Navigation – Plan du site

ARNOUX Jean

ARNOUX Chaffrey à l’état civil ; ARNOUX Jean en religion
Nathalie Viet-Depaule

Résumé

Né le 19 avril 1863 à Ceillac (Hautes-Alpes), mort le 28 novembre 1943 à Coublevie (Isère).
Frère convers, portier et sacristain à Buenos Aires, Fribourg, Champittet et Coublevie.

Haut de page

Historique

Notice validée et mise en ligne le 22/04/2015.

Texte intégral

• Vestition pour la Congrégation enseignante : 13 avril 1895 à Buenos Aires (Argentine)
• Profession simple : 27 février 1898 à Buenos Aires (Argentine)
• Profession perpétuelle : 7 mars 1901 à Buenos Aires (Argentine)
• Profession solennelle : 19 avril 1924 à Champittet (Suisse)

1Fils de Chaffrey Arnoux et de Marguerite (née Colombet), modestes cultivateurs à Ceilhac, village des Hautes-Alpes situé à plus de 1 200 mètres d’altitude, Chaffrey Arnoux grandit dans une famille chrétienne. Ayant perdu tôt son père, il fréquente irrégulièrement l’école du village et devient, à la belle saison, berger dans les alpages qui dominent la vallée de Ceilhac jusqu’au lac Sainte-Anne. Là, chaque été, il s’occupe de l’entretien du petit oratoire consacré à sainte Anne auquel, des années plus tard, il offrira une statue.

2Incorporé en 1883 au 14e bataillon de chasseurs à pied, il devient chasseur de 1re classe en mars 1887, sapeur en octobre 1887, puis passe dans la réserve de l’armée active le 1er juillet 1889. Toutes ces années passées dans l’armée le façonnent : il trouve dans l’obéissance militaire non seulement le goût de la patrie, mais le sens du devoir à accomplir sans jamais se départir de ses convictions religieuses. Soldat exemplaire, il gardera toujours avec lui son certificat de bonne conduite, signé du général de brigade à Grenoble, le 8 septembre 1888, où on peut lire que « le soldat Arnoux Chaffrey a tenu une bonne conduite tant qu’il est resté sous les drapeaux et il a constamment servi avec honneur et fidélité ».

3De retour à Ceilhac, il décide d’aller à Paris dans l’espoir de trouver du travail. S’il est difficile de dire la nature de son emploi dans la capitale, il est avéré qu’il s’embarque le 29 janvier 1890 pour l’Argentine. Rapidement engagé à Buenos Aires comme domestique dans une famille, il doit à sa fonction d’emmener les enfants au collège des dominicains français de découvrir peu à peu cette communauté religieuse, dont le prieur est Marcolino Benavente. L’ouverture du collège Lacordaire de Buenos Aires était récente, datant de 1888, et était due au père Dominique Molles-Puyredon. Chaffrey Arnoux s’attache à la petite communauté enseignante au point de songer à en faire partie. Il y entre d’abord comme serviteur, puis reçoit en 1895, en tant que frère convers, l’habit, sous le nom de frère Jean.

4Devenu frère convers, assigné au collège Lacordaire, Jean Arnoux est à la fois portier et sacristain, charges qu’il assumera pendant toutes ses assignations. Son dernier prieur à Coublevie, Réginald Duriaux, montre dans la brochure qu’il lui a consacrée pour lui rendre hommage combien les frères convers sont les rouages essentiels du fonctionnement des couvents dans cette première moitié du xxe siècle. Il tient à souligner les aspects édifiants de la vie du « frère Arnoux » en décrivant ses principales fonctions.

5Être portier, c’est être « le gardien du couvent. […] À l’entrée, aux abords, il impose l’ordre qui harmonise et préserve tout. […] Il écarte les indiscrets, les bavards, les enquêteurs de nouvelles, les tenues qui ne se respectent pas. Avec justice et charité, il informe supérieurs et maîtres, il sauvegarde leur temps et aide leurs responsabilités. Ange gardien, il est aussi messager : il exprime la mentalité et la tenue religieuse du couvent, il en est le témoignage vivant. […] Il doit en manifester l’idéal, la vie surnaturelle, surtout la charité en toutes ses générosités et ses nuances. » Être sacristain, c’est participer à la liturgie en servant la messe et en faisant en sorte que « l’ordre parfait » règne « pour faciliter le culte, la commodité et la parfaite tenue des fidèles, en un mot la gloire de Dieu lui-même et dans le salut des âmes. » Son rôle est de tenir propres « non seulement l’église, la sacristie, les objets de culte – les burettes les plus mal commodes – mais les abords, tout cela minutieusement ».

6Se consacrant à ces tâches quotidiennes avec « dévouement » et « piété » selon son biographe, Jean Arnoux reste à Buenos-Aires jusqu’à la fermeture du collège en 1913, date à laquelle il est assigné au couvent Saint-Hyacinthe, à Fribourg en Suisse. Le 4 août 1920, Georges Le Roy, vicaire général, l’envoie au collège de Champittet (Suisse) où il « attire même des vocations de frères ». Au bout de sept ans, il est appelé à Coublevie, noviciat et couvent d’études de la Congrégation enseignante, où il passe les dernières années de sa vie religieuse en étant constamment au service des pères.

7Bien que sa santé se soit dégradée, il meurt lucidement témoignant de son attachement à la dévotion mariale, notamment à la pratique du Rosaire. Inhumé d’abord à Coublevie, le 30 novembre 1943, son corps sera ensuite transféré à Oullins, près de Lyon, où se trouve le collège Saint-Thomas d’Aquin, tenu par les pères de la Congrégation enseignante.

Haut de page

Sources

Archives dominicaines de la Province de Toulouse, fonds de la Congrégation enseignante. — Congrégation missionnaire enseignante de Saint-Dominique, Paris, imprimerie Eugène Picquoin, 1928. — Réginald Duriaux, Un fidèle serviteur de Marie, le frère Jean Arnoux, convers dominicain (1863-1943), Imprimerie Saint-Paul, Fribourg (Suisse), s.d. — Jocelyn Angelico de Metz, « Le personnel religieux de la congrégation enseignante », Mémoire dominicaine, 3, automne 1993, p. 59-71.

Haut de page

Pour citer cette notice

Référence électronique

Nathalie Viet-Depaule, « ARNOUX Jean », Dictionnaire biographique des frères prêcheurs [En ligne], Notices biographiques, A, mis en ligne le 22 avril 2015, consulté le 13 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/dominicains/282

Haut de page

Auteur

Nathalie Viet-Depaule

Notices du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© CEMS / IMM-EHESS

Haut de page
  • Logo EHESS
  • Logo Bibliothèque du Saulchoir
  • Logo Ordre des Prêcheurs
  • OpenEdition Journals