Navigation – Plan du site

DELOS Joseph-Thomas

DELOS Joseph Louis Aimé à l’état civil ; DELOS Joseph-Thomas en religion
Marie Monnet

Résumé

Né le 7 août 1891 à Ham-en-Artois (Pas-de-Calais), mort le 10 janvier 1974 à Paris (Seine).
Professeur de droit et de sociologie à l’Université catholique de Lille (1924-1940), à la faculté de sciences sociales de l’Université Laval (Québec) et à la New School for Social Research de New York (États-Unis) (1941-1945) ; présent à Alger, lors de la constitution du gouvernement provisoire de la République française (1er avril-29 septembre 1944) ; docteur honoris causa de l’Université Laval (1953), conseiller ecclésiastique à l’Ambassade de France près le Saint-Siège (1945-1968) ; Grand-Croix Pro Ecclesia et Pontifice par Pie XII (1957), Commandeur de la Légion d’honneur (1967).

Haut de page

Historique

Notice validée le 21/03/2016

Texte intégral

• Vestition pour la Province de France : 12 mars 1912 à Kain (Belgique)
• Profession simple : 13 mars 1913 à Kain
• Profession solennelle : 8 décembre 1921 à Kain
• Ordination sacerdotale : 22 juillet 1922

1Joseph Louis Aimé Delos naît le 7 août 1891 à Ham-en-Artois, dans le Pas-de-Calais, fils d’Émile et de Claire Delos. Ham-en-Artois est alors un gros bourg de 621 habitants, situé à 42 kilomètres de Lille et à 192 kilomètres de Paris. L’année suivant la naissance de Joseph, en 1892, Émile Delos devient le maire de la ville. Cet engagement politique peut avoir influencé positivement l’intérêt futur de Joseph Delos pour le droit, les affaires publiques et le bien commun. La fratrie compte trois garçons et deux filles. Joseph Delos a deux frères aînés, Jules et Paul. Jules devient brasseur. Paul entre au grand séminaire d’Arras. L’un et l’autre sont tués lors de la Première Guerre mondiale. La sœur aînée devient religieuse au carmel de Lambersart. Elle y reçoit le nom de sœur Edmée. La seconde sœur se marie et devient mère de famille. Elle nous est connue par sa fille, nièce du père Delos, elle-même devenue moniale dominicaine. Sœur Thérèse-Dominique Masquelier (1907-2014) est entrée en 1927 au monastère de la Croix, à Kain, en Belgique, jouxtant le couvent de son oncle. Elle fonde ensuite le monastère de Bouvines, où elle est plusieurs fois élue prieure. Le contexte familial de Joseph Delos est ainsi celui d’un environnement catholique, à la foi vive.

2En 1908, après des études secondaires aux collèges Saint-Vaast de Béthune puis Saint-Joseph d’Arras, à peine âgé de dix-sept ans, Joseph Delos part étudier à Paris. Précoce, il y obtient à moins de vingt ans une licence en droit, le 29 juin 1911 et une licence d’histoire, le 13 juillet 1911. Il entre alors dans l’Ordre des prêcheurs, dans la Province de France. C’est en Belgique, à Kain, près de Tournai, qu’il commence son noviciat. En effet, les frères de la Province de France y ont installé en 1904 leur studium, dans les bâtiments de l’ancienne abbaye cistercienne du Saulchoir, après avoir été expulsés du territoire national. Joseph Delos y prend l’habit le 12 mars 1912 et y fait profession un an plus tard, le 13 mars 1913, recevant le nom de « Joseph-Thomas ». À son arrivée, le frère Ambroise Gardeil vient tout juste d’être remplacé dans sa charge de régent des études, qu’il assumait depuis 1884. Son rôle fut décisif dans l’organisation du studium du Saulchoir, marquant toute une génération de formateurs, ceux-là qui sont chargés d’accueillir Joseph Delos. Ces toutes premières années de formation impriment durablement la pensée du frère Joseph-Thomas Delos, l’ancrant dans l’histoire intellectuelle de l’Ordre des prêcheurs.

3La guerre opère très rapidement une rupture, projetant dans un autre monde les tout jeunes frères profès. C’est le cas de Joseph-Thomas Delos. Appelé au front en 1914, il n’achève pas sa formation initiale et ne bénéficie pas de la lente maturation humaine, spirituelle et intellectuelle, offerte pendant plusieurs années d’affilée, dans un milieu préservé. En revanche, il est placé au cœur même des conflits internationaux. Caporal, il est mobilisé le 2 août 1914 et fait prisonnier, trois semaines plus tard. Il est déplacé en Allemagne, interné dans un camp près de Münster en même temps que le frère Jean Omez, d’où il tente par trois fois, en vain, de s’évader. Ces initiatives marquent la force de caractère du jeune religieux, qui ne se résigne pas, face à toute forme de privation de liberté. Il reste prisonnier jusqu’au 19 décembre 1918, date à laquelle il est renvoyé en France, toujours mobilisé. Ce n’est que le 21 juillet 1919 que le caporal Joseph Delos est en congé illimité de démobilisation et rendu à la vie civile. Il rejoint immédiatement le Saulchoir de Kain. Mais cette première guerre mondiale l’a marqué à vif. La captivité lui a pris cinq ans de sa jeunesse. Ses deux frères sont morts au front : Paul, le séminariste, décède le 27 avril 1917, à l’âge de vingt-sept ans ; Jules, le brasseur, meurt le 9 juin 1918, à l’âge de vingt-neuf ans, à Courcelles, dans l’Oise. Ce n’est donc plus un novice de la vie mais un homme mûr, qui a connu le « baptême » du feu dans les tranchées, qui rentre au Saulchoir pour finir sa formation théologique et faire profession solennelle le 8 décembre 1921. Joseph-Thomas Delos est ordonné prêtre le 22 juillet 1922, en la fête de Sainte-Marie Madeleine, patronne de l’Ordre des prêcheurs.

4Sur le plan académique, il mène en parallèle ses études de théologie, qu’il achève le 12 juillet 1924, obtenant le grade de lecteur en théologie et ses études de droit, préparant une thèse de doctorat. La figure intellectuelle du père Delos prend forme : à la croisée du droit et de la théologie, naît une pensée qui prend source dans l’expérience de la grande guerre. Celle-ci constitue le terreau de sa recherche doctorale consacrée aux principes de droit international public, c’est-à-dire aux sources des règles qui régissent les (bonnes) relations entre les nations. Docteur, il devient enseignant à l’Université catholique de Lille. Il y donne des cours de philosophie du droit et de sociologie, dans le cadre de la Faculté libre de droit et de l’École des sciences sociales et politiques. En 1926, il est nommé maître de conférence pour deux ans, renouvelables. En 1929, il publie son premier ouvrage, issu de sa thèse de droit, sur La société internationale et les principes de droit public. Nommé professeur titulaire en 1932, il obtient la chaire de droit international public. Théologien, c’est le dominicain espagnol Francisco de Vitoria qui constitue la source de son inspiration. Juriste, Joseph-Thomas Delos s’inscrit dans le sillage du constitutionnaliste toulousain Maurice Hauriou, théoricien de l’institution. Nombreuses sont les références à ce juriste dans les articles de Joseph-Thomas Delos. Les rares recherches contemporaines entreprises sur sa pensée se concentrent précisément sur cet héritage. Il est, avec Georges Renard, « l’un des deux plus importants disciples du doyen Hauriou », selon un ouvrage publié sur les institutionnalistes français, par l’université d’Harvard en 1970.

À Lille en 1933À Lille en 1933

À Lille en 1933

Joseph-Thomas Delos au milieu de ses frères au couvent de Lille où il est assigné (troisième, au second plan, en allant de la droite vers la gauche). Il est alors professeur à l’Institut catholique de Lille.

Archives dominicaines de la Province de France/Tangi Cavalin, Nathalie Viet-Depaule (dir.), Dictionnaire biographique des frères prêcheurs en ligne.

5À partir de 1925, la production du père Delos est incessante : articles, communications, cours écrits, ouvrages, contributions à l’usage du grand public, colloques scientifiques. On dénombre quatre ouvrages principaux (1929, deux volumes en 1944, 1947), plus de quatre-vingts articles et communications entre 1925 et 1958, une dizaine de contributions à des ouvrages collectifs, de 1928 à 1942. Il intervient également une quinzaine de fois aux Semaines sociales de France, ce qui fait de lui un pilier de ces rencontres ouvertes aux différents courants du catholicisme social. Dans les années qui précèdent la Seconde Guerre mondiale, le père Delos est actif dans les mouvements pacifiques chrétiens. À Fribourg en Suisse, il anime avec Dietrich von Hildebrand, philosophe et théologien allemand proche de Pie XII, un groupe de réflexion et de recherche plus confidentiel, prônant la paix entre les peuples. Il pense déjà, face à la montée du nazisme, la (re)construction d’une Europe désunie. Ce faisant, il s’expose à de solides représailles, alors que l’Allemagne hitlérienne semble triompher et occupe désormais la France. Il est fiché comme un opposant au régime nazi.

6En 1939, le père Georges-Henri Lévesque, doyen de la toute nouvelle École des sciences sociales, ancien étudiant (1930-1933), disciple et ami, l’appelle à l’Université Laval, à Québec, pour renforcer le corps professoral. La qualité intellectuelle du père Delos consolide la réputation de la jeune institution académique. L’invitation est aussi une manière de mettre à l’abri celui qui est menacé en France, « surtout à Lille où la Gestapo ne manquerait pas de mettre le grappin sur un petit groupe d’intellectuels français dont Joseph-Thomas Delos faisait activement partie », selon le père Lévesque. Ainsi, comme en témoigne le frère Benoît Lacroix, témoin oculaire, ce dernier protège son « maître », « son père », son « inspirateur », révélant dans ce geste la force du lien. Après plusieurs mois d’échanges, le père Delos – qui est devenu entre-temps vicaire provincial de France pour la zone non-occupée, résidant à Toulouse – accepte la chaire de philosophie sociale et sociologie à l’Université Laval. À partir de l’automne 1940, il prépare son départ pour le Canada. Ce voyage, d’ordinaire simple, dure plusieurs mois : il subit les affres de l’administration vichyssoisse et la mauvaise volonté des autorités allemandes à délivrer visas et laissez-passer. Il séjourne plusieurs mois au couvent Saint-Romain de la rue Espinasse à Toulouse, où il est rejoint par Dietrich von Hildebrand, donne des cours à l’Institut catholique, renforçant avec Mgr de Solages une solide amitié. Puis, c’est le départ par les Pyrénées, Salamanque, Lisbonne, pour prendre la mer. Enfin, il accoste fin janvier 1941 aux États-Unis, à New York, d’où il rejoint Montréal. Ce long périple s’apparente à un départ en exil.

Visa délivré à Jo...Visa délivré à Joseph-Thomas Delos pour Montréal

Visa délivré à Joseph-Thomas Delos pour Montréal

Archives dominicaines de la Province de France/Tangi Cavalin, Nathalie Viet-Depaule (dir.), Dictionnaire biographique des frères prêcheurs en ligne.

7Il arrive au Québec en février 1941 et s’installe au couvent dominicain de Grand-Allée, où il retrouve d’autres frères français, tels que Marie-Alain Couturier. Il commence immédiatement son enseignement à l’Université Laval, assurant le cours de sociologie du droit. À partir de 1942, s’y ajoute une charge de cours en anglais à New York, où il se rend en voiture très régulièrement avec le père Lévesque. Le professeur Delos y est très apprécié, « fournissant (selon le doyen Lévesque) une documentation de première qualité, dispensant un enseignement des plus poussés, inculquant surtout le goût de la recherche, le sens de la précision et de la profondeur, la passion de la compétence et du dépassement ». Mais c’est surtout son expertise internationale qui est remarquée. C’est à lui que la faculté doit son ouverture aux problèmes mondiaux, l’ouvrant à une perception globale du monde.

8Le père Delos ne se contente pas d’enseigner à l’université. Par l’intermédiaire d’un couple franco-canadien, les Simard (Marthe Simard, Française, sera la première femme députée), il participe à la fondation du tout premier comité de la France libre au Québec et y devient très actif. Loin d’être isolé donc, il entre dans le cercle des penseurs en exil, au cœur de la résistance de l’esprit. Ce réseau sera mis en perspective par le général de Gaulle dans le discours d’Alger du 30 octobre 1943. « La résistance, c’est-à-dire l’espérance nationale, s’est accrochée, sur la pente, à deux môles qui ne cédèrent point. L’un était un tronçon d’épée, l’autre, la pensée française. » Dès les premiers jours en Amérique du Nord, il prend donc position, déclarant que « la France d’aujourd’hui a retrouvé le goût de l’action, elle a complètement repris confiance, elle est sûre de l’avenir ». Le père Lévesque témoigne de la radicalité de cet engagement, qui « constituait de [sa] part un acte de foi spontané dans la cause du général, un geste joliment risqué qui surprit et même choqua beaucoup de gens de [son] entourage ». Le père Delos se trouve ainsi en relation avec les premiers gaullistes, comme en témoigne la secrétaire personnelle du général de Gaulle, Élisabeth de Miribel. Il appartient à ce « petit réseau d’amitiés au Québec », à partir duquel elle réussit, dès 1941 à créer un comité de la France libre, « analogue à celui de France for ever aux États-Unis. » Ce petit noyau s’élargit et il se retrouve au cœur du réseau des penseurs européens en exil. Il y côtoie Jacques et Raïssa Maritain, Hannah Arendt, Henri Focillon, Raymond Aron, Clara Malraux, Alexandre Koyré, Léon Blum, Jean Wahl, Wladimir Jankélevitch, Paul Vignaux ou encore André Breton, Antoine de Saint-Exupéry, Georges Gurvitch…

9En 1942, le père Delos est l’inspirateur et le rédacteur du manifeste intitulé « devant la crise mondiale », largement diffusé par-delà les mers, depuis les États-Unis jusqu’à Londres, Paris ou Genève. La revue suisse Nova et Vetera le publie intégralement la même année. Son nom n’apparait pas, masqué derrière un collectif prestigieux. Il est cosigné par quarante-trois intellectuels et artistes, ainsi que par des personnalités politiques en exil. Fait méconnu, la paternité du texte revient à Joseph-Thomas Delos, aidé initialement de deux professeurs de Laval, le philosophe belge Charles De Koninck et le franco-suisse Viatte. La genèse du texte montre la difficulté à se mettre d’accord, alors que les signataires sont des penseurs et des acteurs politiques venus d’horizons différents. Une même finalité préside : la lutte contre le totalitarisme. Mais les moyens pour y parvenir restent l’affaire de choix très personnels, souvent divergents, au point que le gouverneur américain Paulding écrit en mars 1942 : « Tous ces messieurs voudraient faire un petit manifeste particulier. » Le père Delos prend le rôle de médiateur pour convaincre ses collaborateurs d’adopter une posture plus pratique et engagée. Le manifeste ne se contente pas d’une teneur « exclusivement doctrinale et atemporelle » : il « prend le risque du concret et de la précision », selon l’historien Michel Fourcade.

10Ce manifeste présente deux facettes qui s’articulent l’une à l’autre, fidèles. Il s’agit en effet de dénoncer « le totalitarisme et sa menace contre les civilisations », mais surtout de préparer l’avenir en traçant « les principes directeurs des institutions (internationales) futures ». L’argumentaire établit que la « lutte des peuples n’est que la manifestation, sur le plan international, d’une rupture plus profonde : la rupture de l’accord des peuples sur les principes de la civilisation ». Le texte s’appuie explicitement sur « une parenté commune » entre les hommes, résultante d’une « origine commune ». Si la Seconde Guerre mondiale « n’est pas économique ou politique », mais bien « une guerre de civilisation », c’est parce qu’elle rompt avec l’ordre du droit naturel. « L’enjeu réel du conflit actuel est la possibilité même de vivre en homme, l’existence ou la destruction des bases élémentaires du droit naturel et de la vie civilisée. »

11Le manifeste envisage l’avenir et pose les fondements des futures organisations internationales. La pensée du père Delos est ainsi une pensée de la gouvernance globale. « L’ordre total repose sur deux sortes de fondements : premièrement les droits et libertés de la personne humaine, deuxièmement, les nécessités de l’organisation de ces libertés à tous les degrés de la vie sociale, en vue du bien commun. » L’institutionnalisation des droits fondamentaux est un correctif à « un individualisme et un libéralisme anarchiques », ainsi qu’aux « nationalismes exagérés ». C’est particulièrement au plan international que le processus doit être amorcé, en conciliant « liberté et interdépendance des peuples ». Ces deux notions, non seulement ne sont pas inconciliables, mais sont garantes l’une de l’autre. Il s’agit de déterminer « le mode de leur harmonie ».

12Le manifeste de 1942 exprime pleinement sa pensée et combien cette pensée est visionnaire. « L’interdépendance des peuples doit se manifester sur le plan culturel, toutes les cultures établissent le patrimoine de l’humanité ; sur le plan économique, puisqu’il existe une destination générale des biens qui ne peuvent être exploités que par la collaboration de tous, et qui ne doivent l’être que pour le bien de tous ; dans l’ordre du progrès social, les hommes risquant d’être écrasés et déshumanisés par le poids des institutions économiques ne peuvent être protégés que par une économie à la fois nationale et internationale ; dans l’ordre international, les États ayant cessé aujourd’hui de pouvoir se prévaloir d’une indépendance absolue à laquelle les faits et le droit naturel substituent le principe de la collaboration et de l’organisation collective ». L’influence déterminante du père Delos est attestée par le père Lévesque : « Quelques années plus tard, de passage à Québec, de Gaulle vint nous [les dominicains] rendre visite et remercier notre groupe […] à cette occasion […] le général confia en quelle estime il tenait Joseph-Thomas Delos. »

13La référence au droit naturel est explicite pour rendre compte d’une communauté politique universelle, garante des autres échelons de la vie et de l’organisation politique et sociale. Elle conduit à penser l’institutionnalisation des relations internationales. L’institutionnalisation est perçue comme une nécessité pour sortir de la guerre et éviter d’y sombrer de nouveau. Cette vision est développée par Joseph-Thomas Delos dans une autre publication, un livre écrit en collaboration avec Mrg Bruno de Solages (recteur de l’Institut catholique de Toulouse et l’un des rares prélats résistants), intitulé Essai sur l’ordre politique national et international. Si le texte est paru en 1947, il est une publication tardive, empêchée par la guerre et l’exil. Pensé et rédigé à la fin des années 1930, il est le fruit des réunions de ce noyau d’intellectuels de renom, réuni à l’initiative du père Delos pour penser des relations internationales pacifiques. L’ouvrage synthétise (il est prêt en 1940, selon les archives personnelles de Joseph-Thomas Delos) les résultats d’une recherche et d’un débat collectifs.

14La guerre terminée, le père Delos, de retour d’exil et Mgr de Solages, de retour de déportation, le publient. Joseph-Thomas Delos y signe la troisième partie, consacrée aux relations entre les États. En disciple de Vitoria, il décrit « la sociabilité naturelle des États », qui s’exprime par « les échanges, en tant que migration et commerce ». Le manifeste de 1942 met en évidence l’interdépendance des États entre eux, non sur le mode de la rivalité, mais sur le mode d’une « nécessaire solidarité ». « Cette solidarité se manifeste tout d’abord par le droit aux échanges : droit de migration et droit de commerce, dont les hommes ont de tout temps fait usage, mais qui répond de plus, dans certains cas, à un besoin urgent d’expansion. Il arrive en effet que la population d’un État devienne trop dense pour pouvoir subsister à l’intérieur de ses frontières, du moins en y jouissant d’un standard de vie qui lui permette de participer et de concourir au progrès général de la civilisation. »

15Intellectuel engagé, Joseph-Thomas Delos est repéré à Londres. Il est sollicité dès l’automne 1943 par François de Menthon, fondateur du réseau de résistance Combat, commissaire pour la justice du général de Gaulle, futur ministre de la Justice, pour rejoindre Alger, où se prépare le gouvernement provisoire de la France. L’objectif est clairement de l’associer à la responsabilité des liens entre l’Église de Rome et les catholiques de France, à la libération. François de Menthon écrit le 13 octobre 1943 qu’il serait « très désireux de [sa] venue prochaine à Alger, pensant qu’[il pourrait] jouer demain auprès du Vatican un rôle utile […] [le général et lui-même] sont en effet très préoccupés, [leurs] amis communs et [lui-même], des lendemains immédiats de la libération, en ce qui concerne l’Église de Rome et les catholiques de France. »

16Joseph-Thomas Delos arrive à Alger, par la Nouvelle-Orléans, le 1er avril 1944. Le jour de son arrivée est consigné sobrement dans la chronique du couvent d’Alger. Il y retrouve notamment le frère Bertrand Carrière, venu du Caire, pour siéger à l’Assemblée provisoire. Il y demeure jusqu’au 29 septembre 1944, date à laquelle il rejoint Rome, en tant que conseiller ecclésiastique de l’ambassadeur de France près le Saint-Siège. Dans une lettre au père Lévesque, il annonce cette nomination à la délégation française à Rome, dirigée par le ministre Hubert Guérin et précise qu’il rentrera en France « dès que le provisoire fera place au normal. » Le provisoire durera vingt-quatre ans.

17À l’automne 1944 paraissent aux Éditions de l’Arbre, à Montréal, ses deux volumes sur la nation, rédigés avant et pendant la guerre. Ces ouvrages marquent la maturité de sa pensée. Hannah Arendt en fait une recension dans The Review of politics (Cambridge University), distinguant la « remarquable étude, profonde et riche de contenu » du professeur Delos. Elle en confirme l’intérêt pour penser la réalité politique internationale, déterminée selon elle par deux faits : d’une part, cette réalité est fondée sur les nations, d’autre part, cette même réalité est « définitivement, complètement perturbée et menacée par le nationalisme ». Le nationalisme est une idéologie qui prend appui sur la valeur « nation » pour établir un certain pouvoir peu démocratique, voire totalitaire. Le père Delos rappelle le principe thomiste de la « sociabilité naturelle » entre les hommes. Francisco de Vitoria avait élargi ce principe aux peuples, lui l’étend aux nations. Ainsi, les nations ont vocation à établir entre elles des relations de « libre commerce », entendues au sens le plus large du terme, c’est-à-dire des échanges économiques, culturels et de solidarité. Sa pensée établit ainsi « les bases d’une communauté internationale, protectrice de la civilisation, propre du développement humain ». Il assume et prolonge ses intuitions de jeunesse, selon lesquelles « la charité est la loi de la vie internationale », comme il l’a écrit explicitement dans un article dès 1928. Cette recension d’Hannah Arendt et les publications du père Delos en anglais durant la guerre l’ont introduit dans le monde intellectuel anglo-saxon.

Laisser-passerLaisser-passer

Laisser-passer

Archives dominicaines de la Province de France/Tangi Cavalin, Nathalie Viet-Depaule (dir.), Dictionnaire biographique des frères prêcheurs en ligne.

18À Rome, il occupe le poste de conseiller ecclésiastique d’octobre 1944 à juillet 1968. Le père Augustin Maydieu, avec qui il échange beaucoup, écrit en 1948 que « l’on manque d’hommes intelligents » et souligne qu’il y a, au sortir de la guerre, des « occupations nouvelles, du fait des responsabilités politiques ». Il insiste : « Maritain a passé trois ans à Rome et vous y êtes encore. » Ainsi, Joseph-Thomas Delos est reconnu par son frère comme étant « l’un de ces intellectuels qu’une charge rend indisponible ». Il est le collaborateur de cinq ambassadeurs successifs. De 1945 à 1948, il coopère avec Jacques Maritain dont il est l’un des plus proches amis. Déjà unis par le dialogue de la pensée, ils se rapprochent encore dans l’action politique et diplomatique, au service de la France et de l’Église.

Entre Rome et la ...Entre Rome et la France

Entre Rome et la France

La fonction de conseiller ecclésiastique implique une participation chronophage aux réceptions officielles. Thomas-Joseph Delos, « l’homme du bon conseil » est à la droite de l’ambassadeur, Wladimir d’Ormesson. À l’extrême droite de la photo : Mgr Villot, secrétaire de l’épiscopat français.

Archives dominicaines de la Province de France/Tangi Cavalin, Nathalie Viet-Depaule (dir.), Dictionnaire biographique des frères prêcheurs en ligne.

19Il travaille ensuite notamment avec Wladimir d’Ormesson (1948-1953), puis avec René Brouillet, ancien directeur de cabinet du général de Gaulle à la Libération (1953-1958). Les séances de travail sont quotidiennes, la charge de représentation omniprésente : les photographies montrent le père Delos au premier plan, à la droite des officiels, au cœur des célébrations liturgiques et des réceptions diplomatiques, serrant la main des papes successifs, Pie XII, Jean XXIII, Paul VI. Elles témoignent aussi de sa présence dans les familles et les cercles amicaux, baptisant ou mariant les enfants des diplomates, participant à des promenades dominicales.

Jacques Maritain ...Jacques Maritain et Wladimir d’Ormesson

Jacques Maritain et Wladimir d’Ormesson

Conseiller ecclésiastique à l’ambassade de France près du Saint-Siège, Joseph-Thomas Delos est amené à travailler d’abord avec Jacques Maritain, puis avec Wladimir d’Ormesson, ambassadeurs de France au Vatican.

Archives dominicaines de la Province de France/Tangi Cavalin, Nathalie Viet-Depaule (dir.), Dictionnaire biographique des frères prêcheurs en ligne.

20Durant la période romaine, il vit d’abord au couvent de Sainte-Sabine, curie généralice de l’Ordre des prêcheurs, ainsi qu’en témoigne le cardinal Georges Cottier, témoin oculaire. Il rejoint ensuite le couvent qui jouxte l’Université pontificale Saint-Thomas d’Aquin (Angelicum), où il enseigne également quelques heures de philosophie du droit. La vie y est simple et régulière. Le père Delos est particulièrement attaché à l’office. Il y fut « un frère parmi d’autres » : il n’a jamais mis en avant ses fonctions pour déroger à la règle commune ; il n’a pas bénéficié du traitement de faveur, auquel il aurait pu prétendre. Le père Yves Congar, dans son journal du Concile, évoque les moments d’amitié et de discussion informelle avec lui. Joseph-Thomas Delos noue une amitié forte avec un autre frère dominicain, son benjamin de seize ans, le frère Félix Darsy. Conseiller ecclésiastique adjoint de l’ambassade de France chargé du Centre Saint-Louis de France et recteur de l’Institut pontifical d’archéologie chrétienne, le père Darsy est présent dans toutes les manifestations à l’ambassade. L’infarctus qui l’emporte à l’âge de soixante ans, fragilise beaucoup le père Delos vieillissant (il en a alors soixante-seize) et semble accentuer brutalement la tristesse qui l’affecte sur la fin de sa vie. Il écrit l’homélie des obsèques, ainsi que la notice biographique de son « jeune frère ». Un peu de la vie personnelle de Joseph-Thomas Delos s’entrouvre brièvement : le père Darsy restaurait un prieuré en Ardèche, l’ermitage Saint-Eugène, sur la route qui mène des Vans à Alès, où il a séjourné régulièrement tout au long des années romaines.

L’ambassadeur Wla...L’ambassadeur Wladimir d’Ormesson avec son cabinet

L’ambassadeur Wladimir d’Ormesson avec son cabinet

Photo officielle du cabinet de Wladimir d’Ormesson à Rome, prise le 29 septembre 1948 : au second rang, à gauche de l’ambassadeur, Joseph-Thomas Delos en habit dominicain, derrière lui, Félix Darsy.

Archives dominicaines de la Province de France/Tangi Cavalin, Nathalie Viet-Depaule (dir.), Dictionnaire biographique des frères prêcheurs en ligne.

21En dépit de ces bribes découvertes presque fortuitement aux détours des photos d’archives, les années à l’ambassade de France près le Saint-Siège renforcent paradoxalement la discrétion du père Delos. À sa réserve légendaire, s’ajoute le silence diplomatique, une forme de secret propre à la fonction. Les textes qu’il écrit sont désormais le plus souvent signés par un autre et sa production personnelle, en son nom propre, diminue. Les conseils qu’il donne ne sont pas clamés sur la place publique. Les visites qu’il reçoit ne sont pas toutes protocolaires. Seul un très patient travail d’archives permet de décrypter son influence. On comprend alors qu’il fut, non seulement le collaborateur, mais surtout l’intime des ambassadeurs et de leurs familles, qu’il sert avec clairvoyance et loyauté et qu’il accompagne comme un père. Il est un homme de Dieu, au cœur des affaires des hommes. Il reçoit les hommes d’Église de son pays, ainsi le cardinal Pierre Veuillot. Il côtoie les papes successifs, célébrant par exemple la Noël 1960 avec le pape Jean XXIII. Il guide la visite des chefs d’État au Vatican, comme celle du général de Gaulle à Jean XXIII (1959), à Paul VI, entourant Georges Pompidou et le ministre Couve de Murville (31 mai 1967), ou encore celle de Pierre Mendès France. En 1967, Joseph-Thomas Delos est fait Commandeur de la Légion d’honneur, haute distinction civile, sur proposition du ministre des affaires étrangères.

Noël 1960 avec le...Noël 1960 avec le pape Jean XXIII

Noël 1960 avec le pape Jean XXIII

Archives dominicaines de la Province de France/Tangi Cavalin, Nathalie Viet-Depaule (dir.), Dictionnaire biographique des frères prêcheurs en ligne.

22Au soir de sa vie, en 1970, alors qu’il souffre déjà des premiers signes de la maladie qui l’emporte en janvier 1974, le maître de l’Ordre, Vincent de Couesnongle, prend la peine d’écrire au provincial de France. « Le père Delos rentre demain : je veux le rassurer et que vous en fassiez de même ; il peut utiliser tout l’argent dont il a besoin, il est si craintif d’être une charge pour vous. Si besoin, demandez-moi directement les sommes qu’il devrait au couvent. » Signe d’une forme d’humilité que rien ne semble trahir, le père Delos est de retour quasi-anonymement dans sa province. Il revient au couvent Saint-Jacques à Paris, après plus de trente ans de service à l’étranger. Il y reprend sa place, humble frère parmi les siens et y meurt, âgé et malade, au milieu d’un couvent de frères accueillant certes, mais qui ne le connaissent pas. Ceux qui l’ont côtoyé, comme le père Bernard Quelquejeu, se souviennent d’un homme humble et bon. Les obsèques sont célébrées au couvent Saint-Jacques et une messe est célébrée à Saint-Louis des Français, à Rome, le 21 janvier 1974, par l’assomptionniste Antoine Wenger, qui lui a succédé à Rome.

23En 2015, aucune étude d’ensemble ne fait encore justice au père Delos. Pourquoi un tel silence ? Différents projets de publication n’ont pas abouti. Cette notice vise à lever une partie du voile sur ses activités et ses principales publications. Mais il faudrait aller au-delà. Présent à Rome, familier du père Congar, quel fut le rôle du père Delos pendant le Concile Vatican II ? Ce dernier a engendré de grands changements en des domaines qui ne sont pas les sujets de travail privilégiés Joseph-Thomas Delos : place des laïcs, liturgie, œcuménisme… et ceci explique sans doute qu’il n’apparaît pas explicitement dans les débats. Au plan sociétal, l’heure est à la décolonisation : ce n’est pas non plus son axe d’action. Dans le monde académique, les grandes questions qui agitent les intellectuels au début des années 1970 tournent autour du marxisme et de la place du parti communiste. Ce ne sont pas non plus ses sujets. Ces décalages simultanés peuvent expliquer la mise en sommeil, voire l’oubli provisoire des publications et de l’influence de Joseph-Thomas Delos.

24En revanche, au même moment, des mouvements de fond, moins médiatiques mais beaucoup plus durables, émergent. Eux sont en pleine osmose avec sa pensée. Le traité de Rome en 1957 institutionnalise la construction européenne, qui ne cesse de se renforcer depuis lors. Ceux qui s’interrogent sur l’âme de l’Europe, sa philosophie, voire sa théologie implicite, ne pourront que travailler avec profit les écrits du père Delos. De même, les institutions internationales, au premier rang desquelles l’ONU, ne sont pas davantage médiatiques. Elles n’en jouent pas moins un rôle déterminant, que les enjeux contemporains (la paix, l’environnement, la globalisation du commerce, les migrations) vont conduire à renforcer, pour arbitrer les grands conflits, réguler la production humaine, résoudre des problèmes qui ne peuvent l’être à la seule échelle de l’État-nation et faire face à l’urgence de ces situations dans un monde de plus en plus globalisé. Or, les acteurs internationaux sont essentiellement des juristes, des économistes, des statisticiens, des diplomates.

Haut de page

Sources

Archives dominicaines de la Province de France, Paris. — Archives de l’Université Laval, Québec. — Archives historiques du Comité international de la Croix Rouge, Genève. — F. Darsy, « Delos (Rev. P. Joseph Louis Aimé) », Catholicisme, tome III, 1952, col. 569-570. — « Delos Joseph (en religion Thomas) », Dictionnaire du monde religieux dans la France contemporaine, tome 4, Lille-Flandres, Beauchesne, 1990, p. 166-167 — Hannah Arendt, « The Nation », The Review of Politics, 8, 1, 1946. — Albert Broderick, The French institutionalists : Maurice Hauriou, Georges Renard, Joseph T. Delos, Harvard University Press, 1970. — René Coste, Le problème du Droit de Guerre dans la Pensée de Pie XI, Paris, Aubier, 1962. — Collectif, Devant la crise mondiale, Éditions de la Maison française, New York, 1942. — Charles Journet et Jacques Maritain, Correspondance, 1920-1929, vol. I, Éditions Saint-Paul, Éditions universitaires de Fribourg, 1996. — Michel Fourcade, « Jacques Maritain et l’Europe en exil », dans Jacques Maritain en Europe, la réception de sa pensée, Paris, Beauchesne, 1996. — Georges-Henri Lévesque, Souvenance, Paris, Plon, 1983. — Élisabeth de Miribel, La liberté souffre violence, Paris, Plon, 1981. — René Théry, « L’œuvre du père Joseph-Thomas Delos », Mélanges de sciences religieuses, Lille, 33, 1976, p. 123-149. — René Rémond, Bénédicte Renaud, Michel Fourcade, Laurent Ducerf, Le P. Thomas Delos, op (1891-1974). Droit, Église et société, Le Centre d’Études du Saulchoir, 10, 2002.

Haut de page

Œuvre

Œuvre choisie :

René Théry, Marie-Louise Josien, André Duval, « Une intégrale des publications du père Joseph-Thomas Delos († 1974). Présentation et répertoire complet », Revue des sciences philosophiques et théologiques, 67, juillet 1983, p. 434-442.

Ouvrages :

Joseph Delos, La société internationale et les principes de droit public, Paris, Éditions Pedone, 1929 (réédition Pedone 1950 ; traduction en anglais et publié à Dublin en 1932 ; traduction en espagnol et publié à Mexico en 1944) — Joseph Delos, La Nation, Montréal, Éditions de l’Arbre, 1944, t. 1 : Sociologie de la Nation ; t. 2 : Le nationalisme et l’ordre de droit (édition espagnole, Desclée, Buenos-Ayres, 1947). — Joseph Delos, L’opinion, le gouvernement d’opinion, le gouvernement de foule, Québec, 1947. — Joseph Delos, Bruno de Solages, Essai sur l’ordre politique national et international, Paris, Dalloz, 1947.

Articles publiés dans les Archives de Philosophie du droit et de sociologie juridique :

« La théorie de l’Institution. La solution réaliste du problème de la personnalité morale et le droit à fondement objectif », 1, 1931, p. 97-153. — « Le problème des rapports du droit et de la morale », 3, 1933, p. 84-111.  — « Du heurt à l’harmonie des droits », 8, 1938, p. 270-275.

Articles publiés dans l’Annuaire de l’Institut international de philosophie du droit et de sociologie juridique :

« Les caractères essentiels de la règle de droit positif en comparaison avec les autres règles de la vie sociale et les lois de la réalité », 2, 1936, p. 199-221. — « Les buts du droit : bien commun, sécurité, justice », 3, 1938, p. 29-47.

Articles publiés dans la Revue des sciences philosophiques et théologiques :

« La société internationale au regard du droit naturel », XV, 1926, p. 145-160. — « L’internationalisme. Synthèse de la culture et de la civilisation », XVII, 1928, p. 659-679.

Articles publiés dans La Vie intellectuelle :

« L’unité de l’Occident et l’Association des universitaires catholiques allemands », 1, octobre 1928, p. 75-85. — « La doctrine de Monroë, la politique américaine et les principes du droit public de Vitoria », 1, décembre 1928, p. 461-475. — Le point de rencontre du sociologue et du juriste dans la théorie moderne du droit », 2, janvier 1929, p. 136-153. — « Pour le redressement de la sociologie contemporaine. L’objet de la sociologie », 7, mai 1930, p. 264-287. — « Le désarmement moral et la pensée chrétienne », 17, octobre 1932, p. 226-239. — « La crise de la Société des Nations », 24, octobre 1933, p. 231-256. — « Une année d’efforts, une année de heurts à la Société des Nations. La vie internationale vue de Genève », 31, octobre 1934, p. 47-80. — « L’idée autrichienne et le destin de l’Occident », 35, mai 1935, p. 407-439. — « Pour un ordre catholique. Esquisse d’un plan de travail », 34, février 1935, p. 44-47. — « Où en est la philosophie du droit ?», 38, novembre 1935, p. 464-475. — « L’organisation corporative. Réflexions en marge de l’expérience autrichienne », 46, décembre 1936, p. 397-421. — « Heurts et courants d’idées dans le domaine du droit », 50, juin 1937, p. 207-228. — « Sur l’Autriche disparue », 55, mars 1938, p. 369-379. — « Culture et patriotisme autrichien », février 1938, p. 109-112. — « Le nouveau droit social », 57, mai 1938, p. 59-70. — « Le problème des universités catholiques », 62, mars 1939, p. 252-271. — « Retour aux sources de l’action internationale », 62, mars 1939, p. 372-386. — « La neutralité », 3, 1940, p. 69-83.

Articles publiés dans les Documents de la Vie intellectuelle :

« Le problème de la moralité de la guerre », 10, février 1932, p. 200-213. — « Le dynamisme allemand vu de la France », 10, mars 1932, p. 369-380. — « Dynamisme allemand et statisme français », 10, mars 1932, p. 417-434.

Contributions aux Semaines sociales de France :

« Qu’est-ce que l’autorité ? Son fondement naturel », 17e session, Lyon 1925, p 69-90. — « Le bien commun international : nécessité d’organes pour en assurer la gestion », 18e session, Le Havre 1926, p. 309-333. — « La charité, loi de la vie internationale », 20e session, Paris 1928, p. 405-426. — « L’expansion coloniale est-elle légitime ? », 22e session, Marseille 1930, p. 109-136. — « Le bien commun international en matière économique et les enseignements du Saint-Siège », 26e session, Lille 1932, p. 187-210. — La fin propre de la politique : le bien commun temporel », 25e session, Reims 1933, p. 215-235. — « L’éducation au service des faux dieux », 26e session, Nice 1934, p. 79-101. — « Coup d’œil sur les idéologies régnantes en matière d’organisation corporative. Leurs principes directeurs. Leur faiblesse », 27e session, Angers 1935, p. 305-329. — « La coopération intellectuelle : ses fondements », 28e session, Versailles 1936, p. 393-411. — « Qu’est-ce que la société », 29e session, Clermont-Ferrand 1937, p. 201-227. — « Classes et régimes totalitaires », 31e session, Bordeaux 1939, p. 229-259. — « La communauté nationale dans la communauté humaine », 33e session, Strasbourg 1946, p. 123-140. — « Valeur des civilisations et apport chrétien », 35e session, Lyon 1948, p. 187-210. — « Sociologie de la guerre moderne et théorie de la juste guerre », 40e session, Paris 1953, p. 201-224. — « Les fins de l’enseignement : vocations individuelles et contraintes sociales », 45e session, Versailles 1958, p. 167-188.

Haut de page

Table des illustrations

Titre À Lille en 1933
Légende Joseph-Thomas Delos au milieu de ses frères au couvent de Lille où il est assigné (troisième, au second plan, en allant de la droite vers la gauche). Il est alors professeur à l’Institut catholique de Lille.
Crédits Archives dominicaines de la Province de France/Tangi Cavalin, Nathalie Viet-Depaule (dir.), Dictionnaire biographique des frères prêcheurs en ligne.
URL http://journals.openedition.org/dominicains/docannexe/image/1996/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 204k
Titre Visa délivré à Joseph-Thomas Delos pour Montréal
Crédits Archives dominicaines de la Province de France/Tangi Cavalin, Nathalie Viet-Depaule (dir.), Dictionnaire biographique des frères prêcheurs en ligne.
URL http://journals.openedition.org/dominicains/docannexe/image/1996/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 964k
Titre Laisser-passer
Crédits Archives dominicaines de la Province de France/Tangi Cavalin, Nathalie Viet-Depaule (dir.), Dictionnaire biographique des frères prêcheurs en ligne.
URL http://journals.openedition.org/dominicains/docannexe/image/1996/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 2,1M
Titre Entre Rome et la France
Légende La fonction de conseiller ecclésiastique implique une participation chronophage aux réceptions officielles. Thomas-Joseph Delos, « l’homme du bon conseil » est à la droite de l’ambassadeur, Wladimir d’Ormesson. À l’extrême droite de la photo : Mgr Villot, secrétaire de l’épiscopat français.
Crédits Archives dominicaines de la Province de France/Tangi Cavalin, Nathalie Viet-Depaule (dir.), Dictionnaire biographique des frères prêcheurs en ligne.
URL http://journals.openedition.org/dominicains/docannexe/image/1996/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 1,3M
Titre Jacques Maritain et Wladimir d’Ormesson
Légende Conseiller ecclésiastique à l’ambassade de France près du Saint-Siège, Joseph-Thomas Delos est amené à travailler d’abord avec Jacques Maritain, puis avec Wladimir d’Ormesson, ambassadeurs de France au Vatican.
Crédits Archives dominicaines de la Province de France/Tangi Cavalin, Nathalie Viet-Depaule (dir.), Dictionnaire biographique des frères prêcheurs en ligne.
URL http://journals.openedition.org/dominicains/docannexe/image/1996/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 1,6M
Titre L’ambassadeur Wladimir d’Ormesson avec son cabinet
Légende Photo officielle du cabinet de Wladimir d’Ormesson à Rome, prise le 29 septembre 1948 : au second rang, à gauche de l’ambassadeur, Joseph-Thomas Delos en habit dominicain, derrière lui, Félix Darsy.
Crédits Archives dominicaines de la Province de France/Tangi Cavalin, Nathalie Viet-Depaule (dir.), Dictionnaire biographique des frères prêcheurs en ligne.
URL http://journals.openedition.org/dominicains/docannexe/image/1996/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M
Titre Noël 1960 avec le pape Jean XXIII
Crédits Archives dominicaines de la Province de France/Tangi Cavalin, Nathalie Viet-Depaule (dir.), Dictionnaire biographique des frères prêcheurs en ligne.
URL http://journals.openedition.org/dominicains/docannexe/image/1996/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M
Haut de page

Pour citer cette notice

Référence électronique

Marie Monnet, « DELOS Joseph-Thomas », Dictionnaire biographique des frères prêcheurs [En ligne], Notices biographiques, D, mis en ligne le 21 mars 2016, consulté le 17 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/dominicains/1996

Haut de page

Droits d’auteur

© CEMS / IMM-EHESS

Haut de page
  • Logo EHESS
  • Logo Bibliothèque du Saulchoir
  • Logo Ordre des Prêcheurs
  • OpenEdition Journals