Navigation – Plan du site

AMOUDRU Jean-Baptiste

AMOUDRU Maurice Félix Marie à l’état civil ; AMOUDRU Jean-Baptiste en religion
Nathalie Viet-Depaule

Résumé

Né le 31 août 1878 à Dole (Jura), mort le 12 octobre 1961 à Rouen (Seine-Inférieure puis Seine-Maritime).
Professeur d’apologétique puis de théologie à Ottawa et à Montréal (Canada) ; curé de Notre-Dame de France à Saint-Pétersbourg (Pétrograd puis Léningrad) de 1907 à 1935 ; évêque de Pyrgos et administrateur apostolique du diocèse de Léningrad.

Haut de page

Historique

Notice validée et mise en ligne le 29/04/2015.
Iconographie ajoutée le 07/02/2015.

Texte intégral

• Vestition pour la Province de France : 25 septembre 1895 à Amiens
• Profession simple : 25 septembre 1896 à Amiens
• Profession solennelle : 26 septembre 1899 au couvent Saint-Étienne à Jérusalem
• Ordination sacerdotale : 21 septembre 1901 à l’église patriarcale de Jérusalem
• Ordination épiscopale : 30 avril 1935 à Saint-Louis des Français à Moscou

1Issu d’une vieille famille implantée à Dole depuis des générations (un de ses ancêtres paternels, architecte, avait été maire de la ville de 1790 à 1791), Maurice Amoudru est un des dix enfants de Stanislas Amoudru, fils d’un avocat, avocat lui-même, et de Madeleine Louvet, fille d’un notaire dolois. Il grandit dans un milieu profondément chrétien : son père, membre de la conférence de Saint-Vincent de Paul, avocat diocésain de l’archidiaconé de Dôle, membre de l’archiconfrérie du Saint-Sacrement, deviendra tertiaire dominicain le 18 septembre 1898 sous le nom de frère Dominique ; un de ses frères, Paul Amoudru, lui succédera en 1896 dans l’Ordre des frères prêcheurs sous son prénom d’état civil mais en sortira avant la fin du noviciat ; deux de ses sœurs seront des filles de Saint-Vincent de Paul ; une autre de ses sœurs sera novice chez les ursulines.

Jean-Baptiste Amo...Jean-Baptiste Amoudru, jeune dominicain, années 1900

Jean-Baptiste Amoudru, jeune dominicain, années 1900

Cette photographie a été probablement prise à Jérusalem.

Archives dominicaines de la Province de France/Tangi Cavalin, Nathalie Viet-Depaule (dir.), Dictionnaire biographique des frères prêcheurs en ligne.

2Tout jeune bachelier, Maurice Amoudru demande à entrer dans l’Ordre de Saint-Dominique. Âgé de dix-sept ans, il reçoit l’habit sous le nom de frère Jean-Baptiste. Il fait son noviciat à Amiens, passe un an à Flavigny (1896-1897) puis est envoyé à l’École biblique de Jérusalem pour terminer ses études. Ayant obtenu son lectorat de théologie en mai 1902, il donne des cours d’apologétique pendant un an à Jérusalem puis est envoyé comme professeur au Canada qui dépendait de la Province de France, avant qu’elle ne prenne son indépendance canonique en 1911. Il enseigne d’abord la théologie dogmatique à Ottawa, puis à Montréal, sans éprouver beaucoup d’attrait pour la pédagogie.

Carte d’invitatio...Carte d’invitation à l’inauguration de l’église Notre-Dame de France à Saint-Pétersbourg en 1909

Carte d’invitation à l’inauguration de l’église Notre-Dame de France à Saint-Pétersbourg en 1909

Archives dominicaines de la Province de France/Tangi Cavalin, Nathalie Viet-Depaule (dir.), Dictionnaire biographique des frères prêcheurs en ligne.

3Assigné par le maître général, Hyacinthe-Marie Cormier, en Russie où les dominicains, présents depuis le xvie siècle, veulent renforcer leur implantation, Jean-Baptiste Amoudru est en 1907 le quatrième frère prêcheur français envoyé exercer un apostolat après Antonin Éveillé-Lagrange en 1886, Ambroise Cuny en 1895, Marie-Albert Libercier, curé de Saint-Louis des Français à Moscou depuis 1899. Affecté lui-même dans la capitale de l’empire tsariste, il remplace Ambroise Cuny, rappelé au couvent de Nancy, et hérite de la cure de la nouvelle église de Notre-Dame de France, située au centre de la ville et inaugurée officiellement le 22 novembre 1909 – la paroisse avait été créée en 1901 autour d’une chapelle provisoire pour accueillir la communauté catholique française qui comptait alors 1 500 fidèles.

4Une fois sur place, Jean-Baptiste Amoudru mesure combien son ministère dépasse le seul service de sa paroisse. Il prend la suite de dominicains (français et allemands) qui, depuis 1815, avaient bâti un début de couvent, encadré des écoles, créé asiles et orphelinats, donné des cours et desservi les diverses colonies catholiques (allemande – la plus importante, française, italienne, belge et anglaise). Leur activité, d’ailleurs, ne se bornait pas à la seule ville de Saint-Pétersbourg mais aussi en missions dans le pays. Il doit donc faire face à de très nombreuses sollicitations apostoliques, prêcher et confesser en russe, tout en supportant une santé éprouvée par une entérite chronique.

5Mais ses ennuis de santé ne sont rien comparés aux événements politiques qui vont infléchir sa manière d’exercer son apostolat. Il est en effet confronté aux troubles prérévolutionnaires, à la chute du tsarisme, au triomphe des bolcheviques, puis à la guerre civile. Il écrit à son père, le 24 avril 1917 : « Je suis à mon poste ici pour faire mon devoir, le bon Dieu saura bien m’y garder tant qu’Il voudra que j’y reste. Nous sommes ici en plein socialisme révolutionnaire. Où allons-nous ? Je n’en sais rien et je suis bien sûr que personne n’en sait plus que moi ; pour moi, je crois que la Russie va à sa ruine, c’est surtout triste pour nous. » Si on ignore exactement ce qui lui est arrivé aux lendemains de la révolution d’Octobre, on sait qu’il a été arrêté et détenu un certain temps dans une des geôles bolcheviques, puis libéré : « Les derniers rapatriés de Russie, rentrés à la fin d’octobre, nous ont donné des nouvelles satisfaisantes de la santé du P. Amoudru. Le père n’a pas voulu se joindre à leur convoi. Après avoir aidé puissamment à soutenir par son indomptable énergie le moral de la colonie française, sa générosité a estimé que son rôle n’était pas terminé par le départ de celle-ci : il demeure là-bas le gardien de Notre-Dame de France. Une longue lettre, datée du 19 octobre et parvenue à Paris le 11 novembre, confirme son désir de ne pas abandonner l’œuvre à laquelle il se dévoue depuis treize ans. »

6Après la vague des rapatriements, il ne reste que des Français trop âgés ou trop pauvres pour rentrer en France et des Polonais. Jean-Baptiste Amoudru dessert non seulement sa paroisse mais les autres églises catholiques de Pétrograd ou de ses environs dont les curés ont été arrêtés ou expulsés. Son apostolat se restreint progressivement à sa paroisse et à l’asile car – du moins en 1922 – toutes les églises sont fermées ou réquisitionnées. L’Année dominicaine cite une de ses lettres datée du 15 mars 1922 disant que « son ministère est consolant, malgré des difficultés très grandes ». En effet, des petits billets adressés à ses sœurs religieuses indiquent combien son réseau de sociabilité est touché : « La misère chez ces pauvres russes de la « bourgeoisie » est effrayante. Nos maîtres pour faire des économies mettent à la porte du jour au lendemain une quantité d’employés, surtout ceux qui étaient d’origine bourgeoise et tous ces pauvres gens ne peuvent plus trouver de travail, il n’y a plus ni commerce, ni industrie ou à peu près, et ils meurent de faim. On chasse aussi de l’Université tous les jeunes gens qui sont d’origine bourgeoise, ou ne sont pas assez rouges, même quand ils sont à la veille de terminer leurs études, et les voilà jetés à la rue sans diplômes. Beaucoup se suicident de désespoir. »

7Dans ce contexte, seul dominicain en Russie, aux prises à des conditions matérielles proches du dénuement, risquant à tout moment d’être victime de la répression religieuse ou de rendre suspect quiconque a des relations avec lui, Jean-Baptiste Amoudru exerce cependant son ministère avec détermination. Il expliquera plus tard, lorsqu’il sera revenu en France, que toutes ses lettres étaient examinées « par le guépéou et qu’il était particulièrement surveillé ». Son attitude lui vaut, en 1922, d’être promu officier d’académie et d’être nommé chevalier de la Légion d’honneur avec cette citation : « Ne cesse de faire preuve, à l’égard de nos compatriotes restés en Russie, du plus admirable dévouement. » Il sera aussi décoré de l’Ordre Polonia resituta (Ordre de la Renaissance de la Pologne) comme commandeur. Il semble, en effet, surmonter, voire braver, toutes les difficultés. Il écrit à Raymond Louis, en septembre 1930 : « Vous ne vous faites pas idée à quel point on est soupçonneux, surtout contre moi. On ne doute pas que je ne fasse de l’espionnage, et pourtant j’en suis bien innocent ; ne sachant absolument rien, je serais bien embarrassé pour faire parvenir à d’autres des renseignements que je n’ai pas moi-même. Je ne vois personne, je ne reçois personne, je n’écris à personne, et par conséquent je ne reçois de lettre de personne. Je suis surchargé de travail, et le temps qui me reste, je le consacre à la prière que le bon Dieu me fait la grâce d’aimer de plus en plus : et j’y trouve toutes les forces et toutes les consolations dont j’ai besoin et je ne désire rien d’autres. » Il a alors la charge de six paroisses où il se dépense sans compter.

8Sa présence à Léningrad – comme celle de Mgr Neveu, assomptionniste, évêque depuis 1926 à Moscou – a d’ailleurs la caution du Saint-Siège. Celui-ci, profitant des accords diplomatiques avec certains pays européens, maintient sa volonté de voir des prêtres catholiques en Russie au service des communautés francophones, même lorsque la terreur stalinienne se développe dans les années 1930. La situation est telle que les administrations apostoliques n’existent pratiquement plus, car le clergé catholique russe n’a plus les moyens de fournir des prêtres pour les gérer. Mgr Neveu alerte Rome et propose en 1934 que Jean-Baptiste Amoudru soit promu évêque et devienne administrateur apostolique de Léningrad. Pie XI étant favorable à cette ordination, Mgr Neveu procède à la consécration épiscopale. Elle a lieu, secrètement, le 30 avril 1935 à Saint-Louis des Français, en présence de deux témoins dont le dominicain français Michel Florent, arrivé au mois de janvier pour seconder le futur évêque. Malgré toutes les précautions prises, la nouvelle du sacre est rapidement connue, ce qui vaut à Mgr Amoudru, évêque de Pyrgos, d’être expulsé d’URSS le 20 août 1935 sans avoir eu la possibilité d’exercer ses nouvelles fonctions. Il vit son départ comme un véritable traumatisme et ne cessera de répéter que l’enjeu de son sacre était le fruit de la politique, ce qui ne pouvait avoir qu’une issue douloureuse : « On a cru très intelligent de donner ma tête aux bolcheviks, ce dont ont eu à souffrir cruellement les 30 000 ou 40 000 catholiques de Léningrad ».

Mgr Amoudru, évêq...Mgr Amoudru, évêque à Léningrad, à son retour en France, août 1935

Mgr Amoudru, évêque à Léningrad, à son retour en France, août 1935

Mgr Amoudru au Havre entre le dominicain Jean Eloy et un tertiaire dominicain, M. Auffray, bienfaiteur du couvent de la ville. À l’arrière-plan, le paquebot Colombie sur lequel il a voyagé. Au journaliste de l’Intransigeant qui l’interroge à sa descente de bateau, il déclare : « Je vous en prie, ne me posez pas de question. »

Archives dominicaines de la Province de France/Tangi Cavalin, Nathalie Viet-Depaule (dir.), Dictionnaire biographique des frères prêcheurs en ligne.

9C’est un évêque sans évêché, sans charge, qui rejoint la France, un évêque qui va, malgré son ordination épiscopale, toujours rester dans l’Ordre des prêcheurs et qui n’ordonnera prêtres que quelques dominicains, notamment son petit-neveu Jacques Amoudru. Le Saint-Siège, en effet, ne lui offrira aucune autre fonction épiscopale et il en concevra une certaine amertume. Dès son arrivée au Havre, le maître de l’Ordre, Martin-Stanislas Gillet, de passage à Paris, lui demande au nom du Saint-Siège la plus grande discrétion (aucune interview) à son sujet comme au sujet de l’URSS, de prendre du repos mais de préférence en province et de ne venir à Rome que sur une invitation expresse du Saint-Siège. Il gagne alors où les sœurs dominicaines de Château-Thierry l’accueillent, et met à profit son temps pour rédiger une notice sur Mgr Leonid Feodorov qui, mort en 1935, apparaît comme la figure du martyr russe catholique (emprisonné en Sibérie puis déporté, il meurt en « martyr de la foi » et sera canonisé en 2001). En 1936, il accepte l’aumônerie des sœurs dominicaines de Pensier en Suisse dont l’atmosphère lui apporte un certain réconfort. Il écrit en mars 1938 : « Je suis très heureux de cette vie de calme, de silence, de prière bien occupée cependant, mais j’ai tout un petit monde d’enfants, de novices, de sœurs pour qui je fais tout le service religieux, les confessions, catéchisme, instructions, cours. D’ailleurs c’est la pleine campagne à six kilomètres de Fribourg et je ne vois ni ne connais personne en dehors de mon petit monde. » Toutefois, il effectue des déplacements pendant ces quinze ans passés en Suisse, prêchant des retraites à diverses communautés de dominicaines (dominicaines d’Orléans, dominicaines de Béthanie) et donnant des conférences sur la spiritualité.

Mgr Amoudru à son...Mgr Amoudru à son retour de Russie au Saulchoir

Mgr Amoudru à son retour de Russie au Saulchoir

Archives dominicaines de la Province de France/Tangi Cavalin, Nathalie Viet-Depaule (dir.), Dictionnaire biographique des frères prêcheurs en ligne.

10En septembre 1951, à la demande du prieur provincial, Albert-Marie Avril, Jean-Baptiste Amoudru devient aumônier des moniales dominicaines de Châtenay-Malabry jusqu’à leur déménagement en 1958. Il entre alors dans une maison de retraite à Onzain dans le Loir-et-Cher où il demeure deux ans, puis chez les Dames de l’institut dominicain séculier de Jésus crucifié à Rouen jusqu’au moment où, très affaibli, il est transporté à la clinique des sœurs de la Compassion. Il y meurt le 12 octobre 1961. Après l’homélie du prieur provincial, Joseph Kopf, et l’absoute du Mgr Martin, archevêque de Rouen, il est inhumé au cimetière municipal de Bonsecours dans le carré consacré à la sépulture des prêtres décédés à la maison de retraite diocésaine.

Haut de page

Sources

Archives dominicaines de la Province de France. — L’Année dominicaine, 1902-1935. — Étienne Fouilloux, Les catholiques et l’unité chrétienne du xixe au xxe siècle, Paris, Le Centurion, 1982. — Antoine Wenger, Rome et Moscou 1900-1950, Paris, Desclée de Brouwer, 1987. — Laura Pettinaroli, La politique russe du Saint-Siège (1905-1939), thèse de l’Université Lumière-Lyon-2, 2008. — Ut sint unum, 1er novembre 1961, p. 109. — La semaine religieuse du diocèse de Saint-Claude, 2 novembre 1961.

Haut de page

Œuvre

Préface, Les moniales dominicaines par une moniale de Châtenay, Étiolles, impr. du Monastère de la Croix, 1952.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Jean-Baptiste Amoudru, jeune dominicain, années 1900
Légende Cette photographie a été probablement prise à Jérusalem.
Crédits Archives dominicaines de la Province de France/Tangi Cavalin, Nathalie Viet-Depaule (dir.), Dictionnaire biographique des frères prêcheurs en ligne.
URL http://journals.openedition.org/dominicains/docannexe/image/179/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 68k
Titre Carte d’invitation à l’inauguration de l’église Notre-Dame de France à Saint-Pétersbourg en 1909
Crédits Archives dominicaines de la Province de France/Tangi Cavalin, Nathalie Viet-Depaule (dir.), Dictionnaire biographique des frères prêcheurs en ligne.
URL http://journals.openedition.org/dominicains/docannexe/image/179/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 2,3M
Titre Mgr Amoudru, évêque à Léningrad, à son retour en France, août 1935
Légende Mgr Amoudru au Havre entre le dominicain Jean Eloy et un tertiaire dominicain, M. Auffray, bienfaiteur du couvent de la ville. À l’arrière-plan, le paquebot Colombie sur lequel il a voyagé. Au journaliste de l’Intransigeant qui l’interroge à sa descente de bateau, il déclare : « Je vous en prie, ne me posez pas de question. »
Crédits Archives dominicaines de la Province de France/Tangi Cavalin, Nathalie Viet-Depaule (dir.), Dictionnaire biographique des frères prêcheurs en ligne.
URL http://journals.openedition.org/dominicains/docannexe/image/179/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 276k
Titre Mgr Amoudru à son retour de Russie au Saulchoir
Crédits Archives dominicaines de la Province de France/Tangi Cavalin, Nathalie Viet-Depaule (dir.), Dictionnaire biographique des frères prêcheurs en ligne.
URL http://journals.openedition.org/dominicains/docannexe/image/179/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 520k
Haut de page

Pour citer cette notice

Référence électronique

Nathalie Viet-Depaule, « AMOUDRU Jean-Baptiste », Dictionnaire biographique des frères prêcheurs [En ligne], Notices biographiques, A, mis en ligne le 29 avril 2015, consulté le 13 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/dominicains/179

Haut de page

Auteur

Nathalie Viet-Depaule

Notices du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© CEMS / IMM-EHESS

Haut de page
  • Logo EHESS
  • Logo Bibliothèque du Saulchoir
  • Logo Ordre des Prêcheurs
  • OpenEdition Journals