Navigation – Plan du site

LE TILLY Jacques

LE TILLY Émile Louis Marie Joseph à l’état civil ; LE TILLY Jacques en religion
Tangi Cavalin

Résumé

Né le 2 septembre 1900 à Assérac (Loire-Inférieure puis Loire-Atlantique), mort le 7 janvier 1979 à Paris (VIIIarr.).
Missionnaire en Algérie puis au Maroc, prédicateur général (1955), supérieur des maisons d’Alger (1933-1942) puis de Casablanca (1951-1957), prieur du couvent de l’Annonciation à Paris (1961-1966).

Haut de page

Historique

Notice validée le 25/07/2014 et mise en ligne le 19/08/2014.
Iconographie ajoutée le 08/02/2015.

Texte intégral

• Vestition pour la Province de France : 31 mai 1919 au Saulchoir de Kain
• Profession simple : 1er juin 1920 au Saulchoir de Kain
• Profession solennelle : 9 juin 1925 au Saulchoir de Kain
• Ordination sacerdotale : 29 juillet 1927 au Saulchoir de Kain

La famille Le Til...La famille Le Tilly en 1921

La famille Le Tilly en 1921

Assérac dans la presqu’île de Guérande.

Archives dominicaines de la Province de France/Tangi Cavalin, Nathalie Viet-Depaule (dir.), Dictionnaire biographique des frères prêcheurs en ligne.

1Fils de Benjamin Le Tilly, négociant à Assérac, dans la presqu’île de Guérande, et de Louise née Galommier, Émile Le Tilly est issu d’une fratrie de huit enfants. En 1911, il débute ses études secondaires à l’Institution Saint-Joseph d’Ancenis où il se lie avec Henri Gasnier, son aîné d’un an qui deviendra frère Michel en religion. Leur amitié est encore renforcée par le mariage d’une sœur d’Émile avec un frère d’Henri. En 1919, après avoir obtenu le baccalauréat, ils se présentent ensemble au Saulchoir de Kain (Belgique). Ils y revêtent l’habit dominicain le même jour et prononcent leurs vœux côte à côte, un an plus tard. Dès le noviciat, le « frère Jacques » manifeste des dispositions pour l’étude qui le mènent jusqu’à une thèse de lectorat qu’il consacre à l’analyse de la section sur l’espérance de la Somme théologique de Thomas d’Aquin. Outre la reprise de son travail par les éditions de La Revue des jeunes, il publie deux articles dans La Vie spirituelle sur le même thème (janvier et février 1932). Ce n’est pourtant pas vers l’enseignement de la théologie qu’il s’oriente à la fin de sa formation en 1929. La Province de France estime plus urgent de l’affecter à la prédication et, après une année d’étude supplémentaire au couvent d’Amiens, sanctionnée par un jury d’examen composé de Marie-Albert Janvier, Jean-Dominique Folghera et Marie-Dominique Chauvin, il est assigné au couvent de Dijon en novembre 1930.

2Son apostolat y est de courte durée. L’archevêque d’Alger, Mgr Leynaud, soucieux de renforcer l’enseignement doctrinal de ses fidèles, sollicitait depuis plusieurs années de la Province de France une présence dominicaine permanente dans son diocèse. Michel Gasnier, dont la prédication à la cathédrale d’Alger en 1930-1931 avait été particulièrement appréciée, se porte volontaire pour cette fondation et suggère que lui soit adjoint le renfort de son ami Jacques Le Tilly. En mars 1932, Jourdain Padé, provincial, les envoie à Alger sous l’autorité d’un frère plus expérimenté, Marie-Firmin Lambert, prieur de Nancy. De ce trio initial qui s’installe rue Édith-Cavell dans un ancien pensionnat des Dames du Sacré-Cœur, Jacques Le Tilly est le seul à s’adapter durablement aux conditions de vie et d’apostolat en Algérie jusqu’à – détail significatif – se laisser pousser la barbe afin de répondre aux sollicitations de l’archevêque d’Alger pour les prêtres en pays musulman.

3Supérieur de la maison d’Alger de janvier 1933 à janvier 1942, il ordonne son activité en fonction de deux priorités, la prédication et la construction d’un couvent. L’apostolat auprès des chrétiens d’Algérie occupe une large part de son temps, à Alger même dans les collèges féminins où il assure l’instruction religieuse et, surtout, dans les zones rurales et semi-rurales du « bled » où il prêche à la demande des curés qui apprécient ses qualités d’orateur et d’organisateur et lui confient la direction de missions paroissiales. Afin de prolonger les effets de ses prédications, il assure le regroupement de colons dans des associations qui constituent le point de départ de la JAC et dont il suit l’essor en endossant la responsabilité d’aumônier diocésain de ce mouvement d’Action catholique spécialisée, secondé par Marcolin Allain. Il initie également les premiers regroupements d’un tiers-ordre pour les femmes (1935) et les hommes (1936) qui se reconnaissent dans la spiritualité dominicaine. Son influence s’étend ainsi bien au-delà de la ville d’Alger et il lui arrive de prêcher jusqu’au Maroc à l’invitation des franciscains.

4Le départ de ses premiers compagnons après quelques mois est compensé par l’arrivée d’autres missionnaires qui, à l’instar de Marie-Joseph Bliguet ou de Louis Lefèvre, assurent le rayonnement de l’Ordre dominicain dans la communauté européenne algéroise. Avec le soutien de ces nouveaux venus, Jacques Le Tilly, dès ses premiers pas comme supérieur d’Alger, se donne comme priorité d’enraciner et de pérenniser la nouvelle fondation par l’édification d’un couvent, les locaux vétustes de la rue Édith-Cavell mis à disposition par Mgr Leynaud ne constituant qu’une installation provisoire. La tâche se révèle pourtant difficile et si un terrain est rapidement acquis chemin Laperlier, sur les hauteurs d’Alger, un projet de l’architecte Jacques Bonet retenu, si même une première pierre est posée et bénie le 19 avril 1936, le manque de financement contraint à surseoir aux travaux qui ne reprendront qu’après la Seconde Guerre mondiale sous l’autorité de Louis Lefèvre puis de Thomas Boulay.

Jacques Le Tilly,...Jacques Le Tilly, en 1949, reçoit la Légion d’honneur à Lure (Haute-Saône)

Jacques Le Tilly, en 1949, reçoit la Légion d’honneur à Lure (Haute-Saône)

Cette promotion récompense ses faits de guerre comme aumônier divisionnaire à la 1re Division Blindée. Le père Lefèvre se tient à sa gauche.

Archives dominicaines de la Province de France/Tangi Cavalin, Nathalie Viet-Depaule (dir.), Dictionnaire biographique des frères prêcheurs en ligne.

5Après la déclaration de guerre, Jacques Le Tilly, initialement mobilisé comme lieutenant de réserve d’artillerie, obtient grâce à ses relations auprès de l’état-major d’être incorporé, en Tunisie, dans l’aumônerie militaire. Démobilisé en août 1940, il est maintenu à la tête de la maison d’Alger jusqu’en 1942. À la faveur de la constitution de la première division blindée de l’armée française, consécutive au débarquement anglo-américain de novembre 1942, il accède à la fonction d’aumônier divisionnaire qu’il exerce jusqu’à la fin de la guerre, de la Tunisie à la Provence puis jusqu’au Danube. Cette expérience militaire le marque durablement, pour plusieurs raisons : trop jeune pour avoir participé à la « Grande Guerre », il accède dans la quatrième décennie de son âge à la reconnaissance due aux anciens combattants ; quatre fois cité à l’ordre de sa division (la troisième citation, gagnée en Alsace, le désigne comme « modèle achevé du prêtre soldat »), promu en 1949 chevalier de la Légion d’honneur pour ses faits de guerre exceptionnels, il fournit la preuve de son courage et de sa valeur morale ; aumônier, il vit cette épreuve du feu qui le plonge au cœur de l’humanité combattante et souffrante comme un moment d’accomplissement apostolique ; dominicain en Algérie enfin, il noue de durables amitiés avec de nombreux soldats pieds-noirs qu’il retrouvera au cours de son ministère une fois la guerre achevée. Et c’est bien là, en Afrique du Nord, qu’il entend poursuivre son activité religieuse : refusant la charge de prieur du couvent de Nancy que lui vaut une élection en août 1945, il reprend en septembre sa place au couvent d’Alger et ses prédications auxquelles il adjoint une série de conférences dans diverses villes algériennes sur les hauts faits de « l’Armée d’Afrique ».

6Alors que la maison dominicaine d’Alger est érigée en couvent en août 1951, Jacques Le Tilly est choisi par le chapitre provincial pour étudier les possibilités d’une nouvelle implantation dans le protectorat marocain. Fort d’une connaissance du terrain et des personnes, acquise lors de ses visites depuis la guerre auprès des laïcs du tiers-ordre dominicain, il arrive le 21 octobre 1951 à Casablanca où le rejoignent Marie-Hugues Debuchy puis Damien Avril. Il soumet bientôt à l’approbation de ses supérieurs un projet d’achat d’une parcelle située dans le quartier neuf de Longchamp, peuplé par des Européens, en vue de la construction d’un couvent. Hyacinthe Couäsnon, architecte de formation avant d’entrer dans l’Ordre, entreprend, dès son arrivée à Casablanca en juin 1952, de dessiner les plans de la nouvelle fondation tandis que Jacques Le Tilly, avec l’aide de laïcs, met sur pied une société civile immobilière, la CASADOM, permettant de financer l’opération. Dès mai 1953, la première pierre est posée et en mai 1954 la maison Lacordaire de Casablanca est inaugurée par Mgr Amédée Lefèvre, vicaire apostolique de Rabat, qui nomme par la même occasion son supérieur curé de la nouvelle paroisse. Le 11 septembre 1955, Jacques Le Tilly se voit décerner par le chapitre provincial le titre de prédicateur général.

7Ce succès est cependant battu en brèche par les troubles qui agitent le protectorat à partir de décembre 1952 et hypothèquent les relations entre Européens et musulmans. Au sein de la communauté dominicaine, les analyses de la situation divergent et prennent la forme d’un conflit de génération. Jacques Le Tilly se voit contesté dans son autorité de supérieur par les jeunes religieux. Si les tensions s’expriment lors des manifestations de la vie conventuelle, elles renvoient à des différences d’appréciation quant à la raison de la présence de l’Ordre dans un Maroc que quittent les Européens. Le supérieur ne conteste pas l’importance d’une mission en direction des populations musulmanes, voire juives, il estime cependant que la priorité apostolique, au Maroc comme en Algérie, doit être accordée aux pieds-noirs, position que contestent les jeunes religieux au nom de « l’esprit missionnaire » et de l’évolution rapide du contexte politique. Au terme de sa charge de supérieur, en décembre 1957, et après vingt-cinq ans en Afrique du Nord, Jacques Le Tilly est assigné à Paris, au couvent de l’Annonciation, son lieu de résidence jusqu’à la fin de sa vie.

Jacques Le Tilly ...Jacques Le Tilly en 1958

Jacques Le Tilly en 1958

Cette photo a été prise peu après son retour d’Algérie comme en témoigne sa peau claire à la place de sa barbe de missionnaire.

Archives dominicaines de la Province de France/Tangi Cavalin, Nathalie Viet-Depaule (dir.), Dictionnaire biographique des frères prêcheurs en ligne.

8Sous-prieur dès juillet 1958, il est élu prieur en novembre 1961 à la suite de la démission de Réginald Héret, réélu en novembre 1964 avant d’interrompre sa charge pour raison de santé le 25 avril 1966. Dans ses responsabilités priorales, il s’affirme très soucieux du respect de la vie conventuelle qu’il estime trop facilement bafouée au nom des contraintes propres aux apostolats d’Action catholique. Afin de créer les conditions matérielles de la perpétuation de la vocation dominicaine, il met en œuvre une vaste réfection des locaux du faubourg Saint-Honoré. Sa combativité et ses dons d’organisateur s’expriment, selon des recettes éprouvées au Maroc, par le contrôle de sociétés civiles immobilières autorisant le financement de travaux de modernisation et d’agrandissement des bâtiments conventuels. La démission de sa charge de prieur en 1966 ne l’empêchera d’ailleurs pas de maintenir pendant une décennie sa présence dans ces sociétés, ce qui lui conférait, selon les mots de l’un de ses successeurs à la tête du couvent, un « priorat honoraire à vie ».

9L’entreprise de consolidation et d’agrandissement des bâtiments a pour pendant un désarroi croissant à l’égard des évolutions de l’Église conciliaire et, plus encore, de son Ordre. Selon son nécrologue et ancien confrère à Alger, Thomas Boulay, il se situe alors, au nom de sa vocation dominicaine, « du côté du frein plutôt que du moteur » et s’ouvre à plusieurs reprises de son « angoisse » quant aux libertés prises à l’égard des Constitutions au provincial, Nicolas Rettenbach. La préparation des assises provinciales de l’été 1969 lui offre l’occasion d’exprimer sa conception des rapports entre la politique et la vie dominicaine, celle-ci devant se protéger de celle-là au moyen du lieu de « refuge et de paix » que constitue le couvent. La conclusion pratique qui en découle – que la question politique reste hors du champ de travail des assises provinciales – est récusée par les membres de la commission créée pour examiner les réponses qui lui parviennent sur ce sujet : regrettant « l’irénisme » et le « refoulement » dont elle serait le signe, ils la réfèrent à une « certaine théorie de la connaissance » qui distingue et hiérarchise des niveaux autonomes (la théologie, le Bien commun, la politique) pour mieux ignorer la complexité des rapports qui s’établissent entre eux. Un tel écart entre les positions illustre l’inconfort dans lequel se débat Jacques Le Tilly qui vit ces années comme celles d’une déstabilisation des fondements traditionnels de la vie religieuse et d’une relégation des dominicains de sa génération. Il conserve néanmoins de réels soutiens au sein même de son couvent dont il est élu conseiller conventuel en 1972.

10L’amoindrissement de ses capacités physiques dans les dernières années de sa vie l’amène à réduire ses activités de prédicateur au profit de travaux d’érudition. En 1966, il assure, conformément aux vœux de son auteur qu’il avait assisté dans ses derniers moments, l’édition de la monumentale étude d’Étienne Lajeunie sur saint François de Sales. En 1974, à l’occasion du centenaire du couvent de l’Annonciation, il prononce deux conférences sur son histoire, nourries de ses nombreuses incursions dans les archives dont il a la responsabilité. Membre de la Ligue des droits du religieux ancien combattant (DRAC), il maintient, jusqu’aux derniers mois, sa fidélité aux réunions annuelles des anciens de la première division blindée dont il célèbre la messe. Très affecté par le décès, le 16 décembre 1978, de Louis Lefèvre, son ami depuis l’époque d’Alger, il meurt à son tour le 7 janvier 1979 au couvent de l’Annonciation. Il est inhumé au cimetière de Montparnasse.

Haut de page

Sources

Archives dominicaines de la Province de France. — L’Afrique dominicaine (1936-1958). — Ut sint unum, janvier-février 1979, p. 14-18.Xavier Boniface, L’aumônerie militaire française (1914-1962), Paris, Éditions du Cerf, 2001.Yann Raison du Cleuziou, De la contemplation à la contestation, socio-histoire de la politisation des dominicains de la Province de France (1950-1980), thèse de Science politique de l’Université Paris-I-Panthéon-Sorbonne, 2008.

Haut de page

Œuvre

La psychologie de l’espérance naturelle, lectorat, Le Saulchoir, 1929. — Traduction française de la Somme théologique, 2a-2ae, Questions 17-22 : l’Espérance, Paris, Éd. Revue des jeunes, Paris, Tournai, Rome, Société Saint-Jean-l’Évangéliste, Desclée & Cie, 1929 (1950, 2éd. augmentée). — Lourdes, Rosaire 1962. Chemins de Croix, Paris, Secrétariat régional du Rosaire, 1962. — Évocations de cent ans, deux causeries, les 12 et 19 novembre 1974 dans la salle Albert-le-Grand, 228 rue du Faubourg Saint-Honoré, Paris.

Haut de page

Table des illustrations

Titre La famille Le Tilly en 1921
Légende Assérac dans la presqu’île de Guérande.
Crédits Archives dominicaines de la Province de France/Tangi Cavalin, Nathalie Viet-Depaule (dir.), Dictionnaire biographique des frères prêcheurs en ligne.
URL http://journals.openedition.org/dominicains/docannexe/image/335/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1,4M
Titre Jacques Le Tilly, en 1949, reçoit la Légion d’honneur à Lure (Haute-Saône)
Légende Cette promotion récompense ses faits de guerre comme aumônier divisionnaire à la 1re Division Blindée. Le père Lefèvre se tient à sa gauche.
Crédits Archives dominicaines de la Province de France/Tangi Cavalin, Nathalie Viet-Depaule (dir.), Dictionnaire biographique des frères prêcheurs en ligne.
URL http://journals.openedition.org/dominicains/docannexe/image/335/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 492k
Titre Jacques Le Tilly en 1958
Légende Cette photo a été prise peu après son retour d’Algérie comme en témoigne sa peau claire à la place de sa barbe de missionnaire.
Crédits Archives dominicaines de la Province de France/Tangi Cavalin, Nathalie Viet-Depaule (dir.), Dictionnaire biographique des frères prêcheurs en ligne.
URL http://journals.openedition.org/dominicains/docannexe/image/335/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 171k
Haut de page

Pour citer cette notice

Référence électronique

Tangi Cavalin, « LE TILLY Jacques », Dictionnaire biographique des frères prêcheurs [En ligne], Notices biographiques, L, mis en ligne le 19 août 2014, consulté le 22 février 2018. URL : http://journals.openedition.org/dominicains/335

Haut de page

Auteur

Tangi Cavalin

Notices du même auteur

  • SAVEY Réginald [Texte intégral]
    SAVEY Jacques Maurice Charles à l’état civil ; SAVEY Réginald en religion
    Paru dans Dictionnaire biographique des frères prêcheurs, Notices biographiques, S
  • RENARD Georges [Texte intégral]
    RENARD Georges Marie Joseph Antoine Eugène à l’état civil, RENARD Raymond en religion
    Paru dans Dictionnaire biographique des frères prêcheurs, Notices biographiques, R
  • CONTENSON Pierre de [Texte intégral]
    du BESSEY de CONTENSON Pierre Léon Stanislas à l’état civil ; CONTENSON Pierre-Marie de en religion
    Paru dans Dictionnaire biographique des frères prêcheurs, Notices biographiques, C
  • BERNARD Rogatien [Texte intégral]
    BERNARD Pierre Joseph Marie à l’état civil ; BERNARD Rogatien en religion
    Paru dans Dictionnaire biographique des frères prêcheurs, Notices biographiques, B
  • BOULAY Thomas [Texte intégral]
    BOULAY Paul Michel Marie Eugène à l’état civil ; BOULAY Thomas en religion
    Paru dans Dictionnaire biographique des frères prêcheurs, Notices biographiques, B
  • DONDAINE Antoine [Texte intégral]
    DONDAINE Charles Marie Antoine à l’état civil ; DONDAINE Antoine en religion
    Paru dans Dictionnaire biographique des frères prêcheurs, Notices biographiques, D
  • Tous les textes...
Haut de page

Droits d’auteur

© CEMS / IMM-EHESS

Haut de page
  • Logo EHESS
  • Logo Bibliothèque du Saulchoir
  • Logo Ordre des Prêcheurs
  • OpenEdition Journals