Navigation – Plan du site

DIDON Henri

DIDON Henri Louis Rémy à l’état civil ; DIDON Martin en religion
Yvon Tranvouez

Résumé

Né le 17 mars 1840 au Touvet (Isère), mort le 13 mars 1900 à Toulouse (Haute-Garonne).
Prédicateur renommé mais controversé, car réputé libéral (1865-1880) ; « exilé » au couvent de Corbara, en Corse (1880-1881) ; revenu à Paris, travaille (1881-1890) à une vie de Jésus-Christ ; prieur de l’École Albert-le-Grand d’Arcueil (1890-1900), contribue, avec Pierre de Coubertin, à la naissance des Jeux olympiques modernes.

Haut de page

Historique

Notice validée et mise en ligne le 01/06/2015.

Texte intégral

• Vestition pour la Province de France : 10 octobre 1856 à Flavigny-sur-Ozerain (Côte-d’Or)
• Profession simple : 10 octobre 1857 à Flavigny-sur-Ozerain (Côte-d’Or)
• Profession solennelle : 21 novembre 1858 à Toulouse
• Ordination sacerdotale : 20 décembre 1862

1Fils de Rémy Auguste Didon, huissier de justice, libéral et républicain, et de Caroline Euphrosine Guillaudin, pieuse catholique, Henri Didon est le quatrième et dernier enfant d’une famille de moyenne bourgeoisie guère épargnée par le sort : il n’a pas connu son frère, mort en bas âge, il perd son père en 1854, et ses deux sœurs disparaissent avant la trentaine, en 1859 et 1862. Ces deuils prématurés expliquent la profonde affection qui le lie à sa mère, et le choc particulièrement douloureux que constituera plus tard pour lui le fait de n’avoir pu être présent à son décès en 1881. Il entre en 1849 au petit séminaire du Rondeau, près de Grenoble, où, depuis 1832, la pédagogie de l’établissement tire profit de compétitions sportives organisées périodiquement sur le modèle des olympiades antiques. Attiré par la vie religieuse à la suite d’un pèlerinage à la Grande Chartreuse, il intègre en 1856 le noviciat dominicain de Flavigny (Côte-d’Or), puis, l’année suivante, le couvent d’études de Chalais (Isère). Mais la rudesse de l’hiver et la rigueur du régime lui provoquent une sévère anémie qui l’oblige à rejoindre, courant 1858, le couvent de Toulouse, où il fait la connaissance d’Henri Lacordaire. Revenu à Chalais en mai 1859, il déménage deux mois plus tard, avec tous ses compagnons d’étude, à Saint-Maximin (Var), de climat plus avenant. Ses qualités intellectuelles lui valent d’être envoyé poursuivre sa théologie à Rome, au couvent de la Minerve, en novembre 1861. Il n’y reste qu’un an – assez pour s’y faire apprécier, trop peu pour avoir le temps d’approfondir sa formation – parce que Saint-Maximin le réclame pour donner les cours d’Écriture sainte. Ordonné prêtre fin 1862, il obtient le grade de lecteur en théologie en 1863, mais bientôt les problèmes de santé le rattrapent. En 1864, à l’issue de sa deuxième année d’enseignement, il doit interrompre une carrière professorale qui s’annonçait prometteuse et part se reposer quelques mois au couvent de Marseille, puis au Touvet, auprès de sa mère.

2Assigné à Paris, au couvent des Carmes, rue de Vaugirard, en juillet 1865, sans que l’on sache encore précisément comment l’employer, il s’occupe, dans la logique de la vocation première de l’Ordre, à prêcher. Envoyé à Londres, en février 1866, pour donner le carême dans l’église française de Baker Street, où il succède à Jacques-Marie Monsabré, il y fait impression auprès d’un public choisi. D’autres prédications – retraites, avents, carêmes – lui font en moins de deux ans une jolie réputation. « Le Père Didon est une étoile qui se lève », assure Le Figaro dès 1867. En décembre 1868, pour l’avent, à l’invitation de Mgr Foulon, il donne sept conférences sur « la conviction religieuse » dans la chapelle de l’hôpital de Nancy, assurant notamment, sans que le prélat trouve à y redire, que « le catholicisme est la grande école de la liberté ». Quelques jours plus tôt, il avait exposé à un auditoire de pieux jeunes gens que « le christianisme n’est pas simplement un signe de croix, un chapelet, une formule, un jour de maigre et une messe basse ». À la satisfaction générale, ses supérieurs l’affectent donc en octobre 1869 au couvent de Nancy. Nouveau succès en décembre, où cette fois, affluence oblige, il parle dans la cathédrale, non sans quelques imprudences de langage qu’il rectifie promptement. Aumônier militaire volontaire pendant la guerre de 1870, il se retrouve enfermé dans Metz avec l’armée du Rhin. Après la capitulation de Bazaine, il se réfugie à Genève jusqu’à la fin des hostilités. Revenu à Nancy, il prononce en juin 1871 l’éloge funèbre de Mgr Darboy, archevêque de Paris et ancien évêque de Nancy, exécuté un mois plus tôt par les Communards. Le père Didon croit bon de souligner à cette occasion que le défunt prélat appelait de ses vœux « l’établissement de l’harmonie entre l’Église et les sociétés modernes ». Contristé, Mgr Foulon lui demande de supprimer cette incise dans la version imprimée du panégyrique : le dominicain refuse et s’en retrouve, trois mois plus tard, assigné à nouveau à Paris, au couvent Saint-Jacques, rue Jean-de-Beauvais.

Le digne fils de ...Le digne fils de Lacordaire

Le digne fils de Lacordaire

Didon est sans doute l’un des dominicains de la Province de France qui s’inscrit le mieux dans la filiation de la figure de Lacordaire : prédicateur de renom, il promeut également l’éducation des jeunes gens ; soucieux de doctrine thomiste, il se veut aussi libéral dans un contexte d’essor du catholicisme intransigeant.

Archives dominicaines de la Province de France/Tangi Cavalin, Nathalie Viet-Depaule (dir.), Dictionnaire biographique des frères prêcheurs en ligne.

3Il poursuit de là son ministère de prédicateur, à Paris mais aussi en province, car on l’y réclame, notamment à Marseille, où il se rend à plusieurs reprises. Il plaît parce qu’il improvise, mais ses interventions perdent en rigueur doctrinale ce qu’elles gagnent en force de conviction, et il devient imprévisible. Un mot élogieux malencontreusement écrit, en 1874, à propos d’un manuscrit hétérodoxe, Le retour du Christ, qui lui a été soumis et recommandé, mais dont il n’a pris qu’une connaissance distraite, lui vaut de nouveaux ennuis. Son billet, publié à son insu en tête du livre imprimé, à la suite d’un autre où Alexandre Dumas fils croit pouvoir se réjouir de la prochaine disparition du catholicisme au profit d’un christianisme éclairé, lui attire une volée de bois vert de la part de L’Univers, l’organe du catholicisme intransigeant. Bien qu’il ait reconnu son imprudence et présenté ses regrets au cardinal archevêque de Paris, le père Didon est éloigné en août 1874 au couvent du Havre par son provincial, Bernard Chocarne, soucieux de calmer les esprits. Il n’y reste que quelques mois et retrouve Paris dès 1875, cette fois au couvent du Saint-Sacrement, faubourg Saint-Honoré, qu’il quitte en 1877 pour rejoindre le couvent Saint-Jacques qui vient de l’élire prieur. Sa réputation oratoire va croissant et lui attire désormais le tout Paris. Il s’enhardit d’autant plus qu’il se sent soutenu par le nouveau pape, Léon XIII, qui, l’ayant reçu en audience privée à Rome en mai 1879, lui a dit, au moment où il prenait congé : « Continuez, Didon, continuez ! » Fin 1879, ses conférences d’avent à Saint-Philippe-du-Roule, très suivies, portent sur le mariage et le divorce, que les républicains envisagent de rétablir. Il en condamne naturellement l’idée, mais en attribue la séduction à l’hypocrisie du mariage bourgeois, sur lequel il n’a pas de mots assez durs. Des plaintes arrivent chez le cardinal Guibert, qui convoque le père Didon. « Vous traitez des sujets qui sont inopportuns », lui dit-il : « Parlez-leur de la Sainte-Vierge, cela vaut mieux. » Le dominicain préfère interrompre sa prédication et l’annonce à son auditoire en des termes où le panache le dispute à l’insolence : « Pour des motifs indépendants de ma volonté et pour des motifs d’ordre supérieur devant lesquels je m’incline religieusement, ces conférences sont suspendues. »

4Trois mois plus tard, alors que la France est agitée par les mesures envisagées par le gouvernement républicain contre les congrégations non autorisées, il choisit imprudemment de parler, pour le carême à l’église de la Trinité, de « la réconciliation de l’Église avec la société moderne ». La foule se presse pour l’écouter : « L’on s’écrasait jusque sur les marches des autels, rappellera plus tard Le Gaulois, les confessionnaux étaient escaladés ; on n’avait cure d’être à son aise ; un coin perdu dans les bas-côtés, une place où poser ses deux pieds, on n’en demandait pas davantage, pourvu qu’on pût voir et entendre. » Ce qu’on voit, c’est un orateur enflammé, ce qu’on entend, un vigoureux plaidoyer pour la liberté et l’égalité. Martin Didon s’en prend vertement aux catholiques nostalgiques de la monarchie : « Il faut de la lumière dans l’Église ! On ne se met pas en travers d’un monde qui passe !… Si la loi providentielle des peuples doit amener dans la vieille Europe et dans les deux mondes un âge nouveau de liberté politique, de république et de démocratie, nul ne l’en empêchera. » Il n’hésite pas non plus à critiquer les jésuites – pourtant les plus menacés par l’offensive gouvernementale – et à se livrer à une exégèse accommodante des quatre dernières propositions du Syllabus, qui condamnaient le libéralisme. À un journaliste qui lui prédit des ennuis, il répond qu’à Rome on le soutient. Il y est pourtant convoqué par le maître général des dominicains. « Vous êtes un tribun, vous n’êtes pas un apôtre ; vous n’avez pas l’esprit évangélique », lui assène, le 8 avril, Marie-Joseph Larroca, qui l’interdit de tout ministère et lui ordonne de se retirer sans délai au couvent de Corbara, en Corse, pour prier et étudier. Après avoir sollicité en vain une nouvelle audience pontificale, Didon quitte Rome le 14 avril et débarque à Bastia quatre jours plus tard.

5Il restera un an et demi au « pénitencier de Corbara », selon le mot de son ami l’abbé Frémont. Publiquement silencieux, comme on le lui a imposé, il entretient en privé une abondante correspondance où il remâche son amertume. Cherchant une issue pour échapper à cette relégation, il croit pouvoir tirer parti de la conjoncture politique. Il se dit que les décrets du 29 mars 1880, qui impliquent la fermeture des maisons appartenant aux congrégations non autorisées, lui rendront sa liberté, mais l’administration néglige de les appliquer en Corse. Il imagine encore que ses amis parisiens introduits auprès de Gambetta pourraient lui obtenir un siège épiscopal, mais l’idée fait long feu. Profondément affecté par la mort de sa mère, en février 1881, il finit par se résigner à la situation qui lui est faite, d’autant plus que, pour meubler son temps, il a entrepris d’écrire une vie de Jésus qui viendrait faire pièce, d’un point de vue catholique, au livre de Renan. Les lectures dans lesquelles il se plonge ont vite fait de le convaincre de son ignorance des avancées de l’exégèse moderne, notamment en Allemagne, et donc de la pauvreté de la formation qu’il a reçue en France comme à Rome. Enfin autorisé à rentrer à Paris, en octobre 1881, à condition de s’abstenir des grandes prédications dont il s’était fait une spécialité, il part sept mois, de mars à septembre 1882, faire incognito le tour des grandes universités allemandes, et en revient fortement impressionné. Il l’expose dans un livre, Les Allemands, publié début 1884, qui lui vaut de nouvelles avanies, symptomatiques de la crise allemande de la pensée française après la défaite de 1870 : Lissagaray l’appelle « le Père Uhlan », L’Univers met en cause son patriotisme, Léon Bloy, dans Le Figaro, dénonce « un Savonarole de Nuremberg » tandis que La Croix déplore « l’apologie de la Prusse protestante ». Dommage collatéral, Jean-Dominique Mercier, directeur de L’Année dominicaine, est démis de ses fonctions après y avoir publié un compte rendu favorable au livre de son confrère et ami ; il est remplacé à la tête de la revue par Dominique Chapotin.

En représentationEn représentation

En représentation

Didon est l’un des ecclésiastiques les plus célèbres de son temps. Photographié (ici dans son bureau d'Arcueil), dessiné ou peint, les images le représentant dans des postures convenues qui ne varient guère assurent la diffusion de sa renommée.

Archives dominicaines de la Province de France/Tangi Cavalin, Nathalie Viet-Depaule (dir.), Dictionnaire biographique des frères prêcheurs en ligne.

6Le père Didon est contrarié par ces turbulences, mais il est désormais tout à son projet d’écriture. Entre un premier voyage en Terre sainte, au printemps 1883, et un second, fin 1886 et début 1887, il accumule la documentation. Or, à mesure qu’il avance dans son travail, l’émotion l’emporte chez lui sur l’esprit critique. Il avait commencé séduit par les apports de l’exégèse, il finit fasciné par la figure de Jésus. De l’été 1887 à l’été 1889, il s’isole à Flavigny, dont il s’échappe le moins possible, pour rédiger un manuscrit dont il soumet les chapitres, au fur et à mesure, à son ami et voisin Mgr Lecot, évêque de Dijon. Ce dernier ne trouve rien à redire à ce récit qui se contente, pour l’essentiel, de mettre en scène, dans l’ordre historique le plus plausible, la matière des textes évangéliques. Titré, sobrement mais sans ambiguïté, Jésus-Christ, l’ouvrage – deux gros volumes, plus de 1 000 pages – paraît en 1890 et connaît immédiatement un énorme succès de librairie : dix ans plus tard, on en sera déjà à la 45e édition et à plusieurs traductions en langue étrangère, le tout ayant rapporté à l’auteur une petite fortune de quelque 100 000 francs or. Le livre est assurément une réussite littéraire, mais « sa valeur scientifique est nulle, absolument nulle », au jugement d’Albert Réville, titulaire de la chaire d’histoire des religions au Collège de France. « Father Didon’s work is really too Catholic to be scientific ; but it is also too scientific to be Catholic », observe finement un journal anglais : si les milieux catholiques lui font généralement bon accueil, les plus intransigeants ne lui pardonnent pas ce prurit exégétique, même à dose homéopathique. Jamais à court d’imprécations, Léon Bloy stigmatise cette fois, avec une singulière violence, « le Révérend Père Judas ».

Reproduction d’un...Reproduction d’un tableau de Paul-Louis Delance (1848-1924)

Reproduction d’un tableau de Paul-Louis Delance (1848-1924)

Les archives Didon conservent une lettre d’Alice Delance au prieur du Saulchoir datée du 26 mai 1969 qui éclaire l’histoire de ce tableau : « Je suis désolée d’apprendre qu’hélas vous n’avez pu retrouver le tableau de Papa représentant le R Père Didon et ses collaborateurs d’Arcueil. […] Lorsque Papa a exécuté son tableau, il avait auparavant pour reporter leurs visages sur sa grande toile fait en peinture le portrait d’un certain nombre de Pères. […] Le moins poussé est celui du R Père Didon (il a figuré en 1901 au salon de la Société nationale des Beaux-Arts à Bagatelle, exposition consacrée aux “hommes célèbres du XIXe siècle”). Le Père n’avait consenti à ne poser que deux heures tout en faisant la conversation. »

Archives dominicaines de la Province de France/Tangi Cavalin, Nathalie Viet-Depaule (dir.), Dictionnaire biographique des frères prêcheurs en ligne.

7Ayant mené à bien cette œuvre de longue haleine, Martin Didon, placardisé depuis dix ans, aspire à reprendre une activité apostolique. Mais il est encore suspect, et la chaire de Notre-Dame, laissée vacante par le départ de Jacques-Marie Monsabré, lui échappe au profit de Mgr d’Hulst. En mars 1890, il a accepté, non sans hésitations, le priorat de l’École Albert-le-Grand à Arcueil. Ce collège du tiers ordre enseignant, fondé en 1863 par Louis-Raphaël Captier, est en effet en pleine crise, ayant perdu en quelques années les deux tiers de ses effectifs. Le choix du nouveau prieur est quelque peu incongru puisqu’il est issu du Grand Ordre, mais le père Didon apporte à la fois argent, relations et idées. Arcueil était un établissement, il en fait un complexe : jouxtant le collège, l’école Laplace, inaugurée en 1892, prépare aux écoles supérieures d’agriculture et de commerce ; à Paris, l’école Lacordaire joue le même rôle depuis 1890 pour les grandes écoles (Polytechnique, Saint-Cyr, Navale, Normale supérieure) ; à Paris toujours, l’externat Saint-Dominique, ouvert en 1896, accueille les jeunes élèves jusqu’à la sixième et les adresse ensuite, au risque de choquer les milieux catholiques conservateurs, au lycée Janson de Sailly. La clientèle afflue, d’autant plus que le prieur introduit une pédagogie libérale, qui parie sur la responsabilisation des élèves et développe la pratique du sport : une éducation à l’anglaise, sur le modèle des collèges britanniques qu’il visitera en 1899. Bousculant les barrières idéologiques, Didon organise dès 1891 une compétition d’athlétisme où concourent communément élèves des lycées publics et des collèges catholiques. Pour stimuler les siens, il a forgé une devise : « Citius, altius, fortius » (« Plus vite, plus haut, plus fort »). Son ami Pierre de Coubertin fait adopter cette devise par le Comité international olympique lors de son premier congrès en 1894 à la Sorbonne. Bousculant également les préventions des mères de famille, le prieur développe les voyages scolaires organisés pour les grands élèves pendant les vacances de printemps ou d’été. Ses prédécesseurs n’allaient pas au-delà de l’Italie : le père Didon conduit la « caravane d’Arcueil » dans toute l’Europe et jusqu’au Moyen-Orient. En 1896, elle est à Athènes pour les premiers Jeux olympiques modernes.

Statue du père Di...Statue du père Didon dans le parc d'Étiolles

Statue du père Didon dans le parc d'Étiolles

Le 10 juillet 1902, sous la présidence de Mgr Henry, évêque de Grenoble, une statue en marbre du père Didon est inaugurée dans le parc de l’école Albert-le-Grand à Arcueil. Œuvre du sculpteur Denys Puech, elle est transférée d’Arcueil au collège de Meudon-Bellevue puis dans le parc du couvent du Saulchoir d’Étiolles. En 1955, elle est victime d’une blague des étudiants qui en voulant la dissimuler la décapitent, ce qui est perçu par des aînés comme un acte d’irrespect et vaut aux coupables d’être réprimandés.

Archives dominicaines de la Province de France/Tangi Cavalin, Nathalie Viet-Depaule (dir.), Dictionnaire biographique des frères prêcheurs en ligne.

8Les rituels du calendrier scolaire lui donnent l’opportunité de renouer avec l’art oratoire. Discours de rentrée ou de distribution des prix, préparés avec soin, sont l’occasion d’exposer sa conception de « l’éducation présente ». Mais il répond également volontiers aux invitations qui lui viennent d’ici ou là, pour des circonstances particulières, au risque de susciter à nouveau des controverses, ce qui se produit en janvier 1892 à Bordeaux, en pleine querelle sur l’opportunité de l’acceptation du régime républicain par les catholiques. Invité par l’archevêque, qui n’est autre que son vieil ami Mgr Lecot, promu là deux ans plus tôt, à prononcer le discours de clôture du congrès de l’Œuvre des cercles catholiques d’ouvriers, il appelle à « l’union des catholiques de l’Église de France » derrière le pape et dans le cadre du régime républicain, plutôt que de lier les intérêts de l’Église à la cause d’un parti, en clair à la cause monarchiste. Didon est en pleine forme et ses paroles font mouche : « Pourquoi, catholiques, laissez-vous faire la majorité par ceux qui vous attaquent ? Vous boudez, vous émigrez : quand on boude, quand on émigre, on est perdu ; on laisse sa place à d’autres qui s’en emparent… » Il s’attire une violente campagne de presse et une réponse véhémente d’Albert de Mun. Pourtant Léon XIII lui donne raison un mois plus tard en publiant l’encyclique Au milieu des sollicitudes, qui demande aux catholiques français de se rallier à la République.

Un nouveau saint ...Un nouveau saint Thomas d’Aquin

Un nouveau saint Thomas d’Aquin

Le collège de Champittet, proche de Lausanne en Suisse, a hérité de vitraux provenant de l'ancien collège d’Arcueil. Saint Thomas y est ici représenté sous les traits du père Didon.

Photo prise par Simone Hoffmane le 2 novembre 1976 et déposée aux Archives de la Province de France.

9Le père Didon est, en somme, une figure exemplaire de « l’esprit nouveau » appelé de leurs vœux par Eugène Spuller et les républicains modérés. Mais l’affaire Dreyfus, qui sera fatale à cette ouverture du régime vers les milieux catholiques, le rattrape chez lui, à Arcueil, en juillet 1898, à l’occasion de la distribution des prix, présidée cette année-là par le général Jamont, généralissime des armées françaises. Ardent patriote autant que républicain convaincu, Martin Didon veut montrer que la démocratie et l’esprit militaire ne sont pas contradictoires. Mais il note avec regret que « des écrivains sans scrupule, sans égard pour la sécurité de la patrie, se couvrant des grands noms de vérité, de justice et d’humanité, n’ont pas craint de jeter à la face des chefs de l’armée nationale, les accusations les plus outrageantes ». Six mois après « J’accuse », l’allusion à Zola est transparente et cette sortie brouille l’image du dominicain, qui s’en retrouve, dans les jours qui suivent, attaqué par la gauche et instrumentalisé par la droite dans la presse. Comme il est déjà parti en Palestine avec la « caravane d’Arcueil », c’est le sous-prieur, Henri Chatillon, qui se charge d’éteindre l’incendie. Profondément affecté par cette nouvelle polémique, Didon l’évoquera encore, en novembre 1899, à l’occasion de la fête du collège d’Arcueil, dans un discours qui fait figure, rétrospectivement, de testament, puisqu’il mourra subitement quatre mois plus tard : « Il paraît, Messieurs, que parmi les héritiers de Lacordaire, il y a un traître, et ce traître – cela va vous surprendre – c’est moi. […] Je suis passé à l’état de légende. Et quelle légende ! Moi, démocrate – ce n’est pas ma faute, je suis né comme cela ; […] moi, républicain – ce n’est pas ma faute non plus, mon père l’était ; […] moi, vieux libéral, libéral impénitent comme mon maître [Lacordaire] ; […] moi qui aurais pu me rallier avec profit à un autre drapeau, à une autre cause – eh bien, on m’a fait passer, à coups de mensonge et de calomnies, pour un homme vil et lâche, un césarien qui préparait des coups d’État et qui enseignait à les faire à la jeunesse qui m’est confiée. Oui, ils m’ont attribué cette sottise : la subordination du pouvoir civil au pouvoir militaire. […] Trahir ! Je n’ai pas ce mot dans mon dictionnaire, si ce n’est au passif… peut-être ».

Mémoire de Didon ...Mémoire de Didon : les jeux olympiques

Mémoire de Didon : les jeux olympiques

Ces cartes éditées pour les jeux de 1992 (Barcelone) et 2000 (Sydney) par le comité français n’omettent pas de rappeler le nom du créateur de la devise olympique « Citius, altius, fortius ». Rien n’indique, par contre, son appartenance à l’Ordre dominicain.

Archives dominicaines de la Province de France/Tangi Cavalin, Nathalie Viet-Depaule (dir.), Dictionnaire biographique des frères prêcheurs en ligne.

10Personnage complexe, itinéraire chaotique, mémoire fragmentée : le père Didon déconcerte. Et pourtant, son ultime protestation de constance n’est pas abusive. Libéral, républicain, démocrate, oui, c’est cela, précisément – mais ni catholique social, ni démocrate chrétien, qui sont des déclinaisons du catholicisme intransigeant. Moderne, aussi, fondamentalement : il aime son époque et il est curieux de tout. La science le passionne : il a suivi les cours de Claude Bernard et correspondu avec Pasteur. La littérature et l’art l’intéressent, et il a fréquenté le salon de Flaubert grâce à Caroline de Commanville, la nièce de l’écrivain. Cette dernière est sans doute la plus proche de lui dans le réseau de femmes cultivées dont il est le centre et qu’il entretient d’une abondante correspondance. Il est introduit dans la bonne société bourgeoise, et ses ennemis ironisent d’ailleurs de le voir soutenu par « l’opinion boulevardière », selon le mot cruel de Mgr d’Hulst. En revanche, le milieu aristocratique, qui s’arrache l’affable abbé Mugnier, n’apprécie guère ce dominicain aux idées exagérées. Lui-même préfère les bas-bleus aux talons rouges : il aura finalement les deux avec sa dernière rencontre, la jeune marquise de Saint-Vincent Brassac, alias Jaël de Romano.

Mémoire de Didon ...Mémoire de Didon dans Libération : « L’abbé anti-dreyfusard »

Mémoire de Didon dans Libération : « L’abbé anti-dreyfusard »

En 2000, le quotidien Libération publie dans ses pages « Rebonds » la tribune d’historiens dénonçant l’émission par la Poste d’un timbre mettant en avant la figure de Didon à l’occasion des jeux olympiques de Sydney (15 septembre-1eroctobre 2000). Le 20 septembre, Alain Arvin-Berod prend dans les mêmes pages, la défense d’un « moine laïc et républicain ». Le 1er octobre, les trois historiens réitèrent leur non à la béatification postale.

11Le père Didon n’a pas trahi son idéal, mais il a été trahi en effet, et d’abord par lui-même. Il y a un côté borderline chez cet orateur hors pair incapable de résister à un bon mot qui lui vient à l’esprit lorsqu’il est en chaire, et qui gaffe à force de vouloir séduire. « Il se grise de sa parole, il est plein de lui-même, il manque de tact à un degré souverain », assurait un prélat romain. Pour Léon Bloy, féroce mais perspicace – et, serait-on tenté d’ajouter, atteint de la même pathologie – « le père Didon est un avaleur de formules comme on est un avaleur de sabres ». Étant, de surcroît, à l’interface de deux camps que tout oppose, le dominicain prend des coups de part et d’autre et s’épuise à se justifier des deux côtés, brouillant alternativement son image à chaque mise au point. Sur la scène catholique française du second XIXe siècle, Didon ne joue assurément pas les premiers rôles, mais il est un formidable révélateur des problèmes religieux de son temps. Inhumée d’abord au collège d’Arcueil, sa dépouille a été transférée en 1908, à la suite de la fermeture de l’établissement consécutive à l’interdiction de l’enseignement congréganiste, au cimetière communal d’Arcueil-Cachan.

Haut de page

Sources

A. de Coulanges [abbé Rosne], Le père Didon, Paris, Bloud et Barral, 1900. — Stanislas Reynaud, Le père Didon, sa vie et son œuvre (1840-1900), Paris, Perrin, 1904. — Jaël de Romano [marquise de Saint-Vincent Brassac], Henri Didon, Paris, Plon, 1903. — Marc Forissier, Un moine-apôtre. Le père H. Didon, 1840-1900, Nérac, Éditions d’Albret, 1936. — André Duval, « Didon (Henri-Martin) », DHGE, tome XIV, 1960, col. 411-415. — Simone Hoffmane, La carrière du père Didon, dominicain (1840-1900), thèse de doctorat d’État ès-lettres, Université de Paris IV Sorbonne, 1985 [comprend un état détaillé des sources et de la bibliographie jusqu’à cette date]. — Simone Hoffmane, « Le Père Didon, éducateur et pédagogue », Mémoire dominicaine, 3, automne 1993, p. 85-110. — Alain Arvin-Bérod, « Et Didon créa la devise des Jeux olympiques… », Échirolles, Éditions Sciriolus, 1994 (2e édition augmentée, 2003). — Alain Arvin-Bérod, Les enfants d’Olympie, 1796-1896, Paris, Les Éditions du Cerf, 1996. — Daniel Hameline, « Didon (Henri) », dans Guy Avanzini (dir.), Dictionnaire historique de l’éducation chrétienne d’expression française, Paris, Éditions Don Bosco, 2001, p. 180-182. — Yvon Tranvouez, « Conscience catholique en modernité : l’itinéraire emblématique du père Didon (1840-1900) », dans Patrick Harismendy et Luc Capdevila (dir.), L’engagement et l’émancipation. Ouvrage offert à Jacqueline Sainclivier, Rennes, PUR, 2015, p. 33-43. — Yvon Tranvouez, « Une correspondance et ses problèmes : le père Didon, dominicain, et la nièce de Flaubert », Bulletin de littérature ecclésiastique, n° 463, juillet-septembre 2015, p. 49-76. — Yvon Tranvouez, « Absinthe et eau de Lourdes : le père Didon, prédicateur contrarié », dans Bruno Béthouart, Jean-François Galinier-Pallerola (dir.), « La prédication dans l’histoire, Actes de la XXVe université d’été du Carrefour d’histoire religieuse, Toulouse, 10-13 juillet 2016 », Les Cahiers du Littoral. 2, n°16, 2017, p. 211-225.

Haut de page

Œuvre

Éloge de Mgr Darboy, Paris, J. Albanel, 1871. — L’homme selon la science et la foi, Paris, Didier, 1875 [conférences de Marseille, 1874]. — L’enseignement supérieur et les universités catholiques, Paris, Didier, 1876. — La science sans Dieu, Paris, Dentu, 1878 [conférences de Marseille, 1875]. — Indissolubilité et divorce, Paris, Dentu, 1880 [conférences d’Avent de Saint-Philippe du Roule, 1879]. — Les Allemands, Paris, Calmann-Lévy, 1884. — Jésus-Christ, 2 volumes, Paris, Plon, 1890. — L’Union des catholiques de l’Église de France, Paris, Plon, 1892 [discours de Bordeaux, 1892]. — La foi en la divinité de Jésus-Christ, Paris, Plon, 1894 [carême de la Madeleine, 1892]. — Deux problèmes religieux, Paris, Plon, 1896 [conférences de Nancy, 1868-1869]. — L’éducation présente. Discours à la jeunesse, Paris, Plon, 1898 [discours d’Arcueil, 1890-1897]. — Le Livre d’or de la révélation chrétienne. Le Nouveau Testament, Paris, Le Soudier, 1900. — [Nombreux autres sermons et discours publiés en brochures]. — Lettres à Melle Th. V. [Thérèse Vianzone], Paris, Plon, 1900. — Lettres du RP Didon à un ami [Me Carraby], Paris, Perrin, 1902. — Lettres du RP Didon à Madame Caroline Commanville, 2 volumes : tome 1, 1874-1883, tome 2, 1884-1895, Paris, Plon, 1930.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Le digne fils de Lacordaire
Légende Didon est sans doute l’un des dominicains de la Province de France qui s’inscrit le mieux dans la filiation de la figure de Lacordaire : prédicateur de renom, il promeut également l’éducation des jeunes gens ; soucieux de doctrine thomiste, il se veut aussi libéral dans un contexte d’essor du catholicisme intransigeant.
Crédits Archives dominicaines de la Province de France/Tangi Cavalin, Nathalie Viet-Depaule (dir.), Dictionnaire biographique des frères prêcheurs en ligne.
URL http://journals.openedition.org/dominicains/docannexe/image/1827/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 772k
Titre En représentation
Légende Didon est l’un des ecclésiastiques les plus célèbres de son temps. Photographié (ici dans son bureau d'Arcueil), dessiné ou peint, les images le représentant dans des postures convenues qui ne varient guère assurent la diffusion de sa renommée.
Crédits Archives dominicaines de la Province de France/Tangi Cavalin, Nathalie Viet-Depaule (dir.), Dictionnaire biographique des frères prêcheurs en ligne.
URL http://journals.openedition.org/dominicains/docannexe/image/1827/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 716k
Titre Reproduction d’un tableau de Paul-Louis Delance (1848-1924)
Légende Les archives Didon conservent une lettre d’Alice Delance au prieur du Saulchoir datée du 26 mai 1969 qui éclaire l’histoire de ce tableau : « Je suis désolée d’apprendre qu’hélas vous n’avez pu retrouver le tableau de Papa représentant le R Père Didon et ses collaborateurs d’Arcueil. […] Lorsque Papa a exécuté son tableau, il avait auparavant pour reporter leurs visages sur sa grande toile fait en peinture le portrait d’un certain nombre de Pères. […] Le moins poussé est celui du R Père Didon (il a figuré en 1901 au salon de la Société nationale des Beaux-Arts à Bagatelle, exposition consacrée aux “hommes célèbres du XIXe siècle”). Le Père n’avait consenti à ne poser que deux heures tout en faisant la conversation. »
Crédits Archives dominicaines de la Province de France/Tangi Cavalin, Nathalie Viet-Depaule (dir.), Dictionnaire biographique des frères prêcheurs en ligne.
URL http://journals.openedition.org/dominicains/docannexe/image/1827/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 1,7M
Titre Statue du père Didon dans le parc d'Étiolles
Légende Le 10 juillet 1902, sous la présidence de Mgr Henry, évêque de Grenoble, une statue en marbre du père Didon est inaugurée dans le parc de l’école Albert-le-Grand à Arcueil. Œuvre du sculpteur Denys Puech, elle est transférée d’Arcueil au collège de Meudon-Bellevue puis dans le parc du couvent du Saulchoir d’Étiolles. En 1955, elle est victime d’une blague des étudiants qui en voulant la dissimuler la décapitent, ce qui est perçu par des aînés comme un acte d’irrespect et vaut aux coupables d’être réprimandés.
Crédits Archives dominicaines de la Province de France/Tangi Cavalin, Nathalie Viet-Depaule (dir.), Dictionnaire biographique des frères prêcheurs en ligne.
URL http://journals.openedition.org/dominicains/docannexe/image/1827/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 92k
Titre Un nouveau saint Thomas d’Aquin
Légende Le collège de Champittet, proche de Lausanne en Suisse, a hérité de vitraux provenant de l'ancien collège d’Arcueil. Saint Thomas y est ici représenté sous les traits du père Didon.
Crédits Photo prise par Simone Hoffmane le 2 novembre 1976 et déposée aux Archives de la Province de France.
URL http://journals.openedition.org/dominicains/docannexe/image/1827/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 528k
Titre Mémoire de Didon : les jeux olympiques
Légende Ces cartes éditées pour les jeux de 1992 (Barcelone) et 2000 (Sydney) par le comité français n’omettent pas de rappeler le nom du créateur de la devise olympique « Citius, altius, fortius ». Rien n’indique, par contre, son appartenance à l’Ordre dominicain.
Crédits Archives dominicaines de la Province de France/Tangi Cavalin, Nathalie Viet-Depaule (dir.), Dictionnaire biographique des frères prêcheurs en ligne.
URL http://journals.openedition.org/dominicains/docannexe/image/1827/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 552k
Titre Mémoire de Didon dans Libération : « L’abbé anti-dreyfusard »
Légende En 2000, le quotidien Libération publie dans ses pages « Rebonds » la tribune d’historiens dénonçant l’émission par la Poste d’un timbre mettant en avant la figure de Didon à l’occasion des jeux olympiques de Sydney (15 septembre-1eroctobre 2000). Le 20 septembre, Alain Arvin-Berod prend dans les mêmes pages, la défense d’un « moine laïc et républicain ». Le 1er octobre, les trois historiens réitèrent leur non à la béatification postale.
URL http://journals.openedition.org/dominicains/docannexe/image/1827/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 1,9M
Haut de page

Pour citer cette notice

Référence électronique

Yvon Tranvouez, « DIDON Henri », Dictionnaire biographique des frères prêcheurs [En ligne], Notices biographiques, D, mis en ligne le 01 juin 2015, consulté le 16 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/dominicains/1827

Haut de page

Droits d’auteur

© CEMS / IMM-EHESS

Haut de page
  • Logo EHESS
  • Logo Bibliothèque du Saulchoir
  • Logo Ordre des Prêcheurs
  • OpenEdition Journals