ait orienté vers ces artistes dont il connaissait l’existence. N’avait-il pas, avant lui, conseillé Henri-Dominique Lacordaire et Vincent Jandel de choisir l’habit dominicain et de contribuer à la restauration de l’Ordre des frères prêcheurs ?

4Fin avril 1841, Ferdinand Danzas décide, brusquement semble-t-il, lors de la retraite préparatoire de Saint-Clément à Rome, de suivre les premiers compagnons d’Henri-Dominique Lacordaire, comme Étienne Cartier l’écrit dans sa biographie de Hyacinthe Besson : « Au moment où elle allait commencer, Dieu envoya aux Français un compagnon inattendu… C’était un jeune artiste qui avait rêvé d’art et de légendes sur les bords du Rhin, et qui, n’ayant pas trouvé à Paris un enseignement conforme à ses idées, était venu à Rome étudier les peintres du Moyen Âge. Celui qui devait être le P. Antonin Danzas avait connu Besson à la confrérie de Saint-Jean-l’Évangéliste et l’avait tendrement aimé. Il venait lui dire adieu, lorsqu’il se décida tout à coup à rester avec lui et à suivre les exercices de la retraite. » Henri-Dominique Lacordaire parle immédiatement de lui dans ses lettres (11 mai 1841) à Madame Swetchine et à la Comtesse de Vauvineux comme « un charmant et pieux jeune homme » et « un excellent Alsacien ». Pendant la retraite, la Congrégation de la discipline stipule aux postulants de se rendre dans deux noviciats différents et interdit à Henri-Dominique Lacordaire de les diriger. Les uns et les autres ayant accepté ces conditions, il est arrêté que Ferdinand Danzas ira avec Louis-Alexandre Piel, Jean-Baptiste Besson, Pierre Bonhomme (tous trois s’étaient rencontrés à l’école Buchez) et Augustin David au couvent de Bosco dans la Province du Piémont. C’est là qu’il prend l’habit, le 29 mai 1841, sous le nom de frère Antonin et entame son noviciat malgré la vive opposition de son père qui reproche à Lacordaire d’avoir séduit son fils à son insu. Les injonctions paternelles n’infléchissent en rien la détermination du jeune novice qui partage désormais la vie conventuelle des frères italiens.

5Henri-Dominique Lacordaire passe trois semaines auprès des novices français à Bosco (24 septembre-15 octobre) à la fois satisfait de leur état d’esprit et consterné par la détérioration de la santé du frère Piel (il mourra en décembre). Dans sa correspondance, il fait part que tous les frères « persévèrent dans leur vocation et sont heureux de l’état où ils font chaque jour des progrès », qu’il règne entre eux « la plus parfaire harmonie » et se loue du maître des novices qui leur est donné ainsi que de l’accueil qui leur est réservé. L’optimisme de Lacordaire – sa « candeur », dira Bernard Bonvin – attribue au mémoire rédigé en février 1842 par Vincent Jandel et Pierre Hernsheim l’expression « sincère » et « ardente » de la vocation des novices. Il demande qu’il soit communiqué au père Vincent Lamarche, socius du maître général de l’Ordre, à qui il écrit : « Au commencement du mois de février, les frères français de La Quercia (Viterbe) m’ont adressé un long mémoire sur le résultat de leurs réflexions pendant leur noviciat, résultat qui consiste en ceci, qu’ils ont unanimement senti la nécessité d’observer en tout nos saintes constitutions sous peine de faire une restauration bâtarde et misérable que la France ne supporterait pas. J’ai transmis ce mémoire aux frères français de Bosco, pour avoir leur avis ; après y avoir pensé devant Dieu, ils m’ont répondu qu’ils étaient unanimes à admettre l’avis de leurs frères. Moi, de mon côté, je me suis rangé à leur manière de voir et de sentir. » De quoi s’agit-il ? Si la destruction de ce mémoire ne permet pas d’en connaître exactement le contenu, le Mémoire Jandel (datant de 1863-1864) le présente a posteriori comme un plaidoyer pour la stricte application des constitutions de l’Ordre, seule garantie d’une véritable restauration des frères prêcheurs en France. Que les novices de La Quercia aient voulu se démarquer du contexte de la vie conventuelle italienne ne fait pas de doute, tout comme il est possible de voir dans l’observance littérale un désir de sanctification ou, tout simplement, un désir d’adhérer au mieux au projet de restauration de l’Ordre. L’historiographie interne à l’Ordre fait de ce mémoire le point de départ d’un antagonisme entre Lacordaire et Jandel.

6À l’issue de la profession des frères Besson, Bonhomme et Danzas, le 29 mai 1842, à laquelle Lacordaire assiste, les frères de La Quercia viennent vivre à Bosco pour poursuivre leurs études. En accord avec le père Lamarche, les dominicains français, au rythme de la vie conventuelle des frères italiens, se réunissent ensemble pour étudier la théologie sous l’autorité de Vincent Jandel, le seul d’entre eux qui soit déjà prêtre, Henri-Dominique Lacordaire l’ayant désigné pour exercer à la fois le rôle de confesseur et de maître des novices. En février 1843, Antonin Danzas tombe gravement malade. Envoyé au couvent de Varazze pour une longue convalescence, il regagne Bosco fin septembre et, rétabli, est assigné au couvent de Nancy dont Vincent Jandel est alors le prieur. Il y reste le temps d’être ordonné, avec Pierre Hernsheim, diacre (21 septembre), puis prêtre (15 février 1845). Après deux mois de prédication à Nancy, Henri-Dominique Lacordaire le choisit pour former une petite communauté à Paris, où il a loué, près de Saint-Sulpice, rue Honoré-Chevalier, une maison dans le but d’établir l’Ordre dans la capitale. L’impact de cette implantation s’avérant vite insatisfaisant, Antonin Danzas revient à Nancy au mois de janvier 1846 où il reçoit une lettre de Lacordaire qui témoigne de la nature de leur relation : « J’ai appris avec sensible joie votre heureux retour à Nancy, au milieu de nos frères, et le bon esprit dont vous les avez trouvés animés. J’espère que vous contribuerez, par votre obéissance et votre ferveur, à l’édification de cette maison qui est notre première maison professe. Il y a, dans une maison semblable, à cause de l’absence des frères pour cause de prédication, un certain mouvement moins favorable au recueillement et à l’observance monastique. Vous y suppléerez par votre ferveur, par votre amour de la règle, du silence, du travail et de la mortification. Je vous sens avec joie dans cette maison. Je vous remercie de la consolation et des secours dont vous m’avez été pendant votre séjour avec moi. Je vous prie de me conserver votre ouverture de cœur, votre sainte liberté avec moi, et que je puisse toujours trouver en vous l’appui surnaturel dont vous m’avez été prodigue. Je vous embrasse tendrement en Notre Seigneur. »

7En décembre 1846, Antonin Danzas est assigné au couvent d’études de Chalais à la fois comme sous-prieur et maître des novices. Henri-Dominique Lacordaire lui écrit le 7 décembre : « Je vous envoie à Chalais avec la double persuasion que votre santé achèvera de s’y remettre sous l’influence de cet air vif et pur, et que par votre piété et votre zèle, vous servirez heureusement à la formation de nos novices. Ce soin doit devenir maintenant votre grande et presque unique préoccupation. » Deux ans plus tard, lorsque le couvent de Flavigny, destiné à abriter uniquement un noviciat, ouvre ses portes avec Vincent Jandel pour prieur, Danzas en est le premier maître des novices. Il exerce sa charge de père-maître qu’il va cumuler jusqu’en 1854 avec celle de prieur à partir du moment où Jandel est appelé au cours de l’été 1850 à Rome par Pie IX, comme maître général, afin de réformer l’Ordre des frères prêcheurs. Et c’est bien en tant que prieur qu’Antonin Danzas s’oppose à la circulaire de Lacordaire, datée du 4 février 1852, qui fixe les matines à 4 heures du matin au lieu de 3 heures. Écrite dans l’intention d’infléchir les difficultés auxquelles Jandel est confronté pour imposer sa réforme de l’Ordre en Italie, cette circulaire ne fait que les accroître en provoquant des remous dans la Province de France. Danzas écrit, le 28 février, une lettre à Lacordaire, où il expose ses arguments en faveur du maintien de l’horaire du lever de nuit, considérant que cette promulgation est « un acte inouï parmi nous, un acte qui consacre l’omnipotence du provincial et le met au-dessus des lois. […] En effet, il y a une grande différence entre ne pas rétablir des lois abandonnées et abolir par décret des lois constantes et pratiquées depuis longtemps, en un mot entre ne point réédifier et détruire. » L’attitude déterminée de Danzas est incontestable, il n’hésite pas à écrire : « En vous résistant aujourd’hui, je n’ai donc point voulu abdiquer mon ancienne soumission, mais uniquement opposer une fin de non-recevoir à une innovation que je croyais aussi funeste qu’illégale. » Cette dissension va amener Danzas à se détacher de Lacordaire dont l’« arbitraire » l’inquiète d’autant plus que Jandel, de son côté, met tout en œuvre pour que l’application de la circulaire n’ait pas lieu.

8C’est dans ce contexte que Danzas, après avoir été envoyé par Jandel comme visiteur apostolique en Hollande, succède le 15 septembre 1854 à Lacordaire, d’ailleurs avec l’accord de ce dernier – qui lui écrira au lendemain du chapitre qu’il n’a jamais cessé de lui « être affectionné malgré les vicissitudes des dernières années » –, à la charge de prieur de la Province de France. Peu après son élection, il adresse une circulaire datée du 4 juin 1855 qui s’attache à un examen détaillé de la législation, dans des termes abrupts et autoritaires, afin que tout frère souscrive à l’observance littérale en s’engageant par écrit à accepter les propositions ou à les refuser. Si presque tous les frères les avalisent, ils ne lui accordent plus le même crédit comme l’écrira Théophile Foisset dans sa biographie de Lacordaire : « Le P. Danzas, maîtres des novices, s’était fait aimer ; le P. Danzas, provincial, n’en fut pas moins discuté dans chacun des actes de son gouvernement. Le moyen qu’il prit pour triompher de cette disposition des esprits ne fut point heureux. Son autorité morale, non comme religieux, mais comme chef de la Province, en reçut une atteinte irrémédiable. » Néanmoins, ce n’est pas son manque de crédit, mais bien sa conception de l’Ordre qui le conduit à entreprendre, en écho aux souhaits de Jandel, la fondation d’une nouvelle Province, dite du « midi » qui serait de stricte observance. Il hésite entre Toulouse et Bordeaux, deux couvents récemment érigés (1853 et 1855), pour faire un couvent exemplaire qui appliquerait les constitutions à la lettre avec la présence de religieux dont il connaît les aspirations, « les pères Brosse, Doussot, Lecomte, Escallier, Pâris et enfin le provincial et son socius, peut-être encore le P. Meynard, quoique novice profès », mais il se heurte à de telles difficultés qu’il ne peut pas se décider en faveur de l’un ou de l’autre. Lorsque Camille Rambaud, laïc rompu au catholicisme social, lui propose, le 4 août 1856, jour de la fête de saint Dominique, de construire un couvent et une chapelle à Lyon, dans le quartier des Brotteaux, il ne peut y voir qu’un signe favorable. Camille Rambaud, ami de longue date d’Ambroise Potton, est alors en train de bâtir la cité de l’Enfant-Jésus pour abriter la population ouvrière du quartier que l’inondation de mai 1856 a privée de logements. La fondation qu’il offre présente non seulement l’avantage d’être immédiate, mais permet une seconde restauration qui respectera, cette fois, les constitutions de façon intégrale.

9Vincent Jandel vient en personne procéder à la délimitation du terrain qui sera loué aux Hospices civils de Lyon et sur lequel existe une petite maison que Camille Rambaud achète et qui servira de couvent provisoire. Le choix est de constituer un couvent avec quelques pères et frères convers sous le signe de la pauvreté, dans un quartier encore non viabilisé, aux marges des beaux quartiers et d’instaurer une vie quasi monastique qui leur vaudra d’être comparés à des chartreux. Ambroise Potton, dont la famille est connue pour faire partie des négociants lyonnais importants de la soie, sert d’intermédiaire pour obtenir l’accord de l’archevêque, Mgr de Bonald, pour l’implantation d’un nouveau couvent. Antonin Danzas demande à Augustin Pâris de surveiller les travaux qui commencent en septembre 1856 (aménagement de la maison et construction en briques d’une chapelle) et envoie Matthieu Lecomte prêcher des retraites de l’avent à l’église de l’Immaculée Conception, qu’il assure avec brio donnant ainsi au couvent ses premiers revenus et sa publicité. Le 24 décembre 1856, Antonin Danzas bénit la chapelle en présence de sept pères : Louis-Marie Pierson, Pie Bernard, Augustin Pâris, Matthieu Lecomte, Antonin Doussot, Augustin Chardon, André Meynard et de deux frères convers : Louis Guillat, Jacques Falquet. Danzas réunit le soir même la petite communauté et érige, au nom du père général, le couvent en couvent de stricte observance, y assignant les religieux présents et instituant les titulaires des différents offices : Louis-Marie Pierson, président (en fait prieur) ; Pie Bernard, sous-prieur ; Augustin Pâris, procureur et Marie-Augustin Chardon, sacristain. Très peu de temps après la fondation du couvent du Saint-Nom de Jésus, le maître de l’Ordre envoie une circulaire datée du 18 février 1857 pour expliquer l’occasion et le but de cette récente fondation et montrer ce que doit être la vie dominicaine fondée sur l’observance. Si la réception de cette circulaire est considérée par la majorité des religieux comme un acte d’accusation contre la Province de France, elle prend vite le statut de charte fondatrice du couvent, qui sera donnée à lire pendant longtemps à tout jeune dominicain qui y sera assigné.

Antonin Danzas au...Antonin Danzas au couvent du Saint-Nom de Jésus à Lyon

Antonin Danzas au couvent du Saint-Nom de Jésus à Lyon

Archives dominicaines de la Province de Lyon/Tangi Cavalin, Nathalie Viet-Depaule (dir.), Dictionnaire biographique des frères prêcheurs en ligne.

10Antonin Danzas sait qu’il peut compter sur un nombre plus élevé de frères que ce petit noyau qui participe à l’inauguration de la chapelle la veille de Noël. Et, de fait, l’effectif atteindra, jusqu’à ce que le couvent soit érigé en couvent formel en 1858, une bonne trentaine de pères et de frères convers ayant opté pour la stricte observance. Même s’il faut considérer ce chiffre avec précaution et tenir compte des religieux qui ne font que passer, il est indéniable que le couvent attire ceux qui aspirent à une observance intégrale. D’ailleurs, Antonin Danzas, après avoir fait le constat qu’il se trouvait dans l’impossibilité de réformer dans ce sens l’ensemble de la Province et, par contrecoup, que son autorité était contestée, nomme le 23 août 1857 Bernard Roussot, déjà prieur de Flavigny, vicaire général avec la responsabilité de tous les couvents sauf celui de Lyon. Il va dès lors faire du couvent du Saint-Nom sa « thébaïde » en s’attachant à transformer ses misérables bâtiments et sa chapelle provisoire en un véritable couvent non seulement capable d’accueillir des novices, mais – et on ne saurait oublier l’artiste qu’il était au moment d’entrer dans l’Ordre – de construire une église dont la conception artistique servira la propagation de la foi. Il attend la fin de son provincialat (12 septembre 1858), moment où il devient prieur du Saint-Nom de Jésus dont la juridiction relève désormais directement du maître de l’Ordre, pour recourir à l’architecte Louis Bresson afin d’exécuter les plans qu’il conçoit lui-même du couvent avec son cloître et son église. Il en impose le style gothique du XIIIe siècle, les dimensions et l’aménagement le plus propice à la liturgie, notamment en séparant nettement le chœur réservé aux religieux du reste de l’église. Il écrira à Étienne Cartier le 7 septembre 1862 : « Un des côtés de notre observance est très certainement le goût de l’antiquité. Dans nos constructions de même, nous affectons l’archaïsme. Notre jolie église de Carpentras est déjà occupée. Celle de Lyon ne tardera plus. C’est du très pur xiiie siècle dont vous serez content. On disait que j’avais tellement la manie de l’ogive que je faisais jeûner nos religieux pour leur donner des visages ogivaux. Il est certain que nous puisons toutes nos inspirations dans le passé, mais je ne saurais vous dire si c’est plus dans les choses plastiques et matérielles que dans les autres. »

Dessin d’un vitra...Dessin d’un vitrail d’Antonin Danzas pour l’église du Saint-Nom de Jésus à Lyon

Dessin d’un vitrail d’Antonin Danzas pour l’église du Saint-Nom de Jésus à Lyon

Antonin Danzas a pris pour modèles les frères Maurice Barbier (à droite) et Jérôme Bousquet (à gauche) pour représenter les papes Innocent V et Benoît XI.

Archives dominicaines de la Province de Lyon/Tangi Cavalin, Nathalie Viet-Depaule (dir.), Dictionnaire biographique des frères prêcheurs en ligne.

11En janvier 1862, fort de la fondation du couvent du Saint-Nom où a été instaurée une observance nouvelle qui séduit de nombreux novices, mais estimant aussi le moment opportun – Henri-Dominique Lacordaire est mort le 21 novembre 1861 –, Vincent Jandel crée la Province d’Occitanie qui englobe vingt-six diocèses dont le territoire occupe le tiers de l’hexagone en son milieu, de la Bretagne à la Savoie. Si cette scission de la Province de France est jugée comme inévitable, elle ébranle les frères restés fidèles à Lacordaire et est considérée par certains comme une vraie dissidence. Antonin Danzas prend alors la tête de la toute jeune province et s’attache à asseoir sa réputation de stricte observance. C’est une des raisons pour lesquelles, il participe à la polémique qui se crée autour des trois publications en cours qui tentent, chacune à leur façon, d’historiciser les débuts de la restauration de l’Ordre en France : Cartier rédige la biographie de Hyacinthe Besson, mort juste avant Lacordaire, Foisset entreprend de retracer la vie de Lacordaire et Vincent Jandel prend la plume pour témoigner du bien-fondé de son gouvernement. Danzas, lisant les « feuilles » que Jandel lui envoie, réitère son soutien au maître général de l’Ordre, en lui rappelant qu’« une fois que vous fûtes promu au généralat, nous vous considérâmes comme un nouveau David, et le père Lacordaire comme Saül. De là ce refroidissement et cette sorte de division qui se creusait entre le père Lacordaire et nous. » Cependant, s’il est convaincu du bien-fondé du récit des faits passés, il s’interroge sur la portée d’un travail critique sur Lacordaire qui pourrait entacher l’avenir de l’Ordre alors qu’il est en train d’être réformé selon ses aspirations. Il s’agit en effet, pour lui, de se démarquer du libéralisme de Lacordaire pour faire adopter et renforcer davantage en France les principes d’une observance radicale, ce que Jandel réussira en procédant, en 1865, à la fondation de la Province de Toulouse et en choisissant de mettre à sa tête Hyacinthe Cormier, père de la Province d’Occitanie et ancien prieur de Corbara.

Dessin d’un vitra...Dessin d’un vitrail d’Antonin Danzas pour l’église du Saint-Nom de Jésus à Lyon

Dessin d’un vitrail d’Antonin Danzas pour l’église du Saint-Nom de Jésus à Lyon

Antonin Danzas a choisi de représenter saint Vincent Ferrier, célèbre prédicateur dominicain du XIIIe siècle, canonisé au XVe siècle.

Archives dominicaines de la Province de Lyon/Tangi Cavalin, Nathalie Viet-Depaule (dir.), Dictionnaire biographique des frères prêcheurs en ligne.

12À la fin de son provincialat, Antonin Danzas est réélu prieur du couvent du Saint-Nom de Jésus. Une fois assuré de la fondation du couvent de Poitiers (1867), il invoque ses soucis de santé pour démissionner de ses fonctions de prieur. Il accompagne alors le maître de l’Ordre dans sa visite des couvents d’Autriche et de Pologne, utilisant sa connaissance de la langue allemande pour servir d’interprète. De retour à Lyon, il consacre l’essentiel de son temps à achever les travaux de construction du couvent et à réaliser les vitraux de l’église. Il compose leur enchaînement cherchant à mettre en évidence les débuts de l’Ordre, de la figure de saint Dominique aux grands fondateurs de l’Ordre, la protection de la Vierge et les mystères du Rosaire et la vie des saintes et des saints de la famille dominicaine (Raymond de Peñafort, saint Hyacinthe de Cracovie, saint Thomas d’Aquin…). Il travaille avec le maître-verrier lyonnais Jean-Baptiste Barrellon et s’adjoint le concours de quatre frères convers, les frères Gilles Brossette, Joachim Durif, tous deux anciens élèves des Beaux-Arts, Arbogaste Heinis et Eugène Baudin qui, sous sa houlette, exécutent une partie des vitraux dans le sous-sol même du couvent. S’inspirant beaucoup de Fra Angelico, Danzas dessine lui-même les personnages au fusain et choisit les couleurs des verres. Tout en poursuivant le travail des vitraux, il s’investit dans la fondation d’un monastère de moniales dominicaines à Oullins (1868) où il impulse une vie religieuse, s’inquiétant dans les moindres détails de l’observance. Il en assurera la direction spirituelle jusqu’à la fin de sa vie. Victime des événements politiques à la suite de la défaite de Sedan et la chute de l’Empire (septembre 1870), il est, avec les autres pères, expulsé du couvent par le comité de salut public qui a décidé la confiscation des biens du clergé. Obligé de se réfugier comme la majorité des pères en Suisse, il est hébergé à Estavayer au monastère des moniales dominicaines (il y arrive le 8 octobre), y séjourne quelque temps, du moins s’y trouve-t-il toujours en novembre lorsque François Balme lui rend visite avant de rejoindre la communauté des frères installée à Géronde. Il lui faut attendre un an pour revenir à Lyon et participer à la restauration des bâtiments conventuels qui avaient été transformés en caserne militaire et entrepôts municipaux.

Danzas à la fin d...Danzas à la fin de sa vie

Danzas à la fin de sa vie

Archives dominicaines de la Province de Lyon/Tangi Cavalin, Nathalie Viet-Depaule (dir.), Dictionnaire biographique des frères prêcheurs en ligne.

13À la demande de Vincent Jandel et avec l’aide de l’historiographe François Balme, Antonin Danzas consacre également ses dernières années à la rédaction de ses Études sur les temps primitifs de l’Ordre de Saint-Dominique qui seront réunies en cinq volumes et dont il dira : « Les volumes que nous publions effleurent la période que nous désignons sous le nom de Temps primitifs. Nous entendons par là l’âge d’or, celui qui, s’ouvrant à saint Dominique et aboutissant à saint Thomas d’Aquin. » Ces publications lui valent de part et d’autre des compliments et des encouragements pour qu’elles aient une suite, notamment de la part du procureur général de l’Ordre, le père Bianchi, qui lui exprime « la joie qu’il éprouve de voir si parfaitement réalisée la pensée la plus chère du Rme Père Jandel. […] Lorsque notre saint père général commandait quelque chose au nom de l’obéissance, on pouvait être assuré du succès. Je le savais pour en avoir fait l’expérience, mais la lecture de votre ouvrage m’a affermi dans cette idée. » Plus d’un siècle plus tard, l’historien dominicain André Duval, dans sa notice consacrée à « Danzas » dans Catholicisme, souligne à propos de ces Études que « l’ouvrage est intéressant bien qu’alourdi par des digressions ou commentaires ascétiques qu’il faut lire en fonction des polémiques du temps sur l’authentique conception de la vie dominicaine. » En effet, la nécessité pour Danzas de prôner, voire de revendiquer, le xiiie siècle comme un âge d’or, ce paradis perdu de la société chrétienne, avait valeur d’enjeu, sans aucun doute discriminant, dans la manière d’être dominicain. Il ne s’en est jamais départi, même au prix de querelles intestines. En 1879, lorsque le jeune dominicain Gabriel Arlin cherche à s’informer sur la circulaire du 11 février 1857 qui explique le but et l’occasion de la fondation du couvent de Lyon, il s’adresse à Antonin Danzas qui lui « dit d’abord qu’il a cherché à oublier tout cela » car « cette fondation lui a causé bien des peines ». S’il consent ensuite à lui donner des détails, il lui avoue qu’il n’a pas voulu lire la biographie de Hyacinthe Besson par Étienne Cartier ni les vies de Lacordaire par Bernard Chocarne et par Théophile Foisset, ajoutant « son regret que ces questions aient été livrées au public : ce sont des histoires de famille, qui ne doivent pas sortir de l’intimité ». Si l’absence de sources ne permet pas d’interpréter son attitude, on peut néanmoins avancer l’hypothèse que Danzas a dû vivre les tensions des débuts de la restauration de l’Ordre douloureusement, déchiré entre son extrême déférence, voire son affection, vis-à-vis de la personne de Lacordaire et sa résistance à ses conceptions.

14En avril 1888, Antonin Danzas est frappé d’une attaque alors qu’il assiste à la congrégation intermédiaire. Il meurt quelques jours plus tard. Ses obsèques ont lieu à l’église de Saint-Joseph aux Brotteaux, suivies de son inhumation au cimetière de Loyasse.

Haut de page

Sources

Archives dominicaines de la Province de France. — Archives dominicaines de la Province de Lyon. — L’Année dominicaine, août 1870, p. 406 ; septembre 1872, p. 351-161 ; juin 1888, p. 297-299. — Gabriel Arlin, Notes sur la fondation du couvent des dominicains de Lyon, mémoire inédit, 1879. — Augustin d’Arres, Mon portefeuille et souvenirs du noviciat de Bosco, Bruxelles, J. Albanel, Genève, H. Trembley, Paris, Société générale de librairie catholique, 1884, p. 99. — RP J. Berthier, Le RP A. Danzas. Ses œuvres artistiques, (nombreuses héliogravures exécutées d’après les peintures et dessins originaux sous la direction de F. Thiollier), Saint-Étienne, Société de l’imprimerie Théolier-J. Thomas et Cie, 1897. — Ignace Body, Vie du RP Potton, Paris, Téqui, 1901. — Sœur Sainte-Dominique de la Croix, Mémoire sur notre vénéré père François Balme des frères prêcheurs, La Chapelle-Montligeon, 1901. — P. Ingold, Un moine. Le P. Antonin Danzas, frère-prêcheur, Paris, Téqui, 1903. — Édouard Sitzmann, « Danzas Xavier François Ferdinand », Dictionnaire de biographie des hommes célèbres de l’Alsace : depuis les temps les plus reculés jusqu’à nos jours, F. Sutter, Rixheim, 1909-1910, p. 343-344. — Rogatien Laure, Courrier dominicain, janvier 1937, p. 13. — André Duval, « Le rapport du P. Lacordaire au chapitre de la province de France (septembre 1854) », Archivum Fratrum Praedicatorum, vol. XXXI, 1961, p. 326-364. — Jean-Donatien Levesque, « Expulsion des dominicains du Saint-Nom de Jésus. Lyon septembre 1870-septembre 1871 », Documents pour servir à l’histoire de l’ordre de Saint-Dominique en France, 13, 1978, p. A-25-31. — Bernard Bonvin, Lacordaire Jandel, La restauration de l’Ordre dominicain en France après la Révolution. Suivi de l’édition originale et annotée du Mémoire Jandel, Paris, Éditions du Cerf, 1989 ; « Un religieux : Alexandre-Vincent Jandel. Historiographie », Mémoire dominicaine, 4, 1994, p. 87-98. — Bernard Montagnes, « Lacordaire à Marseille », Guy Bedouelle (dir.), Lacordaire, son pays, ses amis et la liberté des ordres religieux en France, Paris, Éditions du Cerf, 1991, p. 164-165. — Michel Caffort, « Renouveau pictural et message spirituel : l’exemple des Nazaeéens français (1830-1850), Cristianesimo nella storia, 14, 1993, p. 595-623. — Bernard Hodel, « D’expulsion en expulsion. Les dominicains de la province d’Occitanie en Valais, Vallesia, 52, 1997, p. 35-67. — Bernard Montagnes, Marie-Joseph Lagrange. Une biographie critique, Paris, Éditions du Cerf, 2004, p. 57-58. — Philippe Dufieux, Le mythe de la primatie des Gaules. Pierre Bossan (1814-1888) et l’architecture religieuse en lyonnais au XIXe siècle, Lyon, PUL, 2004, p. 143-144.

Haut de page

Œuvre

Le P. Hernsheim, de l’Ordre des frères prêcheurs. Notice biographique, Vagner, Nancy 1856. — « Lettre adressée à l’auteur », Vicomte de Bussierre, Fleurs dominicaines, ou les mystiques d’Unterlinden à Colmar, Paris, Poussielgue-Rusand, 1864. — « Notice sur le père Jandel », La couronne de Marie, 1873, p. 50-56, 72-81, 101-108, 134-139. — Les lettres inédites du père Lacordaire, Paris, Poussielge, 1874. — L’Hérésie et la répression, Lyon, impr. de A. Waltener, 1883. — Études sur les temps privismitifs de l’Ordre de saint Dominique : I. Le Bienheureux Jourdain de Saxe, Poitiers, H. Oudin, 1873-1877, 4 vol. ; II. Saint Raymond de Pennafort et son époque, Paris, H. Oudin et H. Lecène, 1885.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Antonin Danzas au couvent du Saint-Nom de Jésus à Lyon
Crédits Archives dominicaines de la Province de Lyon/Tangi Cavalin, Nathalie Viet-Depaule (dir.), Dictionnaire biographique des frères prêcheurs en ligne.
URL http://journals.openedition.org/dominicains/docannexe/image/119/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 312k
Titre Dessin d’un vitrail d’Antonin Danzas pour l’église du Saint-Nom de Jésus à Lyon
Légende Antonin Danzas a pris pour modèles les frères Maurice Barbier (à droite) et Jérôme Bousquet (à gauche) pour représenter les papes Innocent V et Benoît XI.
Crédits Archives dominicaines de la Province de Lyon/Tangi Cavalin, Nathalie Viet-Depaule (dir.), Dictionnaire biographique des frères prêcheurs en ligne.
URL http://journals.openedition.org/dominicains/docannexe/image/119/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 692k
Titre Dessin d’un vitrail d’Antonin Danzas pour l’église du Saint-Nom de Jésus à Lyon
Légende Antonin Danzas a choisi de représenter saint Vincent Ferrier, célèbre prédicateur dominicain du XIIIe siècle, canonisé au XVe siècle.
Crédits Archives dominicaines de la Province de Lyon/Tangi Cavalin, Nathalie Viet-Depaule (dir.), Dictionnaire biographique des frères prêcheurs en ligne.
URL http://journals.openedition.org/dominicains/docannexe/image/119/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 268k
Titre Danzas à la fin de sa vie
Crédits Archives dominicaines de la Province de Lyon/Tangi Cavalin, Nathalie Viet-Depaule (dir.), Dictionnaire biographique des frères prêcheurs en ligne.
URL http://journals.openedition.org/dominicains/docannexe/image/119/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 584k
Haut de page

Pour citer cette notice

Référence électronique

Nathalie Viet-Depaule, « DANZAS Antonin », Dictionnaire biographique des frères prêcheurs [En ligne], Notices biographiques, D, mis en ligne le 07 janvier 2014, consulté le 16 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/dominicains/119

Haut de page

Auteur

Nathalie Viet-Depaule

Notices du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© CEMS / IMM-EHESS

Haut de page
  • Logo EHESS
  • Logo Bibliothèque du Saulchoir
  • Logo Ordre des Prêcheurs
  • OpenEdition Journals