Navigation – Plan du site

BOILOT Dominique

BOILOT Jacques Édouard Alfred Constant à l’état civil ; BOILOT Dominique en religion
Dominique Avon

Résumé

Né le 11 septembre 1912 à Paris (Varr.), mort le 16 janvier 1989 au Caire (Maison dominicaine du Caire).
Missionnaire en Égypte, supérieur puis prieur du couvent du Caire (1953-1965), supérieur puis prieur du couvent de Beyrouth (1968-1978), prieur du couvent de Mossoul (octobre-décembre 1967), vicaire provincial d’Afrique septentrionale (1963-1968), vicaire régional d’Orient (1972-1976).

Haut de page

Historique

Notice validée le 12/02/2015 et mise en ligne le 17/04/2015.

Texte intégral

• Vestition pour la Province de France : 11 janvier 1945 au couvent de Saint-Jacques à Paris
• Profession simple : 12 janvier 1946 au couvent de Saint-Jacques à Paris
• Profession solennelle : 2 février 1949 au Saulchoir à Étiolles
• Ordination sacerdotale : 17 juillet 1949 au Saulchoir à Étiolles

1Fils d’un architecte parisien, Édouard Boilot, et de Mathilde née Noriot, Jacques Boilot grandit dans une famille de cinq enfants. Si sa mère est catholique et encouragera la vocation religieuse de son fils, son père, quoique baptisé, est incroyant. Après des études secondaires au collège Chaptal couronnées de bons résultats, Jacques Boilot entre à l’École polytechnique après avoir démissionné de l’École normale supérieure. À l’X, il vit comme une « révélation » la découverte des réunions de l’USIC qu’anime le jésuite Henri Pupey-Girard et entame alors la rédaction de carnets auxquels il confie les progrès de sa vie spirituelle. Il a pour camarade de promotion un musulman hanafite de nationalité turque, Muhittin Usuu Toköt.

Service militaire...Service militaire en Algérie

Service militaire en Algérie

Une fois ingénieur des Ponts-et-Chaussées, Dominique Boilot accomplit son service militaire en 1934 en Algérie.

Archives dominicaines de la Province de France/Tangi Cavalin, Nathalie Viet-Depaule (dir.), Dictionnaire biographique des frères prêcheurs en ligne.

2Ingénieur des Ponts et Chaussées en 1933, il accomplit son service militaire en Algérie en 1934, au cours duquel il dit avoir reçu l’appel d’une « vocation ». Il envisage d’abord d’entrer chez les pères blancs ou les petits frères de Jésus qu’il côtoie sur le sol algérien. Mais, au terme d’une retraite d’élection et sur les conseils d’un jésuite, il opte pour l’Ordre des frères prêcheurs. Il se présente comme postulant à la maison d’Alger, où il est accueilli par le père Joseph Périnelle. Son admission au noviciat d’Amiens, initialement prévue pour septembre 1935, n’aura lieu que dix ans plus tard. Soutien de famille au moment de la maladie puis de la mort de son père (1936), il lui faut en effet reporter son entrée dans l’Ordre. En octobre 1936, il note dans son carnet personnel : « Je prends de plus en plus conscience de l’impérieux devoir qui me presse de répondre au plus tôt à l’appel de Dieu. Dès que Maman aura un petit capital lui permettant de vivre, je partirai. Le devoir de servir Dieu sera alors plus important que celui de venir en aide à d’autres membres de ma famille. » Il contribue, par son salaire d’ingénieur, à financer les études de son frère jusqu’à ce que ce dernier soit à son tour admis à Polytechnique en 1939. Lecteur de l’hebdomadaire dominicain Sept, et inquiet des progrès du communisme dans le contexte de la victoire électorale du Front populaire, Jacques Boilot adhère, en septembre 1936, au Parti social français (PSF) du colonel de la Rocque.

En captivitéEn captivité

En captivité

Pendant la Seconde Guerre mondiale, Dominique Boilot (premier assis en haut à gauche) connaît l’internement en Oflag (1941).

Archives dominicaines de la Province de France/Tangi Cavalin, Nathalie Viet-Depaule (dir.), Dictionnaire biographique des frères prêcheurs en ligne.

3Durant la Seconde Guerre mondiale qu’il commence avec le grade de lieutenant du génie (Croix de guerre, il est cité à l’ordre de la Brigade), la formation religieuse de Boilot est encore différée par la captivité (juin 1940-décembre 1941), par une activité d’instructeur à Polytechnique (1942-1943), puis par un séjour en sanatorium (1943-1944). Ce n’est qu’après son retour, en janvier 1945, qu’il peut revêtir l’habit dominicain. En septembre 1945, il fait la connaissance du père Georges Anawati, à l’occasion d’une causerie donnée par celui-ci au Saulchoir, au couvent Saint-Jacques. Il lui fait part de son attrait pour une « vocation de l’Islam ». Cette orientation est confirmée à la suite d’échanges auprès des pères Ceslas Tunmer, de la mission de Mossoul, Bruno Hussar et Jean de Menasce. Ce dernier esquisse une ligne directrice de l’Ordre : les dominicains, explique-t-il, ont depuis les origines mené un apostolat « théologal » vis-à-vis des « hérétiques » comme des juifs et des musulmans qui tient compte du fait que la « vérité » est partiellement possédée par les âmes auxquels ils s’adressent. Il précise que le vœu du père Marie-Dominique Chenu vise à consacrer des frères aux problèmes de la théologie musulmane ; cela devrait permettre « indirectement la pénétration des milieux cultivés arabes » dans un État où, conclut-il, face à dix-huit millions de musulmans, il n’y a qu’un million de chrétiens parmi lesquels pas plus de 250 000 catholiques (dont 60 000 coptes). Une modeste « section arabe » est constituée à la suite d’un nouveau voyage en France des pères Anawati et Pierre Noury, en 1947. Deux personnalités émergent au sein du groupe, celle de Louis Bataillon, docteur en droit et licencié d’histoire, et celle de Dominique Boilot. Mais, au terme de leur formation théologique, seul le second est pressenti pour une mission au Caire.

Fin du noviciatFin du noviciat

Fin du noviciat

Dominique Boilot avec sa mère après son noviciat (1946).

Archives dominicaines de la Province de France/Tangi Cavalin, Nathalie Viet-Depaule (dir.), Dictionnaire biographique des frères prêcheurs en ligne.

4Une étape préalable à l’assignation est cependant suggérée par Georges Anawati, afin que son frère renforce sa connaissance de la langue arabe. Ayant soutenu son coetus au Saulchoir d’Étiolles en octobre 1951, Dominique Boilot passe donc quelques mois au couvent de l’Annonciation du Faubourg Saint-Honoré pour pouvoir suivre des cours à l’École des langues orientales et à l’École pratique des hautes études. Durant cette période transitoire, il suit l’enseignement de l’orientaliste Louis Massignon et accueille le romancier Taha Hussein, de passage à Paris après avoir quitté ses fonctions de ministre de l’Instruction publique en Égypte : « Les Dominicains ont “la cote” dans son esprit. Ils servent très bien au Caire la Science et la cause du rapprochement entre Orient et Occident ; ils ne se mêlent pas à la politique française actuelle » (lettre de Boilot à Anawati, 1952). La représentation qu’il se fait du rôle de l’Ordre en Égypte tient alors en trois points : travail scientifique, justifiant la présence auprès du gouvernement ; ministère auprès des chrétiens ; contacts avec des musulmans. L’important, précise-t-il dans ses notes personnelles, est de ne pas séparer la question de la conversion des musulmans et celle des Églises d’Orient : « Cette triple insertion doit laisser le temps d’observer, de méditer, de se préparer à “intervenir”, “offensivement” quand l’heure viendra (elle viendra) p. ex. proclamer la vérité dans un cas d’actualité, devant un événement, une situation sociale, un livre, etc., éclairer l’opinion. »

5La Maison dominicaine du Saint-Rosaire, au Caire, dans laquelle il arrive en septembre 1952, est sujette à de vives tensions. Les trois arabisants, Georges Anawati, Jacques Jomier et Serge de Beaurecueil sont en conflit avec le père Marie-Dominique Boulanger sur la vocation du lieu : les premiers sont convaincus que l’orientation pastorale tournée vers les élèves francophones des établissements tenus par les Frères des Écoles chrétiennes, en vue d’une formation thomiste, relève d’un projet dépassé. Ils œuvrent pour constituer un noyau de savants, de confession catholique, aptes à entrer en relation avec l’élite égyptienne. Or, selon le jugement de Boilot, le père Boulanger ne favorise ni la rencontre avec les coptes, ni celle avec les musulmans, mais il se dit convaincu que le « conflit entre deux générations de missionnaires se résoudra nécessairement par le triomphe de la plus jeune ». La crise se dénoue peu après le rattachement de la Maison du Caire à la Province de France. Lors de sa première visite canonique, en mars 1953, le prieur provincial Albert-Marie Avril voue officiellement la Maison aux études arabes et islamiques, selon le vœu exprimé par le père Chenu en 1938, et fonde l’Institut dominicain d’études orientales (IDEO). Boilot est nommé supérieur de la Maison, Boulanger vicaire et Anawati directeur de l’IDEO : « Esprit réfléchi, méthodique, prudent, le P. Boilot contribua beaucoup à donner à l’IDEO sa structure, à l’articuler harmonieusement avec celle du couvent » (Georges Anawati). Pourtant, un second problème reste en suspens : faut-il emprunter la ligne tracée par l’École biblique de Jérusalem dont l’orientation est exclusivement savante, selon le souhait de Jacques Jomier, ou œuvrer également à la vulgarisation des travaux érudits en ne négligeant pas les relations publiques avec le milieu de l’intelligentsia égyptienne, comme le fait Georges Anawati ? Boilot penche davantage pour le second, il engage et maintient l’équipe sur une ligne de crête située entre repliement érudit et déploiement dans le milieu de la culture.

6Bénéficiant du statut d’attaché de l’Institut français du Caire sans salaire, il met à profit ses compétences en mathématiques pour travailler dans le domaine de l’histoire des sciences arabes. Suivant le conseil d’Anawati, il choisit de s’intéresser à un musulman né sur les bords de la mer Caspienne : Abû Rayhân al-Bîrûnî (973- v. 1050). Mathématicien, physicien, géographe, botaniste, astronome, historien, chronologue et linguiste, Bîrûnî est un des premiers savants musulmans à avoir étudié avec sympathie la philosophie et les sciences de l’Inde ; il enseignait, en retour, celles de la Grèce. Après plusieurs mois de recherches, Boilot publie un dossier dans le n° 2 des Mélanges de l’Institut dominicain d’études orientales du Caire (MIDEO) en 1955 qui se présente comme l’état le plus exhaustif de la bibliographie sur le sujet : œuvres imprimées, catalogues de manuscrits, études sur Bîrûnî et son contexte. Ce travail est complété et corrigé dans le numéro suivant (1956). La qualité de cette monographie est saluée par les spécialistes, qui invitent Boilot à rédiger la notice « Bîrûnî » pour la deuxième édition de l’Encyclopédie de l’Islam. Un bref texte est, postérieurement, donné pour un numéro spécial qu’il co-dirige de la revue de l’UNESCO, consacré au savant de l’Asie centrale. Dans ces écrits, la dimension historiographique visant à réévaluer la part de la « science arabe » dans le patrimoine de l’humanité, est complétée de références à l’apport particulier de la personnalité étudiée : « Un précurseur et un trait d’union, tel nous apparaît bien Bîrûnî, par ses aptitudes à la méthode scientifique qui en font aujourd’hui un Maître pour l’Orient moderne et lui assurent la gratitude de l’Occident savant ; par ses aptitudes à la compréhension inter-culturelle qui font de son œuvre, pour l’Orient comme pour l’Occident, un témoignage de leur unité profonde et de leur fraternité humaine. »

7Les tâches du priorat sont prenantes dans une maison qui accueille une demi-douzaine de nouveaux pères ainsi que quatre frères convers en moins d’une décennie : instauration d’un « complément d’observance » en vue de renforcer l’atmosphère de « vie régulière » au sein du couvent, direction des travaux de construction ou d’aménagement des locaux, gestion des différents aspects de la vie quotidienne, coordination de l’action avec d’autres ordres religieux – jésuites et pères blancs notamment –, initiatives visant à recruter des postulants destinés aux études arabes, ouverture de la maison à des spécialistes du monde entier, quête régulière de soutiens financiers. Elles conduisent Boilot à renoncer à la recherche. Secrétaire de rédaction du MIDEO, il s’occupe de la correction des épreuves et de la diffusion du volume annuel qui est publié par la maison d’édition égyptienne Dâr al-Maaref avant d’être repris par la Librairie du Liban lorsque les propriétaires de la première voient leurs biens mis sous séquestre. En 1957, lors de l’offensive publique portée à l’encontre du travail des dominicains par un important shaykh d’al-Azhar, Boilot adopte une attitude d’apaisement à l’égard des autorités, tout en considérant en privé que « l’attaque [est] assez déloyale ». Sur un autre front, il intervient auprès du provincial Vincent Ducattillon pour signaler que l’essai du dominicain Gabriel Théry relatif aux origines du Coran, « tant au plan scientifique qu’au plan apostolique […] est tout à fait néfaste et va à l’encontre de notre travail ». C’est également lui qui est chargé de l’établissement de la bibliographie provisoire du père Georges Anawati pour les « Mélanges Anawati-Gardet » publiés dans la revue belge Recherches d’islamologie.

8Les activités pastorales de Boilot sont centrées sur les visites auprès des Sœurs dominicaines de la Délivrande, à Héliopolis, ainsi qu’aux tertiaires dominicains dont un tiers des membres masculins émigrent après 1956, la branche féminine ne résistant pas mieux. Il prend, par ailleurs, la direction du « groupe d’études Saint-Dominique » qui succède au Cercle thomiste fondé par Marie-Dominique Boulanger. Il est membre de la Badaliya, sodalité de prières créée par Louis Massignon et Mary Kahil à Damiette, en 1933, dont les statuts ont été officiellement approuvés au début de l’année 1947 par Mgr Medawar, évêque grec-catholique du Caire : « Pour réaliser et consommer, dans toute sa vérité providentielle, la vocation des chrétiens en Orient, de race ou de langue arabe, que la conquête musulmane a réduits à n’être plus qu’un si “petit troupeau” », il s’agit de réunir « des âmes faibles et pauvres, qui cherchent à aimer Dieu et à lui faire rendre gloire, de plus en plus, dans l’Islam ». De cette Badaliya émane l’institut égyptien à destination culturelle Dâr as-Salâm, porté par Mary Kahil, et dans lequel le père Boilot intervient également pour donner deux conférences (« Réponses scientifiques au mystère de nos origines » et « Les harmonies chrétiennes de nos origines »). En 1956, à l’occasion des premières Journées romaines qui rassemblent les représentants des principaux ordres et congrégations établis en milieu majoritairement musulman, Boilot présente un essai d’une douzaine de pages sur la « Position chrétienne à l’égard du prophétisme ». Après le décès de Louis Massignon, en 1962, il est perçu par les membres de la Badaliya comme celui qui peut aider à soutenir cette union de prières, et il se charge de la rédaction d’un hommage à l’orientaliste catholique avec lequel les relations furent parfois crispées : « [Massignon fut] le ferment fécondant d’une recherche théologique sur la signification et la corrélation des grands faits religieux à l’intérieur du monothéisme. »

9Les Églises unies à Rome dans le monde arabe explorent différentes pistes en vue d’asseoir une présence qui leur est souvent contestée. À plusieurs reprises, l’Église copte catholique a vainement tenté de créer une congrégation religieuse masculine. L’initiative est relancée une nouvelle fois, fin 1957, par Mgr Isaac Ghattas, coadjuteur du patriarche. Elle reçoit l’appui de l’ordinaire latin, l’accord du provincial de France et l’autorisation de la Congrégation orientale. L’intérêt de Boilot, sollicité pour l’occasion, est immédiat : « Missionnaires diocésains, aptes à prêcher de paroisse en paroisse et à soutenir efficacement un clergé séculier très isolé. Notre Ordre “des Frères Prêcheurs” paraît tout à fait indiqué pour donner l’impulsion à une telle fondation. » Fin 1959, un noviciat copte-catholique est ouvert, au sein de la Maison du Caire, réaménagée pour l’occasion. Mais l’expérience des frères de la Prédication de Saint-Marc tourne court du fait de mésententes internes et de désaccords avec les frères prêcheurs. Moins d’un an plus tard, le noviciat est déplacé et la congrégation cesse d’exister en 1963. Si Boilot dresse le constat selon lequel le « clergé copte catholique ne désire pas notre collaboration dans les choses coptes », il a saisi cette occasion pour renforcer des liens. Élu évêque de Louxor, Mgr Isaac Ghattas lui demande de devenir son théologien particulier lors du concile Vatican II. De ce fait, Boilot participe indirectement à la rédaction du passage relatif aux musulmans dans le schéma De Ecclesia et à celle du décret Orientalum Ecclesiarum.

10La mise en sommeil de l’activité orientaliste du père Boilot s’explique encore par son travail de coordination des activités dominicaines, depuis le Maroc jusqu’à l’Irak, alors que les responsables de la Province de France peinent à définir un nouveau cadre d’organisation : en 1963, deux vicariats provinciaux sont reconnus, celui d’Irak d’une part, celui d’Afrique septentrionale (Maroc, Algérie, Égypte) d’autre part. Dans le contexte de décolonisation et de départ massif des populations européennes, il prend l’initiative d’ouvrir une filiale de la Maison du Caire à Beyrouth en 1963. Celle-ci est présentée comme une base de repli destinée aux dominicains d’Égypte et d’Irak où la situation reste précaire pour l’ensemble des religieux étrangers. Le choix obéit aussi au souhait de s’associer au dynamisme d’une élite culturelle polyglotte, assise sur un solide réseau universitaire, en fondant un « centre de prédication évangélique », un « foyer d’œcuménisme » et une section de l’Institut international de recherche et de formation en vue du développement harmonisé (IRFED). En France, les pères Ceslas Tunmer et Jourdain de Rudder ne sont pas favorables au projet, au contraire du père Albert-Marie Avril qui le soutient. Les forces vives ne manquent pas, les effectifs atteignent des sommets en 1965 : douze dominicains sont alors assignés au Caire et six à Beyrouth. Mais ces données brutes cachent des difficultés portant à la fois sur des questions de personnes et d’orientation pastorale. En octobre 1967, sans même avoir été consulté, Boilot est nommé prieur du couvent de Mossoul. Il en tire un grand dépit : « Cela signifiait mon éviction de toute l’œuvre du Caire et de l’IDEO, de la fondation de Beyrouth en plein chantier matériellement et humainement, et aussi de la réalisation du vicariat, – pour me faire jouer à Mossoul un rôle consolateur parfaitement inefficace sur les structures » (lettre à Anawati, 13 novembre 1967). Au terme d’un échange avec le provincial, les décisions du Conseil du 12 octobre sont annulées par celui du 7 décembre 1967. Le père Khalil Kossassarly est nommé prieur de Mossoul, le père Yousif Attisha supérieur de Bagdad, le père Albert-Marie Parasote est relevé de sa charge de vicaire provincial d’Irak et une réunion des supérieurs est prévue à Beyrouth, en avril 1968, pour organiser la fusion des deux vicariats provinciaux en un « vicariat régional du Monde arabe ».

11Les assises provinciales de l’été 1969 illustrent les divergences d’options entre les maisons de Bagdad, Mossoul, Beyrouth, Le Caire, Casablanca et Alger. Les représentants dominicains du Liban entendent forcer l’optimisme en se réclamant de la patrie du « chrétien oriental libre » susceptible de devenir une « Église-mère au Maghreb » du fait de la promotion croissante de l’arabité dans la région. Le Caire tient une position médiane entre Alger, qui voit dans l’IDEO une conception archaïque de la mission et Mossoul qui, à l’inverse, s’inquiète des orientations socialisantes de la vie apostolique des dominicains d’Égypte. Deux ans plus tard, un nouveau découpage est décidé, l’Irak, le Liban et l’Égypte constituant le « vicariat régional » spécifique en Orient. Cette charge de « vicaire » est cependant supprimée en 1984, elle est remplacée par celle de « prieur régional ». Tentant de prendre du recul face à cette instabilité chronique, Dominique Boilot propose une synthèse de l’activité des frères prêcheurs dans la longue durée, à l’occasion d’une conférence qu’il donne à plusieurs reprises au Caire, à Alexandrie et à Beyrouth, avant de l’éditer : « Les origines de l’ordre Dominicain et son rayonnement au Proche-Orient ». À titre personnel, il ne néglige pas la branche féminine, puisqu’il s’occupe également des sœurs arabes du Rosaire au Koweit et dans les territoires palestiniens. À l’occasion de ses différents déplacements, il a aussi l’occasion de retrouver Muhittin Usuu Toköt avec qui il entretient un « dialogue très fraternel », à Istanbul, en juillet 1968.

12Les départs et le tarissement des vocations au sein de la Province de France ne permettent cependant plus le renouvellement des générations dans les maisons du monde arabe, l’Irak constituant une exception. Mais ce sont surtout les guerres successives au Liban, à compter du printemps 1975, qui viennent bouleverser les projets élaborés par les soins de Boilot quinze ans plus tôt. Dès lors, il s’agit surtout de gérer l’urgence et la pénurie dans un pays déchiré, tout en poursuivant la coordination du travail à l’IDEO. En 1988, son permis de séjour étant arrivé à expiration, il ne parvient pas à obtenir de permis de résidence à Beyrouth-Ouest, où se trouve le couvent, mais seulement à Beyrouth-Est. Cela l’empêche d’arriver au Liban par voie aérienne et le contraint à effectuer le voyage par bateau depuis Chypre, ce qui l’éprouve physiquement. De passage au Caire, pour « boucler » le volume 19 du MIDEO, il décède dans la nuit du 15 au 16 janvier 1989 des suites d’une thrombose coronaire. Il est inhumé au Caire dans le tombeau réservé à la communauté dominicaine.

Haut de page

Sources

Archives dominicaines de la Province de France. — Archives de l’Institut dominicain d’études orientales. — Georges Chehata Anawati, OP, « Le père Dominique Boilot, op (1912-1989) », Mélanges de l’Institut dominicain d’études orientales du Caire , n° 19, p. 418-421. — Ut sint unum, janvier 1989, p. 15-16. — Dominique Avon, Les Frères prêcheurs en Orient. Les dominicains du Caire (années 1910-années 1960), Paris, Les Éditions du Cerf, 2005. — Jean-Jacques Pérennès, OP, Georges Anawati (1905-1994). Un chrétien égyptien devant le mystère de l’islam, Paris, Les Éditions du Cerf, « L’histoire à vif », 2008.

Haut de page

Œuvre

La méditation prophétique du Christ, thèse, Le Saulchoir, 1951. — « L’œuvre d’al-Beruni : essai bibliographique », MIDEO, Le Caire, 1955 et 1956 (1998, 2e éd.). — Position chrétienne à l’égard du prophétisme, brochure, Rome, 1956. — « Hommage des dominicains du Caire », Mémorial Louis Massignon, Le Caire, 1963. — Les origines de l’ordre Dominicain et son rayonnement au Proche-Orient, Alexandrie, Bibliothèque Radamésienne, 1970. — « Al-Bîrûnî » et « Habash al-Hasîb al-Marwazî », deux notices de l’Encyclopédie de l’Islam, édité par P. Bearman, Th. Bianquis, C.E. Bosworth, E. van Donzel and W.P. Heinrichs. — « La longue odyssée : sur les pas d’un savant dans un monde en effervescence », dans Autour de l’an mil en Asie centrale, un esprit universel : al-Biruni (Jacques Boilot, Boris Gafourov, Mohammed Salim-Atchekzai et al.), Paris, UNESCO, 1974. — Bibliographie de Georges Chehata Anawati pour les « Mélanges Anawati-Gardet » publiés dans la revue belge Recherches d’islamologie, Louvain, Peeters, 1977. — « Ordre dominicain des frères prêcheurs », Al-Manarat, Jounieh (Liban), 1989 (article posthume).

Haut de page

Table des illustrations

Titre Service militaire en Algérie
Légende Une fois ingénieur des Ponts-et-Chaussées, Dominique Boilot accomplit son service militaire en 1934 en Algérie.
Crédits Archives dominicaines de la Province de France/Tangi Cavalin, Nathalie Viet-Depaule (dir.), Dictionnaire biographique des frères prêcheurs en ligne.
URL http://journals.openedition.org/dominicains/docannexe/image/141/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 188k
Titre En captivité
Légende Pendant la Seconde Guerre mondiale, Dominique Boilot (premier assis en haut à gauche) connaît l’internement en Oflag (1941).
Crédits Archives dominicaines de la Province de France/Tangi Cavalin, Nathalie Viet-Depaule (dir.), Dictionnaire biographique des frères prêcheurs en ligne.
URL http://journals.openedition.org/dominicains/docannexe/image/141/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 132k
Titre Fin du noviciat
Légende Dominique Boilot avec sa mère après son noviciat (1946).
Crédits Archives dominicaines de la Province de France/Tangi Cavalin, Nathalie Viet-Depaule (dir.), Dictionnaire biographique des frères prêcheurs en ligne.
URL http://journals.openedition.org/dominicains/docannexe/image/141/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 184k
Haut de page

Pour citer cette notice

Référence électronique

Dominique Avon, « BOILOT Dominique », Dictionnaire biographique des frères prêcheurs [En ligne], Notices biographiques, B, mis en ligne le 17 avril 2015, consulté le 17 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/dominicains/141

Haut de page

Auteur

Dominique Avon

Notices du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© CEMS / IMM-EHESS

Haut de page
  • Logo EHESS
  • Logo Bibliothèque du Saulchoir
  • Logo Ordre des Prêcheurs
  • OpenEdition Journals