Navigation – Plan du site

Localités : localisation des écrits et production locale d’actions - Introduction

Actes de la journée d’étude du 7 octobre 2005 (Paris, Maison des Sciences de l’Homme)
Mathilde Bombart et Alain Cantillon

Résumés

La question du local telle qu’elle est ici envisagée, en rapport avec les travaux collectifs du Grihl, invite à une interrogation sur la manière dont s’opère l’inscription des écrits (notamment, mais pas seulement, ceux considérés comme « littéraires ») dans des lieux, au fil de procès successifs de localisation dont les enjeux sont à reconstituer à chaque fois. Elle porte aussi à un questionnement sur la ou les échelles d’analyse des textes et des livres, sur les contextes à construire pour comprendre leurs sens et actions, et sur les variations possibles de ces échelles et contextes.

Haut de page

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

1Alors que la question du « lieu » comme nœud problématique de pratiques et de représentations, semble avoir acquis depuis quelques décennies le statut d’approche historique en soi, propre à ouvrir à une histoire générale, « globale » d’une société sinon de l’humanité1, c’est une perspective différente que propose ce travail, réalisé dans le prolongement du séminaire collectif du GRIHL : faire porter l’attention sur les processus et les opérations d’assignation de lieux, de localisation, et par là mener une élaboration critique de la notion même de lieu en sciences sociales. Il s’agit de se demander en quoi consiste l’opération de localiser un écrit, d’établir des relations étroites entre un écrit, des actions et un lieu, lors de procès de localisation, qui peuvent parfois se succéder. Il s’agit aussi, de manière complémentaire, de mener un questionnement sur la ou les échelles d’analyse des textes et des livres, sur les contextes à construire pour comprendre leurs sens et actions, et sur les variations possibles de ces échelles et contextes.

2Il y a maintenant trente ans de cela, Michel de Certeau intitulait « Productions du lieu » la première partie de son ouvrage L’Écriture de l’histoire2. En voici un extrait particulièrement fertile pour une mise en question de la localisation en historiographie :

L’histoire se définit tout entière par un rapport du langage au corps (social), et donc aussi par son rapport aux limites que pose le corps, soit sur le mode de la place particulière d’où l’on parle, soit sur le mode de l’objet autre (passé, mort) dont on parle.
De part en part, l’histoire reste configurée par le système où elle s’élabore. Aujourd’hui comme hier, elle est déterminée par le fait d’une fabrication localisée en tel ou tel point de ce système. Aussi la prise en compte de cette place où elle se produit permet seule au savoir historiographique d’échapper à l’inconscience d’une classe qui se méconnaîtrait elle-même comme classe dans des rapports de production et qui, par là, méconnaîtrait la société où elle est insérée. L’articulation de l’histoire sur un lieu est, pour une analyse de la société, sa condition de possibilité. […]
Prendre au sérieux son lieu, ce n’est pas encore expliquer l’histoire. Rien de ce qui s’y produit n’en est encore dit. Mais c’est la condition pour que quelque chose puisse en être dit qui ne soit ni légendaire (ou « édifiant »), ni a-topique (sans pertinence). La dénégation de la particularité du lieu étant le principe même de l’idéologie, elle exclut toute théorie. Bien plus, en installant le discours dans un non-lieu, elle interdit à l’histoire de parler de la société et de la mort, c'est-à-dire d’être de l’histoire.

3Se manifeste dans ces quelques lignes une conception extrêmement exigeante de la pratique historiographique comme prise au sérieux du lieu, des lieux, de ces « limites que pose le corps » (le corps social, ou le corps biologique dans le corps social, l’ambiguïté n’a selon toute apparence surtout pas à être réduite).

4Cette conception du rapport entre un savoir historiographique et le lieu de sa production a, pour un dossier portant sur la localisation des écrits et des actions, une implication logique et factuelle : si le savoir historiographique est une production « du » lieu, ou de tel ou tel lieu, alors, un savoir historiographique des localisations sera doublement production du lieu, puisqu’il dépendra du lieu propre de son énonciation, il sera localisé, produit par ce lieu, et que corrélativement, il sera, de par sa localisation, localisateur, producteur de localisations, d’assignation à des lieux qu’il constituera comme propres.

Localisation, écriture et action

5La question du « local » telle qu’on la pose ici s’inscrit dans un questionnement plus général sur les rapports entre écriture et action3. S’interroger sur des actions d’écriture – des actions produites par l’écriture, des écritures qui sont elles-mêmes des actions, ou des usages de l’écriture pour agir (pour reprendre trois des principaux modèles des rapports entre ces deux termes) – implique que l’on puisse précisément situer et localiser, « territorialiser », dans le temps et dans l’espace ces actions. Cette opération, pour évidente qu’elle semble, se complique dès qu’elle implique l’écriture puisque, en raison de la capacité des écrits à circuler, à se diffuser sous de multiples formes et donc à agir à distance de leur point initial de production, il est souvent difficile de situer précisément le lieu ou l’espace4 de l’action d’un écrit.

6Elle se complique plus encore quand on parle de textes identifiés comme « littéraires » : pensons, par exemple, à la manière dont l’histoire de la littérature traite hiérarchiquement les échelles du singulier (le texte ou l’auteur qui fait événement) ou de l’exemplaire (ceux qui au contraire semblent se résorber dans une régularité). De même, il est difficile de ne pas faire le constat que dans les habitudes communes de l’histoire littéraire française, les discours sont rarement localisés et analysés en fonction de cette localisation. Alors que de nombreuses analyses ont été menées sur la périodisation et ses découpages chronologiques aux effets souvent trompeurs, les processus d’assignation de lieux (géographique et sociaux) aux œuvres, discours et auteurs, ou plus souvent encore, les phénomènes de déterritorialisation des discours et leurs conséquences (en terme d’institutionnalisation de valeur, notamment) n’ont pas été beaucoup étudiés – alors même qu’il existe une forte tradition d’érudition locale, très développée notamment au xixe siècle, attachée à retrouver ou maintenir la mémoire d’homme de lettres régionaux ou considérés exclusivement dans leur lien avec telle ou telle région. Que se passerait-il si on regardait les productions littéraires à partir de ces questions, si on s’interrogerait sur les fonctionnements locaux des œuvres et des écrits, du point de vue de leur production, de leur publication ou de leur réception ? Des circonstances, des identités locales, des modes de circulation et d’appropriation particuliers apparaissent, qui mettent au jour de nouveaux usages des discours et des livres et appellent à s’interroger sur les enjeux de la constitution et de la forme des types de savoir touchant à la littérature.

Questions d’échelles

7S’interroger sur les rapports entre écriture et action demande aussi de porter l’attention sur les acteurs, les producteurs d’écrit et producteurs d’action : les auteurs mais aussi tous ceux qui interviennent dans la publication ou la republication d’un écrit, et qui peuvent recouvrir des groupes ou des institutions. Ce mouvement suppose souvent de se situer à une échelle locale, qui permet le mieux de construire un cadre d’observation précis des usages ou des appropriations de l’écrit pour agir socialement ; mais il suppose aussi de varier les échelles d’analyse pour mettre en évidence l’éventuelle existence d’un feuilletage, de plusieurs strates d’actions dans plusieurs sphères qui s’emboîteraient5.

8Le lien tissé dans le passage de Michel de Certeau cité plus haut entre d’une part « la place particulière d’où l’on parle » et de l’autre « l’objet autre (passé, mort), dont on parle » l’est aussi, plus techniquement, sans que cette technicité ne vide d’ailleurs – faut-il le préciser ? – le propos d’une portée épistémologique et politique, dans un article de Bernard Lepetit, intitulé « De l’échelle en histoire » :

La prise en compte des variations d’échelle se situe d’abord du côté de l’objet. L’importance différente des ressources dont disposent les acteurs et la diversité de l’étendue des champs dans lesquels ils sont susceptibles d’agir sont parmi les traits essentiels du panorama social, et forment les sources principales de sa modification. La variation d’échelle n’est pas l’apanage du chercheur ni principalement le produit du processus de construction de la recherche. Il est d’abord le lot des acteurs.6

9L’usage des adverbes « d’abord » et « principalement » dans ce paragraphe instaure une hiérarchie, là où Michel de Certeau signalait simplement la coexistence de deux rapports aux « limites que pose le corps ». Que ce soit l’acteur qui fasse « d’abord » varier l’échelle de son lieu – géographique et social – d’action (en agissant par exemple à une échelle municipale, mais aussi à une échelle régionale, ou encore à une échelle nationale), c’est incontestable si l’on donne à « d’abord » une acception simplement et uniquement chronologique : les « acteurs » viennent d’abord et les chercheurs ensuite, certes. En revanche, il est moins satisfaisant de donner à la variation d’échelle par l’acteur une sorte de primat réaliste, qui serait celui de l’ « objet » (c’est le même mot chez de Certeau et Lepetit), sur la « construction » produite par la recherche ; ce faisant, nous prendrions probablement ce paragraphe en contre sens, si nous en croyons la fin de l’article de Bernard Lepetit.

10Le dernier paragraphe convoque en effet un fragment des Pensées de Pascal, remarquablement adapté à la question des variations d’échelle :

Une ville, une campagne, de loin c’est une ville et une campagne, mais à mesure qu’on s’approche, ce sont des maisons, des arbres, des tuiles, des feuilles, des herbes, des fourmis, des jambes de fourmis, à l’infini. Tout cela s’enveloppe sous le nom de campagne.

11Et voici maintenant le commentaire qu’en fait Lepetit d’après les analyses de Louis Marin7 (dernières lignes de l’article) :

La réflexion pascalienne sur l’unité de la nature ne récuse pas une représentation de l’hétérogénéité du monde, mais tout au contraire s’y fonde (qu’on se souvienne du grand fragment : « Disproportion de l’homme »). Et le langage, par l’usage réglé de conventions, vient interrompre, à l’échelle choisie pour un moment, une régression sans fin.8

12Comme il est dit ici, c’est un nom qui interrompt la « régression sans fin » : un signe linguistique, signe représentatif ; notons que dans le fragment des Pensées, ce n’est pas seulement une interruption du mouvement, mais un retour en arrière (retour à « campagne »); ce sont les acteurs sociaux qui vont s’entendre sur une échelle de représentation, dire « regardez la belle campagne » ou encore, « c’est ma ville », ou « ma localité ». Et puis voilà, à partir de séries de représentations (paroles envolées, écrits conservés, tableaux de peinture, cartographies à diverses échelles), l’historiographie, fabrication localisée peut produire des localisations pour « parler de la société et de la mort », à sa manière, dans la diversité de ses pratiques.

13C’est ainsi que se manifestent la difficulté et les enjeux théoriques des éléments de recherche présentés dans ce dossier. Comment donc donner une validité à des discours historiographiques si l’on refuse l’illusion d’une sorte de redécouverte réaliste de ce qui serait donné, dans la construction du chercheur, comme la véritable échelle des actions racontées et expliquées ? Comment peut bien s’articuler la prise en compte de la condition localisée de toute historiographie et l’opération de définition d’une échelle qui pourrait être dite « locale » ? Dans d’autres termes, comment, et pour quelles raisons, le choix d’une certaine micro-histoire, d’un certain point d’arrêt dans l’infinie divisibilité des choses du passé, d’un certain type de singulier, peut-il sembler s’imposer, dans telle ou telle représentation historienne, aujourd’hui et maintenant ? Par exemple, qu’est-ce qui sépare et relie deux études qui focaliseraient, l’une sur les lieux des acteurs sociaux, et l’autre sur les lieux des actions et qui, par conséquent, traiterait les acteurs, eux aussi, comme lieux de ces actions ? Ou encore, que se passe-t-il pour l’écrit historien, comme effets en retour, lorsqu’il définit comme échelle seulement un tout petit ensemble d’écrits et son lieu. Le local se doit-il de devenir échantillon révélateur, cas atypique ou variation dynamique qui, en interaction avec d’autres, pourrait former un processus ou une structure d’ensemble ? Dans le même sens, que fait-on du local lorsqu’on le met en récit, le constitue en singularité ou en exemplarité9 ? Pour quelles raisons, selon quelles modalités, et dans quelles perspectives, sont ainsi produites de nouvelles relations entre des singuliers, et entre ces singuliers d’une part et de l’autre des connaissances générales voire universelles ?

14Ce sont de telles questions que, chacune à leur manière, posent les études qui suivent, réunies autour de trois pôles :

Haut de page

Notes

1 Dans cette perspective, l’étude du lieu est envisagée le plus souvent sur le mode du repérage de constantes ou d’invariants d’une époque ou d’une société à l’autre. Voir ainsi le classique monumental ensemble des Lieux de mémoire (dir. Pierre Nora, Paris, Gallimard, publication commencée en 1984). Récemment, voir aussi, Lieux de savoir. Tome 1, Espaces et communautés, Christian Jacob, Jean-Louis Fabiani, Stephan Dugast, William Clark, Paris, Albin Michel, 2007.
2 Gallimard, coll. Bibliothèque des histoires, 1975.
3 Cette question est un des fils problématiques qui fédèrent les travaux du GRIHL depuis plusieurs années. Voir le site http://www.ehess.fr/centres/grihl/.
4 Sur le rapport entre espace et lieu, voir Michel de Certeau, l’Invention du quotidien (I), Arts de faire,Gallimard, coll. Folio Essais, 1990 (éd. originale 1980), p. 172-175, et Christian Jouhaud, Sauver le Grand-Siècle ?, présence et transmission du passé, Paris, éd. du Seuil, 2007, Chapitre VII, « Espaces », p. 255-299. Voir aussi dans ce numéro l’article d’Angelo Torre.
5 Sur l’important débat concernant les échelles et leurs variations, voir Jeux d’échelles. La micro-analyse à l’expérience, dir. Jacques Revel, Paris, Éditions du Seuil/Gallimard, coll. « Hautes Études », 1996.
6 L’article se trouve dans le volume déjà cité Jeux d’échelles, p. 71-94 et p. 81 pour la citation. La fin de l’article porte la date de « juillet 1992 ».
7 Dans « Une ville, une campagne, de loin… : paysages pascaliens », Littérature, février 1986, n° 61. Repris dans Louis Marin, Pascal et Port-Royal, Paris, P.U.F., coll. Bibliothèque du Collège international de philosophie, 1997, p. 196-212.
8 Opcit., p. 94.
9 Voir Construire l’exemplarité. Pratiques littéraires et discours historiens (xvie-xviiie siècles), actes du colloque de Dijon (mars 2006), dir. Laurence Giavarini, Éditions Universitaires de Dijon, 2007.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Mathilde Bombart et Alain Cantillon, « Localités : localisation des écrits et production locale d’actions - Introduction », Les Dossiers du Grihl [En ligne], 2008-01 | 2008, mis en ligne le 15 septembre 2008, consulté le 12 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/dossiersgrihl/2163 ; DOI : 10.4000/dossiersgrihl.2163

Haut de page

Auteurs

Mathilde Bombart

Mathilde Bombart est Assistant Professor à l'université de Rutgers (USA). Centrant son travail sur l'histoire des formes de publication et de lecture dans l'Ancien Régime, elle est l'auteur de Guez de Balzac et la querelle des Lettres. écriture, polémique et critique dans la France du premier xviie siècle, Paris, Champion, 2007 ; elle a aussi co-dirigé Lectures à clé, Littératures classiques, n° 54, 2005 (avec Marc Escola) et est l'auteur, en collaboration avec Nicolas Schapira, d'une édition critique de A. Furetière, La Nouvelle allégorique, Toulouse, Société de Littératures classiques, 2004.

Alain Cantillon

Alain Cantillon, maître de conférences en littérature française du xviie siècle à l'université de Paris III - Sorbonne nouvelle. Domaines de spécialité: Pascal et Port-Royal, théorie de l'énonciation et de la représentation. Membre du Grihl (http://www.ehess.fr/centres/grihl/CV_Fiches/CV_CantillonAlain.htm)

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les Dossiers du Grihl est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 France.

Haut de page
  • Logo EHESS – École des hautes études en sciences sociales
  • Logo Presses Sorbonne Nouvelle
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals