Navigation – Plan du site

FROIDEVAUX Paul

FROIDEVAUX Robert Jules Charles Léon à l’état civil ; FROIDEVAUX Marie Luc en religion
Tangi Cavalin

Résumé

Né le 1er octobre 1908 à Paris (IVe arr.), mort le 5 octobre 1976 à Lyon (Rhône).
Prêtre-ouvrier à Marseille puis dans l’« équipe des barrages » à Tignes et à Grenoble (1948-1953) ; sociologue du travail à Lyon (1957-1976).

Haut de page

Historique

Notice validée le 22/07/2014 et mise en ligne le 23/07/2014.
Iconographie ajoutée le 21/02/2015.

Texte intégral

• Vestition pour la Province de Lyon : 12 novembre 1927 à Angers
• Profession simple : 13 novembre 1928 à Angers
• Profession solennelle : 4 mai 1933 à Saint-Alban-Leysse
• Ordination sacerdotale : 22 juillet 1934 à Saint-Alban-Leysse

1Fils d’un ingénieur chimiste, benjamin d’une fratrie de trois garçons, Robert Froidevaux grandit à Paris dans une famille bourgeoise. Il est scolarisé, à deux pas de la place de la Bastille, au collège des Francs-Bourgeois que dirigent les Frères des écoles chrétiennes, avant d’intégrer l’école des Beaux-Arts afin de devenir architecte. Cette orientation ne correspond pas à une vocation : depuis l’âge de six ans en effet, Robert Froidevaux désire être missionnaire en Extrême-Orient mais son père s’est résolument opposé à ce qu’il engage trop jeune sa vie de manière aussi absolue et le prie de faire d’abord des études. Se sentant mal à l’aise aux Beaux-Arts, il entreprend en 1925 et 1926 une licence de philosophie à l’Institut catholique et, en parallèle, une licence de sciences naturelles à la Sorbonne tout en conservant le souhait d’être prêtre. Son orientation vers l’Ordre des dominicains se précise alors : en avril 1926, il exprime son refus d’appartenir au clergé séculier, en dépit de l’influence exercée sur lui par son oncle, Jules Froidevaux, curé à Nanterre pendant plus de vingt ans et figure du clergé de la banlieue parisienne. À l’encontre de ce modèle de prêtre formé à l’école de Saint-Sulpice, il se prononce pour la vie religieuse dans une perspective missionnaire après que Mgr Armand Olichon, son ancien aumônier des Francs-Bourgeois, qui était aussi directeur de l’Union missionnaire du clergé de France, lui a fait lire l’ouvrage du dominicain Hyacinthe Petitot sur sainte Thérèse de Lisieux. Son refus d’entrer au grand séminaire diocésain est motivé par sa perception négative des prêtres séculiers qui « manquent d’appui moral, […] ont une vie spirituelle moins intense, […] ne renoncent pas aux biens de ce monde, […] n’ont pas de vœu d’obéissance ».

Novice à Angers, ...Novice à Angers, 1927-1928

Novice à Angers, 1927-1928

Assis au premier rang à gauche, le frère Marie-Luc Froidevaux est du même noviciat que Maurice Montuclard (assis à l’extrêmité droite) et Damase Belaud (deuxième rang, troisième à partir de la gauche). Au premier rang, troisième à partir de la gauche, le père maître des novices Hilaire Prisset.

Archives dominicaines de la Province de Lyon/Tangi Cavalin, Nathalie Viet-Depaule (dir.), Dictionnaire biographique des frères prêcheurs en ligne.

2Après avoir hésité entre plusieurs familles religieuses missionnaires (spiritains, pères blancs…), il décide de rejoindre l’Ordre de Saint-Dominique au début de l’année scolaire 1926. L’opposition de son père, relayée par celle de Mgr Olichon hostile aux dominicains, le contraint néanmoins à repousser son entrée au noviciat d’un an et c’est en octobre 1927 qu’il y fait ses premiers pas, à Angers (Maine-et-Loire). Il reçoit les prénoms religieux de Marie Luc, dont il se servira peu, leur préférant Paul comme prénom d’usage. Au cours de cette première année, il a pour compagnons, parmi la dizaine de jeunes novices, Damase Belaud et Maurice Montuclard. Il suit le cursus des études dominicaines dans la Province de Lyon (couvent d’études à Ryckholt aux Pays-Bas puis à Coublevie et enfin, – après l’interruption du service militaire en 1931-1932 – à Saint-Alban-Leysse près de Chambéry où les dominicains rapatrient leur studium en 1932), est ordonné prêtre en juillet 1934 (son père était alors chimiste expert auprès des tribunaux de la Seine et chevalier de la Légion d’honneur) avant d’être assigné, en 1936, au couvent d’Angers. Il se consacre à un apostolat classique de prédication et d’animation de groupes (JECF, guides) ainsi qu’à la promotion de la mission du Haut-Tonkin avec l’espoir d’être appelé un jour à la rejoindre. L’expérience de la guerre va infléchir cette vocation missionnaire dans un sens inédit.

Prisonnier de gue...Prisonnier de guerre en Allemagne

Prisonnier de guerre en Allemagne

La Seconde Guerre mondiale est un moment fondateur pour Paul Froidevaux. Prisonnier en juin 1940, il est envoyé, sous le matricule 80998, dans différents Stalag. Au cours de ses deux années de captivité, il fait l’expérience du travail forcé comme ouvrier et comme garçon de ferme. Il est rapatrié en France début 1942, muni de sa carte d’incapacité au travail qu’il conservera avec soin dans ses papiers personnels.

Archives dominicaines de la Province de Lyon/Tangi Cavalin, Nathalie Viet-Depaule (dir.), Dictionnaire biographique des frères prêcheurs en ligne.

3Mobilisé comme aumônier dans les chasseurs alpins lors de la déclaration de guerre, il entame la préparation à l’école des élèves officiers de réserve (EOR) à La Valbonne, près de Lyon, où il se lie d’une amitié durable avec Gabriel Matagrin, le futur évêque de Grenoble, qu’il convainc que la France n’est pas prête moralement à gagner la guerre. Après avoir participé aux combats dans la région de Reims avec le grade de caporal, il est fait prisonnier le 17 juin 1940 à Sombernon (Côte-d’Or) puis envoyé en captivité dans le Reich au Stalag XVII-B (Krems-Gneixendorf en Autriche) et affecté à la construction de l’autoroute de Salzbourg. Il est ensuite, à partir de mai 1941, domestique de ferme à Dantenheim pendant cinq mois avant d’être envoyé au Stalag XIII-B de Frankenthal (Palatinat). Au début de 1942, alors qu’il vient d’être affecté au Kommando 1054 à Friedrichsthal (Sarre) où il travaille dans une usine métallurgique, il est rapatrié après qu’un début de tuberculose a été diagnostiqué. Ces deux années de captivité créent une rupture dans la conception qu’il se fait de sa vocation sacerdotale et dominicaine :

La facilité des contacts que nous permettait avec nos camarades une même misère partagée en tous ses aspects et en tous les instants : la même faim, la même fatigue, le même dénuement… la même vermine nous donnait conscience d’être vraiment les représentants du Christ « habitant parmi eux », s’étant fait semblable à eux en toutes choses et portant leur croix. Quand j’ai repris la prédication en France, j’étais hanté par ces contacts à réaliser avec les incroyants.

Une fois rétabli, assigné au couvent de Saint-Alban-Leysse, il occupe la charge d’une aumônerie d’étudiants, ce qui l’amène à créer le 22 juillet 1944 une « communauté apostolique », la Fraternité de Grenoble, dans laquelle Colette Crépin-Leblond, une jeune laïque dont il croisera à plusieurs reprises l’itinéraire par la suite, initie son engagement missionnaire. Il s’agissait d’offrir aux prisonniers de guerre, à leur retour en France, une structure religieuse communautaire où puisse se vivre, comme dans les camps, une vie chrétienne intégrale. Parallèlement à cette élaboration communautaire, Paul Froidevaux, sous le couvert de ses tâches d’aumônier, exerce diverses activités de résistance dans le Vercors, ce qui lui vaut la médaille commémorative de la guerre 1939-1945 pour avoir été inscrit dès octobre 1943 au réseau « Jacques » (OSS), « en reconnaissance de son activité contre l’occupant pendant la période de Résistance et au cours des combats pour la Libération et en remerciement de l’aide ainsi apportés aux Forces alliées » (1948). À partir du 17 août 1944, il est à Paris, logé au couvent Saint-Jacques de la rue de la Glacière, et apporte son concours à l’insurrection comme infirmier dans un poste de secours de la porte d’Italie, avant de suivre le défilé de la victoire du 26 août de la place de la Concorde jusqu’à Notre-Dame. Un mois plus tard, lorsqu’il retrouve avec joie le calme de sa cellule au couvent de Saint-Alban-Leysse, il note dans son journal : « Tout est prêt pour un nouveau départ dans la prière et le travail. Cette paix qui déborde […] que le monde ne connaît pas. Mais elle n’est pas pour moi seul. J’ai mission de la faire connaître. »

Paul Froidevaux à...Paul Froidevaux à la fin des années 1940

Paul Froidevaux à la fin des années 1940

Archives dominicaines de la Province de Lyon/Tangi Cavalin, Nathalie Viet-Depaule (dir.), Dictionnaire biographique des frères prêcheurs en ligne.

4Dans les mois qui suivent la Libération, Paul Froidevaux soutient le développement de la « communauté apostolique » de Grenoble. Cette petite structure d’une dizaine d’individus est caractéristique du bouillonnement missionnaire propre à la France religieuse des années 1940 qui voit des chrétiens, souvent jeunes, s’efforcer de revivre l’expérience des communautés évangéliques des premiers siècles du christianisme. L’aspiration à une profonde rénovation du catholicisme, la vie en équipe, l’implantation dans des quartiers populaires, le rattachement ténu à l’institution ecclésiale par l’intermédiaire d’un aumônier sont autant de points communs à la plupart de ces initiatives. Convaincu de la pertinence de ce modèle dans une France à reconstruire matériellement autant que spirituellement, Paul Froidevaux entreprend de le diffuser dans d’autres villes de France comme Paris, Caen ou Le Mans. Une Lettre de la Communauté apostolique, dont il est l’un des principaux rédacteurs, maintient le lien entre ces initiatives locales. Mais la découverte des orientations d’Économie et Humanisme, que le dominicain Louis-Joseph Lebret a créée en 1941, et ses années de captivité en Allemagne le font osciller entre deux types d’investissement. D’une part, il est tenté de renforcer l’équipe d’Économie et Humanisme, et réalise d’ailleurs dans ce cadre en 1947 des conférences en Argentine, au Brésil et en Uruguay ; d’autre part, il cherche à se consacrer aux incroyants, surtout prolétariens, et à trouver les moyens nécessaires pour renouer le contact entre eux et le prêtre. À l’occasion de carêmes ou de missions, il prêche en dehors des églises, dans des cafés, des hangars, attirant des ouvriers qui ne fréquentent pas habituellement les lieux de culte. Mais, rapidement, il reconnaît le caractère artificiel de sa démarche : « C’était un premier contact mais très imparfait : nous n’étions pas insérés dans le milieu, nous passions et en milieu prolétarien nous faisions figure de bourgeois. » Il songe alors à rejoindre Jacques Loew qui, à Marseille, fait partie depuis 1945 de la paroisse Saint-Louis et, depuis 1947, est chargé de la paroisse ouvrière de La Cabucelle dans les quartiers nord de la cité phocéenne. Il arrive à Marseille en juin 1948, fait équipe avec Jacques Loew et un autre dominicain, André Piet, ainsi qu’un diocésain, Georges Hallauer, et trouve à s’embaucher à la Société française d’aluminium à la fin du mois d’août comme manœuvre, affecté à l’agrandissement d’un nouveau bâtiment. Ne partageant pas la même conception de la mission que celle de Jacques Loew, qui se refusait à privilégier le travail ouvrier sur l’action paroissiale de quartier, il quitte Marseille au bout de six mois.

5Après avoir envisagé de s’insérer dans l’équipe missionnaire dominicaine de l’avenue d’Italie, à Paris, Paul Froidevaux débute un apprentissage de soudeur à Poitiers (Vienne), sa ville d’assignation conventuelle, et passe le permis de conduire poids lourds. Ce temps de formation professionnelle est également mis à profit pour étudier, avec ses supérieurs, divers lieux possibles d’implantation comme prêtre-ouvrier. C’est à Tignes (Savoie), sur les chantiers des barrages, qu’il est finalement décidé de l’envoyer, avec l’accord enthousiaste de l’évêque de Tarentaise, Mgr Auguste Jauffrès. Muni de ses nouvelles qualifications, il occupe, avant son départ pour les Alpes, divers emplois temporaires afin de se constituer une expérience et des références : il fait de la soudure électrique, en novembre 1949, chez Sorepin à Neuilly-sur-Seine (Seine, Hauts-de-Seine), de la soudure oxy-acétyl à Air liquide puis à l’Entreprise générale de soudure Andrès à La Garenne (Seine, Hauts-de-Seine). En mars 1950, il quitte la région parisienne pour Tignes. Dans l’année qui suit, il participe à la constitution de l’équipe dite « des barrages ». Composée de prêtres-ouvriers issus de différentes familles religieuses, elle se réunit régulièrement, à partir de septembre 1951, au couvent des dominicains de Saint-Alban-Leysse (Savoie), autour du père Humbert Bouëssé, dans une perspective d’élaboration théologique à partir des expériences ouvrières des uns et des autres. Outre Paul Froidevaux, Michel Lémonon (diocèse de Valence) et Henri Perrin (jésuite puis diocésain), l’équipe, placée sous l’autorité d’Achille Liénart, évêque de Lille, est constituée de prêtres dont la majorité relève de la Mission de France (Jean Breynaert, Jean Cherrier, Jacques Chicoix, Gabriel Genthial, Jean Lahitte, Pierre Morissot et Jacques Vivez). À l’issue de la journée de réflexion et de prière de février 1952, Humbert Bouëssé écrit à Paul Froidevaux, initiateur de ces rencontres : « Je garde un souvenir – plein d’admiration – de cette journée passée avec vous et vos confrères : nous étions dans une atmosphère tellement évangélique. »

6À Tignes, Paul Froidevaux est d’abord embauché par la Société dauphinoise d’études et de montages (SDEM), chargée d’installer la conduite forcée entre l’usine de Malgovert et Courbaton, et logé à la cité Malgovert, dans une baraque en altitude, partageant la vie de ses « copains de chantier », la plupart immigrés espagnols ou italiens. À partir de septembre 1950, il est rejoint par Colette Crépin-Leblond, l’une des premières chrétiennes de la communauté apostolique de Grenoble en 1944 devenue tertiaire dominicaine qui, ayant renoncé à sa profession d’avocate, se prépare depuis deux ans à un engagement dans la mission ouvrière : elle trouve un emploi chez le boulanger du hameau des Brévières, est ouvreuse de cinéma le soir et habite dans un baraquement semblable à ceux des ouvriers des barrages. Paul Froidevaux l’encourage à nouer des liens avec les militants de la CGT et de Peuple et Culture, malgré les réticences de Louis-Joseph Lebret – avec qui elle est également en lien – qui redoute que la collaboration avec ces organisations s’établisse au profit de la propagande marxiste.

Ouvrier au barrag...Ouvrier au barrage de Tignes

Ouvrier au barrage de Tignes

De septembre 1950 à février 1951, Paul Froidevaux est soudeur pour une petite entreprise de sous-traitance de la vallée, l’Atelier de constructions métalliques Veuve Chevassu et Fils. Heures supplémentaires comprises, il y travaille près de 45 heures par semaine.

Archives dominicaines de la Province de Lyon/Tangi Cavalin, Nathalie Viet-Depaule (dir.), Dictionnaire biographique des frères prêcheurs en ligne.

7De septembre 1950 à février 1951, Paul Froidevaux, contraint pour des raisons de santé de quitter son emploi à la SDEM, travaille comme soudeur pour une petite entreprise de sous-traitance de la vallée, l’Atelier de constructions métalliques Veuve Chevassu et Fils. Dans cette entreprise où la main-d’œuvre est plus stable et plus organisée, ses camarades l’initient à l’action ouvrière collective et l’invitent au conseil syndical du barrage. En retour, comme à la SDEM, Paul Froidevaux s’efforce de les rassembler autour de la promotion de la culture populaire (musique, ciné-club, lectures). C’est alors qu’il fait réaliser par l’un de ses amis et membre de la communauté apostolique, le peintre Lucien Jeay, un tableau intitulé Le Christ tendant les mains aux ouvriers du barrage.

Carte postale de ...Carte postale de Saint-Alban-Leysse

Carte postale de Saint-Alban-Leysse

Lorsque Paul Froidevaux est soigné à Levallois-Perret à la suite de son accident de 1952, les prêtres-ouvriers de son équipe dite « des barrages » lui souhaitent de se rétablir rapidement. Cette carte postale est envoyée du couvent dominicain de Saint-Alban-Leysse où l’équipe se réunit régulièrement. On peut lire parmi les signatures celles de Mgr de Bazelaire, archevêque de Chambéry, Henri Perrin, Gabriel Genthial, Jacques Vivez, Francis Laval, Jean Cherrier, Michel Lémonon – le premier prêtre à travailler sur un chantier des barrages –, Jean Breynaert et, seul autre dominicain de l’équipe, Augustin Laurent dit « Tintin ».

Archives dominicaines de la Province de Lyon/Tangi Cavalin, Nathalie Viet-Depaule (dir.), Dictionnaire biographique des frères prêcheurs en ligne.

8En butte à l’hostilité de son chef d’atelier, il lui faut quitter l’Atelier Chevassu pour l’Entreprise industrielle (EDF) où il est recruté comme OS1. L’équipe qu’il constitue avec Colette Crépin-Leblond est renforcée au même moment par l’arrivée de deux autres femmes, Marie Contaux et Jeanine Bulcourt, puis par celle d’Augustin Laurent, jeune dominicain en cours de formation, qui accomplit un stage ouvrier comme camionneur au barrage. Mais Colette Crépin-Leblond refuse de faire dépendre son équipe féminine du seul Paul Froidevaux et, en accord avec le provincial Damase Belaud, quitte Tignes pour Saint-Étienne en mars 1952. Le 6 juin 1952, alors qu’il est piquet de grève lors d’un arrêt de travail en solidarité avec les ouvriers des chantiers d’Isère-Arc, Paul Froidevaux est renversé par un motocycliste, accident qui l’immobilise pendant un an à Levallois-Perret (Seine, Hauts-de-Seine) où il subit une greffe de la colonne vertébrale. Il était alors secrétaire de sa section syndicale CGT et avait été élu, sur la sollicitation conjointe d’un autre prêtre-ouvrier, Gabriel Genthial, et du permanent de l’Union départementale CGT, Christian Chagneau, en février 1952 comme délégué au Comité d’entreprise avec l’accord du prieur de Chambéry et de l’évêque de Tarentaise, Mgr Jauffrès.

9En 1953, Paul Froidevaux reprend le travail, d’abord comme soudeur à Levallois-Perret, puis rejoint Gabriel Genthial à Grenoble où il s’embauche comme magasinier. C’est dans cette ville qu’il vit la crise des prêtres-ouvriers. Il participe à l’élaboration du rapport (dit de « l’équipe des barrages ») adressé au cardinal Liénart pour affirmer qu’il leur est devenu impossible d’envisager leur sacerdoce « séparé d’une vie de travail et d’engagement ouvrier ». Il s’adresse également, en novembre 1953, à son provincial pour dénoncer l’attitude de l’Église vis-à-vis de la classe ouvrière : « Maintenant un scandale est imminent : l’abandon par l’épiscopat de la mission ouvrière. En face de ceux qui demeurent éloignés du seul Sauveur possible, les écrasés, les sacrifiés au progrès industriel, les chrétiens, les prêtres et, dans une certaine mesure, l’épiscopat, demeurent fermés. » Lorsque les consignes romaines condamnant le travail des prêtres en usine ou sur les chantiers sont mises en application, Paul Froidevaux, déchiré devant un tel choix, obtempère comme la majorité des membres de l’équipe des BTP, avec la conviction qu’« être religieux nous oblige à une obéissance plus stricte ». Après quelques semaines de réflexion à Passe-Prest en février 1954, il regagne son couvent d’assignation de Saint-Alban-Leysse non sans avoir fait connaître à ses supérieurs sa disponibilité pour un nouveau départ en mission, en Afrique noire, faute de pouvoir être prêtre-ouvrier. L’Ordre des frères prêcheurs lui propose plutôt de mener une enquête dans le cadre d’Économie et Humanisme sur le monde ouvrier en Espagne et de passer deux mois en Afrique du Nord pour des prédications, ce à quoi il consent. Mais lorsqu’il est question de l’intégrer durablement à l’équipe de sociologie religieuse d’Économie et Humanisme, en décembre 1954, il s’y refuse en réaffirmant la nécessité de sa mission dans la classe ouvrière. Il s’en explique à Louis-Joseph Lebret auquel il reproche de vouloir opposer la méthode d’enquête d’Économie et Humanisme et l’enfouissement des prêtres-ouvriers, alors que les deux démarches devraient être complémentaires. Jusqu’au début des années 1960, il s’efforce de défendre cette exigence en organisant dans toute la France, auprès de publics divers (paroissiens, étudiants ou militants chrétiens d’Action catholique), des conférences sur la mission des prêtres-ouvriers et la construction du barrage de Tignes.

10En novembre 1955, assigné au couvent du Saint-Nom-de-Jésus à Lyon, Paul Froidevaux cherche à s’implanter dans le milieu populaire du quartier et à prendre contact avec les militants en envisageant un travail de culture ouvrière comme à Tignes quelques années auparavant, ce qui revient à opérer une « transposition, dans le quartier, de la présence du prêtre en usine ». En octobre 1957, il crée le Centre d’informations urbaines et sociales (CIUS) dans le quartier des Brotteaux et, sur le modèle de la communauté apostolique initiée à Grenoble en 1944, la Fraternité Saint-Pierre-Saint-Paul dotée d’une lettre mensuelle « qui devrait nous aider tous à donner à notre engagement temporel un sens missionnaire ». Il s’agit de travailler, sur et dans le quartier des Brotteaux, à la restauration de la primauté de l’homme dans l’économie et à la disparition des injustices sociales par « la promotion d’un habitat réellement humain ». Plus concrètement, des enquêtes sur l’urbanisme, l’habitat, les causes de la délinquance ou l’alimentation (avec l’INSERM) sont menées à bien à la fin des années cinquante par les membres de la Fraternité. Paul Froidevaux contribue également à la constitution d’une Union des associations familiales des Brotteaux afin de donner plus de poids auprès des élus aux revendications des habitants. Lorsque le quartier entre dans une phase de rénovation, au début des années 1960, le CIUS organise de multiples rencontres et réunions avec les pouvoirs publics pour transmettre le résultat de ses enquêtes et les doléances de la population.

11Bien que l’activité de Paul Froidevaux s’exerce à proximité de son couvent d’assignation, elle ne s’effectue pas en lien avec lui et il fait le constat quelque peu amer de son isolement au sein de sa famille dominicaine (redoublé par l’effacement des liens avec ses frères de sang, du fait de l’éloignement et de l’incompréhension). Ainsi lorsqu’en juillet 1959, il célèbre dans la solitude la plus complète ses vingt-cinq ans de sacerdoce et consigne son désarroi dans son journal : « Pas une lettre. Sacerdoce et guerre et captivité – avec la grande cassure de 1954 après le travail ouvrier. Il faut porter tout cela. Jésus est mort seul sur la Croix. […] Le père [Augustin] Grail meurt le jour anniversaire de ma première messe. Cette mort est impressionnante. Ses trois dernières années, il a vécu seul. » Les contacts de Paul Froidevaux sont pourtant multiples, mais leur inventaire dessine des réseaux qui, à l’exception de ceux d’Économie et Humanisme, ne sont plus ceux de l’Ordre dominicain dont il déplore le manque d’inventivité missionnaire : militants de quartier chrétiens ou non, édiles lyonnais, experts en psychologie, délinquance juvénile, urbanisme… L’humanisme chrétien selon Paul Froidevaux ne peut faire l’économie d’une analyse du terrain social qui prenne en considération toutes ses facettes.

L’expertL’expert

L’expert

Les mesures romaines de 1953-1954 contraignent Paul Froidevaux à quitter le travail ouvrier. Dans les années 1960, ses enquêtes aux usines Berliet, couronnées par une thèse de doctorat en sciences sociales, lui confèrent une réputation internationale et lui donnent accès aux tribunes d’organismes comme le Bureau international du travail ou l’Organisation de coopération et de développement économique. Il endosse alors un rôle d’expert (ici à gauche sur la photo) dans le sillage du père Louis-Joseph Lebret et d’Économie et Humanisme.

Archives dominicaines de la Province de Lyon/Tangi Cavalin, Nathalie Viet-Depaule (dir.), Dictionnaire biographique des frères prêcheurs en ligne.

12Quand le concile Vatican II autorise en octobre 1965 aux prêtres de pouvoir à nouveau travailler en usine, il préfère poursuivre les activités et les études du CIUS qu’il considère comme un essai d’élargissement de la mission en milieu industriel et urbain plutôt que de reprendre une activité manuelle salariée. Parallèlement, il infléchit ses recherches en redonnant à l’entreprise industrielle une place centrale comme objet d’étude et d’intervention, dans une perspective d’humanisation des conditions de travail : certains des membres de la Fraternité Saint-Pierre-Saint-Paul, en particulier ceux qui appartiennent au corps médical, s’investissent désormais dans des enquêtes aux usines Berliet avec comme objectif la promotion de conditions de travail plus humaines. Plutôt qu’à une modification des structures de l’économie capitaliste, dans la lignée d’Économie et Humanisme, c’est une refonte sociologique de l’organisation du travail dans l’entreprise que Paul Froidevaux estime désormais devoir être mise en œuvre : l’enquête menée chez Berliet se traduit par la décision de la direction de réduire les équipes de travail, qui pouvaient regrouper cent cinquante ouvriers, à de petites unités, à taille humaine, de dix à vingt-cinq individus, permettant la tenue régulière de « groupes de discussions » sur les conditions de travail. Paul Froidevaux fonde, en 1964, au service de cette prospective, l’Institut de recherches appliquées en sociologie (IRAS), structure offrant la possibilité de rassembler une équipe pluridisciplinaire (sociologues, médecins, psychologues, ergonomes, ingénieurs, statisticiens). Après le travail mené chez Berliet, l’IRAS est amenée à répondre aux appels d’offres d’autres entreprises de la région lyonnaise (en particulier Brandt) et, à partir de 1973, du Bureau international du travail (BIT) ou de la Délégation à l’aménagement du territoire et à l’action régionale (DATAR). Entre-temps, en mai 1971, à l’âge de soixante-trois ans, il soutient à l’université de Lyon une thèse que patronne Madeleine Grawitz sur la notion d’absentéisme au travail dans laquelle il démontre, l’un des premiers, qu’il constitue un indicateur social révélateur d’une frustration des ouvriers due à une mauvaise organisation des structures sociales de leurs entreprises. Cette thèse, dont la nécessité lui apparaît dès 1962, résulte du travail effectué pendant cinq ans dans les usines Berliet. Paul Froidevaux contribue ainsi à faire de la qualité de vie dans l’entreprise une notion dont le retentissement fut à l’origine de la prise en considération par le BIT de ces questions. Sa compétence lui vaut d’être sollicité pour des formations de cadres d’entreprises ou des rencontres entre experts, comme en octobre 1973 lorsqu’il est désigné comme rapporteur général du colloque international tenu à Paris à l’initiative de l’Organisation de coopération et de développement économique (OCDE) sur le thème de « l’absentéisme et le turn-over ».

13Il s’emploie également, dans les dernières années de sa vie, à faire reconnaître dans l’Ordre dominicain la validité religieuse de sa démarche de sociologue. Si ses appels à inventer une « théologie apostolique » fondée sur les méthodes inductives des sciences sociales, au premier rang desquelles la sociologie, ne sont guère entendus par ses confrères, son engagement au sein de l’IRAS fait l’objet d’un hommage appuyé des membres du chapitre provincial de juin-juillet 1976. À cette date, il est vrai, Paul Froidevaux est déjà très affecté par la maladie qui va l’emporter au mois d’octobre suivant.

Haut de page

Sources

Archives dominicaines de la Province de Lyon, fonds Froidevaux. — Archives dominicaines de la Province de France. — Archives de la Mission de France, Le Perreux. — H. M., « Radiographie de l’absentéisme », L’Express Rhône-Alpes, 43, février 1974, p. 36-41. — Paul Gravillon, Le Progrès, 7 octobre 1976. — Michel Daune, La mission de Marseille 1945-1951, thèse de théologie, Marseille, 1986. — François Leprieur, Quand Rome condamne, Paris, Plon/Les Éditions du Cerf, 1989. — M. Hudry, « La grève Isère-Arc de janvier-février 1952 et le clergé », dans Bernard Plongeron, Pierre Guillaume (dir.), De la charité à l’action sociale. Religion et société, Paris, 1995, p. 423-435. — Denis Pelletier, « Économie et Humanisme ». De l’utopie communautaire au combat pour le tiers-monde 1941-1966, Paris, Les Éditions du Cerf, 1996. — Hélène Macillot, Prêtres et religieuses en monde ouvrier à Lyon après 1945, mémoire de maîtrise d’histoire contemporaine sous la direction d’Étienne Fouilloux, université Lumière Lyon II, septembre 1999. — Gabriel Matagrin, Le chêne et la futaie, Paris, Bayard, 2000. — Charles Suaud, Nathalie Viet-Depaule, Prêtres et ouvriers. Une double fidélité à l’épreuve 1944-1969, Paris, Karthala, 2004. — Tangi Cavalin, Nathalie Viet-Depaule « Catholiques engagés à Marseille », Les catholiques dans la République (1905-2005), Paris, Les Éditions de l’Atelier, 2005, p. 301-312. — Michèle Rault, « Engagement laïc et féminin en milieu ouvrier. L’exemple de la Fraternité dominicaine ouvrière », dans Tangi Cavalin, Charles Suaud, Nathalie Viet-Depaule (dir.), De la subversion en religion, Paris, Karthala, 2010, p. 203-216.

Haut de page

Œuvre

Étude sur les facteurs de l’absentéisme, thèse de doctorat en Sciences sociales du Travail, Faculté d’État de droit et de sciences économiques de Lyon, 1971.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Novice à Angers, 1927-1928
Légende Assis au premier rang à gauche, le frère Marie-Luc Froidevaux est du même noviciat que Maurice Montuclard (assis à l’extrêmité droite) et Damase Belaud (deuxième rang, troisième à partir de la gauche). Au premier rang, troisième à partir de la gauche, le père maître des novices Hilaire Prisset.
Crédits Archives dominicaines de la Province de Lyon/Tangi Cavalin, Nathalie Viet-Depaule (dir.), Dictionnaire biographique des frères prêcheurs en ligne.
URL http://journals.openedition.org/dominicains/docannexe/image/222/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 592k
Titre Prisonnier de guerre en Allemagne
Légende La Seconde Guerre mondiale est un moment fondateur pour Paul Froidevaux. Prisonnier en juin 1940, il est envoyé, sous le matricule 80998, dans différents Stalag. Au cours de ses deux années de captivité, il fait l’expérience du travail forcé comme ouvrier et comme garçon de ferme. Il est rapatrié en France début 1942, muni de sa carte d’incapacité au travail qu’il conservera avec soin dans ses papiers personnels.
Crédits Archives dominicaines de la Province de Lyon/Tangi Cavalin, Nathalie Viet-Depaule (dir.), Dictionnaire biographique des frères prêcheurs en ligne.
URL http://journals.openedition.org/dominicains/docannexe/image/222/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 808k
Titre Paul Froidevaux à la fin des années 1940
Crédits Archives dominicaines de la Province de Lyon/Tangi Cavalin, Nathalie Viet-Depaule (dir.), Dictionnaire biographique des frères prêcheurs en ligne.
URL http://journals.openedition.org/dominicains/docannexe/image/222/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 172k
Titre Ouvrier au barrage de Tignes
Légende De septembre 1950 à février 1951, Paul Froidevaux est soudeur pour une petite entreprise de sous-traitance de la vallée, l’Atelier de constructions métalliques Veuve Chevassu et Fils. Heures supplémentaires comprises, il y travaille près de 45 heures par semaine.
Crédits Archives dominicaines de la Province de Lyon/Tangi Cavalin, Nathalie Viet-Depaule (dir.), Dictionnaire biographique des frères prêcheurs en ligne.
URL http://journals.openedition.org/dominicains/docannexe/image/222/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 1,6M
Titre Carte postale de Saint-Alban-Leysse
Légende Lorsque Paul Froidevaux est soigné à Levallois-Perret à la suite de son accident de 1952, les prêtres-ouvriers de son équipe dite « des barrages » lui souhaitent de se rétablir rapidement. Cette carte postale est envoyée du couvent dominicain de Saint-Alban-Leysse où l’équipe se réunit régulièrement. On peut lire parmi les signatures celles de Mgr de Bazelaire, archevêque de Chambéry, Henri Perrin, Gabriel Genthial, Jacques Vivez, Francis Laval, Jean Cherrier, Michel Lémonon – le premier prêtre à travailler sur un chantier des barrages –, Jean Breynaert et, seul autre dominicain de l’équipe, Augustin Laurent dit « Tintin ».
Crédits Archives dominicaines de la Province de Lyon/Tangi Cavalin, Nathalie Viet-Depaule (dir.), Dictionnaire biographique des frères prêcheurs en ligne.
URL http://journals.openedition.org/dominicains/docannexe/image/222/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 1,6M
Titre L’expert
Légende Les mesures romaines de 1953-1954 contraignent Paul Froidevaux à quitter le travail ouvrier. Dans les années 1960, ses enquêtes aux usines Berliet, couronnées par une thèse de doctorat en sciences sociales, lui confèrent une réputation internationale et lui donnent accès aux tribunes d’organismes comme le Bureau international du travail ou l’Organisation de coopération et de développement économique. Il endosse alors un rôle d’expert (ici à gauche sur la photo) dans le sillage du père Louis-Joseph Lebret et d’Économie et Humanisme.
Crédits Archives dominicaines de la Province de Lyon/Tangi Cavalin, Nathalie Viet-Depaule (dir.), Dictionnaire biographique des frères prêcheurs en ligne.
URL http://journals.openedition.org/dominicains/docannexe/image/222/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M
Haut de page

Pour citer cette notice

Référence électronique

Tangi Cavalin, « FROIDEVAUX Paul », Dictionnaire biographique des frères prêcheurs [En ligne], Notices biographiques, F, mis en ligne le 23 juillet 2014, consulté le 17 février 2018. URL : http://journals.openedition.org/dominicains/222

Haut de page

Auteur

Tangi Cavalin

Notices du même auteur

  • SAVEY Réginald [Texte intégral]
    SAVEY Jacques Maurice Charles à l’état civil ; SAVEY Réginald en religion
    Paru dans Dictionnaire biographique des frères prêcheurs, Notices biographiques, S
  • RENARD Georges [Texte intégral]
    RENARD Georges Marie Joseph Antoine Eugène à l’état civil, RENARD Raymond en religion
    Paru dans Dictionnaire biographique des frères prêcheurs, Notices biographiques, R
  • CONTENSON Pierre de [Texte intégral]
    du BESSEY de CONTENSON Pierre Léon Stanislas à l’état civil ; CONTENSON Pierre-Marie de en religion
    Paru dans Dictionnaire biographique des frères prêcheurs, Notices biographiques, C
  • BERNARD Rogatien [Texte intégral]
    BERNARD Pierre Joseph Marie à l’état civil ; BERNARD Rogatien en religion
    Paru dans Dictionnaire biographique des frères prêcheurs, Notices biographiques, B
  • BOULAY Thomas [Texte intégral]
    BOULAY Paul Michel Marie Eugène à l’état civil ; BOULAY Thomas en religion
    Paru dans Dictionnaire biographique des frères prêcheurs, Notices biographiques, B
  • DONDAINE Antoine [Texte intégral]
    DONDAINE Charles Marie Antoine à l’état civil ; DONDAINE Antoine en religion
    Paru dans Dictionnaire biographique des frères prêcheurs, Notices biographiques, D
  • Tous les textes...
Haut de page

Droits d’auteur

© CEMS / IMM-EHESS

Haut de page
  • Logo EHESS
  • Logo Bibliothèque du Saulchoir
  • Logo Ordre des Prêcheurs
  • OpenEdition Journals