Navigation – Plan du site

MUSARD Hyacinthe

MUSARD Gabriel Albert Joseph à l’état civil ; MUSARD Hyacinthe en religion
Jean-Michel Potin

Résumé

Né le 19 mars 1917 à Cormeilles-en-Parisis (Seine-et-Oise), mort au champ d’honneur le 16 juin 1940 à Rumilly-lès-Vaudes (Aube) ; frère novice.

Haut de page

Historique

Notice validée le 21 septembre 2015

Texte intégral

• Vestition pour la Province de France : 22 septembre 1935 à Amiens
• Profession simple : 23 septembre 1936 à Amiens.

1Gabriel Musard naît en Ile-de-France à Cormeilles-en-Parisis (département de la Seine-et-Oise, puis Yvelines, et diocèse de Versailles) le 19 mars 1917 de Maurice Musard et de Suzanne Lecourt. Une fille, Marie-Louise, qui deviendra religieuse de la Congrégation de la Sainte-Enfance, le précède, deux autres enfants sont morts en bas-âge.

2La famille déménage dans le chef-lieu départemental, Versailles, assez rapidement, et partage son temps entre cette ville et la vallée de Loire, particulièrement la ville de Blois dont la mère est originaire.

3L’enfant commence sa scolarité chez les Frères des Écoles chrétiennes et révèle, très tôt, son désir d’être prêtre, ce qui est accueilli avec joie dans cette famille pratiquante. Il entre en 1927, à treize ans, au Collège séraphique de Fontenay-sous-Bois mais il ne peut supporter le régime d’internat et ses parents décident de le garder près d’eux et de sa sœur. Ils le placent au petit séminaire de Versailles en régime d’externat où il fait la totalité de sa scolarité, sept ans, durant laquelle il se révèle un élève studieux et fin, peu expansif et toujours habité par la vocation sacerdotale mâtinée d’un goût sûr pour la musique.

4À la fin de ses études, plutôt que d’opter pour le grand séminaire, il décide d’être frère prêcheur. Se présentant au père-maître du couvent d’Amiens, le père Joseph Périnelle, celui-ci lui demande d’attendre, sans doute pour des questions de constitution délicate qui l’avait déjà empêché de supporter le dur régime de l’internat du Collège séraphique. Il décide alors de suivre ses condisciples au grand séminaire de Versailles en attendant d’être reçu plus tard chez les prêcheurs.

5Il y est accepté en septembre 1935 avec huit autres novices dont les frères Thomas Camelot et Michel Épagneul, mais ce sont seize novices en tout qui prennent l’habit blanc en 1935 dont les frères Serge de Beaurecueil et Henri Manteau-Bonamy et dont il partage le régime.

6Son père décède cette année-là. Le jeune novice considère cet événement comme un sacrifice en vue de son sacerdoce. Il fait profession simple le 23 septembre 1936 et part pour le Saulchoir de Kain où il reste deux ans avant d’être appelé sous les drapeaux.

7Son confrère, de sept ans son aîné dans l’Ordre, le frère Innocent Bous, écrit, après sa mort, à la demande du prieur provincial Albert-Marie Avril, un texte tout en nuances qui permet de saisir la sensibilité du jeune frère Hyacinthe. Il est décrit comme un compagnon de studentat agréable et cependant discret voire secret. La place de la mort et le Paradis perdu sont souvent présents dans son discours comme une impossibilité d’être au monde et un désir toujours accru d’absolu. Les études profanes l’ennuient, même la philosophie, et il ne s’intéresse qu’à la théologie et à toute discipline qui lui parlent de Dieu. Malgré sa sensibilité, sa volonté, parfois têtue, surprennent ses maîtres.

Hyacinthe MusardHyacinthe Musard

Hyacinthe Musard

Archives dominicaines de la Province de France/Tangi Cavalin, Nathalie Viet-Depaule (dir.), Dictionnaire biographique des frères prêcheurs en ligne.

8Il peut développer à loisir son goût pour la musique. Ses confrères de Kain se rappellent son chant au lutrin dans l’église durant les offices et il compose pour les « Mélanges Kopf » en juin 1938 un texte sur Jean-Sébastien Bach, « Une tête qui chante » : « Quoi de plus spirituel que le son ! La parole semble encore bien loin de ce degré de spiritualité, car les mots nous cachent le réalité spirituelle, autant qu’ils servent à l’exprimer ».

9Il est convoqué au 151e régiment d’infanterie à Metz sans avoir le temps d’achever ses études, de faire profession solennelle ou d’accéder au sacerdoce qu’il souhaitait plus que tout. Il prend son poste au mois d’octobre 1938. Il ne reviendra qu’une seule fois dans un couvent dominicain, ce sera au tout nouveau Saulchoir d’Étiolles durant la semaine sainte de 1940.

10En avril 1939, il devient infirmier régimentaire. Et c’est ce poste qu’il occupe quand la guerre éclate. Le 22 août 1939, son régiment quitte Metz et le 20 mai 1940, il se retrouve en face de Rethel.

11Il écrit beaucoup à ses intimes et à sa famille la langueur de la drôle de guerre : « Les malades sont rares et de blessés, il n’en est pas encore question » et sa drôle de place : « Je n’ai d’aptitude ni pour être deuxième classe en compagnie, ni pour être gradé. Une fois de plus, j’ai une position à part, difficile à faire connaître. » La présence du prieur du Saulchoir d’Étiolles, le père Albert-Marie Avril, mobilisé près de sa position et auquel il sert la messe, lui permet de rester en contact avec l’Ordre.

12Il développe auprès de ses camarades mobilisés, la méditation des mystères du Rosaire, même auprès des séminaristes « qui préfèrent la récitation pure et simple du chapelet. Curieuse incompréhension ! » Un témoignage post-mortem nous apprend qu’il revêtait, de temps en temps, son habit et qu’il prêchait. Le 10 juin 1940 ses lettres cessent ; son régiment ne donne plus de nouvelles. Le 20 juin, des habitants de Rumilly-lès-Vaudes (Aube) découvrent les cadavres de 31 hommes, désarmés et fusillés à bout-portant sans doute le 16 juin. Le maire du village, Léon Singoth, fait procéder à l’inhumation des corps dans un charnier provisoire, sans cercueil, recouverts de chaux vive, sur le territoire de sa commune après que l’instituteur du village, Henri Mothré, eut récupéré tous les objets et papiers susceptibles de les identifier, la chaleur de l’été ayant déjà abimé les corps.

13La famille qui apprend la nouvelle, début août 1940, ne peut assister, par la volonté expresse des armées d’occupation, à la translation des corps qui a lieu à Jully-sur-Sarce en juin 1941 où chaque corps reçoit une sépulture mais elle décide de demander le retour du corps de Gabriel Musard dans le caveau familial de Blois. Mais c’est au cimetière du Saulchoir d’Étiolles que son corps fut transféré, nous ne savons ni quand ni comment. Son nom figure seulement sur la liste des frères dont le corps est exhumé, à la vente du terrain du Saulchoir en 1972 et il repose désormais dans le cimetière d’Arcueil-Cachan.

Une des trois stè...Une des trois stèles rappelant le massacre dit « massacre de La Rocatelle ».

Une des trois stèles rappelant le massacre dit « massacre de La Rocatelle ».

Coll. privée Jean Daunay.

14En 1999, une stèle est érigée à l’endroit du massacre portant les noms des hommes tombés.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Hyacinthe Musard
Crédits Archives dominicaines de la Province de France/Tangi Cavalin, Nathalie Viet-Depaule (dir.), Dictionnaire biographique des frères prêcheurs en ligne.
URL http://journals.openedition.org/dominicains/docannexe/image/1902/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 352k
Titre Une des trois stèles rappelant le massacre dit « massacre de La Rocatelle ».
Crédits Coll. privée Jean Daunay.
URL http://journals.openedition.org/dominicains/docannexe/image/1902/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 125k
Haut de page

Pour citer cette notice

Référence électronique

Jean-Michel Potin, « MUSARD Hyacinthe », Dictionnaire biographique des frères prêcheurs [En ligne], Notices biographiques, M, mis en ligne le 22 septembre 2015, consulté le 17 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/dominicains/1902

Haut de page

Auteur

Jean-Michel Potin

Notices du même auteur

  • NICOLAS Justin [Texte intégral]
    NICOLAS Louis Marie Paul à l’état civil ; NICOLAS Justin en religion
    Paru dans Dictionnaire biographique des frères prêcheurs, Notices biographiques, N
Haut de page

Droits d’auteur

© CEMS / IMM-EHESS

Haut de page
  • Logo EHESS
  • Logo Bibliothèque du Saulchoir
  • Logo Ordre des Prêcheurs
  • OpenEdition Journals