Navigation – Plan du site

DUMONT Christophe

DUMONT Jean René Louis à l’état civil ; DUMONT Christophe en religion
Étienne Fouilloux

Résumé

Né le 22 juin 1897 à Valenciennes (Nord), mort le 11 février 1991 à Paris.
Directeur du Centre d’études Istina, œcuméniste, expert au concile Vatican II.

Haut de page

Historique

Notice validée le 11/01/2018

Texte intégral

• Vestition pour la Province de France : 11 mars 1919 au Saulchoir à Kain (Belgique)
• Profession simple : 23 septembre 1920 au Saulchoir à Kain (Belgique)
• Profession solennelle : 23 septembre 1923 au Saulchoir à Kain (Belgique)
• Ordination sacerdotale : 23 juillet 1924 au Saulchoir à Kain (Belgique)

1« C’est un coup de ciseau du coiffeur qui m’a amené là ! », répondait le père Dumont quand on lui demandait comment lui était venue sa « vocation de l’œcuménisme ». « C’était à la fin de la guerre de 14. Le coiffeur m’a blessé. Un furoncle m’est venu. Il a mis plusieurs années à se cicatriser. J’étais chez les dominicains depuis février 1919, au Saulchoir, en Belgique, près de Tournai. On m’a dit de me soigner aux rayons X. À l’époque, c’était rare. Je venais donc chez un médecin de Lille toutes les semaines, pour une séance d’une minute de rayons. Il fallait bien passer le temps entre les trains. Je le passais au séminaire que le pape Pie XI venait de fonder à Lille pour quelques jeunes russes émigrés, convertis au catholicisme » (Église de Cambrai, 25 janvier 1985, p. 52).

2On ne peut imaginer choix plus fortuit. Rien ne prédisposait le jeune Dumont à se pencher sur le sort religieux de la Russie ni sur la question de l’union des chrétiens séparés. Né à Valenciennes le 22 juin 1897 d’Henri Dumont et Nelly Henneton, dans une famille de commerçant originaire de Bouchain, diocèse de Cambrai, il envisageait une carrière d’ingénieur que la guerre rendit impossible. Bon élève du collège Notre-Dame de Valenciennes jusqu’aux baccalauréats philosophie et mathématiques obtenus en 1913, il entre ensuite en mathématiques spéciales au collège Saint-Jean-de-Passy, réfugié en Belgique, à Froyennes près de Tournai, du fait des expulsions combistes (1913-1914). L’occupation de la Belgique et du Nord de la France par les Allemands font tourner court son projet d’intégrer une grande école. Pour combler les vides créés par la mobilisation au sein des corps professoraux, on fait appel à lui pour enseigner les mathématiques à Notre-Dame de Valenciennes (1915-1916), puis au grand séminaire de Cambrai (1916-1918). Si l’occupation lui évite d’être mobilisé avec sa classe, en 1917, la conscription le rattrape au lendemain de la guerre : le coup de ciseau malheureux date peut-être de son bref passage dans l’armée, comme soldat d’infanterie de seconde classe, d’avril à septembre 1919. Alors qu’il a reçu l’habit dominicain le 11 mars 1919, ses obligations militaires ont pu différer sa véritable entrée dans l’Ordre jusqu’à une réforme précoce de l’automne 1919, ce que suggère sa date de profession simple un an après, le 23 septembre 1920. La reconstitution de cette phase de la vie du futur œcuméniste reste toutefois problématique, car ce grand taiseux n’a rien laissé filtrer sur sa vocation dominicaine ni sur les conditions dans lesquelles elle est née.

Au collège, en te...Au collège, en terminale

Au collège, en terminale

Archives dominicaines de la Province de France/Tangi Cavalin, Nathalie Viet-Depaule (dir.), Dictionnaire biographique des frères prêcheurs en ligne.

3Sa formation religieuse, tout entière effectuée au Saulchoir, couvent d’études de la province de France à Kain-la-Tombe, près de Tournai, est moins problématique. Devenu Christophe en religion, le jeune Dumont y suit un cursus classique de philosophie puis de théologie scolastiques, scandé par sa profession solennelle le 23 septembre 1923, son ordination sacerdotale le 23 juillet 1924 et un lectorat en théologie en 1926. Une confidence postérieure de son ami et mentor Henri-Jean Omez prouve toutefois que ce parcours n’a pas été un long fleuve tranquille. « Le P. Christophe semble avoir définitivement surmonté la longue crise qu’il a traversée depuis la fin de son noviciat profès », écrit-il au provincial Jourdain Padé le 13 mars 1930. Les pauses effectuées au séminaire Saint-Basile entre les séances de radiothérapie ne sont pas étrangères à la solution de cette crise.

4Par décision capitulaire du 25 juillet 1923, la Province de France a accepté de prendre en charge le séminaire et d’y consacrer deux religieux, le père François Foulon, dépourvu de toute expérience orientale, et le jeune père Henri-Jean Omez, en fin d’études au Saulchoir, qui a rencontré des Russes au cours de sa captivité de guerre, s’est enthousiasmé pour leur univers religieux et a appris leur langue. Le séminaire Saint-Basile ouvre en septembre 1923 au centre de Lille, dans l’ancien consulat de Serbie, 59, rue de la Barre, mis à sa disposition par l’Œuvre d’Orient. C’est donc durant l’année scolaire 1923-1924 qu’il faut situer le témoignage cité du père Dumont. Est-ce au même moment qu’il se lie avec le père Omez ou bien lui était-il déjà lié au Saulchoir ? Ces liens sont assez forts pour qu’il l’accompagne en Europe orientale au cours de l’été 1924, voyage dont Dumont rend compte avec précision au provincial Raymond Louis le 26 septembre : assistance au congrès unioniste de Velehrad, dans la toute nouvelle Tchécoslovaquie, puis périple dans l’est de la Pologne, avec l’appui du métropolite ukrainien uni Mgr André Szeptyckyj, qui permet aux voyageurs de toucher du doigt le fossé entre latins et orientaux (« une véritable haine divise actuellement les deux populations et les deux clergés »), voire de visiter le grand monastère orthodoxe de Potchaiev et d’y rencontrer le métropolite Denys (avis très négatif dans un cas comme dans l’autre). Les liens entre Dumont et Omez sont désormais tels qu’ils font problème au Saulchoir, ce qui oblige Omez à admettre « qu’il n’y a pour l’avenir pas même une “présomption” au sujet de l’orientation du père Dumont » : en clair sa venue à Saint-Basile (lettre au père Louis de février 1925). « J’ai entendu dire que vous seriez disposé à nous donner le P. Dumont qui a du goût et des aptitudes pour les choses russes. Ce serait une excellente chose », se félicite pourtant Omez le 28 juin 1926… Titulaire d’un lectorat en théologie depuis le 16 mai, Dumont est bien affecté au séminaire lillois le 2 juillet et en remercie le provincial le 5 juillet.

5Lors de la rentrée universitaire 1926, il s’inscrit d’emblée en deuxième année de russe à l’Université de Lille où il aura comme professeur Antoine Martel, disciple du lazariste Fernand Portal, de 1927 à 1929 ; mais il fait en vain une première demande de passage au rite oriental le 4 mars 1927. Dans le conflit récurrent entre le père Omez et le père Foulon, puis le père Duchaussoy qui a remplacé celui-ci à la rentrée 1926, il prend parti pour son ami et pour une orientalisation seule capable de rendre viable le séminaire. Paul Duchaussoy le décrit comme entièrement « sous la coupe du P. Omez », « qui a une fort mauvaise influence sur lui » (lettres à Louis, 15 février et 1er avril 1927) ; « il est hypnotisé par le P. Omez qui s’occupe trop de lui » (26 mai 1927). « Depuis longtemps, près de quatre ans déjà, confirme Dumont, le RP Omez m’avait fait le confident de ses difficultés, de ses craintes comme de ses espérances au sujet de la maison » (lettre au père Gillet, 19 septembre 1927). Cette longue crise originelle trouve son terme au chapitre provincial de juillet 1927, qui élit le père Martin-Stanislas Gillet à la succession du père Louis : le père Duchaussoy est remplacé par le père Omez ad interim et le père Antoine Hubatzek, religieux né en France mais d’origine tchèque, rejoint l’équipe au terme d’une année d’études russes à Rome.

6Entre 1927 et 1932, le trio de jeunes religieux Omez (né en 1892), Dumont et Hubatzek (nés tous les deux en 1897) donne au séminaire Saint-Basile une stabilité et un rayonnement qui lui permettent de remplir enfin sa mission. Pleinement russifié, il forme cinq prêtres de rite oriental, quatre Russes ou assimilés et le Français Paulin Scolardi. Les jours du séminaire sont néanmoins comptés car le vivier russe catholique est mince et ses vocations peu nombreuses, comme le prouvent année après année des tournées de prospection aux frontières de l’URSS : le père Dumont en effectue deux autres, avec le père Omez en 1928 et avec l’abbé Richter, prêtre formé à Lille, en 1930. Mais surtout parce que s’ouvre à Rome en 1929 un collège russe confié aux jésuites qui dispose de moyens et de protections sans commune mesure avec ceux de Saint-Basile. Pour ne plus compter exclusivement sur les subsides de Rome et de l’Œuvre d’Orient, Omez et les siens conquièrent une forte audience locale par une série de liturgies et de conférences qui séduisent les familles bourgeoises auxquelles ils sont liés : le « cirque oriental », selon l’expression du père Hubatzek (témoignage de novembre 1969), commence ses tournées rémunératrices dans le Nord et en Belgique, avec l’aide d’une chorale mixte.

7Le père Dumont, qui a obtenu la permission de célébrer en rite oriental le 30 juillet 1928, n’est pas en première ligne dans ce travail de sensibilisation qui mobilise le père Omez pour la partie conférences et le père Hubatzek pour la partie liturgies. Il joue en revanche un rôle majeur dans l’autre activité de remplacement imaginée par l’équipe lilloise : la constitution d’un centre de documentation proprement dominicain sur la Russie et sur l’Orient chrétien dont le projet apparaît sous la plume du père Omez le 7 mai 1927, et avec le titre de Centre Istina (la vérité religieuse) deux ans plus tard, pour Pâques 1929. Dumont met la précision et la rigueur héritées de sa formation scientifique au service de la constitution d’une bibliothèque, d’un fichier et de multiples dossiers. Il devient aussi secrétaire du Cercle lillois pour l’union des Églises, fondé le 12 janvier 1928, qui se réunit mensuellement aux Facultés catholiques pendant deux ans : il y retrouve son professeur de russe Antoine Martel. Ses cours aux couvents d’études du Saulchoir (Paris) et de Saint-Alban-Leysse (Lyon) nourrissent les « bulletins d’histoire des doctrines chrétiennes d’Orient après le schisme » de la Revue des Sciences philosophiques et théologiques. Dumont s’aventure même jusqu’aux auteurs contemporains dans un unique mais remarqué Bulletin des théologies chrétiennes non catholiques où il rend compte d’ouvrages non traduits de penseurs comme Florensky, Berdiaev ou Boulgakov (avril 1930, p. 310-331). Un autre versant de son travail concerne la Russie soviétique dans son combat contre la religion, sur laquelle le dépouillement des périodiques d’URSS ou de l’émigration fournit un matériau de première main dont un accord avec le père Bernadot permet une diffusion élargie dans les Documents de la Vie intellectuelle (trois dossiers sur la lutte antireligieuse au pays des soviets, en mars 1930, signé C. D., en octobre 1930 et en janvier 1931, signés C. Dumont).

8Un grave incident infléchit ensuite le parcours du père Dumont. Intrigué par ce qui se construit en Russie soviétique et lassé de piétiner à ses portes, le père Omez y effectue en novembre 1931 un voyage pour lequel il ne décline pas son identité religieuse. D’après ses proches, il en revient, sinon séduit, du moins partagé sur ce qu’on lui a permis de voir. Convoqué à Rome en décembre 1931, il est reçu en janvier 1932 par Pie XI qui lui aurait interdit d’écrire quoi que ce soit sur son voyage. Omez comprend qu’il a le droit d’en parler… Aussi multiplie-t-il les causeries privées, dans le Nord, à Dijon ou en Belgique, qui font scandale dans les milieux catholiques. La Commission romaine « pro Russia », qui a maintenu Omez dans son statut précaire de supérieur par intérim car elle n’apprécie guère Saint-Basile, en profite pour le démettre de ses fonctions et l’écarter de la maison fin juin 1932. « Pour ce qui est des causeries, faites à la suite de ce voyage, il n’a jamais rien fait, ni rien dit que je n’aie pleinement et très librement approuvé », écrit le 14 juillet au provincial un Dumont pleinement solidaire de son ami, qui estime que le séminaire n’a plus de raison d’être. Celui-ci est bien fermé par décision de la Commission « pro Russia » fin novembre 1932, mais le père Dumont n’en est pas quitte pour autant : alors qu’il souhaite être assigné ailleurs, la Commission donne le 20 mars 1933 un nouveau statut à la maison Saint-Basile : elle doit devenir sous sa direction, par mandat de l’autorité romaine déléguée à l’évêque de Lille, le cardinal Liénart, un foyer pour les Russes de la région. Le père Dumont est alors déchiré entre son amitié pour Omez, qui le presse de refuser, et son devoir d’obéissance religieuse. Son acceptation de la solution imposée lui vaut une douloureuse rupture avec Omez qui s’estime trahi. Cette blessure originelle ne se refermera jamais, comme le prouve la notice que Dumont consacre à son ami dans l’encyclopédie Catholicisme, cinquante ans plus tard, en forme de réhabilitation : « évincé sans juste motif », ce religieux « prodigieusement doué » aurait « contribué par sa parole au renouveau qui trouvera son couronnement au concile Vatican II » (fascicule 44, colonne 83). Jusqu’à sa mort, Dumont restera convaincu qu’Omez fut la dernière victime de leur compatriote Michel Bourguignon d’Herbigny, tout puissant à la Commission « pro Russia » jusqu’à sa mise à l’écart en octobre 1933. Le père Dumont n’était déjà pas bavard, par tempérament. Cette crise fondatrice achève de le convaincre que les entreprises risquées ont besoin du silence, voire du secret, pour éviter les écueils qui ne manquent pas d’encombrer leur route. Il s’y astreindra le reste de sa vie, ce qui explique la maigreur de l’historiographie sur le Centre Istina et le manque de renseignements biographiques sur son directeur.

ArchimandriteArchimandrite

Archimandrite

Dessiné au fusain par Lucien Jonas au couvent du Saint-Sacrement pendant la Seconde Guerre mondiale, Christophe Dumont pose en archimandrite, un titre qui lui a été accordé en 1938.

Archives dominicaines de la Province de France/Tangi Cavalin, Nathalie Viet-Depaule (dir.), Dictionnaire biographique des frères prêcheurs en ligne.

9Pendant trente-cinq ans, entre 1932 et 1967, l’existence du père Dumont s’identifie tellement à celle d’Istina qu’il est bien difficile de les distinguer. Afin d’éviter les redites, on se contentera ici de signaler les rares événements marquants d’une vie sans aspérités et de renvoyer pour le reste à la notice consacrée à Istina dans le présent dictionnaire. De 1933 à 1936, le père Dumont et le père Hubatzek s’efforcent vainement de donner vie au foyer russe lillois, dont la fréquentation est trop modeste pour justifier son maintien. Année après année, les rapports de Dumont aux autorités de tutelle, dominicaines et romaines, plaident pour un transfert à Paris, où le vivier des catholiques russes est moins pauvre. Il obtient satisfaction en août 1936, date à laquelle lui est confiée la paroisse russe catholique de la rue François-Gérard, dans XVIe arrondissement. Cette activité paroissiale prend un certain essor, avec notamment un bulletin, Bessedy (Entretiens), dont la diffusion dépasse les limites d’une communauté qui vaut à Dumont le titre d’archimandrite au printemps 1938. Mais le Centre Istina connaît un développement bien supérieur du fait de la venue à Lille, en septembre 1934, de l’historienne et philosophe Julie Danzas, tertiaire dominicaine, qui vient d’être rachetée par son frère aux autorités soviétiques après avoir passé huit ans au goulag. Grâce à elle, prend corps une intense activité d’information sur la Russie nouvelle dans les publications des Éditions du Cerf (hebdomadaire Sept, revues La Vie spirituelle et La Vie intellectuelle notamment par des articles sur la réforme de l’enseignement en URSS (La Vie intellectuelle, 25 novembre 1932, 10 mars 1933 et 10 février 1934). Difficile pourtant de déterminer ce qui lui revient en propre dans une production parfois signée de façon anonyme « Istina » et dans laquelle Julie Danzas compte pour beaucoup. Il en assume toutefois la responsabilité vis-à-vis des autorités de tutelle.

10L’Ordre manifeste son intérêt pour l’entreprise en procurant à Istina de jeunes religieux qui n’y restent pas, découragés par l’apprentissage du russe ou par l’impossibilité de s’intégrer à une équipe que Dumont gère d’une manière très personnelle avec l’aide de sa secrétaire Simone Dandois (rapport Congar du 23 mai 1939). Après des années de suspicion, Istina bénéficie pourtant de la pleine confiance de Rome en la personne du cardinal Eugène Tisserant, secrétaire de la Congrégation pour l’Église orientale à partir de 1936. De tempéraments voisins, Dumont et lui sont faits pour s’entendre. Le cardinal apprécie la sûreté des informations sur la Russie fournies par le dominicain et ne lui ménage pas son soutien. En 1937 et en 1946, Dumont participe de façon active aux rencontres romaines des prêtres catholiques russes.

11Malgré sa proximité avec son cadet Congar, dont il est l’un des censeurs pour Chrétiens désunis, puis pour Vraie et fausse réforme dans l’Église, le père Dumont n’est guère tenté par l’œcuménisme : réservé sur la « méthode irénique » du moine d’Amay Clément Lialine, il est très critique envers l’irénisme de l’abbé Paul Couturier, dont il refuse la publication du texte fondateur sur la prière pour l’unité dans La Vie intellectuelle : le prêtre lyonnais ne lui apparaît pas assez sûr théologiquement (lettre du 8 octobre 1935 justifiant le refus). Dumont demeure un unioniste, voué au développement d’une communauté catholique russe de rite oriental, et convertisseur de Russes à l’occasion. Son unionisme s’accompagne d’un antisoviétisme et d’une attention soutenue aux efforts de lutte conjointe contre le danger communiste : il participe par trois fois, entre 1934 et 1937, aux travaux genevois de la Commission internationale « Pro Deo », officine de combat contre le mouvement des Sans-Dieu militants, animée par le protestant Jacques Le Fort, par le prêtre catholique Henri Carlier et par l’émigré orthodoxe Georges Lodygensky. Sans vrai contact avec les milieux parisiens de l’émigration, il n’en continue pas moins de saisir toutes les occasions de nourrir sa connaissance de l’orthodoxie. Au cours de l’été 1935, il séjourne dans le monastère russe de Valamo, en Carélie alors finlandaise, et dans un monastère estonien proche de la frontière soviétique au cours de l’été 1939 (témoignage du 23 septembre 1967). Surtout, il assiste en décembre 1936 au grand congrès de théologie orthodoxe d’Athènes, dont il rend compte dans Russie et Chrétienté (« En marge du premier congrès de théologie orthodoxe », janvier-mars 1937, p. 54-77).

12L'éclatement de la Seconde Guerre mondiale oblige à réduire sensiblement la voilure d’Istina. Julie Danzas quitte Paris à l’été 1939 pour des raisons qui ne sont pas claires ; elle s’installe à Rome où elle mourra en 1942. Malgré ses quarante-deux ans, Dumont reçoit son ordre de route le 16 février 1940 et n’évite la mobilisation qu’après entretien avec le démocrate-chrétien Auguste Champetier de Ribes, sous-secrétaire d’État aux Affaires étrangères du gouvernement Daladier, qui le fait placer en affectation spéciale… à la tête de sa paroisse (note du 17 février). Le père Hubatzek n’a pas cette chance : mobilisé, puis prisonnier de guerre, il ne revient pas à Istina après sa libération en 1941. Le cardinal Tisserant envoie à Dumont un prêtre russe, Alexandre Koulik, pour le seconder rue François-Gérard, où il bénéficie en outre de la proximité, rue Raynouard, de l’internat jésuite Saint-Georges, réfugié de Namur. Il est néanmoins dans l’impossibilité de poursuivre les publications d’Istina, qui disparaissent toutes. C’est alors, dans la torpeur de l’Occupation, dont on mesure une fois de plus l’importance pour les germinations décisives du catholicisme français, que l’unionisme du père Dumont se mue discrètement en œcuménisme. Nombre de réfugiés russes quittant Paris pour un nouvel exode, il doit admettre que ses activités paroissiales sont dépourvues d’avenir. Ceci au moment où, de trois manières différentes, une activité proprement œcuménique s’ouvre à lui. Mgr Beaussart, évêque auxiliaire de Paris chargé des étrangers, lui confie l’organisation de l’octave de prières pour l’unité du mois de janvier. Assez éloignées des conceptions de l’abbé Couturier, les modestes cérémonies que Dumont met sur pied l’obligent cependant à envisager le problème de la division des chrétiens dans son ensemble, et pas seulement du point de vue oriental. Sur sollicitation d’une enseignante, Henriette Ferrary, il accepte en 1942 la responsabilité d’un cercle d’études qui s’ouvre à quelques protestants, ce qui est une découverte pour lui. Ses causeries sur les Béatitudes sont consignées dans un modeste feuillet de quatre pages, déjà intitulé Vers l’Unité chrétienne, dont on connaît trois livraisons. La part prise à la défaite de l’Allemagne nazie par l’Union soviétique et la résurrection consécutive du patriarcat de Moscou renforcent le prestige de l’orthodoxie et incitent Mgr Beaussart et le père Dumont à nouer des relations avec plusieurs dignitaires parisiens de l’émigration. Selon le professeur Léon Zander, disciple du grand théologien Serge Boulgakov, elles ne pourront porter leur fruit tant que le père Dumont dirigera « une œuvre que nous considérons comme une œuvre de prosélytisme ».

13Dès son rapport au chapitre provincial du 22 juillet 1943, le dominicain suggère une séparation entre le Centre Istina et la mission catholique russe, « en prévision du jour où il paraîtrait souhaitable de nous faire décharger du soin de la mission pour nous consacrer plus entièrement au développement du Centre d’études ». Dumont n’attend pas une telle décision pour s’engager sur le terrain œcuménique : avec l’accord du père Congar, il soumet en décembre 1946 à Mgr Montini, proche collaborateur de Pie XII, une « Note sur le mouvement catholique en faveur de l’Unité chrétienne » qui témoigne de son passage de l’unionisme à l’œcuménisme. « La question du rapprochement et de l’union avec les Églises dissidentes d’Orient s’insère dans une perspective plus vaste dont il est impossible de l’isoler ou de l’abstraire sans risque d’en prendre une intelligence incomplète et, en conséquence, de donner à l’effort apostolique lui-même une orientation défectueuse et sans efficacité », écrit-il au prélat dans la lettre d’accompagnement du 18 décembre. Au printemps 1947, il convainc la Congrégation orientale de le décharger de la rue François-Gérard et d’acquérir pour Istina une grande maison bourgeoise, 25, boulevard d’Auteuil à Boulogne-sur-Seine.

14Dans un tel cadre et sans renfort stable de personnel dominicain jusqu’à l’arrivée du père Marie-Joseph Le Guillou en 1952, mais avec le soutien décisif du père Congar, le Centre Istina devient sous sa direction un foyer œcuménique de première grandeur qui rayonne bien au-delà de Paris et même de la France. Le père Dumont y conduit de façon prudente et ferme une entreprise de diffusion œcuménique sans équivalent à Paris jusque-là : il lance en 1948 les premiers dimanches d’Istina au cours desquels une conférence sur l’actualité œcuménique suit la messe où il assure la prédication. Le recueil de ses homélies fournit la matière de l’unique livre qu’il ait signé, Les voies de l’Unité chrétienne. Doctrine et spiritualité, que son ami Congar publie au Cerf dans sa collection « Unam Sanctam » en 1954. Les causeries fournissent la matière du bulletin Vers l’Unité chrétienne, né lui aussi en 1948. Si la revue Russie et Chrétienté, reparue en 1946, ne parvient pas à trouver son public et disparaît en 1950, elle est remplacée en 1954 par Istina dont les sommaires manifestent l’évolution du Centre : après « Russie et Chrétienté » ou « Chrétientés orientales » viennent des rubriques « Orient et Occident » et « Problèmes de l’œcuménisme ».

Les fêtes de Sain...Les fêtes de Saint-Paul en 1951

Les fêtes de Saint-Paul en 1951

Christophe Dumont à bord du bateau avec (à sa droite) dom Pierre Dumont, bénédictin du monastère de Chevetogne en Belgique, et Édouard Beauduin (à sa gauche), du diocèse de Liège, qui les amène en Grèce pour participer aux fêtes de Saint-Paul (16-29 juin 1951).

Archives dominicaines de la Province de France/Tangi Cavalin, Nathalie Viet-Depaule (dir.), Dictionnaire biographique des frères prêcheurs en ligne.

15Ce travail d’information et de formation à destination des milieux catholiques n’est toutefois que l’aspect visible de l’activité du père Dumont. Il tisse au même moment un réseau de relations interconfessionnelles dont sa discrétion protège soigneusement l’existence : cercles parisiens avec des luthériens ou avec les Russes du patriarcat de Moscou et de l’exarchat de Constantinople, mais aussi rencontres plus ambitieuses avec des théologiens anglicans (1950) et surtout avec les équipes dirigeantes du Conseil œcuménique des Églises (1949 et 1951) qui justifient l’assistance de Dumont, comme journaliste, à la conférence Foi et Constitution de Lund en 1952 et à la seconde Assemblée du Conseil œcuménique à Evanston en 1954. Ensuite le relais des rapports avec Genève est pris par la Conférence catholique pour les questions oecuméniques, née d’une initiative hollandaise en 1952, mais dans laquelle Dumont tient une place importante aux côtés de l’abbé Jan Willebrands. Alors que la guerre froide bouche le chemin de Moscou, le dominicain explore celui d’Athènes et surtout de Constantinople lors de voyages pour la commémoration de la venue de saint Paul en Grèce (1951), pour la semaine de l’unité 1953 ou pour un congrès d’intellectuels à Athènes en 1956. Ses rencontres de 1953 et de 1956 avec le patriarche Athénagoras ont contribué au rapprochement ultérieur entre Rome et Constantinople. Jamais le rôle œcuménique du père Dumont n’a été aussi important que durant la décennie 1948-1958. Il réussit alors l’exploit d’obtenir la confiance de quelques-uns des principaux acteurs du Mouvement œcuménique, à Genève notamment, et celle des autorités vaticanes, alors que l’œcuménisme demeure suspect dans bien des cercles romains. « Sans chercher la notoriété du grand public, le père Dumont a eu la confiance de tous les milieux avec lesquels il était appelé à travailler », confirme le père Congar. « Il a travaillé au centre de l’écheveau de relations dont s’est tissé jour après jour, par les mauvaises et les bonnes saisons, la toile de l’œcuménisme catholique » (Chrétiens en dialogue, 1964).

En Grèce, avec de...En Grèce, avec des éclaireurs lors des fêtes de Saint-Paul en juin 1951

En Grèce, avec des éclaireurs lors des fêtes de Saint-Paul en juin 1951

Archives dominicaines de la Province de France/Tangi Cavalin, Nathalie Viet-Depaule (dir.), Dictionnaire biographique des frères prêcheurs en ligne.

16C’est cette confiance que vient entamer « l’incident de Rhodes » (Schelkens). Depuis longtemps, le père Dumont médite une rencontre entre théologiens catholiques et théologiens grecs orthodoxes, du type de celles qu’il a organisées au Saulchoir avec des théologiens russes de l’émigration, sur le « Filioque » du Credo en 1950 et sur la primauté de Pierre en 1953. Pour la première fois de son histoire, le Conseil œcuménique des Églises réunit son Comité central en terre orthodoxe, à Rhodes en août 1959. Le père Dumont et Mgr Willebrands y assistent comme observateurs. Les interlocuteurs grecs de Dumont profitent de l’occasion pour les convier à un dîner. Alors que les invités catholiques s’attendaient à une réunion de travail en petit comité, ils voient arriver une bonne partie de la délégation orthodoxe à Rhodes ; et la presse annonce l’ouverture de pourparlers d’union entre catholicisme et orthodoxie. Furieux, les responsables du Conseil œcuménique accusent Dumont et Willebrands de jouer double jeu et d’utiliser leur présence pour se livrer à un travail fractionnel à caractère unioniste : entente Rome-Constantinople sur le dos de Genève. Et ce au moment où Genève négocie l’entrée du patriarcat de Moscou et des Églises qui dépendent de lui au Conseil œcuménique. Dumont et Willebrands ont beau prouver qu’ils ne sont pour rien dans cette péripétie, ils peinent à démontrer leur bonne foi. Les pourparlers d’union sont rapidement démentis et l’affaire fait long feu. Mais le père Dumont ne parvient pas à recouvrer complètement la confiance de Genève. Il fera néanmoins partie de la délégation catholique aux troisième et quatrième assemblées du Conseil œcuménique (New Delhi, 1961 et Uppsala, 1968). Mais l’affaire de Rhodes a sur lui les mêmes effets néfastes que la crise de 1932 : elle le blesse durablement et accentue son caractère renfermé.

17La crainte sur un regain d’unionisme de sa part n’est d’ailleurs pas dénuée de tout fondement. Son passage tardif à l’œcuménisme repose sur une conviction qui doit en effet beaucoup à ses origines unionistes. La Réforme protestante qui a déchiré la chrétienté latine n’a été possible, d’après lui, que du fait de l’affaiblissement de cette dernière par le schisme entre Orient et Occident. Les divisions apparues au XVIe siècle ne sont, dans cette perspective, que des conséquences lointaines de la fracture originelle. C’est donc elle qu’il faut tenter de réduire en premier, ce que facilitent de nombreux points communs sauvegardés en dépit du schisme, alors que la Réforme a introduit des divergences autrement redoutables. Pour Dumont, la question de l’unité se pose donc en des termes passablement différents selon qu’il s’agit des Églises d’Orient ou des communautés protestantes nées au XVIe siècle : il n’existe certes qu’un seul œcuménisme, mais il ne peut traiter de la même manière des Églises qui ont presque tout en commun avec Rome et d’autres pour lesquelles les différences l’emportent sur les similitudes. Le tropisme oriental de l’œcuménisme du père Dumont est ce qui demeure en lui de son long passé unioniste.

18Il ne tarde d’ailleurs pas à se manifester quand le climat œcuménique s’améliore brusquement, du côté de Rome, avec l’avènement du pape Jean XXIII. Le père Dumont est certes l’un des rédacteurs de la note de la Conférence catholique pour les questions œcuméniques « sur l’aménagement des relations entre l’Église catholique et les Églises séparées en vue de la restauration de l’unité ». Datée de juin 1959, elle exprime les vœux des œcuménistes pour le concile annoncé quelques mois auparavant. Mais dès qu’il apprend la naissance à Rome d’un organisme chargé des relations interconfessionnelles, le père Dumont suggère au cardinal Bea, nommé pour le piloter, de créer non pas une, mais deux structures différentes, l’une pour les rapports avec l’orthodoxie, l’autre pour les rapports avec le Conseil œcuménique et le monde anglo-protestant. Son argumentaire n’a pas varié : les problèmes se posent de façon bien distincte dans les deux cas. Dumont n’obtient pas satisfaction : le Secrétariat romain pour l’unité des chrétiens, créé en juin 1960, est chargé de l’ensemble du problème, même si l’une de ses sections est dédiée aux chrétiens d’Orient, dont Dumont devient l’un des principaux consulteurs. Pourtant son rôle charnière de la décennie précédente s’achève avec l’officialisation romaine du travail œcuménique : c’est désormais le tandem Bea-Willebrands qui tient la barre à la tête du Secrétariat romain.

Expert au concile...Expert au concile Vatican II

Expert au concile Vatican II

À la veille du concile, Christophe Dumont, salle des Congrégations au Vatican, le 8 mars 1962, avec des membres du secrétariat pour l’Unité.

Archives dominicaines de la Province de France/Tangi Cavalin, Nathalie Viet-Depaule (dir.), Dictionnaire biographique des frères prêcheurs en ligne.

19Le père Dumont est cependant nommé expert officiel à Vatican II, auquel son apport propre mériterait d’être mieux connu. Il échoue à faire travailler ensemble la Commission pour les Églises orientales et le Secrétariat pour l’unité des chrétiens. Aussi critique-t-il de manière vive le schéma sur les Églises unies à Rome, porté par la première, d’une tonalité unioniste mal accordée à l’atmosphère œcuménique dans laquelle baigne le concile (présentation du décret sur les Églises orientales dans l’édition du Centurion, 1965). Il est en revanche parmi les principaux inspirateurs des paragraphes 14 à 18 du décret sur l’œcuménisme, qui concernent les Orientaux séparés de Rome. Et il a la joie de participer de près aux grands événements qui marquent une réconciliation avec l’Orient, la levée des anathèmes entre Rome et Constantinople notamment, le 7 décembre 1965 (Destivelle, 2017). Fidèle à ses convictions profondes, il regrette toutefois que le succès de l’œcuménisme en milieu catholique délaisse trop l’Orient au profit du monde anglo-protestant. Expert reconnu, il est nommé en 1966 consulteur de la commission de révision du droit canon.

Christophe Dumont...Christophe Dumont reçu par le pape Paul VI, le 24 janvier 1972

Christophe Dumont reçu par le pape Paul VI, le 24 janvier 1972

Archives dominicaines de la Province de France/Tangi Cavalin, Nathalie Viet-Depaule (dir.), Dictionnaire biographique des frères prêcheurs en ligne.

20En décembre 1965, la maison qui conserve le nom de Saint-Basile est devenue une filiale du couvent parisien Saint-Jacques. Le Centre Istina quitte donc Boulogne pour s’installer dans ses nouveaux locaux de la rue de la Glacière, mais sans le père Dumont. Son long mandat à la tête Istina s’achève avec son remplacement par le père Bernard-Dominique Dupuy. Dumont est assigné en décembre 1967 au couvent romain de Sainte-Sabine, qui abrite la Curie généralice de l’Ordre. Il devient alors conseiller pour l’œcuménisme de la secrétairerie d’État du Saint-Siège, ce qui le fait complètement changer de statut. Il s’efforçait depuis 1946 de plaider à Rome la cause de l’œcuménisme ; il doit désormais produire un avis qualifié sur les multiples initiatives de rapprochement dont est saisi le Saint-Siège, y compris sur le travail du Secrétariat pour l’unité dont il reste consulteur. On ne pourra vraiment apprécier son rôle dans cette nouvelle fonction qu’après l’ouverture des archives vaticanes pour le pontificat de Paul VI. Mais sa prudence légendaire et ses réserves sur les remous de l’après-concile portent à parier qu’il a freiné le mouvement plutôt que de l’encourager. Tel est le cas pour le seul épisode vraiment documenté : celui d’une éventuelle adhésion de l’Église catholique au Conseil œcuménique pour laquelle il donne un avis négatif en 1970 (Grootaers). La dernière saison de sa longue carrière se termine en 1979, date à laquelle il revient en France avec assignation au couvent parisien de l’Annonciation, rue du faubourg Saint-Honoré. Il a alors quatre-vingts ans et juge le moment venu d’écrire ses Mémoires, du moins ce qu’il considère comme telles. En fait, il s’agit plus d’un recueil de textes publiés antérieurement et de textes rédigés ad usum privatum au cours de sa longue existence. Même retraité, le père Dumont évite de se livrer trop personnellement. Il n’a pas vraiment le temps de donner à son manuscrit une forme définitive avant que le vieillissement ne le rattrape. Installé dans la résidence Sertillanges, rue des Tanneries (XIIIarr.), qui accueille des religieux âgés ou malades, il meurt à Paris le 11 février 1991 dans sa quatre-vingt-quatorzième année.

Haut de page

Sources

Archives dominicaines de la Province de France. — Archives du Centre d’études Istina. — Témoignage du père Dumont recueilli par Étienne Fouilloux (23 septembre 1967 et 15 juillet 1970). « L’Église romaine et le Mouvement œcuménique. Souvenirs d’un pionnier, 1926-1967 », Archives de la Province dominicaine de France, 317 p. (fin de rédaction datée du 11 octobre 1981). — Étienne Fouilloux, Les catholiques et l’unité chrétienne du XIXe au XXe siècle. Itinéraires européens d’expression française, Paris, Le Centurion, 1982. — Ciro Bova, Christophe-Jean Dumont : una vita per l’ecumenismo, Bari, Ecumenica editrice, 1998. — Jan Grootaers, Rome et Genève à la croisée des chemins (1968-1972). Un ordre du jour inachevé, Genève/Paris, Conseil œcuménique des Églises/Les Éditions du Cerf, 2005. — Karim Schelkens, « L’“affaire de Rhodes” au jour le jour. La correspondance inédite entre J.G.M. Willebrands et C.-J. Dumont », Istina, 54/3, juillet-septembre 2009, p. 253-277. — Hyacinthe Destivelle, « Souvenirs d’un pionnier. Les Mémoires inédits du Père Christophe-Jean Dumont », Istina, 54/3, juillet-septembre 2009, p. 279-297. — Laura Pettinaroli, La politique russe du Saint-Siège (1905-1939), Rome, École française de Rome, 2015. — Hyacinthe Destivelle, « La signification ecclésiologique de la levée des anathèmes de 1054. Pour une théologie du dialogue de la charité », Cristianesimo nella storia, 38, 2017/1, p. 53-84.

Haut de page

Œuvre

Nombreux articles publiés notamment dans : Vers l’unité chrétienne ; Russie et Chrétienté et Istina.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Au collège, en terminale
Crédits Archives dominicaines de la Province de France/Tangi Cavalin, Nathalie Viet-Depaule (dir.), Dictionnaire biographique des frères prêcheurs en ligne.
URL http://journals.openedition.org/dominicains/docannexe/image/1228/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1,9M
Titre Archimandrite
Légende Dessiné au fusain par Lucien Jonas au couvent du Saint-Sacrement pendant la Seconde Guerre mondiale, Christophe Dumont pose en archimandrite, un titre qui lui a été accordé en 1938.
Crédits Archives dominicaines de la Province de France/Tangi Cavalin, Nathalie Viet-Depaule (dir.), Dictionnaire biographique des frères prêcheurs en ligne.
URL http://journals.openedition.org/dominicains/docannexe/image/1228/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 3,2M
Titre Les fêtes de Saint-Paul en 1951
Légende Christophe Dumont à bord du bateau avec (à sa droite) dom Pierre Dumont, bénédictin du monastère de Chevetogne en Belgique, et Édouard Beauduin (à sa gauche), du diocèse de Liège, qui les amène en Grèce pour participer aux fêtes de Saint-Paul (16-29 juin 1951).
Crédits Archives dominicaines de la Province de France/Tangi Cavalin, Nathalie Viet-Depaule (dir.), Dictionnaire biographique des frères prêcheurs en ligne.
URL http://journals.openedition.org/dominicains/docannexe/image/1228/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 440k
Titre En Grèce, avec des éclaireurs lors des fêtes de Saint-Paul en juin 1951
Crédits Archives dominicaines de la Province de France/Tangi Cavalin, Nathalie Viet-Depaule (dir.), Dictionnaire biographique des frères prêcheurs en ligne.
URL http://journals.openedition.org/dominicains/docannexe/image/1228/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 352k
Titre Expert au concile Vatican II
Légende À la veille du concile, Christophe Dumont, salle des Congrégations au Vatican, le 8 mars 1962, avec des membres du secrétariat pour l’Unité.
Crédits Archives dominicaines de la Province de France/Tangi Cavalin, Nathalie Viet-Depaule (dir.), Dictionnaire biographique des frères prêcheurs en ligne.
URL http://journals.openedition.org/dominicains/docannexe/image/1228/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 1,6M
Titre Christophe Dumont reçu par le pape Paul VI, le 24 janvier 1972
Crédits Archives dominicaines de la Province de France/Tangi Cavalin, Nathalie Viet-Depaule (dir.), Dictionnaire biographique des frères prêcheurs en ligne.
URL http://journals.openedition.org/dominicains/docannexe/image/1228/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 1,9M
Haut de page

Pour citer cette notice

Référence électronique

Étienne Fouilloux, « DUMONT Christophe », Dictionnaire biographique des frères prêcheurs [En ligne], Notices biographiques, D, mis en ligne le 11 janvier 2018, consulté le 17 février 2018. URL : http://journals.openedition.org/dominicains/1228

Haut de page

Auteur

Étienne Fouilloux

Notices du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© CEMS / IMM-EHESS

Haut de page
  • Logo EHESS
  • Logo Bibliothèque du Saulchoir
  • Logo Ordre des Prêcheurs
  • OpenEdition Journals