Navigation – Plan du site

BERNARD Rogatien

BERNARD Pierre Joseph Marie à l’état civil ; BERNARD Rogatien en religion
Tangi Cavalin

Résumé

Né le 7 juin 1888 à Belligné (Loire-Inférieure, Loire-Atlantique), mort le 18 décembre 1966 à Saint-Paul puis Saint-Paul-de-Vence (Alpes-Maritimes).
Professeur au Saulchoir (1921-1927), aumônier des dominicaines de Passe-Prest (1927-1966), théologien et exégète.

Haut de page

Historique

Notice validée le 22/01/2015 et mise en ligne le 25/04/2015.

Texte intégral

• Ordination sacerdotale pour le diocèse de Nantes : 29 juin 1911
• Vestition pour la Province de France : 30 septembre 1911 au Saulchoir de Kain
• Profession simple : 10 octobre 1912 au Saulchoir de Kain
• Profession solennelle : 22 mai 1920 au Saulchoir de Kain

1Pierre Bernard naît en 1888 à Belligné, une commune rurale située à l’extrême limite du massif armoricain, dans les collines du nord de la Loire, au contact de l’Anjou. Il est le deuxième enfant de Pierre Bernard et de Marie née Foucher, des propriétaires cultivateurs mariés onze ans plus tôt et qui, lors de sa naissance, sont âgés respectivement de quarante-deux et trente-sept ans. Dans cette petite ville préservée de l’exode rural jusqu’au début du XXsiècle et où le souvenir de la chouannerie est entretenu avec ferveur, la religion exerce encore tous ses droits et l’inventaire des biens de la paroisse en 1906 se heurte à une population soudée et résolue. Pierre Bernard, conformément à l’attente de sa mère (il dédiera son premier livre à la mémoire de cette chrétienne fervente devenue tiertiaire dominicaine), exprime dès l’enfance le désir d’être prêtre.

Rogatien Bernard ...Rogatien Bernard et Jacques Le Tilly

Rogatien Bernard et Jacques Le Tilly

Rogatien Bernard (à droite) avec Jacques Le Tilly à la bibliothèque du Saulchoir en 1929.

Archives dominicaines de la Province de France/Tangi Cavalin, Nathalie Viet-Depaule (dir.), Dictionnaire biographique des frères prêcheurs en ligne.

2C’est dans le contexte de la crise que représente la séparation entre l’Église et la République qu’il demande, après des études secondaires à l’Institution Saint-Joseph d’Ancenis, l’admission au grand séminaire de Nantes où il sera élève durant cinq ans. Sous la direction des sulpiciens, il acquiert une familiarité et un goût pour les grandes figures de l’École française de spiritualité : Pierre de Bérulle, Jean-Jacques Olier, Blaise Pascal et Grignon de Montfort vont imprégner désormais son style écrit comme oral (au témoignage de Jacques Le Tilly) et fondent les prémices de dispositions pour la mystique qu’il ne cessera ensuite de cultiver. Les années de séminaire sont aussi celles d’une rencontre, décisive et définitive, entre Pierre Bernard et son aîné de cinq ans, Ferdinand Joret. Celui-ci, une fois ordonné prêtre en 1909, frappe à la porte du noviciat des dominicains, réfugié en Belgique (Kain) depuis les expulsions des congrégations en 1903. En juin 1911, Pierre Bernard reçoit le sacerdoce des mains de l’évêque de Nantes, Mgr Pierre Rouard, avant, trois mois plus tard, de suivre la voie tracée par son ami Joret et de revêtir à son tour l’habit blanc de saint Dominique. L’origine géographique des deux hommes, leur complicité et sans doute aussi la conscience vive alors chez les religieux de vivre un temps de persécutions concourent à l’attribution aux nouveaux venus des prénoms des deux saints patrons martyrs du diocèse de Nantes, Donatien pour Ferdinand Joret, Rogatien pour Pierre Bernard. Au Saulchoir, celui-ci complète ses études religieuses à l’école d’Ambroise Gardeil, qui achève sa régence lors de son arrivée, et d’Antoine Lemonnyer, son successeur et disciple. La guerre qui éclate à l’été 1914 l’empêche de prononcer ses vœux solennels et, à l’instar de la plupart de ses condisciples, il quitte la Belgique au moment de son invasion. Réfugié quelques mois à Paris comme vicaire d’Edmond Loutil (alias Pierre l’Ermite), il est mobilisé en mars 1915 comme infirmier et affecté un temps à Ancenis, dans son ancien collège en partie transformé en hôpital militaire. S’affirme en ce lieu, comme plus tard lorsqu’il est affecté dans un régiment d’artillerie coloniale sur le front, sa capacité à incarner l’idéal religieux dominicain et à susciter vocations et conversions chez ceux qu’il approche, par exemple en les initiant à la dévotion du « rosaire vivant ». Ainsi en est-il à Ancenis des collégiens Henri Gasnier et Émile Le Tilly qui, la guerre finie, prendront le chemin du Saulchoir ; ainsi en sera-t-il plus tard, la paix revenue, d’Ambroise Deniau qui deviendra frère convers ; au début des années 1930, c’est le Niçois Jacques Loew qu’il initiera au thomisme et qu’il guidera vers le couvent d’études de la Province dominicaine de Toulouse avant de faire découvrir, quelques années plus tard, à un jeune prêtre diocésain, Jean-Marie Schoch, l’Ordre de Saint-Dominique dans lequel il est admis en 1945. Sa conduite auprès des blessés, qu’il va chercher entre les lignes sur les différents théâtres d’opérations où il est affecté – et en particulier devant Dixmude en 1917 –, lui vaut de terminer la guerre avec de nombreuses décorations (Croix de guerre, Croix de guerre belge, Croix de chevalier de l’Ordre de Léopold). Ses rares permissions le voient se précipiter à Paris auprès de ses frères dominicains, ou à Passe-Prest, près de Vence (Alpes-Maritimes), où son ami Donatien Joret se repose après une grave opération.

Le corps des lect...Le corps des lecteurs du Saulchoir en 1922

Le corps des lecteurs du Saulchoir en 1922

Rogatien Bernard surplombe Marie-Dominique Chenu, en haut de l’escalier.

Archives dominicaines de la Province de France/Tangi Cavalin, Nathalie Viet-Depaule (dir.), Dictionnaire biographique des frères prêcheurs en ligne.

3Muni de son avis de démobilisation en avril 1919, il regagne le couvent d’études de Kain. L’atmosphère du Saulchoir est alors sensiblement différente de celle qui prévalait avant la guerre : les recrues en effet affluent et les bâtiments abritent bientôt une centaine de religieux. Après ses vœux solennels, il passe son lectorat le 23 juin 1921. Fort de ce titre, il intègre dès la rentrée suivante un corps professoral de grande qualité (Henri-Dominique Noble, Marie-Dominique Roland-Gosselin, Pierre Schaff, Vincent Héris, Paul Synave, Louis Misserey, Marie-Joseph Bliguet et le jeune Marie-Dominique Chenu) uni autour du régent des études, Antoine Lemonnyer, et s’emploie à enseigner la philosophie puis la théologie morale aux côtés du père Noble. S’il n’occupe aucun rôle dans les premiers pas de l’Institut historique d’études thomistes du Saulchoir (1920) dont les maîtres d’œuvre sont Antoine Lemonnyer et Pierre Mandonnet, il baigne jusqu’à la fin de son enseignement au Saulchoir en 1927 dans un milieu intellectuel dévoué au renouveau de l’étude de Thomas d’Aquin au moyen de la méthode historico-critique : le compte rendu de l’Initiation thomiste du père Thomas Pègues qu’il publie en 1922 dans la Revue des sciences philosophiques et théologiques sous la forme d’un éloge teinté d’ironie pour l’enthousiasme candide de son auteur, en est une illustration. Il saura mobiliser cet héritage salicétain dans certains de ses travaux ultérieurs sans jamais pourtant que sa formation sulpicienne initiale ne cède la première place : Rogatien Bernard se considérera longtemps avant tout comme un théologien voué par sa formation à appréhender la pensée du « Docteur commun » d’un point de vue spéculatif.

Rogatien Bernard,...Rogatien Bernard, maître des convers, Le Saulchoir, 1925

Rogatien Bernard, maître des convers, Le Saulchoir, 1925

Rogatien Bernard (au centre) siège entre Félicien Garnier (à sa gauche) et Martin Arpin.

Archives dominicaines de la Province de France/Tangi Cavalin, Nathalie Viet-Depaule (dir.), Dictionnaire biographique des frères prêcheurs en ligne.

4S’il prêche rarement en dehors du Saulchoir au cours de ses années d’enseignement, c’est que sa charge de maître des frères convers ne le lui permet pas. À l’intérieur du couvent, ces religieux forment un groupe distinct, à côté de ceux des novices et des prêtres. Leur nombre est alors en forte augmentation et Rogatien Bernard préside à la formation des nouveaux venus aussi bien que de ceux qui ont déjà prononcé leurs vœux. Son respect des règles de la vie religieuse comme sa sollicitude l’érigent en modèle de vie religieuse pour ces frères voués aux emplois domestiques et dont il honore la vocation en la présentant comme une voie spécifique d’accès à la sainteté par le travail et la prière.

5Au début de l’année scolaire 1927, il lui apparaît évident qu’il ne peut assumer plus longtemps sa charge professorale. Il quitte le Saulchoir et gagne le couvent des Sœurs dominicaines de la Sainte-Famille à Passe-Prest, pour y reprendre des forces auprès de Donatien Joret qui y exerce la fonction d’aumônier. Il lui faut bientôt se résoudre à une installation définitive dans ce havre, où il limite au maximum les sollicitations apostoliques car il les « paye ensuite par des jours de prostration et des petites poussées subfébriles » (lettre à son prieur, 19 avril 1931). Après avoir renoncé, en 1928, à la prédication du Carême à Notre-Dame de Paris, il décline l’offre qui lui est faite par le maître général de l’Ordre, en octobre 1932, d’accéder à la charge de régent des études du couvent de Saint-Maximin. L’année suivante, c’est le provincial, Jourdain Padé, qui le sollicite en vain pour assurer la direction d’une revue mariale dont Les Éditions du Cerf ont le projet. L’état d’asthénie, qui le caractérisera désormais, ne s’avère cependant pas incompatible avec le ministère sacerdotal. Au couvent des dominicaines, il seconde Donatien Joret dans sa tâche auprès de la trentaine de moniales avant de lui succéder à son décès, en 1937. La maison de Passe-Prest ayant pour vocation l’éducation de jeunes orphelines – elles sont alors une cinquantaine –, il assure auprès d’elles un enseignement religieux fondé sur ses commentaires des textes de la Bible ou de la vie de saint Dominique. Régulièrement, jusqu’au milieu des années 1950, il leur fait jouer des scènes de la Passion du Christ au cours de petites représentations rassemblant la communauté et ses habitués : le succès est tel que le spectacle est repris plusieurs années consécutives dans les cathédrales de Grasse, de Vence et de Nice.

6Loin de se cantonner aux murs du couvent de Passe-Prest, le rayonnement apostolique de Rogatien Bernard s’étend sur la région niçoise et même au-delà. Dans la limite que lui impose son état de santé toujours chancelant, il accepte de répondre à diverses sollicitations en provenance de communautés de religieuses, du curé de Saint-Paul ou des autorités diocésaines. De 1929 à 1936, à la demande de l’évêque de Monaco, Mgr Maurice Clément, ancien élève au collège dominicain d’Arcueil, il anime les rencontres sacerdotales mensuelles de Monte-Carlo. Dans le diocèse de Nice, Mgr Paul Rémond, soucieux de la formation de son clergé, lui confie les conférences données au clergé de Vence et de ses alentours, ainsi que celles des prêtres du petit séminaire de Nice. Sa réputation d’orateur lui vaut d’être choisi par la jeune station privée Radio-Côte d’Azur en 1932 pour assurer les émissions religieuses : il se rend ainsi régulièrement au studio de Juan-les-Pins où – selon ses souvenirs – « dans le silence impressionnant et comme religieux du studio, un seul bruit se mêlait à ma voix, celui des eaux méditerranéennes dont la vague venait battre nos murs et mourir au-dessous de nous ». Cette prédication par les ondes, qu’il poursuit selon un rythme mensuel pendant dix ans, fait de lui, dans le sillage du pionnier en la matière qu’est le jésuite Pierre Lhande, l’un des premiers conférenciers catholiques de la radio française et, assurément, le premier dans la Province de France, avant le père Jourdain Padé sur Radio-Paris. Le succès de ses interventions auprès des auditeurs est tel qu’il les publie en 1938 sous la forme d’Entretiens sur l’essence du christianisme.

Rogatien Bernard ...Rogatien Bernard et Marcel-Denys Forestier

Rogatien Bernard et Marcel-Denys Forestier

Visite de Marcel-Denys Forestier à Rogatien Bernard, Passe-Prest, mai 1958.

Archives dominicaines de la Province de France/Tangi Cavalin, Nathalie Viet-Depaule (dir.), Dictionnaire biographique des frères prêcheurs en ligne.

7La maison des Sœurs dominicaines de Passe-Prest ne fut jamais un lieu isolé du reste de l’Ordre des frères prêcheurs : dès sa fondation dans les années 1870 sous le patronage du père Bernard Chocarne, elle avait joué le rôle de pied-à-terre pour les religieux de la Province de France en partance pour Corbara. Très tôt, elle accueillit certains de ceux dont l’état de santé ne leur permettait plus d’assurer un ministère, comme le père Marie-Benoît Schwalm qui y décède en 1908. À partir des années 1920, la présence de Donatien Joret puis celle de Rogatien Bernard font de Passe-Prest, comme l’écrit l’un des visiteurs, un « haut-lieu » spirituel : des dominicains viennent s’y reposer pour quelques semaines et profiter tant de l’accueil des moniales que de la conversation de leur aumônier ; d’autres, en partance pour l’Italie, n’hésitent pas à venir chercher au passage le commerce et les conseils de celui qui fait figure de référence spirituelle : Gabriel Théry, Antonin-Dalmace Sertillanges, Augustin Desobry, Louis-Bertrand Rayssiguier, François Chavanes, Antonin Guibert, Marcel-Denys Forestier, Jean Carré, Pierre Benoît, parmi bien d’autres, séjournent ainsi plus ou moins longtemps au couvent. Des religieux de Saint-Maximin, comme Marie-Rosaire Gagnebet, les frères Marie-Joseph et Jean-Hervé Nicolas ou Michel Labourdette dont le père Rogatien Bernard apprécie particulièrement les écrits, empruntent également la route de Passe-Prest. Lorsqu’il lui faut quitter le couvent pour plusieurs jours, il se fait remplacer par des dominicains de la communauté de Nice : Paul Amargier se souvient ainsi avoir à plusieurs reprises exercé l’office d’aumônier de Passe-Prest au début des années 1950.

Rogatien Bernard,...Rogatien Bernard, Donatien Joret et René Schwob

Rogatien Bernard, Donatien Joret et René Schwob

Rogatien Bernard (au centre), Donatien Joret et l’écrivain René Schwob à Passe-Prest, vers 1935.

Archives dominicaines de la Province de France/Tangi Cavalin, Nathalie Viet-Depaule (dir.), Dictionnaire biographique des frères prêcheurs en ligne.

8Le couvent n’accueille d’ailleurs pas seulement des dominicains : des prêtres du diocèse et des laïcs y ont leurs habitudes, comme l’écrivain converti René Schwob qui possède une maison à Vence où Rogatien Bernard ira le visiter dans les derniers moments de sa vie en 1946, lorsqu’il s’avérera trop faible pour se déplacer jusqu’à Saint-Paul. À partir du début des années 1930, un petit groupe de laïcs du barreau niçois constitue autour de lui un cercle d’études qui prend le nom de « Losange » : chaque mois, ils se rendent au couvent pour un enseignement doctrinal qui s’avère décisif pour orienter la vocation sacerdotale de l’un d’entre eux, Jacques Loew, vers l’Ordre de Saint-Dominique. C’est le début d’un long compagnonnage entre les deux hommes, le jeune prêcheur sollicitant son aîné pour garantir la valeur spirituelle de ses fondations : celui que Rogatien Bernard appelle « mon fils très cher, ma couronne et ma joie » se repose à plusieurs reprises de son apostolat marseillais auprès de lui et, lorsque les nuages s’accumulent sur la mission ouvrière, en 1953-1954, prend son conseil pour se déterminer. Les premières esquisses des statuts de la Mission ouvrière Saint-Pierre et Saint-Paul (MOPP) sont chaleureusement approuvées par Rogatien Bernard qui accueille de 1955 à 1960 les équipiers pour des retraites annuelles de plusieurs jours. Passe-Prest fait bientôt figure de « maison de famille » de la MOPP et son aumônier de « membre fondateur » (Jacques Loew) à qui l’on sollicite des conseils de formation pour armer spirituellement les nouvelles recrues. Cependant, la retraite de vingt-cinq missionnaires en septembre 1960 le laisse plus épuisé que jamais et il décline dorénavant toute proposition de conférence. Cette décision ne décourage pas les visites de ceux qui, tel Jean Guitton, recherchent les confidences du dominicain, rendues plus précieuses encore par le succès de son dernier livre consacré au Mystère de Jésus.

9Si la maladie du père Rogatien Bernard l’avait contraint à quitter le couvent d’études du Saulchoir et à abandonner tout enseignement suivi, elle ne l’avait pas empêché d’écrire, aidé en cela par la bibliothèque du couvent de Passe-Prest qu’il n’avait cessé – à la suite du père Joret – d’enrichir. Au cours de ses premières années sur la Côte-d’Azur, il entreprend, à la demande du maître général Martin Gillet et pour le compte de la Revue des jeunes, la traduction et l’édition critique des parties de la Somme théologique de Thomas d’Aquin concernant le péché (1930) et la vertu (1933). En 1940 et en 1942, il livre dans la même collection le traité sur la foi.

10Entre-temps, Le Mystère de Marie, volumineux ouvrage publié en 1933, contribua largement à établir sa réputation de mariologue. Sa genèse doit pourtant beaucoup aux circonstances : au printemps 1927, le père Antoine Lemonnyer, empêché, sollicite Rogatien Bernard afin qu’il le remplace au premier congrès marial de France, à Chartres. L’exposé présenté est accueilli avec suffisamment d’enthousiasme pour qu’il soit redonné en Belgique et que son auteur se sente encouragé à approfondir une réflexion théologique dont Le Mystère de Marie est la pièce maîtresse mais pas unique. La sortie de l’ouvrage, qui intervient dans un contexte d’effervescence spirituelle favorable au développement de la théologie mariale, précède de quelques mois la fondation, sous l’égide du monfortain Benjamin Morineau, de la Société française d’études mariales à laquelle Rogatien Bernard apporte immédiatement une adhésion qu’il renouvellera chaque année jusqu’à sa mort. En dépit de son état de santé qui s’oppose le plus souvent à sa participation aux journées annuelles, il offre à Paray-le-Monial, en septembre 1935, une conférence sur « La maternité spirituelle de Marie et la pensée de saint Thomas » qui lui permet de préciser son apport personnel : « J’ai essayé de fournir sur le Mystère de Marie, un certain travail qui serait en somme un ouvrage de théologie positive à base prédominante de données scripturaires. » Sans se détourner de cette approche, Rogatien Bernard esquisse, à la lumière de la méthode thomiste, le versant « spéculatif » de cette recherche afin de lier de la manière qui lui semble la plus sûre et la plus efficace la médiation de la Vierge à celle du Christ. Il s’agit pour lui de prendre acte du fait historique que constitue le développement de la piété mariale pour la traduire dans les cadres de la théologie de saint Thomas. Le mariologue René Laurentin, tout en soulignant les imprécisions et les indécisions contenues dans les analyses du père Rogatien Bernard, fera de lui, dans sa thèse sur Marie, l’Église et le sacerdoce (1952), le « précurseur des meilleurs auteurs qui tentent aujourd’hui de réhabiliter le sacerdoce de Marie ».

11Loin de le distinguer de sa famille dominicaine, un tel effort l’inscrit dans le sillage de La Vie spirituelle dont les fondateurs, Vincent Bernadot et Étienne Lajeunie, sont également membres de la Société française d’études mariales. L’« ami incomparable » Donatien Joret, lui-même mêlé de près aux débuts de La Vie spirituelle, lui ouvre les portes de cette revue à laquelle il donne, du début des années 1930 au milieu des années 1950, une trentaine de contributions dont bien peu, parmi celles écrites après 1932, traitent de la Vierge. C’est que, dès la seconde partie des années 1930, la réflexion intellectuelle de Rogatien Bernard connaît un infléchissement qui, du « Mystère de Marie », le conduit vers celui du Christ. Après avoir, à la lumière de Louis-Marie Grignon de Montfort, souligné la « dépendance » du chrétien envers la Vierge et la liaison entre celle-ci et Jésus, ses méditations se centrent sur la fonction médiatrice de ce dernier. L’article de la Revue thomiste d’octobre 1938 qu’il consacre à Paul Claudel lecteur et interprète de la Bible, est un jalon important de ce glissement : discutant le poète – dont l’hostilité à l’exégèse scientifique est notoire – au moyen du thomisme du père Marie-Joseph Lagrange, il s’efforce de distinguer les apports de l’un et de l’autre pour mesurer les conditions d’une lecture enrichie des textes sacrés. Lui-même s’attelle à une exégèse des Évangiles en quête du « Mystère de Jésus » qu’il achève à la fin des années 1940 et soumet, selon la règle, à l’approbation de deux censeurs. L’ouvrage, qui entend s’adresser à un large public cultivé, part des acquis des travaux du père Marie-Joseph Lagrange, pour en développer la dimension psychologique. Son apport n’est donc pas d’abord scientifique et l’un de ses censeurs, Pierre Benoît, de l’École biblique de Jérusalem, relève les nombreuses erreurs dans la manière qu’à Rogatien Bernard de traduire le grec des Évangiles : « Il y a surtout la volonté de donner à chaque mot, même aux moindres particules, une valeur pleine et souvent excessive qui ne tient compte ni du grec populaire de la Koinè, ni du style propre à chaque auteur. » L’approche « psychologique » du Mystère de Jésus laisse également insatisfait le savant exégète de l’École biblique car elle fait l’impasse sur « tout un milieu de pensée et de foi chrétienne entre l’état définitif des récits et les actes ou les paroles même de Jésus » (lettre du 15 janvier 1950). S’il approuve néanmoins la publication du Mystère de Jésus, c’est pour des motifs apologétiques et parce qu’il a le mérite d’acclimater dans un large public, au moyen d’une méditation sur les textes servie par des qualités littéraires, la démarche du père Marie-Joseph Lagrange au moment où celle-ci est encore une affaire de spécialistes toujours en butte aux attaques de certains milieux romains. En raison de son volume (mille pages serrées), l’ouvrage de Rogatien Bernard reste à l’état de manuscrit jusqu’en 1957 : refusé successivement par Plon, les Éditions du Cerf, Desclée de Brouwer, Siloë, il est finalement accepté par Amiot-Dumont dans la « Bibliothèque catholique » que dirige Jean de Fabrègues. Accueilli de manière particulièrement élogieuse par des recenseurs qui sont aussi parfois des proches (Jean Guitton dans La France catholique puis La Croix, Ceslas Spicq dans La Vie spirituelle, Pierre Benoît dans la Revue biblique ou Alain Guillermou dans Les Études), le Mystère de Jésus connaît cinq rééditions françaises en dix ans, une édition allemande en 1959, italienne (préfacée par Ernesto Balducci) en 1964, espagnole en 1965, anglaise en 1967.

12Selon les témoignages produits par les visiteurs du père Bernard, les dernières années – à partir de la fin des années 1950 – sont celles d’un repli dans l’intimité de la chambre, tandis qu’un confrère lui est adjoint pour assurer le service de la communauté. Les moments d’angoisse, auxquels il avait toujours été sujet, se multiplient au fur et à mesure qu’il sent ses forces s’amoindrir. Cette appréhension de la mort s’exprime, selon son disciple Jacques Le Tilly qui le visite régulièrement, dans le langage de la mystique : « Je n’ai pas peur, mais je suis en grand émoi à la pensée que je paraîtrai devant Dieu, et me trouverai devant son infini, et vivrai dans sa sainteté ! » Décédé le 18 décembre 1966, il est enterré à Passe-Prest, au terme d’une cérémonie que préside l’évêque de Nice, Mgr Jean Mouisset. Quelques jours plus tard, une cérémonie est célébrée dans sa localité d’enfance, Belligné, en présence de sa famille, ainsi que de celles des pères Joret et Gasnier, issus des mêmes terres de chrétienté tout comme les pères – également venus – Jacques Le Tilly, Donatien Chauvat et Albert Poulain ainsi que du supérieur de son ancien collège d’Ancenis.

Haut de page

Sources

Archives dominicaines de la Province de France. — Archives dominicaines de la Province de France, fonds Jacques Loew. — Le Trait d’union, 1915-1918. — René Schwob, « Itinéraire de l’incrédulité à la foi », La vie intellectuelle, XXXV, 10 mai 1935, p. 361-380. — Ut sint unum : avril 1951, p. 9-10 ; 1er février 1967, p. 29-38. — René Laurentin, Marie, l’Église et le sacerdoce, Paris, Nouvelles éditions latines, 1952. — Jean Guitton, « Hommage au Père Bernard, exégète et mystique », La Croix, 25-26 décembre 1966. — « Le RP Rogatien Bernard, 1888-1966 », Les nouvelles religieuses. Bulletin officiel du diocèse de Nice, 46, 30 décembre 1966, p. 8-9. — Jacques Loew, Le bonheur d’être homme. Entretiens avec Dominique Xardel, Paris, Le Centurion, 1988. — Étienne Fouilloux, Au cœur du xxe siècle religieux, Paris, Les Éditions ouvrières/Les Éditions de l’Atelier, 1993. — Jean Comby (dir.), Théologie, histoire et piété mariale, Lyon, PROFAC, 1997. — Entretien avec Paul Amargier, 8 mai 2013.

Haut de page

Œuvre

Articles publiés dans la Revue des sciences philosophiques et théologiques :
« La critique aristotélicienne de l’intelligence », XI, 1922, p. 217-246 ; « Bulletin de philosophie », XI, 1922, p. 285-296 ; « Bulletin de philosophie », XII, 1923, p. 200-213 ; « Bulletin de philosophie logique et morale », XIII, 1924, p. 212-220 et 428-432 ; « Bulletin de philosophie morale », XIV, 1925, p. 484-495 ; « Mater divinae gratiae », XVI, 1927, p. 405-424 ; « Bulletin de philosophie morale », XVI, 1927, p. 451-463. — Articles publiés dans la Revue thomiste : « Un poète habite la Bible », XLIV, octobre 1938, p. 766-787 ; « Jean le théologien du Verbe incarné », LI, 3, 1951, p. 508-552.

Articles publiés dans La Vie spirituelle :
« Considérations sur le péché originel », 125, février 1930, p. 113-130 ; « Considérations sur le péché (suite) », 126, mars 1930, p. 209-237 ; « Pensées préliminaires sur les grands actes de la maternité de grâce », 134, 1er novembre 1930, p. 97-108 ; « Le mérite immense de Marie sur la terre », 135, 1er décembre 1930, p. 209-225 ; « La compassion et la maternité spirituelle de Marie », 139, 1er avril 1931, p. 20-31 ; « Les mystères par lesquels Marie nous a mérité la grâce », 140, 1er mai 1931, p. 137-151 ; « L’Assomption et la maternité de grâce », 142, 1er juillet 1931, p. 28-51 ; « Notre-Dame des Sept-Douleurs », 143-144, 1er septembre 1931, p. 125-139 ; « L’Immaculée-Conception », 147, 1er décembre 1931, p. 238-256 ; « La foi de saint Joseph », 150, 1er mars 1932, p. 269-280 ; « Pensées sur l’Annonciation », 1er avril 1932, p. 18-36 ; « Le couronnement de gloire de la T. S. Vierge Marie », 1er septembre 1932, p. 113-135 ; « Le patronage de la Très S. Vierge », 1er octobre 1932, p. 33-50 ; « La vertu théologale », 183, 1er décembre 1934, p. 146-167 ; « La vertu acquise et la vertu infuse », 184, 1er janvier 1935, p. 25-53 ; « La vertu infuse et le don du Saint-Esprit », 185, 1er février 1935, p. 65-90 ; « La foi chez le prêtre », 188, 1er mai 1935, p. 113-137 ; « Le Christ Jésus objet de la foi chez le prêtre », 189, 1er juin 1935, p. 225-236 ; « Le Christ, lumière des âmes », 193, 1er octobre 1935, p. 29-44 ; « Dieu aimé dans le Christ », 197, 1er février 1936, p. 113-127 ; « Notre prochain aimé dans le Christ », 198, 1er mars 1936, p. 225-246 ; « Le Christ aimé des chrétiens », 199, 1er avril 1936, p. 5-28 ; « Le Sacré-Cœur et la charité », 201, 1er juin 1936, p. 225-240 ; « Le Christ selon l’Épître aux Hébreux », 209, 1er février 1937, p. 139-145 ; « La passion du Christ et l’espérance des chrétiens », 223, 1er avril 1938, p. 27-38 ; « La résurrection du Christ et l’espérance des chrétiens », 224, 1er mai 1938, p. 137-149 ; « Les prêtres du Christ », 240, 1er septembre 1939, p. 167-177 ; « Saint Thomas maître de spiritualité », 268, 1er septembre 1942, p. 224-234 ; « Apologie de la vertu de force », 273, 1er février 1943, p. 105-116 ; « Notre vocation à la vertu de force », 274, 1er mars 1943, p. 212-221 ; « Le Christ fort dans la vie et dans la mort », 275, 1er avril 1943, p. 311-319 ; « La vertu de force », 278, 1er juillet 1943, p. 3-12 ; « Notre-Dame du sacerdoce », 322, octobre 1947, p. 286-302 ; « La révélation de l’Homme-Dieu », 387, août-septembre 1953, p. 124-141 ; « La révélation de l’Homme-Dieu (II) », 388, octobre 1953, p. 266-278 ; « La raison d’être des paraboles », 389, novembre 1953, p. 347-352.

Autres publications :
« La maternité de grâce de Marie », Fêtes mariales de Chartres, 31 mai-6 juin 1927, Chartres, Maison des Œuvres diocésaines, 1927, p. 223-247 (repris dans la RSPT, XVI, 1927). — Trad. française de la Somme théologique, 1-2ae, Questions 71-78 : le péché, Paris, Éd. Revue des jeunes, Paris, Tournai, Rome, Société Saint-Jean-l’évangéliste, Desclée & Cie, 1930 (1951, 2éd.). — « La compassion de la très Sainte Vierge expliquée par la passion du Sauveur », Divus Thomas, XXXIV, 1931, p. 1-25. — Trad. française de la Somme théologique, 1a-2ae, Questions 49-60 : la vertu, Paris, Éd. Revue des jeunes, Paris, Tournai, Rome, Société Saint-Jean-l’évangéliste, Desclée & Cie, 1933 (1953, 2éd.). — En collaboration avec Marie-Joseph Lagrange et Maurice Brillant, Notre-Dame à Nazareth, Juvisy, Les Éditions du Cerf, « Les Cahiers de la Vierge », 1933. — Le mystère de Marie. Les origines et les grands actes de la maternité de grâce de la sainte Vierge, Paris, Desclée de Brouwer & Cie, 1933. — En collaboration avec Cécile Jéglot et Émile Neubert, Notre-Dame de toute joie, Juvisy, Les Éditions du Cerf, « Les Cahiers de la Vierge », 1934. — « La maternité spirituelle de Marie et la pensée de saint Thomas », Bulletin de la Société française d’études mariales, 1936, p. 87-114. — Entretiens sur l’essence du christianisme, Paris, Desclée de Brouwer & Cie, 1938. — Trad. française de la Somme théologique, 2a-2ae, Questions 1-7 : la Foi, Paris, Éd. Revue des jeunes, Paris, Tournai, Rome, Société Saint-Jean-l’évangéliste, Desclée & Cie, 1940-1942. — Le mystère de Jésus, Paris, Amiot-Dumont, 1957, 2 volumes.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Rogatien Bernard et Jacques Le Tilly
Légende Rogatien Bernard (à droite) avec Jacques Le Tilly à la bibliothèque du Saulchoir en 1929.
Crédits Archives dominicaines de la Province de France/Tangi Cavalin, Nathalie Viet-Depaule (dir.), Dictionnaire biographique des frères prêcheurs en ligne.
URL http://journals.openedition.org/dominicains/docannexe/image/92/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 520k
Titre Le corps des lecteurs du Saulchoir en 1922
Légende Rogatien Bernard surplombe Marie-Dominique Chenu, en haut de l’escalier.
Crédits Archives dominicaines de la Province de France/Tangi Cavalin, Nathalie Viet-Depaule (dir.), Dictionnaire biographique des frères prêcheurs en ligne.
URL http://journals.openedition.org/dominicains/docannexe/image/92/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 1,6M
Titre Rogatien Bernard, maître des convers, Le Saulchoir, 1925
Légende Rogatien Bernard (au centre) siège entre Félicien Garnier (à sa gauche) et Martin Arpin.
Crédits Archives dominicaines de la Province de France/Tangi Cavalin, Nathalie Viet-Depaule (dir.), Dictionnaire biographique des frères prêcheurs en ligne.
URL http://journals.openedition.org/dominicains/docannexe/image/92/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 784k
Titre Rogatien Bernard et Marcel-Denys Forestier
Légende Visite de Marcel-Denys Forestier à Rogatien Bernard, Passe-Prest, mai 1958.
Crédits Archives dominicaines de la Province de France/Tangi Cavalin, Nathalie Viet-Depaule (dir.), Dictionnaire biographique des frères prêcheurs en ligne.
URL http://journals.openedition.org/dominicains/docannexe/image/92/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 888k
Titre Rogatien Bernard, Donatien Joret et René Schwob
Légende Rogatien Bernard (au centre), Donatien Joret et l’écrivain René Schwob à Passe-Prest, vers 1935.
Crédits Archives dominicaines de la Province de France/Tangi Cavalin, Nathalie Viet-Depaule (dir.), Dictionnaire biographique des frères prêcheurs en ligne.
URL http://journals.openedition.org/dominicains/docannexe/image/92/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 868k
Haut de page

Pour citer cette notice

Référence électronique

Tangi Cavalin, « BERNARD Rogatien », Dictionnaire biographique des frères prêcheurs [En ligne], Notices biographiques, B, mis en ligne le 25 avril 2015, consulté le 13 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/dominicains/92

Haut de page

Auteur

Tangi Cavalin

Notices du même auteur

  • RENARD Georges [Texte intégral]
    RENARD Georges Marie Joseph Antoine Eugène à l’état civil, RENARD Raymond en religion
    Paru dans Dictionnaire biographique des frères prêcheurs, Notices biographiques, R
  • CONTENSON Pierre de [Texte intégral]
    du BESSEY de CONTENSON Pierre Léon Stanislas à l’état civil ; CONTENSON Pierre-Marie de en religion
    Paru dans Dictionnaire biographique des frères prêcheurs, Notices biographiques, C
  • BOULAY Thomas [Texte intégral]
    BOULAY Paul Michel Marie Eugène à l’état civil ; BOULAY Thomas en religion
    Paru dans Dictionnaire biographique des frères prêcheurs, Notices biographiques, B
  • DONDAINE Antoine [Texte intégral]
    DONDAINE Charles Marie Antoine à l’état civil ; DONDAINE Antoine en religion
    Paru dans Dictionnaire biographique des frères prêcheurs, Notices biographiques, D
  • LE TILLY Jacques [Texte intégral]
    LE TILLY Émile Louis Marie Joseph à l’état civil ; LE TILLY Jacques en religion
    Paru dans Dictionnaire biographique des frères prêcheurs, Notices biographiques, L
  • FROIDEVAUX Paul [Texte intégral]
    FROIDEVAUX Robert Jules Charles Léon à l’état civil ; FROIDEVAUX Marie Luc en religion
    Paru dans Dictionnaire biographique des frères prêcheurs, Notices biographiques, F
Haut de page

Droits d’auteur

© CEMS / IMM-EHESS

Haut de page
  • Logo EHESS
  • Logo Bibliothèque du Saulchoir
  • Logo Ordre des Prêcheurs
  • OpenEdition Journals