Navigation – Plan du site

DONDAINE Antoine

DONDAINE Charles Marie Antoine à l’état civil ; DONDAINE Antoine en religion
Tangi Cavalin

Résumé

Né le 19 septembre 1898 à Sennevoy-le-Bas (Yonne), mort le 2 décembre 1987 à Paris (XIVe arr.).
Historien des hérésies médiévales, président de la section romaine de la Commission léonine (1952-1974), président général de la Commission léonine (1952-1964), maître en théologie (17 octobre 1964).

Haut de page

Historique

Notice validée le 22/04/2015 et mise en ligne le 25/04/2015.

Texte intégral

• Vestition pour la Province de France : 22 septembre 1926 à Amiens
• Profession simple : 23 septembre 1927 à Amiens
• Ordination sacerdotale : 29 juillet 1931 au Saulchoir de Kain
• Profession solennelle : 23 septembre 1931 au Saulchoir de Kain

1Antoine Dondaine naît en 1898 dans une famille de cultivateurs de Sennevoy-le-Bas, un village du département de l’Yonne situé en lisière des « terres de mission » révélées en 1947 par la carte de la pratique religieuse dans la France rurale du chanoine Boulard. Il est le cinquième enfant d’une fratrie de onze et, comme ses frères et sœurs, est élevé dans un contexte familial où la religion catholique occupe une place centrale : tandis que son père, Félix-Achille Dondaine, fondateur d’une mutuelle agricole, s’efforce de promouvoir un ordre social chrétien contre le socialisme et la franc-maçonnerie par ses engagements dans l’Action catholique, sa mère, Aurélie née Montenot, est tertiaire franciscaine. Au moment de la béatification de Pie X, en 1951, Antoine se souviendra de la vénération inconditionnelle de son père pour ce pape qu’il lui avait été donné de voir lors d’un voyage à Rome et, à la fin de sa vie, il qualifiera la foi transmise par ses parents de « pure et inébranlable ». Parmi les enfants de ce foyer militant, cinq serviront l’Église, comme prêtres du diocèse de Sens ou comme religieux (une des filles entrera dans la congrégation des dominicaines d’Étrépagny et partira comme missionnaire à Trinidad). Un autre fils sera empêché d’entrer au grand séminaire par l’envoi à la guerre en 1914 et la mort sur le champ de bataille, en juin 1916.

2Pour sa part, Antoine Dondaine ne semble pas destiné à devenir prêtre : dès la fin de l’école primaire, il commence à travailler dans l’exploitation familiale. Mobilisé en mai 1917, il est affecté au poste de fourrier puis de mitrailleur et termine la guerre avec le grade de sergent et une Croix de guerre obtenue pour son sang-froid sous le feu ennemi lors des offensives de septembre 1918. L’épreuve de la guerre et la mort de son frère infléchissent la manière dont il entend vivre sa vie de chrétien : à son retour en Bourgogne, il opte pour la vie religieuse ce qui, dans l’immédiat, implique de mener à bien ses études secondaires. En septembre 1926, il entre au noviciat des dominicains de la Province de France, à Amiens, un an avant son frère aîné François : celui-ci, ordonné prêtre pour le diocèse de Sens en 1919, entame dès 1922 des démarches en vue d’une admission chez les frères prêcheurs et persuade Antoine que sa vocation religieuse s’y épanouira. De 1927 à la fin de ses études que couronne le titre de lecteur obtenu le 15 juin 1933, Antoine Dondaine reçoit sa formation religieuse au Saulchoir de Kain en Belgique.

Antoine Dondaine,...Antoine Dondaine, novice dominicain, 1927

Antoine Dondaine, novice dominicain, 1927

Archives dominicaines de la Province de France/Tangi Cavalin, Nathalie Viet-Depaule (dir.), Dictionnaire biographique des frères prêcheurs en ligne.

3À l’école de Pierre Mandonnet, il acquiert le goût des doctrines médiévales étudiées au moyen de la méthode historico-critique et, à la fin de son cursus, il reste aux côtés de son maître dans le cadre de l’Institut d’études médiévales du Saulchoir. La tâche lui incombe bientôt, en même temps qu’il s’investit dans l’étude des manuscrits latins médiévaux d’Aristote, de collaborer à l’édition critique des œuvres latines de Maître Eckhart : voyageant de la Belgique à la Tchécoslovaquie en passant par l’Allemagne et l’Italie afin de consulter et de photographier les manuscrits du mystique rhénan, il fait alors ses premières armes d’historien et retient l’attention du père Gabriel Théry, responsable de cette entreprise éditoriale. Fondateur en 1930 de l’Institut historique dominicain, ce dernier apprécie les qualités de chercheur d’Antoine Dondaine et, le 22 juillet 1936, le fait assigner par le père Martin Gillet, maître général de l’Ordre, au couvent romain de Sainte-Sabine où est domicilié cet organisme. Le départ du Saulchoir d’une recrue aux compétences déjà reconnues est considéré comme un coup dur par les membres de l’Institut d’études médiévales, au premier rang desquels Marie-Dominique Chenu. Ils essayent, mais en vain, de rapporter la décision du maître général qui éloigne Antoine Dondaine de ses recherches sur Aristote et Maître Eckhart.

4À Rome, aux côtés d’autres dominicains, de nationalité française comme Henri-Dominique Simonin et Raymond Loenertz, ou belge comme Gilles Meersseman et Marcolin Denijs ou encore canadienne comme Antonin Papillon, il s’attelle à la collecte de manuscrits permettant d’approfondir la connaissance de l’histoire de l’Ordre des frères prêcheurs et de son fondateur. Les uns et les autres à l’Institut historique partagent la conviction, qui n’est pas un lieu commun dans le catholicisme à l’époque, que l’histoire ecclésiastique doit se construire à l’aide d’une méthode critique et d’un accès direct aux sources dont il importe de mesurer tant l’authenticité que la crédibilité. Les recherches érudites du médiéviste Antoine Dondaine ne doivent donc pas être déconnectées de préoccupations liées à des enjeux qui lui sont contemporains au premier rang desquels les effets de la crise moderniste à laquelle il fait des allusions dans ses publications savantes.

5L’entrée dans la vie savante ne le détourne en rien de la vie religieuse. Les premiers voyages en Italie, dès 1933, le comblent tant par la découverte des richesses archivistiques que par celle des lieux où sont vénérés ceux qui ont compté dans sa vocation : ainsi partage-t-il dans ses lettres à son frère Hyacinthe Dondaine l’émotion qui est la sienne lorsqu’il lui est donné de se recueillir dans la cellule de saint Thomas d’Aquin, au couvent de Naples, ou de découvrir, à Rome, les lieux dominicains ou d’autres qui lui sont chers, comme Sainte-Marie-des-Monts, l’église de saint Benoît Lâbre à qui il doit « ses premiers désirs de vie religieuse ». L’année suivante, en 1934, à la suite de sa retraite annuelle, il confie à ses parents le fruit de sa méditation : « Je comprends de plus en plus la forme de la spiritualité dominicaine : la contemplation de Dieu et de son Christ à travers les vérités de la foi et non pas la contemplation de notre moi-même pour en extirper tout ce qu’il y a de mauvais car c’est trop désespérant de toujours retrouver un terrain aussi pauvre et pourri. La politique de l’examen particulier est très desséchante et risque d’atrophier la vie spirituelle. Tandis qu’un regard simple sur le credo avec une adhésion volontaire très forte et très pure nous unit à Dieu et à son Christ aussi certainement que nous serons au ciel, encore que ce soit uniquement dans la vie de la foi ».

6Dès les premières années de rattachement à l’Institut historique de Sainte-Sabine, son patient travail d’investigation dans les fonds documentaires italiens lui vaut de bénéficier d’une fortune d’archive. Au cours d’une visite à la Bibliothèque nationale de Florence, en compagnie de son confrère Gilles Meersseman, il fait la découverte d’un écrit cathare du xiiisiècle ayant échappé à la destruction, ce que nombre de spécialistes de la question estimaient jusque-là à la fois éminemment souhaitable et hautement improbable. Pressentant l’intérêt exceptionnel de ce document, il obtient son transfert à Rome afin de l’étudier et d’en préparer l’édition critique. Selon l’historien Yves Dossat, la publication en 1939, sous le patronage de l’Institut historique dominicain, de ce Livre des deux principes (Liber de duobus principiis) ouvre « une nouvelle période dans l’histoire du catharisme. Pour la première fois, la voix de l’hérésie se faisait entendre ». Sur le moment, cette découverte attire sur Antoine Dondaine l’attention du monde savant. La connaissance des hérésies ainsi que sa répression par l’Inquisition mobilisent l’essentiel de ses forces durant une quinzaine d’années et ouvrent des perspectives qu’examineront les historiens des générations suivantes (Arno Borst, Christine Thouzellier, Yves Dossat, Franjo Šanjek, Jean Duvernoy, Annie Cazenave…). Ses recherches, menées par voie de correspondance ou en se déplaçant, en France et en Espagne en particulier, lui ont permis d’exhumer des bibliothèques européennes de nombreux manuscrits tombés dans l’oubli. Afin de mieux les étudier, il les retranscrit intégralement, se familiarisant ainsi avec leur style littéraire auquel il prête une vive attention. Dès 1939, il découvre à la Bibliothèque nationale de Paris un fragment d’un traité anti-cathare du xiiie siècle, le Liber contra Manicheos qu’il rapprochera en 1946 d’un manuscrit vaudois, le Liber antiheresis, conservé à la Bibliothèque nationale de Madrid, identifiant plus tard derrière les deux textes un même auteur, l’ex-vaudois Durand de Hescua rallié à l’Église catholique en 1207.

Antoine Dondaine ...Antoine Dondaine en 1946

Antoine Dondaine en 1946

Membre du Club alpin, Antoine Dondaine s’adonne avec ses frères aux courses en montagne lors des vacances estivales.

Archives dominicaines de la Province de France/Tangi Cavalin, Nathalie Viet-Depaule (dir.), Dictionnaire biographique des frères prêcheurs en ligne.

7La guerre de 1939-1940 contraint Antoine Dondaine à rejoindre la France. Brièvement mobilisé en février 1940, puis libéré à Rodez en août, il est accueilli jusqu’à la Libération au couvent parisien du Saint-Sacrement. De là, durant cinq années, il se rend quotidiennement à la Bibliothèque nationale, accumulant des matériaux et nouant des contacts dans la communauté savante parisienne. Dès la fin des hostilités, il gagne Sainte-Sabine et reprend ses études au rythme des obligations de la vie conventuelle. Ses séjours en France se limitent désormais à de rares passages au Saulchoir et aux semaines de vacances d’été auprès de la famille, en Bourgogne, d’où il part, avec ses frères, pour de longues courses en montagne (il est membre du Club alpin français). Très attaché à sa nombreuse fratrie, il entretient une correspondance suivie faite des nouvelles des uns et des autres ainsi que de l’état des travaux des champs. Ces préoccupations parsèment également les échanges épistolaires, plus nombreux encore, qu’il assure avec son frère Hyacinthe, alors professeur au Saulchoir, les informations sur les vendanges et les récoltes de betteraves alternant sans transition avec les propos les plus érudits sur le contenu de tel ou tel manuscrit de la Bibliothèque vaticane. À Rome, seules les rumeurs de la Curie généralice susceptibles d’intéresser la communauté du Saulchoir le distraient quelque peu de son labeur. Mais Antoine Dondaine n’a rien d’un informateur : de la capitale du catholicisme, il ne pratique que les lieux du savoir et sa correspondance avec son frère Hyacinthe n’est pleine que d’informations ayant trait à ses recherches sur des manuscrits médiévaux (commande de photographies ou envoi de celles qu’il réalise à la demande de quelques professeurs du couvent du Saulchoir). Convaincu de l’utilité de ses enquêtes pour l’Ordre et pour l’Église, il vit sa vocation d’historien avec une passion que masque une apparence bourrue. Ce trait de caractère, mis en avant par ses confrères (Louis-Jacques Bataillon, Bertrand Guyot, Pierre-Marie Gy) au moment de son décès, s’associe selon eux avec d’autres comme la bonhomie et, surtout, la dimension vive et créatrice de sa pensée. Renommé pour sa capacité à faire surgir des manuscrits enfouis dans les bibliothèques européennes, il se fait connaître également par ses intuitions intellectuelles dont il communique avant toute autre publicité la teneur à son frère : « Je viens de faire une découverte absolument étourdissante de simplicité, qui me donne le moyen de déterminer avec une sûreté quasi mathématique la date de plusieurs œuvres de notre saint [Thomas]. Je suis actuellement occupé à relire tout saint Thomas (ma pauvre tête !) pour en vérifier la sûreté. Mais mieux que cela, cette découverte me permet de dire avec la même précision si telle ou telle œuvre peut être de saint Thomas ou non. […] Sa simplicité est stupéfiante. Au début de sa carrière, saint Thomas emploie des mots dont il ne fait plus usage par la suite ; et, réciproquement, à partir de certains moments de sa carrière il en emploie d’autres dont il ne faisait pas usage auparavant. Argument délicat me direz-vous ? Non, car il s’agit de mots qui sont absolument irréfléchis » (lettre du 18 juin 1947).

Portrait par le p...Portrait par le peintre Lucien Jonas

Portrait par le peintre Lucien Jonas

Les circonstances de la guerre contraignent Antoine Dondaine à résider au couvent parisien du Saint-Sacrement, rue du Faubourg Saint-Honoré. Comme d'autres dominicains du couvent, il y est portraituré par le peintre Lucien Jonas en 1943.

Archives dominicaines de la Province de France/Tangi Cavalin, Nathalie Viet-Depaule (dir.), Dictionnaire biographique des frères prêcheurs en ligne.

8Les suspicions qui entourent la « nouvelle théologie » française dans la Rome d’après-guerre, le conduisent cependant à sortir de son domaine : il prodigue à l’occasion des conseils de prudence à son aîné, pourtant peu enclin à entraîner le couvent d’études de la Province de France sur le chemin de l’aventure. Soucieux d’établir les responsabilités des uns et des autres, Antoine Dondaine concède que l’atmosphère de suspicion qui règne à Rome n’est guère favorable à « tout effort théologique hors des sentiers battus » mais, en retour, s’indigne des propositions inutilement provocatrices de certains religieux français, en particulier des responsables des Éditions du Cerf, et estime lui-même, fort de ses compétences d’historien et de théologien des doctrines médiévales, qu’elles frisent parfois « l’hérésie ». S’il n’épouse pas les thèses du jésuite Charles Boyer et du dominicain Réginald Garrigou-Lagrange, gardiens depuis Rome d’une intransigeance doctrinale qu’il compare à celle de « Guillaume de la Mare et consorts vis-à-vis de saint Thomas » au xiiisiècle, il exprime le souhait que les théologiens français se soumettent sans tergiverser au magistère romain à qui incombe « la mission de sauvegarder un bien traditionnel au nom de l’Église […]. Nos concepts de grâce, de péché, de rédemption […] ne peuvent pas s’assouplir à une vue momentanée et purement humaine du monde ; c’est celui-ci qui doit être rechristianisé pour être rendu capable de porter de tels concepts » (lettre du 29 mars 1948). Et, dans l’attente de jours meilleurs, il encourage vivement son frère à poursuivre ses études thomistes en empruntant la seule voie qu’il estime alors prudente pour un théologien, celle des « recherches positives » visant à établir, au moyen de la philologie, la sûreté des textes médiévaux. Hyacinthe Dondaine fait sienne cette option érudite en étudiant le corpus latin de Denys l’Aéropagite tel que le pratiquaient les théologiens de l’université de Paris au XIIIsiècle dans un mémoire dont Antoine assure l’édition à Rome en prenant l’initiative d’un contact avec don Giuseppe de Luca, le fondateur des Edizioni di Storia e Letteratura.

9C’est dans l’intervalle 1946-1952 que sa contribution à l’histoire des hérésies est la plus régulière : il publie chaque année dans Archivum fratrum praedicatorum, la revue de l’Institut historique dominicain, de volumineuses études dont les plus novatrices sont sans doute celles de 1947 (« Le manuel de l’inquisiteur, 1230-1330 ») et de 1949-1950 (« La hiérarchie cathare en Italie »). Il explore également les origines du valdéisme, qu’il distingue soigneusement du dualisme cathare, en publiant en 1946 une « profession de foi » du Lyonnais Pierre Valdès (ou Vaudès) antérieure au concile de Vérone (1184) qui voit sa condamnation, puis par ses travaux sur le vaudois revenu à l’orthodoxie Durand de Huesca. Les matériaux amassés lui permettent encore d’apporter sa pierre à la connaissance de personnalités de second plan de l’ordre dominicain au moyen âge (Simon de Hinton, Jean de San Gimignano, Jean Dupuy, Guillaume Perrault, Jean de Mailly…) ou de faire connaître la contribution du théologien Hugues Éthérien et des dominicains d’orient aux controverses entre Latins et byzantins. La rigueur avec laquelle sont conduites ces enquêtes vaut à Antoine Dondaine une réputation de savant médiéviste et les encouragements de personnalités du monde universitaire telle que Franz Cumont, Henri-Charles Puech ou Raoul Manselli. L’historien ne chasse pas pour autant le défenseur de l’Église : à plusieurs reprises, il prend la plume pour dénoncer avec vigueur les analyses de l’hérésie médiévale qui font l’impasse sur l’interprétation théologique de ce phénomène ou qui rejettent certaines sources au motif qu’elles expriment le point de vue du dogme catholique. Récusant les interprétations – selon lui trop générales – de l’hérésie qui fondent dans un même ensemble des groupes aussi différents que ceux des cathares et des vaudois, il plaide inlassablement pour une prise en considération de leurs différences doctrinales telles que l’Église romaine les définit. Ce positionnement l’amène à mener la charge, en 1951, contre l’universitaire romain Raffaello Morghen qui analyse, dans Medioevo christiano, l’émergence de l’hérésie en Occident au xisiècle comme une prise de conscience anticléricale du laïcat et des classes populaires spécifique à la chrétienté latine. Antoine Dondaine lui oppose la thèse traditionnelle de l’introduction depuis l’orient de certaines caractéristiques dogmatiques du manichéisme par l’intermédiaire du bogomilisme pour expliquer le surgissement de mouvements hétérodoxes comme le catharisme dans le sud de la France. À l’histoire sociale de l’hérésie telle que la pratique Raffaello Morghen, il reproche de confondre les causes de sa propagation avec celles de son apparition faute d’avoir pris en considération l’histoire des doctrines religieuses telle que la philologie permet de la restituer. Les enjeux du débat ne se réduisent pas à une opposition académique entre les tenants de l’histoire des idées et ceux de l’histoire sociale, mais traduisent également un écart entre universitaires et clercs sur la manière d’appréhender les sources : pour Antoine Dondaine, l’avancée de la connaissance ne peut s’effectuer en dehors d’un recours privilégié et scientifique aux textes médiévaux (dans une lettre de 1948 à son frère, il s’irrite de devoir montrer sans cesse aux « bonzes de la science médiévale qu’il faut lire les textes pour en parler »), tandis que pour Raffaello Morghen, suivi par nombre des historiens de profession, il convient de ne pas les prendre au pied de la lettre afin de se déprendre des représentations imposées par l’Église romaine. La polémique du début des années 1950 entre Dondaine et Morghen, en explicitant les oppositions, marque un tournant dans l’historiographie du catharisme : comme le souligne en 2008 l’historienne Pilar Jiménez-Sanchez, « c’est dans cette décennie que vont se formuler, voire s’affiner, les hypothèses dominant pratiquement jusqu’alors la recherche sur les origines et la nature doctrinale des cathares ».

10Quoi qu’il en soit de ces débats de spécialistes, le « devoir d’état » du dominicain Antoine Dondaine ne lui permet pas d’y contribuer plus avant : il est en effet contraint à renoncer à l’étude des hérésies médiévales ainsi qu’à la proposition d’un éditeur d’écrire un ouvrage de synthèse sur le sujet. S’il intervient encore sur ce thème en présentant ses dernières découvertes au Congrès international des sciences historiques de Rome en 1955, il fait part lors de la publication de cette communication, en 1959, de l’impossibilité pour lui de poursuivre ses recherches en hérésiologie. D’autres tireront profit de ses enquêtes : il laisse à Christine Thouzellier, future directrice d’études à l’École pratique des hautes études, le soin d’éditer les manuscrits qu’il a dû se contenter de révéler, comme le Liber contra Manicheos de Durand de Huesca (1964) ou dont il n’a pas eu le temps d’achever l’appareil critique, comme le Livre des deux principes (1973). La réorientation de son activité ne le détourne cependant pas du domaine médiéval puisque la responsabilité lui incombe, à partir d’août 1952, de présider le collège pontifical des éditeurs de saint Thomas d’Aquin appelé « Commission léonine » en raison de sa fondation par Léon XIII en 1880. Sa nomination s’inscrit dans le prolongement du chapitre général de septembre 1949 qui avait décidé une refonte de la Commission léonine au motif que le rythme de publication des œuvres du Docteur angélique accusait une lenteur dommageable pour le rayonnement de sa pensée. Antoine Dondaine, contrairement à d’autres dominicains de l’Institut historique de Sainte-Sabine, semble n’avoir été pour rien dans le changement organisationnel décidé par le maître général de l’Ordre, Emmanuel Suarez, avec l’assentiment du chapitre général de 1949 et qui, afin d’accroître l’efficacité de la Commission, prévoit la création de deux nouveaux groupes de travail, au Canada (Ottawa) et en France (Le Saulchoir d’Étiolles) placés sous la direction de la section romaine. Outre ses compétences de philologue et sa familiarité avec l’œuvre de saint Thomas, sa nationalité a pu jouer en faveur de sa nomination à la tête d’un organisme peuplé de francophones, qu’ils soient Français (comme Hyacinthe Dondaine qui préside la section française, Jean Perrier, Bertrand Guyot, Louis-Jacques Bataillon), Canadien (Pierre Tremblay) ou Belge (Pierre-Marie Gils). Réticent à exercer une charge qui l’écarte de ses recherches en cours et le contraint à un rôle d’administrateur pour lequel il se sent peu de goût, il accepte néanmoins d’assumer cette direction dans laquelle il voit une reconnaissance du rayonnement intellectuel du Saulchoir, à un moment où celui-ci est l’objet de vives critiques à Rome : « Nous devons voir une marque de confiance exceptionnelle du [maître général] dans les Provinces de langue française dans cette nouvelle organisation de la Commission léonine : à nous d’y répondre par une généreuse obéissance » (lettre au provincial de France, 14 août 1952).

11Président d’une Commission léonine réorganisée en trois sections (Rome, Étiolles, Ottawa) en vue d’accélérer le rythme de publication des œuvres de saint Thomas d’Aquin, Antoine Dondaine prend dès l’origine une décision qui semble aller à l’encontre de cet objectif. Conseillé par son frère Hyacinthe, et par les dominicains de la section française au premier rang desquels Jean Perrier, il suspend le travail d’édition critique initié par son prédécesseur à la tête de la Léonine, le dominicain hollandais Clément Suermondt, pour en revoir la méthode.

12Celui-ci s’était efforcé d’affiner les règles d’édition en identifiant, dans les fonds d’une richesse incomparable de la Bibliothèque vaticane, les copies les plus fiables des manuscrits originaux de saint Thomas. Pour parvenir à ce résultat, la seule méthode adéquate était celle de la comparaison entre les textes afin de mesurer leur degré de proximité avec l’original. Clément Suermondt avait établi comme préalable à tout travail d’édition le collationnement d’un nombre suffisamment élevé de manuscrits afin de réunir les conditions d’une critique textuelle jugée satisfaisante parce qu’elle reposait sur l’examen de manuscrits dont la provenance diverse garantissait qu’ils témoignent de traditions différentes. Antoine Dondaine, tout en reconnaissant les progrès de cette méthode sur celle suivie par les premiers éditeurs de la Commission léonine, refuse de la reconduire en 1952, au moment de son accès à la présidence. Il argue du travail en cours sur le manuscrit de saint Thomas traitant des Questions disputées sur la vérité (De veritate) pour affirmer qu’une édition critique scientifique ne peut être menée sans que toutes les copies de la tradition manuscrite soient collationnées et comparées. La réorganisation de 1952 marque un tournant décisif dans l’histoire de la Commission léonine puisqu’elle correspond à la fois à la création de nouveaux groupes de travail (en France et au Canada) et à un changement dans la manière d’examiner la tradition manuscrite en la considérant dans sa totalité. La nécessité d’une telle méthode n’était certes pas nouvelle : elle avait été perçue dès les premières décennies de la Commission, à la fin du xixsiècle, sur le modèle des explorations systématiques du franciscain Fedele da Fanna pour l’édition des œuvres de saint Bonaventure ; mais le nombre considérable de copies des œuvres de saint Thomas d’Aquin avait alors conduit les membres de la Commission à renoncer à l’inventaire intégral des manuscrits. La nouvelle équipe, sous la houlette d’Antoine Dondaine, se lance dans un recensement exhaustif de tous les témoins (manuscrits ou imprimés) de la tradition qu’effectuent sur le terrain, de l’Angleterre à l’Autriche et de la Belgique à l’Espagne, dans quatre cents bibliothèques, les jeunes frères dominicains de la Commission, en particulier les pères Jacques Bataillon et Bertrand Guyot. En 1964, au moment de quitter sa charge, Antoine Dondaine constate avec satisfaction qu’un catalogue complet des manuscrits des œuvres de saint Thomas, riche d’environ quatre mille témoins, est en voie d’achèvement. Surtout, une filmothèque a été constituée au cours des années 1950, mettant à la disposition des sections de la Léonine l’ensemble des manuscrits. Ce gigantesque travail de collecte ne s’est pas effectué au préjudice du travail d’édition proprement dit puisque la section d’Ottawa a initié l’édition du commentaire scripturaire de saint Thomas sur le Livre de Job (Expositio super Iob ad litteram) et celle du Saulchoir sur le commentaire de L’Éthique à Nicomaque (Sententia libri Ethicorum). Autre motif de satisfaction pour le président de la Commission léonine : la section romaine installée au couvent de Sainte-Sabine est renforcée par l’assignation de quelques frères dont, pour la Province de France, le père Jean Isaac en 1953.

13Antoine Dondaine, lui-même, offre une contribution scientifique déterminante au travail de la Léonine par l’édition critique, en 1956, d’un texte issu de la Bibliothèque vaticane écrit non de la main mais sous la dictée de saint Thomas : « apport d’un nouveau genre », comme Dondaine le plaide dans l’introduction de son Secrétaires de saint Thomas, car le manuscrit des Questions disputées sur la vérité (De veritate) permet « d’entrouvrir la porte de la cellule où le maître est au travail et d’y plonger quelques regards » afin d’établir l’existence d’un collège de secrétaires couchant sur des feuilles de parchemin ce qu’il lit à haute voix à partir d’un brouillon et produisant ainsi des textes d’une valeur équivalente à celle des autographes, et même supérieure du point de vue de la qualité de l’écriture. L’enquête d’Antoine Dondaine entend ainsi prouver que l’archétype d’un texte de saint Thomas n’est pas toujours écrit de sa main et, par ailleurs, que les manuscrits issus des exemplaires des Universités, généralement considérés plus fiables que des manuscrits indépendants, ne sont pas exempts de graves erreurs et lacunes. La démonstration, saluée dans le monde savant – Augustin Mansion dans la Revue philosophique de Louvain (1957) et Gilbert Ouy dans la Bibliothèque de l’École des Chartes (1958) –, prépare le terrain de l’édition des Questions disputées sur la vérité (De veritate) publiées entre 1970 et 1976 sous sa direction et dont il fournit une volumineuse introduction. La parution de ce travail avait été retardée par l’achèvement de l’édition d’une autre œuvre de saint Thomas d’Aquin, le commentaire de Job (Expositio super Iob ad litteram), initialement dévolue à la section canadienne d’Ottawa, mais achevée à Rome par Antoine Dondaine (avec la collaboration de Hugues-Vincent Shooner) qui en assure l’introduction. La décision du maître général, l’Espagnol Anicet Fernandez, d’ouvrir deux nouvelles sections de la Commission léonine (en Espagne et aux États-Unis) va cependant à l’encontre de la démarche qu’il promeut depuis 1952 : renforcer les sections existantes par la formation et l’affectation durable de collaborateurs suffisants en quantité comme en qualité. L’expérience de la section romaine, à laquelle il s’est efforcé de donner une nouvelle vigueur par un recrutement choisi, lui semble plaider en ce sens car il estime que le manque de stabilité de son personnel – la collaboration du frère Jean Isaac sur laquelle il fondait bien des espoirs lui est retirée en 1958 – fragilise le travail de l’ensemble de la Commission : « Dans son état actuel, la Commission ne dispose pas d’un personnel suffisant pour mettre en route de nouveaux groupes. Prélever un ou deux membres sur les sections en activité désorganiserait celles-ci et compromettrait l’avancement de leurs travaux en cours. La multiplication des sections avec un personnel forcément improvisé n’irait pas sans inconvénients majeurs » (Analecta sacri ordinis Fratrum Praedicatorum, 1964, p. 684).

14S’il quitte la présidence de la Commission en octobre 1964 avec le sentiment de ne pas avoir été entièrement entendu, il peut se satisfaire de la reconnaissance de son Ordre qui le fait maître en théologie. La République gaullienne – il se reconnaît dans les valeurs de son président – lui rend également hommage lorsque l’ambassadeur auprès du Saint-Siège, René Brouillet, lui décerne la croix de chevalier de la Légion d’honneur au cours d’une cérémonie tenue le 25 juin 1968 à la Villa Bonaparte en présence d’une partie de la colonie ecclésiastique française à Rome. Aussi importantes soient-elles pour Antoine Dondaine, ces récompenses comptent peu au regard de celle qu’il a espérée et obtenue, en février 1964, lorsque son jeune frère Joseph a, contre tous les diagnostics des médecins, survécu au cancer du foie et de l’estomac qui le condamnait. Pour l’ensemble de la famille Dondaine, seule une intervention providentielle peut en être la cause. L’intercession de la Vierge, à la suite des prières et de l’administration au malade de gorgées d’eau de Lourdes, est mise en avant par les uns et les autres. Antoine Dondaine s’en distingue en faisant valoir une autre origine à cette guérison. Un an après les faits, estimant le délai suffisant pour s’assurer du retour à une santé normale de son frère, il relate la manière dont, convaincu de son décès imminent, il rentra à Rome pour prier en compagnie de deux de ses frères dominicains de Sainte-Sabine sur le tombeau du pape Jean XXIII et demander à Dieu la guérison du mourant. Son rétablissement une fois avéré, en février 1965, le nouveau maître en théologie accomplit la promesse qui accompagnait ses prières l’année précédente en faisant connaître à Loris Capovilla, ancien secrétaire de Jean XXIII, la faveur dont il estime avoir été le bénéficiaire. Il communique également son récit à la presse française (France-Dimanche consacre une demi-page à l’affaire) dans l’espoir de contribuer à la béatification du pape du concile. L’épisode, qui ne semble avoir d’autre suite qu’un accusé de réception, peut être considéré comme une indication supplémentaire de la manière dont, en Antoine Dondaine, l’érudit médiéviste n’efface en rien l’homme de Dieu.

15Président de la sous-commission romaine de la Léonine, il abandonne cette fonction en déménageant de Sainte-Sabine en décembre 1974 pour rejoindre le couvent franciscain de Grottaferrata, dans la banlieue romaine, où la section française s’est transplantée après la fermeture du Saulchoir en 1972 et a formé le couvent Saints Bonaventure et Thomas. L’assignation dans cette communauté dont le prieur est Pierre de Contenson, successeur d’Antoine Dondaine à la présidence de la Commission léonine, tient beaucoup à la présence de son frère aîné, Hyacinthe. Ses forces s’amenuisent rapidement après son arrivée à Grottaferrata – ses dernières publications datent de 1975 – et il renonce à un nouveau travail d’édition des œuvres de Thomas d’Aquin. À l’épuisement physique s’ajoutent bientôt les premiers signes d’une perte des facultés intellectuelles : à partir de 1981, il est pris en charge à la résidence Sertillanges, à Paris, puis, lorsque son état se détériore, en 1986-1987, à l’hôpital du Bon-Secours où il décède, quelques jours après son frère.

Haut de page

Sources

Archives dominicaines de la Province de France. — Giole Solari, « Di un inedito trattato neo-manicheo del XIII secolo e del suo presunto autore Giovanni di Lugio Bergamasco », dans Atti della Reale Accademia delle Scienze di Torino, Torino, R. Accademia delle scienze, 1940, p. 409-435. — Raffaello Morghen, « Le origini dell’eresia medioevale in Occidente. Risposta a P. Antoine Dondaine », Ricerche di storia religiosa, I, 1, 1954 (repris dans une version légèrement différente sous le titre « Il cosiddetto neo-manicheismo occidentale del secolo XI » dans XII convegno « Volta ». Oriente e occidente nel medioevo, Roma, Accademia Nazionale dei Lincei, 1957). — Yves Dossat, « La découverte des textes cathares : le père Antoine Dondaine », Cahiers de Fanjeaux, 14, 1979, p. 344-359. — « In Memoriam », Ut sint unum, février 1988, p. 35-36. — Jean Duvernoy, « Antoine Dondaine, 1898-1987 », Heresis. Revue d’hérésiologie médiévale, 10, juin 1988, p. 5-8. — Pilar Jiménez-Sanchez, « La vision médiévale du catharisme chez les historiens des années 1950 : un néo-manichéisme » dans Jacques Berlioz, Jean-Claude Hélas (dir.), Catharisme : l’édifice imaginaire, Carcassonne, Centres d’études cathares, 1998, p. 65-96. — Gilbert Dahan, « Les éditions des commentaires bibliques de saint Thomas d’Aquin et leur apport à la connaissance du texte de la Bible au XIIIe siècle », RSPT, t. 89, 1, janvier-mars 2005, p. 9-16. — Concetta Luna, « L’édition léonine de saint Thomas d’Aquin : vers une méthode de critique textuelle et d’ecdotique », RSPT, t. 89, 1, janvier-mars 2005, p. 31-110. — Jean-Louis Biget, Hérésie et inquisition dans le Midi de la France, Paris, Éditions A. et J. Picard, 2007. — Pilar Jiménez-Sanchez, Les catharismes. Modèles dissidents du christianisme médiéval (XIIe-XIIIe siècles), Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2008. — Alain de Libera, « Renouveaux de la pensée médiévale : la contribution dominicaine », Revue des sciences philosophiques et théologiques, t. 92, 3, juillet-septembre 2008, p. 473-489. — Ruedi Imbach et Adriano Oliva, « L’appréciation renouvelée du Moyen Âge », Revue des sciences philosophiques et théologiques, t. 92, 3, juillet-septembre 2008, p. 491-525.

Haut de page

Œuvre

Articles

dans Archivum Fratrum Praedicatorum

« La bibliothèque du couvent des Dominicains de Dijon au début du quatorzième siècle (1307) », VII, 1937, p. 112-133 ; « S. Thomas et la dispute des attributs divins (I Sent., d.2, a.3). Authenticité et origine », VIII, 1938, p. 253-262 ; « La vie et les œuvres de Jean de San Gimignano », IX, 1939, p. 128-183 ; « Un commentaire scripturaire de Roland de Crémone. Le “Livre de Job” », XI, 1941, p. 109-137 ; « Le frère prêcheur Jean Dupuy évêque de Cahors et son témoignage sur Jeanne d’Arc », XII, 1942, p. 118-184 ; « Aux origines du valdéisme. Une profession de foi de Valdès », XV, 1946, p. 191-235 (repris dans Les hérésies et l’Inquisition) ; « Le manuel de l’Inquisiteur (1230-1330) », XVII, 1947, p. 85-194 (repris dans Les hérésies et l’Inquisition) ; « Guillaume Peyraut. Vie et œuvres », XVIII, 1948, p. 162-236 ; « Sainte Catherine de Sienne et Niccolò Toldo », XIX, 1949, p. 280-312 ; « La hiérarchie cathare en Italie : I. Le De heresi catharorum », XIX, 1949, p. 280-312. (repris dans Les hérésies et l’Inquisition) ; « La hiérarchie cathare en Italie : II. Le Tractatus de hereticis d’Anselme d’Alexandrie », XX, 1950, p. 234-324 (repris dans Les hérésies et l’Inquisition) ; « Contra Graecos ». Premiers écrits polémiques des dominicains d’Orient », XXI, 1951, p. 320-446 ; « Documents pour servir à l’histoire de la province de France. L’appel au Concile (1303) », XXII, 1952, p. 381-439 ; « Saint Pierre Martyr. Études », XXIII, 1953, p. 66-162 ; (avec J. Peters), « Jacques de Tonengo et Giffredus d’Anagni, auditeurs de saint Thomas », XXIX, 1959, p. 52-72 ; « Durand de Huesca et la polémique anticathare », XXIX, 1959, p. 228-276 (repris dans Les hérésies et l’Inquisition) ; « Les “Opuscula fratris Thomae” chez Ptolémée de Lucques », XXXI, 1961, p. 142-203 ; (avec Jacques Bataillon), « Le commentaire de saint Thomas sur les Météores », XXXVI, 1966, p. 81-152 ; (avec Jacques Bataillon), « Le manuscrit Vindob. lat. 2330 et Siger de Brabant », XXXVI, 1966, p. 153-261 ; « Ricoldiana. Notes sur les œuvres de Ricoldo da Montecroce », XXXVII, 1967, p. 119-179 ; « Le témoignage de Jean Dupuy OP sur Jeanne d’Arc. Note additionnelle à AFP XII (1942) », XXXVIII, 1968, p. 167-184 ; « Le “miracle de la Vierge” de Montgenèvre », XLI, 1971, p. 115-155 ; « Barthélemy de Trente », XLV, 1975, p. 79-105.

Articles dans la Revue des sciences philosophiques et théologiques

(avec Yves Congar) « Bulletin d’histoire de la philosophie médiévale », XXV, 1936, p. 713-726. — « Nouvelles sources de l’histoire doctrinale du néo-manichéisme au Moyen Âge », XXVIII, 1939, p. 465-488. — « La documentation patristique de S. Thomas », XXIX, 1940, p. 326-327.

Autres publications

« Notes et communications », Bulletin thomiste, 3, 1933, p. 175-176. — « Le De tempore de Robert Kilwardby, OP », Recherches de théologie ancienne et médiévale, 8, 1936, p. 94-96. — « La Somme de Simon de Hinton », Recherches de théologie ancienne et médiévale, 9, 1937, p. 5-22. — « Un catalogue de discussions doctrinales entre les Maîtres parisiens de la fin du XIIIsiècle », Recherches de théologie ancienne et médiévale, 10, 1938, p. 374-394. — « Les actes du concile albigeois de Saint-Félix de Caraman : essai de critique d’authenticité d’un document médiéval », dans Miscellanea Giovanni Mercati, Città del Vaticano, Bibl. Apostolica Vaticana, 1946, p. 324-355. — « Le dominicain Jean de Mailly et la Légende dorée », Archives d’histoire dominicaine, Le Saulchoir, 1946, p. 53-102. — « Cinq citations de Jean Scot chez Simon de Tournai », Recherches de théologie ancienne et médiévale, 17, 1950, p. 303-315. — « Nicolas de Cotrone et les sources du Contra errores Graecorum de saint Thomas », Divus Thomas, 28, 1950, p. 313-340. — « L’origine de l’hérésie médiévale. À propos d’un livre récent », Rivista di storia della chiesa in Italia, 6, 1952, p. 49-78. — « Hugues Éthérien et Léon Tuscan », Archives d’histoire doctrinale et littéraire du moyen âge, 19, 1952, p. 67-134. — « Durand de Huesca controversiste », dans Relazioni del X Congresso internazionale di scienze storiche Roma 4-11 sett. 1955, t. VII, Riassunti delle communicazioni, Florence, 1955, p. 218-222. — « Hugues Éthérien et le concile de Constantinople de 1166 », Historisches Jahrbuch, 77, 1958, p. 473-483. — « Venerabilis doctor », Mélanges offert à Étienne Gilson, Toronto-Paris, 1959, p. 211-225. — « Apparat critique d’un texte universitaire » dans L’homme et son destin d’après les penseurs du moyen âge. Actes du premier congrès international de philosophie médiévale, Louvain-Paris, Nauwelaetrs, 1960, p. 211-220. — (en collaboration avec dom J. P. Muller et B. Decker), « Abréviations latines et signes recommandés pour l’apparat critique des éditions de textes médiévaux », Bulletin de la Société internationale pour l’étude de la philosophie médiévale, 2, 1960, p. 142-149. — « L’édition des œuvres de saint Thomas », Archiv für Geschichte der Philosophie, 43, 1961, p. 171-190. — « Variantes de l’apparat critique dans les éditions de textes latins médiévaux », Bulletin de la Société internationale pour l’étude de la philosophie médiévale, 4, 1962, p. 82-100. — « Autour des secrétaires de saint Thomas », dans Die Metaphysik im Mittelalter, Berlin, W. de Gruyter, 1963, p. 745-754. — « Note sur la Commission léonine », Analecta sacri ordinis Fratrum Praedicatorum, 36, octobre-décembre 1964, p. 679-685. — « Sermons de Réginald de Piperno. Un manuscrit de la bibliothèque de Boniface VIII », Mélanges Eugène Tisserant, vol. 6, 1964, p 357-394. — « Un cas majeur d’utilisation d’un argument paléographique en critique textuelle (Vat. lat. 781) », Scriptorium, XXI, 1967, p. 261-276. — « L’Epilogus in gesta sanctorum de Barthélémy de Trente », Studia mediaevalia et mariologica P. Carolo Balic dedicata, Rome, 1971, p. 333-360. — « La lettre de saint Thomas à l’abbé du Montcassin », St Thomas Aquinas, 1274-1974. Commemorative studies, Toronto, Pontifical Institute of Medieval Studies, 1974, vol. 1, p. 87-108. — « Les éditions des Vitae sanctorum de Rodéric de Cerrato », Studia Anselmiana, 63, 1974, p. 225-253. — « La collection des œuvres de saint Thomas dite de Jean XXII et Jacques Maci », Scriptorium, XXIX, 1975, p. 127-152.

Ouvrages édités

Antoine Dondaine éditeur, Magistri Eckhardi opera latina auspiciis Instituti Sanctae Sabinae in Urbe ad codicum fidem edita. III. Quaestiones Parisienses, Leipzig, Meiner, 1936. — Traduction du latin de : Jean de Mailly, Abrégé des gestes et des miracles des saints, Paris, Bibliothèque d’histoire dominicaine, 1947. — Expositio super Iob ad litteram. Sancti Thomae de Aquino opera omnia, Rome, 1965. — Questiones disputatae de veritate. Sancti Thomae de Aquino opera omnia, Rome, 1970-1976.

Ouvrages

Un traité néo-manichéen du XIIIsiècle : le Liber de duobus principiis, Rome, Istituto storico domenicano S. Sabina, 1939. — Secrétaires de saint Thomas, Rome, Editori di S. Tommaso, 1956, 2 volumes. — Écrits de la petite école porrétaine, Montréal-Paris, Institut d’études médiévales, 1962. — Les hérésies et l’Inquisition (XIIe-XIIIe siècles). Documents et études, Yves Dossat éditeur, Aldershot, Variorum, 1990.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Antoine Dondaine, novice dominicain, 1927
Crédits Archives dominicaines de la Province de France/Tangi Cavalin, Nathalie Viet-Depaule (dir.), Dictionnaire biographique des frères prêcheurs en ligne.
URL http://journals.openedition.org/dominicains/docannexe/image/131/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 408k
Titre Antoine Dondaine en 1946
Légende Membre du Club alpin, Antoine Dondaine s’adonne avec ses frères aux courses en montagne lors des vacances estivales.
Crédits Archives dominicaines de la Province de France/Tangi Cavalin, Nathalie Viet-Depaule (dir.), Dictionnaire biographique des frères prêcheurs en ligne.
URL http://journals.openedition.org/dominicains/docannexe/image/131/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 464k
Titre Portrait par le peintre Lucien Jonas
Légende Les circonstances de la guerre contraignent Antoine Dondaine à résider au couvent parisien du Saint-Sacrement, rue du Faubourg Saint-Honoré. Comme d'autres dominicains du couvent, il y est portraituré par le peintre Lucien Jonas en 1943.
Crédits Archives dominicaines de la Province de France/Tangi Cavalin, Nathalie Viet-Depaule (dir.), Dictionnaire biographique des frères prêcheurs en ligne.
URL http://journals.openedition.org/dominicains/docannexe/image/131/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 888k
Haut de page

Pour citer cette notice

Référence électronique

Tangi Cavalin, « DONDAINE Antoine », Dictionnaire biographique des frères prêcheurs [En ligne], Notices biographiques, D, mis en ligne le 25 janvier 2015, consulté le 17 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/dominicains/131

Haut de page

Auteur

Tangi Cavalin

Notices du même auteur

  • SAVEY Réginald [Texte intégral]
    SAVEY Jacques Maurice Charles à l’état civil ; SAVEY Réginald en religion
    Paru dans Dictionnaire biographique des frères prêcheurs, Notices biographiques, S
  • RENARD Georges [Texte intégral]
    RENARD Georges Marie Joseph Antoine Eugène à l’état civil, RENARD Raymond en religion
    Paru dans Dictionnaire biographique des frères prêcheurs, Notices biographiques, R
  • CONTENSON Pierre de [Texte intégral]
    du BESSEY de CONTENSON Pierre Léon Stanislas à l’état civil ; CONTENSON Pierre-Marie de en religion
    Paru dans Dictionnaire biographique des frères prêcheurs, Notices biographiques, C
  • BERNARD Rogatien [Texte intégral]
    BERNARD Pierre Joseph Marie à l’état civil ; BERNARD Rogatien en religion
    Paru dans Dictionnaire biographique des frères prêcheurs, Notices biographiques, B
  • BOULAY Thomas [Texte intégral]
    BOULAY Paul Michel Marie Eugène à l’état civil ; BOULAY Thomas en religion
    Paru dans Dictionnaire biographique des frères prêcheurs, Notices biographiques, B
  • LE TILLY Jacques [Texte intégral]
    LE TILLY Émile Louis Marie Joseph à l’état civil ; LE TILLY Jacques en religion
    Paru dans Dictionnaire biographique des frères prêcheurs, Notices biographiques, L
  • Tous les textes...
Haut de page

Droits d’auteur

© CEMS / IMM-EHESS

Haut de page
  • Logo EHESS
  • Logo Bibliothèque du Saulchoir
  • Logo Ordre des Prêcheurs
  • OpenEdition Journals